Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les frontières du politique

 | 
Lionel Arnaud
, 
Christine Guionnet

2. La fin d’un Monde ?

Les transformations du traitement de la « politique étrangère » dans les chaînes de télévision françaises grand public

Dominique Marchetti

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Notre enquête porte ici uniquement sur l’information diffusée par ces trois grandes chaînes de tél (...)

1Si l’expression « politique étrangère » subsiste encore dans les discussions entre journalistes, en particulier parmi les plus anciens d’entre eux, elle tend à renvoyer à des réalités de plus en plus difficiles à saisir, ne serait-ce que dans les modes d’organisation des rédactions des médias généralistes nationaux : soit parce que les services portant cette appellation ont pour la plupart disparu, soit parce que leur dénomination n’est plus la même, la nouvelle renvoyant plus directement à une zone géographique (Monde, International, Étranger par exemple dans la presse écrite) et moins à sa dimension politique d’autrefois. Loin d’être anecdotique, ce changement sémantique est en fait révélateur des transformations, depuis la seconde moitié des années quatre-vingt, du traitement et de la place de l’information dite internationale, au sein des trois grandes télévisions françaises que sont TF1, France 2 et France 31.

2Pour rendre compte de cette baisse relative de la « politique étrangère », il faut au préalable préciser les acceptions et les usages de cette expression. Loin d’imposer une définition de ce qui serait politique ou non, il s’agit de décrire un processus qui montre que la médiatisation des activités les plus institutionnelles (sommets internationaux, élections européennes ou nationales, activité des partis politiques, politiques publiques, etc.) du champ politique tend à décliner dans le traitement de l’information internationale. En effet, c’est moins la définition de ce qu’on entend par « politique étrangère » ou « politique internationale » – pour les journalistes, l’expression renvoie essentiellement à ces activités institutionnelles – que sa place, c’est-à-dire à la fois l’espace temps qui lui est alloué dans les journaux télévisés et son ordre dans la hiérarchie des sujets, qui est un enjeu quotidien dans les discussions et les conférences de rédaction.

  • 2 Il n’est pas rare que les chercheurs présupposent que la politique étrangère et, plus largement, l (...)

3Ainsi, nombre de journalistes et même de chercheurs2 participent et prennent partie à ces luttes : soit, pour critiquer le déclin de ce type d’information sous la pression de l’audimat, alors qu’elle devrait être une composante essentielle de la culture générale du « public », beaucoup évoquant un « âge d’or » de la « politique étrangère » lorsque les chaînes de télévision accordaient davantage d’espace à ce type d’information ; soit, plus rarement, pour mettre en cause au contraire la place qu’on lui accorde, qui serait une manière d’occulter certains sujets nationaux jugés plus « importants » et plus « proches des gens ».

  • 3 On s’appuie ici sur un premier état d’une enquête en cours sur les transformations du traitement d (...)

4L’objet de ce travail a donc consisté tout d’abord à décrire comment la « politique étrangère » a progressivement perdu son prestige professionnel au sein de l’espace des médias français d’information générale et politique3 et, ensuite, d’expliquer ce phénomène. Comme on le verra, cette baisse est tout d’abord liée au renforcement des pôles commercial et spécialisé du champ journalistique, c’est-à-dire au poids croissant des logiques économiques et professionnelles dans la production de l’information internationale au détriment des logiques politiques traditionnelles. Ces restructurations ont, en effet, fortement touché l’information internationale dans sa dimension la plus institutionnelle. Ensuite, le recul de la « politique étrangère » renvoie à la réorganisation du fonctionnement des chaînes de télévision françaises : une tendance à la réduction des coûts des reportages à l’étranger ; un nouvel agencement des rédactions conduisant à la suppression des services de « politique étrangère » et à la montée des journalistes généralistes aux dépens des journalistes spécialisés, notamment des chroniqueurs diplomatiques ; une centralisation croissante du pouvoir rédactionnel qui a favorisé une réduction de l’autonomie relative dont bénéficiaient les services de « politique étrangère ». Enfin, le troisième volet met en exergue comment ces transformations internes sont bien évidemment aussi liées à des facteurs externes touchant les espaces politiques et sociaux.

Le déclin d’une information « noble »

  • 4 Sur ce sujet, voir Bourdieu (P.), La distinction. Critique sociale du jugement de goût, Paris, Min (...)

5La « politique étrangère » et, plus largement, l’information portant sur un territoire étranger, bénéficient historiquement d’un prestige important au sein de l’espace journalistique français. Comme la politique intérieure, cette matière est considérée comme noble et légitime, s’opposant, dans la hiérarchie professionnelle, aux faits divers qui sont généralement traités par des journalistes moins expérimentés et moins considérés. Qu’il s’agisse des consommateurs de presse ou des journalistes, cette opposition enferme, en fait, deux rapports au monde social entre ceux, qui seraient respectivement du côté de la réflexion, de l’ouverture au monde, de l’international, et ceux qui seraient à l’inverse du côté de la sensation, du repli sur soi et du local4. Bref, elle donne à voir la tension entre le pôle intellectuel (views) et le pôle commercial (news) du champ journalistique national et finalement entre la presse dite « de qualité » et la « presse populaire ».

  • 5 Ce texte suscita une lettre de réponse de Robert Namias, directeur de l’information de TF1, à ces (...)

6L’extrait d’une chronique du Monde Télévision, signée Daniel Schneidermann, présentateur d’une émission de critique de la télévision, parue le 8 juin 2002, sous le titre « Le crime parfait », exprime bien le premier type de prise de position5 :

  • 6 Souligné par nous.

« Et l’on apprend aujourd’hui que depuis le départ concomitant [à celui d’un ancien correspondant à Berlin de TF1] – et tout aussi discret – l’an dernier de son chef du service international, Régis Faucon, la chaîne privée n’a pas non plus de chef de service international. Ni de service international à proprement parler. Il faut répéter ces mots, pour bien comprendre ce qu’ils signifient. La première chaîne française, celle qui constitue la source principale, voire unique d’information pour de nombreux citoyens, ne compte plus de journalistes spécifiquement chargés, chaque matin, de ce qui s’est passé dans le vaste monde6. La politique étrangère a disparu silencieusement des journaux de TF1 […]. Il faut appeler les choses par leur nom, et cesser de confondre cette entreprise quotidienne de nombrilisme qu’est devenu le journal de TF1 avec le beau mot d’information. »

7S’il fallait illustrer dans le détail la légitimité journalistique de cet objet sur le marché de l’information, l’exemple du quotidien Le Monde serait probablement le plus approprié. Un des fondements historiques de sa réputation professionnelle repose précisément, comme son nom l’indique, sur la place qu’il accorde à l’actualité internationale, notamment dans sa dimension politique, au point d’être devenu progressivement une lecture obligée d’un certain nombre de microcosmes : les milieux diplomatiques (certains l’appelaient d’ailleurs à une certaine époque le « quotidien du Quai d’Orsay »), les filières internationales des Instituts d’études politiques, etc. L’histoire récente de la rédaction de France 2 illustre également ce prestige de la « politique étrangère ». Face aux accusations de « dérives » de l’information sur les télévisions de service public, Pierre-Henri Arnstam, directeur de l’information de la chaîne de juin 1998 à mars 2001, avait choisi pour le journal de 20 heures un présentateur doté d’un fort capital journalistique, Claude Sérillon, et renforcé précisément la place de « l’international » (et de « la culture ») espérant restaurer la crédibilité professionnelle de la chaîne auprès des pairs et du « public ».

  • 7 Cet entretien a été réalisé en 2003 avec Patrick Champagne.

« En conférence de rédaction, le service de Politique étrangère reprenait du poids parce que moi j’estimais avec mon équipe qu’un événement international c’était mieux qu’une descente de police en banlieue […]. Sur le plan international, j’ai reçu le président du Burkina-Faso comme le premier ministre marocain ou le président chilien, des choses qui ne se faisaient pas du tout, du tout. » (Entretien avec Claude Sérillon7, 2003).

  • 8 Entretiens avec des journalistes traitant de cette matière dans des chaînes nationales de télévisi (...)
  • 9 Entretien avec le directeur de la rédaction d’une chaîne de télévision nationale. Cet attrait est (...)

8De la même manière, les journalistes des services « Politique étrangère » ou « International » étaient (et sont encore souvent) considérés, dans les chaînes de télévision mais aussi dans les autres médias généralistes nationaux, comme une sorte d’aristocratie ou de noblesse. Perçus, pour reprendre des expressions des interviewés eux-mêmes, comme des « aristos », des « cadors », des « seigneurs » ou des « enfants gâtés » qui « se partagent le monde »8, les journalistes traitant l’information internationale suscitent à la fois les critiques et les convoitises d’une grande partie de leurs confrères. Le reportage à l’étranger apparaît comme une forme de récompense professionnelle et demeure donc un exercice « très recherché »9 : « Ils [les journalistes] se battent tous pour partir à l’étranger […]. Si vous voulez leur faire plaisir, vous leur dites qu’ils partent le lendemain matin, qu’ils passent les frontières de l’hexagone. Alors là ils sont ravis quoi. Donc oui, oui ça attire toujours énormément », explique une chef de service adjointe d’une télévision hertzienne.

  • 10 Dès la fin du XIXe siècle en France, les correspondants de guerre font partie des grands reporters (...)
  • 11 Delporte (C.), Les journalistes en France 1880-1950. Naissance et construction d’une profession, P (...)

9Ce prestige s’explique non seulement par le fait que l’« international » est un objet noble dans l’espace social, mais aussi par l’histoire du champ journalistique français lui-même, marquée par une forte tradition littéraire et politique. Ainsi, le grand reportage de guerre10, la chronique diplomatique, voire, dans une moindre mesure, la correspondance de l’étranger sont autant d’exercices qui font appel aux qualités professionnelles dominantes : avoir une « plume » ou une « voix » selon le média, prouver des qualités de synthèse pour raconter une histoire ou expliquer un problème a priori étranger pour le « public », etc. Nombre de journalistes français défendent d’ailleurs cette tradition littéraire et politique du journalisme à la française qui ne se contenterait pas, comme leurs homologues anglais ou américains, des « faits bruts » mais apporterait davantage d’explications et d’analyse11.

« Il ne faut pas complètement laisser tomber les explications diplomatiques, sociologiques, etc., et politiques parce que sinon ce qui se passe n’a plus de sens […]. Il y a un moment, c’est tellement fort qu’on comprend tout de suite qu’il y a eu un attentat, que c’est la guerre, qu’il y a de la violence, etc. Mais une fois qu’on a dit ça, il faut quand même rappeler régulièrement dans quel contexte ça se déroule. Et puis, il faut aussi le dire parce que, sur la planète, il n’y a pas les bons et les méchants et que, dans tous les conflits, c’est beaucoup plus compliqué que ça. Mais, enfin, il y a quand même des gens qui sont victimes, d’autres qui ne le sont pas ou qui le sont moins, donc il y a quand même la part des choses à faire […]. Parce que, en plus, avec les images qui sont tellement fortes, on peut faire pleurer, durant le journal de 20 h, des téléspectateurs sur le sort de gens qui, en fait, n’ont aucune raison de faire pleurer sur leur sort. Il faut vraiment faire attention et je crois que c’est là le rôle du journaliste, en télé […]. Notre rôle, c’est d’avoir la connaissance et la culture nécessaires pour resituer ça et expliquer dans quel cadre ça se déroule. » (Entretien avec une chef de service adjointe, 2003).

  • 12 Les expressions figurant entre guillemets dans la totalité de ce paragraphe sont extraites d’entre (...)

10Ce prestige renvoie aussi à deux fondements de l’attrait pour le métier de journaliste tel qu’il est souvent décrit par les professionnels à savoir le « voyage »12, l’« aventure » mais aussi plus largement la « découverte » des situations sociales, politiques, économiques et culturelles de pays étrangers. Dans le cas des journalistes les plus intéressés par les enjeux politiques, c’est-à-dire les chroniqueurs diplomatiques et, à un degré moindre, les correspondants, ce prestige est également lié à la fréquentation des « puissants », des « tyrans » de la planète, de ces « personnages hors du commun » ou encore au traitement des « enjeux les plus forts », les enjeux politiques planétaires.

11Par-delà ces raisons sociales et professionnelles, l’intérêt pour le traitement de l’étranger s’explique enfin en partie par des motifs financiers, le séjour ou la correspondance à l’étranger étant un moyen de bénéficier, avec des variations selon les pays, d’indemnités ou de primes supplémentaires (de risque notamment) ou encore, dans le cas des correspondants, de salaires plus intéressants que ceux des journalistes de statuts équivalents travaillant au siège.

Une « information nécessaire mais ennuyeuse »

  • 13 Prothery (L.), « Monde à images variables », L’Express, 27 février 2003.

12Pourtant, si le prestige du reportage à l’étranger demeure intact, il est de moins en moins fort quand il renvoie à la « politique étrangère ». De même que la politique intérieure, l’information politique institutionnelle est de plus en plus mal perçue dans les rédactions. Comme le résume une journaliste de l’Express, auteure d’un article sur les images internationales à la télévision, la « politique étrangère » est considérée comme « nécessaire mais ennuyeuse »13 :

– « Et sur les propositions […]. Qu’est-ce qu’on vous refusait par exemple ?
J’ai des listes entières. Si vous voulez, si je proposais le même jour d’aller montrer les élections au Vietnam, parce qu’il y a des élections, comment le communisme se maintient au Vietnam quand même ou comment il lâche d’une main mais qu’il conserve le pouvoir, un peu comme en Chine. Ou le congrès du Parti communiste, du PC chinois, ils me l’ont toujours refusé […]. Avant, on faisait des pré-sujets sur les élections […]. Moi, sur les dernières élections allemandes, on m’a demandé deux-trois pré-sujets mais à la dernière minute là aussi. Mais je les avais préparés parce que je sentais venir le coup. C’est pareil, ils ne réclament rien, mais si Le Parisien fait trois ou quatre pages là-dessus deux jours avant, du coup ça devient intéressant. Mais sinon non, la politique ne les intéresse pas. » (Entretien avec un ancien correspondant à l’étranger d’une chaîne française, 2003).

  • 14 Voir notre article : « L’internationale des images », Actes de la recherche en sciences sociales, (...)
  • 15 Sur ce sujet, on renvoie à Moeller (S. D.), Compassion fatigue. How the Media Sell Disease, Famine (...)
  • 16 Pour l’exemple des États-Unis, voir Utley (G.), « The Shrinking of Foreign News. From Broadcast to (...)
  • 17 Il est significatif que les directeurs de la rédaction des chaînes de télévision soulignent à chaq (...)
  • 18 Hannerz (U.), « Reporting from Jerusalem », Cultural Anthropology, vol. 13, n° 4, 1998, p. 565.

13Comment décrire cette perte progressive, dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, du prestige de l’information politique institutionnelle et, par-là même, de la position des journalistes qui couvrent cette actualité ? Comme on l’a montré par ailleurs14, le contenu de l’information internationale renvoie tout d’abord, depuis la seconde moitié des années quatre-vingt, à des thèmes moins strictement politiques. L’actualité politique institutionnelle tend à se raréfier au profit des faits divers ou, plus largement, des menaces ou événements « spectaculaires » (les guerres, les accidents, les risques naturels ou de santé, les enlèvements, les « actes terroristes », les famines, etc.)15. Cette tendance à couvrir différentes formes d’insécurité n’est pas nouvelle mais s’est renforcée, l’exemple des États-Unis étant probablement un cas où elle est la plus visible16. Alors que les journalistes des grandes chaînes proposaient auparavant un suivi de l’actualité politique institutionnelle, ils privilégient désormais beaucoup plus fortement ce type de « breaking news » qui les mobilisent ponctuellement et génèrent de meilleures audiences17. Dans une étude fine des correspondants des médias étrangers à Jérusalem, l’anthropologue, Ulf Hannerz, rapporte comment l’agenda de ces journalistes est largement déterminé par ces événements imprévus18. L’actualité internationale tend également à être moins politique au sens où elle ne porte plus seulement sur la vie publique des hommes politiques mais aussi sur les activités d’autres acteurs (les vedettes étrangères du cinéma, du sport ou de la musique) ou sur des domaines plus larges : le sport, l’information médicale et scientifique, l’environnement, la mode et plus encore l’économie avec l’internationalisation des échanges commerciaux.

14Au-delà des thématiques et des modes de sélection journalistique de l’actualité, l’information internationale est ensuite moins vue dans les chaînes de télévision sous une dimension politique institutionnelle, dans le contenu même des sujets. Bien que les cadrages habituels puissent subsister (donner un éclairage sur le contexte politique ou diplomatique, raconter une rencontre politique internationale, etc.), c’est la description de situations concrètes et d’« histoires humaines » qui constitue la trame de la plupart des sujets ou des reportages, la psychologisation et la personnalisation étant des manières de susciter les identifications des téléspectateurs :

« Ils [les cadres dirigeants de la chaîne qui l’employaient] ont développé si vous voulez une technique qui n’est pas très originale, mais qui consiste à prendre ça par le biais un peu du vécu et du quotidien si vous voulez. Il y a un accord au Proche-Orient ou un début d’accord de paix, quelque chose comme ça, on va passer rapidement sur l’accord, la cérémonie et tout ça mais on va faire : comment réagit le colon israélien sur place […]. Ce qui est un peu agaçant […], c’est de prendre quelqu’un, un citoyen lambda comme fil conducteur d’un sujet. » (Entretien avec un ancien responsable de service, 2003).
« Avant, on faisait beaucoup d’explications diplomatiques, politiques, etc. Maintenant, c’est un peu par le prisme de l’humain, du quotidien, un peu du petit bout de la lorgnette mais qui est sensé expliquer de manière plus accessible ce qui se passe sur un terrain de conflit […]. Sur le quotidien des gens, sur comment ils vivent dans leur pays et en fonction des événements qui s’y déroulent, c’est beaucoup ça quand même. Ça veut dire quoi vivre aujourd’hui dans ces pays-là. » (Entretien avec une chef de service adjointe, 2003).

  • 19 Alain Chaillou, ancien correspondant de TF1 dans plusieurs capitales étrangères, raconte, dans son (...)
  • 20 Pour des exemples, cf. également le livre d’Alain Chaillou, La lésion étrangère, op. cit.. Voir au (...)
  • 21 Entretien, 2003.

15Les sujets « décalés » relatant des histoires anecdotiques ou extra-ordinaires19, de nature à susciter l’étonnement ou la curiosité des téléspectateurs, sont également privilégiés. C’est ainsi qu’un ancien chef de service raconte comment ses reportages sur les voyages du président de la République française étaient accompagnés d’avants sujets consacrés, par exemple, à l’usine du plus grand constructeur de véhicules automobiles en Inde ou à un professeur de bande dessinée française à l’Université de Budapest. Sont également mis en exergue les sujets renforçant les stéréotypes nationaux sur les pays étrangers20 (par exemple, la fête de la bière à Munich en Allemagne), ce qu’un ancien correspondant d’une chaîne de télévision française appelle les « petits sujets clichés » (« c’est une bonne part du travail du correspondant. Un bon tiers », explique-t-il21). Enfin, parce que c’est la matière première des journalistes de télévision, l’actualité internationale renvoie de plus en plus aux « belles images » (par exemple un ouragan, un séisme, une catastrophe ferroviaire spectaculaire dans un pays lointain) qui peuvent aussi donner lieu à un sujet ou plus souvent à un « off » en fin de journal, le présentateur livrant directement un court commentaire sur images qui n’excède pas quelques dizaines de secondes.

Le renforcement des pôles commercial et spécialisé

  • 22 Sur ce sujet, voir Bourdieu (P.), Sur la télévision. L’emprise du journalisme, Paris, Liber, 1996 (...)
  • 23 Pour des développements sur cette évolution, voir Champagne (P.), « La double dépendance. Quelques (...)

16Cette baisse tendancielle de l’information de « politique étrangère » renvoie à quatre grandes séries de raisons. Elle s’explique, en premier lieu, par les transformations de la structure du champ journalistique français. La position dominante, acquise par la télévision dans la production et la diffusion de l’information grand public, depuis la seconde moitié des années quatre-vingt, a renforcé le pôle commercial de l’espace journalistique français22. L’autonomie relative conquise par les chaînes de télévision publique à l’égard du pouvoir politique, notamment depuis les années quatre-vingt, la privatisation de TF1 et le développement de nouvelles chaînes de télévision privées, cherchant à attirer le plus large public ou des publics cibles intéressant les annonceurs, ont favorisé les logiques commerciales23, celles-ci devenant prédominantes par rapport aux logiques politiques. Parce que l’audience s’est imposée dans les chaînes françaises comme le critère principal de la réussite des programmes, la « politique étrangère » au sens institutionnel a perdu son rang.

  • 24 Sur ce sujet, on lira le témoignage d’un journaliste du quotidien britannique le Daily Mail : Dick (...)
  • 25 Il faudrait pouvoir faire des comparaisons entre différentes années, ce qui sera fait dans le cadr (...)

17En effet, les faits politiques institutionnels étrangers, c’est-à-dire les voyages des chefs d’État ou de gouvernement24, les sommets internationaux, les événements de politique intérieure d’un pays étranger (élections, coups d’État, etc.) ne représentent plus des événements obligés des journaux télévisés nationaux25 depuis la seconde moitié des années quatre-vingt, parce qu’ils n’attirent ni audience, ni publicité, ce qui a consciemment ou inconsciemment amené les cadres dirigeants des chaînes à accorder moins de place qu’autrefois à ce type d’actualité.

18L’extrait suivant est issu du livre d’Alain Chaillou, ancien correspondant à l’étranger de TF1 (La lésion étrangère, op. cit., p. 140), dans lequel il rapporte de manière à peine romancée une discussion avec un des responsables de la chaîne qui lui dit :

« Non Antoine c’est pas notre choix. C’est le choix de ceux qui nous regardent. Je t’assure que ce qui se passe hors de l’hexagone, sauf catastrophe ou événement majeur, ça ne les passionne pas. On le sait par expérience. Tu sais qu’on analyse en détail, minute par minute, les courbes d’audience. Eh bien figure-toi qu’à chaque fois qu’on envoie un reportage sur l’Asie ou sur l’Allemagne par exemple, il y a beaucoup de nos fidèles auditeurs qui zappent et qui vont voir ailleurs. Et ça, c’est grave. Nous on les aime, on veut les garder. Tu peux le déplorer mais c’est comme ça. »
« Pendant la guerre de Yougoslavie […], j’étais en charge du service politique étrangère à l’époque, je disais : il faut qu’on fasse des historiques, si on ne fait pas des historiques, on ne comprendra rien, tout le monde était d’accord avec moi […]. On fait de l’historique et après on illustre par des petits trucs soft (?). On fait des historiques, le lendemain, on regarde le minute par minute de l’audience. Pendant l’historique, on avait perdu un million cinq cent mille téléspectateurs. Qu’est-ce qu’on fait dans ce cas-là ? » (Intervention d’un ancien responsable de la politique étrangère sur France 2, lors d’un débat organisé par une association de critique des médias, ACRIMED, 1997).

  • 26 « Dans le monde de la radiodiffusion, comme dans d’autres services, c’est désormais le consommateu (...)
  • 27 Entretien, 2003. L’exemple de France 2, quand la rédaction était dirigée par Pierre-Henri Arnstam (...)

19Certains professionnels ou analystes expliquent, voire se plaignent, que les attentes réelles ou supposées des « consommateurs » l’ont emporté sur les choix professionnels des « producteurs »26 : « On est passé d’un stade très normal de “quel est l’événement le plus important, quels sont les événements les plus importants de la journée ?” au stade de “qu’est-ce qui intéresse les gens ?” […] Ça veut dire, quand même, que, maintenant, pour l’essentiel effectivement on fait de l’info en disant : qu’est-ce qui intéresse ceux qui m’écoutent ? Et non plus quelle est notre capacité à déranger, à éveiller la curiosité, à susciter l’intérêt », selon Claude Sérillon, un ancien présentateur du journal de 20 h de France 227.

  • 28 « Je me souviens très bien qu’en tant que président de chaîne, chaque fois que je voulais parler d (...)
  • 29 Un journaliste de France 3, chargé de suivre cette actualité, résume brièvement comment, dans les (...)

20En tout cas, ce renforcement des contraintes économiques explique que l’information de politique étrangère a été une des matières les plus touchées par cette restructuration du champ journalistique national à partir de la seconde moitié des années quatre-vingt, celle-ci se faisant au profit de l’information dite « de proximité »28. France 2 et TF1 ont ainsi développé des bureaux en régions, notamment pour alimenter des journaux de 13 h devenus plus centrés sur l’actualité française, quand France 3 renforçait son maillage du territoire national. Pour illustrer cette transformation, il faudrait par exemple comparer la composition et la hiérarchie des sujets des journaux de 13 h de TF1, présentés respectivement par Yves Mourousi, à partir du milieu des années soixante-dix, qui accordait une place non négligeable à la politique étrangère (par exemple à travers des interviews de chefs d’État ou la présentation du journal en direct d’une capitale), puis par Jean-Pierre Pernaut, depuis 1988, qui privilégie une information locale et nationale. Finalement, en 2003, seuls les journaux du soir de la chaîne franco-allemande Arte (« Arte info ») et, dans une moindre mesure, de France 3 (« Soir 3 »), qui s’adressent à des publics plus restreints que les journaux à des heures de grande écoute de TF1 ou de France Télévisions, affichent une volonté rédactionnelle de traiter l’information internationale plus largement29.

  • 30 Faute de mesures très précises des attentes supposées du « public », les journalistes ont parfois (...)

21Cependant, la sélection et la hiérarchie des sujets des journaux télévisés ne s’expliquent pas seulement par la prise en compte croissante des résultats de l’audimat. Si les journalistes, qui font les choix rédactionnels, ne savent pas complètement ce qu’ils font, au sens où ils privilégient probablement pour une part, de manière inconsciente, les sujets qu’ils jugent les plus « grand public » parce qu’ils ont précisément incorporé ces facteurs commerciaux (être regardé par le plus grand nombre est souvent le principal objectif), leurs principes de sélection et de hiérarchisation répondent également à des logiques tenant à leurs trajectoires professionnelles et personnelles30.

« Quand on était en Yougoslavie, on savait que les gens quand ils voyaient un sujet… par exemple la Yougoslavie, ils zappaient. Ils avaient tendance à zapper donc je me rappelle très bien les rédacteurs en chef, ils étaient partagés (sourire) entre… un peu tiraillés entre ces deux sens contraires mais je dois dire quand même qu’ils le dépassaient parce qu’il y avait quand même de la Yougoslavie. » (Entretien avec une journaliste grand reporter, 2003).
« Un journal est fait de toute façon pour réunir un grand nombre. Il n’est pas fait pour être de la musique de chambre mais, en même temps, il ne peut pas dans les critères de son choix se définir par rapport à ce qui serait porteur ou pas. Parce que, sinon, on verse dans quelque chose qui est beaucoup plus grave et qui là porte un nom politique, c’est de la démagogie et ça c’est un ennemi mortel […]. Je mets au défi ceux qui disent ça de venir dans les conférences, de voir comment elles fonctionnent, d’interroger des rédacteurs en chef et… de confronter les deux honnêtetés, celle du discours du rédacteur en chef et celle du critique lui-même qui, lui aussi, parfois peut avoir des présupposés sur la lecture du fonctionnement du monde et dire que sa hiérarchie à lui, ce n’est pas celle-là. » (Entretien avec un responsable de la rédaction, 2003).

  • 31 Siracusa (J.), Le JT, machine à décrire, Bruxelles, INA-De Boeck Université, 2000, p. 114 ; Baisné (...)
  • 32 Les extraits entre parenthèses sont tirés d’un entretien réalisé, en 2003, avec un ancien responsa (...)
  • 33 Ce constat est le résultat de visionnages et d’entretiens réalisés auprès de journalistes. Il rejo (...)

22En effet, la diminution relative de l’espace et de l’intérêt, accordés à la « politique étrangère », ne serait probablement pas aussi forte si elle n’avait pas également à voir avec les intérêts professionnels des journalistes, tout particulièrement les intérêts de ceux qui n’ont pas de postes à responsabilité et qui sont, souvent moins soucieux que leurs supérieurs hiérarchiques, des impératifs d’audience. Comme le montrent plusieurs enquêtes31, ce type d’information institutionnelle présente, aux yeux de la plupart des journalistes de télévision, peu d’intérêt professionnel parce qu’elle donne toujours lieu, à l’instar de la politique intérieure, aux mêmes images de « voyages officiels » (poignées de main, vues de salles de réunion, de conférences de presse, de perrons d’immeubles, etc.) qui tendent à produire chez les journalistes un effet d’ennui (« c’est chiant », « ce n’est pas sexy »32) et de répétition (« c’est toujours la même chose »). C’est pourquoi ces images institutionnelles, qui constituaient auparavant l’intégralité d’un sujet, sont de plus en plus intercalées au sein de sujets moins strictement politiques ou, plus souvent, sont présentées en « off »33 pour livrer l’information.

23Pour les mêmes raisons, les entretiens avec des hommes d’État étrangers ou des représentants de grandes institutions internationales sont aussi aujourd’hui très rares : « Helmut Kohl accorde pour la chute du Mur une demi-heure d’interview à trois télés françaises, nous on ne passe rien ! », raconte, par exemple, un ancien correspondant à l’étranger d’une chaîne française.

24Le faible intérêt professionnel de l’information institutionnelle internationale doit aussi beaucoup au fait qu’il s’agit d’une information à la fois peu concurrentielle – par exemple, sur les sommets, les journalistes disposent souvent des mêmes images et informations ou se les échangent quand un pool est constitué pour filmer certaines scènes – et très fortement contrôlée. Le développement de la communication politique, c’est-à-dire du contrôle politique et militaire de l’information diffusée, l’explosion du nombre de médias qui accroît la densité de journalistes lors de la couverture sur place des événements, mais aussi, sans doute, la nécessité croissante de prendre des mesures pour garantir la sécurité des représentants politiques et institutionnels sont autant d’éléments ayant contribué à renforcer le formatage déjà important de l’information institutionnelle (conférences de presse, visites, etc.), certains journalistes se sentant cantonnés dans un rôle de porte-micros ou de porte-parole lors d’événements officiels qui, de ce fait, ne présentent pas d’intérêt pour eux.

« Globalement, les sources de pouvoir sont moins accessibles qu’avant […]. Je ne sais pas moi, quand j’étais en Suède, je ne connaissais pas Olof Palme, je l’appelais au téléphone, je l’avais au téléphone tout de suite. Je me rappelle, en Israël, que Shamir par exemple allant dans des coins bon, etc. je me disais : enfin ce n’est pas possible, on dirait qu’il n’y a aucune mesure de sécurité, j’arrivais à lui parler comme ça mais au débotté, comme ça (insistante) […]. Le pouvoir, les gens de pouvoir ou d’influence étaient beaucoup plus accessibles […]. C’était beaucoup moins difficile d’avoir un chef d’État […].
On est plus dans la logique conférence de presse aujourd’hui ?
– Oui mais ça n’a aucun intérêt les conférences de presse. Moi je n’y vais jamais […]. Les hommes de pouvoir font de plus en plus ça. Une évolution due… due… je ne sais pas, peut-être à la peur, aux attentats ou aux mesures de sécurité diverses […]. Il y a très peu de conversations comme ça où les gens seraient prêts à se remettre en… une conversation normale quoi, avec des doutes, se remettre en question, c’est terriblement formaté […]. Les sources d’influence et de pouvoir sont de plus en plus barricadées. » (Entretien avec une femme grand reporter dans une chaîne nationale, 2003).

  • 34 Dans une comparaison entre les correspondants spécialisés dans des aires géographiques et les jour (...)
  • 35 Entretien, 2003.

25Par ailleurs, les choix rédactionnels des journalistes sont également en partie le produit, non pas seulement de logiques économiques et professionnelles, mais de leurs trajectoires scolaires, familiales, etc.. C’est d’autant plus vrai pour les journalistes, couvrant l’actualité internationale ou la « politique étrangère », qu’ils ont souvent des affinités avec telle ou telle région34 ou telle ou telle manière de la traiter. Le directeur de la rédaction d’une chaîne française de service public soulignait ainsi le fait qu’il était arrivé que des sujets non couverts par les confrères, portant par exemple sur le Yémen ou l’Éthiopie, soient traités pour des raisons qui tiennent à sa propre sensibilité aux droits de l’homme ou en raison des origines très diverses des journalistes composant son équipe35.

  • 36 Bourdieu (P.), La distinction. Critique sociale du jugement de goût, op. cit., p. 516.
  • 37 Un ancien correspondant à l’étranger se plaignait ainsi de cette contrainte en racontant un report (...)

26Autrement dit, c’est en cherchant à comprendre cette combinaison des logiques commerciales, professionnelles et sociales qu’on doit chercher à rendre compte de la place de ce type d’information dans les journaux, même si les logiques commerciales apparaissent prédominantes. En effet, celles-ci ne sont pas forcément opposées aux logiques professionnelles quand, par exemple, les journalistes des chaînes de télévisions grand public s’efforcent d’employer un langage visant à ne pas choquer pour des raisons politiques. Il a déjà été souligné que les journaux télévisés des chaînes omnibus se doivent « d’éviter méthodiquement tout ce qui peut choquer et rejeter une fraction de leur public actuel ou potentiel, c’est-à-dire au premier chef les prises de position proprement politiques […], à l’exception toutefois de celles qui peuvent être aperçues comme les moins politiques, c’est-à-dire les déclarations officielles36 ». C’est particulièrement visible dans le cas de conflits où la France est engagée. Ainsi, pendant la guerre du Golfe, au début des années quatre-vingt-dix, les journalistes, qui ont exprimé des critiques à l’égard de la position officielle du pouvoir politique national, ont été mal perçus dans la mesure où celles-ci pouvaient contribuer à diviser le large public qui regarde et écoute la chaîne. Ce langage interdisant la critique politique explicite est pour les dirigeants de chaînes une condition de leur réussite commerciale, mais aussi une obligation professionnelle, le respect de l’« objectivité » étant un des fondements de leur crédibilité. De même, le langage jugé un peu cru est proscrit pour des raisons morales37.

  • 38 Selon l’étude par sondage « La France des cadres actifs » réalisée par IPSOS en 2001, la « politiq (...)

27Outre le renforcement du pôle commercial du champ journalistique français, la baisse de l’information politique institutionnelle à l’échelle internationale doit également beaucoup à l’accélération du développement dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix du pôle spécialisé, c’est-à-dire à l’accroissement de l’offre d’informations thématiques, du fait de l’arrivée de nouveaux médias. Autrement dit, l’information internationale, notamment la plus politique, est de moins en moins traitée par les médias grand public et davantage par des médias qui s’adressent à des publics plus restreints (des « niches », disent les publicitaires ou les professionnels de l’information), qu’il s’agisse de la presse écrite spécialisée française (par exemple Courrier International, Le Monde Diplomatique et Alternatives internationales), anglaise (The Economist), américaine (Time et Newsweek), internationale (Herald Tribune, Financial Times) ou qu’il s’agisse de médias audiovisuels d’information en continu nationaux (i>télévision et LCI) et internationaux (Radio France Internationale, BBC World, CNN International, Euronews, etc.). Cet accroissement de la diversité de l’offre d’information spécialisée n’a pas été sans imposer de plus en plus l’idée dans l’espace journalistique français que l’information internationale, particulièrement quand il s’agit de la politique institutionnelle, « intéresse » moins le « grand public » que des publics « plus cultivés »38.

La réorganisation des rédactions

28Par-delà l’imposition des logiques commerciales au détriment des logiques politiques, le déclin de ce type d’information, dans la sélection et la hiérarchisation de l’information grand public, doit être mis en relation en second lieu avec la réorganisation du fonctionnement, durant les années quatre-vingt et surtout quatre-vingt-dix, des rédactions des trois chaînes françaises à l’étranger. Ces deux décennies ont été en effet marquées par l’instauration d’une autre division du travail dans la production de l’information télévisée internationale.

La réduction des coûts des reportages

  • 39 Marchetti (D.), « L’internationale des images », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 14 (...)
  • 40 Cette tendance est antérieure aux États-Unis. À l’inverse, les groupes, bénéficiant d’une ou plusi (...)

29L’imposition progressive d’une nouvelle définition dominante de l’actualité internationale39, qui privilégie les événements imprévus, surprenants, « décalés » (faits divers, histoires humaines, etc.) au détriment du suivi régulier de l’actualité dans telle ou telle région, notamment dans sa dimension politique au sens institutionnel, a rendu trop onéreuses des dépenses considérées auparavant comme logiques, l’information internationale ayant toujours constitué et constituant toujours un poste important dans le budget des directions de l’information. Ce qui a entraîné, au moins dans le cas de TF1 et France 2, une première réorganisation concernant l’activité de production des chaînes à l’étranger. C’est ainsi que les chaînes françaises grand public ont, comme leurs équivalents étrangers, fermé des bureaux dans des grandes capitales étrangères qui assuraient précisément ce suivi, notamment dans le domaine politique, préférant envoyer au coup par coup des journalistes40. Ainsi, TF1 ne comptait plus, en 2003, que cinq bureaux à l’étranger (Jérusalem, Washington, Londres, Moscou et Rome) en raison de la suppression des postes de correspondants en Europe (Madrid et Berlin par exemple) et sur d’autres continents. La première chaîne utilise également les services du seul correspondant à l’étranger de La Chaîne Info (LCI), basé à New York, et fait ponctuellement appel à des pigistes dans plusieurs grandes villes étrangères. France 2 n’a pas eu la même politique puisque, si, notamment, le bureau de Rio a été fermé, la chaîne comptait, en 2003, dix bureaux (Bruxelles, Washington, Moscou, Jérusalem, Rome, Londres, Berlin, New York, Pékin et Abidjan), deux ayant été créés récemment pour couvrir l’Asie et l’Afrique. France 3 ne dispose, quant à elle, que d’un bureau à Bruxelles appelé « rédaction européenne » qui travaille davantage pour les programmes et les journaux régionaux que pour la rédaction nationale. Si les grands événements occasionnent des dépenses importantes, la tendance a donc été à la réduction des coûts fixes en fermant des bureaux ou en sous-traitant à des sociétés de production locales.

« Quand il se passe un événement important, on envoie plus de gens qu’avant sûrement, mais le suivi quotidien est moins assuré qu’avant effectivement […] Pourquoi ? Parce que je pense qu’ils considèrent que ça intéresse moins les gens et que, au moment où il se passe un gros événement, on fait tout en même temps, l’événement et on explique pourquoi… Enfin, si tant est qu’on en soit capable, pourquoi ça s’est passé. On fait l’économie dans tous les sens du terme de suivre les choses au plus près. » (Entretien avec une journaliste chef de service adjointe, 2003).

  • 41 Depuis la deuxième moitié des années quatre-vingt, les équipes de reportage sont le plus souvent c (...)
  • 42 Les EVN sont une banque d’images entre les chaînes de télévision de l’Europe et du bassin méditerr (...)
  • 43 Baisnée (O.) & Marchetti (D.), « L’économie de l’information en continu. A propos des conditions d (...)

30Non seulement les dirigeants des chaînes ont globalement réduit la présence permanente à l’étranger mais ils cherchent à faire des économies sur les coûts des missions ponctuelles. Sauf en cas de grands conflits, le nombre de sorties sur des terrains étrangers, leur durée, l’utilisation de moyens de transmission coûteux comme les faisceaux satellites, voire la composition des équipes de reportage41 sont désormais plus contrôlés. Cette réduction des coûts passe enfin par le recours croissant, surtout dans le domaine politique et institutionnel, aux images d’agences et aux Eurovision News (EVN42) auxquelles les chaînes sont abonnées. Le travail des journalistes traitant de l’actualité internationale est de plus en plus sédentaire43, dans la mesure où une partie du traitement se fait dans les locaux du siège par un travail sur des images produites par d’autres et à partir des dépêches d’agences, tout particulièrement à France 3 dont le budget est beaucoup plus faible que celui de ses concurrents.

La suppression des services « Politique étrangère »

31Cette réorganisation des dispositifs de reportage à l’étranger s’est accompagnée d’une seconde réorganisation touchant les services situés aux sièges des chaînes à Paris. Pendant longtemps, la configuration des rédactions dans les trois grandes télévisions nationales était relativement calquée sur celle des organes de presse écrite, c’est-à-dire qu’il existait davantage de services thématiques (politique intérieure, politique étrangère, culture, sport, société, etc.). Même si elles disposent encore de services relativement spécialisés, les rédactions de télévision tendent à être de plus en plus composées de journalistes généralistes et polyvalents. L’un des exemples le plus révélateur de cette transformation est précisément la quasi-disparition des services de Politique étrangère puisqu’ils n’existent plus à TF1 depuis 1996 et à France 2 depuis 2003. Seule, France 3 a conservé un service portant ce nom et qui comprend un chef de service, un adjoint, sept grands reporters ainsi que trois éditorialistes relativement peu présents à l’écran.

  • 44 Les mots « spécialisation » et « spécialiste » figurent entre guillemets dans ce texte parce qu’il (...)
  • 45 Source : Mediasig, 2003.

32Cette restructuration de la division du travail dans le sens d’une « dé-spécialisation » a provoqué de nombreux débats internes au sein des rédactions de ces trois chaînes françaises. Le point de vue auquel sont arrivés les cadres dirigeants en charge de l’information est de considérer que la « politique étrangère » n’est plus une matière qui doit être traitée de manière relativement autonome, c’est-à-dire comme une rubrique qui aurait ses spécialistes et serait gérée par un service spécifique. C’est pour cette raison que les chroniqueurs diplomatiques et les grands reporters ou reporters des anciens services Politique étrangère font partie, depuis la fin des années quatre-vingt-dix et le début des années 2000, de grands services « généralistes » intitulés « Événement » à TF1 et « Enquêtes et reportages » à France 2. Quelques « spécialistes »44 (trois à TF145 par exemple) subsistent de façon isolée, à l’écart de ces deux entités, et bénéficient d’un statut à part. Loin d’être anecdotique, cette disparition progressive des services de Politique étrangère à France 2 et TF1 témoigne du fait que l’information internationale est de moins en moins traitée par des « spécialistes » d’aires géographiques, souvent informés des jeux politiques locaux, mais davantage par des journalistes tout terrain. Elle marque ainsi un recul de l’information politique institutionnelle, au sens où les événements se déroulant sur les territoires étrangers ne doivent plus être traités prioritairement par des spécialistes des jeux politiques et diplomatiques, car l’actualité internationale se compose davantage de faits divers, d’« affaires », d’histoires humaines, etc., qui ressortissent sur le territoire national du service dit des « Informations générales », que de faits politiques institutionnels.

« La politique étrangère aujourd’hui ne peut plus être considérée comme étant un domaine en soi. Elle est un domaine d’expression puissante de la complexité actuelle et on va dire que, sous couvert de politique étrangère, on y retrouve toutes les grandes matières qui constituent l’information télévisée : l’économie et le social, la position qu’a pris la France qui peut avoir des retentissements sur nos entreprises, la police en soi on en a parlé, c’est encore par exemple la descente de ce matin avec les Moudjahidines [il fait allusion à l’arrestation par la police française de représentants des Moudjahidines résidant dans une ville de la banlieue parisienne]. Les Moudjahidines, c’est quoi, c’est qui ? Nécessité d’explication, l’opération policière elle-même, qu’est-ce qu’on cherche ? Quels en seront les résultats judiciaires ? Est-ce qu’on fait ça parce qu’il se passe quelque chose avec l’Iran actuellement, il y a tout un lot de questions là qui ne peut pas être traité par un service à discipline unique. » (Entretien avec le directeur de la rédaction d’une chaîne de télévision, 2003).

33La modification du traitement dominant sur l’information internationale jusqu’au début des années quatre-vingt suscite bien évidemment des critiques, notamment des plus anciens qui dénoncent le fait que l’information internationale tend à devenir exclusivement de l’« infogéné » pour reprendre une expression du jargon professionnel. Sont ainsi mis en cause les « angles » choisis, à la fois parce qu’ils sont jugés souvent trop simplistes, décontextualisés et parce qu’ils ne chercheraient qu’à jouer sur l’émotion, les histoires humaines pour capter l’intérêt des téléspectateurs sans donner à voir le contexte politique, social, etc. Certains journalistes pointent aussi, dans le prolongement de cette critique, les risques de faire traiter l’actualité internationale par des journalistes qui ne connaissent pas la zone géographique dont ils doivent rendre compte. Un ancien chef de service de TF1 y voit une « dérive de la ligne éditoriale » ou une « espèce d’appauvrissement de l’info ».

« On s’est rendu compte assez vite que un : autant travailler ensemble [il parle du service Politique étrangère et de celui des Informations générales]. Ça c’est je dirais la bonne raison. Et puis, il y a une mauvaise raison qui est la tendance générale de ces dernières années, qui est finalement de réduire la politique étrangère à l’info géné à l’étranger […]. C’est-à-dire que je vois bien que s’il y a des élections au Kosovo, on ne va pas couvrir les élections elles-mêmes, on va y aller, pas pour travailler sur la politique mais pour travailler sur le trafic de drogue, la prostitution, etc. Il y a une infogénéisation de la vision qu’on a de la politique étrangère. Alors que pendant des années, on a beaucoup fait d’institutionnel et on a eu tort, on a peut-être beaucoup trop couvert les sommets, etc. Mais je dirais qu’on est passé un peu d’un extrême à l’autre et ça ce n’est pas bien […]. Souvent quand on parle de politique étrangère, ce n’est pas vraiment de la politique étrangère, c’est de l’info géné à l’étranger. » (Entretien avec un ancien chef de service Politique étrangère d’une télévision de service publique, 2003).

  • 46 Peu nombreux, les chroniqueurs diplomatiques forment toujours un milieu d’interrelations et sont s (...)
  • 47 Cette expression est employée pour désigner des journalistes qui effectuent très souvent l’essenti (...)
  • 48 Les analyses d’Erik Neveu (« Les émissions politiques à la télévision. Les années quatre-vingt ou (...)

34Jusque dans la première moitié des années quatre-vingt, la division du travail journalistique en la matière était effectivement très différente, puisqu’une bonne partie de l’actualité étrangère était, comme on l’a vu, du ressort de quelques chroniqueurs diplomatiques spécialisés dans les relations internationales et de journalistes généralistes, reporters ou grands reporters relativement spécialisés sur certaines aires géographiques. Les premiers, déjà peu nombreux, ont largement disparu du petit écran depuis les années quatre-vingt-dix46. De moins en moins de postes de ce type subsistaient au début des années 2000. S’ils existent encore à France 2 et France 3, le rôle de leurs titulaires est devenu plus marginal. Beaucoup sont partis à la retraite ou exercent le métier dans d’autres médias. Ces figures du journalisme de politique étrangère (Georges Bortoli, Dominique Bromberger, Régis Faucon, etc.), aux profils expérimentés, étaient des spécialistes du jeu politique diplomatique, voire dans certains cas de zones géopolitiques spécifiques, et incarnaient le traitement de la politique étrangère ancienne manière, celle qui valorisait la chronique diplomatique. Cet éditorial de politique étrangère, décliné par des grandes « signatures » de la chaîne, constituait alors, au même titre que la chronique judiciaire ou l’éditorial politique, un symbole fort de la prééminence de la politique étrangère sur les autres domaines de l’information. Ces journalistes « assis »47, travaillant au siège et voyageant à l’occasion des sommets ou des voyages du président de la République à l’étranger, c’est-à-dire lors d’événements politiques institutionnels, s’informaient pour l’essentiel auprès de responsables travaillant au Quai d’Orsay, à l’Élysée et au ministère de la Défense. En un peu plus d’une minute, leur rôle consistait à analyser les causes d’un événement à chaud et, précisément, de fournir une analyse des enjeux politiques du moment48. Si la chronique diplomatique existe encore dans d’autres médias (presse écrite, radio), elle a donc quasiment disparu à la télévision.

« Les gens qui font ce que je faisais, c’est-à-dire qui ramassent un peu les problèmes parce que ce qui m’a toujours frappé sur des grands dossiers, c’est qu’on vous balance dix, douze, quinze sujets dans la figure et puis après voilà. Mon rôle c’était, dans le secteur qui est le mien, c’était de ramasser tout ça, dire aux gens : bon relativisons. Là il y a menace mais on peut penser que etc., etc. Ce n’est pas la première fois qu’untel… Donner ça comme ça brut de décoffrage, je pense qu’il manque quelque chose […]. Je n’avais plus la légitimité de quelqu’un qui est à la tête d’un grand service, j’étais quand même un peu fragilisé et il me restait les plateaux de politique étrangère, les voyages officiels, les grands sommets, le diplo pur. Mais le problème, c’est que dans une chaîne où le diplo pur n’intéresse pas, on a un peu… on a un peu tari ma source […]. Et ça a contribué à me fragiliser et ça a contribué à mon départ. » (Entretien avec un ancien chroniqueur diplomatique et chef de service, 2003).

La montée des « généralistes »

  • 49 Cependant, cette « dé-spécialisation » doit être nuancée dans la mesure où, dans le cas de conflit (...)

35Le corollaire de cette quasi-disparition de la chronique diplomatique, sur les trois grandes chaînes françaises, a été le renforcement de la position occupée par un second type de journalistes qui a pour habitude de traiter l’information internationale, en l’occurrence les reporters et grands reporters généralistes envoyés ponctuellement sur les grands événements. Cette population s’est considérablement renouvelée (et féminisée) dans les années quatre-vingt avec l’accroissement des effectifs des rédactions et les départs en retraite. Si certains « anciens », âgés entre quarante et soixante ans, restent parfois relativement spécialisés sur une zone géographique et ont une habitude de suivre tel ou tel terrain, tout particulièrement la politique institutionnelle, les reporters, grands reporters et la nouvelle génération de correspondants à l’étranger couvrant l’actualité internationale sont en grande majorité des journalistes généralistes49. Autrement dit, les sujets sur les pays étrangers sont, depuis les années quatre-vingt, de plus en plus couverts par des journalistes sans spécialité particulière, qui sont issus pour la plupart du service dit des « informations générales », c’est-à-dire qu’ils traitent tous les sujets qui ne rentrent pas dans les compétences des structures rédactionnelles existantes.

« Une fois que vous avez fait dix ans d’info géné, vous avez fait mais toutes les merdes en France et à l’étranger, après le service étranger, ça va. On sait comment ça marche, c’est-à-dire qu’une fois qu’on a fait deux tremblements de terre, quatorze coulées de boue, on a compris comment travailler vite et plus ou moins bien on va dire […] La vitesse, la rapidité, le sujet, il y est en dix minutes, c’est bon, c’est fait. Donc une fois qu’on a appris à faire de l’information générale, c’est-à-dire là pour le coup vraiment généraliste, c’est Justice, Police, Santé, Éducation […]. Une fois qu’on a fait ça pendant un moment et à l’étranger parfois, après on peut dire : c’est bon on peut le faire à l’étranger. » (Entretien avec un chef de service adjoint, 2003).

  • 50 Marchetti (D.) et Ruellan (D.), Devenir journalistes. Sociologie de l’entrée sur le marché du trav (...)

36Si cette nouvelle division du travail journalistique peut contribuer à expliquer la baisse de la « politique étrangère » au sens institutionnel, c’est parce que les jeunes reporters, grands reporters et correspondants n’ont pas la même socialisation professionnelle et politique que leurs aînés. Qu’ils soient reporters, correspondants ou chroniqueurs, ces derniers étaient entrés dans le métier au cours des années soixante et soixante-dix, en se formant « sur le tas » pour la quasi-totalité d’entre eux, alors qu’une grande partie des jeunes journalistes, recrutés dans les deux décennies suivantes au sein des chaînes de télévision, sont issus d’écoles de journalisme, notamment les plus prestigieuses d’entre elles. Les premiers ont découvert le métier, pour certains par le militantisme politique, pour d’autres par connaissance ou par la « petite porte » en commençant par assister des journalistes. Autrement dit, il s’agissait d’une population très diversifiée, comparée à celle des générations entrées depuis le milieu des années quatre-vingt, période à partir de laquelle l’école de journalisme est devenue un sésame quasi-obligatoire pour intégrer une grande chaîne de télévision. Ce recrutement, auprès d’écoles de plus en plus sélectives scolairement et donc socialement, a homogénéisé la population des journalistes de télévision entrés en grand nombre dans les chaînes dans les deux dernières décennies50.

  • 51 Marthoz (J.-P.), Et maintenant, le monde en bref. Politique étrangère, journalisme global et liber (...)

37Une autre grande différence entre ces deux groupes est que les plus anciens, tout particulièrement dans les services de Politique étrangère tels qu’ils existaient, ont un attrait pour les jeux politiques et les relations internationales, certains ayant même eu une expérience pratique de la politique. Parmi les interviewés appartenant à cette génération 40-60 ans, on peut ainsi trouver des formes de socialisation politique très différentes des journalistes entrés à partir de la seconde moitié des années quatre-vingt : participation au mouvement étudiant de mai 1968, expériences militantes politiques, syndicales ou religieuses. Par ailleurs, les logiques politiques étaient, dans les années soixante-dix et encore au début des années quatre-vingt au moment de l’arrivée de la gauche au pouvoir, très présentes au sein des rédactions à la fois à travers les nominations des cadres dirigeants des chaînes du service public et le recrutement parfois explicitement politique des journalistes. Si leur degré d’engagement politique était forcément très variable, les schèmes « droite/gauche » et « tiers-mondistes/impérialistes »51 étaient alors fréquents pour qualifier les collègues ou les confrères. L’alternance politique a contribué à rendre les journalistes de télévision relativement plus autonomes que leurs prédécesseurs et les effets du champ politique sur le champ journalistique sont devenus moins visibles et plus complexes que l’intervention directe, qui a pratiquement disparu car elle est censée jeter le discrédit sur son auteur.

38Les journalistes recrutés en grand nombre à partir de la seconde moitié des années quatre-vingt n’ont pas la même socialisation politique, et donc pas le même intérêt pour la politique au sens du jeu et de l’action politiques. Les entrées en journalisme par la politique ont quasiment disparu et la question de l’engagement politique ne se pose plus. Il est d’ailleurs significatif qu’une des manières les plus fréquentes de discréditer aujourd’hui un journaliste est de le qualifier de « militant ».

« Ils sortent souvent tous des mêmes écoles donc ils ont une espèce de fond commun, ils travaillent tous un peu de la même manière, ils écrivent un peu de la même manière, tout ça c’est un souci d’efficacité et effectivement la dimension politique est une dimension qui n’existe je pense plus du tout quoi, plus du tout. Il n’y a plus de combat, il n’est plus question de renverser le pouvoir en place et de faire la révolution, donc de lui-même le combat a disparu voilà […]. Je crois que je n’ai jamais entendu une discussion politique parmi eux. » (Entretien avec une chef adjointe d’un service « généraliste » d’une chaîne privée, 2003).
« Ce sont les premiers [les jeunes journalistes] à nous dire : ah ce n’est pas mal d’aller faire des prostituées, l’immigration clandestine, etc.. Alors évidemment nous, on est plus attaché à… à l’aspect peut-être plus politique au sens noble du terme. » (Entretien avec un ancien chef de service Politique étrangère, 2003).

  • 52 Ces citations sont extraites d’entretiens.
  • 53 Sources : Biographies de l’audiovisuel, 2002 et entretien avec Marcel Trillat réalisé en 2002, ave (...)

39Parmi ces journalistes âgés entre 25 et 40 ans, il n’y a pas par exemple l’équivalent structural de ces journalistes engagés, certains étant parfois des « figures » respectées de la rédaction même s’ils pouvaient apparaître comme « autoritaires », « sectaires » ou « grandes gueules »52. S’ils n’étaient pas nombreux dans ce cas, ils ont fortement contribué dans les années quatre-vingt à animer les rédactions du service public, en occupant des postes à responsabilité dans l’organigramme des chaînes mais aussi dans les sociétés de journalistes ou les syndicats. L’exemple de Marcel Trillat, ancien membre du Parti communiste, est révélateur de ce type de trajectoire. Licencié de l’ORTF en 1968, pour des raisons politiques, il a ensuite intégré la presse syndicale, puis une radio créée par la CGT à Longwy (Radio Lorraine Cœur d’Acier). Avec l’arrivée de la gauche au pouvoir, il revient travailler à Antenne 2 pour occuper un poste de directeur du service Société (1981-1987) et de directeur adjoint de l’information (1989-1991), mais également pour traiter de l’actualité internationale, de 1987 à 1989 comme correspondant à Rome, puis de 1991 à 1998 comme correspondant à Moscou et journaliste au service de politique étrangère. Par ailleurs, il a été secrétaire général adjoint (1986-1987) et président de la Société des journalistes d’Antenne 2 devenue France 2 (1996-199853). Il faudrait également montrer – mais notre début d’enquête ne le permet pas – dans quelle mesure les origines sociales sont déterminantes pour comprendre cet intérêt pour la « politique » et plus largement « l’étranger » : ainsi tel chroniqueur est issu d’une famille de journalistes ayant écrit des livres politiques, tel autre est passionné par l’Afrique par son père, dirigeant d’une grande société sur ce continent, et qui fut très tôt un lecteur du Monde Diplomatique et de Jeune Afrique, etc.

40Cependant, le caractère moins politisé des journalistes (au sens de l’engagement et/ou de l’intérêt pour les activités politiques ou syndicales), en général, et de ceux traitant de l’actualité internationale, en particulier, doit être nuancé dans le cas de France 2 et France 3 – dont les rédactions peuvent être parfois traversées par des conflits politiques – dans la mesure où ils renvoient à la tutelle, c’est-à-dire au gouvernement en place, qui s’expriment ouvertement en interne ou même dans les médias. D’une part, ces rédactions sont plus syndiquées que celle de TF1, ce qui explique qu’elles se mobilisent régulièrement pour en appeler à la direction de la chaîne et au pouvoir politique pour régler des questions sociales (titularisation de personnels par exemple) ou salariales. D’autre part, s’y ajoute une « politisation plus épidermique que réellement structurelle » pour reprendre les termes d’un journaliste de France 3 qui signifie par-là que la rédaction de France 3 peut être très réactive à certains événements, notamment politiques. C’est ainsi que le conflit israélo-palestinien provoque régulièrement des psychodrames internes comme le raconte ce même responsable, du fait de l’engagement de quelques journalistes dans des mouvements dits « pro-israéliens » ou « pro-palestiniens ».

« Il nous est arrivé de vivre des épisodes de l’Intifada dans la rédaction, dans la rédaction (insistant), des gens qui sont très proches… des autorités israéliennes, d’autres gens qui sont très proches des Palestiniens […]. Et donc il a fallu que j’intervienne […]. Nous ne pouvons pas nous permettre ce genre de choses ; il est grotesque et dommageable pour nous et les téléspectateurs que l’Intifada se vive dans nos murs en même temps que sur le terrain. » (Entretien avec des responsables de la rédaction de France 3, 2003).

  • 54 Pour éviter les mauvaises lectures sur cette notion de position dominée et sur ce paragraphe, il f (...)
  • 55 Plusieurs journalistes, au cours de nos enquêtes, nous ont rapporté que s’il arrivait que certains (...)

41Ce caractère « frondeur » ou « grognon » des rédactions de France Télévisions doit être rapporté aux positions dominées occupées par ces deux chaînes, notamment France 354, par rapport à leur principal concurrent TF1. Non seulement les journaux de TF1, le soir comme à la mi-journée, se sont installés au cours des années quatre-vingt en tête des meilleures audiences, mais surtout de nombreux journalistes des chaînes de service public se sentent peu considérés : ils ont des salaires plus faibles que ceux de leurs confrères de TF155 ; ils se sentent menacés depuis de nombreuses années par une privatisation et ils estiment que la direction de la chaîne ou la tutelle ne leur donnent pas les moyens, économiques notamment, de concurrencer TF1, ce qui les oblige à travailler davantage pour essayer de rattraper ce décalage.

La centralisation du pouvoir : le poids des « éditions »

  • 56 Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, les affinités existant en 2003 entre les responsables de « S (...)

42La réorganisation du fonctionnement des rédactions s’est manifestée, comme nous l’avons vu, par une réduction des coûts des reportages, la quasi-disparition des services Politique étrangère, la montée des journalistes généralistes mais aussi, en dernier lieu, par la centralisation croissante du pouvoir rédactionnel. Les directeurs de la rédaction, les rédacteurs en chef des éditions et les présentateurs pèsent en effet plus fortement qu’avant sur la sélection et la hiérarchisation de l’information. À France 2, TF1 et France 3, les journalistes, chargés de défendre les sujets internationaux en conférence de rédaction, semblent ne plus bénéficier de l’autonomie dont disposaient leurs prédécesseurs du fait de leur expérience professionnelle – ce qui en faisait des chefs de service très respectés –, et du prestige de leur rubrique. Cette centralisation du pouvoir éditorial a contribué à la baisse de la couverture politique institutionnelle de l’information internationale parce qu’elle est venue renforcer les logiques économiques et professionnelles décrites précédemment. Bien évidemment, il s’agit là d’une tendance générale, sachant que le degré de centralisation varie d’une rédaction à l’autre, selon les rapports entre les responsables des éditions (présentateur, rédacteur en chef, etc.) et les chefs de services ou encore selon les éditions56.

  • 57 Ce phénomène a été décrit dans la presse écrite : voir Vernholes (A.), « Presse écrite : le jardin (...)
  • 58 Les citations entre guillemets sont extraites d’entretiens.

43La centralisation renforcée est en fait une manifestation du développement des nouvelles techniques de management dans les chaînes de télévision visant à limiter l’autonomie relative qu’avaient prise les services57, surtout l’un des plus importants d’entre eux, le service de politique étrangère. Dans l’esprit des dirigeants des rédactions de TF1, France 2 et France 3, pour éviter que les éditions de journaux ne soient pas une simple juxtaposition de sujets qui émaneraient des seuls services avec des « blocs » qui se succéderaient (politique étrangère, intérieure, informations générales, sport, etc.), il fallait renforcer la « cohérence » de l’enchaînement des différents sujets, donner aussi aux journaux un « rythme » plus « efficace », le nombre de sujets diffusés par édition ayant eu tendance à augmenter58. Cette volonté de renforcer la maîtrise sur le contenu et l’organisation des journaux est d’autant plus primordiale pour les responsables des éditions que les résultats d’audience sont le critère majeur à l’aune duquel ils sont jugés. C’est précisément pour cette raison qu’ils ont incorporé cette nécessité commerciale et qu’ils sont plus attentifs à ces résultats.

« Par exemple, on sait qu’il y a deux moments importants sur le journal. Il y a 20h 04 parce que c’est là où on a fait vraiment le plein [de téléspectateurs]. Les gens à 20 h pile, ils ne sont pas là, ils sont encore sur les trucs régionaux, il y en a qui prennent en retard le journal, il y a les gens qui regardent les Guignols [émission satirique diffusée en clair sur Canal Plus] donc 20 h04 est un moment où là… Et puis l’autre moment fort, c’est 20h15, il y a un redémarrage du journal ou pas. Ou il s’effondre, ou il repart. Donc forcément, ça a des conséquences, c’est que, du coup, on se dit : si on a un sujet très fort dans le journal, il faut le mettre à 20 h 04, il ne faut pas le mettre à 20 h. Et, d’une certaine façon, avec cette conception-là, si on va jusqu’au bout, on prend les gens qui regardent entre 20 h et 20 h 04 pour des cons qui ne méritent pas d’avoir le sujet d’ouverture. Nous, on nous a appris tout bêtement que le sujet le plus important il fallait le mettre au début. Si on suit une logique simplement comptable, on se dit que le sujet le plus important on se le met à 20 h04. Et puis l’autre logique, elle est de se dire qu’à 20h15 il faut se mettre… ce que Pujadas [le nom du présentateur du journal de 20 h de France 2] appelle le dossier du jour, le sujet un peu musclé, l’enquête du jour, le truc qui fait trois minutes, qui scotche les gens […]. Donc on ne peut pas dire qu’on a changé la couverture news, on fait les mêmes sujets mais […] inéluctablement on a ça dans le crâne et ça change la hiérarchie de l’info. […]. Et ça, ça n’existait pas il y a quelques années […]. Ça veut dire que le rédacteur en chef du journal, le présentateur, il a consciemment ou inconsciemment mais… il a quand même cette idée-là qu’il y a des moments clés et qu’il faut en tenir compte […] puisque Sérillon [ancien présentateur du journal de 20h de la chaîne] a été viré pour ça en partie, donc forcément le successeur de Sérillon s’il veut rester, s’il veut montrer qu’il a réussi… » (Entretien avec un journaliste de France 2, 2003).

  • 59 Sur ce sujet, voir notamment Ericson (R. V.), Bick lai cha (J.) & Baranek (P. M.), Visualizing Dev (...)
  • 60 Cette critique était portée tout particulièrement à l’encontre des chroniqueurs diplomatiques mais (...)
  • 61 Sur ce sujet, voir Marchetti (D.) & Ruellan (D.), Devenir journalistes. Sociologie de l’entrée sur (...)
  • 62 Robert Namias, directeur de l’information de TF1, dans un courrier au Monde télévision daté du 15 (...)

44Pour les cadres dirigeants des rédactions, cette réorganisation des services permet aussi de mieux maîtriser la gestion du personnel dans ses activités et ses mouvements59. La suppression des services de « politique étrangère » à TF1 et France 2 était une manière de rompre avec les routines de travail des « spécialistes » du domaine, qui avaient un statut privilégié. Relativement autonomes dans leur gestion du personnel mais aussi dans l’exercice du métier, ces services pratiquaient une sorte d’autogestion d’autant plus grande qu’ils bénéficiaient d’un grand prestige interne. Compte tenu de l’intensification des contraintes économiques, leur productivité, même si le mot n’est pas forcément employé dans les rédactions, était jugée insuffisante comme le montre l’exemple de TF1 à la fin des années quatre-vingt-dix. De même que de nombreux bureaux à l’étranger ont été fermés car le rapport entre leur coût et le nombre de sujets diffusés apparaissait trop élevé, le service lui-même a été supprimé pour des raisons d’économie de personnel : les journalistes spécialistes de la politique étrangère, qui avaient des salaires élevés compte tenu de leur expérience et de leurs missions à l’étranger, n’étaient pas suffisamment employés selon les cadres dirigeants et trop enfermés dans leur spécialité (par exemple pour certains dans les enjeux politico-diplomatiques qui ne sont pas des vecteurs d’audience60), à une époque où la « polyvalence » est un leitmotiv dans la bouche des cadres dirigeants des médias grand public61. Avoir des journalistes capables de traiter tous les sujets permet à la fois d’avoir plus de souplesse dans la gestion des effectifs mais aussi de rendre le travail plus attractif, notamment pour les jeunes journalistes, en leur proposant des terrains et des types de reportages plus variés62 grâce à la perspective d’aller ponctuellement à l’étranger. Auparavant, il fallait en effet avoir une certaine expérience avant de pouvoir prétendre voyager régulièrement en dehors des frontières nationales. C’est ainsi que la direction de la rédaction a demandé à ces spécialistes du reportage à l’étranger d’intégrer un pool « Événement », c’est-à-dire de traiter non seulement de l’actualité étrangère mais aussi de sujets nationaux relevant des informations générales. Du même coup, si la plupart ont joué le jeu, certains journalistes proches de la retraite ont quitté la chaîne ou ont été forcés de le faire, tandis que d’autres se sont retrouvés relativement marginalisés. Par-delà des raisons d’économie, c’est aussi parce que Robert Namias, le directeur de l’information de TF1, nommé en 1996, trouvait là le moyen de renforcer son pouvoir face à un service composé pour partie de journalistes expérimentés, qui n’étaient plus ajustés, pour certains du moins, au traitement de l’information que souhaitait donner la nouvelle direction.

« Il y avait des problèmes de territoires. Alors par exemple, un tremblement de terre au Pérou, c’est qui ? C’est les infos géné qui y vont ou c’est la politique étrangère ? C’est plutôt les info géné parce que ça n’a rien de bon… […] Et puis Namias [directeur de la rédaction] est parti d’un principe en disant : il y a des gens de grands talents en politique étrangère mais qui ne s’investissent pas du tout quand c’est un sujet qui ne les concerne pas. Vous voyez quand vous avez une énorme actualité, je ne sais pas moi, prenons à la limite un attentat sur Paris, un truc comme ça, alors les gens de politique étrangère, ce n’est pas mon problème, quelque chose comme ça donc il a dit : que tous les talents soient mis à la disposition d’un événement. Sur le principe, ce n’est pas mal. Le seul problème, c’est qu’il y avait aussi de sa part volonté de casser la politique étrangère qu’il n’a jamais aimée. Namias n’aime pas la politique étrangère, ne la connaît pas d’ailleurs et donc là […] tout le monde a été chassé (?) dans ce grand pool et les gens qui ne faisaient que de la politique étrangère se sont retrouvés à faire tout un tas de choses qu’ils n’avaient pas… […]. Donc, c’était, si vous êtes sages, vous irez au Kosovo ou je ne sais pas où mais, entre les deux, vous ferez la crise du cochon en Bretagne et… » (Entretien avec un ancien journaliste de TF1, 2003).

45Ces transformations ont également touché la rédaction de France 2, même si elles ont pris davantage de temps, probablement pour les raisons évoquées précédemment, en s’étalant entre la fin des années quatre-vingt-dix et le début des années 2000. La volonté de renouveler le traitement de l’actualité internationale s’est également traduite dans le renouvellement du personnel. Aux départs à la retraite, se sont ajoutés quelques départs forcés de journalistes expérimentés, l’affectation de certains d’entre eux dans des capitales étrangères ou la marginalisation progressive d’anciens reporters ou chroniqueurs diplomatiques.

Des effets externes

46Pour expliquer cette baisse de la « politique étrangère » et, plus largement, la redéfinition du contenu de l’information internationale, les transformations internes de l’espace journalistique français, décrites ici, doivent être mises en rapport avec des transformations externes, c’est-à-dire notamment celles de l’espace politique international, du champ politique national et de l’espace social. Le contenu de l’information internationale varie dans le temps parce qu’il est en effet le produit des transformations des rapports de force internationaux, en particulier, de nature politique, mais aussi de celles touchant les publics des médias eux-mêmes dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix.

  • 63 Hoge (J. F.) Jr, « Foreign News : Who Gives a Damn ? », Columbia Journalism Review, 1997, p. 1.

47Le premier changement, le plus important, est la fin de la Guerre froide avec la chute de nombreux régimes socialistes et communistes en Europe de l’Est. Ces événements politiques ont rendu inadéquates des catégories de perception dominantes chez les hommes politiques et les commentateurs dans leurs analyses des relations internationales (est/ouest, totalitarisme/démocratie, marxisme/capitalisme). La quasi-totalité des conflits était décryptée à l’aune de cette grille de lecture et dans la logique du précédent, c’est-à-dire qu’ils étaient rapportés précisément à des événements antérieurs de cette histoire de la Guerre froide. Certains acteurs expliquent d’ailleurs que cette transformation de la lecture dominante de l’information internationale s’est engagée, dès la fin des années soixante-dix, quand la Guerre froide est devenue un danger jugé moins « imminent »63. Plus largement, la chute des dictatures en Amérique latine (Argentine, Chili, Brésil, etc.) a participé au moins parmi les journalistes du même processus.

48La seconde série de transformations géopolitiques est le fait qu’un certain nombre de conflits entre États ou internes aux États a, depuis les années quatre-vingt notamment, de plus en plus pris la forme d’actes terroristes dans de nombreuses régions du monde, y compris dans le cas de la France qui a été touchée par plusieurs attentats à l’intérieur et en dehors de ses frontières. Ces événements ont eu inévitablement des effets sur la division du travail rédactionnel, puisqu’ils sont jugés davantage du ressort des journalistes généralistes, issus des services des Informations générales, très informés auprès des services de police ou des acteurs judiciaires et donc surtout intéressés par ces aspects et non par les jeux politiques, que celui des spécialistes de l’analyse des relations diplomatiques. Si commettre des attentats est pour les auteurs une manière de faire de la politique autrement, de produire des effets sur les champs politiques nationaux ou sur le champ politique international, les catégories de perception médiatiques dominantes de ce type d’événement ne sont souvent pas explicitement politiques.

« Parce qu’il va de soi que le terrorisme est une manifestation, on va dire un surgissement de l’info géné dans le domaine de la politique étrangère. Et qu’il est… aux frontières de la police, des services et de la Politique. Et quand nous en sommes arrivés à la vague d’attentats de 85, là il y a eu un choc puissant entre nous et le service de politique étrangère. Nous avions des informations, la politique étrangère en avait, la politique étrangère parlait d’analyse comme on en parle au Quai d’Orsay. Je dis ça sans mépris et ça a donné lieu à des empoignes fortes pendant les conférences. Et c’est là qu’on a vu le fait qu’il fallait qu’il y ait un décloisonnement de ces services et donc, dans un premier temps fatalement, on en est arrivé aux heurts. » (Entretien avec un ancien grand reporter de France 2, spécialisé dans les affaires de terrorisme, 2003).

  • 64 Juhem (P.), « La légitimation de la cause humanitaire : un discours sans adversaires », Mots, n° 6 (...)
  • 65 MC Laughlin (G.), The War Correspondent, London-Sterling, Pluto Press, 2002, p. 152.
  • 66 Brauman (R.) & Backmann (R.), Les médias et l’humanitaire. Éthique de l’information ou charité spe (...)

49La troisième transformation majeure est la montée des actions dites humanitaires déployées par les organisations non-gouvernementales. Comme l’explique Philippe Juhem, il y a une « affinité entre le journalisme télévisé et la posture humanitaire qui fait rentrer les journalistes audiovisuels dans le réseau de promotion de l’action caritative64 ». C’est ce qui explique que le centre de gravité de la médiatisation tend au moins, sur la plupart des crises, à se déplacer des causes géopolitiques des conflits ou des solutions possibles vers le traitement humanitaire, c’est-à-dire les actions d’urgence ou, plus rarement, la rédaction de rapports publics. Si ces événements font l’objet d’analyses géopolitiques, notamment en utilisant parfois le schème Nord/Sud, et que les ONG cherchent à peser sur les champs politiques à travers les médias et l’« opinion publique », il n’en demeure pas moins, là encore, qu’ils sont prioritairement lus dans les grands médias dans des logiques morales ou psychologiques et en des termes plus individualisés et personnalisés65 que collectifs. L’accent est moins porté sur les causes tenant aux politiques des États ou de leurs opposants, aux jeux institutionnels, que sur les conséquences sur les populations à un moment donné66.

  • 67 Pour l’exemple des débats sur les questions européennes, voir Baisnée (O.), La production de l’act (...)

50À ces changements géopolitiques internationaux, s’ajoutent aussi des transformations générales du champ politique français au cours des deux précédentes décennies. Ainsi, l’« alignement néo-libéral », notamment du Parti socialiste, a contribué à modifier les conditions de la lutte politique. L’affaiblissement des oppositions traditionnelles droite/gauche, du fait notamment de l’homogénéisation croissante du personnel politique issu des écoles du pouvoir, a déplacé au moins en partie la lutte politique vers des enjeux plus strictement moraux, la moralité des hommes politiques devenant un des enjeux des conflits internes. Ces transformations structurelles ont probablement produit des effets sur le traitement de l’actualité internationale, dans la mesure où les positions de l’État français font moins l’objet, depuis l’alternance politique, d’oppositions frontales entre les partis dominants67.

51Pour rendre compte plus complètement de cette baisse de l’actualité politique internationale institutionnelle, les transformations internes au champ journalistique devraient être enfin mises en relation avec les transformations de l’espace social français, les médias s’adressant avant tout à des publics dont ils essaient de saisir les attentes réelles ou supposées. Par exemple, il est évident que la montée des abstentionnistes au cours des élections est un indicateur du déclin de l’intérêt d’une grande partie de la population pour les enjeux politiques nationaux et, encore, davantage probablement, pour les enjeux politiques internationaux au sens institutionnel, partisan du terme. Force est de constater que le désintérêt du plus grand nombre pour « la politique » en général, tel qu’il est mesuré dans les sondages, les consultations électorales (notamment lors des élections européennes) et, bien évidemment, par les résultats de l’audimat, a des effets sur les pratiques des journalistes chargés de définir le traitement et la hiérarchie quotidienne de l’actualité et, plus largement, sur l’ensemble des rédactions.

La redéfinition de la « politique étrangère »

  • 68 Neveu (E.), « De l’art (et du coût) d’éviter la politique. La démocratie du talk-show version fran (...)

52En croisant ces transformations internes et externes, on comprend donc mieux, à la fois la baisse de la « politique étrangère » et, au bout du compte, la redéfinition du contenu de l’information internationale. Depuis les années quatre-vingt, le traitement dominant de ce type d’information dans les trois chaînes de télévision françaises ne s’est peut-être pas forcément dépolitisé, même si nombre de journalistes interviewés le pensent très souvent de cette manière au sens où les choix de sujets et leurs « angles » renvoient moins qu’auparavant à des processus liés très directement aux activités institutionnelles des différents champs politiques (partis, élections, jeux politiques et diplomatiques, etc.), mais il tend à montrer que les journalistes en charge de l’information internationale sont de plus en méfiants et réticents à l’égard de la politique institutionnelle. Ce qui s’explique, comme on l’a vu, par des raisons professionnelles et commerciales mais aussi par l’arrivée de nouvelles générations de professionnels ayant des trajectoires sociales et professionnelles différentes de celles de leurs prédécesseurs. C’est ce qui permet probablement de rendre compte du fait que, d’un côté, l’information internationale télévisée destinée à un large public est de plus à plus composée de menaces diverses et de « sujets légers », qu’elle correspond de moins en moins aux sujets dits de « politique étrangère » tels qu’ils étaient conçus avant les années quatre-vingt ; d’un autre côté, l’information internationale tend aussi, au moins quand elle renvoie à des événements liés au champ politique, à être de plus en plus couverte autrement. Tout d’abord au sens où, comme la politique intérieure, elle est traitée sous forme de faits-divers, les journalistes insistant de plus en plus sur des « scandales » impliquant des hommes politiques de réputation internationale ou des événements imprévus (attentats, « catastrophes naturelles », risques sanitaires par exemple) ayant ainsi des effets sur les champs politiques. De nombreux agents ont par exemple bien compris l’intérêt de mobiliser les médias pour agir sur l’espace politique international ou les espaces politiques nationaux. Ensuite, ce traitement dominant se caractérise, là encore, comme dans le cas de la politique nationale, par une critique des jeux politiques, du « diplo », comme on dit dans le jargon professionnel, ou cette « ironie du surplomb ou du dépassement »68 qui se donne à voir par exemple dans le décryptage journalistique des stratégies de communication des différents pouvoirs ou encore les dénonciations morales en mettant en cause les responsabilités politiques. Loin d’être figés, la délimitation des contours de la « politique étrangère » et son contenu ont été profondément transformés depuis la seconde moitié des années quatre-vingt à la faveur des changements ayant affecté les champs politique et journalistique ainsi que les relations qu’ils entretiennent.

Notes

1 Notre enquête porte ici uniquement sur l’information diffusée par ces trois grandes chaînes de télévision en excluant la presse écrite et la radio. Pour être plus précis, il s’agit même de l’information diffusée dans les journaux télévisés et non dans les magazines. Il est probable que certaines tendances, notamment la réduction de l’information internationale, soient comparables dans le cas des magazines d’information. Un responsable de l’émission de France 2, Envoyé Spécial, expliquait en 1997 qu’au début ce programme comportait « 70 % de reportages sur l’étranger » alors que « maintenant 60 % ont trait à la France » (Le Monde Télévision-Radio-Multimédia, 22-23 juin 1997).

2 Il n’est pas rare que les chercheurs présupposent que la politique étrangère et, plus largement, l’information internationale devraient occuper une place plus importante dans l’actualité télévisée, cherchant du même coup à imposer leur propre hiérarchie sociale des objets légitimes.

3 On s’appuie ici sur un premier état d’une enquête en cours sur les transformations du traitement de l’information internationale et, notamment, la réduction de sa part relative dans les médias omnibus nationaux, qui a, pour l’instant, consisté à réaliser une dizaine d’entretiens auprès de différents journalistes, âgés de plus de quarante ans ayant ou ayant eu à traiter cette matière (reporters, grands reporters, chefs de service, un directeur de la rédaction et un présentateur de journal télévisé), et à réunir une documentation (articles de presse, articles et livres scientifiques en langue française et anglaise, essais de journalistes, recherches biographiques, etc.). Les résultats présentés dans cet article reposent aussi sur l’acquis des deux enquêtes collectives sur la fabrication et la circulation des images dites « internationales » et la production de l’information en continu dans les chaînes françaises et à Euronews, chaîne paneuropéenne d’information. Ces deux enquêtes, combinant des entretiens et des observations ethnographiques, ont été réalisées avec Olivier Baisnée, Jean Chalaby et Éric Darras que je tiens à remercier ainsi que Patrick Champagne, Ivan Chupin, Julien Duval et les membres de ce groupe de travail du CRAPE pour leurs remarques sur une première version de ce texte. Je tiens également à remercier l’ensemble des journalistes qui ont bien voulu accorder un peu de temps pour répondre à nos ou mes questions.

4 Sur ce sujet, voir Bourdieu (P.), La distinction. Critique sociale du jugement de goût, Paris, Minuit, 1979, p. 520-521.

5 Ce texte suscita une lettre de réponse de Robert Namias, directeur de l’information de TF1, à ces « quelques lignes de critiques gratuites et sans fondement » : voir Le Monde télévision, 15 juin 2002.

6 Souligné par nous.

7 Cet entretien a été réalisé en 2003 avec Patrick Champagne.

8 Entretiens avec des journalistes traitant de cette matière dans des chaînes nationales de télévision.

9 Entretien avec le directeur de la rédaction d’une chaîne de télévision nationale. Cet attrait est confirmé par une journaliste de Télérama quand elle évoque l’enjeu suscité par les postes de correspondants à l’étranger à Radio France : « chaque appel d’offres recevant une dizaine de candidatures, la concurrence est rude » (Le Saux (L.), « Le long chemin qui mène à Rome », Télérama, 16 octobre 2002). Cependant, ce constat doit être légèrement nuancé dans la mesure où, comme le montrent quelques exemples de France Télévision, l’affectation de tel ou tel journaliste comme correspondant dans une capitale étrangère ou comme éditorialiste diplomatique qu’on ne sollicite jamais peut être un moyen d’écarter discrètement, voire de « placardiser » un collègue.

10 Dès la fin du XIXe siècle en France, les correspondants de guerre font partie des grands reporters les plus réputés à la fois pour les risques qu’ils prennent mais aussi pour leurs qualités littéraires : cf. Ferenczi (T.), L’invention du journalisme en France. Naissance de la presse moderne à la fin du XIXe siècle, Paris, Plon, 1993, chapitre 2. Le « grand reporter », envoyé sur les conflits à l’étranger, restait encore au début des années 2000, une des figures publiques dominantes du métier de journaliste, comme le montre un sondage consistant à interroger « les Français » sur « l’image de la profession de journaliste » dans lequel le « grand reporter » au sens large vient en tête des métiers du journalisme (sondage IPSOS pour l’École supérieure de journalisme de Paris et Le Point réalisé en septembre 2000).

11 Delporte (C.), Les journalistes en France 1880-1950. Naissance et construction d’une profession, Paris, Seuil, 1999, p. 68 sq.

12 Les expressions figurant entre guillemets dans la totalité de ce paragraphe sont extraites d’entretiens.

13 Prothery (L.), « Monde à images variables », L’Express, 27 février 2003.

14 Voir notre article : « L’internationale des images », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 145, 2002, p. 71-83.

15 Sur ce sujet, on renvoie à Moeller (S. D.), Compassion fatigue. How the Media Sell Disease, Famine, War and Death, Routledge, New York et Londres, 1999.

16 Pour l’exemple des États-Unis, voir Utley (G.), « The Shrinking of Foreign News. From Broadcast to Narrowcast », Foreign Affairs, vol. 76, n° 2, 1997, p. 5-6.

17 Il est significatif que les directeurs de la rédaction des chaînes de télévision soulignent à chaque début de grands conflits la montée des chiffres d’audience.

18 Hannerz (U.), « Reporting from Jerusalem », Cultural Anthropology, vol. 13, n° 4, 1998, p. 565.

19 Alain Chaillou, ancien correspondant de TF1 dans plusieurs capitales étrangères, raconte, dans son livre La lésion étrangère (Paris, Alias Etc., 2002, p. 169), cette anecdote romancée mais qui repose sur des faits réels : « La France a eu droit ce soir-là à un reportage de l’excellent Francis Bartoloni [faux nom attribué au vrai correspondant], correspondant de la chaîne en Italie, qui, lui, traite de vrais sujets de fond : 1’38 sur le plus gros concombre du monde qui a poussé dans les environs de Naples […]. Ce soir-là c’était d’ailleurs le seul sujet de politique étrangère ».

20 Pour des exemples, cf. également le livre d’Alain Chaillou, La lésion étrangère, op. cit.. Voir aussi les cas donnés par un ancien Editor du Financial Times soulignant les stéréotypes sur la France, l’Allemagne et l’Angleterre dans la presse américaine et les stéréotypes de la presse de ces trois pays sur les États-Unis : Lambert (R.), « Misunderstanding Each Other », Foreign Affairs, vol. 82, n° 2, march/april 2003, p. 71-72.

21 Entretien, 2003.

22 Sur ce sujet, voir Bourdieu (P.), Sur la télévision. L’emprise du journalisme, Paris, Liber, 1996 et notre travail de thèse : Contribution à une sociologie des transformations du champ journalistique dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix. À propos d’« événements sida » et du « scandale du sang contaminé », Doctorat de sociologie (dir. : P. Bourdieu), École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1997, 2e partie, chapitre 1.

23 Pour des développements sur cette évolution, voir Champagne (P.), « La double dépendance. Quelques remarques sur les rapports entre les champs politique, économique et journalistique », Hermès, 17-18, 1995, p. 215-229 ; « Le journalisme et l’économie », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 131-132, 2000.

24 Sur ce sujet, on lira le témoignage d’un journaliste du quotidien britannique le Daily Mail : Dickie (J.), The Boys on the Bongo Bus. The Media and Travelling Diplomacy, Luton, John Libbey Media, 1997.

25 Il faudrait pouvoir faire des comparaisons entre différentes années, ce qui sera fait dans le cadre d’autres publications quand l’enquête sera plus avancée. Mais les comptages réalisés en 1982 par Michel Meyer, correspondant à Bonn pour Antenne 2, montrent, même s’ils concernent une année électorale, à quel point les questions politiques (internationales ou intérieures) occupaient à l’époque une place importante parmi l’ensemble des reportages diffusés sur la RFA : cf. Ménudier (H.), L’Image du Voisin à la Télévision. Une comparaison franco-allemande, Gerlingen, Bleicher Verlag, 1986, p. 57-62.

26 « Dans le monde de la radiodiffusion, comme dans d’autres services, c’est désormais le consommateur qui décide », explique Richard Sombrook, responsable des reportages d’actualités à BBC News (« Reportages d’actualités et technologies nouvelles », UER-Revue technique, automne 1999). Cf. aussi l’analyse du cas américain : Utley (G.), « The Shrinking of Foreign News. From Broadcast to Narrowcast », op. cit., notamment p. 7.

27 Entretien, 2003. L’exemple de France 2, quand la rédaction était dirigée par Pierre-Henri Arnstam et que le journal de 20 heures était précisément présenté par Claude Sérillon, est révélateur de cette prédominance des logiques commerciales puisque, quelles que soient ces raisons, la priorité donnée à la politique étrangère (et plus largement à l’information sur les pays étrangers), durant cette période (août 1998-septembre 2001), a été jugée comme un « échec » parce que l’audience n’était pas à la hauteur des attentes des dirigeants de la chaîne.

28 « Je me souviens très bien qu’en tant que président de chaîne, chaque fois que je voulais parler de l’international, on me répondait que cela n’intéressait pas les téléspectateurs et qu’il fallait parler de leur quartier, de leur ville et surtout pas de ce qui se passe dans le monde », raconte Hervé Bourges, ancien président de TF1, (Rapport d’information par la mission d’information commune sur la création d’une télévision française d’information à vocation internationale, Paris, Assemblée nationale, tome 2, rapport d’étape, p. 72). De nombreux témoignages confirment cette tendance. Un ancien correspondant de France 2 en région, dans le cadre d’un entretien collectif réalisé au Centre de sociologie européenne en 1997, rapportait l’anecdote suivante : « J’entends encore S. [présentateur] dire quand il faisait le “13 h”, réunir les correspondants de province et dire : en gros, pour vous expliquer ce sera plus de Châteauroux et moins de Bosnie. Ça c’était clair, c’était affirmé ». De même, un ancien journaliste du service International de TF1, cité par Le Monde daté du 13 janvier 1996, expliquait : « Quand en conférence de rédaction, on faisait remarquer que Le Monde faisait sa une sur l’Algérie, PPDA nous répondait qu’il s’en foutait et que TF 1 devait faire le journal de la vie ».

29 Un journaliste de France 3, chargé de suivre cette actualité, résume brièvement comment, dans les têtes des journalistes, les audiences des journaux se différencient aussi suivant leur heure dans la journée : « 12/13 c’est plutôt sujets Régions-France en gros et un peu d’étranger mais pas trop compliqué parce que ça ne correspond pas. 19/20, c’est plus l’actu, c’est tout en gros, donc on peut mettre de l’étranger. Et Soir 3, c’est plus tard, du coup on peut mettre plus d’étranger dedans ».

30 Faute de mesures très précises des attentes supposées du « public », les journalistes ont parfois tendance à prêter leurs propres catégories de perception à ceux qui les écoutent, les regardent ou les lisent : sur ce sujet, voir la notion de « missing link » développée par Philip Schlesinger, dans son ouvrage Putting « reality » together. BBC news, London, Routledge, 1992, p. 116.

31 Siracusa (J.), Le JT, machine à décrire, Bruxelles, INA-De Boeck Université, 2000, p. 114 ; Baisnée (O.) & Marchetti (D.), « Euronews, un laboratoire de production de l’information “européenne” », Cultures et Conflits, n° 39, 2000, p. 181-214. Pour l’exemple de la couverture de l’actualité des institutions européennes, cf. Baisnée (O.), « Une actualité “invendable” : Les rédactions françaises et britaniques face à l’actualité communautaire », in Garcia (G.) & Le Torrec (V.) (dir.), L’Union européenne et les médias. Regards croisés sur l’information européenne, Paris, L’Harmattan, coll. « Cahiers politiques », 2003, p. 43-66.

32 Les extraits entre parenthèses sont tirés d’un entretien réalisé, en 2003, avec un ancien responsable du service de Politique étrangère d’une chaîne nationale.

33 Ce constat est le résultat de visionnages et d’entretiens réalisés auprès de journalistes. Il rejoint les conclusions d’une étude quantitative portant sur les reportages des journaux télévisés de 20h de TF1 et France 2 consacrés au conflit en Bosnie (1990-1994) : Charaudeau (P.), Lochard (G.), Soulages (J.-C.), Fernandez (M.) & Croll (A.), La télévision et la guerre. Déformation ou construction de la réalité ? Le conflit en Bosnie (1990-1994), Bruxelles, INA-De Boeck Université, 2001, p. 41.

34 Dans une comparaison entre les correspondants spécialisés dans des aires géographiques et les journalistes « généralistes » de grands médias américains, Stephen Hess montre par exemple que la probabilité d’être marié avec une personne issue de cette région, d’avoir eu une relation avec cette région dans sa jeunesse et de posséder une compétence linguistique spécifique est moins forte quand on va des premiers vers les seconds : « The Culture of Foreign Correspondence », in Tunstall (J.), Media Occupations and Professions. A Reader, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 166-167.

35 Entretien, 2003.

36 Bourdieu (P.), La distinction. Critique sociale du jugement de goût, op. cit., p. 516.

37 Un ancien correspondant à l’étranger se plaignait ainsi de cette contrainte en racontant un reportage sur la prostitution dans la ville de Prague : « Le type [le stringer, c’est-à-dire la personne qui aide le journaliste dans ses démarches sur le terrain] a réussi à me faire rentrer dans un bordel. On a filmé les filles, on a filmé les chambres et tout. Et je dis [dans le reportage] : “voilà un bordel”. “Tu peux pas dire bordel à la télévision [répond un de ses supérieurs quand il visionne le reportage]”. “Je dis quoi ? Lupanar ? Je dis une maison close ?” “Bordel c’est grossier” », lui répond-il.

38 Selon l’étude par sondage « La France des cadres actifs » réalisée par IPSOS en 2001, la « politique internationale » arrive en cinquième position dans les centres d’intérêts des cadres (44 %) derrière le sport, les voyages, la politique intérieure et les spectacles.

39 Marchetti (D.), « L’internationale des images », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 145, 2002, p. 71-83.

40 Cette tendance est antérieure aux États-Unis. À l’inverse, les groupes, bénéficiant d’une ou plusieurs chaînes d’information en continu, disposent de nombreux bureaux. À titre de comparaison, la BBC, qui a une chaîne internationale (BBC World), dispose de trente-huit bureaux à l’étranger et les chaînes publiques allemandes une vingtaine (cf. l’audition de Marc Tessier, président de France Télévision, Rapport d’information par la mission d’information commune sur la création d’une télévision française d’information à vocation internationale, Paris, rapport d’étape, tome 2, 14 mai 2003, p. 6).

41 Depuis la deuxième moitié des années quatre-vingt, les équipes de reportage sont le plus souvent composées de trois personnes : un rédacteur, un cameraman ou JRI et un monteur. Auparavant, les équipes de télévision comprenaient également un preneur de son.

42 Les EVN sont une banque d’images entre les chaînes de télévision de l’Europe et du bassin méditerranéen. Pour des détails sur son fonctionnement, voir Darras (E.) & Marchetti (D.), « La production et la circulation des images “européennes”. L’exemple des échanges des sujets d’actualité de l’Union européenne de radio-télévision (UER) », in Marchetti (D.) (dir.), En quête d’Europe. Médias européens et médiatisation de l’Europe, Rennes, PUR, coll. « Res Publica », 2004.

43 Baisnée (O.) & Marchetti (D.), « L’économie de l’information en continu. A propos des conditions de production dans les chaînes d’information en continu en général et à Euronews en particulier », Réseaux, n° 114, 2002, p. 181-214.

44 Les mots « spécialisation » et « spécialiste » figurent entre guillemets dans ce texte parce qu’il renvoie à des situations très différentes. En effet, les compétences sur une aire géographique sont relatives et très différentes entre un spécialiste d’un pays qui y a vécu, où en parle la langue la plus diffusée par exemple, et un journaliste chargé de couvrir « l’Afrique » dans son ensemble.

45 Source : Mediasig, 2003.

46 Peu nombreux, les chroniqueurs diplomatiques forment toujours un milieu d’interrelations et sont souvent affiliés à l’Association de la presse diplomatique et à l’Association de la presse présidentielle.

47 Cette expression est employée pour désigner des journalistes qui effectuent très souvent l’essentiel de leur activité au bureau. Elles désignent tout particulièrement ceux qui pratiquent le « journalisme de desk », c’est-à-dire qui réalisent leurs sujets en prenant des contacts par téléphone, en travaillant à partir de sources diverses (journaux, dépêches, images d’agences, etc.) sans sortir des locaux. Sur l’opposition entre les journalistes « assis » du siège et les journalistes « debout » du siège, cf. Joinet (B.), « Le “plateau” et le “terrain” », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 131-132, 2000, p. 86-91.

48 Les analyses d’Erik Neveu (« Les émissions politiques à la télévision. Les années quatre-vingt ou les impasses du spectacle politique », Hermès, n° 17/18, 1995, p. 147) à propos des journalistes traitant de la politique intérieure s’appliquent aux chroniqueurs diplomatiques dans la mesure où, comme leurs confrères des services Politique, ils sont placés dans une tension permanente entre « le désir de pousser au plus loin avec l’interlocuteur politique la joute ou l’élucidation des luttes internes au champ politique… et la crainte de provoquer un décrochage du large public moins politisé, ne disposant pas des prérequis nécessaires pour la compréhension des enjeux ».

49 Cependant, cette « dé-spécialisation » doit être nuancée dans la mesure où, dans le cas de conflits jugés sensibles, notamment les guerres ou le conflit israélo-palestinien, les chefs de service envoient au moins au début, des journalistes expérimentés et qui ont déjà été sur ces terrains-là pour des raisons de sécurité – ils sont plus habitués – et de compétence.

50 Marchetti (D.) et Ruellan (D.), Devenir journalistes. Sociologie de l’entrée sur le marché du travail, Paris, La Documentation française, 2001, 2e partie, chapitre 2.

51 Marthoz (J.-P.), Et maintenant, le monde en bref. Politique étrangère, journalisme global et libertés, Bruxelles, GRIP-éditions Complexe, 1999, p. 184.

52 Ces citations sont extraites d’entretiens.

53 Sources : Biographies de l’audiovisuel, 2002 et entretien avec Marcel Trillat réalisé en 2002, avec Patrick Champagne.

54 Pour éviter les mauvaises lectures sur cette notion de position dominée et sur ce paragraphe, il faut préciser que les journalistes de France 3 se considèrent les « mal aimés » du service public et du groupe France Télévisions, au point de se sentir, comme le dit un de leurs responsables, menacés dans leur existence même, en dépit des succès d’audience de la tranche « 19/20 » combinant journaux régionaux et nationaux. FR3, puis France 3, s’est surtout construit une identité publique de chaîne d’information plus régionale que nationale. Moins bien rémunérés que leurs confrères de France 2, ce qui a été l’objet de plusieurs conflits sociaux, les journalistes de la rédaction nationale travaillent avec un petit effectif (150 journalistes permanents dont un peu plus de quarante cameramen) et disposent de moyens très réduits : le budget est tellement restreint que les déplacements à l’étranger ou les demandes de faisceaux pour couvrir l’information internationale sont des dépenses jugées comme exceptionnelles, comparativement à leurs deux confrères. Cette rédaction est relativement récente dans sa forme actuelle, puisque si le « Soir 3 » a été mis en place en 1978, le « 19/20 » a été créé en 1986 et le « 12/13 » en 1995, devenu plus tard le « 12/14 ». Au-delà des problèmes de moyens humains et matériels, les souffrances des plus anciens journalistes de la chaîne sont aussi en partie dues à leurs perspectives de carrière très restreintes, notamment parce que les postes à responsabilité au niveau national sont peu nombreux.

55 Plusieurs journalistes, au cours de nos enquêtes, nous ont rapporté que s’il arrivait que certains journalistes de TF1 rejoignent le service public, d’autres en désaccord avec la « ligne éditoriale » de la chaîne préféraient rester pour des raisons salariales. Un ancien journaliste de la première chaîne racontait ainsi : « Le piège de TF1 si vous voulez, c’est que c’est un peu une prison dorée si vous voulez. Il y a des gens qui ne sont pas très heureux, qui ne sont pas très contents de ce qu’ils font mais les salaires sont… […]. Quand vous avez un bon salaire et que vous faites de l’audience, vous êtes déjà… Vous avez déjà beaucoup de conditions pour être heureux. »

56 Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, les affinités existant en 2003 entre les responsables de « Soir 3 », journal de la nuit de la troisième chaîne, et certains chefs ou journalistes du service de Politique étrangère sont un des facteurs qui contribue à ce que cette édition accorde davantage d’espace à l’information internationale. Il ne s’agit donc pas d’expliquer qu’il n’y a pas de discussions au sein des rédactions mais simplement que les « éditions » ont un poids de plus en plus important dans la production des journaux. Les effets de la centralisation sont, non seulement visibles sur les choix des sujets, mais aussi sur les « angles » qui sont arrêtés.

57 Ce phénomène a été décrit dans la presse écrite : voir Vernholes (A.), « Presse écrite : le jardin des tentations », Commentaire, n° 102, 2003, p. 410-412 ; Péan (P.) & Cohen (P.), La face cachée du Monde. Du contre-pouvoir aux abus de pouvoir, Paris, Mille et une nuits, 2003, chapitre 10.

58 Les citations entre guillemets sont extraites d’entretiens.

59 Sur ce sujet, voir notamment Ericson (R. V.), Bick lai cha (J.) & Baranek (P. M.), Visualizing Deviance : a study of news organization, Toronto, University of Toronto Press, 1987, p. 125-129.

60 Cette critique était portée tout particulièrement à l’encontre des chroniqueurs diplomatiques mais aussi des correspondants à l’étranger. C’est pourquoi, dans les chaînes de télévision notamment, les correspondants tendent à rester sur place moins longtemps que leurs prédécesseurs pour éviter de trop se spécialiser et de se déconnecter de l’actualité nationale dans un métier où cette connaissance est décisive.

61 Sur ce sujet, voir Marchetti (D.) & Ruellan (D.), Devenir journalistes. Sociologie de l’entrée sur le marché du travail journalistique, op. cit., 2 e partie, chapitre 2.

62 Robert Namias, directeur de l’information de TF1, dans un courrier au Monde télévision daté du 15 juin 2002, faisait ainsi remarquer : « Dans notre rédaction, loin d’être réservée à quelques-uns, la couverture de la politique étrangère est ouverte à la plupart, ce qui permet à nos collaborateurs d’enrichir leurs compétences et d’explorer en permanence de nouveaux domaines ».

63 Hoge (J. F.) Jr, « Foreign News : Who Gives a Damn ? », Columbia Journalism Review, 1997, p. 1.

64 Juhem (P.), « La légitimation de la cause humanitaire : un discours sans adversaires », Mots, n° 65, 2001, p. 14.

65 MC Laughlin (G.), The War Correspondent, London-Sterling, Pluto Press, 2002, p. 152.

66 Brauman (R.) & Backmann (R.), Les médias et l’humanitaire. Éthique de l’information ou charité spectacle, Paris, CFPJ éditions, 1996. Pour une analyse de la médiatisation du conflit rwandais par les télévisions françaises et la faible part accordée aux explications politiques, voir Birck (D.), « La télévision et le Rwanda ou le génocide déprogrammé », Les Temps Modernes, n° 583, 1995, p. 181-197.

67 Pour l’exemple des débats sur les questions européennes, voir Baisnée (O.), La production de l’actualité communautaire. Éléments d’une sociologie comparée du corps de presse accrédité auprès de l’Union européenne (France, Grande-Bretagne), Rennes, Thèse de science politique sous la direction d’Erik Neveu, Université Rennes 1, 2003.

68 Neveu (E.), « De l’art (et du coût) d’éviter la politique. La démocratie du talk-show version française », Réseaux, n° 118, 2003, p. 131.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable