Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture dans la littérature

 | 
Arlette Bouloumié

De l’imposture littéraire à la posture métaphysique : L’homme qui plantait des arbres de Jean Giono

Jean Arrouye

Texte intégral

  • 1 Jean Giono, L’homme qui plantait des arbres, Œuvres romanesques complètes, tome V, Paris, Gallimard (...)

1L’homme qui plantait des arbres1 de Jean Giono est un exemple d’imposture littéraire réussie. Même si elle n’a pas été conçue par l’écrivain comme une action délibérée de tromperie, sa conduite à l’égard des commanditaires de cette œuvre correspond à la définition que donne de l’imposture Le petit Larousse illustré de 2007 : « Procédé de quelqu’un qui cherche à tromper par de fausses apparences ou des affirmations mensongères, notamment en (...) présentant une œuvre pour ce qu’elle n’est pas ».

  • 2 Dates inscrites en fin du manuscrit conservé. Cf. Notice de Pierre Citron. In Œuvres romanesques co (...)

2C’est à la fin de 1952 ou au début de 1953 que Giono reçut de la revue The Reader’s Digest la commande d’un texte pouvant entrer dans sa série « Le personnage le plus inoubliable que j’ai rencontré » (The Most Unforgettable Character I’ve met). Chaque auteur y présentait un personnage exemplaire dont la vie édifiante illustrait la façon dont l’initiative privée pouvait fonder la réussite personnelle ou initier une activité utile à la société. Jean Giono écrivit son texte les 24 et 25 février 19532.

3Le début du texte, très moralisateur, ce qui est tout à fait inhabituel chez Giono, indique que, l’écrivant, celui-ci se conformait aux attentes de ses commanditaires.

  • 3 Pour éviter de trop nombreux renvois en note nous indiquons entre parenthèses, après les citations, (...)

Pour que le caractère d’un être humain dévoile des qualités vraiment exceptionnelles, il faut avoir la bonne fortune de pouvoir observer son action pendant de longues années. Si cette action est dépouillée de tout égoïsme, si l’idée qui la dirige est d’une générosité sans exemple, s’il est absolument certain qu’elle n’a cherché de récompense nulle part et qu’au surplus elle ait laissé sur le monde des marques visibles, on est alors, sans risque d’erreur devant un caractère inoubliable3 (V, 758).

4Il semble aussi attester que Giono a été durablement témoin de l’action du personnage dont il va parler. De fait, dès le paragraphe suivant, on est en plein récit biographique :

Il y a environ une quarantaine d’années, je faisais une longue course à pied, sur des hauteurs absolument inconnues des touristes, dans cette vieille région des Alpes qui pénètre en Provence (V, 755).

5C’est au cours de cette randonnée que, dit Giono, il fit la connaissance d’un berger du nom d’Elzéard Bouffier installé dans des « déserts » (V, 757), qui passait ses journées à planter des glands qu’il avait d’abord soigneusement sélectionnés pour qu’ils ne soient ni trop petits ni « fendillés » (V, 759), les enfouissant dans un trou qu’il fait avec sa canne qui est « une tringle de fer grosse comme le pouce et longue d’environ un mètre cinquante » (V, 750), trou qu’il rebouche ensuite.

6Cette rencontre a lieu en 1913 et Giono apprend qu’Elzéard Bouffier plante des glands depuis trois ans. Il revient dans le pays après la guerre, et constate, avec étonnement, que « les chênes de 1910 avaient alors dix ans et étaient plus grands que » lui-même et Elzéard Bouffier. Celui-ci, qui avait cinquante-cinq ans en 1913, n’a pas été mobilisé et a continué à planter des chênes. Il le fera sans discontinuer, « ignorant la guerre de 39 comme il avait ignoré celle de 14 » (V, 765), jusqu’en 1945 où, à l’âge de quatre-vingt-sept ans il se retire à l’hospice de Banon, ayant fait surgir une immense forêt qui transforme le pays. « A partir de 1920, écrit Giono, je ne suis jamais resté plus d’un an sans rendre visite à Elzéard Bouffier. Je ne l’ai jamais vu fléchir ni douter » (V, 763). Giono se donne ainsi pour témoin direct et constant de l’entreprise d’Elzéard Bouffier, dont il est devenu au cours des ans l’ami. Celui-ci n’a jamais quitté la région de haute Provence où il s’est installé et qu’il a profondément transformée.

7En effet quand Giono y arrive, il la trouve « d’une désolation sans exemple. Je campais, raconte-t-il, auprès d’un squelette de village (Vergons) abandonné, (... de) cinq à six maisons sans toitures, rongées de vent et de pluie ». « Toute vie avait disparu » (V, 758) car il n’y avait plus d’eau. Quarante ans plus tard,

Sur l’emplacement des ruines que j’avais vues en 1913 s’élèvent maintenant des fermes propres, bien crépies, qui dénotent une vie heureuse et confortable. Les vieilles sources, alimentées par les pluies et les neiges que retiennent les forêts, se sont remises à couler. On en a canalisé les eaux (...) plus de dix mille personnes doivent leur bonheur à Elzéard Bouffier (V, 766).

  • 4 Dans son œuvre romanesque Giono emprunte volontiers le nom d’un lieu réel pour l’attribuer à un end (...)
  • 5 Robert Ricatte, Notice de : Une aventure ou la foudre et le sommet, Œuvres romanesques complètes, t (...)

8Telle est l’édifiante histoire de l’homme qui plantait des arbres. Ou plutôt telle est l’histoire qui eût été édifiante si elle n’avait été toute entière le produit de l’imagination de Giono. Le Reader’s Digest, soucieux d’offrir à ses lecteurs des exemples de véritables héros de notre temps, vérifiait les histoires qu’on lui proposait. Un enquêteur se rendit à Banon où nul n’avait entendu parler d’Elzéard Bouffier et à Vergons, qui est dans le Var et non au nord de la montagne de Lure, dans le voisinage du Ventoux, comme dans le récit de Giono4, où il ne trouva pas de forêt. Il vint donc voir Giono qui, aimant s’abandonner dans la vie quotidienne comme en littérature au « pouvoir magique du mensonge », ainsi que dit Robert Ricatte5, lui expliqua que le Vergons qu’il avait décrit était la synthèse de plusieurs villages et qu’Elzéard Bouffier avait existé à une époque plus ancienne que celle où il l’avait fait vivre ; il ne l’avait pas en effet connu lui-même ; mais il lui indiqua plusieurs personnes qui pouvaient lui en parler. L’enquêteur ne trouva naturellement nulle confirmation de l’existence du mirifique planteur d’arbres, ce qui entraîna l’envoi par le Reader’s Digest d’une lettre indignée à l’écrivain. Sa fille Aline raconte la chose en ces termes :

Un beau jour mon père descendit de son bureau, traversa la salle à manger où je travaillais et alla trouver ma mère dans sa cuisine. Son visage reflétait la stupéfaction. Il venait de recevoir une deuxième lettre du Reader’s Digest, d’un ton bien différent de la première (qui lui demandait un texte) : on y traitait mon père d’imposteur, et dans un mouvement de vertueuse indignation, on lui renvoyait son texte en précisant qu’on ne pouvait le publier (...)

  • 6 Aline Giono, « Histoire d’Elzéard Bouffier », Bulletin de l’Association des Amis de Jean Giono 5, o (...)

Mon père trouvait la situation cocasse, mais ce qui dominait en lui à l’époque, je me le rappelle fort bien, c’est la surprise qu’il puisse exister des gens assez sots pour demander à un écrivain, donc inventeur professionnel, quel était le personnage le plus extraordinaire qu’il ait rencontré, et pour ne pas comprendre que ce personnage était forcément sorti de son imagination6.

  • 7 Mary Pope Osborne, American Tall Tales, New York, Toronto, Londres, Auckland, Sidney, Scholastic In (...)

9La stupéfaction de Jean Giono avait sans doute une autre raison. Que les responsables de la série des personnages inoubliables de la revue américaine n’aient pas reconnu dans l’homme qui plantait des arbres une variation sur l’histoire de leur héros national John Chapman, né dans le Massachusetts dans les dernières années du xviiie siècle et mort en 1855, devenu inoubliable sous le nom de Johnny Appleseed, Jeannot Pépin-de-Pomme, pour avoir pendant quarante ans, – le temps qu’Elzéard Bouffier passe à planter les glands est comparable, trente-six ans, de 1910 à 1945 – distribué des pépins de pommes aux pionniers de la vallée de l’Ohio, de l’Indiana et de l’Illinois et avoir ainsi contribué à changer en vergers la région qui s’étend de l’Ohio au lac Michigan7. Le conte de Giono possède pourtant les caractères opposés et complémentaires caractéristiques du tall tale, du conte emphatique, le réalisme géographique et le grandissement de l’action du héros. Avec un peu plus de discernement les commanditaires américains du texte de Giono auraient pu conclure au sens de l’humour – et à la désinvolture, sans doute – du romancier provençal et le juger coupable d’une practical joke, d’une farce, plutôt que d’imposture.

  • 8 Aline Giono, op. cit.
  • 9 On en trouvera la reproduction avec les légendes écrites de la main de Giono, rattachant les person (...)

10Cependant l’imposture de Giono, ou sa malice, comme préfère dire Aline Giono8, ne s’arrêta pas là. Le texte refusé par le Reader’s Digest, fut publié par Vogue, dans son édition américaine, le 25 mars 1954, sous le beau titre de The Man who planted Hope and grew Happiness, L’homme qui plantait l’espoir et faisait croître le bonheur et connut ensuite une diffusion abondante sous des formes diverses, publications dans des revues, brochures ou petits livres, dans de multiples pays. Et presque toujours il fut présenté ou reçu comme une histoire véritable. De sorte que, en 1968, les éditions Urachhaus de Stuttgart sollicitèrent l’autorisation d’inclure l’histoire d’Elzéard Bouffier dans un recueil de biographies de personnages réels et demandèrent à Giono une photographie du planteur d’arbres. Giono, qui venait d’acquérir chez un brocanteur un lot de clichés représentant des personnes posant dans un studio de photographe, dont il s’amusa à faire correspondre quelques-unes avec les personnages de son roman Les âmes fortes9, envoya celle d’un homme aux cheveux blancs, en paletot, gilet et nœud papillon noirs sur chemise blanche à col cassé, dignement assis dans un fauteuil, et qui, d’une certaine façon, ressemble à la fameuse statue d’Abraham Lincoln de Daniel Chester French à l’Abraham Lincoln Memorial de Washington, et il inscrivit sur la lettre qu’il avait reçue des éditeurs : « J’ai donné une photo de ce personnage inventé », soulignant narquoisement les termes « une photo » et « inventé », constitutifs, si l’on s’en tient à l’opinion habituelle qui fait de la photographie une copie conforme du réel, d’un bel oxymore. Mais cet oxymore ne correspond-il pas à l’ambition du romancier qui est de constituer un monde imaginaire qui puisse rivaliser avec le monde réel ? Quoi qu’il en soit, la photographie envoyée par Giono parut avec son texte dans le recueil intitulé Im Zeichen der Menschlichkeit, Sous le signe de l’humain, à la satisfaction des deux parties.

11Aujourd’hui L’homme qui plantait des arbres est l’un des textes les plus répandus de Jean Giono. On le trouve en vente, par exemple, dans les magasins des jardins historiques, des arboretums et des parcs naturels aux Etats-Unis, alors que l’on ne trouve généralement aucun roman de Giono dans les librairies des chaînes Borders ou Barnes and Noble, et la plupart des acheteurs, ainsi que nombre des vendeurs, considèrent ce texte comme véridique, à l’instar des œuvres de Thoreau avec lesquelles il voisine. C’est que sans doute il correspond à quelque désir collectif, que le désintéressement existe ou que l’obstination solitaire puisse faire reculer le malheur – dans ce cas la désertification d’une terre autrefois généreuse, ce qui est de plus en plus un sujet de préoccupation générale. Ainsi Elzéard Bouffier n’en a pas fini d’être pris pour un être vrai ni l’imposture de L’homme qui plantait des arbres de faire florès.

12L’imposture première, la liberté prise par rapport à la vérité générale, qui consiste à laisser croire en l’existence du personnage principal d’une histoire inventée et en la possibilité de son aventure exceptionnelle, entraîne d’autres impostures, libertés prises par rapport à la vérité particulière des faits rapportés, car l’extraordinaire de l’exploit accompli s’accommode mal des circonstances ordinaires de la vie, et il faut donc aménager celles-ci.

13Ainsi, d’abord, est agrandi le lieu où Elzéard Bouffier accomplit son haut fait. Il a agi seul pendant un temps fort long, ce qui suppose un lieu éloigné des régions habitées et de grande étendue, puisque les derniers temps Elzéard Bouffier plante ses arbres à plus de trente kilomètres de l’endroit où il a commencé à le faire (V, 765). Apparemment Giono situe ce lieu très précisément :

Cette région est délimitée au sud-est et au sud par le cours moyen de la Durance, entre Sisteron et Mirabeau ; au nord, par le cours supérieur de la Drôme, depuis sa source jusqu’à Die ; à l’ouest par les plaines du Comtat Venaissin et les contreforts du mont Ventoux. Elle comprend toute la partie nord du département des Basses-Alpes, le sud de la Drôme et une petite enclave du Vaucluse.

14Mais en fait il le démesure. Juste avant de rencontrer Elzéard Bouffier, il déclare : « après trois jours de marche, je me trouvai dans une désolation sans exemple » (V, 757), sans plus d’eau à boire, ce qui implique qu’il n’a rencontré âme qui vive ni lieu habité depuis ces trois jours. De plus il est loin d’être sorti de « ces déserts, des landes nues et monotones » qu’il traverse, puisque, dit-il, il décide de passer la nuit chez le berger parce que « le village le plus proche était encore à plus d’une journée et demie de marche » (V, 759). Or, non seulement il n’existe nulle part en Provence de région qui soit inhabitée sur une si vaste étendue, mais il n’y a pas non plus de ferme ou de bergerie qui soit à plus d’une journée et demie de marche d’un village.

15Il en est de même pour le décompte de l’enfouissement des glands. Giono assiste à la sélection et à la préparation des glands qu’Elzéard Bouffier va planter pendant la première journée qu’ils passent ensemble. Il y en a cent et le berger lui explique que « depuis trois ans (...) il en avait planté cent mille. Sur ces cent mille, vingt mille étaient sortis. Sur ces vingt mille, il comptait encore en perdre la moitié (…) Restaient dix mille chênes qui allaient pousser dans cet endroit où il n’y avait rien auparavant » (V, 760). Cent mille glands plantés en trois ans, cela fait trente-trois mille trois cent trente-trois par an et à cent par jours, trois cent trente-trois jours par an passés à planter. Ce qui ne laisse que trente-deux jours pour se procurer ce nombre énorme de glands (qu’on se représente le temps nécessaire à les ramasser et la fatigue de cette récolte courbé en deux), qu’il faut nécessairement aller chercher loin, puisqu’on est dans des « déserts » étendus (V, 757). Giono ne dit mot de la possibilité – ou plutôt de l’impossibilité – de cette récolte des glands à planter. Imposture par omission, complémentaire de l’imposture par affirmation de l’existence de la forêt.

16La difficulté de considérer comme faisable l’entreprise attribuée au berger solitaire s’accroît avec le temps. Il continue à la même cadence et en 1933, alors qu’il a soixante-quinze ans, « il allait planter des hêtres à douze kilomètres de sa maison » (V, 763) et, en 1939, à plus de quatre-vingts ans, donc, « il était à trente kilomètres de là (le lieu de ses premières plantations), continuant paisiblement sa besogne » (V, 765). Si l’on ajoute qu’il s’est mis aussi à planter des hêtres qu’il fait pousser d’abord dans une pépinière aménagée près de sa maison (V, 761), des bouleaux (V, 762) et, un temps, des érables, on voit bien que le récit de Giono n’est pas crédible pour raison d’impossibilité temporelle. Une simple analyse interne eût pu convaincre les responsables du Reader’s Digest de l’invraisemblance de l’histoire que Giono leur offrait.

17Mais il est deux autres raisons qui s’opposent plus radicalement à ce que l’entreprise d’Elzéard Bouffier soit possible.

18La première est la sécheresse. Au début de son récit, Giono insiste sur l’absence absolue d’eau dans le pays, excepté celle qu’Elzéard Bouffier tire « d’un trou naturel, très profond, au-dessus duquel il avait installé un treuil rudimentaire » (V, 728). Revenu en 1920, admirant « les chênes de 1910 (... qui) étaient plus hauts que (lui) » et « les hêtres qui (lui) arrivaient aux épaules », il s’émerveille de voir « couler de l’eau dans des ruisseaux qui, de mémoire d’homme avaient toujours été à sec » (V, 762). C’est donc la forêt qui a changé le climat, comme cela est encore dit dans le tableau final du pays régénéré et recolonisé, quand il parle des « vieilles sources, alimentées par les pluies et les neiges que retiennent les forêts, [qui] se sont remises à couler » (V, 766). Comment les glands ont-ils donc pu germer et les arbres pousser dans un pays qui était sans eau ?

19La seconde est encore plus rédhibitoire. Le pays où le berger élève une « trentaine de moutons » (V, 758) puis « une centaine de ruches » (V, 762) – en Provence un apiculteur est appelé berger d’abeilles – est fait de « landes nues et monotones (... où ne) pouss(ent) que des lavandes sauvages » (V, 757) et des « herbes ligneuses » (V, 758). Cela peut suffire peut-être pour les moutons et les abeilles, mais ne permet pas que des chênes croissent, car les variétés de chênes de Provence ne peuvent pousser qu’à l’ombre, soit de chênes déjà établis, soit de plantes pionnières, arbustes de la garrigue, ou pins le plus souvent, qu’ensuite, en se développant, ils étoufferont. Hors d’une telle série progressive, ainsi que disent les botanistes, point de possibilité de voir se développer une forêt de chênes.

  • 10 André Jolles, Formes simples, Paris, Seuil, 1972.

20Giono savait-il cela ? Peu importe. L’on a vu qu’il se souciait fort peu de la vraisemblance. Une invraisemblance de plus ne change donc rien à l’affaire qui est de conter une histoire qui provoque l’étonnement et l’admiration par son extraordinaire : un tiers de siècle consacré à la même activité, un million deux cent mille glands plantés, une forêt de plus de onze kilomètres de long » (V, 762) et de beaucoup plus de trente kilomètres de profondeur (car c’était là sa longueur en 1920 et sa profondeur en 1939 et Elzéard Bouffier continue son œuvre « imperturbablement » (V, 762) jusqu’en 1945), cela accompli « sans moyens techniques » (V, 762) par « un homme seul, réduit à ses simples ressources physiques et morales » (V, 766). Le caractère extraordinaire de l’action d’Elzéard Bouffier établi, ou plutôt filé, comme on file une métaphore, ses diverses implications découvertes successivement, absorbe l’attention du lecteur et fait qu’à première lecture il ne s’aperçoit pas des inconséquences particulières de l’histoire qui lui est contée, d’autant plus qu’au fur et à mesure de son avancement l’extraordinaire s’accroît. La surenchère produit un effet de sidération qui suspend momentanément la réflexion critique. La fin de l’histoire montre clairement ce procédé à l’œuvre. Giono commence par décrire la résurrection de Vergons. « On avait déblayé les ruines, abattu les pans de murs délabrés et reconstruit cinq maisons. Le hameau comptait désormais vingt-huit habitants dans quatre jeunes ménages (...). C’était désormais un endroit que l’on avait envie d’habiter » (V, 766). Ce pourrait être la conclusion de l’histoire d’Elzéard Bouffier : victoire sur la désertification du pays et son abandon. Mais le récit rebondit. Giono projette son lecteur huit ans plus tard et les conséquences heureuses sont multipliées : « Les villages se sont reconstruits peu à peu. Une population venue des plaines (...) s’est fixée dans le pays y apportant de la jeunesse, du mouvement, de l’esprit d’aventure (...) plus de dix mille personnes doivent leur bonheur à Elzéard Bouffier » (V, 766). Ce procédé de l’exagération continue est propre à la galéjade et au tall tale, ces formes simples de la littérature populaire qui font de l’imposture leur ressort10.

21Elzéard Bouffier n’est pas le seul homme qui plante des arbres dans l’œuvre de Giono. La première apparition d’un tel personnage s’effectue, avant 1925, dans la chronique manosquine disparate de Sur un galet de la mer où l’on trouve, parmi d’autres, le bref portrait d’un original qui « a commencé sa vie comme matelot sur un bateau marchand qui allait en Chine » puis se fit commerçant et devint millionnaire :

  • 11 Jean Giono, Récits et Essais, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1988.

Il a cédé son commerce. Les après-midi de beau temps, il achète un cigare de trois sous. Il le partage en deux et en garde la moitié pour le soir. Puis il va, la poche pleine de glands planter des chênes dans la colline. « Elles sont trop déboisées », dit-il11 (R et E, 858).

22La seconde se produit en 1930 dans Manosque des Plateaux :

J’ai connu un vaillant homme. Il était sec, il était dur, mais il était vaillant. Il était de ceux-là qui se durcissent la peau à force parce que leur cœur est comme une bulle bleue trop sensible. Il partait dans la colline avec des glands dans la poche de son gilet, une petite houe dans la poche de sa veste. Il s’en allait, pour son plaisir, planter des chênes. On lui doit, à ma connaissance, trois sources nouvelles et plus de cent buissons d’ombre dans les collines (R et E, 56).

23Les deux personnages sont manosquins et rien n’interdit de penser, si l’on veut accorder foi au témoignage de Giono, qu’il s’agit de deux évocations de la même personne. Mais dans le second cas on voit l’imagination l’emporter sur le vraisemblable. Les « sources nouvelles » et les « cent bassins d’ombre dans les collines » sont déjà la promesse des ruisseaux et de la forêt fabuleuse nés de l’initiative d’Elzéard Bouffier.

24Dans Les vraies richesses, en 1936, Giono range l’action de planter des glands au nombre des « gestes premiers », « ces choses si assurément bonnes et franches », qui sont « toujours un geste fait par un homme seul, ou une femme. Des êtres têtus et timides » (R et E, 195) :

Le geste machinal de s’en aller à l’automne dans les hautes collines molles de pluie comme à la promenade, et puis à tous les endroits de terre tendre on jette un gland et on l’enfonce d’un coup de talon, et ça fera un chêne dans deux cents ans, et parfois dans une après-midi on jette comme ça sur la terre cinq cents glands sur les collines, dans les vallons, tout le long de la route qu’on fait à travers la terre communale (sans propriétaire, mais qui appartient à tous) (R et E, 195).

  • 12 Jean Giono, Le hussard sur le toit, Œuvres romanesques complètes, tome IV.

25L’on pourrait encore penser qu’il ne s’agit là que de l’évocation de l’homme de Manosque et d’autres gens qui firent les premiers certains « gestes » utiles, celui « de faire des jarres et des pots avec des torillons de paille tressés avec de l’osier », ou celui « de joindre un nouveau couteau plat au premier couteau de la charrue » (E et R, 195) qui transformèrent la vie de leurs contemporains, si, dans Le hussard sur le toit12, écrit entre 1945 et 1951, l’on ne voyait Angelo, se surprenant à utiliser des « gros mots », tel le mot « patriote », qui confèrent à la réalité de sa conduite une emphase trompeuse, se demander :

Es-tu plus patriote (...) que le berger Lombard qui se distrait en plantant des glands du bout de son bâton pendant qu’il garde ses moutons sur les plateaux déserts ? (IV, 422).

26Plus de millionnaire manosquin, déclaré ou supputable, cette fois-ci, mais un berger gardant ses moutons sur des plateaux déserts comme ce sera le cas pour Elzéard Bouffier dont l’histoire est écrite en 1953. Ainsi d’un texte à l’autre on assiste à la détermination progressive, à la mise au point de plus en plus circonstanciée et plausible, du personnage le plus extraordinaire que Giono eût pu rencontrer.

27Le dernier rejeton de cette lignée littéraire de planteurs d’arbres n’est autre que le père de Giono. Ayant, dans une des chroniques qu’il écrivait pour des journaux, opposé les plaisirs que peuvent procurer une action comme celle de planter des arbres (il parle de lui-même plantant des peupliers et des trembles dans son jardin) et celle ensuite de jouir de la rumeur du vent dans leur feuillage aux distractions que procure la vie moderne, préoccupée de technique et de vitesse, et un lecteur ayant objecté que pour planter des arbres il fallait posséder de la terre, ce qui était loin d’être le cas du plus grand nombre, Giono lui répond dans une chronique parue le 2 novembre 1962 ans Le Dauphiné libéré en décrivant la pauvreté de sa famille dans sa jeunesse et en donnant en exemple son père et lui-même :

  • 13 Jean Giono, Les terrasses de l’île d’Elbe, Paris, Gallimard, 1976, p. 36.

Nous n’avions pas de terre, pas de sous pour acheter des arbres à planter, et nous plantions joyeusement des arbres. Je dis nous, car j’avais six ou sept ans et j’accompagnais mon père dans ses promenades. Il portait dans sa poche un petit sac qui contenait des glands. Les glands sont gratuits sous les chênes. Il avait une canne à bout ferré ; on peut dire qu’elles sont gratuites aussi, il y en a dans toutes les familles. Le reste était une affaire de jarrets. À certains endroits des collines, sur quelques replats, devant une belle vue, dans des vallons près des fontaines, mon père faisait un trou avec sa canne et enterrait un gland, ou deux, ou trois, ou cinq, ou plus, disposés en bosquets, en carrés ou en quinconces. C’était une joie sans égale : joie de le faire, joie d’imaginer la suite que la nature allait donner à ces gestes simples. Tout en continuant ces sortes de plantations nouvelles nous allions visiter celles des années précédentes. Les glands plantés dans ces conditions donnent naissance à des chênes une fois sur dix ; c’est une belle proportion13.

28C’est la proportion de réussite attribuée, aussi, à Elzéard Bouffier. Et Giono, selon le même processus d’accréditation progressive de ses propos qu’il utilise – plus longuement – dans L’homme qui plantait des arbres, ajoute, quelques lignes plus bas :

  • 14 Id., p. 37.

Il y a plus de cinquante ans de cela. Naguère encore, dans mes promenades calquées sur celles que je faisais enfant avec mon père, j’ai rencontré plus de vingt chênes qui sont mes demi-frères, puisque fils de mon père et de la terre (comme dans Eschyle). Ils ont bien vingt centimètres de diamètre de plus que moi et ils me dominent de plus de vingt mètres. Je suis très fier d’eux14.

29Il a été suffisamment donné d’exemples, par les amis de l’écrivain (notamment par Pierre Citron dans le n° 5 du Bulletin de l’Association des Amis de Jean Giono) ou par ses filles lors des rencontres Giono ou des colloques consacrés à l’œuvre de leur père, de la façon dont celui-ci accommodait toujours la réalité aux besoins de la conversation ou de la discussion en cours pour que l’on puisse penser que ces souvenirs autobiographiques sont nés du besoin d’une réponse argumentée et convaincante au correspondant qui doutait de la possibilité de trouver le bonheur à peu de frais. Sinon il faudrait croire aussi au « millionnaire » planteur de Sur un galet de la mer et au « vaillant homme sec » de Manosque des plateaux et en conclure que planter des glands était un divertissement répandu à Manosque. L’histoire de L’homme qui plantait des arbres serait alors l’extrapolation imaginaire d’une pratique réelle. Le choix est entre un usage particulier ou généralisé de l’imposture.

  • 15 Jean Giono, Un roi sans divertissement, Œuvres romanesques complètes, tome III, 1974.

30Le plus étonnant dans L’homme qui plantait des arbres, une fois que le témoignage fictif est ramené à une histoire inventée de toutes pièces, est que Giono ait pu écrire en 1953 une telle histoire, apparemment si optimiste, puisque décrivant la régénération d’un pays grâce à la ténacité d’un personnage qui a tout d’un « héros positif », au sens où une certaine littérature aimait en créer à l’époque, alors qu’en 1946 il avait écrit Un roi sans divertissement, qui propose une image désespérée et désespérante de l’homme15, que de 1945 à 1951 il est engagé dans la rédaction du Hussard sur le toit où, à l’épreuve du choléra, l’humanité se révèle cruelle et couarde, et qu’en 1954 il écrira L’Ecossais ou la fin des héros, qui se termine ainsi :

Dans cent ans, il n’y aura plus de héros.

  • 16 Jean Giono, Les récits de la demi-brigade, œuvres romanesques complètes, tome V, 1980.

Ma voix n’exprimait aucun regret16 (V, 120)

31Or, cent ans après que le capitaine Langlois a fait cette déclaration péremptoire, c’est l’époque où la forêt plantée par Elzéard Bouffier s’épanouit, où le pays qu’il a régénéré se repeuple, où il paraît le héros d’une aventure heureuse. Giono exprimerait-il, lui, par l’histoire de L’homme qui plantait des arbres, le regret que les temps modernes soient le temps du désespoir et de la dilapidation des grandes ambitions dont ses romans témoignent symboliquement ?

  • 17 Jean Giono, Le déserteur, Œuvres romanesques complètes, tome V.
  • 18 Jean Giono, Noé, Œuvres romanesques complètes, tome III.

32Ce serait négliger le fait qu’Elzéard Bouffier, œuvrant « dans une solitude totale », n’agit que pour lui-même. Il ne se préoccupe nullement de la société, s’en tient constamment à l’écart au point que « vers la fin de sa vie, il avait perdu l’habitude de parler. Ou, peut-être, n’en voyait-il pas la nécessité ? » (V, 763). La correction est significative. Elzéard Bouffier n’est pas un altruiste. C’est un déserteur, comme Charles-Frédéric Brun, dont dix ans plus tard, Giono imaginera aussi la vie17.Comme l’œuvre de ce dernier qui semble satisfaire pendant des années les aspirations de l’âme des habitants de Haute-Nendaz et des villages environnants, celle d’Elzéard Bouffier ne paraît le résultat d’une « obstination dans la générosité la plus magnifique » (V, 763) que par une méprise sur sa motivation réelle, égotiste, qui est de lutter contre l’ennui, ce mal qui taraude tous les personnages gioniens, en s’assignant une tâche inachevable. C’est ce que comprend bien le capitaine forestier ami de Giono lorsqu’il juge : « Il en sait beaucoup plus que tout le monde. Il a trouvé un fameux moyen d’être heureux ! » (V, 764). L’homme qui plantait des arbres n’est donc pas un texte de signification opposée à celle des autres œuvres de Giono de la même époque. Il traite du même problème métaphysique : comment donner sens à une vie qui débouche sur le néant et comment la faire échapper à l’ennui ? La « générosité » apparente d’Elzéard Bouffier se confond en fait avec l’avarice, au sens que Giono donne à ce mot, qui est un effort constamment maintenu pour rester maître de soi et se donner une raison de vivre, lorsque dans Noé il parle de « la prodigieuse avarice » du Charlemagne de la vallée de l’Ouvèze qui « avait même ramassé autour de lui le ruissellement des eaux » (III, 671)18 ce que, mutatis mutandis, fait aussi Elzéard Bouffier.

  • 19 Jean Giono, L’iris de Suse, id., tome VI.

33Comme tant de personnages des romans de Giono, Elzéard Bouffier a eu deux vies. Dans la première « il avait possédé une ferme dans les plaines. Il y avait réalisé sa vie. Il avait perdu son fils unique, puis sa femme » (V, 760). Ce n’est que pour la deuxième qu’il se réfugie dans les hauteurs, comme le Langlois d’Un roi sans divertissement ou Tringlot dans L’iris de Suse19. Angelo aussi marche vers des hauteurs symboliques d’une tentative de domination de l’aporie de l’existence. De sorte que, plutôt que l’histoire d’un recommencement du monde, L’homme qui plantait des arbres – le titre dit bien que c’est l’histoire d’un individu et non un chapitre d’histoire sociale – raconte un renoncement au monde. Quand, à la fin du récit, Vergons se repeuple, la forêt qu’a plantée Elzéard Bouffier met plus de trente kilomètres de bois épais entre lui et la société.

  • 20 Jean Giono, Le bonheur fou, id., tome IV.

34L’imposture du récit exemplairement optimiste que l’on croit lire au premier abord du texte de Giono n’est donc que le masque provisoire d’une autre histoire qui propose une solution médiocre (in mediocritate virtus) au problème, commun à Langlois, Angelo et Elzéard Bouffier, de la lutte contre l’ennui. Langlois choisit d’affronter lucidement ce « loup le plus horrible » qu’est l’ennui, ainsi que dit Giono dans Le déserteur (VI, 237) et se fait sauter la tête. Angelo tente de l’oublier dans l’exaltation héroïque, mais son idéalisme (ou son dilettantisme ?) le mène également à la mort dans Le bonheur fou.20 Elzéard Bouffier seul trouve un modus vivendi dans l’exécution indéfiniment répétée d’un « geste machinal » (R et E, 195).

  • 21 Ce sont les termes de la définition de l’imposture dans l’édition de l’édition cette fois-ci de 195 (...)
  • 22 Jean Giono, Les terrasses de l’île d’Elbe, op. cit., p. 25-33.

35L’on peut penser que Giono a délibérément construit un récit qui, dans le mouvement même de l’avancée de l’histoire qu’il rapporte, fait découvrir l’impossibilité de son occurrence en raison des invraisemblances qui marquent l’action de son héros. Ainsi, l’imposture découverte, le récit ne peut plus passer pour chronique de l’action d’un personnage réel, mais doit se lire comme un apologue sur les conditions de possibilité de trouver un moyen de rester attaché à la vie dans un monde hostile. Dans un apologue ce ne sont pas les circonstances des actions qui comptent mais la nature de ces actions et leurs effets. Que l’on songe à Zadig ou à Candide. Mais pourquoi donc alors présenter l’histoire comme réelle, s’en faire le témoin, organiser ce faire-semblant volontairement inefficace ? Pour que, Elzéard Bouffier reconnu comme membre de la cohorte des personnages gioniens qui se battent contre eux-mêmes et contre le destin, sa conduite soit appréciée à la lumière crue du jugement de véridicité ou d’imposture. Il apparaît alors que les personnages d’exception – ou qui se croient d’exception ? – que sont Langlois et Angelo sont coupables d’imposture, non pas tant qu’ils cherchent à tromper ceux qui les observent, mais parce qu’ils tentent d’en imposer à eux-mêmes. Langlois par des « mensonges », feignant de croire que le mariage et le divertissement de la sensualité pouvaient remédier à ses angoisses métaphysiques ; Angelo en « cherch[ant] à se faire passer pour un grand personnage21 », en accordant à ses actes plus d’importance qu’ils n’en ont vraiment – c’est au moment même où il prend conscience de la chose, songeant à son duel avec le baron Schwarz, qu’il se compare au berger lombard plantant des glands (IV, 922). Pour Giono qui pense, ainsi qu’il l’écrit dans la chronique à laquelle fait suite celle où il fait de son père un planteur d’arbres, que la jouissance de la rumeur du vent dans les arbres est plus importante pour le bonheur de l’homme que la découverte de la loi de la relativité qui régit l’univers22, seuls les « gestes premiers », d’action immédiate sur le monde dans lequel il vit, peuvent aider l’homme à vivre sereinement sa vie jusqu’à son extrémité dernière. Voilà pourquoi le personnage principal d’une œuvre qui est une des impostures littéraires les plus réussies est, lui, un homme sans imposture.

Notes

1 Jean Giono, L’homme qui plantait des arbres, Œuvres romanesques complètes, tome V, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1980, p. 757-767.

2 Dates inscrites en fin du manuscrit conservé. Cf. Notice de Pierre Citron. In Œuvres romanesques complètes, tome V, op. cit., p. 1405.

3 Pour éviter de trop nombreux renvois en note nous indiquons entre parenthèses, après les citations, en chiffre romain, le tome des Œuvres romanesques complètes et, en chiffres arabes, la page.

4 Dans son œuvre romanesque Giono emprunte volontiers le nom d’un lieu réel pour l’attribuer à un endroit fréquenté par ses personnages.

5 Robert Ricatte, Notice de : Une aventure ou la foudre et le sommet, Œuvres romanesques complètes, tome V, op. cit., p. 1417. Sur le goût de Giono pour la fabulation, cf. CITRON Pierre, « Notes sur les “mensonges“ de Jean Giono », Bulletin de l’Association des Amis de Jean Giono 5, nov. 1975, p. 35-38.

6 Aline Giono, « Histoire d’Elzéard Bouffier », Bulletin de l’Association des Amis de Jean Giono 5, op. cit., p. 19-26.

7 Mary Pope Osborne, American Tall Tales, New York, Toronto, Londres, Auckland, Sidney, Scholastic Inc., 1992.

8 Aline Giono, op. cit.

9 On en trouvera la reproduction avec les légendes écrites de la main de Giono, rattachant les personnages représentés à ceux de son roman et caractérisant leur attitude en fonction de leur comportement dans celui-ci, dans STEPHANE Nelly, « Entre femme et loup. Les âmes fortes », Bulletin de l’Association des Amis de Jean Giono 5, op. cit.

10 André Jolles, Formes simples, Paris, Seuil, 1972.

11 Jean Giono, Récits et Essais, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1988.

12 Jean Giono, Le hussard sur le toit, Œuvres romanesques complètes, tome IV.

13 Jean Giono, Les terrasses de l’île d’Elbe, Paris, Gallimard, 1976, p. 36.

14 Id., p. 37.

15 Jean Giono, Un roi sans divertissement, Œuvres romanesques complètes, tome III, 1974.

16 Jean Giono, Les récits de la demi-brigade, œuvres romanesques complètes, tome V, 1980.

17 Jean Giono, Le déserteur, Œuvres romanesques complètes, tome V.

18 Jean Giono, Noé, Œuvres romanesques complètes, tome III.

19 Jean Giono, L’iris de Suse, id., tome VI.

20 Jean Giono, Le bonheur fou, id., tome IV.

21 Ce sont les termes de la définition de l’imposture dans l’édition de l’édition cette fois-ci de 1952 du Petit Larousse illustré.

22 Jean Giono, Les terrasses de l’île d’Elbe, op. cit., p. 25-33.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540