Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter Le Corbusier

 | 
Sylvette Denèfle
, 
Sabrina Bresson
, 
Annie Dussuet
, 
et al.

Chapitre I. Le corbusier et la maison radieuse

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

LES PRINCIPES DE LA MODERNITÉ

1L’époque dans laquelle s’inscrit Le Corbusier, celle de l’esprit nouveau, de la science, de la technique et du machinisme, celle du progrès de l’humanité, c’est l’âge moderne.

  • 1 Le Corbusier énonce clairement les principes de la modernité : rationalisme, libéralisme, investiss (...)

2Le projet corbuséen est expressément un traité de modernité, d’une modernité explicite même si Le Corbusier s’exprime davantage dans les termes du modernisme1. La modernité dont il s’agit est celle qui prend sa forme aboutie dans l’idéologie des Lumières et qui provoque et s’enrichit des développements scientifiques et techniques du siècle suivant.

3Les grands principes de l’égalité, de l’humanisme, du progrès qui sous-tendent la modernité prennent leur fondement dans l’idée que la Raison est également partagée entre les Hommes et qu’elle est le propre de l’espèce. C’est une philosophie qui place la science et toutes les activités qui en découlent au cœur des valeurs sociales, qui met l’individu en référence, par rapport à toutes les communautés, et qui inscrit l’Histoire dans une vision cumulative et progressiste.

4Ces grands principes sont les soubassements de la pensée de Le Corbusier. La spécificité de sa vision, c’est de placer l’architecture au croisement de tous les principes. C’est ainsi qu’il voudra rationaliser la conception et la production architecturale et urbanistique, qu’il se rangera délibérément dans les perspectives du développement technologique et de l’industrialisation, qu’il fera passer le bien-être des Hommes par le confort du logement et l’accès aux loisirs : la science et la technique au service du bonheur des êtres humains à travers l’équilibre des constructions et des lieux.

  • 2 L’expression de l’idéologie de la modernité est le fait de la philosophie des Lumières mais la diff (...)
  • 3 Comme l’écrit Benoît Goetz, « Le choix de Le Corbusier comme architecte exemplaire de la modernité (...)

5Dans la plupart de ses textes, on trouve cette profession de foi, même si parfois sa pratique peut s’en éloigner et ses propos déborder les cadres de cet humanisme. On a beaucoup stigmatisé ses certitudes qui ne laissent pas toujours place à des discussions libérales, ses contacts politiques qui oublient les cohérences idéologiques, la place qu’il fait à l’expertise par rapport à celle de l’usager. Et il n’est certes pas difficile de mettre en évidence les contradictions entre la pratique dirigiste et les objectifs philosophiques de Charles-Edouard Jeanneret. Cependant, on ne peut saisir la prégnance de cette œuvre si on ne voit pas qu’elle est en consonance avec l’épanouissement de l’idéologie de la modernité qui connaît dans le monde occidental son acmé après la seconde guerre mondiale2. C’est aussi le moment, et ce ne peut être le fait du hasard, où enfin l’architecte atteint la grande commande publique qui légitime son audience professionnelle internationale3.

6Quand on regarde, dans les écrits de Le Corbusier, la place qui est donnée à la science, on trouve constamment la reconnaissance de la rationalité comme valeur fondamentale : la science, le raisonnement, les mathématiques sont posés comme expression même de l’humanité.

  • 4 Souligné par l’auteur.
  • 5 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris 1977, p. 54-55 (1re édition 1923).

7C’est par la raison que l’ordre humain s’impose au désordre de la nature : « Pour construire bien et pour répartir ses efforts, pour la solidité et l’utilité de l’ouvrage, il [le constructeur] a pris des mesures, il a admis un module, il a réglé son travail4, il a apporté l’ordre. Car autour de lui, la forêt est en désordre avec ses lianes, ses ronces, ses troncs qui le gênent et paralysent ses efforts. Il a mis de l’ordre en mesurant… La géométrie est le langage de l’homme5

  • 6 Ibid., p. 171.

8La puissance rationnelle est l’expression du génie de l’Homme : « Il faut bien se mettre en tête que le dorique ne poussait pas dans les prairies avec les asphodèles, et que c’est une pure création de l’esprit6

  • 7 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970, p. 29.

9Et cette intelligence humaine prend sa source dans ce monde naturel qu’elle décrit : « Jamais, dans les calculs d’acier et de ciment armé, on ne fut plus près de la nature, au cœur même des lois de la matière et du jeu des forces, en parallélisme étroit avec les créations naturelles7

  • 8 Profil des moulures de corniche.
  • 9 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris 1977, p. 180.

10Mais au-delà, la capacité humaine de rationalité, notamment par son expression géométrique rencontre l’expression artistique, la magie de la création : « La modénature8 du Parthénon est infaillible, implacable. Sa rigueur dépasse nos habitudes et les possibilités normales de l’homme. Ici se fixe le plus pur témoignage de la physiologie des sensations et de la spéculation mathématique qui peut s’y rattacher ; on est rivé par les sens ; on est ravi par l’esprit ; on touche l’axe d’harmonie9

  • 10 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970, p. 195.

11Car la mathématique est non seulement l’expression du génie humain, mais c’est aussi la mesure de la beauté. « La mathématique est la terre-mère de l’imagination, celle des splendeurs de la divine proportion. La mathématique est déesse de l’unité10

  • 11 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris, 1977, p. 73.

12La rationalité scientifique est le cœur de la modernité et la valeur dont découle tout l’ordre du monde. Elle est le mode par excellence de la connaissance mais elle est aussi celui de l’organisation de la vie sociale. Car le développement de la science génère les évolutions techniques et le machinisme, l’industrialisation et l’amélioration des conditions de vie. L’avènement de la rationalité mathématique conduit inexorablement à la rationalisation de l’ensemble des productions humaines. Et c’est l’économie qui tire les évolutions et promeut la rationalisation de l’appareil productif à travers, notamment, l’industrialisation. Et pour l’industrie, naissent les sciences de l’ingénieur et les réalisations qu’elles génèrent : « Notre vie moderne, toute celle de notre activité, à l’exception de celle de l’heure du tilleul et de la camomille, a créé ses objets : son costume, son stylo, son eversharp, sa machine à écrire, son appareil téléphonique, ses meubles de bureau admirables, les glaces de Saint-Gobain et les malles “Innovation”, le rasoir Gillette et la pipe anglaise, le chapeau melon et la limousine, le paquebot et l’avion11

  • 12 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970 p. 16.
  • 13 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris, 1977, p. 48.

13Pour Le Corbusier, le machinisme est le vecteur, l’outil nouveau qui permet aux hommes de repenser leur place dans le monde. C’est le facteur décisif dans la voie du progrès. « Élargi, approfondi, dirigé vers ses buts réels, le machinisme est, en vérité, toute une civilisation aux possibilités innombrables12. » Cet outil est, à la fois, porteur de changements et au service de ces changements, car : « Nous sommes dans une période de construction et de réadaptation à de nouvelles conditions sociales et économiques. Nous passons un cap et les horizons nouveaux ne retrouveront la grande ligne des traditions que par une révision complète des moyens en cours, que par la détermination de nouvelles bases constructives établies sur la logique13

  • 14 Ibid., p. 79.
  • 15 Ibid., p. 33.

14On voit ici le souffle lyrique d’un progressisme moderne qui anime une pensée philosophique largement autodidacte et qui se centre toute entière sur les questions de l’architecture. En effet, toutes les évolutions du temps nouveau, Le Corbusier les conçoit comme s’exprimant d’abord dans la ville. « Des villes entières sont à construire, à reconstruire, en vue d’un confort minimum, dont le manque prolongé pourrait faire osciller l’équilibre des sociétés14. » « La vie moderne demande, attend un plan nouveau pour la maison et pour la ville15

15Bien avant le développement considérable des villes et l’intérêt politique et social pour l’urbanisme, Le Corbusier a saisi le caractère central des mondes urbains. Pour lui, l’urbaniste et l’architecte ont le rôle déterminant de répondre aux besoins sociaux nouveaux ouverts par le changement technologique. C’est, bien avant l’heure, le discours sur l’importance des lieux et de leur aménagement dans la construction des sociabilités et de la paix sociale.

  • 16 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970, p. 70.
  • 17 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris, 1977, p. 213.

16Le Corbusier porte l’idée que c’est la qualité globale de l’espace urbain architecturé qui est nécessaire au développement des hommes. C’est la raison pour laquelle il ne place pas l’action politique au centre de ses préoccupations. Pour lui, la tâche que nécessite le changement d’époque, ne pourra être menée à bien que par des concepteurs nouveaux, ceux qui auront pris la mesure de l’esprit nouveau et qui en auront porté les idées. Cet urbaniste nouveau qui s’occupe « non pas du sol mais des « cubes bâtis », de ce qui est en l’air16 », ce concepteur qui pratique un « urbanisme à trois dimensions », celles du plan et de la hauteur en plus, apportera des réponses résolument nouvelles à des questions d’habitat et d’organisation des espaces qui sont elles-mêmes complètement nouvelles. Car ce qui importe est de résoudre les problèmes actuels « dans un esprit conforme à l’époque17 ».

17Rares sont les politiques (mais E. Claudius-Petit, Ministre de la Reconstruction est de ceux-là) qui ont saisi le caractère résolument avant-gardiste de ces propos et qui ont su les mettre en œuvre. C’est de ce sentiment de ne pas être socialement entendu que sont nés les propos amers de l’architecte qui a constamment combattu pour une commande publique, à son avis, trop frileuse. On lit souvent que, malgré ses plaintes, Le Corbusier a beaucoup construit. Cela est vrai, sans toutefois, invalider la véracité du décalage entre le monde social de son temps et sa vision de l’avenir urbain. Les projets nombreux qui sont restés dans les cartons, les contacts fréquents qui n’ont pas abouti, les rejets de quelques-uns de ses projets les plus importants l’ont enfermé dans le sentiment d’une incompréhension générale de ses idées alors même qu’il a obtenu, en tous cas après la seconde guerre mondiale, une reconnaissance grandissante.

18De l’unité d’habitation de grandeur conforme de Marseille à la réalisation du projet urbain de Chandigar, le second XXe siècle a vu s’élever bien des réalisations majeures du maître et l’on peut dire que Le Corbusier est, dans les années 50-60, au faîte de sa gloire et de son influence, notamment sur les jeunes générations d’architectes.

19Précisément, c’est à cette époque que se construit la Maison Radieuse de Rezé.

  • 18 Il travaille dans une société de béton armé à son arrivée à Paris après la Première Guerre mondiale (...)

20La rationalité est au fondement de la pensée et de la création. Et elle s’exprime aussi à travers les évolutions technologiques qui, elles-mêmes, sont à la base du développement de l’industrialisation, notamment, et c’est ce qui intéresse Le Corbusier, dans la construction. Dès le tout début de sa carrière, et toute sa vie, Le Corbusier sera partie prenante d’entreprises d’industrialisation, de standardisation des matériaux et des principes de construction. Cela sera avec des succès divers, plutôt peu gratifiants d’ailleurs, mais on constate clairement, aussi bien dans ses choix professionnels que dans ses écrits, qu’il a fait une place constante à la recherche d’une simplification rationnelle dont la réalisation conduit à la reproduction industrielle18. Curieusement, alors que cette recherche provoquera la perpétuelle association de son nom avec la construction standardisée des vastes quartiers alignés sur les chemins de grue, voire plus tard avec la stigmatisation des quartiers d’habitat social, ses propres réalisations ne bénéficieront que bien peu d’une standardisation industrielle. Gérard Monnier remarque même que les premières grandes réalisations utilisant effectivement une préfabrication industrielle seront réalisées après sa mort.

21C’est en tout cas ce message théorique si fort qui a associé, pour tout un chacun, le maître au modernisme industriel.

  • 19 Ibid., p. 105.
  • 20 Sic !
  • 21 Ibid.., p. 115.
  • 22 Ibid., p. 103.

22Pour Le Corbusier, en effet, « si le problème de l’habitation, de l’appartement, était étudié comme un châssis, on verrait se transformer, s’améliorer rapidement nos maisons. Si les maisons étaient construites industriellement, en série, comme des châssis, on verrait surgir rapidement des formes inattendues, mais saines, défendables, et l’esthétique se formulerait avec une précision surprenante19 ». La solution que soufflent les techniques de l’ingénieur à l’architecte des temps nouveaux est en effet celle de la standardisation qui, seule, permet l’industrialisation car « les standarts20 sont choses de logique, d’analyse, de scrupuleuse étude. Les standarts s’établissent sur un problème bien posé… Le standart, imposé par la loi de sélection, est une nécessité économique et sociale21 ». « Il faut tendre à l’établissement de standarts pour affronter le problème de la perfection22. » L’objectif est ambitieux.

  • 23 Ibid., p. 73.
  • 24 Ibid., p. 201.

23De cette possibilité nouvelle et déterminante qu’ouvre l’industrialisation découlent avec évidence des conceptions nouvelles de ce qu’est l’habitat. Et l’on retrouve ici la formule si célèbre et si controversée de Le Corbusier : « Une maison est une machine à habiter », comme « un fauteuil est une machine à s’asseoir23. » L’esprit nouveau, la rationalité posent scientifiquement la question d’habiter. Il élimine les scories des traditions anciennes qui ne sont pas condamnables en elles-mêmes mais qui sont dépassées car non conformes à l’esprit nouveau, à l’époque nouvelle. « Ce dont on peut être fier, c’est d’avoir une maison pratique comme sa machine à écrire24

  • 25 Ibid., p. 193-95

24Mais que l’on ne s’y trompe pas, standard ne signifie pas uniformité, car la standardisation répond à l’harmonie mathématique, et, en cela, elle portera en elle l’équilibre de la beauté, l’ordre et le bien-être. « Si l’on arrache du cœur et de l’esprit les concepts immobiles de la maison, et qu’on envisage la question d’un point de vue critique et objectif, on arrivera à la maison-outil, maison en série accessible à tous, saine, incomparablement plus que l’ancienne (et moralement aussi) et belle de l’esthétique des outils de travail qui accompagnent notre existence. Elle sera belle aussi de l’animation qu’un sens artiste peut apporter à ses stricts et purs organes25

  • 26 Ibid. p. 223.

25De la standardisation de la construction découle à son tour celle de l’aménagement intérieur : « car la maison en série nécessite l’étude poussée de tous les objets de la maison et la recherche du standart, du type26 ».

  • 27 Ibid., p. 243.

26Ces changements fondamentaux des temps nouveaux qui sont potentiellement révolutionnaires, seront, en fait, une avancée vers l’ordre et le progrès s’ils sont maîtrisés par l’expertise architecturale. « Architecture ou révolution. On peut éviter la révolution27 » comme le proclame Le Corbusier dans une des ses formules saisissantes qui restent dans les mémoires.

  • 28 Ibid., p. 39.

27Pour Le Corbusier, les temps nouveaux sont porteurs de bouleversements mais qui peuvent être tirés vers le meilleur pour les hommes, c’est-à-dire vers plus d’ordre, plus d’hygiène, plus de moralité. « Où règne l’ordre, naît le bien-être28

  • 29 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970 p. 280.

28Là encore, la critique s’est aisément cristallisée sur ces professions de foi qui associent hygiène, ordre et bonheur. La frontière est ténue entre l’ordre moral dictatorial et le propos organisateur. Le Corbusier, qui ignore le politique, oubliant constamment que pas de politique, c’est encore beaucoup de politique, et sur lequel il semble que toute la critique de gauche se soit déversée, très vraisemblablement à juste titre, défend cependant avec une énergie sans faille sa conception d’un humanisme moderne, faisant place à la fois à l’individu et au collectif. « Je n’ai jamais fait de politique, étant pris entièrement dans le torrent de l’urbanisme ; les politiques sont incohérentes dans l’urbanisme. L’urbanisme gère la loi humaine, biologique, sentimentale et spirituelle. Les partis vont aux extrêmes. Il ne peut y avoir qu’un milieu en urbanisme29

  • 30 Ibid., p. 158.

29De ces conceptions socio-politiques, on peut dire qu’elles sont celles d’un autodidacte, à la fois tranchées dans ses certitudes et confuses dans ses interprétations sociales. Il veut le bonheur des hommes, l’égalité, l’élimination des injustices sociales, notamment liées à l’argent mais c’est un bonheur dans l’ordre, dans l’hygiène, dans le sport et dans l’organisation hiérarchisée d’une société socialement différenciée. Le progrès matériel est pour tous mais c’est par l’élévation globale du niveau de vie, bénéfice suprême de l’âge moderne, et non par une autre répartition des biens. Il défend l’inaliénable référence à l’individu et à sa vie personnelle et privée mais il propose une gestion collective et programmée de l’organisation sociale. Il oscille entre un libéralisme d’entreprise et un étatisme de gestion. Mais cette façon de décrire la proposition corbuséenne qui a si souvent animé l’hostilité à son endroit, est totalement extérieure à sa vision. C’est la foi dans une modernité rationnelle, technique et humaniste qui est au fondement de la pensée de Le Corbusier, sans examen de l’ensemble de ses implications, examen qui ne sera d’ailleurs possible, dans ses conséquences politiques, sociales et écologiques qu’à la fin du siècle. Pour lui, ce moyen fabuleux qu’est l’industrialisation est né du rationalisme mais surtout il est l’outil d’un progrès au service des hommes puisque « l’urbanisme moderne se propose pour premier objet le bonheur de l’homme, tout au moins cette assiette essentielle de bonheur que la communauté, par une économie bien dirigée, peut offrir à chacun30 ». Et les inconvénients de cette machine de progrès n’apparaissent pas encore clairement au milieu du XXe siècle.

  • 31 Ibid., p. 133.

30On peut souligner en effet que dans le projet corbuséen, le troisième élément essentiel de l’idéologie de la modernité, l’humanisme, est bien au centre des préoccupations même si l’on ne peut occulter que, si de la modernité naît nécessairement l’idée de l’égalité entre les hommes et donc celle de la démocratie, il ne s’ensuit pas que la démocratie soit pour tous les régimes politiques ou sociaux de la même eau. Mais on ne l’analyse pas encore en ces termes dans ces années-là. En effet, c’est au nom des droits de l’Homme, au nom de la liberté que Le Corbusier exprime, au tout début des années trente, son malaise lors de son séjour à Moscou, où pourtant il se rend pour porter des projets architecturaux et urbanistiques. Car, pour lui, « c’est derrière l’urbanisme que se groupent les armées de la défense de la vie et de la conquête des droits31 ». Et là encore, il se montre précurseur par rapport à bien d’autres intellectuels de son temps.

  • 32 Ibid., p. 15.

31L’essentiel pour Le Corbusier est dans sa certitude du rôle fondamental de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme et de l’architecture dans la réalisation du bonheur des hommes. De cette certitude, découleront quelques contradictions, comme, par exemple, celle du choix entre un libéralisme individualiste et la conviction que, sans la réalisation d’un plan d’ensemble qui ne peut venir que d’un pouvoir central, sinon même de l’État, rien n’est possible. Mais plus que tout cela, ce qui porte Le Corbusier, c’est sa foi dans la nécessité du génie individuel de l’architecte au fondement de l’expertise rationnelle. « L’urbanisme et l’architecture sont les deux mains qui disposent, dans l’ordre, le jeu naturel de l’individu et des groupes, cette action complexe dont l’enjeu est la liberté individuelle et le rayonnement abondant de la puissance collective32

  • 33 Souligné par l’auteur.
  • 34 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970 p. 262.

32L’humanisme corbuséen est moderne : c’est celui de la liberté individuelle et de l’égalité des droits qui implicitement comporte le constat de l’élitisme du génie. «Je place comme pierre angulaire de tout l’urbanisme moderne, le respect sacré de la liberté individuelle33. Beau scandale à Moscou !34 »

  • 35 Le Corbusier, La Charte d’Athènes, Discours liminaire.

33Les certitudes des objectifs de Le Corbusier en vue de l’amélioration des conditions de vie qui passent nécessairement par celles d’habiter, se retrouvent à travers tous ses écrits. Dans la Charte d’Athènes, il les reprend de façon emblématique : « La coexistence dans la même ville, et dans la même vie, de citoyens équipés pour la lutte moderne et de citoyens démunis ne peut que provoquer des différences d’humeur, d’habitudes, de goût, c’est-à-dire finalement de condition et d’honneur35

  • 36 Le Corbusier, La Charte d’Athènes, Première partie Généralités.

34« La vie ne s’épanouit que dans la mesure où s’accordent les deux principes contradictoires qui régissent la personnalité humaine : l’individuel et le collectif36

35L’épanouissement humain, il le voit dans « la condition harmonieuse de l’homme dans son milieu » totalement renouvelée par l’âge moderne. « Soleil, espace, verdure, éléments de contact rétabli de l’homme avec ses bases. » Certes, l’homme doit travailler dans la forme dénoncée par Les temps modernes de Charlie Chaplin mais Le Corbusier en voit le projet d’ensemble et la libération d’un temps pour les loisirs. Et ce qui le préoccupe, c’est l’organisation du temps en dehors du travail. C’est le déplacement, c’est la maison, c’est le loisir, c’est le confort, etc. C’est la rationalisation des projets urbains, c’est l’éviction de l’irrationalité du profit individuel égoïste dont il voit la marque, par exemple, dans la gestion foncière. Comme l’exprime avec force le plan de la Charte d’Athènes, en matière d’habitation, de travail, de loisirs, il faut dénoncer les erreurs et les scandales des situations présentes et « Il faut exiger » des conditions de vie meilleures que permettent dorénavant les techniques modernes.

  • 37 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris, 1977, p. V.
  • 38 Ibid., p. 115.

36L’humanisme moderne de Le Corbusier est maintes fois revendiqué et curieusement ce n’est probablement pas dans ses contradictions socio-politiques que s’exprime avec le plus de force sa conviction profonde d’une élite sociale mais dans la passion qui l’anime de la création artistique. L’architecte est plasticien, il est créateur et c’est ce rôle-là que Le Corbusier joue avec élan. L’architecte est celui qui est capable de produire l’émotion architecturale « jeu savant, correct et magnifique des volumes sous la lumière37 », celui qui construit l’harmonie, seule porteuse de la Beauté, « pure création humaine ; superflu nécessaire seulement à ceux qui ont une âme élevée38 ».

  • 39 Ibid., p. 165.

37« On met en œuvre de la pierre, du bois, du ciment ; on en fait des maisons, des palais ; c’est de la construction. L’ingéniosité travaille. Mais, tout à coup, vous me prenez au cœur, vous me faites du bien, je suis heureux, je dis : c’est beau. Voilà l’architecture. L’art est ici39

38Toute la pensée de la modernité de Le Corbusier est dans les principes qui précèdent, rationalité, évolutions sociales et techniques, humanisme, droits, et magie de la création esthétique comme cristallisation de l’harmonie mathématique. De ces principes de l’âge moderne, de l’esprit nouveau, découleront tous les projets urbanistiques et architecturaux des temps modernes et évidemment toutes les réalisations de Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier.

URBANISME, ARCHITECTURE, AMÉNAGEMENT

  • 40 Lettre à Ch. L’Eplattenier 22 novembre 1908.

39Ces conceptions de Charles-Edouard Jeanneret s’élaborent dès qu’il s’engage résolument dans la voie de l’architecture. Dès 1908, il écrit à son maître de la Chaux-de-Fond, « L’architecte doit être un homme au cerveau logique… homme de science autant que de cœur, artiste et savant » et encore « on parle d’un art de demain. Cet art sera. Parce que l’humanité a changé sa manière de vivre, sa façon de penser. Le programme est nouveau40 ».

  • 41 Congrès Internationaux d’Architecture Moderne.

40Évolutions sociales, évolutions techniques impliquent âge nouveau pour lequel un projet nouveau doit être élaboré. Ce projet, Le Corbusier en décrit les principes dans toute son œuvre. La Charte d’Athènes, conçue en 1933 dans le cadre des CIAM41 et publiée pendant la guerre comme un texte emblématique des temps nouveaux, en est l’exposé synthétique.

41La ville s’inscrit dans sa région, elle doit voir s’accorder les principes de l’individuel et du collectif et change continûment en fonction des évolutions économiques, politiques, administratives.

42Le présent est marqué par la dissonance entre un état de la ville qui correspond à des périodes passées et une situation sociale moderne symbolisée par le machinisme industriel.

43Parce que la ville est d’abord habitation, Le Corbusier observe la sur-densité des centres-villes, le manque d’espaces verts, le manque d’hygiène, l’inégalité sociale de la répartition de l’habitat, la pollution causée par les moyens de transports, l’absence de planification cohérente. Face à ces désordres, il préconise le choix des lieux les plus agréables pour y situer les habitations, la nécessité de l’ensoleillement, le recours à la technique pour élever les immeubles d’habitation éloignés les uns des autres et libérer la plus grande surface en espaces verts, zones de détente.

44Parce que la ville est aussi loisirs, il observe l’accès insuffisant des masses aux espaces de loisir et leur éloignement. Il préconise la proximité et la généralisation des équipements de jeux et de sport pour toutes les habitations. Cela implique la démolition des zones insalubres et leur remplacement par les services aux habitants : jardins d’enfants, écoles, bâtiments d’usage communautaire…

45Parce que la ville est encore travail, il observe l’arbitraire des implantations industrielles, administratives et commerciales, les difficultés des déplacements quotidiens, les crises de circulation, l’absence de programmation du développement des villes, les aberrations de la répartition des zones d’emploi. Il préconise la réorganisation fonctionnelle de la ville avec un rapprochement raisonné des zones d’habitation et des zones d’emploi, installées de façon à isoler les unes des autres par des espaces verts.

46Ceci implique que les voies de circulation soient soigneusement étudiées, distinguées selon leurs rôles, aménagées en niveaux différents qui isolent les piétons des automobiles et les voies d’habitation des voies de transit alors qu’actuellement les voies urbaines sont emmêlées dans des réseaux marqués par les aléas historiques ; elles sont faites pour tous les utilisateurs sans distinguer l’usage piéton, leurs dimensions sont inappropriées et leur organisation mal venue.

  • 42 Le Corbusier, Charte d’Athènes, § 77.
  • 43 Ibid., § 82.

47Les villes nouvelles raisonnées sauront sacrifier le bâti ancien s’il n’est pas patrimoine incontestable et s’il entraîne des conditions de vie malsaines. Les villes actuelles ne sont pas adaptées aux temps nouveaux, leur désordre est souvent issu des intérêts individuels et de l’appât du gain qui a, sur la gestion commune et notamment sur le foncier, des conséquences dramatiques. Il faut assurer la liberté individuelle à travers l’action collective et programmer, par une planification d’experts, le développement urbain autour des quatre fonctions « habiter, travailler, se récréer (dans les heures libres), circuler42 ». L’urbanisme nouveau est « une science à trois dimensions et non pas à deux dimensions. C’est en faisant intervenir l’élément de hauteur que solution sera donnée aux circulations modernes ainsi qu’aux loisirs, par l’exploitation des espaces libres ainsi créés43 ».

48Tous les principes du fonctionnalisme urbanistique sont exprimés dans la Charte d’Athènes, texte collectif, point de vue d’architectes d’avant-garde, dans lequel Le Corbusier s’est glissé totalement, jusqu’à le signer de son seul nom.

49Que cette conception conduise à des aberrations, notamment dans les logiques de tabula rasa que Le Corbusier a envisagées avec enthousiasme, peut nous sembler extravagant. Mais on ne doit cependant pas oublier que dans les années soixante encore on rayait avec entrain, au nom de l’hygiène et de la moralité, les quartiers centraux historiques des grandes villes françaises sous le prétexte de leur délabrement. Lyon est, à ce propos, un exemple édifiant.

  • 44 cf. p. 32.

50Bien sûr, le plan de Paris44 de Le Corbusier, son dessin symétrique et ses choix révolutionnaires font sourire aujourd’hui. Il n’en demeure pas moins qu’il nous faudra réfléchir plus finement aux idées d’un urbanisme fonctionnaliste à travers la vie dans les unités d’habitation pensées par Le Corbusier et qu’on y verra probablement plus de consistance que la critique immédiate n’en sait évaluer. Ce sont les principes que nous prenons pour base des évaluations sociologiques que nous tentons, cinquante ans après la construction, pas les formes conjoncturelles qu’ils ont pu prendre.

51Le projet urbain fonctionnaliste est tout entier dans la Charte d’Athènes mais s’y trouvent également toutes ses conséquences architecturales. Car, dans ce grand projet urbanistique, l’architecture tient sa partie, qui est fort loin d’être secondaire.

  • 45 Ibid., § 87.
  • 46 Ibid., § 88.

52« Pour l’architecte, occupé ici à des tâches d’urbanisme, l’outil de mesure sera l’échelle humaine45. » « Le noyau initial de l’urbanisme est une cellule d’habitation (un logis) et son insertion dans un groupe formant une unité d’habitation de grandeur efficace46

53Toutes les conséquences d’aménagement et de propositions architecturales seront tirées par Le Corbusier qui théorisera, longtemps avant leur réalisation, les unités d’habitation de grandeur conforme.

  • 47 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970 p. 85.
  • 48 Ibid., p. 63.
  • 49 Souligné par l’auteur.
  • 50 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris, 1977, p. 207-209.

54C’est ainsi que le lotissement, dévoreur d’espace (« champignonisme pullulant47 ») sera banni au profit des immeubles de grandeur conforme qui, construits sur pilotis, libèreront le sol pour les aménagements techniques et les loisirs de proximité. Les unités d’habitation, logements emboîtés sur des hauteurs rendues maîtrisables par les évolutions techniques, sont nées : « La construction d’acier et de ciment armé permet d’élever des immeubles non plus sur des murs portants, mais sur des poteaux (pilotis) qui sortent de terre et peuvent fort bien porter les constructions à partir de 5 mètres au-dessus du sol et jusqu’à une hauteur très grande48. » Elles seront éloignées les unes des autres et comprendront tous les services de la vie quotidienne, écoles, commerces, centres sportifs, de santé, culturels, administratifs. « Une organisation hôtelière gère les services communs de l’immeuble et apporte la solution à la crise des domestiques [...] La technicité moderne appliquée à une entreprise aussi importante remplace la fatigue humaine par la machine et l’organisation : l’eau chaude, le chauffage central, la réfrigération, le vacuum, la stérilisation de l’eau, etc. [...] Le ravitaillement en denrées crues ou cuites est fait par un service d’achat qui conduit à la qualité et l’économie [...] La série plus que partout ailleurs s’impose dans l’entreprise du grand immeuble locatif : bon marché. Et l’esprit de série apporte des bienfaits multiples et inespérés dans une période de crise sociale : économie domestique49 »50.

55Les unités d’habitation s’inscriront dans une planification urbaine générale qui ne les placera pas trop éloignées des centres de travail et elles seront desservies par des voies de circulation qui rendront aisés les dessertes locales et les transits plus lointains.

  • 51 Ibid., p. 234.

56Ce projet architectural et urbanistique servira le bonheur des hommes en leur fournissant les conditions de vie hygiéniques, pratiques, utiles, ce qui sera au cœur des objectifs de l’âge nouveau à travers l’épanouissement individuel et privé réalisé au sein de la famille. Car les désirs de chaque homme « se rattachent fatalement à la famille, instinct de base de la société51 ». Les valeurs morales et humaines se réaliseront à travers la voie moderne du progrès.

  • 52 Ibid., p. 91.
  • 53 Sic !
  • 54 Idem, p. 223.

57Ces unités d’habitation seront conçues avec le même rationalisme dans leur fonctionnement intérieur que dans leurs aménagements extérieurs : « Pourquoi n’exigez-vous pas de votre propriétaire : 1° Les casiers à linge de corps et à vêtements dans votre chambre à coucher. [...] 2° dans votre salle à manger, les casiers à vaisselle, à argenterie, à verrerie, fermant bien et avec assez de tiroirs [...] 3° dans votre grande salle, des casiers pour que vos livres soient à l’abri de la poussière ainsi que votre collection de tableaux et d’œuvres d’art [...]52. » Cette exigence est rendue possible par la standardisation industrielle : « car la maison en série nécessite l’étude poussée de tous les objets de la maison et la recherche du standart53, du type54 ».

  • 55 Idem, p. 27.

58Les unités d’habitation de grandeur conforme, par l’harmonie de leurs agencements rationnels participeront à la création d’une esthétique moderne. « Nous avons besoin de villes utilement tracées et dont le volume soit beau (plans de ville). Nous avons besoin de rues où la propreté, l’appropriation aux nécessités de l’habitation, l’application de l’esprit de série dans l’organisation du chantier, la grandeur de l’intention, la sérénité de l’ensemble ravissent l’esprit et procurent le charme des choses heureusement nées55

  • 56 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970, p. 238.
  • 57 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris, 1977, p. 213.

59Avec la Charte d’Athènes, c’est-à-dire la conception urbanistique « le soleil, l’espace, les arbres, l’acier et le béton armé dans cet ordre et cette hiérarchie56 », le vaste projet des unités d’habitation, conçu dès les années vingt, prend sens et conduit jusqu’au détail la conception du logement dont l’objectif premier reste le bonheur des hommes. « Économie, sociologie, esthétique : c’est une réalisation neuve avec des moyens neufs57

  • 58 Ibid., p. 6.
  • 59 « Exigez une salle de toilette en plein soleil […] exigez une grande salle à la place de tous les s (...)
  • 60 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970, p. 88.

60« Nous sommes malheureux d’habiter dans des maisons indignes parce qu’elles ruinent notre santé et notre morale58. » C’est pourquoi le projet corbuséen doit s’imposer aux décideurs éclairés. Le manuel de l’habitation en découle59 car le problème de l’habitat est enfin posé rationnellement et trouve sa solution : « 1° un homme debout sur un plancher isolé du sol. 2° Il est devant une fenêtre [...] orientée conformément au soleil utile. 3° Devant lui, est aménagée une vaste réserve d’espace. 4° À ses pieds sont des frondaisons d’arbres et des pelouses. 5° Sur sa tête est un plafond imperméabilisé. 6° La porte du logis ouvre sur une rue. Ce n’est pas une rue de cité-jardin, c’est une « rue intérieure » [...] 7° Tous ces logis se disposent les uns à côté des autres, au long de la rue intérieure. 8° Tous ces logis se disposent les uns au-dessus des autres dans l’espace libre et qui ne coûte rien, en hauteur, vers le ciel60

  • 61 . Ibid., p. 226.

61Et cette solution est de surcroît économique : « enfin, dans la réalisation de ces buts symphoniques, [le problème contemporain des villes est] d’atteindre les prix qui entrent dans le cadre de l’économie contemporaine et qu’il serait fou de dépasser. Le monde n’a jamais été riche et ne peut bâtir qu’économiquement61 ».

62Le projet est là, théoriquement défini, Le Corbusier n’en changera pas. Il a voulu le mettre en œuvre, il en a convaincu quelques décideurs et l’a réalisé.

63Les réalisations nous restent. Comment répondent-elles aux idées qui en ont constitué les fondements sinon les fondations ?

64C’est à partir de l’exemple de la Maison Radieuse de Rezé que nous avons confronté la théorie de Charles-Edouard Jeanneret avec les pratiques habitantes des unités qu’il a conçues. Il convient donc d’en présenter le contexte de réalisation.

LA MAISON RADIEUSE DE REZÉ

Le contexte de la construction

65Les biographes de Le Corbusier et les historiens de l’architecture et de l’urbanisme s’accordent pour mettre en parallèle la situation peu florissante de la France en matière de logement entre les deux guerres et le développement des recherches et des propositions de Charles-Edouard Jeanneret en matière d’urbanisme et de procédés de construction.

66Cette période est, pour l’architecte, celle de la recherche théorique, notamment en urbanisme. Il présente en 1922 son « Plan pour une ville contemporaine de 3 millions d’habitants », qui propose de décongestionner les centres des villes tout en en accroissant la population et de développer les moyens de communication tout en augmentant les surfaces vertes. Ces principes surprenants sont possibles par le développement technologique et Le Corbusier en proposera en 1925 une application dans son « Plan Voisin » qu’il retravaillera plus précisément jusqu’en 1937, date à laquelle il présente son plan de Paris, directement issu de l’ensemble de ces recherches.

  • 62 Le Corbusier, « Maisons en série », L’esprit nouveau, n° 13, déc. 1921.

67C’est aussi la période où il précise sa conception de la construction en série dont les principes sont exposés en 1923 dans Vers une architecture. Il construit plusieurs villas mais il réalise ses premiers essais pour un logement ouvrier en série, à travers sa collaboration avec l’industriel Frugès qui lui commande les lotissements de Lège puis de Pessac. Pour lui, la construction en série autorise « des dispositions larges et rythmées et permet de faire de la véritable architecture » qui de surcroît concernera tout autant les maisons ouvrières que celles des riches62.

68Mais, c’est aussi la période conflictuelle des grands projets publics non aboutis qui ont donné à leur auteur le sentiment de n’avoir pas une reconnaissance à la mesure de l’importance des solutions qu’il propose aux grands problèmes urbains dont il a une perception étonnamment visionnaire.

69La Seconde Guerre mondiale n’a pas permis la mise en œuvre des projets de construction de l’architecte qui a d’ailleurs fermé son agence en 1940, faute de commande. Cette période durant laquelle Le Corbusier a tenté d’intéresser les autorités à la question urbaine, a alimenté la critique politique à l’égard de l’architecte. Cependant, alors que l’originalité de ses propositions ne lui assure pas l’audience qu’il espérait, il travaille à approfondir ses propositions de construction en série et de relogement. Il réfléchit surtout à des solutions aux problèmes du logement d’urgence en concevant ses « maisons montées à sec – MAS », ses écoles volantes, ses « baraquements mixtes démontables », ses « murondins », etc.

  • 63 Voir à ce sujet les travaux de l’historienne Annie Fourcaut.

70Dès les années trente, Le Corbusier avait échangé avec Raoul Dautry lorsqu’il était administrateur des Chemins de fer et président de la Ligue contre le taudis, puis lorsqu’il était ministre de l’Armement en 1939-1940, sur le projet de la cartoucherie d’Aubusson. Après la guerre, il reprendra contact avec lui puisqu’à partir de 1944, il est ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme. Le rôle des grands commis de l’État aux commandes des services nationaux pour la reconstruction, fut considérable dans la France de l’après-guerre et ce sont les bonnes relations de Le Corbusier avec Raoul Dautry mais plus encore avec Eugène Claudius-Petit qui occupa le même ministère de 1948 à 1953, qui lui ouvrirent la commande publique, et notamment celle qui fut décisive de l’unité d’habitation de grandeur conforme de Marseille63. Aux problèmes des destructions de la guerre durant laquelle 450000 habitations avaient été détruites, s’ajoutait le mauvais état du parc des logements d’avant le conflit mondial. Les responsables ont alors eu à décider entre renouveler les conceptions urbaines ou reconstruire ce qui existait. Les logiques de la compensation des dommages de guerre allaient dans le sens d’une restitution du passé et les décisions politiques s’enlisaient quelque peu dans la crise institutionnelle de la IVe République. Il fallut l’implication des services de la reconstruction et de l’urbanisme pour qu’à ces logiques soit adjoint un certain nombre d’expérimentations urbanistiques et architecturales.

71C’est ainsi que Jean Prouvé fut chargé du plan de la reconstruction du Havre et d’Amiens et Le Corbusier de ceux de Saint Dié et de La Palisse près de La Rochelle. Ces projets devaient permettre la reconstruction de villes très endommagées par les bombardements.

72À Saint-Dié, Le Corbusier avait proposé de mettre en œuvre les principes de l’urbanisme fonctionnaliste, les principes de la Charte d’Athènes et notamment de séparer les circulations automobile et piétonne, ce qui pouvait se mettre en place par l’édification d’une « cité radieuse » composée de quatre bâtiments de grande hauteur sur pilotis qui abritaient 6 000 personnes et qui libéraient l’espace au sol pour les activités de détente et de services. Ce projet fut rejeté par les élus locaux. Car, si la logique des grands ensembles fut bien adoptée par l’administration, celle de l’aménagement urbain global et fonctionnel ne fut jamais soutenue. Et ce n’est que par des unités d’habitation de grandeur conforme isolées que Le Corbusier fut admis à participer au remodelage moderne des villes, en France.

73Eugène Claudius-Petit est en effet convaincu de la nécessité de la construction en série pour maîtriser les coûts de la construction et améliorer le confort et la qualité architecturale mais c’est seulement à titre expérimental qu’il attribue, en 1947, à Le Corbusier le projet d’une unité d’habitation à Marseille en dehors des règlements de la construction alors en vigueur.

  • 64 Selon le terme de Jean Jenger dans Le Corbusier L’architecture pour émouvoir, Gallimard, Paris, 199 (...)

74Ce projet ouvrit certainement, après les demi-échecs que furent Saint Dié et La Rochelle, la période la plus productive en réalisations publiques de Le Corbusier. Les années de la dernière partie de sa vie furent celles de son « épanouissement64 » bien que l’architecte y connaisse encore des évictions et des déceptions.

75L’unité de Marseille fut terminée en 1952, après des conflits et des problèmes sans nombre, aussi bien financiers, techniques qu’administratifs. De surcroît, la population et les médias se passionnèrent pour cette construction, surnommée localement « la maison du fada ». Cette première unité, fut, comme celle de Rezé, liée aux préoccupations de la reconstruction et conçue dans la fin des années quarante. L’unité de Rezé fut pensée à partir de 1949 par l’agence de Le Corbusier et André Wogenscky en particulier, commencée en 1953 et achevée 18 mois après, en 1955.

76Les unités de Marseille et de Rezé sont des réponses aux questions sociales du manque et de l’insalubrité du logement en France, réponses longuement mûries par Le Corbusier dans toutes leurs dimensions : sociales, financières, urbanistiques, techniques, architecturales, etc.

  • 65 Le Corbusier cité par Gilles Ragot et Mathilde Dion, Le Corbusier en France Projets et réalisations(...)

77Les unités d’habitation de grandeur conforme sont les éléments de la « cité radieuse », ville moderne qui efface les miasmes des cités historiques vétustes pour organiser la vie humaine vers plus d’hygiène et de confort, en séparant la vie quotidienne des zones de déplacements et de travail, notamment industriel. « L’idée directrice est d’augmenter la hauteur des immeubles d’habitation, de supprimer toutes les cours intérieures et de réaliser des appartements dits « en profondeur », pour permettre, avec une même densité d’habitation, de réaliser de vastes espaces verts entre les constructions65

  • 66 Cité par Gilles Ragot et Mathilde Dion, Le Corbusier en France Projets et réalisations, Le Moniteur (...)
  • 67 Gérard Monnier, Le Corbusier, Lyon, 1986, p. 100.

78Elles sont l’aboutissement de la réflexion de l’architecte qui, à partir de la maison « Domino » en 1917, rationalise la construction vers plus d’harmonie géométrique. La maison « Citrohan », de 1922, est la cellule de vie ; elle sera suivie de l’immeuble-villas qui introduit la dimension collective dans la rationalisation de l’habitat ; cet immeuble-villas sera ensuite rapidement pensé comme l’un des éléments de la ville moderne et amené à la dimension nécessaire de 1000 à 2000 habitants, dont Wogenscky dit qu’elle « n’est pas arbitraire mais correspond à une juste échelle de groupement collectif, à une unité de caractère sociologique telle que le village ou la petite ville66 ». « L’édifice se propose d’ouvrir la voie à une pratique sociale nouvelle. Il contient l’hypothèse (l’utopie ?) du “service public de l’habitat”, géré par la communauté des résidents », comme l’écrivait Gérard Monnier en 198667.

79L’unité de Rezé, est, comme celle de Marseille, une barre de béton sur pilotis dont l’ossature indépendante en béton armé accueille des appartements de tailles diverses qui s’emboîtent autour d’accès intérieurs que Le Corbusier dénomme « rues ». Les appartements situés sur deux niveaux sont traversants d’Ouest en Est, à l’exception de ceux qui sont situés sur la façade Sud. Ils s’ouvrent sur des loggias colorées qui donnent à l’immeuble sa tonalité si reconnaissable. La façade Nord est aveugle. Des ascenseurs permettent d’accéder aux rues intérieures ainsi qu’à la terrasse qui est occupée par des locaux de service. À Rezé, c’est une école maternelle qui est sur le toit-terrasse. L’immeuble est conçu pour proposer des services de proximité : commerces, possibilité de livraison, locaux collectifs. Là encore, le bâtiment de Rezé respectera le projet même si, pour des raisons économiques, il est moins bien doté que celui de Marseille.

80L’unité de Rezé est un peu plus petite que celle de Marseille. Elle comporte 294 logements (330 à Marseille) mais elle s’inscrit cependant parfaitement comme réponse architecturale à la question du logement dans la période d’après-guerre, prenant sans doute, à Rezé plus que dans aucune autre unité, le sens social que l’architecte a souhaité lui donner du fait de la population qui l’occupera.

81Avant de revenir sur cette réalisation, il convient de souligner les spécificités bien connues de ce moment d’après-guerre où, après les chaos du conflit mondial, la France s’apprête à entrer dans l’une des phases les plus prospères de son histoire.

82Comme nous l’avons souligné pour l’urbanisme dont les responsables hésitent entre reconstruction à l’identique, ou du moins sur les lieux de la destruction, et renouvellement complet des conceptions urbanistiques dont les unités de Le Corbusier sont une phase expérimentale, on peut dire que c’est l’ensemble social qui se trouve dans une situation de basculement fondamental.

83Les années 45-65 ont la particularité de porter en germe tous les changements de société qui se développeront dans le dernier tiers du siècle et d’être encore cependant l’aboutissement de tous les modèles sociaux du siècle précédent.

84Les tumultes de la guerre ont porté des évolutions, notamment technologiques, importantes et les redémarrages économiques qui sont liés à la reconstruction de l’Europe vont inscrire des formes sociales nouvelles dans un paysage culturel qui ne s’est pas enrichi ni beaucoup modifié pendant le conflit.

85On l’a vu dans le domaine du logement et les traces de la guerre sont évidentes dans les villes. Mais, c’est aussi beaucoup plus largement au niveau de l’ensemble des conditions de vie de toute la population que les changements vont être considérables.

86D’abord peut-être faut-il insister sur la natalité qui suit les pertes humaines de la guerre et qui, en l’occurrence, va amener cette impressionnante génération du baby-boom qui sera la toute première à être massivement envoyée dans le système scolaire, très au-delà du certificat d’études qu’ont passé ses parents. Parce que le monde économique a besoin de plus de compétences, les États investissent très lourdement dans l’école, maintenant toute cette génération jusqu’à 16 ans en formation.

87Mais ces années d’après-guerre sont dominées aussi certainement par le développement économique considérable qui s’appuie sur des évolutions techniques mais aussi sur la reconstruction d’un appareil industriel qui alimentera la consommation de masse naissante. C’est l’apogée d’une forme économique qui prend ses racines au siècle précédent et qui demande une main d’œuvre importante qu’on n’hésitera pas à faire venir de l’étranger. Durant les Trente glorieuses, les classes populaires connaissent une ascension sociale sans précédent. Elles aspirent très largement au modèle social des ménages de la bourgeoisie ou de la petite bourgeoisie du XIXe siècle : la famille nucléaire réunie dans un foyer bien équipé, famille dans laquelle l’homme assure les besoins du ménage alors que la femme reste « inactive », au foyer pour assurer l’éducation des enfants qui, par la scolarisation, parviendront à s’élever socialement.

88Ce modèle ancien s’applique sur des situations nouvelles mais il s’affirme alors comme le sens du progrès. Ce finalisme historique est d’ailleurs fortement soutenu par les idéologies politiques, notamment les communismes d’État, qui affirment le modernisme, les techniques, l’accès aux biens de consommation comme la réponse du progrès aux méfaits de la guerre. Les mouvements de gauche sont importants dans ces années mais c’est, plus encore qu’un fait partisan, un moment où l’interventionnisme d’État est considéré comme une nécessité, à la fois parce que la situation de reconstruction l’implique et parce que des logiques de répartition sociale égalitaire sont portées par la vague progressiste qui veut effacer les souffrances de la guerre.

89La nécessité d’un interventionnisme d’État est largement partagée en France et le Gaullisme en est une manifestation tout à fait caractéristique dans une pensée sociale de droite. On est fort loin encore de l’envolée du libéralisme de la fin du siècle.

90L’ensemble de ce contexte, associé à l’effort collectif de redressement soutenu par le plan Marshall, a sous-tendu les politiques d’urbanisme et de logement menées jusque dans les années soixante. On est encore dans la reconstruction mais déjà on pense à l’urbanisme vertical du mouvement moderne, sans se donner tout à fait les moyens de le porter. On s’interroge sur l’aménagement du territoire mais on a déjà choisi le développement hypertrophié de la région parisienne face à un développement qui aurait pu être mieux équilibré des villes de province. Et ce choix du développement économique gigantesque de ce qui va devenir l’Ile de France entraînera un déplacement important de population des provinces françaises vers Paris. Le logement devient alors un problème central car, à une situation peu satisfaisante dans les années trente, se sont rajoutées les destructions de la guerre et les mobilités internes au pays. C’est essentiellement à la fin des années cinquante et au début des années soixante que les décisions seront prises de développer Paris par la création de villes-satellites et le développement des banlieues avec la création de grands ensembles d’habitation capables d’absorber l’augmentation de la population en lui assurant un confort satisfaisant. C’est aussi seulement dans ces années-là que l’industrie se montre capable d’assurer la production des éléments standard permettant l’accélération du rythme de la construction. En 1958 puis en 1962, l’État publie la liste des Zones à Urbaniser en Priorité (ZUP). Malheureusement les exigences de qualité et d’expérimentation s’effacent devant celles de la quantité et on va construire d’immenses zones d’habitation dans lesquelles ne seront pas assurés les services nécessaires et qui ne seront pas reliées aux réseaux des villes voisines, notamment aux réseaux de transport. Seront ainsi construits ces quartiers qui, habités initialement par des classes populaires en ascension sociale, deviendront en une grosse décennie des quartiers d’habitat social avant de devenir « des quartiers sensibles » supportant une stigmatisation sociale grandissante à la fin des années soixante-dix. Tout sera alors en place pour que l’attention politique se porte sur la politique de la ville perçue comme une politique sociale, voire un des axes essentiels des politiques de l’intégration sociale.

91On le comprend, les unités d’habitation de grandeur conforme de Le Corbusier, Marseille et Rezé, comme expérimentations, puis Briey et Firminy, comme affirmations de choix urbanistiques et architecturaux, sont au centre de la gestion publique des questions de l’habitat. Elles ont fonctionné comme modèle et, à ce titre, elles sont emblématiques de ces modifications profondes de l’urbanisme qu’a connu le second XXe siècle. Cependant, c’est dans les logiques de la standardisation et de la verticalité qu’elles ont fait école, alors que les politiques de réseaux, de transport et de services qui leur étaient en quelque sorte co-substantielles n’ont pas été développées.

92Les années 60-70 ont été celles de la réalisation massive de ces constructions et de ces quartiers. C’est en 1975 qu’est atteint le nombre maximum de 514000 logements construits en France par la commande publique ou para-publique. Mais déjà l’ensemble social s’est considérablement modifié depuis l’après-guerre et la France des années soixante atteint ce seuil de basculement idéologique qui la fera verser dans la contestation des modèles sociaux et culturels antérieurs. Le mouvement de mai 1968 en est comme l’indicateur type. Toutes les contestations de ce printemps-là s’attaquent aux valeurs jugées dépassées de la morale et de la politique.

93Avec le développement de la scolarité, de la consommation, avec l’augmentation du niveau de vie, le travail salarié des femmes est devenu nécessaire. Le contrôle de la natalité s’impose et les formes familiales évoluent considérablement vers l’effacement du mariage comme modèle unique de vie maritale. Les pratiques religieuses s’estompent tout comme se délitent les modèles idéologiques politiques. Le développement économique par l’industrialisation commence à montrer son obsolescence et les crises énergétiques des années soixante-dix accentuent ce mouvement qui déplace l’économie vers le tertiaire, rendant moins nécessaire la main d’œuvre migrante et générant la montée du chômage. À ces évolutions très vastes s’ajoutent la généralisation de la consommation, notamment dans le secteur automobile, et les premières prises de conscience des problèmes environnementaux. À la fin des années soixante-dix, la France a complètement changé de normes socio-culturelles : le monde ouvrier s’est radicalement transformé et avec lui les formes de militantisme, les références idéologiques se sont diluées dans des relativismes hésitants, les formes familiales connaissent des changements profonds, les besoins en équipements sophistiqués succèdent à ceux de la survie, le travail comme assurance de progrès social perd de sa pertinence : les Trente glorieuses finissent et avec elles les modes de vie liés au développement de la modernité.

  • 68 J. -C. Chamboredon et M. Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et (...)

94Le temps où Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire pouvaient écrire « les habitants des grands ensembles ne sont pas très différents de la moyenne de la population française ou de la population habitant des immeubles neufs68 » est révolu.

  • 69 Jacques Lucan, France Architecture 1965-1988, Le Moniteur, Paris, 1989, p. 9.

95Le Corbusier est mort en août 1965 alors qu’il était parvenu à une reconnaissance internationale. On lui rend un hommage solennel et national et bien peu de critiques oseront se lever contre ses conceptions théoriques et contre son art. Comme l’écrit Jacques Lucan : « Il semblerait que Le Corbusier soit parvenu à subjuguer ses contemporains – lui qui, paradoxalement, a toujours conservé le ton de l’invective, qui depuis quelques années sans véritable conviction, depuis qu’il avait choisi de prendre un ton bourru pour rappeler inlassablement qu’il avait été empêché de réaliser des projets qui lui tenaient à cœur, qu’il n’avait cessé de se battre mais qu’on lui avait toujours mis des bâtons dans les roues, que ses explications d’hier sont encore aujourd’hui valables, qu’on aurait dû l’écouter pour éviter des catastrophes qui se sont déjà produites ou qui ne peuvent manquer de se produire69 !»

96Et parmi ces catastrophes on retrouverait, à la fin des années soixante-dix, la vétusté des centres anciens, la congestion des axes de circulation, les destructions de l’environnement, l’indigence des politiques urbanistiques et la déshérence des grands ensembles d’habitation. Mais on a aussi coutume d’associer ces situations à l’expansion incontrôlée du modernisme et à l’échec du progressisme. Le Corbusier, accusateur de l’incurie de son temps, s’est retrouvé en peu de temps accusé des méfaits de ses conceptions théoriques.

97Les années quatre-vingt se sont en effet caractérisées par la remise en cause de la plupart des dogmes ou des pratiques des Trente glorieuses, que ce soit en matière économique où la mondialisation et les diverses crises sociales qui ont suivi les modifications structurelles des économies nationales ont déstabilisé la foi dans l’accès aux richesses par le travail ; que ce soit en matière de morale où l’épidémie du Sida a servi de cristallisation aux peurs des libérations de la décennie précédente ; que ce soit en matière d’environnement où la conception sociale des risques en vient à remettre en question le développement même de la science ; etc. La liste n’est pas close de ces remises en question des modèles antérieurement acceptés.

98En matière d’urbanisme aussi la remise en question est profonde puisque les quartiers modernes sont devenus ceux de la stigmatisation sociale, non seulement porteurs de la nuisance architecturale mais encore de la misère sociale. Ces années de crise où « politique de la ville » commence à signifier « politique sociale » sont pourtant aussi celles de la très grande transformation technologique de l’informatique et de la communication et probablement ouvrent aussi une période de production considérable de richesses mais aussi d’inégalités. Avec l’achèvement de la modernité, c’est aussi probablement la fin des principes fondateurs de l’égalité qui se profile, tout comme l’avancée d’un libéralisme qui réduira les logiques de l’interventionnisme d’État à une peau de chagrin semblant boucler ainsi la fin du XXe siècle.

99À ces années de crise mais aussi de restructuration importante succèdent des années plus stables et plus confortables pour les catégories sociales qui accèdent à un niveau de vie moyen alors que les écarts sociaux s’accélèrent et entrent dans une phase de normalisation sociale. Les exclus font leur apparition et les politiques de la ville se transforment progressivement en politique de l’intégration sociale alors que les logiques de l’aménagement se déplacent vers celles de la culture, réhabilitant des richesses historiques qui deviennent patrimoine et valeurs économiques touristiques. Dans ces années-là, la consommation et le niveau de vie progressent, les femmes travaillent, les familles se recomposent et les militantismes luttent contre les inégalités et les gaspillages environnementaux.

100C’est dans l’ensemble de ces contextes de la seconde moitié du XXe siècle que se déploie la vie dans les unités d’habitation qui ont été pensées, conçues, construites dans la pleine modernité et qui se trouvent habitées par des populations qui s’en éloignent. C’est parce que ces immeubles sont emblématiques de la modernité qu’il est intéressant de voir s’ils ont apporté ce que le mouvement moderne pensait porter, s’ils ont évolué avec le temps, comment ils s’inscrivent dans les évolutions et en quoi ils restent les indicateurs de la pensée de notre temps.

101Pour ce qui nous concerne ici, voyons quelle a été la vie dans l’unité de grandeur conforme de Rezé, près de Nantes, unité que ses tout premiers habitants ont appelée la Maison Radieuse.

102Au confluent de la Loire et de la Sèvre, dans la banlieue Sud de Nantes, Rezé est à quelques minutes du centre-ville nantais, via le pont des Trois Continents sur la rive Sud de la Loire. C’est une commune industrielle traditionnellement liée à la zone portuaire nantaise dont l’activité économique est prégnante dans le paysage. Elle est composée de villages aux activités anciennes différenciées qui, étant relativement éloignés les uns des autres, n’ont pas généré une centralité évidente. Le quartier de Pont-Rousseau est le principal axe d’entrée de la commune par le Sud de Nantes. Ce quartier animé où se trouve la gare est en forte hausse démographique, sans doute du fait de la continuité du bâti avec le quartier Saint Jacques de Nantes. Il abrite environ un quart de la population de la commune. Les quartiers de La Blordière, La Houssais et Ragon sont des lieux d’habitat individuel de type pavillonnaire situés à l’Est et au Sud de la commune qui hébergent près de la moitié de la population de Rezé. Le quartier de Trentemoult est d’implantation ancienne. C’est un petit port situé sur une ancienne île de la Loire qui abritait quelques pêcheurs d’anguilles dans d’anciens hameaux composés d’un agrégat de petites maisons, desservies par des rues étroites. Il est protégé et s’il ne comprend pas beaucoup d’habitants de la commune (à peine 5 %), il participe fortement à l’image historique de Rezé, à la fois dans sa dimension ligérienne et dans sa dimension industrielle puisque c’est dans sa proximité que se sont développées les grandes entreprises, d’abord industrielles puis commerciales. C’est un site d’habitat populaire quelque peu mythifié par le souvenir local. Dans la proximité Sud de Trentemoult, se trouve le bourg de Rezé qui est, en fait, le centre administratif de la commune. L’église, la mairie et quelques commerces animent un centre dans lequel la Maison Radieuse occupe une place prégnante dominant de toute sa hauteur un quartier d’habitations individuelles dans lequel seul l’Hôtel de ville s’articule avec la construction de Le Corbusier. 10 % environ de la population de Rezé habite le centre-bourg. Enfin, quelques centaines de mètres au Sud de la Maison Radieuse, et donc au Sud du centre-bourg, se trouve un quartier d’habitat social composé essentiellement d’immeubles collectifs HLM. Cet ensemble classé en Zone Urbaine Sensible (ZUS) s’appelle Le Château parce que sa localisation est celle d’un ancien bâtiment historique.

103Rezé comporte donc un grand ensemble d’habitat social et, pour pratiquement le reste de la construction, des immeubles bas et des maisons individuelles. Le vieux bourg n’a de central que le rassemblement des fonctions administratives et semble être en concurrence avec le quartier de Pont Rousseau où se trouve la gare, ainsi que le quartier Saint-Paul plus riche en petits commerces. Dans ce contexte, l’immeuble de Le Corbusier occupe une place décisive au cœur de Rezé-centre. En effet, la municipalité utilise l’image de l’unité d’habitation pour valoriser le patrimoine architectural rezéen. Depuis quelques années, les politiques urbaines vont dans ce sens. Rezé se présente comme une ville d’architecture, en affirmant ainsi son identité au sein de l’agglomération nantaise. Quelques édifices récents illustrent cette volonté de faire valoir un capital architectural : les logements HLM « Les Cap Horniers » construits en 1988 par l’architecte Dominique Perrault ; l’Hôtel de ville construit en 1989 par l’architecte Alessandro Anselmi, devenu le symbole de la commune ; la médiathèque Diderot située à quelques centaines de mètres de la Maison Radieuse (dans le quartier du Château), construite en 1991 par l’architecte Massimiliano Fuksas ; plus récemment, l’opération expérimentale de logements individuels « 36 modèles pour une maison », élaborée par le groupe d’architectes « Périphériques », etc.

104Si l’édifice de la nouvelle mairie a été réalisé pour dialoguer avec celui de Le Corbusier, le reste du domaine bâti alentour n’a rien d’homogène. Au contraire, le quartier mélange un centre ancien avec des habitations collectives et une large zone pavillonnaire. Ainsi, l’unité d’habitation et son vaste parc sont immergés dans une zone d’habitat mixte. Au Nord, l’immeuble est voisin du nouvel Hôtel de Ville et de bâtiments anciens (locaux administratifs et école primaire Plancher). À l’Est, les rues Théodore Brosseaud et Octave Rousseau sont bordées de maisons individuelles à la seule exception d’un petit immeuble d’une douzaine de logements, situé à l’extrémité Nord de cet axe. Au Sud, un lotissement récent de petites maisons doubles se juxtapose au parking de la Maison Radieuse, allée Georges Bénézet. À l’Ouest, une large zone pavillonnaire s’étend au Sud du boulevard Le Corbusier, dans la rue des Grands Courtils et dans la rue Jean-Baptiste Hamon. Au Nord du même boulevard, on trouve trois bâtiments de deux étages, comprenant chacun une dizaine d’appartements ainsi qu’un important ensemble de logements locatifs, baptisé « Domus » et construit par l’architecte Yves-Jean Laval. De fait, le quartier de la Maison Radieuse, en combinant logements individuels et logements collectifs, reflète assez bien la réalité plurielle de l’ensemble de la commune. En 1999, l’INSEE a recensé à Rezé, 54,9 % d’habitat individuel, contre 43,3 % de collectif.

  • 70 Voir à ce sujet les travaux de Gilles Bienvenu, « Nantes ville radieuse ou l’appel au Corbusier : l (...)

105La Maison Radieuse qui, actuellement, se trouve dans ce contexte n’a cependant pas du tout été construite dans le même cadre puisqu’en 1950 des zones maraîchères occupaient pratiquement tout l’espace alentour du bourg, les zones pavillonnaires et d’habitat social étant bien postérieures à l’implantation de l’unité d’habitation. Le contexte d’après-guerre est celui d’une ville de Nantes déclarée sinistrée dès 1943 et qui a fait l’objet d’un vaste plan d’urbanisme. En 1945, le projet d’urbanisme de Nantes est confié officiellement à l’architecte Michel Roux-Spitz, peu sensible aux thèses des CIAM, alors que Gabriel Chéreau, avocat au barreau de Nantes, avait travaillé avec Le Corbusier dès 1944 à une proposition de reconstruction de Nantes qui ouvrait une entrée ligérienne moderne à la ville en mettant en œuvre les principes de la Charte d’Athènes70. Le projet n’eut pas d’assentiment local mais Maître Chéreau s’appuya sur ses réseaux de relations et notamment sur Émile Decré, patron des grands magasins du centre de Nantes, relativement proche des mouvements progressistes liés aux dominicains dont le père Couturier a été l’un des animateurs. Ce dernier fut un des soutiens fervents de l’architecture de Le Corbusier dans les projets de Ronchamp et de la Tourette. Si donc le projet urbanistique de Le Corbusier ne fut pas reçu localement, c’est autour de ses conceptions de ce que devaient être les solutions architecturales aux problèmes du déficit du logement que Gabriel Chéreau sollicita à nouveau Le Corbusier au tout début des années cinquante, à travers les projets de la Maison Familiale, petite société coopérative de logement HLM de Loire Inférieure.

106Fondée en 1911 par des syndicats chrétiens, la Maison Familiale n’a réalisé que peu de logements jusqu’alors. Après la guerre, la petite société, animée par quelques militants chrétiens, dont Jean Raulo, secrétaire départemental de la CFTC, survit tant bien que mal. En 1949, à la suite d’une étude qu’il avait réalisée pour la Caisse d’Allocations Familiales sur la situation des logements à Nantes, Jacques Gauducheau, lui-même militant CFTC, prend la direction de la société pour la remettre en activité. Devant le besoin immense de logements, la Caisse d’Allocations Familiales s’engage à soutenir la petite coopérative en lui octroyant une aide financière. Sept nouveaux administrateurs de la Caisse d’Allocations Familiales rejoignent alors les quelques anciens administrateurs de la CFTC au conseil de la Maison Familiale. Convaincus qu’il manque des logements au Sud de Nantes, l’agglomération étant plus développée au Nord, les administrateurs de la Maison Familiale se lancent à la recherche de terrains à bâtir. C’est tout près du bourg de Rezé, à quelques kilomètres du centre-ville nantais, qu’ils acquièrent une parcelle de trois hectares. Rapidement, ils se posent la question de la meilleure formule à adopter pour réaliser des logements de type collectif sur ce terrain. C’est Gabriel Chéreau, alors administrateur de la Caisse d’Allocations Familiales et toujours en contact avec Le Corbusier, qui pense à l’architecte pourtant si contesté. Jacques Gauducheau se souvient :

  • 71 Entretien avec Jacques Gauducheau, ancien directeur de la Maison Familiale, 10 octobre 2003.

« Enfin, on a trouvé ce terrain qui nous a paru très beau. Il y avait des arbres, il y avait cet étang que nous avons conservé. Et alors, en plus, nous avions dans notre conseil d’administration, venu de la Caisse d’Allocations Familiales où il représentait, je crois, les professions libérales, nous avions un avocat qui était Maître Chéreau, qui était un avocat des causes maritimes mais qui était aussi l’avocat de Le Corbusier. Et il avait défendu Le Corbusier dans ce procès qui avait été assez fameux à l’époque où il était attaqué par la Société pour l’Esthétique de la France, ou quelque chose comme ça. Chéreau l’avait donc défendu et avait gagné le procès. Donc, Chéreau était en liaison avec Le Corbusier et quand on a vu ce terrain de Rezé, avec ses arbres, son étang, etc., on a dit : “Ça serait dommage de faire là-dessus des petits immeubles.” Chéreau nous a dit : “Pourquoi est-ce qu’on ne demanderait pas à Le Corbusier son avis ?” Alors Le Corbusier est venu et il a rencontré le conseil d’administration et il l’a, j’allais dire embobiné, c’est pas péjoratif mais enfin71…»

  • 72 Les HBM (Habitations Bon Marché) deviennent HLM (Habitations à Loyer Modéré) en 1950.

107Les responsables de la Maison Familiale se rendent sur le chantier de l’unité de Marseille et en reviennent tout à fait enthousiastes. L’agence de Le Corbusier propose un premier projet qui dépasse largement la capacité financière de la Maison Familiale et commencent alors des discussions complexes pour trouver une possibilité de réaliser une unité d’habitation dans un budget d’HBM72. Plusieurs projets sont proposés mais la Maison Familiale n’obtient pas les aides qu’elle escomptait. En effet, le Conseil Général refuse de garantir le prêt pour le financement de l’unité d’habitation. Le président en poste trouve le projet trop dangereux :

  • 73 Entretien avec Jacques Gauducheau, ancien directeur de la Maison Familiale, 10 octobre 2003.

« Donc, on est allé trouver à l’époque le Président du Conseil Général […] mais alors il nous a fichus à la porte en disant : “Vous êtes complètement inconscients, vous entreprenez quelque chose qui va être un nid à communistes73 !” »

108Les administrateurs se retournent alors sans grande conviction vers la municipalité de Rezé. À l’époque, Rezé n’est qu’une petite commune, mais le maire, Georges Bénézet, convaincu par le projet, s’engage à se porter garant de l’emprunt de 900 millions d’anciens francs. Eugène Claudius-Petit, alors ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme, défenseur du projet de l’unité d’habitation de Marseille, signe le permis de construire à titre expérimental. Le chantier débute en octobre 1953. La rationalisation des méthodes de construction dont Jacques Gauducheau pense qu’elle a été le fait de l’entreprise de gros œuvre retenue sur ce poste de gestionnaire de chantier, permet de tenir le délai fixé à 18 mois et de terminer les travaux à une vitesse surprenante (contrairement au chantier de Marseille qui a duré près de cinq années). Dès avril 1955, l’unité d’habitation, haute de 50 mètres, longue de 110 et large de 20, domine la campagne rezéenne. Elle comporte 294 logements repartis en six rues intérieures.

  • 74 Le Corbusier, Vers une architecture, Paris, 1995 (1923), p. 209.

109Il faut noter que le bâtiment est construit avec un mode de financement répondant au souci corbuséen de rompre avec les régimes traditionnels de propriété : « Par le système de location-vente, les vieux systèmes caducs de propriété n’existent plus. On ne paie pas de location ; on possède un capital action qu’on libère en vingt ans et dont l’intérêt représente un loyer infime. La série plus que partout ailleurs s’impose dans l’entreprise du grand immeuble locatif : bon marché74

110En effet, le montage financier de l’unité de Rezé est original : la Maison Familiale obtient un prêt de l’État qui lui permet d’assurer 85 % du financement, le complément est pris en charge par les apports personnels des occupants qui deviennent actionnaires de la société coopérative. Chaque année, la part du loyer relative à l’amortissement de l’emprunt de l’État fait également l’objet d’attribution d’actions. Le locataire devient ainsi propriétaire de son logement au bout de 65 ans. Jacques Gauducheau se souvient de la mise en place de cette formule intermédiaire entre locatif et accession à la propriété :

  • 75 Entretien avec Jacques Gauducheau, ancien directeur de la Maison Familiale, 10 octobre 2003.

« Alors dans la location coopérative, le candidat à un logement apportait, par souscription d’actions de la coopérative, il apportait 15 % du prix de son logement, mais s’il était allocataire de la caisse de Nantes, la caisse en fournissait la moitié. Ce qui fait qu’il n’apportait que 7,5 %, ce qui, à l’époque, représentait 3000 à 400000 anciens francs. [...] Donc la formule qu’on avait imaginée à l’époque, lui donnait tous les ans de nouvelles actions pour la part des loyers qui représentait l’amortissement des emprunts. [...] Alors les gens possédaient des actions, qui leur donnaient donc la possibilité d’accéder à la société, et ils savaient que s’ils devaient s’en aller un jour ils pourraient revendre les actions au stade où ils étaient rendus. [...] Alors c’est donc suivant cette formule-là que nous avons placé les logements. On n’a pas eu de difficulté particulière. Moi je me rappelle avoir, avec ma secrétaire de l’époque, on avait des permanences à la Maison Radieuse et il y a eu, dès le début de la construction, un appartement-type aménagé au premier étage, et donc, nous faisions visiter l’appartement, on expliquait le principe de la location coopérative, tout ça, enfin, l’immeuble s’est placé sans difficulté75

111Ce mode de financement particulier s’adressait à des familles de milieux populaires mais qui disposaient de revenus réguliers et se trouvaient dans cette aspiration ascendante des travailleurs de l’époque. Il a certainement favorisé le développement d’une identité habitante forte, chacun participant à la vie commune de l’immeuble et faisant partie intégrante d’un tout. Cette relative homogénéité sociale induite par ce type de location-coopérative a fortement marqué l’histoire de l’immeuble et sa vie commune. Et lorsqu’en 1971, la loi Chalandon, du nom du ministre de l’Équipement et du Logement, annule le système statutaire de locataire-coopérateur et impose aux habitants de la Maison Radieuse le choix de devenir ou bien propriétaires, ou bien locataires d’une société HLM, c’est une page importante de l’histoire de la Maison Radieuse qui se tourne. Seulement 12 % des habitants choisissent d’acheter leur logement. Les autres deviennent locataires HLM ou quittent tout simplement l’immeuble. Mais cette mutation ne s’est pas faite sans heurts ; elle a donné lieu à un mouvement social important, significatif de l’esprit militant qui anime encore aujourd’hui les habitants de la Maison Radieuse. Il a fallu attendre juin 1974 et une injonction préfectorale pour que le changement soit totalement effectué.

112À l’heure actuelle, la population de la Maison Radieuse s’élève à un petit millier d’habitants, propriétaires et locataires confondus. La société anonyme de HLM, « Loire-Atlantique Habitation », après avoir vendu un certain nombre de ses appartements au cours des dix dernières années, reste majoritaire à 56 % dans l’immeuble. Les 44 % de propriétaires occupent en général leur logement, seulement 16 % d’entre eux le louent. Cette diversité des statuts d’occupation donne à l’immeuble une configuration inédite de mixité sociale sur laquelle nous reviendrons.

113Notons encore une particularité de cet immeuble qui ne prendra une signification déterminante que bien plus tard. En 1965, un peu avant la mort de Le Corbusier, André Malraux, alors ministre des Affaires culturelles, fait inscrire à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques les façades et la terrasse de la Maison Radieuse. Désormais, l’immeuble est classé et fait partie du patrimoine national. C’est alors largement la reconnaissance de son concepteur qui en est le sens, bien plus encore que le fait qu’il soit une représentation emblématique de l’habitat social moderne, ce qu’il ne deviendra véritablement qu’à la fin du siècle.

Les habitants de la Maison Radieuse

114Reste maintenant à présenter quelque peu les diverses générations d’habitants qui ont occupé l’immeuble entre 1955 et 2005.

  • 76 Voir Paul-Henry Chombart de Lauwe, Famille et habitation, tome I Sciences humaines et conceptions d (...)

115Plusieurs sources sont disponibles pour avoir quelques connaissances des habitants de cet immeuble suffisamment exemplaire pour avoir retenu l’attention des chercheurs. Une enquête76 de 1957 menée par l’équipe de sociologues de Paul-Henry Chombart de Lauwe retient trois expériences totalement nouvelles d’habitat collectif dans la fin des années cinquante pour étudier les liens entre les propositions architecturales et les modes d’habiter ces immeubles qui se prétendent des réponses modernes aux problèmes du logement et de son confort. La Maison Radieuse est l’un de ces trois immeubles collectifs. Sa population est analysée avec une grande précision.

116Nous avons par ailleurs dépouillé un ensemble d’archives relatives à la vie de l’Association des Habitants de la Maison Radieuse qui permet de retrouver la vie qui a pu être celle de l’immeuble dans ses premières années. Enfin, nous avons sollicité la mémoire des plus anciens habitants.

  • 77 Voir Joël Guibert, Les locataires de la Maison Radieuse, Rapport polycopié, LERSCO, Université de N (...)

117Dans la première moitié des années quatre-vingt, l’immeuble connaît un vieillissement conséquent et, comme nous le verrons dans la suite, subit d’une certaine façon les évolutions négatives de l’habitat social de cette période. La Société de HLM, propriétaire et gestionnaire, commandite alors une enquête pour mesurer l’ampleur des travaux à accomplir et l’opinion de ses locataires. Les données de cette enquête effectuée en 1987 par quelques sociologues nantais, dont Joël Guibert, permettent d’avoir un aperçu intéressant d’une partie des occupants de l’immeuble puisque les propriétaires ne sont pas concernés par ce travail. Ces données, complétées par ailleurs, seront reprises par Philippe Bataille et Daniel Pinson dans l’étude qu’ils effectuent au moment des travaux de réfection de l’immeuble77.

  • 78 Voir annexe, p. 307.

118Enfin, entre 2002 et 2004, nous avons élaboré un travail de recherche, avec le soutien financier du Ministère de la Culture, sur l’ensemble de l’immeuble qui nous a permis de prendre connaissance de sa population78.

119Au vu de tous ces documents nous pouvons avoir un aperçu de la population de l’immeuble et de ses changements.

  • 79 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et habitation tome I Sciences humaines et conceptions de l’habitat (...)

120Lorsqu’en 1957, l’équipe de Paul-Henry Chombart de Lauwe entreprend l’étude des modes de vie dans trois unités d’habitation récentes, à Bordeaux, en région parisienne et à Rezé, qui révolutionnent les façons de se loger par leur modernisme, leur architecture mais aussi par leur localisation et leur environnement, « la question était de savoir comment, avec les moyens techniques nouveaux, il était possible, en répondant aux aspirations, d’adapter le cadre de l’habitation aux hommes et aux groupes humains, au lieu d’essayer, comme on le fait trop souvent de nos jours, d’adapter les hommes au cadre artificiellement construit79 ».

121L’idée principale était de développer des recherches sociologiques sur les pratiques d’habitat et de les présenter aux décideurs et aux concepteurs pour une collaboration féconde des connaissances. La confrontation entre le point de vue des architectes notamment et celui des gens qui habitaient leurs réalisations devait permettre d’améliorer le cadre de vie des populations. Le premier volume de restitution des résultats de cette enquête est consacré en grande partie à recueillir le point de vue des architectes, alors que le second présente celui des habitants. Le grand ensemble d’habitat, à la périphérie des villes, apparaît tout juste et il semble bien répondre aux exigences du moment de relogement de populations nombreuses et de modernisation des habitations.

122Quand la Maison Radieuse ouvre ses portes en 1955, les 291 premières familles qui s’y installent sont d’origine modeste. Pour autant, on ne peut pas parler d’une population ouvrière. En effet, on constate une forte présence d’employés et de professions intermédiaires : 39,8 % des chefs de ménage sont employés et 36,5 % de professions intermédiaires, contre 22,7 % d’ouvriers. Cette répartition des catégories socioprofessionnelles ne correspond pas à une réalité locale, puisque l’agglomération nantaise est alors peuplée d’une part importante d’ouvriers (36,7 %) et assez faible d’employés (9,6 %). Les cadres et professions libérales ne sont pas représentés dans l’immeuble et le nombre de retraités est très faible (1 %) puisque la tranche d’âge correspondante est quasi-absente des cités nouvelles de l’époque.

  • 80 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et habitation tome II Un essai d’observation expérimental, éd. du (...)

123Les logements sont répartis de façon aléatoire dans l’immeuble. Pourtant, lors de l’enquête de 1957, l’équipe de P. H. Chombart de Lauwe a remarqué une ségrégation spatiale des catégories de population : « Les étages inférieurs sont occupés par des proportions relativement plus fortes d’ouvriers et de petits employés. [...] les “classes moyennes” (c’est-à-dire les employés qualifiés et les intermédiaires) semblent s’apparenter de plus près aux catégories supérieures avec lesquelles elles partagent de préférence les étages élevés80

  • 81 Ibid., p. 49.

124Les célibataires sont rares dans l’immeuble (6,2 %). La majeure partie des ménages est composée d’un couple avec un, deux ou trois enfants (64,9 %). On trouve 14,1 % de couples sans enfant et 14,7 % de familles avec plus de trois enfants. Selon l’équipe de P. H. Chombart de Lauwe, il semblerait que « la Maison Radieuse abrite relativement peu de familles nombreuses, par rapport à la structure démographique de l’agglomération nantaise81 ».

  • 82 Voir annexes ibid., p. 316-317.

125Les enfants de la Maison Radieuse sont jeunes (une grande majorité d’entre eux ont entre deux et dix ans), bien qu’ils soient nés pour la plupart avant l’installation dans l’immeuble. Il faut noter que les parents sont eux-mêmes assez jeunes : dans l’échantillon des ménages rencontrés par l’équipe de P. H. Chombart de Lauwe en 1957, la moyenne d’âge des pères est de 34 ans et celle des mères de 32 ans82.

126Ainsi, les habitants de la première heure constituent une population relativement homogène. Cette homogénéité est renforcée par l’unicité des statuts d’occupation.

  • 83 Ph. Bataille et D. Pinson, Rezé évolution et réhabilitation Maison Radieuse, éd. du Ministère de l’ (...)

127Depuis, les grands ensembles sont devenus des « quartiers sensibles » qui, dès la fin des années soixante-dix, nécessiteront des politiques spécifiques. Il est tout à fait significatif de ce point de vue que la Maison Radieuse connaisse une paupérisation de ses habitants dans les années quatre-vingt, lorsque Philippe Bataille et Daniel Pinson enquêtent au moment d’importants travaux de réhabilitation de l’immeuble et que les nouveaux habitants aient « une opinion très nuancée, où la reconnaissance des qualités de l’immeuble est toujours contrebalancée par une évidente constatation de son vieillissement. Vieillissement qui [...] englobe aussi bien l’usure du bâtiment, son inadéquation aux normes contemporaines que l’inadaptation de son espace, en particulier de sa surface, aux modes de vie actuels, quelle que soit leur diversité83 ». Cette opération de réhabilitation menée en 1987-1988 verra d’ailleurs changer la moitié de la population qui occupe l’immeuble en location.

128En 1987 donc, une enquête est commandée par Loire-Atlantique Habitation sur les locataires hébergés dans la Maison Radieuse. Cette enquête ne concerne donc pas les propriétaires de l’immeuble qui sont alors un tiers des occupants et dont une bonne partie sont des habitants de la première heure de la Maison Radieuse. Un peu moins des deux tiers des locataires répondent à cette enquête. Sur cet échantillon qui correspond à environ un tiers des habitants de l’immeuble, on note un maintien des milieux populaires dans l’immeuble, ce qui correspond de façon compréhensible à l’échantillon de locataires HLM interrogés, avec une paupérisation de ces habitants puisque 15 % d’entre eux ne disposent pas de revenus liés au travail. Le nombre d’enfants est moindre dans les années quatre-vingt que ce qu’il était dans les années cinquante. On sait l’affaissement démographique après la génération du baby-boom. Et on voit augmenter les ménages ne comprenant qu’une personne ainsi que le nombre de familles monoparentales. Ces données partielles permettent de constater dans la Maison Radieuse les conséquences des évolutions sociétales sur les modèles familiaux et surtout sur les formes de travail. Les restructurations économiques sont passées avec leurs conséquences douloureuses pour les classes populaires mais les politiques urbaines ont aussi montré leurs difficultés et les grands ensembles sont devenus les « quartiers difficiles ». L’enquête de 1987 montre d’ailleurs un malaise des locataires interrogés par rapport à un immeuble qu’ils jugent vétuste et dégradé. À la fin de cette décennie, les travaux de réhabilitation de l’immeuble et une politique volontariste de la société de HLM tendront à redresser cette image de la Maison Radieuse.

129La décennie suivante qui a conduit au XXIe siècle qui en entérine les effets, a multiplié les interventions politiques dans les « quartiers » avec des résultats assez peu probants. Tout au contraire, les centres anciens ont connu dans le même temps des réhabilitations importantes qui ont amené un processus de gentrification du fait de la reconnaissance patrimoniale qui les a suivies.

130La Maison Radieuse, à la différence de la plupart des autres grands ensembles d’habitat social a été concernée par cette évolution positive. Une patrimonialisation de l’unité d’habitation, œuvre emblématique du siècle et création d’un maître de l’architecture moderne, a incontestablement contrebalancé les effets négatifs du vieillissement de l’immeuble, par ailleurs en partie maîtrisé par l’opération de réhabilitation. Cette dualité entre reconnaissance des qualités de l’immeuble et dénonciation de ses inadaptations, nettement présente dans les années quatre-vingt et jouant plutôt en défaveur de la Maison Radieuse, s’est assez largement retournée dans les années récentes.

131En 1999, l’INSEE recensait 292 logements à la Maison Radieuse, dont 21 vacants. Pour les 271 appartements restants, on relevait 601 habitants, dont 289 hommes et 312 femmes.

132Selon les mêmes sources, l’immeuble est plutôt habité par une population jeune : les 20-39 ans sont les plus représentés (38 % de la population totale), suivis des 0-19 ans (33 % de la population totale). Les 40-59 ans représentent 19 % de la population totale de l’immeuble et les plus de 60 ans, 10 %. La moyenne d’âge pour l’ensemble de la population est de 30,6 ans, avec une moyenne masculine de 27,6 ans et une moyenne féminine de 32,0 ans.

133En moyenne, les ménages de la Maison Radieuse sont composés de 2,13 personnes. Il faut noter que ces ménages sont principalement composés de familles (elles représentent 55 % de la population totale). Parmi ces familles, la majorité comprend un couple (36 %). Mais il existe une part non négligeable de familles monoparentales (19 %). Selon l’enquête 2000 sur l’occupation sociale du parc national HLM, les familles monoparentales représentent 17 % des ménages logés, alors qu’elles représentent 6 % de l’ensemble des ménages en France. Le nombre de familles monoparentales de la Maison Radieuse est donc bien supérieur à la moyenne nationale. Il s’agit à 92 % de femmes seules avec enfant (s). De plus, on trouve dans l’immeuble une grande majorité de personnes vivant seules, bien que les situations matrimoniales restent diverses. On trouve ainsi 55 % de célibataires, 28 % de personnes mariées, 12 % divorcées, et 5 % veuves (les femmes sont sur-représentées dans ces deux dernières catégories).

134En ce qui concerne l’activité des habitants de l’immeuble, on a, pour le dernier recensement, la distribution suivante : sur l’ensemble de la population de 15 ans et plus, 30 % sont inactifs (dont 12 % de retraités et 10 % d’élèves ou étudiants). Sur les 70 % d’actifs, on compte 52 % d’actifs ayant un emploi et 18 % de chômeurs. Les catégories socioprofessionnelles sont assez mélangées, mais les ouvriers et les employés sont les plus représentés (22 % et 25 %). On trouve 15 % de professions intermédiaires et 7 % de cadres et professions intellectuelles supérieures. Les femmes occupent plus largement les postes d’employées, alors que les hommes sont plus nombreux à être ouvriers ou de professions intermédiaires. On observe une part non négligeable de retraités (12 %).

135Il est également intéressant de remarquer que la population de la Maison Radieuse est peu mobile : 59 % des personnes recensées sont nées en Loire-Atlantique ; 8 % dans un autre département des Pays de la Loire ; 24 % ailleurs en France métropolitaine ; et 9 % à l’étranger. Il y a donc dans l’immeuble une grande majorité de personnes originaires de la région (67 %). De même, 35 % des personnes recensées en 1999 habitaient le même logement au 1er janvier 1990 ; 21 % occupaient un autre logement à Rezé ; 28 % habitaient dans une autre ville du département ; 6 % vivaient à l’étranger. Même si les parcours résidentiels des habitants de la Maison Radieuse ne semblent que rarement s’éloigner de la ville ou du département, il y a un renouvellement important de la population de l’immeuble (65 % des personnes recensées en 1999 n’habitaient pas le même logement au 1er janvier 1990). On peut penser que le renouvellement de la population est plus marqué parmi les locataires.

136Bien que les logements soient distribués également entre propriétaires et locataires (56 % de locataires HLM contre 44 % de propriétaires), la ségrégation spatiale que notait déjà l’équipe de P. H. Chombart de Lauwe en 1957 semble se pérenniser puisqu’on constate que le nombre d’appartements occupés par des propriétaires augmente en même temps que les étages, alors qu’à l’inverse les rues inférieures sont occupées par une majorité de locataires HLM.

137Ainsi, l’homogénéité sociale des premières années a laissé place à une situation inédite de mixité. En conservant sa vocation sociale, l’immeuble de Le Corbusier se trouve à la charnière des phénomènes de gentrification que provoque fréquemment la patrimonialisation urbaine et des faits de relégation sociale dont sont porteurs les grands ensembles d’habitat social. En effet, les mécanismes de l’exclusion sociale qui compliquent singulièrement la gestion de l’habitat social de nos jours, n’ont pas totalement épargné la Maison Radieuse. Cette double articulation entre aisance et pauvreté, et culture et misère culturelle, prend ici un relief tout particulier en se focalisant sur la reconnaissance de l’œuvre habitée.

138Car il y a un intérêt manifeste des habitants pour l’architecture, qui passe bien sûr par la notoriété de Le Corbusier mais qui nous semble significatif de la Maison Radieuse. Les choses se passent comme si le cadre bâti avait entraîné des changements dans le rapport à l’habitation alors même que le respect formel de la réalisation suivait son classement au titre des Monuments Historiques. On aura pourtant à réfléchir sur ce rapport à l’espace et sur les liens qu’il ne peut manquer d’y avoir avec l’ensemble des évolutions des mentalités puisqu’il faut rappeler que la première inscription au titre des Monuments Historiques de l’immeuble date de 1965. Trente ans après, un effet de patrimonialisation se cristallise et s’amplifie jusqu’à l’intérêt architectural, alors qu’il ne contrebalance pas ou peu le vieillissement de l’immeuble dans les vingt années qui suivent directement cette inscription.

139C’est la confrontation entre les modes de vie de la seconde moitié du XXe siècle et les théories modernes en urbanisme et en architecture que nous livre la Maison Radieuse, réalisation expérimentale étudiée à différentes reprises.

Notes

1 Le Corbusier énonce clairement les principes de la modernité : rationalisme, libéralisme, investissement dans la science et les techniques, industrialisation, etc. Cependant, il inscrit ces conceptions sous la bannière du modernisme. C’est le monde moderne, l’époque moderne qui porte tous ces principes de modernité. On est donc davantage dans des logiques d’expression moderne que dans des analyses idéologiques des formes de la modernité avec l’œuvre de Le Corbusier.

2 L’expression de l’idéologie de la modernité est le fait de la philosophie des Lumières mais la diffusion de ce modèle idéologique dans la société occidentale prendra deux siècles. Il y faudra des évolutions politiques, des progrès scientifiques, le développement des techniques, l’affaiblissement du christianisme, notamment. Et on peut considérer que c’est au milieu du XXe siècle que l’ensemble social français devient sensible à ces conceptions qui s’imposeront alors comme les modèles dominants de l’organisation idéologique.

3 Comme l’écrit Benoît Goetz, « Le choix de Le Corbusier comme architecte exemplaire de la modernité ne signifie pas, bien sûr, qu’il n’y ait pas eu en ce siècle, d’autres espaces que corbuséens […] Il serait erroné d’identifier l’architecture de Le Corbusier avec l’architecture de la modernité. Cependant, cet architecte offre un accès à la modernité spatiale particulièrement intéressant […] dans la mesure où il n’est pas seulement un bâtisseur, ni non plus seulement un grand théoricien, comme la plupart des grands architectes, mais dans la mesure où il est aussi un prodigieux écrivain. » La Dislocation Architecture et Philosophie, Paris, 2001, p. 168.

4 Souligné par l’auteur.

5 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris 1977, p. 54-55 (1re édition 1923).

6 Ibid., p. 171.

7 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970, p. 29.

8 Profil des moulures de corniche.

9 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris 1977, p. 180.

10 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970, p. 195.

11 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris, 1977, p. 73.

12 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970 p. 16.

13 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris, 1977, p. 48.

14 Ibid., p. 79.

15 Ibid., p. 33.

16 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970, p. 70.

17 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris, 1977, p. 213.

18 Il travaille dans une société de béton armé à son arrivée à Paris après la Première Guerre mondiale avant de faire faillite avec la société de matériaux qu’il a fondée, puis d’ouvrir une nouvelle société d’études industrielles. Avec Frugès, il tentera des procédés techniques de canon à béton qui poseront de nombreux problèmes. En fait, toujours, Le Corbusier essaiera de réaliser les conceptions techniques qui sont à la genèse de ses projets architecturaux mais sans réussir véritablement dans la voie économique du secteur industriel.

19 Ibid., p. 105.

20 Sic !

21 Ibid.., p. 115.

22 Ibid., p. 103.

23 Ibid., p. 73.

24 Ibid., p. 201.

25 Ibid., p. 193-95

26 Ibid. p. 223.

27 Ibid., p. 243.

28 Ibid., p. 39.

29 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970 p. 280.

30 Ibid., p. 158.

31 Ibid., p. 133.

32 Ibid., p. 15.

33 Souligné par l’auteur.

34 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970 p. 262.

35 Le Corbusier, La Charte d’Athènes, Discours liminaire.

36 Le Corbusier, La Charte d’Athènes, Première partie Généralités.

37 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris, 1977, p. V.

38 Ibid., p. 115.

39 Ibid., p. 165.

40 Lettre à Ch. L’Eplattenier 22 novembre 1908.

41 Congrès Internationaux d’Architecture Moderne.

42 Le Corbusier, Charte d’Athènes, § 77.

43 Ibid., § 82.

44 cf. p. 32.

45 Ibid., § 87.

46 Ibid., § 88.

47 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970 p. 85.

48 Ibid., p. 63.

49 Souligné par l’auteur.

50 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris, 1977, p. 207-209.

51 Ibid., p. 234.

52 Ibid., p. 91.

53 Sic !

54 Idem, p. 223.

55 Idem, p. 27.

56 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970, p. 238.

57 Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris, 1977, p. 213.

58 Ibid., p. 6.

59 « Exigez une salle de toilette en plein soleil […] exigez une grande salle à la place de tous les salons […] si vous le pouvez, mettez la cuisine sous le toit pour éviter les odeurs […] n’achetez que des meubles pratiques […] exigez des vasistas aux fenêtres de toutes vos pièces […] enseignez à vos enfants que la maison n’est habitable que lorsque la lumière abonde, que lorsque les parquets et les murs sont nets […] exigez de votre propriétaire un garage d’auto, de vélo et de moto par appartement […] louez des appartements une fois plus petits que ceux auxquels vous ont habitués vos parents. Songez à l’économie de vos gestes, de vos ordres et de vos pensées. » (Le Corbusier, Vers une architecture, Arthaud, Paris, 1977, p. 96).

60 Le Corbusier, Sur les quatre routes, Denoël, Paris, 1970, p. 88.

61 . Ibid., p. 226.

62 Le Corbusier, « Maisons en série », L’esprit nouveau, n° 13, déc. 1921.

63 Voir à ce sujet les travaux de l’historienne Annie Fourcaut.

64 Selon le terme de Jean Jenger dans Le Corbusier L’architecture pour émouvoir, Gallimard, Paris, 1993.

65 Le Corbusier cité par Gilles Ragot et Mathilde Dion, Le Corbusier en France Projets et réalisations, Le Moniteur, Paris, 1987, p. 305.

66 Cité par Gilles Ragot et Mathilde Dion, Le Corbusier en France Projets et réalisations, Le Moniteur, Paris, 1987.

67 Gérard Monnier, Le Corbusier, Lyon, 1986, p. 100.

68 J. -C. Chamboredon et M. Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, XI, 1970.

69 Jacques Lucan, France Architecture 1965-1988, Le Moniteur, Paris, 1989, p. 9.

70 Voir à ce sujet les travaux de Gilles Bienvenu, « Nantes ville radieuse ou l’appel au Corbusier : le projet Chéreau », revue 303, n° 15, 1984, p. 11-21.

71 Entretien avec Jacques Gauducheau, ancien directeur de la Maison Familiale, 10 octobre 2003.

72 Les HBM (Habitations Bon Marché) deviennent HLM (Habitations à Loyer Modéré) en 1950.

73 Entretien avec Jacques Gauducheau, ancien directeur de la Maison Familiale, 10 octobre 2003.

74 Le Corbusier, Vers une architecture, Paris, 1995 (1923), p. 209.

75 Entretien avec Jacques Gauducheau, ancien directeur de la Maison Familiale, 10 octobre 2003.

76 Voir Paul-Henry Chombart de Lauwe, Famille et habitation, tome I Sciences humaines et conceptions de l’habitation, CNRS, Paris, 1967 et Paul-Henry Chombart de Lauwe, Famille et habitation, tome II Un essai d’observation expérimentale, CNRS, Paris, 1960.

77 Voir Joël Guibert, Les locataires de la Maison Radieuse, Rapport polycopié, LERSCO, Université de Nantes, mai 1987 et Philippe Bataille-Daniel Pinson, Rezé évolution et réhabilitation Maison Radieuse, éd. du Ministère de l’Équipement, Paris, 1990.

78 Voir annexe, p. 307.

79 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et habitation tome I Sciences humaines et conceptions de l’habitation, éd. du CNRS, Paris, 1960, p. 11.

80 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et habitation tome II Un essai d’observation expérimental, éd. du CNRS, 1967, (1re édition 1960), p. 48.

81 Ibid., p. 49.

82 Voir annexes ibid., p. 316-317.

83 Ph. Bataille et D. Pinson, Rezé évolution et réhabilitation Maison Radieuse, éd. du Ministère de l’Équipement, Paris, 1990, p. 59.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540