Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En quête d'Europe

 | 
Dominique Marchetti

Conclusion. L’Europe, de l’« objet » au terrain

Dominique Marchetti

Texte intégral

  • 1 N. Fligstein notamment a souligné les limites des études des « processus d’européanisation » à tra (...)
  • 2 Pour un travail de synthèse des approches sur le sujet, voir Hassenteufel (P.) et Surel (Y), « Des (...)

1Le territoire européen a été jusque-là très souvent étudié dans sa seule dimension politico-administrative1 (les politiques publiques2, l’action publique, les législations formulées par l’Union européenne ou les mobilisations politiques), c’est-à-dire à partir de points de vue qui peuvent, dans de nombreux cas, faire apparaître les processus d’européanisation comme « évidents ». Le choix a été ici d’enquêter sur un terrain où l’espace européen apparaît précisément moins évident. Du coup, alors que l’objet initial de cette recherche portait sur la manière dont les médias contribuent à construire l’Europe et en parlent, bref comment ils « signifient l’Europe », celui-ci s’est, dans certaines contributions tout du moins, progressivement déplacé vers une analyse plus large des conditions sociales de la production, de la circulation et de la consommation des biens culturels à vocation transnationale et non pas seulement européenne. Le territoire européen est alors devenu non plus un objet mais un terrain d’investigation privilégié pour comprendre le fonctionnement des espaces médiatiques dans leurs rapports aux territoires.

  • 3 Voir par exemple les ouvrages de Anderson (B.), L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et (...)

2C’est sur ce premier aspect qu’on voudrait insister en établissant un bilan des principaux apports des contributions réunies dans cet ouvrage. Celles-ci se situent dans la lignée des travaux de nombreux auteurs qui avaient déjà largement souligné les multiples obstacles à l’émergence d’espaces européens, de « communautés imaginées », voire d’une hypothétique « identité européenne » : par exemple la variété des langues, l’absence d’une culture partagée compte tenu de la prégnance des cultures et des inconscients nationaux, les difficultés posées par l’harmonisation des législations nationales. Par-delà ce travail de confirmation, les résultats de l’ouvrage tiennent surtout probablement à la manière dont les médias contribuent à faire exister (ou à tenter de faire exister) et à légitimer ce nouveau territoire à partir d’une série d’opérations de transnationalisation. Cette contribution passe ainsi par la définition des contours du territoire lui-même dont on a vu qu’ils sont très flous selon les époques et selon les médias. Ces derniers participent surtout à constituer l’Europe comme une réalité « évidente » par un important travail de représentation3. En effet, tout se passe comme si, se faisant le relais d’autres entrepreneurs d’Europe (décideurs économiques, hommes politiques, etc.), certains journalistes éprouvaient d’autant plus faire le besoin de faire exister l’unification européenne dans les représentations qu’elle est pour l’instant peu présente dans les choses. Pour les médias étudiés ici, faire exister l’Europe consiste enfin à définir, traiter l’information européenne, voire adopter un « point de vue européen » sur l’actualité internationale.

3À l’issue de ce travail collectif, c’est non seulement sur ces apports qu’on voudrait revenir mais aussi sur un second aspect de cette expérience collective de travail, à savoir la faible pertinence du territoire européen dans l’analyse des processus de production, de consommation et de circulation des biens culturels. C’est en effet moins en inventant, pour les besoins de la recherche, d’hypothétiques espaces européens qu’en rendant compte du fonctionnement des espaces (médiatiques, culturels, etc.) dans leur diversité à l’échelle internationale, nationale, voire locale et des relations qu’ils entretiennent entre eux, qu’on pourra saisir ces processus. Dès le début de certaines enquêtes, les contributeurs ont vite compris que parler de productions ou de consommations culturelles européennes n’a pas grand sens, qu’on le déplore ou qu’on s’en félicite.

  • 4 Champagne (P.), L’Héritage refusé. La crise de la reproduction sociale de la paysannerie française (...)
  • 5 Comme l’expliquaient P. Bourdieu et L. Wacquant, « Sur les ruses de la raison impérialiste », Acte (...)

4Enfin, le dernier aspect de ce travail collectif tient aussi au fait qu’il a permis au moins à certains d’entre nous de poser les limites de ce qu’on pourrait appeler l’analyse territoriale, qui consiste à constituer le territoire comme la variable majeure pour comprendre les champs de production culturels. Pourtant, à trop raisonner en termes d’espaces géographiques, y compris pour confirmer de quelle manière les territoires, voire les identités sont le produit de constructions sociales, les chercheurs ou les commentateurs ont tendance à occulter d’autres dimensions des processus d’unification. Les travaux sur la construction européenne n’échappent pas plus par exemple que certaines recherches sur les milieux ruraux en France « au réalisme de délimitations des groupes par l’espace » quand elles présupposent que « les populations situées sur un territoire donné forme un groupe, ou pour le moins que les groupes se définissent par le découpage de l’espace géographique »4. À cet égard, les mots ou les expressions en vogue, qui expriment des catégories de pensée souvent purement territoriales (mondialisation, globalisation, européanisation, intégration européenne, etc.) sont autant d’écrans à la compréhension de la circulation transnationale des biens culturels. Cette vision territoriale du monde a ainsi très souvent tendance à oublier l’analyse des systèmes d’intérêts et des luttes des agents en interaction5.

Faire exister l’Europe

5Pour rendre compte tout d’abord de la manière dont les médias tentent de faire exister et de légitimer ce nouveau territoire, les différents contributeurs ont largement développé l’idée que tout territoire est une construction sociale et, ce qui a peut-être été moins mis en évidence dans ce travail, un enjeu de luttes. C’est ainsi qu’ils ont pointé les contours très flous du territoire européen tel qu’il est tracé dans les médias étudiés. Quand ceux-ci parlent de l’Europe, leurs discours renvoient en fait essentiellement aux activités de l’Union européenne et aux frontières physiques de l’Europe politique ou géographique. Autrement dit, dans ce cas, l’actualité européenne est l’actualité des institutions européennes et celle des pays appartenant à ce territoire. L’analyse de l’une des seules organisations médiatiques de dimension européenne, l’Union européenne de radio-télé-vision (UER) qui regroupe des chaînes de télévision (chapitre 2) et organise le Concours de l’Eurovision, ou encore la description de la genèse d’Euronews montrent que la définition de l’Europe dépasse parfois les contours de cette Europe politique ou géographique puisqu’elle s’étend, comme dans le cas de certaines fédérations sportives dites européennes, jusqu’à certains pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Les frontières de cette Europe audiovisuelle se sont aussi considérablement élargies avec les changements politiques dans les pays de l’ex-bloc communiste car, jusqu’en 1993, l’UER ne regroupait que les pays de l’Europe de l’ouest, tandis que les chaînes des ex-pays communistes étaient affiliées à une autre institution. On voit donc bien que, selon les cas, des pays tels que la Turquie, la Russie, voire même Israël ou les pays du Maghreb sont intégrés ou non à des organisations dites européennes.

6Ce flou des frontières du territoire européen se retrouve quand on cherche à comprendre comment, dans les discours et les pratiques professionnelles, les médias construisent « leur » Europe. Force est de constater que cet espace géographique est systématiquement défini par la négative au sens où il est ni national, ni international, voire « en opposition à », tout particulièrement vis-à-vis de son homologue américain, étasunien ou « anglo-saxon ».

Les médias, des entrepreneurs d’Europe

  • 6 Bourdieu (P.), « L’identité et la représentation… », art. cit., p. 65.

7Non seulement les médias étudiés, qu’ils soient régionaux, nationaux ou transnationaux, contribuent donc à définir les contours du territoire lui-même mais ils participent à le faire exister en tant que tel par un travail de représentation. Comme le notait P. Bourdieu à propos de l’identité « régionale » ou « ethnique », il faut « inclure dans le réel la représentation du réel, ou plus exactement la lutte des représentations au sens d’images mentales, mais aussi de manifestations sociales destinées à manipuler les images mentales6 ». Rompant avec l’« évidence » du territoire européen, plusieurs contributeurs décrivent ainsi comment les médias participent, le plus souvent dans une optique volontariste, à le faire exister dans la logique de la prophétie auto-réalisatrice.

  • 7 Becker (H.), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, A.-M. Métailié, 1985.
  • 8 Ce fut le cas pour les territoires nationaux notamment. Dès les années 1950, les travaux pionniers (...)
  • 9 Weisbein (J.), « La question de l’espace public européen », in Cautrès (B.) et Reynié (D.), L’Opin (...)
  • 10 Si elles sont parfois mentionnées dans l’ouvrage, les politiques publiques communautaires dans le (...)
  • 11 Mattelart (T.), « Télévision et identité européenne », art. cit., p. 226.
  • 12 Schlesinger (P.), « The Nation and Communicative Space », in Tumber (H.), Media power, professiona (...)
  • 13 Pour un exemple d’analyse normative, cf. Gavin (N.), « L’euro, la télévision et l’espace public eu (...)
  • 14 On peut rapprocher cette logique d’un certain nombre de magazines français, dont L’Express, qui ch (...)

8D’où cette seconde interrogation qui traverse de nombreuses contributions : de quelle manière les entreprises médiatiques se comportent-elles en entrepreneurs d’Europe pour adapter la formule de Howard Becker7 ? Une manière de répondre a été d’abord d’expliquer comment les médias relaient ou accompagnent des agents et des institutions cherchant à imposer ce nouveau territoire comme l’espace de référence le plus légitime. C’est ainsi que, comme le montrent plusieurs contributeurs, les cadres dirigeants des institutions européennes, parce qu’ils croient fortement au pouvoir des médias, considèrent que ces derniers sont des instruments essentiels dans la construction d’une « culture », d’un « espace public », d’une « unité politique », d’une « citoyenneté » et d’une « identité » européennes8. Pour cela, les institutions de l’UE ont donc mis en place une série de politiques de communication9 visant par exemple à susciter ou à financer des médias paneuropéens (chapitre 1), à favoriser des mobilisations médiatiques d’organisations non gouvernementales, de manière à promouvoir des politiques européennes environnementales ou humanitaires, à s’imposer comme légitimes sur les agendas transnationaux ou encore à peser sur l’« opinion publique européenne » (chapitre 5)10. Comme le note Tristan Mattelart11, cette volonté de promouvoir un « espace audiovisuel européen » par exemple est, d’un côté, une manière de penser une « souveraineté audiovisuelle européenne » et, de l’autre, de « restaurer des aires d’influence européenne » dans le monde. D’ailleurs, le renforcement de cette politique volontariste en direction des médias dans les années 1980 et 1990 doit probablement beaucoup à l’intensification de la concurrence économique et culturelle, tout particulièrement avec les États-Unis12. Ce souci répond aussi probablement pour les institutions européennes à la nécessité de renforcer leur légitimité dans un contexte où elles font l’objet de vives critiques sur leur « déficit symbolique ». Non seulement les médias accompagnent ces politiques communautaires mais ils diffusent aussi parallèlement les discours des instituts de sondages, des firmes internationales, etc., c’est-à-dire les visions du monde de ceux qui ont un intérêt à l’unification européenne telle qu’elle se construit. On voit bien là que les journalistes – c’est vrai aussi d’une bonne part des chercheurs13 travaillant sur le sujet – traitent de l’Europe dans une logique parfois volontariste et militante14 comme le montrent les exemples de la chaîne Euronews (chapitre 1), des correspondants français et britanniques à Bruxelles (chapitre 6), du mensuel l’Européen (chapitre 7) dirigé par Christine Ockrent, une fervente défenseur de l’UE, ou encore de Ouest-France et, à un degré moindre, des Dernières Nouvelles d’Alsace (chapitre 10).

  • 15 Sur ce sujet, voir les travaux de Daniel Dayan, notamment le numéro 11-12 de la revue Hermès qu’il (...)
  • 16 Sur ce thème, cf. « Médias et migrations », Réseaux, vol. 19, n° 107, 2001.

9L’autre contribution des médias à l’entreprise européenne consiste à définir des problématiques « européennes ». Ainsi ils contribuent à inventer ou à postuler des publics ou des citoyens « européens » comme l’atteste par exemple la revue de presse d’A. Taylor sur France-Inter (chapitre 8) ou le traitement des questions européennes dans les Dernières Nouvelles d’Alsace et Ouest-France (chapitre 10). Pourtant, qu’il s’agisse des médias régionaux, nationaux ou paneuropéens, force est de constater que leurs publics15 se caractérisent non pas par une quelconque appartenance européenne mais soit par la résidence dans une zone géographique plus restreinte (zones de diffusion essentiellement régionale ou nationale), soit par la maîtrise d’une langue. Le cas de la chaîne Euronews qui livre des images semblables accompagnées de commentaires dans plusieurs langues, l’illustre bien dans la mesure où elle s’adresse à des nationaux maîtrisant la langue de leur pays ou à des migrants16 (des Français ou des Espagnols résidant à l’étranger par exemple).

10Outre les « publics », les médias labellisent comme « européens » une série de questions, par exemple à travers la constitution de médias à vocation européenne, de rubriques Europe, de programmes européens, voire, même si cet aspect n’est pas étudié dans ce volume, la création de formations au « journalisme européen ». Pourtant, on s’aperçoit malgré tout ce travail de représentation que la catégorie Europe a beaucoup de difficultés à s’imposer comme légitime (cf. les analyses sur les journalistes chargés de couvrir l’actualité des institutions européennes ou sur l’échec de la rubrique Europe à Ouest-France). Parce qu’elle vient remettre en cause l’organisation territoriale des rédactions par spécialités et par zone géographique, l’Europe est à la fois partout (dans les rubriques économiques, internationales, culturelles, etc.) et donc nulle part précisément. Il est significatif que la plupart des cadres dirigeants des rédactions françaises par exemple n’envisagent plus ou ont abandonné l’idée d’une rubrique spécifique parfois réclamée par leurs correspondants à Bruxelles ou certains journalistes de la rédaction.

11Enfin, les médias font exister l’Europe au sens où certains d’entre eux cherchent à faire émerger un « point de vue européen » sur l’actualité internationale. Ce « bricolage » au sens noble du terme est le produit de deux grandes séries d’opérations de transnationalisation. La première est liée aux modes de traitement journalistique comme le montrent les enquêtes sur la revue de presse européenne de France-Inter (chapitre 8), le magazine français L’Européen (chapitre 7) ou la chaîne paneuropéenne Euronews (chapitre 1). Faire exister l’actualité de ce territoire ou un « point de vue européen » consiste en fait à réaliser plusieurs opérations de mise en cohérence à partir des textes, des infographies, etc. : juxtaposer ou mettre en relation des points de vue nationaux de journaux écrits ou télévisés de pays d’Europe, transformer un événement national (par exemple la guerre au Kosovo) en événement « européen » au sens où celui-ci peut avoir des répercussions sur d’autres pays européens, reprendre des sujets anecdotiques réactivant des stéréotypes nationaux sur des pays du continent, traiter des effets d’événements internationaux sur des pays européens ou des relations entre pays (rencontres bilatérales par exemple) ou encore comparer des pays européens dans différents domaines.

12Pour faire exister ce « point de vue européen » sur l’actualité, les médias réalisent une seconde série d’opérations de transnationalisation de l’actualité, qui touche à l’organisation même du travail journalistique. Du fait de son caractère multilingue et plurinational, la chaîne Euronews (chapitre 1) est là encore un « laboratoire » idéal pour saisir la manière dont des journalistes, socialisés dans différents pays, fabriquent ce nouveau point de vue. Pour éviter de favoriser les catégories de pensée nationales, les journalistes de la chaîne sont organisés non pas en équipe nationale mais selon leur langue de commentaire. Ainsi, un même sujet-image est commenté par des journalistes dans des langues différentes. À partir du montage des images réalisé par les chefs d’éditions et de rubriques, un canevas commun est arrêté, de manière à favoriser l’homogénéisation des commentaires. Ce travail de cohérence s’effectue dans les discussions au sein des équipes où la consigne est de proscrire les références nationales dans la mesure où la chaîne s’adresse à des publics plurinationaux ou linguistiques. Enfin, la dernière opération visant à définir un point de vue européen consiste à recruter des jeunes journalistes, plus à même d’apprendre rapidement le « ton » de la chaîne, maîtrisant plusieurs langues et possédant une « culture internationale ».

Le traitement médiatique de l’Europe

  • 17 . Au-delà des textes contenus dans ce volume, voir également les contributions d’O. Baisnée (« Une (...)
  • 18 Marchetti (D.), « L’internationale des images », art. cit., p. 71-83.

13La dernière contribution des médias aux processus d’unification européenne est liée au traitement de l’Europe dans les médias français, britanniques ou transnationaux. Celui-ci se caractérise par deux grandes approches. La première est que l’Europe renvoie en grande partie à l’actualité des institutions (Commission, Parlement, etc.), c’est-à-dire à une actualité qui, comme le notent les contributions sur les journalistes d’Euronews ou les correspondants franco-britanniques à Bruxelles (chapitres 5 et 6), est considérée comme difficile17 pour des raisons commerciales et professionnelles. Compte tenu des contraintes croissantes d’audience et de son intérêt professionnel limité aux yeux des plus jeunes générations de journalistes, le suivi institutionnel de la politique est ainsi de plus en plus délaissé par les chaînes de télévision généralistes nationales, qui essaient de limiter la diffusion d’images jugées rébarbatives (arrivée de personnalités, tours de table, poignées de mains, conférences de presse, etc.). Si ce constat vaut pour la politique intérieure, il est encore plus manifeste dans le cas de la « politique étrangère » qui bénéficie d’une couverture plus faible depuis les années quatre-vingt dans les médias généralistes de grande diffusion18.

14S’agissant de l’actualité communautaire, cette désaffection est redoublée par le fait que le système politique européen, ses activités et ses acteurs sont peu connus du grand public. Sa légitimité est aussi très faible auprès des cadres dirigeants des rédactions, certains critiquant au passage le fonctionnement de ce « microcosme » et le « déficit démocratique » des institutions européennes. Ce n’est probablement donc pas un hasard si ces dernières années s’est développée à Bruxelles une autre manière de traiter l’actualité communautaire dont rend compte O. Baisnée dans le chapitre 6. Rompant avec une définition dominante de l’information jusqu’au début des années 1990 qui privilégiait une couverture technicienne de la politique européenne, une nouvelle génération de correspondants, français notamment, a ainsi contribué à développer un journalisme qui affiche la volonté de raconter les jeux politiques locaux et revendique l’investigation, la critique sur ce « petit milieu », bref cherche à rendre cette actualité plus attractive.

15La seconde approche émergeant des contributions confirme à propos de l’Europe un mécanisme bien connu du traitement de l’information internationale selon lequel les journalistes contribuent à réactiver et à conforter des stéréotypes nationaux sur les pays étrangers. C’est ainsi que l’étude de l’hebdomadaire français L’Européen (chapitre 7) montre par exemple comment celui-ci en cherchant à valoriser la diversité européenne déclinait souvent sans contextualiser des particularismes nationaux. L’analyse de la revue de presse européenne de France-Inter (chapitre 8) donne également à voir le rôle des « sujets légers » constitués d’histoires véhiculant des clichés qui visent à amuser l’auditeur français sur ses voisins espagnols, anglais, italiens, allemands, etc.

  • 19 Nombre d’analyses quantitatives sur le traitement médiatique de thèmes ou d’événements – elles son (...)

16Pour approfondir cette recherche sur le traitement de l’information dite européenne, il aurait fallu bien évidemment construire et récolter davantage d’éléments quantitatifs établis sur une longue durée19, de manière à pouvoir la replacer dans l’ensemble de l’actualité internationale, nationale ou régionale selon le média dont il est question. Cependant, compte tenu des différentes contributions et des analyses réalisées par ailleurs, tout semble se passer comme si de nombreux journalistes de médias de large diffusion, s’appuyant sur les résultats d’audience, étaient désormais persuadés que la couverture des institutions européennes n’intéresse finalement qu’une fraction relativement restreinte du public. C’est sans doute un peu moins vrai de la couverture des pays européens mais la tendance est la même comme le montre la baisse de l’information politique internationale dans les médias de grande diffusion. Par exemple, les fermetures de L’Européen et de The European, la fin de la diffusion quotidienne d’une revue de presse européenne sur France-Inter sont autant de signes de la difficulté des journalistes à intéresser le plus grand nombre avec des sujets dits européens.

Le territoire européen est-il pertinent ?

  • 20 Heilbron (J.), « Échanges culturels transnationaux et mondialisation : quelques réflexions », Rega (...)
  • 21 De Swaan (A.), « Sociologie de la société transnationale », Revue de synthèse, 4 e série, n° 1, 19 (...)

17Outre cette série de résultats, le second aspect du bilan de cette enquête collective a été de mettre en question le territoire européen comme espace d’analyse. Au regard précisément de la production, de la consommation, de la circulation des biens culturels, celui-ci, quels que soient ses contours et les domaines d’activité auxquels on se réfère, ne semble pas pertinent. En effet, ce sont moins des processus d’européanisation que de transnationalisation, de nationalisation ou de régionalisation qu’il faut comprendre. Comme l’ont noté Johan Heilbron et Abram de Swaan, la circulation des produits culturels obéit de plus en plus à une concentration polycentrique : il existe plusieurs grands centres internationaux « où sont regroupées la distribution, la critique et la production dominante d’un secteur culturel donné20 » et ceux-ci varient selon les produits et les domaines21. En Europe, ces centres correspondent plus à des pays – selon les secteurs d’activité l’Allemagne, la France et très souvent l’Angleterre – qu’à une entité européenne. Bref, cette nécessité de raisonner à une échelle internationale apparaît évidente dans le domaine des produits culturels comme le montrent plusieurs exemples. Le travail d’E. Darras sur les marchés de la fiction télévisée, de la variété ou du cinéma (chapitre 3) explique bien par exemple qu’en la matière les programmes sont nationaux ou américains et non européens. Il montre aussi que les grandes négociations politico-économiques sur l’audiovisuel se tiennent dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce et non pas seulement à l’échelle de l’UE. Enfin, il fait apparaître que les grandes entreprises de communication n’ont pas une dimension strictement européenne, leurs espaces d’activités étant internationaux et nationaux. Le constat est le même lorsqu’on étudie la concurrence sur le marché des images d’information internationale dominé par deux grandes agences audiovisuelles mondiales (Reuters Television et Associated Press Television News), celle-ci se jouant dans un espace plus large que celui de l’Union européenne (chapitre 2). Une recherche sur les journaux écrits transnationaux qui, comme le Wall Street Journal, l’International Herald Tribune, le Financial Times et The Economist, se diffusent dans l’ensemble des puissances économiques de la planète confirmerait très certainement ces résultats.

  • 22 Ibid., p. 107.

18Bien que les processus de production, de consommation et de circulation des biens culturels transnationaux soient, comme on vient de le souligner, fortement réglés par des logiques économiques, ils doivent se comprendre aussi précisément à travers leur dimension culturelle. Plusieurs études de ce volume confirment qu’au-delà d’un mouvement d’« hétérogénéisation locale » il existe, pour reprendre à nouveau les termes d’A. de Swaan une, « homogénéisation globale22 ». Le Concours de l’Eurovision de la chanson (chapitre 4) montre que les rapports de forces entre « petits » et « grands » pays participants conduisent à l’imposition progressive de normes linguistiques et culturelles. Dans cette recherche, P. Le Guern et D. Lemish constatent ainsi une domination de l’anglais perçu comme la « langue de la modernité » et un relatif formatage des chansons. L’étude menée par Éric Darras à partir des statistiques de la production, des échanges et de la réception de certains produits culturels en Europe (chapitre 3) va dans le même sens en expliquant comment l’homogénéisation passe essentiellement par la circulation des biens culturels d’importation nord-américaine dans le domaine des programmes de télévision (téléfilms, séries), du cinéma (films et vidéos) ou des disques.

  • 23 On reprend ici une idée développée par Bourdieu (P.), « Les conditions sociales de la circulation (...)
  • 24 Schlesinger (P.), « Europe’s Contradictory Communicative Space », art. cit., p. 25-52. Pour quelqu (...)
  • 25 Cette « nationalisation » des enjeux européens est confirmée dans une étude réalisée par G. Garcia (...)

19Au-delà des logiques des champs internationaux, c’est à travers le fonctionnement des espaces nationaux eux-mêmes, entendus comme champs de production d’origine ou champs d’accueil23, qu’il faut analyser la circulation des biens culturels. En effet, la production et la consommation de ces biens symboliques demeurent largement contraintes par les espaces sociaux nationaux24. C’est ainsi que plusieurs contributions rendent compte du fait que l’actualité européenne est sélectionnée et traitée à partir de catégories de perception nationales25 ou infranationales. Par exemple, l’étude comparative franco-britannique sur le corps des journalistes accrédités auprès des institutions européennes (chapitre 6) explique que les logiques de fonctionnement des champs journalistiques nationaux pèsent fortement sur les principes de sélection, de hiérarchisation et de traitement de l’actualité. S’opposent par exemple, d’un côté des correspondants français relativement autonomes dans le choix de leurs sujets et, de l’autre, des confrères britanniques devant compter à la fois avec les éditeurs, basés au siège à Londres, qui contrôlent le traitement de l’information et agissent dans un champ journalistique dont les propriétés sont très différentes de son équivalent français : les journaux ont un marquage politique beaucoup plus fort qu’en France – un sujet européen est souvent en fait un sujet de politique intérieure et est traité comme tel –, les journalistes doivent rester en poste à l’étranger quelques années seulement, etc.

  • 26 Cf. une autre étude de cas révélatrice au sein du service Allemagne de l’agence mondiale Associate (...)

20Loin d’être anecdotique, la création à la fin des années 1990 d’une version britannique de la chaîne thématique Eurosport International (chapitre 9) est aussi très révélatrice, comme le montre J. Chalaby, des nécessités pour les télévisions de s’adapter aux publics nationaux26 en adoptant la langue parlée dans la zone de diffusion et, dans le cas de British Eurosport, en présentant aux téléspectateurs à la fois des images des sportifs nationaux ou de sports très regardés en Grande-Bretagne (football, rugby, cricket, etc.) et des formats de programmes ou de bandes-annonces auxquels ceux-ci sont habitués. Cet ajustement aux préférences des publics nationaux a été jugé sans doute particulièrement nécessaire en Grande-Bretagne où le marché audiovisuel britannique est un des plus concurrentiels d’Europe. Autrement dit, les dirigeants des chaînes paneuropéennes comme Euronews ou Eurosport n’agissent pas uniformément sur le terrain économique en Europe : par exemple en raison des variations des législations nationales en matière d’acquisition des droits sur les images des manifestations sportives ou de diffusion audiovisuelle, de l’état des marchés de l’emploi journalistique, de l’inégal développement du câble et du satellite, du caractère plus ou moins stratégique en termes publicitaires des différents marchés nationaux. Ce n’est pas en effet pas un hasard si les plus grandes chaînes transnationales d’information (CNN) ou de musique (MTV) ont progressivement développé le multilinguisme ou ont mis en place des chaînes spécifiques dans certaines zones géographiques. En effet, comme le montrent aussi les échanges d’actualité entre les chaînes européennes et du bassin méditerranéen dans le cadre de l’UER, les espaces d’analyse les plus pertinents sont parfois des zones géopolitiques circonscrites (certains pays de l’est ou du nord de l’Europe) qui mettent en relation des espaces nationaux ou infranationaux relativement proches dans leurs productions et leurs consommations de biens culturels ou ayant une histoire politique commune.

21Ces constats sont aussi valables à l’échelle des espaces médiatiques locaux comme l’atteste l’étude comparée du traitement des questions européennes, en période électorale, dans deux quotidiens régionaux français (chapitre 10). On voit bien dans ce cas comment l’information européenne est de fait « régionalisée » différemment selon les quotidiens, dans la mesure où l’histoire des relations aux autres territoires, les enjeux économiques ou politiques locaux varient d’un espace local à l’autre. Alors que Ouest-France développe par exemple une image de l’« Europe métissée vivant le terroir au quotidien », les Dernières Nouvelles d’Alsace décrivent « un terroir ancré dans l’Europe », qui est essentiellement une Europe du Nord, transfrontalière, très fortement marquée par l’histoire des relations franco-allemandes. L’analyse du journal de 13 heures de TF1 qui met l’accent sur l’information de « proximité » (chapitre 11) est une dernière manière de saisir les rapports que les produits médiatiques entretiennent aujourd’hui avec les territoires et les identités infranationaux, qui seraient menacés par les processus d’unification politique et culturelle. Ce travail montre que la construction européenne est en effet largement présentée en négatif par rapport aux « valeurs » portées par les défenseurs des terroirs et des traditions. P. Leroux et P. Teillet suggèrent que, loin de créer des identités ou des dispositions nouvelles, « l’influence des médias dans le cadre de processus identitaires peut être observée comme un mode de renforcement, de consolidation, d’identités ou du moins de dispositions anciennes ».

Les limites de l’analyse territoriale

  • 27 Machin (D.) et Tunstall (J.), The Anglo-american media connection, Oxford, Oxford University Press (...)

22Les enquêtes réunies ici présentent enfin l’intérêt de montrer les limites de ce qu’on pourrait appeler l’analyse territoriale. En postulant que la principale variable de compréhension des phénomènes sociaux est le territoire, celle-ci oublie les effets de domination à l’œuvre dans les différents champs culturels. Dans ces univers, la domination, souvent anglo-américaine27, s’exerce aussi bien au travers des mécanismes régissant les échanges d’images internationales dans le monde (chapitre 2), la circulation internationale des films, des disques ou des programmes de télévision (chapitre 3) que des logiques à l’œuvre dans le Concours de l’Eurovision de la chanson (chapitre 4). Les conditions de la création et du développement de l’UER à partir des années 1950 (chapitre 2) et de la chaîne Euronews (chapitre 1) dès le début des années 1990 montrent bien aussi que ces entreprises paneuropéennes sont le produit, à des périodes données, des rapports de force politiques et professionnels entre les États et les chaînes de service public.

  • 28 Schiller (H. I.), « Transnational Media : Creating Consumers Worldwide », International Affairs, n (...)
  • 29 Esser (F.), « The Transnationalization of European Television », Journal of European Area Studies,(...)
  • 30 Voir par exemple Hjarvard (S.), art. cit.

23L’analyse territoriale tend donc à cacher que ces processus de domination culturelle sont en partie la traduction d’intérêts économiques28. Si la circulation internationale des programmes télévisés n’a rien de nouvelle, son volume, sa diffusion, ses contenus et surtout les enjeux économiques qu’elles représentent au début des années 2000 ne sont pas comparables aux années 1950 et 1960. Comme le note Franck Esser à propos de la production télévisée, l’accroissement de la transnationalisation de la circulation des produits culturels s’est accompagné d’une commercialisation29, du fait du développement des chaînes privées sous l’impulsion des États et des politiques néo-libérales de l’Union européenne. Ces mécanismes ont en effet déjà été bien décrits par ailleurs30 : la montée des acteurs transnationaux, l’intégration verticale caractérisée par le flou des frontières entre les différents médias, l’intégration horizontale, c’est-à-dire le développement de conglomérats qui permettent des économies d’échelle, la commercialisation de l’information internationale, la diversification des productions qui s’accompagne d’une spécialisation thématique et géographique croissante, etc. Non seulement quelques auteurs ont, dans cet ouvrage, vérifié ou précisé ces grandes tendances économiques mais ils ont aussi essayé de décrire quels effets concrets elles avaient sur les conditions de production des biens culturels. Ainsi, par exemple, le poids grandissant de ces logiques économiques est particulièrement visible dans la constitution de plusieurs médias à vocation européenne. Il est frappant de constater combien l’information produite par les journalistes du magazine défunt L’Européen (chapitre 7) ou de la chaîne Euronews (chapitre 1) est (ou était dans le premier cas) très fortement contrainte par la faiblesse de leurs moyens humains et matériels comparés à ceux de leurs confrères nationaux ou internationaux.

24Se contenter, comme auraient pu le faire les auteurs de ces enquêtes, de voir dans quelle mesure ces deux médias sont européens et parlent de l’Europe n’aurait donc pas un grand intérêt, d’un point de vue sociologique en tout cas, sans une étude conjointe des conditions de production de journalistes travaillant dans ces entreprises qui ont été, il faut le rappeler, menacées dans leur existence même dès leur création. Autrement dit, ces exemples et celui du corps des journalistes accrédités à Bruxelles (chapitre 6) fournissent certes une illustration des contraintes de production d’une information transnationale mais aussi et surtout des opportunités pour rendre compte plus largement des transformations des conditions de production de l’information. Là encore, ces changements ne sont pas seulement d’ordre économique mais aussi d’ordre professionnel. Ainsi, les exemples d’Euronews (chapitre 1) et du Concours de l’Eurovision de la chanson (chapitre 4) montrent quelques effets de l’internationalisation sur les pratiques professionnelles : par exemple une relative homogénéisation des formats journalistiques et de la définition de l’information « importante », une intensification de la concurrence journalistique pour être le premier à « sortir » des informations, etc.

  • 31 Le groupe préparant la création de la chaîne Euronews était très explicite sur ce point : « Le Gro (...)
  • 32 Sur ce point, voir Fligstein (N.), « The process of Europeanization », Politique Européenne, n° 1, (...)

25Enfin, l’analyse en termes d’espaces géographiques occulte le poids des propriétés sociales des consommateurs et des producteurs des biens culturels qui est pourtant essentiel pour comprendre leur circulation transnationale. Un des principaux enseignements des contributions sur les publics des médias valorisant la dimension européenne dans leur traitement de l’information est qu’ils semblent s’adresser, comme d’autres médias de diffusion transnationale (Financial Times, International Herald Tribune, The Economist, etc.), en majorité à des groupes d’une relative homogénéité sociale, qui se caractérisent par un volume important de capitaux culturel et économique. Bref, le public de ces médias regroupe essentiellement des catégories sociales tournées vers l’étranger31 : étudiants, universitaires, businessmen, milieux politiques et diplomatiques ou encore journalistes. Selon les sondages, les Européens les plus intéressés par les questions européennes se recrutent en effet parmi les plus jeunes et les plus diplômés et presque toujours parmi ceux qui sont les plus en interaction avec des habitants d’autres pays européens32. Ces groupes sociaux, qui se caractérisent par un fort pouvoir d’achat actuel (ou potentiel dans le cas de certains étudiants) et éventuellement par un âge peu élevé, sont en effet stratégiques pour les médias en vue d’augmenter les ventes d’aujourd’hui et de demain mais plus encore dans la perspective de conquérir des marchés publicitaires.

  • 33 Wagner (A.-C.), Les Nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Paris, (...)

26Du même coup, il est logique de voir que quand on se tourne cette fois vers les propriétés sociales des producteurs de biens culturels transnationaux, le constat sur la sélectivité sociale est le même. Si les données recueillies par les auteurs de ce volume sur les trajectoires des producteurs de biens culturels demeurent très partielles, elles vont dans le sens des observations sur la « sélectivité sociale33 » réalisées par Anne-Catherine Wagner dans son étude des « nouvelles élites de la mondialisation ». C’est notamment parce qu’ils ont été socialisés à travers des expériences transnationales que ces producteurs ont tendance pour certains à vouloir universaliser leurs pratiques ou leurs conditions sociales à d’autres groupes.

Notes

1 N. Fligstein notamment a souligné les limites des études des « processus d’européanisation » à travers la seule sphère politique : « The process of europeanization », Politique européenne, n° 1, 2000, p. 25-27.

2 Pour un travail de synthèse des approches sur le sujet, voir Hassenteufel (P.) et Surel (Y), « Des politiques publiques comme les autres ? Construction de l’objet et outils d’analyse des politiques européennes », Politique européenne, n° 1, 2000, p. 8-24.

3 Voir par exemple les ouvrages de Anderson (B.), L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, paru en langue anglaise en 1983 et de Thiesse (A.-M.), La Création des identités nationales.
Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1999. On trouvera aussi différents exemples dans le n o 35 des Actes de la recherche en sciences sociales consacré à l’identité et paru en 1980, notamment un article de Bourdieu (P.), « L’identité et la représentation. Éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région », p. 63.

4 Champagne (P.), L’Héritage refusé. La crise de la reproduction sociale de la paysannerie française 1950-2000, Paris, Le Seuil, « Points », 2002, respectivement p. 87 et p. 83.

5 Comme l’expliquaient P. Bourdieu et L. Wacquant, « Sur les ruses de la raison impérialiste », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 121-122, 1998, p. 110, concernant le succès du terme de la « mondialisation », celui-ci a « pour effet sinon pour fonction, de noyer dans l’œcuménisme culturel ou le fatalisme économiste les effets de l’impérialisme et de faire apparaître un rapport de force transnational comme une nécessité naturelle ».

6 Bourdieu (P.), « L’identité et la représentation… », art. cit., p. 65.

7 Becker (H.), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, A.-M. Métailié, 1985.

8 Ce fut le cas pour les territoires nationaux notamment. Dès les années 1950, les travaux pionniers de Karl Deustch avaient montré la contribution des journaux et de la radio à la construction des groupes nationaux : Nationalism and social communication : an inquiry into the foundations of nationality, New York, John Wiley/Massachussets Institute of Technology, 1953.

9 Weisbein (J.), « La question de l’espace public européen », in Cautrès (B.) et Reynié (D.), L’Opinion européenne 2002, Paris, Presses de Sciences Po/Fondation Robert Schuman, 2002, p. 101 et suiv.

10 Si elles sont parfois mentionnées dans l’ouvrage, les politiques publiques communautaires dans le domaine de la culture et de la communication n’ont cependant pas été beaucoup traitées dans cette recherche collective. Sur ce sujet, voir J.-F. POLO, La Commission européenne au travail : genèse et construction de la politique audiovisuelle européenne, Paris, L’Harmattan, « Logiques politiques », à paraître en 2004.

11 Mattelart (T.), « Télévision et identité européenne », art. cit., p. 226.

12 Schlesinger (P.), « The Nation and Communicative Space », in Tumber (H.), Media power, professionals, and policies, London, Routledge, 2000, p. 112.

13 Pour un exemple d’analyse normative, cf. Gavin (N.), « L’euro, la télévision et l’espace public européen. L’exemple britannique », in Garcia (G.) et Le Torrec (V.) (dir.), L’Union européenne et les médias. Regards croisés sur l’information européenne, op. cit., p. 91-107.

14 On peut rapprocher cette logique d’un certain nombre de magazines français, dont L’Express, qui cherchaient à contribuer à la formation du groupe des cadres : cf. Boltanski (L.), Les Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Minuit, 1982, p. 179-187.

15 Sur ce sujet, voir les travaux de Daniel Dayan, notamment le numéro 11-12 de la revue Hermès qu’il a coordonné en 1993.

16 Sur ce thème, cf. « Médias et migrations », Réseaux, vol. 19, n° 107, 2001.

17 . Au-delà des textes contenus dans ce volume, voir également les contributions d’O. Baisnée (« Une actualité invendable : les rédactions française et britannique face à l’actualité communautaire ») et de Nicolas Hubé (« L’Union européenne à la “une” : un cadrage difficile d’une actualité peu visible. Regard comparé sur la presse française et allemande »), in Garcia (G.) et Le Torrec (V.), L’Union européenne et les médias. Regards croisés sur l’information européenne, op. cit.

18 Marchetti (D.), « L’internationale des images », art. cit., p. 71-83.

19 Nombre d’analyses quantitatives sur le traitement médiatique de thèmes ou d’événements – elles sont valables dans le cas des quelques études quantitatives que nous avons pu consulter à propos de l’Union européenne – posent souvent une série de problèmes tenant à la construction même de l’objet. Elles portent généralement sur une courte durée et ne permettent pas de saisir des tendances réelles en raison des fluctuations conjoncturelles de l’actualité internationale, notamment des conflits majeurs. Par ailleurs, les analyses quantitatives ne sont pas suffisamment réflexives sur la catégorisation des occurrences ou des acteurs impliqués dans l’actualité. Pour un exemple : Smetko (H. A.) et Valkenburg (P. M.), « Framing European Politics : A Content Analysis of Press and Television News », Journal of Communication, vol. 50, n° 2, 2000, p. 93-109. Sur certains problèmes posés par la quantification de l’Europe dans les médias, voir Baisnée (O.), Guiraudon (V.) et Grojean (O.), « La place de l’Europe dans les débats nationaux : enjeux théoriques, protocole méthodologique et premiers résultats empiriques à partir du cas français », VIIe Congrès de l’Association française de science politique, table ronde n° 5, Lille, 18, 19, 20 et 21 septembre 2002.

20 Heilbron (J.), « Échanges culturels transnationaux et mondialisation : quelques réflexions », Regards sociologiques, n° 22, 2001, p. 154.

21 De Swaan (A.), « Sociologie de la société transnationale », Revue de synthèse, 4 e série, n° 1, 1998, p. 107 et suiv. On lira aussi avec profit son ouvrage : Words of the world : the global language system, Cambridge, Polity, 2001.

22 Ibid., p. 107.

23 On reprend ici une idée développée par Bourdieu (P.), « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 145, 2002, p. 5.

24 Schlesinger (P.), « Europe’s Contradictory Communicative Space », art. cit., p. 25-52. Pour quelques références sur le sujet, on pourra se reporter à Heinderycks (F.), L’Europe des médias, op. cit., p. 219-220 et p. 227-231. Voir aussi l’article de synthèse sur ces questions de Stig Hjarvard : « News Media and the Globalization of the Public Sphere », art. cit.

25 Cette « nationalisation » des enjeux européens est confirmée dans une étude réalisée par G. Garcia et V. Le Torrec portant sur le « cadrage médiatique » de l’information sur l’Union européenne dans cinq pays européens. Le torrec (V.) et Garcia (G.), « Le cadrage médiatique de l’Union européenne : exploration comparée des mécanismes du frame-setting et du frame-sharing », in Garcia (G.) et Le Torrec (V.) (dir.), L’Union européenne et les médias. Regards croisés sur l’information européenne, op. cit., p. 124-125. Sur les variations du traitement médiatique, voir aussi Heinderycks (F.), L’Europe des médias, op. cit. Enfin, on trouvera quelques données très grossières sur la consommation des médias dans cinq pays d’Europe dans une synthèse d’Olivier Le van Truoc in Cautrès (B.) et Reynié (D.) (dir.), L’opinion européenne 2002, op. cit., p. 209-232.

26 Cf. une autre étude de cas révélatrice au sein du service Allemagne de l’agence mondiale Associated Press : Wilke (J.) et Rosenberger (B.), « Importing Foreign News : A Case Study of the German Service of the Associated Press », Journalism Quarterly, vol. 71, n° 2, 1994, p. 421-432.

27 Machin (D.) et Tunstall (J.), The Anglo-american media connection, Oxford, Oxford University Press, 1999.

28 Schiller (H. I.), « Transnational Media : Creating Consumers Worldwide », International Affairs, n° 1, vol. 47, Summer, 1993, p. 47.

29 Esser (F.), « The Transnationalization of European Television », Journal of European Area Studies, vol. 10, n° 1, 2002, p. 13-29.

30 Voir par exemple Hjarvard (S.), art. cit.

31 Le groupe préparant la création de la chaîne Euronews était très explicite sur ce point : « Le Groupe d’action a estimé qu’Euronews, même distribué sur une large échelle, ne rassemblerait qu’une audience ciblée. Cette audience concernerait principalement les décideurs, les classes moyennes et supérieures de la population qui portent une certain intérêt à l’information et l’activité internationale. Il est possible de penser qu’une telle chaîne recruterait un auditoire assez important parmi les jeunes ». Source : « Extraits du rapport du Groupe d’action Euronews », Dossiers de l’audiovisuel (INA-Documentation française), n° 35, 1991, p. 48.

32 Sur ce point, voir Fligstein (N.), « The process of Europeanization », Politique Européenne, n° 1, 2000, p. 37 et suiv.

33 Wagner (A.-C.), Les Nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Paris, PUF, 1998, p. 211.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable