Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le Clown

 | 
Nicole Vigouroux-Frey

II. Pratiques clownesques d'hier et d'aujourd'hui

Étude d’une pratique du clown contemporain dans la tradition du fou du roi : la clownanalyse

Jean-Bernard Bonange

Texto completo

1J’occupe depuis quelques années cette place intenable à l’interface de la recherche et du clown.

  • 1 Laboratoire du COSEFD dirigé par le Professeur Jean FERRASSE, Centre de Recherches en Education Fo (...)

2En effet, d’un côté je suis engagé dans un travail de recherche dite « diplomante » à l’université de Toulouse Le Mirail, ce qui revient à dire que je prépare une thèse de 3e cycle sur la « clownanalyse », accueilli par une équipe de Sciences de l’Éducation dont l’objet de recherche est « l’aide à la décision politique »1.

  • 2 LE BATACLOWN La Robin 32220 LOMBEZ.

3D’un autre côté – en fait, il est bien question ici de l’autre côté du miroir – je fais partie d’une compagnie de clown-théâtre, terme qui indique que ce sont des acteurs – et non des gens du cirque – qui ont travaillé « leur propre clown » dans la filiation de ceux qui ont été cités hier (Lecoq, Théâtre du Soleil...). Cette compagnie que nous avons fondée à Toulouse en 1980 s’appelle LE BATACLOWN2 et travaille sur le clown au nez rouge.

Présentation de la clownanalyse

4Le Bataclown, a créé le terme de clownanalyse, pour désigner une pratique d’intervention dans les réunions de travail, que ce soient des Colloques, Congrès, Forum, Séminaires ou autres.

5Cette pratique, apparue et mise au point de façon empirique, consiste à donner le point de vue des clowns sur ce qui se dit et se passe dans les réunions, c’est-à-dire dans ces lieux institués où des acteurs sociaux sont rassemblés pour parler, – et écouter parler – s’informer, réfléchir, débattre, marquer un événement ou prendre des décisions...

  • 3 Michel NOBLECOURT, « Profession clownanalyste », Le Monde, 6 avril 1989.

6Précisons que la clownanalyse – marque déposée depuis 1985 – est pratiquée par deux Compagnies associées : Bataclown d’une part, Alberto CLAC d’autre part mais que d’autres s’en inspirent et reprennent ce type d’intervention sous d’autres appellations. Il s’agit donc maintenant d’une pratique sociale consistante, issue de la vitalité du clown contemporain, pratique connue et reconnue – le journal Le Monde a été l’un des premiers à publier en 1989 un article d’une demi-page sous le titre « Profession clownanalyste » 3 – que je me suis proposé d’étudier en changeant de casquette – ou de nez – pour en analyser le processus et la fonction.

7Enfin, pour achever ce propos liminaire, je peux indiquer que les clown-analystes sont intervenus dans plusieurs centaines de manifestations que l’on peut catégoriser ainsi :

  • des Congrès professionnels, des aides ménagères aux avocats en passant par les agriculteurs, les travailleurs sociaux, les orthophonistes ou les graphistes...
  • des Congrès d’associations nationales ou de syndicats comme la CFDT, les Parents d’élèves ou Amnesty International...
  • des Colloques scientifiques, médicaux ou sur des problèmes sociaux allant de l’Urbanisme au Sida en passant par l’Insertion ou la Famille...
  • des Séminaires d’entreprises que ce soit journées de communication interne, réunion du personnel ou des cadres...

8Les clownanalystes ont donc rencontré une diversité d’institutions, de métiers, d’objets de réunion mais aussi de nombre de participants (d’une douzaine dans un comité de direction d’entreprise jusqu’aux 2 500 des États Généraux des Éducateurs).

9Il s’agit donc d’une pratique qui combine de façon originale une dimension artistique – l’improvisation clown – et une dimension d’analyse institutionnelle. Je ne vais pas traiter ici de ce qui est en amont de l’intervention des clowns. Je me bornerai à indiquer que, concrètement, les deux acteurs sont présents dans la salle comme de simples participants, qu’ils écoutent, observent, prennent des notes, puis vont se préparer pour surgir en clowns et improviser à chaud, en écho à ce qui vient de se passer.

Analyse du dispositif de clownanalyse

  • 4 Serge MARTIN, Le « Fou » « Roi » des Théâtres, Cazilhac, Bouffonneries n° 3/14, 1985.

10Ce dispositif théâtral s’inscrit dans une longue tradition largement évoquée dans ce colloque : la tradition bouffonne, celle des « amuseurs à résonance profonde » pour reprendre l’expression de l’un de mes maîtres Serge MARTIN [Homme de Théâtre, spécialiste des bouffons4]. Je fais référence ici aux clowns sacrés des sociétés primitives, aux traditions carnavalesques, aux Fous du Roi ou aux traditions théâtrales populaires inscrites au milieu de la vie de la cité (le marché, la place, la rue etc.)

11On retrouve dans le dispositif de clownanalyse les mêmes caractéristiques structurelles que dans ces traditions – notamment celle du Fou du Roi – où la scène parodique traverse et bouscule la scène sociale, tel un miroir tendu là où s’exercent le pouvoir, le débat, le commerce ou le culte...

12Repérons ces caractéristiques :

  • les clowns interviennent dans le lieu même et au cours de la réunion de travail, devant les acteurs sociaux rassemblés là et qui ont des préoccupations professionnelles, politiques ou économiques. On peut dire que c’est un public qui n’est pas venu au théâtre mais que c’est le théâtre qui vient à eux.
  • la production des acteurs prend la forme d’un jeu improvisé et masqué, en interaction avec le groupe social reconnu en tant que tel, c’est-à-dire avec son identité sociale (entreprise, corporation, organisation...)
  • réciproquement, le personnage du clown est reconnu en tant que tel par le public grâce à une image du corps décalée et, en particulier, grâce à ce mini-masque qu’est le nez rouge (celui issu de la tradition des Augustes du Cirque).
  • 5 Maurice LEVER Le sceptre et la marotte, Paris, Fayard, 1983.

13Comme le Fou du Roi, le clown porte des signes marquant sa marginalité, son extériorité. Il symbolise le ratage, la « société négative », pour reprendre l’expression de Maurice Lever qui écrit encore « ce qui fonde son existence sociale, c’est qu’il se projette lui-même dans l’aire de l’exclusion »5.

  • 6 Victor BOURGY, Le Bouffon sur la scène anglaise au xvie siècle (1495-1594), Tarbes, Saint-Joseph, (...)

14Le clown se place à la périphérie de l’institution : c’est un ex-centrique. Cette position – comparable d’une certaine façon à celle de l’épistémologue – en fait un protagoniste particulier dans le rapport au pouvoir. Et, comme Victor Bourgy6 le note à propos du clown dans la comédie anglaise, « il est parfaitement superflu » dans le déroulement de l’intrigue, ce qui, pour nous, veut dire qu’il ne doit pas être impliqué dans le déroulement de la réunion mais doit se maintenir en dehors du jeu social fonctionnel pour gagner en liberté de jeu et en pouvoir de signifiance.

15Je voudrais m’arrêter un moment sur la fonction du nez rouge. Il me semble que, pour le public, il est le signe que le clown n’est pas ce qu’il prétend être. Il le stigmatise comme un personnage non sérieux, anormal, décalé. Ce minimasque établit avec le public une convention de jeu en rapport avec une certaine représentation de l’archétype du clown.

  • 7 Augusto BOAL, Jeux pour acteurs et non acteurs, Paris, La Découverte, 1991. Nous avons eu un exemp (...)

16C’est là que réside la différence entre l’apparition du clown et une intervention du type « théâtre invisible »7. Le clown peut intervenir en protestant avec véhémence et crédibilité mais son nez rouge annonce la couleur à tous « c’est du jeu ». Il pose là la base d’une véritable connivence !

17Ainsi, il peut prétendre être un confrère des psychiatres qui viennent de débattre pour leur apporter son point de vue ou un père de famille qui cherche une crèche dans un colloque « Petite Enfance »... mais chaque fois le public sait qu’il ne l’est pas réellement.

18Il donne donc à la fois l’illusion de l’authenticité par sa conviction et sa pertinence – et en ce sens il est support d’identification pour les participants – et la révélation de sa supercherie par son décalage, son extravagance et tout un style de jeu qui a une fonction de distanciation. Le rire est sans doute l’effet de ce cocktail étonnant et délicieux.

19Bien sûr, le nez ne fait pas le clown, et c’est tout un mode d’improvisation et de dramatisation que le travail du clown amène. Il y a là une spécificité que je ne développerai pas ici mais dont j’indique deux aspects :

  • la fiction jouée par les acteurs s’inscrit dans la réalité la plus concrète, ici et maintenant, et dans un contact direct avec le public qui, à la fois est pris comme témoin et s’y trouve immergé.
  • le personnage du clown pousse l’acteur à travailler sur la naïveté, la fragilité, le présent, le concret, le dérisoire et l’humilité, surtout dans la mesure où il devient, pour un temps, le centre de l’assemblée.

Fonction du clownanalyste

20Imaginez que son entrée représente une véritable irruption dans le rituel établi. Il apparaît comme un pertubateur imprévisible – qu’il est et qu’il n’est pas ! Il symbolise une transgression du sacré institué dans ces lieux où d’une certaine façon se déroulent des grands-messes avec officiants et communiants.

21On peut dire que c’est un pertubateur parodique car il prend effectivement le pouvoir – le président de séance ne contrôle plus une situation qui lui échappe ! – mais sur le mode de l’inversion et de la théâtralisation. C’est le monde à l’envers, comme au Carnaval. En ce sens, le clownanalyste est bien un paradoxe vivant jouant une fiction au cœur même de la réalité sociale. Et justement, sa fonction n’est-elle pas d’utiliser un masque pour démasquer le fonctionnement social, ou de mettre en scène une fiction, une parodie, pour révéler la mise en scène et la théâtralité sociale qui vont tellement de soi.

22Mais, au-delà du pertubateur, on peut voir dans le clownanalyste un véritable révélateur – comme en photographie. Son jeu l’amène à dire tout haut ce qu’on pense tout bas, ou, comme diraient les psychanalystes, à mettre à jour le non-dit, le latent ou le refoulé... Non pas comme un devin ou un donneur de leçon, mais par naïveté (qui, je le rappelle, est vraie et fausse à la fois), tel l’enfant qui dit que le Roi est nu alors que personne n’ose le reconnaître, ou alors en mettant à sa façon, les pieds dans le plat parce qu’il n’a aucun enjeu de pouvoir ou d’image dans le groupe social.

  • 8 Un analyseur est ce qui permet de « révéler la structure de l’institution, la provoquer, la forcer (...)

23Je dois avouer que, dans ce travail, la dimension de révélateur – ou d’analyseur8 – est la plus étrange car les acteurs ne procèdent pas, à ce niveau, sur le registre de la maîtrise, du projet construit, de l’interprétation à priori mais, à l’opposé, ils se placent sur le registre du lâcher-prise, du laisser advenir, en laissant le jeu et le clown faire (c’est ce que les acteurs appellent « l’état de jeu ») ! Et c’est le public qui a compétence pour lire, décoder le jeu qui, justement, est de nature polysémique.

24Il arrive souvent que les acteurs découvrent après à quel point tel moment du jeu était chargé de significations dont ils n’avaient pas conscience et que le public a pu saisir et interpréter. Et c’est souvent le rire puissant du public qui indique qu’ils ont trouvé un gisement de significations.

25En clownanalyse, les clowns entrent en interaction avec le public, ils provoquent des événements, donnent des rôles, impliquent certains participants dans le jeu (c’est souvent le cas avec les personnes présentes à la tribune mais aussi avec tel ou tel acteur social ayant un statut particulier). Les interventions et les réponses de ces partenaires désignés ne se rattachent plus au registre verbal et rationnel qui est le registre dominant dans les réunions, mais s’inscrivent alors dans le registre dramatique et symbolique.

26Donnons un exemple. Après une table ronde avec des responsables politiques et des employeurs devant une assemblée d’éducateurs spécialisés, les clowns proposent aux cinq ou six intervenants de porter la clowne « éducatrice-top model » – expression utilisée dans les discours précédents – pour la monter sur une table (action de valorisation et de reconnaissance). Il faut dire qu’elle est ce qu’on appelle une forte femme. Au premier essai, ils n’ont réussi qu’à la mettre par terre – ce qui correspondait tout à fait à la suspicion que la salle pouvait éprouver devant leurs discours... Les éducateurs trouvaient, dans ce jeu pour rire et avec un fort sentiment de jubilation, la preuve que, malgré leurs déclarations d’intention les « décideurs » étaient bien capables de les laisser tomber.

  • 9 Série d’Émissions de France Culture, Le monde à l’envers du Bouffon, Radio France, 1991.

27Cela me renvoie à une parole d’un psychanalyste, Jean-Pierre Bourgeron parlant du bouffon sur « France Culture » : « Le point commun entre le rôle du Bouffon et le rôle du psychanalyste : non pas dire la vérité mais faire en sorte qu’elle advienne »9.

28Pour terminer, je voudrais évoquer un autre aspect de l’intervention des clownanalystes plus directement en rapport avec la problématique de mon équipe de recherche.

29Dans ces lieux centrés sur le logos, le clown introduit, par théâtralisation un réel absent, car le discours laisse toujours un trou vide, celui de la réalité qui est en amont, celui de la praxis des professionnels réunis pour écouter. Or le clown se plante dans ce trou et restitue cette praxis métaphoriquement. En d’autres termes, il provoque une confrontation entre le discours et les situations évoquées qu’il réactive, à sa manière, avec leur charge émotive et concrète.

  • 10 Maurice LEVER Le sceptre et la marotte, Paris, Fayard, 1983.
  • 11 Je retrouve là ce que Colette COSNIER évoquait dans sa communication à propos du « bas corporel et (...)

30Par exemple, il va personnifier l’absent dont parlent les experts : le bébé, l’adolescent, le malade, le travailleur de base, l’exclu, le client... Je dirais qu’il jette un pont entre le « vertige ascentionnel »10 de l’expert et ce qui se trouve en bas11 et qui est l’ancrage du discours.

31Ainsi, le clownanalyste rétablit métaphoriquement la dialectique logos-praxis largement évacuée dans ces lieux de parole, et il remet du jeu dans cet espace de contradiction. Son langage symbolique ouvre au public un autre accès au sens, et le rire devient un puissant indicateur de cette ouverture et de ce passage.

  • 12 Série d'Émissions de France Culture, Le monde à l'envers du Bouffon, Radio France, 1991.

32Anne Ubersfeld a montré que « c’est à partir du moment où le bouffon quitte l’histoire qu’il entre en littérature et en théâtre »12. Or le clown est apparu directement sur la scène théâtrale de la comédie anglaise du xvie siècle, sans avoir traversé la cour du Roi, la cathédrale ou la place publique... Et c’est justement lui qui, aujourd’hui, dans sa dimension contemporaine vivante, fait le chemin inverse du bouffon en quittant la scène du théâtre et la piste du cirque pour prendre place dans l’histoire, en tout cas dans l’histoire sociale qui se joue dans les organisations, les entreprises, les institutions... Et si le clownanalyste n’y est pas strictement fou du roi, il y fait sûrement fonction de fou de l’institution, libérant, par son jeu, une énergie sociale que l’institution a tendance à comprimer ou à refouler.

  • 13 Alfred SIMON, La planète des clowns, Lyon, La Manufacture, 1988.

33La pratique des clownanalystes est sans doute une façon d’actualiser une tradition théâtrale ancienne mais aussi de défricher un nouvel espace de vie pour le clown et, par là, de faire évoluer l’Auguste dans sa fonction de « double dérisoire »13 de l’humain et du social.

34L’intervention des clownanalystes dans les assemblées et autres réunions de travail a des effets émotionnels puissants. La première réaction de surprise ou d’étonnement devant leur incongruité se transforme vite en adhésion chaleureuse et même enthousiaste, les participants se réjouissant volontiers de cette présence salutaire.

35Les clownanalystes représentent sans doute l’une des variantes réussies du retour des Bouffons mis en lumière par plusieurs auteurs parmi lesquels Serge Martin qui écrit :

  • 14 Serge MARTIN, Le « Fou » « Roi » des Théâtres, Cazilhac, Bouffonneries n° 13/14, 1985.

Aujourd’hui, les bouffons reviennent en tant que tels, peut-être parce que notre époque a un besoin farouche du miroir-sonnette d’alarme, de la critique vive et sans concession, du double14.

36Jaillissant comme un diable au cœur de la vie institutionnelle, là où se débattent de graves questions, le clown nous invite à changer de point de vue en nous transportant pour un temps entre rire et dérision.

37N.B. : Cette communication fut illustrée par la projection de l’enregistrement vidéo d’une intervention de deux clownanalystes du Bataclown au Congrès de l’ADMR (Aide à de Domicile en Milieu Rural) EPINAL 1990.

Notas

1 Laboratoire du COSEFD dirigé par le Professeur Jean FERRASSE, Centre de Recherches en Education Formation et Insertion, Université de Toulouse Le Mirail.

2 LE BATACLOWN La Robin 32220 LOMBEZ.

3 Michel NOBLECOURT, « Profession clownanalyste », Le Monde, 6 avril 1989.

4 Serge MARTIN, Le « Fou » « Roi » des Théâtres, Cazilhac, Bouffonneries n° 3/14, 1985.

5 Maurice LEVER Le sceptre et la marotte, Paris, Fayard, 1983.

6 Victor BOURGY, Le Bouffon sur la scène anglaise au xvie siècle (1495-1594), Tarbes, Saint-Joseph, 1969.

7 Augusto BOAL, Jeux pour acteurs et non acteurs, Paris, La Découverte, 1991. Nous avons eu un exemple de théâtre invisible avec l’incident aussi vrai que nature, monté de toutes pièces et avec talent, par César SAVETIER juste avant son intervention dans le Colloque.

8 Un analyseur est ce qui permet de « révéler la structure de l’institution, la provoquer, la forcer à parler », René LOURAU, L’analyse institutionnelle, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

9 Série d’Émissions de France Culture, Le monde à l’envers du Bouffon, Radio France, 1991.

10 Maurice LEVER Le sceptre et la marotte, Paris, Fayard, 1983.

11 Je retrouve là ce que Colette COSNIER évoquait dans sa communication à propos du « bas corporel et matériel » chez le clown.

12 Série d'Émissions de France Culture, Le monde à l'envers du Bouffon, Radio France, 1991.

13 Alfred SIMON, La planète des clowns, Lyon, La Manufacture, 1988.

14 Serge MARTIN, Le « Fou » « Roi » des Théâtres, Cazilhac, Bouffonneries n° 13/14, 1985.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar

Volumen papel

Cargando

Unavailable