Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture dans la littérature

 | 
Arlette Bouloumié

Jean-Marie Paul (sous la dir. de) : Les figures du pouvoir

L’arbitraire et le droit de Machiavel au xxe siècle, P.U. Angers, 2008, 183 p.

Anne-Marie Baranowski

Texte intégral

1Pour le dictionnaire, le terme pouvoir (synonyme d’autorité, empire, puissance, proche parent des notions de gloire et d’influence) signifie que l’on dispose de moyens qui permettent une action, la capacité légale de faire une chose et la situation de ceux qui dirigent, la puissance politique à laquelle est soumis le citoyen. Ce dernier n’apparaît que très peu, voire guère dans ce volume qui examine les puissants, les porteurs de ce pouvoir que l’homme du commun, citoyen ou sujet serait tenté de leur envier, bien à tort semble-t-il, car le pouvoir n’est pas une simple capacité, c’est une force en soi demandant à être domptée, menaçant de mutiler, voire de dévorer celui ou celle qui le détient avant ceux sur qui elle s’exerce. Le substantif recèle derrière son apparente simplicité une réalité protéiforme, présentant de singulières convergences par-delà les siècles et les contextes.

2Cette série d’études réunies par Jean-Marie Paul montre l’individu confronté à la notion autant qu’à l’exercice du pouvoir, qu’il s’agisse de personnages historiques (la reine d’Angleterre Elizabeth 1ère, le ministre Choiseul, Napoléon 1er), de personnages fictifs ou allégoriques (Le ‘Grand Tyran’ de Bergengruen, le Grand Inquisiteur des Frères Karamazov, les animaux des fables de La Fontaine) ou de modèles de réflexion plus abstraits, tels l’examen de la collusion entre force et violence au sein de la monarchie absolue française, développé par Barbey d’Aurevilly ou la vision du travailleur chez le Jünger des années 1920 ou l’analyse – négative et pessimiste – de la notion de pouvoir dans la société contemporaine détaillée par Adorno et Lukacs.

3Le sous-titre souligne par antiphrase la dimension absolutiste ou la tentation de la violence inhérente à toute forme de pouvoir exercée par un individu dans un cadre historique donné. Telle est la morale de maintes fables de La Fontaine qui, sous leurs dehors souriants, livrent en anamorphose un portrait sans complaisance de la cour de Louis XIV et de la monarchie absolue en soi. Le fabuliste va du reste plus loin : Le triste sort de l’agneau mangé par le loup pour un crime qu’il n’a pas commis est une accusation violemment portée contre une brutalité gratuite, aveugle, piétinant sans scrupule le petit et le faible, qui est de fait le degré le plus bas, le plus vil du pouvoir, presque son antithèse, l’antithèse en tout cas de la civilisation. Or le concept même de pouvoir est à cheval sur cette idée de consensus politique et sur son contraire : il peut être la signature d’un gouvernement juste, quelle qu’en soit la forme ; mais également sa déviation devenue usurpation, tyrannie. Chez La Fontaine l’homme n’est peut-être plus un loup pour l’homme mais le roi est un loup potentiel pour ses sujets. La réunion de la force et de la violence amorale engendre l’arbitraire, illustré d’une manière infiniment plus feutrée mais non moins impitoyable par les avatars politiques de Choiseul, porté au pouvoir par les bonnes grâces de la favorite du moment, Madame de Pompadour et disgracié parce qu’il a déplu à la favorite suivante, Madame Du Barry. La mise à mort est devenue symbolique mais tout aussi réelle pour se transformer en perte d’autorité et de prestige, en réduction à l’anonymat de l’insignifiance. Mais Sénant de Meilhac ne trace pas le portrait d’un homme aux qualités exceptionnelles, Choiseul est brillant par certains aspects, médiocre par d’autres ; il a été porté au pinacle et rejeté dans l’obscurité par une suite d’intrigues formant le sujet réel de la biographie qui lui est consacrée. Choiseul est le jouet du pouvoir royal, d’un monarque qui se repose sur son ministre, s’éloignant de plus en plus de son travail de roi pour se consacrer à ses plaisirs, mais qui demeure, ironiquement, la référence suprême et le dépositaire du pouvoir réel par opposition à celui dont jouit le favori du moment.

4Le pouvoir n’est pas ce qu’il semble être, l’idée est simple, même si elle ne frappe pas par son évidence, mais c’est l’expérience douloureuse que vivent Elisabeth dans Maria Stuart et le ‘Grosstyrann’ chez Bergengruen. Le pouvoir et les passions humaines ne font pas ici bon ménage, car le pouvoir est une entité plastique mais impersonnelle qui s’empare de l’être de passions qui le convoite. Au contraire, avec le personnage du Grand Inquisiteur, personnage central d’un récit allégorique des Frères Karamazov, nous assistons à une méditation sur le pouvoir livrée par un être presque désincarné. Ce ‘Grand Inquisiteur’ a compris que l’humanité n’est pas faite pour être libre et il a fait en sorte de régner sur les esprits d’une manière si insidieuse et subtile que les hommes croient l’être et, se satisfaisant du simulacre, passent leur existence dans une bienheureuse et totale hétéronomie. L’Inquisiteur peut donc exercer le pouvoir en toute liberté et avec une sombre sérénité (si le terme est de mise pour le personnage), car il le fait dans un désintéressement et une absence de passion totale, en accord avec une anthropologie pessimiste qu’il a lui-même élaborée, excluant la métaphysique et la dimension christique. Le Grand Inquisiteur n’a que faire du Bonheur, l’adéquation entre l’illusion de la volonté de liberté et le besoin viscéral de servitude qui caractérisent l’être humain, entre l’image de l’homme qu’il a lui-même élaborée et la manière dont il en a assuré la réalisation en ce monde lui suffisent. Ce détachement le situe aux antipodes du ‘Grand Tyran’ de Bergengruen qui vit dans un univers doublement claustrophobique, d’abord une cité-Etat close, aux dimensions réduites, ensuite et surtout l’isolement inhérent à sa condition : être le seul homme ‘libre’ au milieu d’un peuple qui ne l’est pas, fait du tyran l’être le plus asservi au monde. La théorie de Platon se vérifie une nouvelle fois. Arbitraire, isolé, n’ayant à respecter aucune justification éthique, le pouvoir absolu mène au désert de l’amoralisme, fait du tyran un roi sans divertissement qui, pour ne pas périr d’ennui, en est réduit à mettre en scène une affaire criminelle qui lui permettra d’éprouver celui qu’il charge de la résoudre et, surtout, de se procurer des sensations fortes. Réduit à se mettre lui-même à l’épreuve sous couvert d’éprouver autrui, le Grand Tyran teste jusqu’où il peut aller trop loin.

5Chez Schiller, Elizabeth fait l’expérience d’une solitude très comparable dans des conditions fort différentes : elle a éliminé politiquement sa rivale Maria Stuart en la disqualifiant et règne sur une Angleterre qui l’a bien accueillie après des années de troubles et de persécutions religieuses, elle est entourée de conseillers loyaux et capables, dispose d’un favori élégant pour se divertir. On pourrait croire qu’il ne lui manque rien alors qu’elle se trouve en proie à la jalousie haineuse face à une ancienne rivale promise à l’exécution. Ce qui lui fait défaut, c’est la dimension éthique qui, aux yeux de Schiller seule fait les grands souverains. Rongée par le doute, hantée par le souvenir d’une jeunesse austère, écartelée entre l’appétit de pouvoir et les nostalgies d’une féminité trop longtemps mise à l’écart, Elisabeth est un être profondément hétéronome, dont l’insuffisance éthique se traduit par la mesquinerie et la duplicité, l’antithèse même de l’image qu’elle offre à ses sujets et à ses pairs européens. Exposant les insuffisances de son personnage, Schiller pose en filigrane un modèle de souverain, d’une intangibilité toute classique, insensible à la relativisation amenée par le passage du temps et le cours de l’histoire.

6Mais cet idéal est mis à mal par la pièce de Hasenclever, Napoleon greift ein dans laquelle Napoléon 1er est ramené à la vie -non aux Invalides mais au Musée Grévin - et, décidant d’inspecter le monde pour voir comment celui-ci a évolué durant ses années de sommeil, se trouve confronté à l’ironie de l’histoire et au passage destructeur du temps qui modifie les valeurs et fait des grands hommes d’hier les figures de cire et les curiosa de l’actualité. Législateur brillant, héros guerrier, idole de plusieurs générations d’hommes et de femmes, Napoléon se réveille dans une époque où le personnage charismatique a été supplanté par le banquier. Celui qui fut un être providentiel n’est plus un objet d’admiration, mais une attraction du tourisme de masse, ne provoquant plus le désir d’émulation, mais simplement chargé de donner des sensations un peu fortes aux cohortes de touristes promenés par l’agence Cook, au même titre que Landru. Le grand homme fait l’histoire et se voit défait par elle.

7Hasenclever montre crûment que la relativité des valeurs change l’histoire et réciproquement, mais cette modification peut s’opérer d’une manière beaucoup plus insidieuse, comme le montre la manière dont Proust présente et dissèque un univers (deux en réalité) en pleine mutation sociale. Les descendants de ceux qui ont détenu le pouvoir effectif n’ont pas compris qu’ils l’ont perdu, ou peut-être ce point ne les intéresse-t-il guère car ils possèdent des valeurs suffisamment fortes pour les conforter dans leur identité quels que soient les avatars de leurs destins individuels. Les Guermantes et leurs alliés de la grande aristocratie semblent encore tout posséder, tout dominer alors qu’en réalité leur pouvoir s’est délité pour tomber aux mains de la bourgeoisie, incarnée par les Verdurin. L’opposition est subtile, la vulgarité du parvenu n’est perceptible que pour le grand seigneur mais échappe à l’homme du commun. La bourgeoisie commence en effet à fréquenter les mêmes lieux de villégiature que l’aristocratie authentique, elle se pique de goûts artistiques et de mécénat. Là où les anciens seigneurs vivent sur leurs usages comme sur des rentes et dans autant de coquilles de plus en plus vides, la bourgeoisie, agressive, vitaliste, a tout l’avenir devant elle car elle est dépourvue de passé. Mais le monde qu’il lui est donné de conquérir a-t-il encore sens et substance ou bien ces deux termes demeureront-ils à jamais l’apanage de l’aristocratie ancienne, que le temps seul a rendu véritable ?

8L’un des fils conducteurs implicites du recueil est l’image de l’homme d’Etat telle que l’a élaborée Machiavel, aussi éloigné de l’arbitraire de l’absolutisme que de la pompe lorsqu’elle cache un vide intérieur. Pour lui l’homme de pouvoir doit être capable de s’adapter aux circonstances sans scrupules et dans tous les domaines ; sa virtu est une question de force d’âme où l’idéalisme n’a aucune part. L’exercice du pouvoir exige une capacité de violence tout en représentant une sublimation de la force. Le dernier des Bourbons, Charles X, perdit le trône par sa pusillanimité, son manque de courage et d’esprit de résistance : Barbey d’Aurevilly fait l’équation du pouvoir digne de ce nom, donc fort par essence, et de la virilité du monarque. Cette conception dépasse le simple machisme, car le courage fait partie des devoirs chrétiens incombant au monarque d’Ancien Régime. Paradoxalement pour un esprit ‘moderne’, la monarchie authentique est synonyme de catholicité, le pouvoir fort qui lui est inhérent représente un mélange harmonieux de force et de violence qui se transforme en autorité, c’est une totalité organique, vivante, justifiée, transcendant les notions convenues de la morale commune et dépassant l’individu. Le monarque vu par Barbey est aux antipodes de celui vu par Schiller, mais tous deux ont la grandeur en commun.

9Dans les articles de D. Beltran-Vidal et R. Leclerc, le pouvoir n’est plus examiné à travers le prisme d’une figure singulière, mais dans une dimension collective. Pour Jünger, qui écrit au lendemain de la défaite et tandis que l’Allemagne se débat dans les affres de la misère économique et du désordre politique, la figure du pouvoir propre au xxe siècle est celle du travailleur. Cela ne saurait plus, en effet, être le soldat, car la victoire militaire a été celle de l’armement plus que de la stratégie ou de la bravoure individuelle et le spectacle navrant offert par la République de Weimar discrédite d’emblée le politicien. Le travailleur par contre domine la technique et donne de ce fait une épaisseur au travail, loin d’être un simple pion, il représente une masse imposante d’hommes scindée entre l’extrême gauche et l’extrême droite. Or s’il incarne l’avenir, son temps n’est pas encore arrivé, et il s’agit du reste d’un temps mythique, échappant aux calculs et aux prévisions, qui en tout cas ne s’est pas encore traduit sur le plan historique. Il importe que le travailleur ne s’inféode pas à une idéologie car le simple fait de s’inscrire à un parti fait le jeu des forces bourgeoises Le travailleur ne peut représenter l’avenir que s’il rompt avec le jeu politique classique, sans pourtant incarner une utopie de type marxiste : Il inspire un ordre à l’univers en lui conférant un sens, ce qui le charge d’une mission paradoxale : il existe au sein même du monde et donc de la vie, mais en transcendant l’évolution historique.

10Les deux philosophes d’obédience marxiste Lukacs et Adorno sont également emblématiques d’une même opposition face au pouvoir ‘bourgeois’ et ‘capitaliste’ tel qu’il se manifeste dans l’Occident du xxe siècle, mais ce rejet commun va engendrer deux argumentations opposées s’incarnant dans leurs théories esthétiques respectives, l’esthétique représentant chez l’un comme chez l’autre la traduction d’une conception politique qui est elle-même le résultat d’une certaine vision de l’histoire. Le dénominateur commun des deux penseurs est leur anticapitalisme, leur opposition à la primauté donnée à l’objet sur le sujet. Adorno remet vivement en cause la notion de progrès dans lequel il voit un agent de l’aliénation : les hommes paient l’accroissement de leur pouvoir en devenant étrangers à ce sur quoi ils l’exercent. Il se situe ainsi en opposition frontale à la pensée et à l’engagement du communiste ‘orthodoxe’ qu’est resté Lukacs. C’est ainsi que l’un choisit de rester à l’écart de l’action politique, de lutter par l’écriture et de livrer une œuvre austère et complexe tandis que l’autre accepte de devenir une icône intellectuelle de la pensée marxiste.

11La riche diversité des études composant ce volume permet d’appréhender des aspects très variés de la problématique du pouvoir - entre légalité et tyrannie, entre histoire et utopie, entre idéal éthique et pragmatisme, entre individu et dimension collective pour n’en citer que les exemples les plus saillants. Mais, en un retournement ironique, elle ne le rend pas plus accessible intellectuellement. Le lecteur attentif s’est enrichi, il a découvert des auteurs et des œuvres qu’il ne connaissait peut-être pas, mais il s’est également trouvé confronté à une complexité décuplée par une multiplicité des points de vue, qui elle-même est tout sauf limitative. Il peut par contre se demander avec insistance ou angoisse si les notions de pouvoir et de droit (qu’il ne faut pas confondre avec la légalité ou la conformité à une constitution) ne s’excluent pas mutuellement, car aucune des figures du pouvoir qui apparaissent ici n’a le Droit pour elle, il suffit de rappeler, entre autres, l’arbitraire dépeint par La Fontaine, les manipulations du Grand Inquisiteur, les insuffisances d’Elisabeth reine d’Angleterre, le fait que Napoléon 1er s’est porté au pouvoir par un coup d’Etat. En fin de compte, le dernier mot revient à la grande ombre de Machiavel : le pouvoir échappe intrinsèquement à la morale ; tout ce que l’on peut en espérer, c’est un exercice juste, raisonné, fondé sur la valeur personnelle du chef, la virtù qui n’est pas synonyme de vertu.

Auteur

Université d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable