Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures insolites

 | 
Arlette Bouloumié

Genèse du bestiaire amoureux de Robert Desnos

Jacques Lardoux

Texte intégral

  • 1 Paul Eluard, Donner à voir, Gallimard, 1939, p. 73.

Le poète, lui, pense toujours à autre chose.
L'insolite lui est familier, la préméditation inconnue.
Paul Eluard1

  • 2 Romi, Histoire de l’insolite, Introduction de Philippe Soupault, Laffont, 1964.
  • 3 Robert Desnos, Œuvres, Quarto/ Gallimard, Edition Marie-Claire Dumas, 1999, p. 1330.
  • 4 Ibid., p. 1338.
  • 5 Gaston Bachelard, Lautréamont, Ed. José Corti, 1939-1970, p. 58.

1Au milieu du xixe siècle, Stendhal pouvait déjà annoncer le culte en poésie du bizarre et de l'insolite, lequel se vérifia avec Baudelaire dès l'oxymore Les Fleurs du mal. Philippe Soupault dans l’introduction à Histoire de l’insolite2, expliqua comment l’humain, malgré ses peurs, n’a pas cessé de communiquer avec la bête qui est en lui, pour le meilleur et pour le pire. L’insolite, à l’époque du surréalisme, était même devenu une mode. Avec Robert Desnos, expert de l'automatisme verbal et du compte rendu des rêves, la poésie en vint à correspondre à une rencontre entre l'insolite et la spontanéité de l'écriture. Les Chantefables de Desnos font souvent l'objet de récitations pour les élèves des écoles. Qui ne connaît : « Une fourmi de dix-huit mètres/ Avec un chapeau sur la tête, / ça n’existe pas, ça n’existe pas3 (…) » ou « Le capitaine Jonathan, / Etant âgé de dix-huit ans, / Capture un jour un pélican / Dans une île d’Extrême-Orient4 » ? Mais au-delà de ces comptines, il existe chez notre auteur un bestiaire amoureux des plus envoûtants parce que révélateur d’une « psychologie nouvelle décrivant une âme en formation, un langage en fleur (…) pour retourner aux impulsions vitales »5 comme le disait déjà Gaston Bachelard au sujet de Lautréamont. De fait, dès les premiers poèmes du jeune Desnos, il a tout de suite été question d’animaux. C’est principalement cette période de formation que nous voudrions suivre ici jusqu’au surréalisme. Dans cette aventure, le poète a reconnu les influences primordiales exercées sur lui à ces débuts par Les Champs magnétiques, Maldoror, Une Saison en enfer, Les Illuminations et une partie de l’œuvre d’Apollinaire. Autre influence, dans l’air du temps, celle du freudisme qui établissait une relation directe entre la parole poétique, la libido et le subconscient. Ainsi le bestiaire chez Desnos pourrait-il bien correspondre, désirs et fantasmes confondus, à une métaphore de l’amour…

Premiers poèmes (1915-1918)

2Dès 1915, on pouvait lire dans une ode nostalgique en alexandrins :

L’oiseau ne chante plus à l’ombre du rameau,

Le cerf ne vient plus boire à la fraîche fontaine,

Le lièvre a déserté le sinueux réseau

  • 6 Desnos, Œuvres, op. cit., p. 15.

Des taillis épineux dont il fit son domaine6

  • 7 Claude Maillard-Chary, Le Bestiaire des surréaliste, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1994, p. 26-2 (...)
  • 8 Desnos, Œuvres, op. cit. p. 16.
  • 9 Ibid., p. 21.

3L’oiseau, symbole de l’idéal poétique et amoureux, demeure l’animal le plus cité dans Le Bestiaire des surréalistes7. Pour autant « l'oiseau » n’apparaîtra dans le bestiaire de Desnos qu’en troisième position derrière « l’étoile de mer », « le cheval » et devant « le poisson » et « la sirène » - un bestiaire, on le remarque d’emblée dominé par les êtres aquatiques et proche de celui du Cortège d’Orphée d’Apollinaire. Un autre poème du jeune Robert "Casqué du heaume" faisait allusion à l’oiseau, symbole cette fois-ci de paix : « Car l’homme doit aimer son frère/ Comme l’oisel aime l’oisel8 ». En utilisant une forme ancienne, l'auteur commençait à se faire remarquer par son originalité, une manière qui ne le quittera plus. Un troisième poème de cette période racontait comment il était entré chez un quincaillier pour acheter « un piège à rat » tandis que le commis lisait… Francis Jammes9 ! L’écart entre la trivialité pratique de l’objet et l’occupation intellectuelle du vendeur provoquait l’insolite. À signaler pour l'anecdote que pendant sa jeunesse Desnos collabora un temps au journal Le Merle (du nom de son propriétaire) et qu’il fréquenta des boîtes de nuit parisiennes aux noms pittoresques comme La Jungle, Le Poisson d’or, Le Pélican, La Cigogne…

Prospectus, Le Fard des Argonautes, L’ode à Coco (1919)

4Prospectus célébra en octosyllabes rimés le premier anniversaire de la disparition d’Apollinaire et de Laurent Tailhade :

Elles sont mortes les abeilles

au cimetière des Lilas

Si vous voulez du chocolat

Mettez deux sous dans l’appareil

Il est mort notre Apollinaire

et mort aussi Laurent Tailhade

Cinq abeilles volent dans l’air

et les sirènes de naguère

  • 10 Ibid., p. 22-23.

pour moi s’abattent dans la rade10 (…)

  • 11 Ibid., p. 27.

5Les abeilles figuraient traditionnellement l’âme et le verbe poétique et on les trouvait parfois dessinées sur les tombeaux pour signifier la survie. Dans le texte ci-dessus, l’insolite naissait principalement de l'absence de ponctuation et surtout d’une juxtaposition inattendue entre un « cimetière » et un mode d’emploi pour appareil à chocolat - Apollinaire avait plus d'une fois procédé à des juxtapositions inattendues en s'inspirant par exemple des papiers collés de Braque et de Picasso. Très apollinarienne encore semblait cette autre allusion à la sirène dans deux alexandrins extraits du « Quatrain pour une dame israélite nouvelle accouchée » : « Je vois dans le futur ayant fées pour marraines/ Le fils de votre arcane étonner les sirènes11 » (les sirènes symbolisant comme on le sait l'idéal de la beauté fantastique tout autant que le rapport à la vie et à la mort).

6Dans « Poésie ! Ô lapsus » survenait un autre animal qui marque aussi le lien intime entre l'amour et la mort : le rossignol. Mais Desnos (dans ce poème également sans ponctuation) prenait le parti d'en rire, il n'hésitait pas à s'immiscer dans la narration et interpellait le lecteur :

L’explorateur c’est un rossignol s’assit

Il collectionne maintenant les coquillages

ce sont des tombeaux

Je me ferai si petit que je rentrerai dans l’un d’eux

Vous le jetterez à la mer mes amis

Mais si vous prenez le paquebot

  • 12 Desnos, Œuvres, op. cit., p. 30.

Gare à vous !12

  • 13 Inutile d’insister sur la référence animalière et enfantine du nom « dada » choisi par Tzara.

7À la manière de « Dada »13, mais selon une métrique toujours appliquée (6/8/6/8), voici maintenant un jeu de mots (facile) sur l’homophonie entre « poussin » (le petit de la poule) et le célèbre peintre français du xviie siècle :

Une poule a pondu

Sur les fauteuils de cuir et d’or

Mais nul coq du futur

  • 14 Desnos, Œuvres, op. cit. p. 25.

N’en sortira jamais Poussin14.

8Le Fard des Argonautes, composé en 1919 et publié seulement en 1930 dans Corps et biens, reprenait en alexandrins d'apparence néoclassique les légendes de la Toison d'or, d'Orphée et de Castor et Pollux. L’insolite y semblait parfois fantastique et macabre :

Mais Orphée sur la lyre attestait les augures ;

Corneilles et corbeaux hurlant rauques leur peine

De l’ombre de leur vol rayaient les sarcophages (…)

Castor baisait Pollux chastement attentif

  • 15 Ibid., p. 494.

A l’appel des alcyons amoureux dans la nue (…)15

  • 16 Ibid., p. 495.
  • 17 Ibid.

9Autre personnage de la mythologie grecque, Médée faisait son apparition : « - Médée tu charmeras ce dragon venimeux/ Et nous tiendrons le rang de ton bouc amoureux »16. Le bestiaire et l’ambiance des dionysies attestaient-ils un comportement amoureux assez chaotique de la part de Desnos ? Tel Maldoror, il animalisait ses désirs et son énergie devenait une esthétique. Toutefois l'originalité de son style grâce à l’afflux des couleurs semblait se renforcer dans ce qui suit, à moins qu'il ne s’agisse encore de l’influence parnassienne et symboliste : « Blancs oisons (…)/ Les cygnes languissants ont fui les requins bleus/ Et les perroquets verts ont crié dans les cieux »17.

10L’ode à Coco (1919), en alexandrins, constitua un autre type de parodie. Le bestiaire amoureux de Desnos s'y distinguait principalement par son caractère composite et dérisoire. Signe sans doute d'une certaine liberté de mœurs, en ces années folles, perroquets, zèbres, cacatoès, poules, canards, chimpanzés, animaux réputés plus ou moins extravagants, paraissaient dans l'ensemble devoir l’emporter sur des animaux plus sages ou plus terrifiants :

Coco ! perroquet vert de concierge podagre,

Sur un ventre juché, ses fielleux monologues

Excitant aux abois la colère du dogue,

  • 18 Ibid., p. 497.

Fait surgir un galop de zèbres et d'onagres18. (…)

Pénalités de l’enfer ou Nouvelles Hébrides (1922)

  • 19 Marie-Claire Dumas, Robert Desnos ou l’exploration des limites, Klincksieck, 1980, p. 35.
  • 20 Lettre de Desnos à Jacques Doucet du 22/10/ 1922.
  • 21 Desnos, Œuvres, op. cit., p. 68.

11En 1921 Desnos accomplit son service militaire au Maroc, il « gard(a) de ce séjour un souvenir ébloui19 ». Pénalités de l’enfer ou Nouvelles Hébrides date de 1922. Il s’agissait là « de l’écriture sincère d’une des histoires qu’il aimait échafauder et qui se mêl(ait) à la transcription des rêves qu’elle a pu provoquer »20. Dans « Le robinet lyrique », l’escargot de Bourgogne creusait sa tombe pendant que la bécasse transformait les vierges en confiture !21 Plus loin, les alexandrins pouvaient de nouveau évoquer Apollinaire, auteur de poèmes (et de contes) licencieux :

Les maréchaux ténors chamarrés de tempêtes

en chantant ont léché le sexe des statues

au festin des poissons ils sont morts d’une arête

  • 22 Ibid., p. 77-78.

qui traversa leur œil leur cœur et leur nombril22

  • 23 Ibid., p. 85-86
  • 24 Ibid., p. 88
  • 25 Ibid., p. 90.
  • 26 Ibid., p. 91.
  • 27 Ibid., p. 94.

12Mais bientôt les Sioux célèbreront par leurs chants les aigles et les vautours (les histoires d’indiens, de cow-boys et de gauchos connaissaient alors un réel succès dans les feuilletons ainsi qu’au cinéma muet). Le refrain « Enfonçons nos lances/ dans le flanc des juments brunes23 (…) » et nombre de couplets (« vaillant taureau que je renverse/ par les cornes / vaillant cheval sur les routes sans bornes ») manifestaient la tendance érotique sado-masochiste d’un jeune auteur de vingt-deux ans. La parodie possédait un caractère épique et les rimes s'apparentaient parfois à des calembours « je fus trappeur/ et les renards fourrés/ se sont pris dans mes pièges dans les fourrés »24. Les figures d’expression les plus variées se succédaient allègrement : la comparaison : « le soleil danse comme un bélier25 » ; la personnification comique : « le bateau de Shackleton dont les roues à moyeux/ d’escalade écrasaient des poissons durs d’oreille »26 ; les alliances de mots incompatibles : « l’aigre sifflement des branches de hiboux »27 ; les situations burlesques voire franchement aberrantes (genre histoires de fou), le tout rimé de préférence :

Napoléon debout sur son cheval

Simule un feu d’artifice au pétrole

Et les bœufs patineurs dans leurs cuvettes de cristal

  • 28 Ibid.

Ont fait mourir Sébastopol28.

  • 29 Ibid.

13L’univers ubuesque des Nouvelles Hébrides se concluait sur l’animal avec lequel tout avait commencé : « l’oiseau ». Se dévoilait au-delà d'une sexualité chaotique et libertaire un élan décisif vers le bonheur, vers la beauté insolite : « l’oiseau que l’engrenage et l’air ont adoré/ calcule avec lenteur l’évolution des notes »29.

Rrose Sélavy (1922)

  • 30 Gaston Bachelard, Lautréamont, Ed. José Corti, 1939-1970, p. 59.

14Prenant le relais de Marcel Duchamp, inventeur du personnage féminin de Rrose Sélavy (Eros c’est la vie), notre poète publia des aphorismes dans le numéro 7 de la revue Littérature. Calembours et contrepètries s'y montraient systématiques en même temps que le bestiaire amoureux manifestait une agressivité cruelle (animaux munis de pinces, de griffes, de dards : crabes, lions, loups, aigles - Bachelard pour Lautréamont parlait d’« allitération de la violence30 »). Mais avec Desnos l'ensemble se trouvait transformé par l’humour. Tout l'art consistait à retourner astucieusement les propositions en les faisant assoner jusqu'à l'absurde :

- Dans le crâne de l’abbesse se livre le combat du crabe et de l’ânesse.

- C’est dans l’art que les pions se taillent la part du lion.

- Rrose Sélavy met du fard au destin puis de son dard assure ses festins.

  • 31 Ibid., p. 502-504-512.

- Au pays de Rrose Sélavy on aime les fous et les loups sans foi ni loi, etc.31

  • 32 Ibid., p. 509. Selon Henri Meschonnic "la poésie est une critique du signe", cité dans Notions phil (...)
  • 33 Marie-Claire Dumas, in Œuvres de Desnos, op. cit. p. 145.

15André Breton et Michel Leiris ne tariront pas d’éloges sur ces métamorphoses des « signes » qui dessinait une beauté nouvelle : (« L’argot de Rrose Sélavy, n’est-ce pas l’art de transformer en cigogne les cygnes32 » écrivait Desnos) ? Pas de devinettes ni d’oracles : « Pas de solution à chercher, mais l’immédiate et surprenante jouissance de voir surgir du sens – poétique, humoristique – d’une opération sur les sonorités de la langue33 » notait Marie-Claire Dumas. Qu’on en juge encore à travers ces autres aphorismes animaliers de signification incertaine mais d’une liberté confondante et en lesquels les métaphores amoureuses apparaissent plus ou moins explicites :

- Juchés sur des éléphants les fantômes femelles inscrivent au ciel l’oméga mystérieux égal des équations planétaires.

- Qu’il est fragile ce mur ! flots mulots agiles qui cherchez votre lot dans la nuit.

- Pleurs ébahis, pelures des abbayes, vous trompez les abeilles.

- Amours ! homard dans les fjords froids.

  • 34 Desnos, Œuvres, op. cit., p. 148-149-150.

- Que secrète la glande secrète du périnée de l’aigle des Andes ou des Pyrénées34 ?

  • 35 Ibid.

16L'époque dite des "sommeils surréalistes" se terminait comme il se doit par une allusion aux oiseaux et au loir ( !) : « Qu’importe au repos de nos oiseaux sur les roseaux le loir, aux yeux comme de l’or qui dort35 ».

Portraits automatiques, L’Aumonyme et Langage cuit (1922-1923)

  • 36 Ibid., p. 151-152.
  • 37 Ibid., p. 511.
  • 38 Ibid., p. 170.
  • 39 Ibid., p. 171.

17Faisant suite à certains aphorismes de Rrose Sélavy, des Portraits automatiques mettaient en scène des artistes amis au gré d'associations pour le moins surprenantes. Louis Aragon : « Papillon sans étoile au bord des réverbères » ; Paul Eluard : « les troupeaux sur la plaine / Ont semé leur poumon de plume et de pensée » ; André Breton : « Le puits de l’Océan réservoir des requins » ; Francis Picabia : « Femelle du taureau j’ai tatoué sur ta gorge/ le nom retentissant de F P / Car les divinités sont mortes dans les gorges/ Des montagnes sans nuits hantées par les cobras »36. Ces portraits présentaient-ils malgré tout quelque ressemblance avec les modèles vivants ? Quoi qu’il en soit, le canular ne semblait jamais bien loin, le plaisir des sons semblant provoquer la déroute du sens comme dans cette « Définition de la poésie » pour Philippe Soupault : « Les oies et zébus sont les rois de ce rébus37 » ! L’Aumonyme, par le jeu des dédicaces, fut composé sur un modèle voisin. À Benjamin Péret (cette parodie de la prière chrétienne) : « Notre paire quiète, ô yeux ! / Que votre « non ! » soit sang (t’y fier ?)/ que votre araignée rie (…)38 ». À Marcel Duchamp : « (Mes chants) meurent avant d’atteindre les champs/ où les bœufs s’en vont léchant/ Les astres/ désastres39 ».

  • 40 Ibid., p. 177.
  • 41 Alain Chevrier, « Aspects de la répétition chez R. D. », in Desnos pour l’an 200, Collection Cerisy (...)

18Enfin, extrait de Langage cuit, le poème « La colombe de l’arche » (1923) jeta l’anathème sous la forme d’un jeu bien connu (une figure de style, aussi l’anadiplose) quand le dernier mot d’une phrase se voit repris comme premier mot de la phrase ou du vers suivant : « Maudit ! soit le père de l’épouse/ du forgeron qui forgea le fer de la cognée/ avec laquelle le bûcheron abattit le chêne (…)40 » etc. Comme l'a fait remarquer le critique Alain Chevrier : « les modèles de ces répétitions sont d’origines diverses. Desnos s’est conformé au primitivisme mis en avant par les avant-gardes littéraires et artistiques (l’art des fous, l’art des sauvages et des enfants)41 » - une manière également distanciée de formuler des pulsions amoureuses sous une forme moqueuse et spontanée.

Le bestiaire amoureux de Desnos depuis 1924

19Les deux femmes qui ont le plus inspiré notre poète et qu'il a le plus aimées (la chanteuse réaliste Yvonne Georges et le modèle Youki - "neige rose" en japonais, l’ancienne femme du peintre Foujita), il les rencontra en 1924 et en 1928. Son bestiaire amoureux devint alors davantage passionné et grave :

Voici venir le temps des croisades,

Par la fenêtre fermée les oiseaux s’obstinent à parler

Comme les poissons d’aquarium (…)

Un grand nombre de gardiens poursuivent

Un inoffensif papillon échappé de l’asile

Il devient sous mes mains pantalon de dentelle

Et ta chair d’aigle

O mon rêve quand je vous caresse ! (…)

Là-bas dans l’océan

Entre deux eaux

Un beau corps de femme

  • 42 Desnos, Œuvres, op. cit., C’est les bottes de sept lieues cette phrase je me vois (1927) (d’après l (...)

Fait reculer les requins42

  • 43 Ibid., p. 295.

20Ces "requins qui reculent" figuraient sans conteste l'éloignement du malheur et de la solitude. Dans une ambiance insolite de conte se retrouvait cette alliance de l’eau, de l’air et de l’amour en laquelle les animaux semblaient évoluer en un même espace, une sorte de quatrième dimension. Des rencontres pas toujours idylliques cependant à preuve des associations anachroniques : l’« amour comme un poisson rouge dans le vitriol », l’« Amour haut-parleur », etc. Tout semblait pour autant rentrer dans l'ordre malgré les menaces : « sirène à corps d’oiseau,/ je vous quitte./ Je vais goûter le silence cette belle algue où dorment les requins43 ». Sirènes et requins seront associés à plusieurs reprises dans cette œuvre ; ils forment un couple d'antonymes particu-lièrement sublimés…

21La prose poétique de La Liberté ou l'amour (1927) accorda à son tour une place non négligeable à la métaphore animale ne serait-ce qu'avec le léopard, le sphinx des sables et les inévitables sirènes. Louise Lame déambulait nue sous son manteau de léopard dans le bois de Boulogne, les automobiles barrissaient en passant - le léopard avait été un furieux animal à la queue plus robuste que celle du cobra, ses griffes s'étaient abattues sur des caravanes de girafes et d'antilopes…

  • 44 Marie–Claire Dumas, Robert Desnos ou l’exploration des limites, op. cit., p. 331.

22Davantage que Fantômas les vampires, le film de Man Ray, L’Etoile de mer (1928) (réalisé d’après l’un des poèmes de Desnos) fait figure de point culminant en cette période. Synonyme d’absolu naturel, l’étoile de mer ne totalise-t-elle pas l’attrait de l'eau et du ciel, de la vie animale et de la vie végétale ? Suivront « Pygmalion et le sphinx », « Moules des mers, moules des mères » (1930), « De la fleur d’amour et des chevaux migrateurs », « Sirène-anémone », « Ma sirène », Siramour, « Lou la requine » (dédiés à Youki, le grand amour) « autant de figures de cette femme-langage qui règne sur l’imagination du poète44 » écrira Marie-Claire Dumas.

  • 45 Desnos, Œuvres, op. cit., p. 717-723.

23Pour terminer la longue série animalière en laquelle s'exprima l'amour dans tous ses états de Robert Desnos, parut La Ménagerie Tristan45 dont les titres des poèmes à eux seuls constituaient encore tout un programme : « La grenouille aux souliers percées », « Le poisson sans souci », « L’oiseau du Colorado », « L’araignée à moustache », « Le chat qui ne ressemble à rien », « L’éléphant à une patte » !

24La genèse du bestiaire amoureux de Robert Desnos a donc révélé un évolutionnisme conquérant en même temps qu'insolite. Les jeux de mots incessants y sont caractéristiques, et si l'on s'en réfère à Freud la suprématie du principe de plaisir sur le principe de réalité ne fait aucun doute, mais c'est aussi en cela que notre poète atteignait une "surréalité". André Breton ne s'y est pas trompé qui écrivait dans Le Journal littéraire du 05/07/1924 : "Il n'est depuis 1921, aucune personnalité qui en poésie ait marqué aussi fortement son empreinte que celle de Robert Desnos". La faune mais aussi la flore, la nature entière auront participé au même hymne enthousiaste à la vie, une vie qui pour le poète résistant de la première heure devait cependant se terminer tragiquement au camp de concentration de Terezin en 1945. Il avait écrit un petit poème à Youki, dont voici un extrait d’autant plus émouvant que le souhait qu’il exprimait n’a pas pu se réaliser :

Que rien ne sépare l’hippocampe de la sirène

La sirène de l’hippocampe,

Robert de Youki,

  • 46 Ibid., p. 711.

Youki de Robert46.

25Dès 1926 Antonin Artaud avait dit son admiration :

  • 47 Antonin Artaud, lettre à Jean Paulhan : in Desnos, Œuvres, op. cit., p. 311.

Je sors bouleversé d’une lecture des derniers poèmes de Desnos. Ces poèmes d’amour sont ce que j’ai entendu de plus entièrement émouvant, de plus décisif en ce genre depuis des années. Pas une âme qui ne se sente touchée jusque dans ses cordes les plus profondes, pas un esprit qui ne se sente ému et exalté et ne se sente confronté avec lui-même. Ce sentiment d’un amour impossible creuse le monde dans ses fondements et le force à sortir de lui-même, et on dirait qu’il lui donne la vie. Cette douleur d’un désir insatisfait ramasse toute l’idée de l’amour avec ses limites et ses fibres et la confronte avec l’absolu de l’Espace et du Temps, et de telle manière que l’être entier s’y sente défini et intéressé. C’est aussi beau que ce que vous pouvez connaître dans le genre, Baudelaire ou Ronsard47.

  • 48 Expression empruntée à Schiller, citée par V. Basch, La poétique de Schiller, Paris, 1934.

26Si surréaliste et insolite qu'il ait pu apparaître dans ses spéculations et sa "liberté phénoménale"48, le bestiaire amoureux de Desnos par sa fantaisie, sa drôlerie et surtout par sa sincérité avait trouvé place dans la longue lignée de la poésie occidentale.

Notes

1 Paul Eluard, Donner à voir, Gallimard, 1939, p. 73.

2 Romi, Histoire de l’insolite, Introduction de Philippe Soupault, Laffont, 1964.

3 Robert Desnos, Œuvres, Quarto/ Gallimard, Edition Marie-Claire Dumas, 1999, p. 1330.

4 Ibid., p. 1338.

5 Gaston Bachelard, Lautréamont, Ed. José Corti, 1939-1970, p. 58.

6 Desnos, Œuvres, op. cit., p. 15.

7 Claude Maillard-Chary, Le Bestiaire des surréaliste, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1994, p. 26-27.

8 Desnos, Œuvres, op. cit. p. 16.

9 Ibid., p. 21.

10 Ibid., p. 22-23.

11 Ibid., p. 27.

12 Desnos, Œuvres, op. cit., p. 30.

13 Inutile d’insister sur la référence animalière et enfantine du nom « dada » choisi par Tzara.

14 Desnos, Œuvres, op. cit. p. 25.

15 Ibid., p. 494.

16 Ibid., p. 495.

17 Ibid.

18 Ibid., p. 497.

19 Marie-Claire Dumas, Robert Desnos ou l’exploration des limites, Klincksieck, 1980, p. 35.

20 Lettre de Desnos à Jacques Doucet du 22/10/ 1922.

21 Desnos, Œuvres, op. cit., p. 68.

22 Ibid., p. 77-78.

23 Ibid., p. 85-86

24 Ibid., p. 88

25 Ibid., p. 90.

26 Ibid., p. 91.

27 Ibid., p. 94.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Gaston Bachelard, Lautréamont, Ed. José Corti, 1939-1970, p. 59.

31 Ibid., p. 502-504-512.

32 Ibid., p. 509. Selon Henri Meschonnic "la poésie est une critique du signe", cité dans Notions philosophiques, PUF, 1990-1998, p. 1971.

33 Marie-Claire Dumas, in Œuvres de Desnos, op. cit. p. 145.

34 Desnos, Œuvres, op. cit., p. 148-149-150.

35 Ibid.

36 Ibid., p. 151-152.

37 Ibid., p. 511.

38 Ibid., p. 170.

39 Ibid., p. 171.

40 Ibid., p. 177.

41 Alain Chevrier, « Aspects de la répétition chez R. D. », in Desnos pour l’an 200, Collection Cerisy, NRF, Gallimard 2000, p. 261.

42 Desnos, Œuvres, op. cit., C’est les bottes de sept lieues cette phrase je me vois (1927) (d’après le conte de Perrault « Le Chat botté »), p. 289.

43 Ibid., p. 295.

44 Marie–Claire Dumas, Robert Desnos ou l’exploration des limites, op. cit., p. 331.

45 Desnos, Œuvres, op. cit., p. 717-723.

46 Ibid., p. 711.

47 Antonin Artaud, lettre à Jean Paulhan : in Desnos, Œuvres, op. cit., p. 311.

48 Expression empruntée à Schiller, citée par V. Basch, La poétique de Schiller, Paris, 1934.

Auteur

Université d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable