Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Première partie. L'ajustement des représentations et l'invention des normes

Les métamorphoses de l'étiologie hystérique et ses effets sur la représentation des sexes (du début du xixe siècle à la Grande Guerre)

Nicole Edelman

Texte intégral

1La nosologie et surtout l'étiologie de l'hystérie se transforment profondément du début du xixe siècle à la Grande Guerre. Chacun des changements participe au dessin de nouveaux contours des catégories homme/ femme. Métamorphoses de l'hystérique et modifications de la représentation des hommes et des femmes s'entrelacent dans une interaction permanente avec les évolutions sociales et culturelles.

  • 1 Jean-Baptiste de Louyer-Villermay, Traité des vapeurs ou maladies nerveuses et particulièrement de (...)
  • 2 Ibid., p. 210.
  • 3 Ibid., p. 43.
  • 4 J.-B. de Louyer-Villermay, Traité des vapeurs ou maladies nerveuses..., op. cit., 2 volumes, 1re é (...)

2L'hystérie est conçue au début du xixe siècle comme d'origine utérine. Le médecin Jean-Baptiste de Louyer-Villermay (1775-1837) est un des porte- parole les plus représentatifs de cette théorie. Il propose pour synonyme du mot hystérie : « affection utérine », « suffocation de la matrice », « étranglement de l'utérus », « mal de mère » ou encore « vapeurs hystériques » contestant cependant celui « d'ascension de la matrice » lié à la tradition hippocratique1 La raison la plus constante invoquée à cette maladie est celle qui « tient aux besoins qu'éprouvent les personnes du sexe2 » chez qui l'influence des organes sexuels « est toute puissante3 ». La preuve la plus flagrante en est que les femmes mariées qui jouissent des plaisirs de l'amour et les femmes publiques ne sont pas hystériques. Et « ne sait-on pas qu'une pratique infâme, clitoridis titillatio, id est, uteri secretio, dissipe le plus souvent les accès ?4 ». L'acte sexuel et le plaisir, qui éventuellement l'accompagne, sont donc proposés comme des thérapeutiques majeures de l'hystérie. Dans ce moment post révolutionnaire, où le politique s'attache à recréer une hiérarchie entre hommes et femmes, l'hystérie autorise donc à représenter « la » femme comme totalement dominée tout à la fois par son sexe et par une nature excessive qui lui serait propre.

  • 5 J.-B. de Louyer-Villermay, Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckoucke, 1818, article h (...)

3Les hommes, en effet, non seulement ne peuvent pas être hystériques mais ils sont plutôt hypocondres. Ces deux maladies, hystérie et hypocondrie, sont ainsi systématiquement étudiées en miroir dans la première moitié du xixe siècle. Loin du sexe et de la nature génitale, l'hypocondrie est présentée comme une maladie parfaitement antagonique de l'hystérie. Elle est tout entière liée à l'intellectualité. « C'est parmi les hommes de lettres, les citoyens livrés aux travaux assidus du cabinet, les artistes, les poètes, parmi les littérateurs les plus distingués et surtout au milieu des personnes douées de l'imagination la plus ardente ou de la plus vive sensibilité, qu'elle choisit de préférence ses victimes5 ».

  • 6 Voir l'introduction de Jean Pierre Peter aux Œuvres du Marquis de Puységur, Un somnambule désordon (...)

4Pourtant, dans ces mêmes premières décennies, tous les médecins ne pensent pas ainsi. Les tenants du magnétisme animal qui se réclament du médecin Franz Anton Mesmer (1734-1815) ou d'Amand-Marc-Jacques de Chastenet, marquis de Puységur (1751-1825) ont une autre conception, fort différente, de l'hystérie, comme, d'ailleurs, des maladies dans leur globalité. Pour eux, l'hystérie n'est qu'un accident nerveux, un engorgement des flux énergétiques internes, soluble par la magnétisation. Les crises salvatrices provoquées par le traitement viennent, disent-ils, rapidement à bout des symptômes de l'hystérie. La mise en état de somnambulisme magnétique est plus efficace encore. Cet état modifié de conscience (qu'on appellera hypnose), découvert par Puységur, permet d'établir un dialogue entre thérapeute et hystérique. Dans cette configuration, l'hystérique est d'abord considéré comme un individu, un être humain malade certes mais que sa maladie n'assigne pas à une nature prédéterminée. La thérapeutique somnambulique revêt en effet un tout autre caractère que celle de la médecine « académique ». Elle bascule totalement du côté du psychique. Moment exceptionnel dont les effets de connaissance sont largement occultés ensuite, déformés et largement oubliés. On ne les retrouvera qu'avec Pierre Janet et Sigmund Freud, après 1880, mais dans des conditions différentes. Le magnétisme est en effet condamné radicalement par les instances académiques médicales et scientifiques officielles, successivement en 1784, en 1837, puis en 1840. Ces condamnations ont pourtant des raisons qui tiennent plus à la morale et à la politique qu'à la science médicale. Elles tiennent aussi à la manière de concevoir les hommes et les femmes. L'appréhension du rapport entre les sexes de ces hommes, médecins ou non, est en effet certes un rapport hiérarchique mais qui laisse aux femmes des compétences intellectuelles et surtout ne les présentent pas comme des malades par nature6.

  • 7 E. Georget, De l'hypocondrie et de l'hystérie, Paris, imprimerie de Rignoux, 1824. De la folie, Pa (...)

5Il est une autre voix dissonante : celle d'Étienne Georget (1795-1828). Cet élève d'Esquirol propose lui aussi une autre interprétation de l'hystérie7. Il est le premier, dès les années 1820, à penser l'étiologie hystérique comme neuro-cérébrale. À cette date, il n'est pourtant pas entendu. L'hypothèse utérine demeure dominante.

6Dans ces années 1820, le monde médical est en effet dans une sorte d'ébullition, véritable crise liée à un excès de théories et de doutes. Sensualisme hérité de Condillac, matérialisme des Idéologues et de Cabanis, phrénologie naissante, courants spiritualistes autour de Maine de Biran, éclectisme médical, magnétisme se succèdent, se chevauchent et se heurtent en des débats déstabilisants. Or les travaux d'E. Georget s'inscrivent dans une démarche matérialiste proche de celle des phrénologistes, qui ne peut être bienvenue sous la Restauration. Le gouvernement ultra, on le sait, préfère le très catholique Laennec (1781-1826) au très libéral Broussais (1772-1838) qui, de plus, est hostile à l'Église. Par ailleurs, la conception neuro-cérébrale d'E. Georget autorise à penser l'hystérie masculine, certes celle d'un homme efféminé, mais d'un homme quand même. Par cette éventualité, il fragilise la représentation de l'homme raisonnable et équilibré. Il met aussi en péril les frontières si laborieusement construites entre les sexes. Enfin, la famille, mise en danger par la loi de 1792 instaurant le divorce par consentement mutuel, est dorénavant restaurée dans sa grandeur traditionnelle et sa puissance patriarcale. Le Code civil a été promulgué en 1804, il met l'épouse sous la tutelle de son mari et la rend irresponsable. Le divorce a été aboli en 1816. Dans ce cadre, pourquoi l'existence d'une femme hystérique à la sexualité débridée serait-elle plus à craindre que sous l’Ancien-Régime ? Vapeurs et hystérie appartiennent à la faiblesse naturelle des femmes. Ce mal de mère, ces fragilités du ventre féminin honni et chéri ne se résolvent-ils pas dans le mariage et la procréation ? Le mariage en devient presque une obligation de nature.

  • 8 Voir Nicole Edelman, Les métamorphoses de l'hystérique (du début du xixe siècle à la Grande Guerre (...)
  • 9 Frédéric Dubois D'Amiens, Histoire philosophique de l'hypocondrie et de l'hystérie, Paris, Deville (...)
  • 10 Il s'agit du prix Civrieux, fondé par Marie Elizabeth Bernard de Civrieux, épouse de M. Michel jeu (...)

7Si en 1820, la théorie neuro-cérébrale n'est pas acceptée, la thèse utérine est cependant ébranlée et contestée dès les années 1830. La thèse neuro-cérébrale devient dominante après 1845. Des ouvrages considérés comme majeurs sont publiés et couronnés à ces dates. L'évolution est largement confirmée par les soutenances de centaines de thèses sur ce sujet8. En 1830, Frédéric Dubois d'Amiens (1799-1873) reçoit ainsi la médaille d'or de l'Académie de Bordeaux pour un mémoire concernant une histoire philosophique de l'hypocondrie et de l'hystérie. Ce médecin place l'origine de l'hystérie dans une « surexcitation de la matrice qui réagit sympathiquement dans les attaques sur l'axe cérébro-rachidien9 ». Il fait de l'hystérique une malade honorable dont la maladie n'est plus liée à un besoin sexuel irrépressible. En 1845, l'Académie royale de médecine de Paris confirme ce tournant étiologique en offrant un premier prix ex aequo10 à deux médecins dont les thèses ne sont pas identiques mais qui s'accordent sur une étiologie hystérique nerveuse. J. L. Brachet (1789-1858) défend une étiologie neuro-cérébrale, Hector Landouzy (1812-1864), une thèse neuro-utérine. Si les progrès de la neurologie sont certes importants dans cette première moitié du siècle, ils me paraissent insuffisants pour expliquer cette évolution. Il faut sans doute ajouter d'autres hypothèses.

8Pendant les années 1830-1840, la conjoncture politique change, la révolution de 1830, en donnant le pouvoir aux libéraux, lève l'anathème jeté contre les « matérialistes ». Les douze premières années du règne de Louis- Philippe sont ainsi l'âge d'or de la phrénologie. Ces années 1830 sont par ailleurs celles de tous les dangers : révolution libérale, mise en question de la famille par les fouriéristes et les saint-simonien(ne)s... Dans ces conditions, la représentation d'une femme dominée par de possibles excès sexuels peut devenir préjudiciable. La famille est certes toujours essentielle dans la société libérale mais sa conception repose dorénavant sur des bases plus idéologiques et politiques que religieuses et naturelles. Or la neurologisation de l'hystérie met fortement à distance le soupçon de la dépravation. Elle écarte aussi le plaisir comme thérapeutique. Elle souligne en revanche l'exquise sensibilité des femmes. Dans le discours médical, il est alors question bien plus de génitalité que de sexualité.

  • 11 P. Briquet, Traité clinique et thérapeutique de l'hystérie, Paris, Baillière, 1859.
  • 12 Ibid, p. 50.
  • 13 Ibid., p. 101.

9Le partage entre une origine nerveuse génitale ou cérébrale restait encore à déterminer. La thèse neuro-cérébrale l'emporte à la fin des années 1850. Le Traité clinique et thérapeutique de l'hystérie, publié en 1859, par le médecin Pierre Briquet (1796-1881) fait de l'hystérie « une névrose de l'encéphale11 ». Ce médecin hospitalier, généraliste, affirme, haut et fort, pour la première fois, qu'aucun lien n'existe, de quelque nature que ce soit entre l'appareil génital des femmes et l'hystérie. Les hommes peuvent donc être hystériques mais ils sont, en ce cas, efféminés, donc hors des normes sociales. En revanche, il hystérise toutes les femmes : riches et pauvres, oisives et ouvrières, rurales et citadines. Or jusqu'alors, le modèle de l'hystérique se peignait largement sous les traits d'une femme aisée et oisive, sensible et irritable. Toutes les femmes sont donc menacées par l'hystérie. Les femmes du peuple ont seulement besoin de plus de souffrances et de plus de violences pour devenir hystériques que les femmes des classes aisées mais fondamentalement leur système nerveux est semblable. La preuve en est qu'homme et femme ne réagissent pas de la même façon aux émotions pénibles. « La femme souffre, tandis que l'homme s'agite12 ». Si quelques hommes hystériques réagissent comme les femmes, c'est qu'ils ont un système nerveux qui ressemble à celui des femmes. Un homme, un vrai, ne devient pas hystérique. Sous le coup d'une émotion pénible, il agit, se met en colère, devient violent mais pas hystérique. Si jamais il le devient : « c'est le renversement des lois constitutives de la société13 ». En revanche, les femmes hystériques ne transgressent en aucun cas les normes sociales. Leur trop grande sensibilité n'est que la marque d'une quintessence de féminité, signe de leur rôle dans la société.

  • 14 Ibid., p. 51.

« La femme a dans la société une mission noble et de la plus grande importance, celle d'élever l'enfance, de soigner et de faire le bien-être de l'âge mûr et de la vieillesse ; pour remplir ce but, elle a été douée d'un mode spécial de sensibilité qui est fort différent de celui de l'homme14 ».

10Les conclusions de P. Briquet confirment donc en les fondant médicalement et scientifiquement les partages politiques et sociaux déjà effectués par les républicains de la seconde République et largement entérinés par les hommes du pouvoir de Napoléon III. L'étiologie savante de l'hystérie est dorénavant dominée par l'interprétation neuro-cérébrale. Dans ce domaine, le travail de Pierre Briquet représente un point d'apogée : il confère à la figure de l'hystérique une dignité morale.

11Jamais pourtant, l'étiologie neuro-génitale, voire utérine, ne disparaît. Elle demeure présente dans nombre de manuels destinés aux étudiants. Elle est largement réinventée par des écrivains, ainsi Baudelaire, Flaubert, les Concourt, Zola, Rachilde... Véhiculée par la tradition, le médecin de famille hésite ainsi pendant tout le siècle à porter ce diagnostic car l'opprobre de l'excès sexuel et de la dépravation ne cesse de rôder autour de l'hystérique.

12Jean-Martin Charcot (1825-1893) confirme et peaufine cependant cette neurologisation. Pour ce faire, il dessine une hystérie « une et indivisible » qu'il affirme donc comme également partagée par les hommes et par les femmes. Cette théorisation charcotienne n'a cependant qu'une influence éphémère (les années 1880) et paradoxale. Pour ce très grand neurologiste, toutes les femmes sont susceptibles d'être touchées par la maladie. En revanche, malgré son affirmation d'égal partage entre hommes et femmes, seule une catégorie d'hommes, certes virils pour la première fois, est sérieusement menacée : celle des ouvriers et des artisans, sans épargner pour autant des bourgeois qui demeurent cependant très minoritaires dans les cas cités par Charcot. Ces hommes sont pour Charcot de « vrais » malades qui ne simulent pas leur maladie. Charcot a en effet mis au jour l'hystérie masculine en s'interrogeant sur les conséquences d'accidents du travail, et plus particulièrement des accidents de chemin de fer, de plus en plus en nombreux en Europe et aux États-Unis. En France comme ailleurs, ces accidents donnent éventuellement lieu à des procès en vue d'indemnisation. La législation française est cependant à cette date encore balbutiante en ce domaine, ce qui n'est pas le cas en Allemagne. Le diagnostic médical est cependant décisif dans la prise de décision juridique.

13Par ailleurs, à la fin des années 1880, l'analyse de Charcot évolue très vite. Le neurologiste réduit en effet le champ social de dangerosité hystérique masculine par la mise en avant d'un nouveau profil centré sur une pathologie du mouvement : celui du vagabond, du voyageur irrépressible, de l'errant. Cette représentation d'un homme hystérique, dans ces strictes limites, est alors non seulement acceptable socialement et politiquement mais valide les représentations dominantes de l'homme de cette fin de siècle. Ce glissement de l'homme hystérique, artisan ou cheminot vers l'errant, que la doxa de cette fin de siècle considère comme un déviant, passible de prison, dessine un contre-modèle de l'homme normal et sain. Ce profil d'un homme qui bouge et qui ne tient pas en place, profile en creux celui de l'homme qui demeure au sein de son foyer, en sage et raisonnable père de famille.

14Cette hystérisation, dans un moment où les « classes laborieuses » doivent se fixer pour répondre à l'industrialisation, entérine aussi d'une certaine façon la politique des radicaux et surtout des opportunistes de la IIIe République. Pathologiser certains ouvriers puis les vagabonds permet de situer leurs problèmes hors du politique, à l'intérieur d'une stratégie du secours qu'élaborent les opportunistes (accidents du travail, retraite). Quant aux femmes, l'approche charcotienne ne change guère de celle de ses prédécesseurs. Toutes les femmes étant de possibles hystériques, vieille antienne qui parcourt le siècle, leur surveillance et protection demeurent nécessaires, exercées à la fois par le médecin et par le mari. Leur fragilité naturelle les place de facto dans la famille, protégées du monde public mais dorénavant éduquées soigneusement. Par la présentation d'hystériques, qui deviennent de véritables divas, lors de ses leçons publiques à La Salpêtrière, Charcot participe cependant à la diffusion d'une représentation de la faiblesse naturelle de l'esprit féminin, voire à l'idée de l'existence d'une frénésie hystérique irrépressible.

  • 15 Voir L. Klejman, F. Rochefort, L'Égalité en marche. Le féminisme sous la troisième République, Pre (...)

15Les hommes de gouvernement du début de la IIIe République peuvent ainsi s'appuyer sur ces postulats médicaux pour faire accepter à la fois le maintien d'une mise à l'écart des femmes du politique et celui d'un statut de mineure et d'irresponsable civile en tant qu'épouse. Or le mouvement féministe est de plus en plus actif et les militantes critiquent et contestent non seulement l'inégalité civile et civique mais aussi le type d'éducation et d'instruction proposé par les républicains15 Il n'est donc pas inutile, une fois encore, de trouver de solides remparts donnés comme rationnels et scientifiques contre ces revendications.

16La vraie rupture n'est donc pas, me semble-t-il, ce « moment Charcot ». Elle suit cependant immédiatement la mort de ce médecin avec l'élaboration d'une étiologie psychique de l'hystérie. Pierre Janet, Joseph Babinski, Jules Déjerine, Sigmund Freud y participent avec des apports très différents. Si d'autres enjeux et d'autres questionnements apparaissent alors d'ordre philosophique et psychologique, l'hystérique se remodèle autour de l'idée de faiblesse psychique et morale, faiblesse de toutes les femmes, faiblesse de quelques hommes. Freud reste seul à l'écart. Les médecins avaient déjà bien souvent rapproché le caractère des femmes et celui des enfants. Si l'affirmation n'est pas nouvelle, sa réitération sous une forme quasi-équivalente est inattendue au début du xxe siècle. Elle est formulée lors du Congrès des aliénistes et des neurologistes de Lausanne en 1907. À cette date, le discours médical sur les femmes s'est pourtant recomposé sur bien des points mais un fort consensus demeure autour de l'idée d'une infériorité intellectuelle de ce sexe. De cette minorisation, l'homme « vrai », dans sa généralité, est cependant une fois encore exclu. S'il est hystérique, il est en effet à nouveau soit présenté comme efféminé, soit comme issu des classes prolétaires. En 1907, au congrès des aliénistes et des neurologistes de Lausanne, l'un des rapporteurs officiels, le médecin neurologiste suisse Schnyder affirme :

  • 16 Congrès des aliénistes et des neurologistes, 1907, Paris, Masson, p. 376.

« On rencontre [...] beaucoup d'états hystériques parmi les représentants mâles des classes prolétaires. On peut expliquer cette fréquence en tenant compte des influences morales et sociales auxquelles sont soumis les individus. Les luttes souvent infructueuses pour les revendications sociales, les ambitions déçues, poussent trop souvent le prolétaire à une révolte morale qui lui fait rencontrer dans l'hystérie une sorte de protestation contre les injustices du sort. Les accidents du travail constituent également une cause importante des états hystériques mâles. Il faut compter ici avec la lutte pour l'indemnité qui provoque chez l'homme ce qu'on a appelé la volonté de maladie16 ».

  • 17 Voir Paul Lerner, « Psychiatrie allemande » dans 14-18. Aujourd'hui - To day - Heute (3), Choc tra (...)

17Cette dernière phrase fait bien sûr référence aux procès intentés par des ouvriers lors d'accidents du travail. En France à cette date, la législation s'élabore lentement. Une loi sur les accidents du travail a été votée en 1898 qui introduit le principe du risque professionnel. Une incapacité permanente peut dorénavant donner droit à une rente des deux tiers du salaire. En ce domaine, la législation allemande est, de loin, la plus avancée et la plus protectrice. Aussi, l'hystérie y a-t-elle été l'objet de débats beaucoup plus houleux que partout ailleurs. L'office des assurances du Reich a en effet étendu les bénéfices de la législation bismarckienne sur l'assurance-accident aux ouvriers souffrants des effets mentaux et nerveux des accidents industriels17.

  • 18 Ibid.. p. 70. La phrase est du médecin berlinois H. Oppenheim.

« L'Empire institutionnalisa le diagnostic de "névrose traumatique" [...] qui traitait les symptômes post-traumatiques comme une entité distincte résultant des effets directs - anatomiques ou psychiques - d'événements traumatisants18 ».

  • 19 Ibid, p. 71. La phrase est encore d'Oppenheim.

18Or ce diagnostic, favorable à l'ouvrier accidenté, fut contesté (surtout pour des raisons économiques). On argua dans un premier temps de réactions hystériques qui mettaient l'accent sur un processus pathologique interne et préexistant à l'accident. Dans un deuxième temps, « la cause de la maladie fut considérée comme n'étant pas due aux conséquences psychiques ou émotionnelles de l'accident mais plutôt à l'émotivité de la lutte pour la pension19 ». On parla d'une épidémie de « névrose de pension. » Cette interprétation excluait toute possibilité de pension puisque l'origine des troubles devenait antérieure à l'accident. Elle renvoyait donc l'ouvrier à son travail.

  • 20 Ibid., p. 72.
  • 21 J. Babinski, « Démembrement de l'hystérie traditionnelle. Pithiatisme », dans La semaine médicale, (...)

19En Allemagne, contrairement au diagnostic de Charcot et à la situation française des années 1880, « une puissante opposition entre hystérie et travail fut forgée ». « Le comportement non productif et rebelle au sein de la classe laborieuse allemande se fit taxer d'hystérique20 ». Charcot mort et ses théories neurologiques invalidées par Joseph Babinski et Pierre Janet, cette conception péjorative et méprisante est, me semble-t-il, peu à peu acceptée au début du xxe siècle en France aussi. En 1909, Babinski met ainsi vivement en garde ses confrères contre la tromperie et la simulation possible des ouvriers blessés. Il juge que bien souvent leurs troubles « ne sont que des Fictions21 ».

  • 22 Les psychiatres se retrouvent confrontés à ce type de problème au début de la Grande Guerre, Le sh (...)

20Au début du xxe siècle, l'hystérie des « classes prolétaires mâles » est donc présentée comme relevant d'un manque de courage et de bonne moralité. La maladie est donnée comme un refuge, une « protestation contre les injustices du sort ». L'hystérique mâle a une conception erronée de la réalité à laquelle il est incapable de s'adapter selon les normes sociales de ses contemporains. L'homme hystérique sape les fondements de l'ordre social en brisant les stéréotypes masculins22.

  • 23 Voir George L. Mosse, The Image of Man, New York, 1996.
  • 24 Congrès des aliénistes et des neurologistes, 1907, op. cit., p. 377.
  • 25 Voir 14/18. Choc traumatique et histoire culturelle, op. cit.

21Diagnostic médical et préjugés sociaux se trouvent donc à nouveau entremêlés. En reportant l'hystérie masculine sur les errants et les vagabonds, Charcot avait pu protéger l'image de l'ouvrier et de l'artisan et de la réalité d'une maladie. En ce début du xxe siècle, cette image idéale de la virilité si fortement et lentement construite se trouve ébranlée une fois encore par l'hystérie. Ces hommes hystériques déstabilisent le modèle de « l'homme véritable », un être fort, équilibré, maître de lui-même23. Cas spéciaux, hommes a-normaux, Schnyder conclut son analyse en soutenant que l'hystérie « se manifeste chez les individus dont la mentalité représente un stade primitif de l'évolution de l'espèce24 ». Si femmes et enfants ressortissent, par nature, à un stade mental primitif au sens d'un infantilisme mental, pour les hommes hystériques des classes prolétaires, il s'agit en revanche de dégénérescence, souvent liée à l'alcoolisme ou à la syphilis, qui peut ramener l'individu à un stade inférieur. L'hystérie autorise ainsi un étiquetage des hommes improductifs ou rebelles. Instrument de pathologisation, elle stigmatise ces comportements amoraux et dégénérés. La Grande Guerre fut, en ce domaine, une étape particulièrement pénible. Ce que l'on nomma « choc traumatique » (shell shock), y surgit massivement parmi les soldats, quelle que soit leur nationalité et leur origine sociale. Ce trouble mental fut la blessure la plus répandue de cette période. Brutalement et cruellement, il posa sur la scène médicale la question de son interprétation et de sa thérapeutique. Le diagnostic d'hystérie fut alors très souvent porté. La plupart des médecins appliquèrent la méthode de la suggestion, considérée comme la plus efficace, liée à d'autres thérapeutiques confirmées telles que l'électrothérapie et l'hydrothérapie. Le but final demeurait celui de la réintégration la plus rapide possible du soldat dans l'armée25. Aux caractères d'a-moralité et de paresse de l'homme hystérique élaborés au début du xxe siècle, la guerre ajouta ainsi ceux de lâcheté et de non-patriotisme. Les préjugés sociaux et culturels continuèrent ainsi à contribuer à définir la maladie, celui d'efféminé réapparut. D'autres prirent de l'ampleur :

  • 26 George L. Mosse, « Le choc traumatique comme mal social », dans 14/18, op. cit., p. 29.

« Tout comme on avait accusé les Juifs d'être particulièrement sujets à l'hystérie, les Irlandais et les Écossais des Basses-Terres avaient, dans l'armée britannique, la réputation de se défiler devant le combat viril en simulant la maladie. [...] L'hystérie et la nervosité devinrent des caractéristiques raciales et quelquefois des signes d'appartenance de classe tandis que les individus parfaitement adaptés et solidement intégrés à la société établie et normalisée représentaient les meilleurs éléments militaires26 ».

22Par le canal de l'hystérie, des médecins enferment donc des individus dans des cadres assujettissants. Ils imposent une vérité qui permet de hiérarchiser les individus. Pourtant, des voix dissonantes se font entendre. Freud en premier lieu, explore cette maladie psychique à la recherche d'une thérapeutique efficace. Dans cette quête, il entrouvre au malade un chemin d'accès possible à sa propre identité par la connaissance de soi. Le travail sur l'hystérique permet alors l'émergence d'une nouvelle herméneutique, rupture décisive qui marque la naissance tout à la fois de la psychiatrie et de la psychanalyse. Naissance lente, contestée, difficile.

Notes

1 Jean-Baptiste de Louyer-Villermay, Traité des vapeurs ou maladies nerveuses et particulièrement de l'hystérie et de l'hypocondrie, nouvelle édition, Paris, Baillière, 1832, p. 3. Il faut entendre ici le mot « sexe » comme synonyme de « femme ».

2 Ibid., p. 210.

3 Ibid., p. 43.

4 J.-B. de Louyer-Villermay, Traité des vapeurs ou maladies nerveuses..., op. cit., 2 volumes, 1re éd. 1806, Paris, Méquignon, réédité en 1816 puis 1832 en un volume et deux parties, Paris, Baillière, sans changement de texte, ici, éd. 1832, 1re partie hystérie, p. 53.

5 J.-B. de Louyer-Villermay, Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckoucke, 1818, article hypocondrie, p. 107.

6 Voir l'introduction de Jean Pierre Peter aux Œuvres du Marquis de Puységur, Un somnambule désordonné, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 1999. Nicole Edelman, Voyantes, guérisseuses, vison- naires en France (1785-1914), Paris, Albin Michel, 1995.

7 E. Georget, De l'hypocondrie et de l'hystérie, Paris, imprimerie de Rignoux, 1824. De la folie, Paris, Crevot, 1820. Article « Hystérie » dans Dictionnaire de médecine ou répertoire général des sciences médicales considérées sous leurs rapports théoriques et pratiques, Paris, Béchet, 1re éd. 1824, 2e 1837.

8 Voir Nicole Edelman, Les métamorphoses de l'hystérique (du début du xixe siècle à la Grande Guerre), Paris, La Découverte, 2003.

9 Frédéric Dubois D'Amiens, Histoire philosophique de l'hypocondrie et de l'hystérie, Paris, Deville, 1835, p. XXJV.

10 Il s'agit du prix Civrieux, fondé par Marie Elizabeth Bernard de Civrieux, épouse de M. Michel jeune. Ce prix annuel est décerné par l'Académie de médecine à l'auteur « du meilleur ouvrage sur le traitement et la guérison des maladies provenant de la surexcitation de la sensibilité nerveuse ».

11 P. Briquet, Traité clinique et thérapeutique de l'hystérie, Paris, Baillière, 1859.

12 Ibid, p. 50.

13 Ibid., p. 101.

14 Ibid., p. 51.

15 Voir L. Klejman, F. Rochefort, L'Égalité en marche. Le féminisme sous la troisième République, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques-Des femmes, 1989.

16 Congrès des aliénistes et des neurologistes, 1907, Paris, Masson, p. 376.

17 Voir Paul Lerner, « Psychiatrie allemande » dans 14-18. Aujourd'hui - To day - Heute (3), Choc traumatique et histoire culturelle, Noésis, 2000, p. 68-87.

18 Ibid.. p. 70. La phrase est du médecin berlinois H. Oppenheim.

19 Ibid, p. 71. La phrase est encore d'Oppenheim.

20 Ibid., p. 72.

21 J. Babinski, « Démembrement de l'hystérie traditionnelle. Pithiatisme », dans La semaine médicale, 6 janvier 1909, publié dans Œuvres scientifiques, Paris, Masson, 1934, p. 504.

22 Les psychiatres se retrouvent confrontés à ce type de problème au début de la Grande Guerre, Le shell shock, choc traumatique obligera à repenser le diagnostic d'hystérie, en particulier en Allemagne. Voir le n° 14-18. Aujourd'hui - To day - Heute (3), Choc traumatique et histoire culturelle, Noésis, 2000.

23 Voir George L. Mosse, The Image of Man, New York, 1996.

24 Congrès des aliénistes et des neurologistes, 1907, op. cit., p. 377.

25 Voir 14/18. Choc traumatique et histoire culturelle, op. cit.

26 George L. Mosse, « Le choc traumatique comme mal social », dans 14/18, op. cit., p. 29.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable