Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chocs et ruptures en histoire religieuse

 | 
Michel Lagrée

Quatrième partie. Unité et diversité du cas français : les pôles armoricain et lyonnais du catholicisme

Une dynamique sacrificielle. Le catholicisme lyonnais du premier XIXe siècle

Philippe Boutry

Texte intégral

1Dans la très stimulante perspective historiographique placée par Michel Lagrée à l'origine de cette réflexion – une approche comparative des événements-matrices ou des événements structurants susceptibles de rendre compte de la constitution, dans la moyenne ou la longue durée, de « bastions de chrétienté » à forte tonalité identitaire en Europe ou en Amérique entre xviiie et xixe siècles – le catholicisme lyonnais constitue un cas d'espèce : si rupture violente il y a eu, avec la répression sanglante conduite en 1793 par la Convention nationale contre la « Commune Affranchie », et si le catholicisme lyonnais devient, pour plus d'un demi-siècle, l'un des épicentres les plus fervents et les plus dynamiques de la restauration catholique en France, en Europe et dans le monde au xixe siècle, l'effet de cette rupture ne se révèle pas durable, la fécondité des initiatives lyonnaises diminue notablement dans la dernière partie du long épiscopat du cardinal de Bonald (1840-1870) et nul « bastion de chrétienté » ne se constitue autour du pôle lyonnais qui s'apprête au contraire à devenir l'une des terres classiques du radicalisme et de l'anticléricalisme français au tournant des xixe et xxe siècles.

2Cette succincte présentation du devenir du catholicisme lyonnais entre le traumatisme de 1793 et l'atténuation progressive des dynamiques directement générées par le choc en retour de la persécution révolutionnaire de l'an II, voudrait ainsi conduire, à partir d'un cas de comparaison quelque peu a-typique parmi l'échantillon régional et national ici examiné, à réfléchir à trois questions propres à nourrir réflexions et échanges. En quoi, tout d'abord, un événement peut-il être considéré comme structurant ? Pourquoi ensuite le processus s'est-il révélé à Lyon à la fois plus précoce et moins durable que dans l'Ouest, par exemple ? Comment, enfin, s'est opéré l'épuisement des logiques structurantes de l'événement ?

« Lyon n'est plus » : esquisse d'un traumatisme

  • 1 Une synthèse essentielle d'histoire démographique, économique et sociale : Garden, Maurice, Lyon e (...)
  • 2 Sur l'histoire intellectuelle et culturelle de Lyon au tournant des xviiie et xixe siècles, Trénar (...)
  • 3 Sur l'histoire religieuse de Lyon, deux synthèses récentes et équilibrées : Comby, Jean, L'Évangil (...)
  • 4 Monternot, Charles, L'Église de Lyon pendant la Révolution. Yves-Alexandre de Marbeuf, ministre de (...)
  • 5 Metzger, Albert, Vazsen, Joseph, Notes et documents relatifs à Lyon pendant la Révolution (1779-17 (...)

3Lyon occupe en 1789, avec ses 150°000 habitants, la place, peu enviable en France, de seconde ville du royaume1. Ville de la Marchandise et de la Fabrique, dominée par une puissante bourgeoisie négociante et industrielle, mais écartée des rouages politico-administratifs de la monarchie et faiblement marquée par le mouvement des Lumières et l'agitation politique prérévolutionnaire2, Lyon ne présente pas, à la fin de l'Ancien Régime, de traits religieux particulièrement accusés3. Le renouveau religieux du xviie siècle y avait été assez profond sur le plan spirituel, sacerdotal et social, marqué par le zèle de l'archevêque Camille de Neuville de Villeroy (1653-1693), l'influence des milieux dévots de la Compagnie du Saint-Sacrement et la création des Petites Écoles de Charles Démia (1637-1689) ; mais le xviiie siècle ne connaît pas d'initiatives religieuses majeures. En 1789, l'Église de Lyon, dominée par le puissant chapitre de la cathédrale, possède environ le tiers du territoire urbain ; et l'on compte environ 2°000 ecclésiastiques en ville (2°500 dans le vaste diocèse, qui s'étend du Forez à la Bresse et aux contreforts du Bugey). À un archevêque rigoriste, adversaire déclaré des Jésuites et ami des Oratoriens, Antoine Malvin de Montazet (1758-1788), a succédé en septembre 1788 un prélat de Cour, Yves-Alexandre de Marbeuf, ministre de la Feuille des bénéfices, un cadet de noblesse bretonne étranger à la ville et non-résident4. Le clergé lyonnais apparaît profondément divisé, comme partout en France, entre bas et haut clergé, réguliers et séculiers. Les élections aux États généraux voient la victoire des prêtres « patriotes », emmenés par l'énergique curé d'Ainay, Charrier de la Roche, futur métropolitain (constitutionnel) de Rouen, puis évêque concordataire de Versailles. Les députés du clergé de Lyon se rallient avec enthousiasme à la Révolution5.

  • 6 Tackett, Timothy, Religion, Revolution and Regional Culture in Eighteenth-Century France. The Eccl (...)
  • 7 Chiffres indiqués par Gadille, Jacques, Lyon, op. cit., p. 193, p. 196.
  • 8 Menozzi, Daniele, « Philosophes » e « Chrétiens éclairés ». Politica e religione nella collaborazi (...)
  • 9 Une source essentielle : Linsolas, Jacques, L'Église catholique de Lyon pendant la Révolution. 1-1 (...)
  • 10 Les massacres de septembre 1792, Revue de l'Institut catholique de Paris, 44, octobre-décembre 199 (...)

4La mise en place l'Eglise constitutionnelle révèle cependant très tôt l'importance d'un courant réfractaire intransigeant et déterminé6. Les chiffres du serment de 1791 n'ont pas été conservés pour les deux districts de Lyon et de Villefranche-sur-Saône : pour la ville même de Lyon, les assermentés sont minoritaires parmi les curés (5 sur 14), ce qui peut suggérer une forte résistance interne au monde sacerdotal ; quant aux réguliers soumis au décret du 13 février 1790, certes 152 des 241 religieux lyonnais (63 %) abandonnent leurs ordres, mais presque aucune des 1°300 religieuses. Pour l'ensemble du diocèse, les assermentés semblent cependant majoritaires sur l'ensemble du diocèse : 728 prêtres constitutionnels apparaissent encore sur les états de paiement de juillet 17937. L'élection, le 27 février 1791, du nouvel évêque métropolitain de Lyon en la personne du très politique Adrien Lamourette8, ancien lazariste et surtout ancien collaborateur de Mirabeau, député du Rhône à l'Assemblée Législative, suscite de très violentes oppositions parmi le clergé demeuré fidèle à Mgr de Marbeuf, établi en exil à Lübeck, et une partie des fidèles : à Saint-Nizier, durant la prédication du Carême 1791, l'abbé Linsolas, futur chef de l'Église clandestine, est pris à partie par les patriotes pour avoir invité à prier pour « notre saint-père le pape, Mgr l'archevêque, le roi, la reine et la famille royale » et emprisonné durant trois mois9. Arrêté et transféré à la prison des Carmes à Paris, le grand vicaire de Mgr de Marbeuf, l'abbé Jacques Jules Bonnaud, ancien jésuite, est au nombre des victimes des massacres de septembre 179210 ; et trois prêtres sont massacrés dans les prisons de Lyon. À la suite du refus du serment de liberté-égalité par le conseil de Mgr de Marbeuf, la plus grande partie du clergé réfractaire de Lyon prend le chemin de l'exil vers la Savoie, la Suisse et l'Italie dans la première quinzaine du mois de septembre 1792. C'est alors (décembre 1792) que le conseil épiscopal clandestin de Lyon est réorganisé, avec à sa tête les grands vicaires Merle de Castillon et Linsolas.

  • 11 L'historiographie est très tôt surabondante : Gonon, P.-M., Bibliographie historique de la ville d (...)
  • 12 Parmi les interprétations très contrastées du « fédéralisme » de 1793 dans lequel s'insère l'insur (...)
  • 13 Charlety, Sébastien, « La journée du 29 mai 1793 à Lyon », Revue de la révolution française, XXXIX (...)
  • 14 Sources essentielles : Charavay fils, Bulletins du département de Rhône-et-Loire, du 8 août au 30 (...)
  • 15 Du Lac, R., Le général comte de Précy. Sa vie militaire, son commandement au siège de Lyon, son ém (...)
  • 16 Wahl, Maurice, Joseph Chalier, Lyon, 1896 ; Rombeau, A., Un épisode de la Révolution à Lyon. Le pr (...)
  • 17 Bayard, Françoise, « Lyon et les Lyonnais vus de Paris en 1793 », in Ville et Révolution française (...)

5Ce n'est pas cependant sur le plan religieux, mais sur le plan politique que le destin de Lyon se noue au printemps 179311. La grande cité négociante participe en effet, à l'instar de Bordeaux, Marseille et Caen, à l'insurrection fédéraliste contre la dictature révolutionnaire exercée par la Convention montagnarde12. Dans la journée du 29 mai 179313, un coup d'état urbain place à la tête de la ville une municipalité insurrectionnelle14 qui fait aussitôt appel pour sa défense à des officiers royalistes placés sous le commandement du général de Précy15. Le chef du mouvement sans-culotte lyonnais, Chalier, est aussitôt arrêté et exécuté le 16 juillet16. Au terme de combats meurtriers et d'un siège de plusieurs mois, la ville doit capituler le 9 octobre 1793. Le 12 octobre, sur rapport de Barère au nom du Comité de Salut Public, la Convention nationale prend à Paris17 son décret criminel et insensé contre la seconde ville de la République :

  • 18 Archives Parlementaires, tome LXXVI, p. 458. Convention nationale, séance du 12 octobre 1793.

« La ville de Lyon sera détruite. Tout ce qui est habité par le riche sera démoli. Il ne restera que l'habitation du pauvre, les habitations des patriotes égorgés ou proscrits, les édifices spécialement employés à l'industrie et les monuments consacrés à l'humanité et à l'instruction publique. Le nom de Lyon sera effacé du tableau des villes de la République. La réunion des maisons conservées portera désormais le nom de Ville-Affranchie. Il sera élevé sur les ruines de Lyon une colonne qui attestera à la postérité les crimes et la punition des royalistes de cette ville avec cette inscription :
Lyon fit la guerre à la liberté.
Lyon n’est plus.
 »18

  • 19 Cobp, Richard, Les armées révolutionnaires, instrument de la Terreur dans les départements, Paris, (...)
  • 20 Pour reprendre les chiffres de Trénard, Louis, La Révolution française, op. cit., p. 434. Listes d (...)
  • 21 Quelques éléments d'une bibliographie très disparate : Moll Ere, Humbert, Notes sur les victimes d (...)
  • 22 Chiffre indiqué par Comby, Jean, L'Évangile au confluent, op. cit., p. 114.

6Sous la direction de Collot d'Herbois et Fouché, Lyon, investi par une armée révolutionnaire (essentiellement composée de sans-culottes parisiens) de 2°000 hommes19 est terrorisée : de novembre 1793 à avril 1794, date du rappel de Fouché, 1940 personnes sont exécutées (1876 à Lyon et 64 à Feurs) dont 820, guillotinés (à Lyon, place des Terreaux, face à l'Hôtel de Ville), et 1120, fusillés de manière sommaire dans la plaine des Brotteaux, sur la rive gauche du Rhône20. Parmi eux, bien que l'insurrection lyonnaise n'ait accusé aucun caractère spécifiquement religieux, 135 ecclésiastiques, principalement réfractaires (mais on compte également des victimes parmi le clergé constitutionnel), ainsi que de nombreux fidèles catholiques, notamment des femmes, condamnées pour fanatisme21. La déchristianisation de la ville est conduite par Fouché de manière tout aussi violente : on relève ainsi une liste de 163 prêtres abdicataires pour la seule ville de Lyon22.

  • 23 L'attribution a été confirmée par Vial, Paul, qui en a procuré l'édition : « Histoire de la vie et (...)

7Parmi les rares récits contemporains du martyre des prêtres lyonnais qui sont parvenus jusqu'à nous, retenons celui de dom Etienne Balley, chartreux, guillotiné à Lyon le 25 nivose an II (14 janvier 1794), que rédige un témoin immédiat de la tradition qui est cœur de cette analyse, son frère Charles Balley, ancien génovéfain, réfractaire, missionnaire clandestin de l'abbé de Linsolas, qui sera au lendemain du Concordat curé d'Ecully et le maître spirituel du futur curé d'Ars23 :

  • 24 Ibid., p. 150-151.

Le lendemain, c'est-à-dire le 14 janvier, on le conduit à la guillotine, lui onzième. Il y marche avec fermeté, espérant que Dieu qui l'a soutenu jusqu'à ce moment, voudra bien encore le soutenir jusqu'à ce qu'il ait achevé son martire. Il prie les juges de ne le faire passer que le dernier. Le long du chemin, il exhorte ses compagnons de supplice à donner généreusement leur vie pour J.-C. et ses paroles, pleines d'une onction divine, font sur eux et sur tous les assistans les impressions les plus vives. Arrivé au pied de l'échaffaud, il se met à genoux sur la terre pleine de boüe pour se recommander à Dieu (...) Son tour venu, il fait de nouveau une profession solennelle de sa foi, déclare aux juges et aux bourreaux qu'il leur pardonne de bon cœur sa mort, prie pour toute la France. Après quoi, il est placé sous le couteau de la guillotine qui lui tranche la tête. C'est ainsi qu'il rendit son âme à Dieu par une mort bien prétieuse. L'on tient ces dernières circonstances de sa vie d'un des soldats qui environnaient l'échaffaud24.

La construction de la mémoire

  • 25 Fuoc, Renée, La réaction thermidorienne à Lyon (1795), Lyon, 1957.
  • 26 Ballanche, Pierre-Simon, Éloge de Camille Jordan, Paris, 1826 ; Sainte-Beuve, Charles-Augustin, No (...)
  • 27 « De toutes les communes de la République, il n'en est aucune où la rage révolutionnaire ait exerc (...)
  • 28 Palluat de Besset, R., Les compagnons de Jésus dans le district de Montbrison (1794-1798), Saint-É (...)
  • 29 Sur la personnalité et l'action du cardinal Fesch (1763-1839), Le cardinal Fesch par lui-même. Cho (...)

8Lyon sort ruiné, économiquement, politiquement et moralement, de la Révolution. La violente réaction thermidorienne est marquée par le massacre d'environ 150 « jacobins » (mathevons) dans les prisons de la ville25. Le renouveau politique qu'illustre, du Directoire à la Restauration, la haute figure de Camille Jordan26, monarchiste libéral et catholique fervent, ancien combattant du siège, élu en l'an V député de Lyon aux Cinq Cents, qui le premier, en juillet 1797, éleva publiquement au sein de l'Assemblée une protestation solennelle contre les atrocités dont la ville avait été victime27, est aussitôt brisé par le coup d'état de fructidor. Dans les campagnes, tandis que se poursuivent et se consolident les missions clandestines du clergé réfractaire sous l'égide du grand-vicaire Jacques Linsolas, un brigandage endémique, d'origine à la fois criminelle et politique (Compagnons de Jésus, Compagnie de Jéhu), sévit autour de la ville pendant toute la durée du Directoire28. Ce n'est qu'au lendemain du coup d'état de brumaire que Lyon paraît à nouveau se relever de ses ruines : Lyonnais, je vous aime, vient déclarer le premier consul Bonaparte en ordonnant la reconstruction de la place Bellecour avant de nommer à la tête du vaste diocèse concordataire (les trois départements du Rhône, de la Loire et de l'Ain) son oncle, l'abbé Joseph Fesch : consacré à Paris le 15 août 1802 par le cardinal Caprara, entré en possession de son siège le 5 décembre, bientôt cardinal (17 janvier 1803) et ambassadeur à Rome, ce dernier s'emploie avec énergie à la restauration matérielle et spirituelle de l'archevêché et demeure jusqu'en exil, par-delà la Restauration et l'administration apostolique (1824-1839) de Mgr de Pins, archevêque in partibus d'Amasie, qui lui est imposée par le pape Léon XII, primat des Gaules jusqu'à sa mort, intervenue à Rome le 13 mai 183929.

  • 30 À titre comparatif, Lagrée, Michel et Roche, Jehanne, Tombes de mémoire. La dévotion populaire aux (...)
  • 31 Hardoin-Fugier, Élisabeth, « Le souvenir des victimes à Lyon : du cénotaphe (1795) aux chapelles ( (...)
  • 32 Ibid., p. 663.
  • 33 Nous suivons encore sur ce point la fine analyse de Mme Hardouin-Fugier, loc. cit., p. 665. Le sou (...)

9C'est toutefois beaucoup plus tôt, dès l'an III, que le souvenir des victimes de la Terreur se fait jour30. « La commémoration des morts de 1793 s'est toujours voulue collective », relève l'historienne des monuments des Brotteaux, Elisabeth Hardouin-Fugier31. Le 29 mai 1795 – date anniversaire de l'insurrection lyonnaise – un premier cénotaphe est élevé au terme d'une longue procession de la place Bellecour aux Brotteaux : « au-dessus des génies funèbres, des hiboux, oiseaux de la nuit », note l'un des principaux protagonistes de la cérémonie, ancien combattant du siège, le royaliste Delandine, « formaient quatre groupes qui soutenaient les thuriféraires, (...) de la coupole du tombeau s'élevait une pyramide portant l'urne fatale (...) Au piédestal, deux femmes voilées étaient sculptées, portant des lacrymatoires »32. Détruit par des inconnus sept mois plus tard, le 24 janvier 1796, le monument, dont la reconstruction a été interdite par l'Empire, revoit le jour dès la Restauration dans un climat de réaction monarchique et d'expiation religieuse. La chapelle expiatoire des Brotteaux, œuvre de l'architecte Cochet, fils de l'une des victimes, est inaugurée le 29 mai 1819. Elle suscite aussitôt une première querelle d'interprétation autour du caractère – monarchique ou républicain – du soulèvement de Lyon contre la Convention ; et, à la suite du décès du général de Précy (août 1820), c'est sans doute pour empêcher le monument d'être accaparé par la mémoire, très contestée, du chef militaire royaliste du siège qu'on exhume les restes des victimes pour les y faire reposer33.

10L'histoire du monument des Brotteaux conduit à soulever une question historique plus générale. En quoi le traumatisme révolutionnaire et sa mémoire peuvent-ils être considérés comme structurants sur la moyenne et longue durée ? Sont-ils susceptibles de rendre compte du dynamisme du catholicisme lyonnais au lendemain de la Révolution ? Plusieurs éléments posent problème : le caractère du soulèvement lyonnais n'est pas à l'évidence, même marginalement, religieux ; les divisions du clergé et des fidèles lyonnais se sont perpétuées jusque dans les prisons ; et l'interprétation même du mouvement – sursaut d'indépendance urbaine ? Insurrection fédéraliste ? Complot royaliste ? – divise l'historiographie depuis près de deux siècles. Tout pourtant laisse à penser que la sanglante répression conduite sur l'ordre de la Convention en l'an II a constitué, dans une ville dont la tradition religieuse ne manifestait pas une vitalité exceptionnelle avant 1789, ni même en 1793, un tournant décisif.

  • 34 Sur la figure trop souvent encore méconnue de Ballanche (1776-1847), Huit, Charles, La vie et les (...)
  • 35 Cité in Ballanche, Pierre-Simon, La ville des expiations, présentation de Pierre Michel, Presses u (...)

11Nul n'a mieux saisi, sans doute, le lien intime qui unit dans la même dynamique sacrificielle le martyre des prêtres et des fidèles lyonnais en l'an II et le renouveau catholique du premier xixe siècle que Pierre-Simon Ballanche34. Plus que d'autres, il a vécu profondément le choc de la Terreur comme le naufrage de l'ancien et l'émergence tragique du nouveau. « Le xviiie siècle touchait à son déclin », écrit-il dans ses notes. « Je ne sais quelle aurore semblait poindre vers les plus lointains horizons (...) La génération nouvelle qui commençait avec moi n'avait que de riches espérances ; elle devait sitôt s'éteindre dans le sang. »35 L'espérance (l'utopie), le sang, l'expiation et la réparation : tels sont bien les catégories que le mystique lyonnais place au cœur de sa pensée, de son Antigone de 1814 à sa Palingénésie sociale de 1827. Dans un de ses derniers ouvrages, rédigé de part et d'autre de la révolution de 1830, c'est une ville nouvelle que Ballanche entend fonder sur les bases mêmes de la dramatique expérience historique du catholicisme lyonnais :

  • 36 Ibid., p. 23-24

La nouvelle ère qui va commencer, l'ère d'un grand développement du christianisme, moi je voudrais qu'elle fût marquée par la fondation d'une ville. Cette ville serait toute différente des autres. Elle aurait, en apparence, quelque chose d'analogue à ce qu'étaient chez les Hébreux les Villes du refuge. Elle serait un emblème des destinées générales du genre humain, une image de la vie d'épreuves, qui est la vie de l'homme ; elle serait la racine vivante de la civilisation progressive. On la nommerait : LA VILLE DES EXPIATIONS36.

12Que ce projet ait pu prendre corps – consciemment ou inconsciemment – dans une mémoire du passé et une vision de l'avenir à travers la genèse du pôle catholique lyonnais au lendemain même de la Terreur, c'est ce qu'une analyse plus proprement historique peut à tant d'indices vérifier, comme si Ballanche avait saisi dans son utopie mystique le ressort même de la vitalité du catholicisme lyonnais du premier xixe siècle. Plusieurs décennies durant, le sang versé paraît avoir fécondé la réflexion sociale, politique et religieuse des élites « régénérées » ; l'exigence douloureuse de la réparation semble avoir nourri chez des cercles fervents et influents une action tout à la fois expiatrice et « progressive ».

  • 37 Moïse, Robert, Une page d'histoire lyonnaise. La digne fin de Jean-Jacques Ampère à Lyon en 1793, (...)

13L'importance de la mémoire familiale apparaît en premier lieu déterminante. Ce sont les classes dominantes de la ville, et particulièrement la bourgeoisie négociante et manufacturière, qui ont été en premier lieu frappées ; mais aussi d'importants secteurs de l'artisanat et de la boutique de très ancienne implantation dans la ville : 25 % des victimes appartiennent au monde de la marchandise ou du commerce de la soie. Les milieux populaires (canuts, domestiques, affaneurs, maraîchers) n'ont pas cependant été davantage épargnés : ils représentent plus du tiers (38,8 %) des condamnés. Il faut enfin faire la part des professions libérales (21,5 %), des militaires, des membres des « familles sacerdotales », des femmes enfin, au nombre de 38. La constitution d'un martyrologe à partir de ces quelque deux mille vies (1,5 % de la population totale de la ville, un habitant sur 26) fauchées en quelques mois a été presque immédiate, alimentant dès 1795 des listes, des souvenirs, des fidélités familiales : ainsi, pour ne retenir de cette funèbre litanie qu'un seul nom, du juge de paix Jean-Jacques Ampère, guillotiné en 1793, père du futur découvreur des lois de l'électricité André-Marie Ampère (1775-1836), dont le complexe itinéraire religieux rejoindra le catholicisme le plus intransigeant37. L'Eglise catholique, elle-même, on l'a dit, lourdement frappée, demeure encore en ce premier xixe siècle maîtresse en matière de mémoire et de sacrifice, et la mort a eu, ici comme ailleurs, vertu simplificatrice : le souvenir familial a alimenté l'affirmation religieuse des générations suivantes.

  • 38 Ledre, Charles, Le culte cahé sous la Révolution. Les missions de l'abbé Linsolas, Paris, 1949. Ch (...)

14La mise en place d'une Église clandestine par l'énergique grand-vicaire Linsolas constitue sans doute le second moteur des dynamiques du catholicisme lyonnais. Demeuré en contact constant mais lointain avec Mgr de Marbeuf, intransigeant sur le plan religieux, monarchiste sans nuances sur le plan politique, Linsolas a créé à la fois les conditions pratiques d'une pérennité institutionnelle de l'Église réfractaire et le substrat émotif et spirituel d'une sacralisation de l'esprit de mission et de sacrifice du clergé. À partir de 1794 et jusqu'à la veille du Concordat, il met en place une organisation efficace et coordonnée de vingt-cinq secteurs ou « missions » au service desquels se dévouent jusqu'à 677 prêtres dont 186 dans la seule ville de Lyon, réfractaires demeurés sur place au péril de leur vie, prêtres émigrés rentrés clandestinement, anciens constitutionnels réconciliés38. Les réunions sont nocturnes, les prêtres dissimulés et sans cesse en déplacement ; la prédication exalte la discipline de l'Église dans les « temps mauvais » ; l'accent est placé très fortement, quant à la vie sacramentelle des fidèles, sur la confession et l'eucharistie. C'est au cours de ces messes qu'un jeune paysan de Dardilly, aux portes de Lyon, Jean-Marie-Baptiste Vianney, futur curé d'Ars, communie pour la première fois à l'âge de treize ans, dans l'été 1799 et dans la ferveur d'une Chrétienté persécutée :

  • 39 Archives paroissiales d'Ars, Procès de l'Ordinaire, p. 1011, cité par Fourrey, René, Le curé d'Ars (...)

Je me rappelle très bien quand mon frère fit sa première communion ; j'y assistais moi-même, déposera sa sœur, Marguerite Vianney, au procès de béatification (1862-1865). « ce fut dans une chambre de la maison du comte Pingon d'Ecully. Il fit sa communion des mains de M. l'abbé Groboz. Mon frère était si heureux qu'il ne voulait pas sortir de la chambre où il avait fait sa première communion. »39

  • 40 Archives de l'évêché de Belley, Vie de Monsieur Vianney, manuscrit de l'abbé Raymond, ancien vicai (...)

Il nous a seulement raconté lui-même, que cette solennité eut lieu dans une chambre et qu'on avait eu soin de conduire devant la fenêtre une énorme charrette de foin, afin d'écarter tout soupçon des agents trop actifs de la république. « Oh ! quel beau jour, nous répétait-il souvent, que celui de ma première communion ! Quelles touchantes exhortations nous adressait le bon M. Groboz ! C'est le plus beau jour de ma vie. Je ne l'oublierai jamais. »40

  • 41 Sur les antécédents modernes : Guigue, Georges, Les papiers des dévots de Lyon. Recueil de textes (...)
  • 42 Sur les Aa, Bona, Candido, Le “Amicizie”. Società segrete e rinascita religiosa (1770-1830), Turin (...)
  • 43 Rouquette, Robert, « Pauline Jaricot et les Messieurs de Lyon », Études, avril 1962, p. 3-22 ; Les (...)

15Le troisième caractère essentiel du moment révolutionnaire dans la dynamique future du catholicisme lyonnais est la place tenue par les laïcs. On a dit déjà le sacrifice de fidèles isolés et fervents aux heures les plus sombres de la Terreur, dont le témoignage apparaît souvent décisif auprès de leurs parents et leurs proches. Les missions de l'abbé Linsolas encouragent, non sans quelques inquiétudes parfois au sein d'un clergé profondément attaché à la dimension sacrale du sacerdoce, le développement d'un culte laïcal dont les cadres constitueront l'armature des conseils de fabrique de l'Église concordataire. Le ralliement enfin des familles notables au lendemain de la Terreur, dans une ville dont les couches dirigeantes sont depuis des siècles habituées à vivre et à s'organiser indépendamment de la tutelle de l'État, va renouveler à l'aube du xixe siècle l'expérience de la compagnie du Saint-Sacrement41 et des Aa42. L'apport purement laïc des Messieurs de Lyon43 constitue sans nul doute l'un des fondements les plus originaux du dynamisme du catholicisme lyonnais à l'âge de Benoît Coste, Frédéric Ozanam et... Pauline Jaricot.

Essor et déclin d'une dynamique religieuse

16En absence d'une grande étude d'histoire religieuse sur la chrétienté lyonnaise du premier xixe siècle, l'historien soucieux de mesure est encore aujourd'hui contraint à prendre en considération des indices dispersés. Ils convergent pourtant pour marquer la prééminence de Lyon dans la dynamique de restauration catholique en France et en Europe durant le premier xixe siècle.

  • 44 Gadille, Jacques, Lyon, op. cit., p. 208-228, auquel nous renvoyons pour l'ensemble de la bibliogr (...)
  • 45 Ibid., p. 211.

17La restauration religieuse à l'époque concordataire apparaît ainsi singulièrement précoce et vive44. Dès son arrivée à la tête du diocèse, le cardinal Fesch multiplie d'impressionnantes cérémonies de confirmation réunissant plusieurs dizaines de milliers de fidèles. Il réorganise le Grand Séminaire Saint-Irénée (34 évèves dès 1801, 298 en 1811 ; 12 ordinations en 1803, 63 en 1813) : de 1802 à 1815, on ne compte pas moins de 413 ordinations, « chiffre record sur le plan national »45. Il n'établit pas moins de cinq petits séminaires et fonde la Société des missionnaires des Chartreux sur la colline de la Croix-Rousse, fer de lance de part et d'autre de la Restauration d'un projet de rechristianisation collective conduite avec énergie jusque dans les faubourgs ouvriers de La Guillotière, La Croix-Rousse et Vaise. C'est à Lyon encore, au milieu d'un peuple immense, que le pape Pie VII, de retour du sacre impérial, célèbre la Semaine Sainte et la Pâque 1805 à la primatiale Saint-Jean.

18L'affirmation contemporaine, au sein du clergé séculier (la formation de Jean-Marie Vianney auprès de M. Balley, curé d'Ecully aux portes de Lyon, en témoigne) comme dans les rangs des fidèles, de noyaux de ferveur communicatifs et influents se traduit également par l'émergence de fondations et de congrégations multiples : Société de Marie (« Maristes ») de Jean-Claude Colin, bientôt promis à l'évangélisation de l'Océanie ; Frères maristes de Marcelin Champagnat ; clercs de Saint-Viateur de Louis Querbes ; frères du Sacré-Cœur d'André Coindre ; Bénédictines de La Rochette ; Ursulines ; sœurs des congrégations Saint-Joseph et Sainte-Marthe ; Dames du Sacré-Cœur ; Sœurs du Bon Secours ; Sœurs et Petites Sœurs Maristes... Mais l'originalité essentielle du catholicisme lyonnais réside, on l'a dit, dans l'importance du rôle assumé par les laïcs, réunis dans la Congrégation des Messieurs, ou Congrégation de l'Immaculée Conception, fondée dès 1802 sous l'influence des Pères de la Foi et sous la présidence d'un agent de change de la ville, Benoît Coste : ceux-ci, bientôt confortés dans leurs efforts par des congrégations des Jeunes Gens, des Dames, des Demoiselles, développent une piété eucharistique et mariale ferventes, orientée vers les œuvres d'assistance ; leur activité clandestine les met au service du pape Pie VII, retenu prisonnier à Savone, et les rapproche des Chevaliers de la Foi légitimistes. Ce sont eux qui prennent encore en charge (pour ne pas dire : confisquent) en 1822 l'initiative d'une « pieuse fille », Pauline Jaricot, issue de l'une des familles de la bourgeoisie industrielle de la ville et fondatrice de la Société de la Propagation de la Foi pour le soutien des missions : des 1824, les Annales de la Propagation de la Foi, mises en place avec toute l'efficacité commerciale qui caractérise le négoce lyonnais, diffusent à plus de 100°000 exemplaires, tandis que la seconde initiative spirituelle de Pauline Jaricot, le Rosaire vivant (1826) réunit près de deux millions d'inscrits en 1862.

  • 46 Boutry, Philippe, « Le bel automne de l'indulgence, ou 50 000 suppliques à l'âge de la Restauratio (...)
  • 47 Lagrée, Michel, « Les versements des diocèses français à l'Œuvre de la Propagation de la Foi », in (...)
  • 48 Boudon, Jacques-Olivier, L'Épiscopat français à l'époque concordataire, 1802-1805. Origine, format (...)

19D'autres indices peuvent encore brièvement indiquer la mesure de l'exceptionnel dynamisme du catholicisme lyonnais dans les premières décennies du xixe siècle. Pratique pénitentielle et dévote s'il en fut, inscrite au cœur de la logique réparatrice de la piété post-révolutionnaire, l'indulgence constitue un premier élément d'appréciation significatif. Sur les quelques 3°000 suppliques d'indulgences provenant de la France du retour de Pie vii à Rome à la mort de Léon xii (1814-1829), 292 (10 %) émanent du seul diocèse de Lyon – second diocèse d'Europe en la matère, derrière Malines (314 suppliques), mais loin devant Paris (186) – et 23 % du « pôle lyonnais » (diocèses de Lyon, Grenoble et Belley), soit près du quart de la demande française46. La dynamique missionnaire apparaît tout aussi remarquable. En 1827-1834, en 1867-1871 encore (quoique moins nettement), le diocèse de Lyon domine la collecte réalisée en France pour l'Œuvre de la Propagation de la Foi47. Le recrutement épiscopal laisse apparaître, malgré l'éloignement des centres de décisions étatiques, le même élan. Parmi les 23 évêques originaires du diocèse de Lyon que compte l'épiscopat concordataire dans toute la durée du xixe siècle (ce qui place la métropole des Gaules immédiatement derrière Paris et ses 32 évêques), les principales figures émergent dans le clergé lyonnais du premier tiers du xixe siècle48 :

20Villecourt, futur évêque de La Rochelle et porte-parole du catholicisme intransigeant, futur cardinal ; Mioland, ancien supérieur des missionnaires, futur évêque d'Amiens puis archevêque de Toulouse ; Donnet futur cardinal et archevêque de Bordeaux ; Pavy, futur évêque d'Alger, etc.

21Peut-on pour autant parler à propos de Lyon et de sa région de « bastion catholique » ? Plusieurs éléments incitent, même pour les premières décennies du siècle, à la circonspection.

22La pratique religieuse urbaine demeure mal connue ; celle des campagnes avoisinantes laisse apparaître des situations contrastées, des « terres de chrétienté » de la « Vendée lyonnaise » et du Haut-Beaujolais, du Forez, de la Bresse savoyarde ou d'une partie du Haut-Bugey, aux régions plus indifférentes de la vallée de la Saône, de la Dombes, du Bas-Dauphiné ou du Bas-Bugey. Politiquement, le légitimisme demeure très minoritaire, défavorisé par la relative faiblesse de la propriété nobiliaire, les manifestations bonapartistes de 1814-1815, les insurrections libérales et anticléricales (révolutions de 1830 et de 1848 ; refus de sépulture du comte de Montlosier en 1838), les explosions sociales enfin (révoltes des canuts de 1831 et 1834). Lyon enfin domine imparfaitement son arrière-pays économique et social, qui voue généralement à la grande cité manufacturière peu de sympathie.

  • 49 Lagrée, Michel, Religion et cultures en Bretagne, 1850-1950, Paris, 1992.
  • 50 Boudon, Jacques-Olivier, Paris capitale religieuse sous le Second Empire, université de Paris IV, (...)
  • 51 Gadille, Jacques, Lyon, op. cit., p. 229-249, auquel nous renvoyons pour l'ensemble de la bibliogr (...)
  • 52 Rude, Fernand, L'insurrection lyonnaise de novembre 1831. Le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 18 (...)

23Dès lors peut-on percevoir, dès le second tiers du siècle et malgré l'arrivée sur le siège de Lyon du futur archevêque et cardinal Maurice de Bonald (1840-1870), des signes d'affaiblissement ou de délitement de la dynamique du catholicisme lyonnais, qui contraste avec la constitution des « blocs catholiques » de l'Ouest49 ou des hautes terres du Massif central, ou l'affirmation du rôle de capitale religieuse de la France assumé progressivement par Paris à partir du Second Empire50. Malgré des initiatives encore notables en matière de vie religieuse, de vitalité congréganiste ou missionnaire (la Société des Missions Africaines) et d'apostolat social (Frédéric Ozanam, Antoine Chevrier)51, Lyon, devenu dans le cours du Second Empire un des épicentres du radicalisme républicain et anticlérical52, perd une grande partie du rôle moteur assumé dans les décennies précédentes.

  • 53 Loc. cit., p. 25.

24« Ne nous souvient-il pas que la seule ville du monde antédéluvien, dont une tradition auguste ait conservé la mémoire, est dite avoir été fondée par Caïn. Et cette ville du monde nouveau, qui s'appella toujours la ville éternelle, cette ville qui eut toutes les sortes de puissance, a-t-elle renié un fratricide pour son fondateur », écrivait à l'aube des grandes commotions sociales et politiques de Lyon dans les années trente le prophétique Ballanche dans sa Ville des expiations53. La ville demeure, pour une bonne partie du catholicisme intransigeant du xixe siècle, intimement lié au péché, fille des fratricides Caïn et Romulus ; et la chute originelle y semble redoublée par la déchéance sociale... Née du traumatisme de la Révolution muée en expiation réparatrice par les élites sociales, la dynamique du catholicisme lyonnais semble peu à peu céder le pas, et le social (bien plus que le politique) se substituer au religieux dans l'ordre des interrogations urbaines. L'isolement de la cité industrielle dans son environnement rural, la diversité religieuse de celui-ci, l'affaiblissement graduel de la marge d'initiative des autorités religieuses et des élites sociales ont fait le reste. À Lyon, il y a eu choc : il n'y aura pas, durablement, bloc.

Notes

1 Une synthèse essentielle d'histoire démographique, économique et sociale : Garden, Maurice, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Lyon, 1970 ; cf également Trénard, Louis, « La crise sociale lyonnaise à la veille de la Révolution », Revue d'histoire moderne et contemporaine, 1955, p. 5-45.

2 Sur l'histoire intellectuelle et culturelle de Lyon au tournant des xviiie et xixe siècles, Trénard, Louis, Lyon de l'Encyclopédie au Préromantisme, Paris, 1958,2 volumes.

3 Sur l'histoire religieuse de Lyon, deux synthèses récentes et équilibrées : Comby, Jean, L'Évangile au confluent. Dix-huit siècles de christianisme à Lyon, Lyon, 1977 et Gadille, Jacques (sous la direction de), Lyon, Paris, Histoire des diocèses de France 16, 1983. Sur la période moderne, Hoffman, P. Church and Comunity. The Parisch Priests and Couter-Reformation in the Diocese of Lyon, 1500-1789, Yale University Press, 1979. Pour une prosopographie des acteurs, Lyon. Le Lyonnais-Le Beaujolais, sous la direction de X. de Montclos, Paris, dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine 6, 1994.

4 Monternot, Charles, L'Église de Lyon pendant la Révolution. Yves-Alexandre de Marbeuf, ministre de la Feuille des bénéfices, archevêque de Lyon (1734-1799), Lyon, 1911.

5 Metzger, Albert, Vazsen, Joseph, Notes et documents relatifs à Lyon pendant la Révolution (1779-1795), Lyon. 1882-1888, 10 volumes ; Wahi, Maurice, Les premières années de la Révolution à Lyon, 1788-1792, Paris, 1894 ; Charlety, Sébastien, Documents relatifs à la vente des biens nationaux dans le département du Rhône, Lyon, 1906 ; Vermale François, Département du Rhône. Essai sur la répartition sociale des biens ecclésiastiques nationalisés, Chambéry, 1906 ; Poidebard, Robert, La vie agitée d'Imbert-Colomès, premier échevin et commandant de la ville de Lyon en 1789, Lyon, 1942.

6 Tackett, Timothy, Religion, Revolution and Regional Culture in Eighteenth-Century France. The Ecclesiastical Oath of 1791, Princeton University Press, 1985 ; traduction française : La Révolution, l'Église, la France. Le sermet de 1791, préface de Michel Vovelle, postface de Claude Langlois, Paris, 1986, p. 410, d'après Cattin, F., Mémoires pour servir à l'histoire ecclésiastique des diocèses de Lyon et de Belley, depuis la constitution civile du clergé jusqu'au Concordat, Lyon, 1867 ; et Camelin, Joseph, Les Prêtres de la Révolution. Répertoire officiel du clergé schismatique de Rhône-et-Loire (avril 1791-octobre 1793), Lyon, 1944. Cf encore Palluat de Besset, R. La résistance à la constitution civile du clergé dans le district de Montbrison (1791-1792), Saint-Étienne, 1926 ; Vanel, Jean-Baptiste, « Fourvière, oratoire constitutionnel », Bulletin historique du diocèse de Lyon, 1905, p. 225-239.

7 Chiffres indiqués par Gadille, Jacques, Lyon, op. cit., p. 193, p. 196.

8 Menozzi, Daniele, « Philosophes » e « Chrétiens éclairés ». Politica e religione nella collaborazione di G.H. Mirabeau e A.A. Lamourette, Brescia, 1976.

9 Une source essentielle : Linsolas, Jacques, L'Église catholique de Lyon pendant la Révolution. 1-1789-1794-Résistance, siège, Terreur. 2-1794-1799-Missions, séminaires, communautés religieuses, éditée par Joseph Jomand, Lyon, 1985-1987, 2 volumes (sur l'épisode, I, p. 51-52). Quelques études : Durieux, J. Tableau historique du diocèse de Lyon pendant la persécution religieuse de la grande Révolution française, Lyon, 1869 ; Rambaud, Jacqueline, La question religieuse dans le diocèse de Lyon sous la Révolution, Lyon, Archives départementales, 1992.

10 Les massacres de septembre 1792, Revue de l'Institut catholique de Paris, 44, octobre-décembre 1992, p. 36, p. 146. Sur le sens de la sanctification de leur sacrifice, on se permet également de renvoyer à Boutry, Philippe, « Hagiographie, histoire et Révolution française. Pie XI et la béatification des martyrs de septembre 1792 (17 octobre 1926) », in Achille Ratti, pape Pie XI. Actes du colloque de Rome (15-18 mars 1989), Rome, 1996, p. 305-355.

11 L'historiographie est très tôt surabondante : Gonon, P.-M., Bibliographie historique de la ville de Lyon pendant la Révolution Française, contenant la nomenclature par ordre chronologique des ouvrages publiés en France ou à l'étranger, et relatifs à l'histoire de cette ville, Lyon, 1844 ; Faure, Claude, Lacour, René, « Bibliographie des travaux rekatufs à l'histoire de la Révolution dans le Rhône-et-Loire, parus depuis 1900 », in Répertoire numérique de la série L, Lyon, 1950, p. 167-170. On en retiendra tout d'abord des récits classiques, en sens très opposé : Guillon De Monteleon, A., Histoire du siège de Lyon, des événements qui l'ont précédé et des désastres qui l'ont suivi, Paris, 1797, 2 volumes (repris in Mémoires pour servir à l'histoire de la ville de Lyon pendant la Révolution, Paris, 1824, 3 volumes) ; Belleydier, A., Histoire politique et militaire du peuple de Lyon pendant la Révolution française, Paris, 1845-1846, 2 volumes ; Bittard Des Portes, René, Contre la Terreur. L'insurrection de Lyon en 1793. Le siège. L'expédition du Forez, Paris, 1906 ; Riffaterre, C., Le mouvement anti-jacobin et anti-parisien à Lyon et dans le Rhône-et-Loire en 1793 (29 mai-15 août), Lyon-Paris, 1912-1928, 2 volumes ; Herriot, Édouard, Lyon n'est plus. I-Jacobins et modérés. II-Le siège. III-La répression. IV-La réaction, Paris, 1937-1940, 4 volumes. On consultera également quelques études récentes : Koi, Takashi, « Les Chaliers et les sans-culottes lyonnais, 1792-1793 », Annales historiques de la Révolution française, L, 1978, p. 127-131 (compte rendu de thèse de troisième cycle, Lyon, 1974) ; De Francesco, Antonino, « Le quartier lyonnais de La Croisette pendant les premières années de la Révolution », Bulletin du Centre d'histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1979, p. 21-64 et « Montagnardi e sanculotti in provincia : il caso lionese, agosto 1792-maggio 1793 », Studi storici, XIX, 1978, p. 589-626 (repris et amplifié in Il sogno dlela Repubblica. Il mondo del lavoro dall'Ancien Régime al 1848, Milan, 1983, p. 97-187) ; LonGfellow, David L., « Silk Weavers and the Social Struggle in Lyon during the Franch Revolution », French Historical Studies, XII, 1981, p. 1-40 ; Seve, Marie-Madeleine, « Sur la pratique jacobine : la mission de Couthon à Lyon », Annales historiques de la Révolution française, LV, 254, 1983, p. 510-543 ; Edmonds, William, « The rise and fall of popular democracy in Lyon, 1789-1794 », Bulletin of the John Ryland's University Library, LXVII, 1984, p. 408-449 et « A Jacobin Debacle : The Losing of Lyon in Spring 1793 », History, LXIX, 225, 1984, p. 2-14 ; Benoit, Bruno, « Les fêtes révolutionnaires à Lyon », Cahiers d'histoire, XXXII, 1987, p. 101-121, « Analyse des violences urbaines à l'époque révolutionnaire : l'exemple lyonnais », in Ville et révolution française (Lyon, mars 1993), Lyon, 1994, p. 147-162, et « À propos du républicanisme lyonnais en 1793 », Cahiers d'histoire, XXX-VIII, 1993, p. 253-271 ; SAUNIER, Pierre-Yves, « Le siège de Lyon et le culte du territoire », Ibid., p. 351-364. Ultime synthèse en date : Trénard, Louis, La Révolution française dans la région Rhône-Alpes, Paris, Perrin, 1992.

12 Parmi les interprétations très contrastées du « fédéralisme » de 1793 dans lequel s'insère l'insurrection lyonnaise, cf. La synthèse ancienne, mais encore irremplacée de Wallon, Henri, La Révolution du 31 mai et le fédéralisme en 1793, Paris, 1886, 2 volumes ; et les réflexions plus récentes d'Edmonds, William, « Federalism and urban revolt in France in 1793 », Journal of modem history, 1983, p. 22-53 ; Bernet, Jacques, Duport, Anne-Marie, Guilhaumou, Jacques, Wartelle, François, Dorigny, Marcel, Delaporte, Yves, Existe-t-il un fédéralisme jacobin ? Études sur la Révolution, Actes du IIIe Congrès national des sociétés savantes (Poitiers, 1986), Paris, 1986, p. 5-135 ; De Francesco, Antonino, « La testa contro il corpo : movimento sezionario e federalismo nella Francia del 1793 », Criticastorica, 1986, p. 412-448 ; Lebrun, François, Dupuy, Roger, Les résistances à la Révolution, Paris, 1987 ; De Francesco, Antonino, « Nè Gironda, nè Montagna. La rivolta dei departimenti nella Francia del 1793 », Studi storici, XII, 45, 1989, p. 661-696.

13 Charlety, Sébastien, « La journée du 29 mai 1793 à Lyon », Revue de la révolution française, XXXIX, 1900, p. 340-374 et 385-426.

14 Sources essentielles : Charavay fils, Bulletins du département de Rhône-et-Loire, du 8 août au 30 septembre 1793, imprimés par ordre du Comité général de surveillance et de salut public de Lyon, Paris-Lyon, 1845 ; Guigue, Georges, Procès-verbaux des séances de la Commission populaire, républicaine et de Salut Public de Rhône-et-Loire (30 juin-8 octobre 1793), Trévoux, 1899, et Registre du secrétariat général des sections de la ville de Lyon (2 août-11 octobre 1793), suivi des délibérations de la section de Porte-Froc (26 mai-11 octobre 1793), Lyon, 1907. Relevons également deux catalogues d'expositions récentes : 1793. L'année terrible à Lyon. Imprimés, images, documents, Lyon, Musée de l'Imprimerie et de la Banque, 1993 ; et La vie quotidienne à Lyon pendant la Révolution, Lyon, Musée historique de Lyon, 1989.

15 Du Lac, R., Le général comte de Précy. Sa vie militaire, son commandement au siège de Lyon, son émigration, Paris-Lyon, 1908. Sur la traque sanglante des insurgés après le siège : Berlot-Francdouaire, Eugène, Le général comte de Précy et les Muscadins en Beaujolais après le siège de Lyon, Villefranche, 1909 ; Perrin, Édouard, Le tombeau des Muscadins. Les Lyonnais à Saint-Étienne et dans le Forez pendant la Terreur, Montbrison, 1918 ; Bayon, Jacqueline, « Saint-Étienne et les stéphanois face à la crise fédéraliste lyonnaise », Cahiers d'histoire, XXXVIII, 1993, p. 273-301.

16 Wahl, Maurice, Joseph Chalier, Lyon, 1896 ; Rombeau, A., Un épisode de la Révolution à Lyon. Le procès Chalier, Lyon, 1921.

17 Bayard, Françoise, « Lyon et les Lyonnais vus de Paris en 1793 », in Ville et Révolution française (Lyon, mars 1993), Lyon, 1994, p. 61-77.

18 Archives Parlementaires, tome LXXVI, p. 458. Convention nationale, séance du 12 octobre 1793.

19 Cobp, Richard, Les armées révolutionnaires, instrument de la Terreur dans les départements, Paris, 1961-1963, 2 volumes.

20 Pour reprendre les chiffres de Trénard, Louis, La Révolution française, op. cit., p. 434. Listes détaillées in Raverat, A., Lyon sous la Révolution suivi de la liste des condamnés à mort, Lyon, 1883 ; Portallier, Antonin, V Indry, Fleury, Tableau général des victimes et martyrs de la Révolution en Lyonnais, Forez et Beaujolais, spécialement sous le régime de la Terreur (1793-1794), Saint-Étienne-Yssingeaux, 1911-1928 ; Boissieu, Maurice de, Le monument religieux des Brotteaux. Historique. Liste des victimes du siège de Lyon en 1793, Lyon, 1925.

21 Quelques éléments d'une bibliographie très disparate : Moll Ere, Humbert, Notes sur les victimes de la Terreur faisant partie de l'ancien chapitre de Saint-Just à Lyon, Lyon, 1934 ; Vanel, Jean-Baptiste, « Une victime de la Terreur à Lyon : le vicaire général Merle de Castillon », Bulletin historique du diocèse de Lyon, 1925, p. 25 ; 1926, p. 13, p. 135 ; Zeller, Olivier, « Mourir aux Brotteaux. Lettres de prison de François Brac de Montpiney (novembre et décembre 1793) », Cahiers d'histoire, XXXVIII, 1993, p. 333-350.

22 Chiffre indiqué par Comby, Jean, L'Évangile au confluent, op. cit., p. 114.

23 L'attribution a été confirmée par Vial, Paul, qui en a procuré l'édition : « Histoire de la vie et du martire de Dom Étienne Balley Chartreux guillotiné dans la persécution de l'Église de France le 14 janvier 1794 écrite d'après le rapport de sa sœur aînée », in Le maître du curé d'Arts. Charles Balley (1751-1817), Paris, Beauchesne, 1970, p. 125-151.

24 Ibid., p. 150-151.

25 Fuoc, Renée, La réaction thermidorienne à Lyon (1795), Lyon, 1957.

26 Ballanche, Pierre-Simon, Éloge de Camille Jordan, Paris, 1826 ; Sainte-Beuve, Charles-Augustin, Nouveaux lundis, Paris, 1893, tome XII, p. 266-280 ; Herriot, Édouard, « Camille Jordan et la Restauration », Revue d'histoire de Lyon, 1902, p. 119-142.

27 « De toutes les communes de la République, il n'en est aucune où la rage révolutionnaire ait exercé ses fureurs avec plus d'atrocité qu'à Lyon », cité par Trénard, Louis, Lyon de l'Encyclopédie au préromantisme, op. cit., II, p. 427. Une altercation avec Marie-Joseph Chénier s'en suivit.

28 Palluat de Besset, R., Les compagnons de Jésus dans le district de Montbrison (1794-1798), Saint-Étienne, 1927 ; Lenotre, Georges (Théodore Gosselin) La Compagnie de Jéhu. Épisodes de la réaction lyonnaise (1794-1800), Paris, 1931. À titre comparatif, Lebrun, François, Dupuy, Roger, éd.. Les Résistances à la Révolution, Paris, 1987 ; Dupuy, Roger, De la Révolution à la Chouannerie. Paysans en Bretagne, 1788-1794, Paris, 1988, et Les Chouans, Paris, 1997.

29 Sur la personnalité et l'action du cardinal Fesch (1763-1839), Le cardinal Fesch par lui-même. Choix de lettres, Lyon, 1970 ; Lyonnet, Jean-Baptiste, Le Cardinal Fesch, archevêque de Lyon, Lyon-Paris, 1841, 2 volumes ; les deux pamphlets de Cattet, S., La vérité sur le cardinal Fesch, ou Réflexions d'un ancien vicaire-général de Lyon sur l'Histoire de Son Éminence par M. l'abbé Lyonnet, Lyon-Paris, 1842, et Défense de « La vérité sur le cardinal Fesch » et sur l'administration apostolique du diocèse de Lyon, Lyon, 1842 ; Ricard, Antoine, Le cardinal Fesch, archevêque de Lyon (1763-1839), Paris, 1893 ; Dudon, Paul, « Fesch et les séminaires lyonnais », Études, XCVI, 1903, p. 499-526 ; Vanel, Jean-Baptiste, « Le premier conflit entre Fesch et Consalvi. L'affaire Vernègues », Revue du Lyonnais, 1921, p. 211-237, 311 -341 ; Tencajoli, Oreste Ferdinando, « Giuseppe Fesch arcivescovo di Lione e primato delle Gallie (1763-1839) », Corsica antica e moderna, III, 1934, p. 73-95 ; Ferrar S, P., « Il Concordato francese e il cardinale Fesch », Civiltà Cattolica, 1936/I, p. 479-500 ; et surtout Latreille, André, Napoléon et le Saint-Siège (1801-1808). L'ambassade du cardinal Fesch à Rome, Paris, 1936, « Le cardinal Fesch et l'administration du diocèse de Lyon de 1803 à 1806 », La Révolution Française, XII, 1937, p. 321-336, « Un épisode de l'histoire religieuse de la Restauration. La question de l'administration du diocèse de Lyon, 1814-1839 », Revue d'Histoire de l'Église de France, XXX, 1944, p. 54-93, « Les dernières années du cardinal Fesch à Rome (1814-1839) », Revue des études italiennes, I, 1954, p. 95-113, et « Le cardinal Fesch, archevêque de Lyon, après 1814 », Cahiers d'histoire, XVI, 1971, p. 277-295 ; plus récemment : Colombani, H., Le cardinal Fesch, Paris, 1979 ; Trénard, Louis, « La catéchèse sous les épiscopats de Monseigneur de Montazet et de Monseigneur Fesch », in Pratiques religieuses dans l'Europe révolutionnaire (1770-1820). Actes du colloque, Chantilly, 27-29 novembre 1986, réunis par Lerou, Paule et Dartevelle, Raymond, sous la direction de Plongeron, Bernard, Turnhout, 1988, p. 496-505. Sur les papiers Fesch, Michel, Ersilio, « Le carte Fesch nell'Archivio Dipartimentale di Lione », Archivio storico di Corsica, VIII, 1932, p. 525-538 ; et Faure, Claude, « Les papiers du cardinal Fesch aux archives départementales de Lyon », Études et documents divers XXII, Paris 1936, p. 113-149.

30 À titre comparatif, Lagrée, Michel et Roche, Jehanne, Tombes de mémoire. La dévotion populaire aux victimes de la Révolution dans l'Ouest, Rennes, 1993 ; Martin, Jean-Clément, La Vendée de la mémoire (1800-1980), Paris, 1989.

31 Hardoin-Fugier, Élisabeth, « Le souvenir des victimes à Lyon : du cénotaphe (1795) aux chapelles (1906) », in Pratiques religieuses dans l'Europe révolutionnaire (1770-1820), op. cit, p. 660-668 (citation p. 661).

32 Ibid., p. 663.

33 Nous suivons encore sur ce point la fine analyse de Mme Hardouin-Fugier, loc. cit., p. 665. Le souvenir des victimes continue à peser très douloureusement sur le rapport que la ville de Lyon, par-delà son option radicale en politique (Gailleton, Herriot, Pradel), entretient avec la Révolution française. Les cérémonies du bicentenaire de 1789 y ont été réduites à leur plus stricte expression. Indice de la vitalité d'une mémoire dramatique de l'événement, l'Association « Lyon 93 » a publié depuis 1985 aux Éditions lyonnaises d'art et d'histoire dans la « Collection du bicentenaire de la Révolution française à Lyon » plusieurs ouvrages d'intérêt historique et généalogique consacrés aux victimes de la Terreur et à leur descendance.

34 Sur la figure trop souvent encore méconnue de Ballanche (1776-1847), Huit, Charles, La vie et les œuvres de Ballanche, Lyon, 1904 ; Marquiset, A., Ballanche et Madame d'Hautefeuille, Paris, 1912 ; Buche, Joseph, L'École mystique de Lyon (1776-1847), Paris, 1935 ; Roos, J., Aspects littéraires du mysticisme philosophique et l'influence de Boehme et de Swedenborg au début du romantisme : William Blake, Novalis, Ballanche, Heitz, Strasbourg, 1947 ; Benichou, Paul, « Ballanche », Le temps des prophètes Doctrines de l'âge romantique, Paris, 1977, p. 74-104, et « Le grand œuvre de Ballanche : chronologie et inachèvement », Revue d'histoire littéraire de la France, 1975, p. 736-748 ; Lubac, Henri de, « Les méditations de Ballanche » La postérité spirituelle de Joachim de Flore, Paris-Namur, 1978, 2 volumes, I, p. 310-325 ; Ozouf, Mona, « Ballanche ; l'idée et l'image du régicide », Le Débat, 39, mars-mai 1986, p. 67-80 (repris in L'Homme régénéré. Essais sur la Révolution française, Paris, 1989, p. 183-210) ; Grondeux, Jérôme, « Pierre-Simon Ballanche (1776-1847) : un théosophe en politique », Historiens et géographes, 351, p. 299-304, et 352, p. 353-360.

35 Cité in Ballanche, Pierre-Simon, La ville des expiations, présentation de Pierre Michel, Presses universitaires de Lyon, 1981, p. 8.

36 Ibid., p. 23-24

37 Moïse, Robert, Une page d'histoire lyonnaise. La digne fin de Jean-Jacques Ampère à Lyon en 1793, Malakoff, 1935 ; et Trénard, Louis, « André-Marie Ampère », in Lyon de l'Encyclopédie au préromantisme, op. cit., II, p. 691-700.

38 Ledre, Charles, Le culte cahé sous la Révolution. Les missions de l'abbé Linsolas, Paris, 1949. Chiffres repris de Comby, Jean, L'Évangile au confluent, op. cit., p. 115.

39 Archives paroissiales d'Ars, Procès de l'Ordinaire, p. 1011, cité par Fourrey, René, Le curé d'Ars authenthique, Paris, 1964, p. 30.

40 Archives de l'évêché de Belley, Vie de Monsieur Vianney, manuscrit de l'abbé Raymond, ancien vicaire d'Ars, cité Ibid., p. 30.

41 Sur les antécédents modernes : Guigue, Georges, Les papiers des dévots de Lyon. Recueil de textes sur la Compagnie secrète du Saint-Sacrement, 1630-1731, Lyon, 1932 ; Gutton, Jean-Pierre, La société et les pauvres. L'exemple de la généralité de Lyon, Paris, 1971 ; Chatelier, Louis, l'Europe des dévots, Paris, 1987 ; Tallon, Alain, La Compagnie du Saint-Sacrement, 1629-1667. Spiritualité et société, Paris, 1990.

42 Sur les Aa, Bona, Candido, Le “Amicizie”. Società segrete e rinascita religiosa (1770-1830), Turin, 1962 ; Poutet, Y., Roubert, Les « Assemnbées » secrètes des xvie-xviie siècles en relation avec l'Aa de Lyon. Édition critique des annales d'une Aa lyonnaise, Piacenza, 1968 ; J. Godechot, Jacques, « Quel a été le rôle des Aa pendant l'époque révolutionnaire ? », in Mélanges offerts à M. le doyen André Latreille, Lyon, 1972, p. 105-115 (avec renvoi à l'ensemble de la bibliographie) ; Meyer, Jean-Claude, « L'Aa de Toulouse devant les serments (1790-1801) », in Actes du 108e Congrès national des sociétés savantes (Grenoble, 1983), Paris, 1984, II, p. 149-159. Sur la Congrégation et les congrégations : Geoffroy De Grandmaison, Charles-Alexandre, La Congrégation (1801-1830), Paris, 1890 ; Bertier De Sauvigny, Guillaume de, Un type d'ultra-royaliste. Le comte Ferdinand de Bertier (1782-1864) et l'énigme de la Congrégation, Paris, 1948 ; Duroselle, Jean-Baptiste, Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, 1951 passim, et « Les filiales de la Congrégation », Revue d'histoire ecclésiastique, IV, 1957, p. 867-892 (avec renvoi à l'ensemble de la bibliographie accessible à cette date).

43 Rouquette, Robert, « Pauline Jaricot et les Messieurs de Lyon », Études, avril 1962, p. 3-22 ; Lestra, Antoine, Histoire secrète de la congrégation de Lyon, Paris, 1967 ; Baumont, Jean-Claude, « Une association de laïques catholiques : la congrégation de Lyon. Aspects et limites de son action lyonnaises (1817/1840) », Mélanges offerts à M. le doyen André Latreille, Lyon, 1972, p. 511-532.

44 Gadille, Jacques, Lyon, op. cit., p. 208-228, auquel nous renvoyons pour l'ensemble de la bibliographie. Cf. également Saunier, Pierre-Yves, « L'Église et l'espace de la grande ville au xixe siècle : Lyon et ses paroisses », Revue historique, tome 2888, n° 584, 1992, p. 321-348.

45 Ibid., p. 211.

46 Boutry, Philippe, « Le bel automne de l'indulgence, ou 50 000 suppliques à l'âge de la Restauration », Provence historique, XXXIX/156, 1989, p. 337-353.

47 Lagrée, Michel, « Les versements des diocèses français à l'Œuvre de la Propagation de la Foi », in L'Hostie et le Denier. Les finances ecclésiastiques du haut Moyen âge à l'époque moderne, Genève, 1989, p. 279-288.

48 Boudon, Jacques-Olivier, L'Épiscopat français à l'époque concordataire, 1802-1805. Origine, formation, nomination, Paris, 1996, p. 23-36.

49 Lagrée, Michel, Religion et cultures en Bretagne, 1850-1950, Paris, 1992.

50 Boudon, Jacques-Olivier, Paris capitale religieuse sous le Second Empire, université de Paris IV, Mémoire pour l'habilitation, 1997.

51 Gadille, Jacques, Lyon, op. cit., p. 229-249, auquel nous renvoyons pour l'ensemble de la bibliographie.

52 Rude, Fernand, L'insurrection lyonnaise de novembre 1831. Le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1832, Paris, 1969, et Les révoltes des canuts, 1831-1834, Paris, 1982 ; Léon, Pierre, Géographie de la fortune et structure sociale à Lyon au xixe siècle, Lyon, 1974 ; Lequin, Yves, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, 1977 ; Bezucha, R.J., The Lyon Uprising of 1834. Social and Political Conflict in the Early July Monarchy, Cambridge (Mass.), 1974.

53 Loc. cit., p. 25.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable