Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Clown

 | 
Nicole Vigouroux-Frey

I. La tradition et le clown

Un clown d’Église : le fol en Christ ?

Jean-Claude Roberti

Texte intégral

1Dans l’intitulé de ma communication, j’aurai tendance à dire, non sans exagération, que le plus important est le point d’interrogation. Il témoigne de mon incertitude quant au caractère réellement clownesque du personnage que je vais vous présenter. Heureusement les définitions du clown sont si variées qu’un habile montage serait toujours en mesure de justifier le bien fondé de ma démarche. Cependant, je préfère vous présenter le personnage ainsi que son contexte historique et social, vous laissant en conclusion le soin de décider s’il s’agit ou non d’un clown.

  • 1 La bibliographie sur le Fol en Christ, dont le nom d’origine est Fol ou Fou pour le Christ, est re (...)
  • 2 J. SAWARD, Dieu à la folie. Histoire des saints fous pour le Christ, Paris, Seuil, 1983.
  • 3 Le célèbre Lexicon palaeoslovenico-graeco-latinum de F. Miklosich (1862-1865) donne stultus, donc (...)

2En français ce personnage s’appelle le fol en Christ1. Il est bien connu des spécialistes de l’histoire de l’Eglise orientale et a même provoqué des recherches sur des cas plus ou moins semblables en Occident 2. Toutefois, son domaine de prédilection est l’Europe byzantine. Sous ces termes on entend, entre les ixe et xviiie siècles, un vaste territoire comprenant les états indépendants contemporains de Biélorussie, Bulgarie, Grèce, Macédoine, Moldavie, Monténégro, Russie, Serbie et Ukraine auquels il faut ajouter la partie européenne de l’Empire byzantin avec Constantinople. Tous ces états ou régions constituaient un ensemble culturel cohérent avec deux langues de culture : le grec et le slavon. Dans la première notre fol en Christ s’appelait dia Christovn Savlo3. En grec savlo signifie originellement agité, inquiet, puis par la suite innocent, imbécile ou même fou, quant au terme slavon, il n’est pas, chose étonnante, un calque du grec. Il met l’accent sur la marginalité, celle de celui qui a été rejeté avant terme, donc l’avorton, mais aussi celui que des handicaps mentaux placent hors de la normalité. Il correspond alors à notre idiot du village, ou au ravi du sud de la France.

  • 4 Les cas de folles en Christ sont assez rares. On en trouve pas en Russie Ancienne, par contre elle (...)

3Cependant ces termes prennent un sens nouveau lorsqu’ils sont accompagnés de pour le Christ, ils indiquent alors un type particulier d’obédience, d’activité inspirée par un appel divin. Il s’agit là d’une vocation paradoxale qui était l’apanage presque exclusif d’hommes 4 et souvent d’âge mûr. On trouve parmi eux des moines, mais aussi des paysans ou des représentants de la noblesse. Ils choisissaient consciemment de jouer au marginal pendant le jour et de passer la nuit en prière. Leur but était de provoquer chez leurs concitoyens une prise de conscience de la vanité de l’existence, ainsi d’ailleurs à partir du xvie siècle en Russie que de souligner les abus du pouvoir politique. On peut donc l’assimiler à une forme particulière du spectacle de rue, fondé sur la dérision, avec cette différence que le Fol en Christ ne jouissait pas toujours de l’impunité du comédien. Nous connaissons de nombreux cas où il était rossé par la foule qu’il avait choquée, emprisonné ou exécuté par le pouvoir politique qu’il avait dénoncé.

  • 5 Comme les Grecs considéraient ceux qui ne parlaient pas leur langue comme des barbares, les Slaves (...)

4Si la folie en Christ ou plutôt pour le Christ fut un phénomène commun à tous les pays de l’Europe byzantine, il connut un développement considérable à Constantinople, mais plus encore en Russie. Importée, peut-être par la Bulgarie, cette institution fut assez mal reçue dans la Russie kiévienne (xe-xiiie s.) où on ne connaît qu’un seul fol en Christ, Isaac des Cavernes de Kiev (fin du xie s.). Par la suite, l’invasion mogole ayant détruit presque toutes les institutions culturelles russes, il fallut attendre le xive siècle pour constater la présence de fols en Christ arrivés étrangement d’Occident, le premier attesté Procope d’Ustjug venait de la « grande muette »5. Remarquons que lui-aussi fut très mal accueilli, le « public » ne comprenant pas sa démarche de dérision. Il mourut de froid sans que personne ne se soit inquiété de lui. Toutefois, la folie en Christ connut un accroissement sensible au xve et son apogée aux xvie et xviie siècle.

5Les Fols en Christ étaient immédiatement repérables par leur aspect extérieur. Le plus souvent ils se promenaient nus avec parfois un linge autour des hanches. Cette pratique, tout particulièrement pendant l’hiver russe, n’était pas sans danger et on rapporte plusieurs cas de fols en Christ trouvés morts de froid. Ils portaient parfois des chaînes, des croix et de lourds casques de fer. Lorsqu’ils s’habillaient, ils mettaient leurs vêtements à l’envers, comme c’était l’usage dans les cérémonies païennes combattues par l’Eglise. Ils ne se lavaient que rarement et lorsque d’aventure de pieuses gens les y obligaient, ils s’empressaient de se rouler dans les caniveaux ou de se couvrir d’excréments.

6Ils s’exprimaient principalement par gestes, souvent emphatiques qu’ils préféraient au discours. Lorsqu’ils rompaient leur mutisme, ils utilisaient quelquefois une technique vocale artificielle avec timbre de voix très aigu et des résonnances nasales.

  • 6 Il serait possible de faire une typologie des fols en Christ. On y verrait des similitudes, mais a (...)

7Leur aire de jeu était l’espace public, celui des marchés, des places, des ponts, des sorties des églises ou des cathédrales, des rues passantes, les devant des palais ou des hôtels particuliers, mais aussi des cabarets et les lieux de débauche. Remarquons qu’à la différence des fols en Christ grecs qui semblent avoir une certaine attirance pour les thermes féminins, les Russes ne fréquentent pas particulièrement les bains réservés aux femmes 6.

8Leurs techniques de jeu sont variées, mais toujours provoquantes. Ils pouvaient comme Syméon le Fou au vie siècle à Emèse tirer derrière soi un chien crevé, fréquenter les tavernes, manger du saucisson le Vendredi saint, bombarder les femmes avec des noisettes pendant la messe, entrer dans les thermes qui leur étaient réservés, comme Maxime le Capsocalyvite (le Brûleur de cabane) (1270-1365) à l’Athos se construire chaque soir une hutte en branchage et la brûler chaque matin, comme Sabbas le Jeune au xive siècle se promener entièrement nu par les routes de Chypre en récitant le Livre de Job. Ils pouvaient prier avec des larmes devant les portes des bordels ou lancer des pierres sur celles des pieuses gens, parce que devant les premières étaient massés les anges et devant les secondes les démons.

9Si jusqu’au xive s. les fols en Christ agissaient le plus souvent seuls et dans le but de convertir leurs concitoyens, à partir de cette époque et uniquement en Russie, ils se mirent à dénoncer les tares sociales au nom de l’ordre public ou de la tradition.

10Ils étaient ainsi capables de monter à plusieurs de véritables spectacles. Ce fut le cas à Novgorod au xive lorsque deux fols en Christ, Nicolas Tête de Choux habitant le quartier aristocratique et Théodore habitant le quartier commerçant se battaient comme des chiffonniers sur un pont qui unissait ces deux quartiers au milieu d’un grand concours de peuple. Selon la légende, après s’être mutuellement jetés dans le fleuve, ils revenaient tranquillement sur la berge « en marchant sur les eaux ». Ils voulaient ainsi faire comprendre aux deux parties de la ville l’inanité de leurs querelles incessantes.

  • 7 LIXACEV, D., Le canon et la prière à l’Archange le Terrible, chef des Armées célestes de Parphène (...)

11Mais, ce fut lors du règne contrasté de Jean IV dit le Terrible (1533-1584) que certains fols en Christ se sentirent chargés d’une véritable mission politique, celle de dénoncer les abus de pouvoir. Comment se déroula cette évolution, quelles en furent les causes, et même quelle confiance faut-il accorder aux récits plus ou moins enjolivés de leurs exploits, à des documents qui souvent ne sont que des montages, il est difficile de le dire. En tout cas une chose apparaît clairement : certains fols en Christ s’en seraient pris souvent violemment à puissants, et tout particulièrement à celui qui, nous le savons à présent7, rédigeaient des offices qu’il signait du pseudonyme de Parfène le Fol, et avait instauré la dérision comme moyen de gouvernement. Ils n’auraient pas hésité à traiter le tsar de cannibale, d’anthrophage, lui présentant en plein carême des morceaux de viande crue dégoulinant de sang, à lui qui se repaissaient de la chair des chrétiens orthodoxes. Ils faisaient cela avec succès afin de protéger villes et habitants contre la fureur sanguinaire d’un tsar névropathe, mais aussi contre une nouvelle conception de l’état, centralisé et de l’absolutisme royal.

12Le second apogée des Fols en Christ fut sans conteste le règne du tsar Alexis (1636-1672), homme très pieux qui aimait s’entourer de pélerins, de prophètes plus ou moins inspirés et de Fols en Christ. Toutefois, les plus connus se séparèrent du tsar et du patriarche lors du schisme de la Vieille Foi marquant ainsi leur attachement à sa dimension nationale et leur mépris pour des réformes à leurs yeux trop entachées d’hellénisme. Nombreux furent ceux qui payèrent de leur vie cet attachement à la tradition.

13Ces exécutions marquèrent le début de la fin de la Folie en Christ comme institution marginale de l’Eglise. Pierre le Grand qui, lui aussi utilisait des bouffons et des nains pour les besoins de sa propagande politique, éprouvait tout naturellement une profonde aversion pour les Fols en Christ. Ceux-ci furent arrêtés et envoyés dans des monastères ou à l’armée. Cependant, ils ne disparurent pas complétement et l’on connaît des exemples de fols et folles en Christ aux xixe et xxe siècles ; ils n’avaient cependant plus aucune dimension de critique sociale et politique.

  • 8 A. SIMON, Les signes et les songes. Essai sur le théâtre et la file, Paris, Seuil, 1976, p. 58.

14Après cette trop rapide présentation d’une instituion sociale plus que millénaire, il convient de conclure et cela n’est pas facile. Il est en effet évident que le Fol en Christ possède avec les clowns, mais aussi avec les bouffons occidentaux des traits communs, en particulier un rapport d’anormalité avec le monde. Si, comme le propose A. Simon « dans cet univers où rien ni personne n’est jamais à sa place, pas même l’homme dans sa peau d’homme, l’art du clown est celui de la plus habile maladresse dans le maniement des objets et des mots, alors les seules réussites viennent du hasard, d’autant plus éclatantes qu’elle sont vite payées cher »8, en ce qui concerne le Fol en Christ. Ses rapports avec le monde et les objets s’apparentent plus à la traversée des apparences et à l’inversion systématique du monde à l’envers, chère au xviie et xviiie siècles occidentaux. Pour lui, la nudité est pureté, la saleté-parure, le mutisme-discours, le paradoxe-découverte, la mort-vie, le rire-dénonciation, l’humiliation-louange, etc.

15Mais, tout en allant très loin dans sa dénonciation de monde, le Fol en Christ n’adopte pas un comportement totalement négateur. S’il s’en prend parfois aux ecclésiastiques, il n’adopte jamais de comportement anticlérical et encore moins antiecclésial. Pourtant l’Eglise institutionnelle, tout en la tolérant, se méfie de la Folie en Christ comme de tous les comportements prophétiques. Par contre, le peuple toujours avide de merveilleux et de théâtralisation du vécu, aime voir les puissants et les riches, en général l’autre, être l’objet des attaques justifiées des Fols en Christ.

16Alors, clown, bouffon, sot, ou tous à la fois, sans nul doute, mais aussi création originale d’un monde culturel, à la fois proche et différent, celui de l’Europe byzantine.

Notes

1 La bibliographie sur le Fol en Christ, dont le nom d’origine est Fol ou Fou pour le Christ, est relativement importante, toutefois la grande majorité des ouvrages ou des articles l’abordent sous l’angle uniquement religieux. Nous avons utilisé en particulier l’excellente étude de I. GORAÏNOFF, Les Fols en Christ, Paris, Desclée de Brouwer, 1983, coll. Théophanie ; Fr. VANDENBROOK, « La Folie en Christ », Dictionnaire de Spiritualité ascétique et mystique, Fas. 35-36, Paris 1963; E. BEHR-SIGEL « Les fous pour le Christ et la sainteté laïque dans l’ancienne Russie » Irénikon, 15, 1936 et Prière et sainteté de l’Eglise russe, Paris, Cerf, 1950, p. 98-108.
KOVALEVSKIJ, I., La folie en Christ et les Fols en Christ de l’Eglise orientale et russe, M 1895 ; PANCENKO A. M., La Folie en Christ comme spectacle, XXIX, 1974, c. 144-153 ; LIXACEV, D., PANCENKO, A., Le Monde du rire de la Russie Ancienne, 1976 ; LIXACEV, D., PANCENKO, A., PONYRKO, N. V., Le rire dans la Russie ancienne, 1994.

2 J. SAWARD, Dieu à la folie. Histoire des saints fous pour le Christ, Paris, Seuil, 1983.

3 Le célèbre Lexicon palaeoslovenico-graeco-latinum de F. Miklosich (1862-1865) donne stultus, donc stupide, hébété ou encore sot. On trouve d’ailleurs le terme grec utilisé en slavon.

4 Les cas de folles en Christ sont assez rares. On en trouve pas en Russie Ancienne, par contre elles ont tendance à se multiplier aux xviiie et xixe s.

5 Comme les Grecs considéraient ceux qui ne parlaient pas leur langue comme des barbares, les Slaves, c’est-à-dire ceux qui ont la parole, appelaient les Occidentaux les muets.

6 Il serait possible de faire une typologie des fols en Christ. On y verrait des similitudes, mais aussi des différences entre les Grecs et les Russes. Chez les premiers les rapports avec les femmes, en particulier les prostituées, sont très importants, tandis qu’ils sont presque totalement absents chez les Russes.

7 LIXACEV, D., Le canon et la prière à l’Archange le Terrible, chef des Armées célestes de Parphène le Fol (Ivan le Terrible) et L’héritage manuscrit de l’Ancienne Russie, 1970, c. 10-27.

8 A. SIMON, Les signes et les songes. Essai sur le théâtre et la file, Paris, Seuil, 1976, p. 58.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable