Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Sixième partie. Les espaces intérieurs de la maison

L'organisation de la maison rurale dans un pays d'habitat dispersé : la Gâtine poitevine au XVIIIe siècle

Jacques Péret

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Péret, Jacques, Les Paysans de Gâtine au xviiie siècle, La Crèche, Geste éditions, 1998.

1La Gâtine poitevine, finistère méridional poitevin du massif armoricain constitue un modèle de pays d'habitat dispersé du grand Ouest français. On se trouve là devant un « pays » bien individualisé1 reconnu par les contemporains, organisé autour de sa petite capitale, Parthenay à la fois siège administratif, de services et centre économique notamment avec ses marchés et foires réputés. Ses 70 à 80 paroisses se différencient radicalement des plaines ouvertes du sud et de l'est ; la haie omniprésente, la domination des herbages et des landes, une économie marquée par le seigle et surtout par l'élevage bovin constituent autant de marqueurs classiques de ce territoire bocager.

  • 2 Merle, Louis, La Métairie et l'évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen Age à l (...)

2Louis Merle dans son étude pionnière de 19582 a remarquablement étudié et analysé la genèse et l'évolution des structures agraires de la Gâtine et par là même de l'habitat. Du xve au xviie siècle, sous l'impulsion d'une noblesse rurale entreprenante, la Gâtine passe d'un paysage composé largement de champs ouverts, de petites exploitations et d'un habitat semi dispersé en hameaux à un paysage de bocage où un vaste processus de remembrement a abouti à la constitution de grandes métairies isolées au milieu de leurs champs clos de haies qui se sont substituées largement aux anciens hameaux et à leurs petites tenures.

  • 3 Les laboureurs représentent 23 % des taillables, les bordiers 31 %, les journaliers 21 % et les ar (...)

3Nous tenterons donc, de comprendre comment s'organise l'habitat rural, à quelles logiques économiques il répond et dans quelle culture il s'inscrit Notre coup de projecteur se focalisera sur le xviiie siècle, période à laquelle le paysage agraire et l'habitat sont stabilisés pour l'essentiel après les bouleversements des trois siècles précédents. L'enquête sur l'habitat proprement dit s'appuiera sur un corpus de 134 inventaires après décès, « entrée dans l'intime » qui permet de comprendre le fonctionnement de ces maisons rurales et de leurs bâtiments d'exploitation en dépit des défauts inhérents à la source : les immeubles ne sont pas décrits en eux-mêmes et les catégories aisées sont sur-représentées à l'image des 64 inventaires de laboureurs (alors qu'ils représentent moins d'un quart des feux) contrastant avec les 16 inventaires de journaliers3.

Les formes de la dispersion

  • 4 Voir les travaux fondamentaux d'Annie Antoine sur l'Ouest dont Fiefs et villages du Bas-Maine au x (...)
  • 5 Dupin, Claude François Etienne, Mémoire statistique du département des Deux-Sèvres, Niort, an XII (...)
  • 6 Utilisés dans notre ouvrage op. cit., 3° partie.
  • 7 Péret, O., Trois paroisses de Gâtine poitevine au xviiie siècle. Ménigoute, Coutières, Saint Germi (...)

4La dispersion de l'habitat apparaît comme une caractéristique des pays de bocages4 ; reste à en préciser les formes et les degrés. En Gâtine, on est frappé par l'homogénéité des formes de l'habitat dispersé. Outre les analyses de Louis Merle sur la formation des grandes métairies-villages, sur les hameaux composés de borderies, nous avons utilisé le précieux « mémoire statistique du département des Deux- Sèvres » mis en forme par le préfet Dupin en l'an XII5 qui recense commune par commune le nombre de villages et de métairies. Des rôles de taille6, des monographies7 complètent par des exemples précis cette géographie de la dispersion.

5Tout d'abord, l'habitat se répartit à l'intérieur de vastes communes anciennement paroisses. La taille moyenne des communes se situe autour de 20 km2, une douzaine dépassant même les 30 km2, avec un record pour Vasles (près de 90 km2). Ici la petite commune de 500 hectares constitue l'exception. La densité de peuplement reste assez basse, autour d'une trentaine d'habitants par kilomètre carré pour une population en moyenne de 600 habitants par paroisse.

  • 8 À partir du rôle de taille de 1766, arch. dép. de la Vienne, C 835.
  • 9 Péret, O., op. cit.

6Dans ce cadre, on peut distinguer trois niveaux quant à la distribution de l'habitat : chaque paroisse comporte un bourg, terme le plus souvent utilisé ou village central groupé autour de son église. S'y concentrent les services que peut offrir une paroisse rurale ainsi bien tertiaires (hommes de loi...), qu'artisanaux et commerciaux (on y retrouve la majorité des artisans et des marchands) ; le reste de la population est constitué de petites gens, journaliers, bordiers. En revanche très peu de laboureurs, les grandes métairies ne s'intégrant pas dans un village groupé. Prenons l'exemple d'une paroisse type, Vausseroux8, ses 19 km2 et sa centaine de feux en 1766 : le bourg rassemble seulement 18 feux. Outre le curé, on y retrouve l'homme de loi local, un huissier, 5 artisans (dont 3 maréchaux), un marchand et des journaliers et bordiers auxquels viennent s'ajouter deux laboureurs. Pratiquement partout en Gâtine s'impose ce schéma d'un bourg central très minoritaire ne rassemblant qu'entre un cinquième et un tiers au mieux de la population ; le second type de groupement est celui du village ou hameau, constitué de petites unités de 3-4 feux à plusieurs dizaines (40 feux par exemple pour le village de la Guérinière, paroisse de Ménigoute). On touche là à la cellule de peuplement majoritaire regroupant entre la moitié et les deux tiers de la population. À Vausseroux, un tiers des feux se concentre dans trois villages de 10 à 12 feux et un autre tiers dans 6 hameaux de 5 à 7 feux, illustration d'un phénomène que l'on peut qualifier de semi-dispersion. Le nombre de villages ou hameaux varie en fonction de la dimension de la paroisse, deux à trois pour les plus petites paroisses, plus de 20 pour les plus étendues comme Verruyes, Vasles ou Secondigny (32), avec une moyenne proche de 10 pour l'ensemble des paroisses de Gâtine. Ces villages se composent pour l'essentiel de petits exploitants ou bordiers, de journaliers et artisans ruraux en même temps paysans ; là encore les laboureurs sont peu nombreux, leurs métairies se situant à la périphérie de ces villages. On peut enfin noter que ces villages-hameaux constituent de véritables subdivisions de la paroisse, avec leur vie propre ; souvent éloignés du bourg central et de son église, ils se tournent souvent vers le lieu de culte de la paroisse voisine si celle-ci est plus proche ; ainsi à Coutières 9 42 % des enfants baptisés dans l'église paroissiale viennent de villages des paroisses voisines, dont ceux du gros village de La Pagerie, dépendant de la paroisse de Vasles mais dont les parents préfèrent par commodité se tendre dans l'église la plus proche ; enfin, le degré le plus abouti de la dispersion concerne les métairies, grandes exploitations isolées au milieu de leurs terres, résultat du mouvement de remembrement séculaire évoqué précédemment D'une superficie moyenne d'une quarantaine d'hectares, elles couvrent environ les trois quarts de la superficie des terroirs. On en compte 22 en moyenne par paroisse avec de gros écarts résultant pour l'essentiel de l'étendue des paroisses, de 7 à Coutières, 14 à Vausseroux jusqu'à 71 à Vasles. On peut aussi noter que ces métairies, occupées par des laboureurs et par quelques gros fermiers sont parfois associées avec une maison de journalier ou de bordier. Ce type d'habitat regroupe entre 15 et 20 % des feux, la dispersion parfaite apparaissant de ce fait fortement minoritaire.

Métairies et borderies

7On peut distinguer schématiquement trois grands types de maisons rurales correspondant elles mêmes à différents types d'exploitations agricoles ou à de simples maisons d'habitation.

  • 10 Merle, Louis, op. cit., p. 82 et suiv.

8Les métairies, symboles des pays d'Ouest, s'imposent tout d'abord par leur taille, l'étendue et le nombre de leurs bâtiments d'exploitation. Leur formation et leur organisation ont déjà été minutieusement étudiées par le docteur Merle. Les 1 700 ou 1 800 métairies que peuvent compter les 80 paroisses de la Gâtine présentent incontestablement un ensemble de caractères communs très marqués. La majorité d'entre elles à la suite du grand remembrement achevé au xviie siècle, ont récupéré les bâtiments d'habitation et d'exploitation des anciens tenanciers qui constituaient autant de petits hameaux. Après l'expulsion de cette petite paysannerie, les propriétaires des nouvelles métairies ont réutilisé à moindres frais les anciennes maisons et leurs dépendances agricoles ; on aboutit ainsi à ce que Louis Merle appelle les métairies-villages10 au plan curieux voire illogique à première vue : la maison d'habitation, de multiples granges, étables, toits se dispersent sans ordre apparent autour d'un quaireux, sorte de grande cour ouverte qui correspond souvent à l' ancienne place du hameau disparu et vers où convergent plusieurs chemins. Malheureusement, les notaires ne sont pas toujours très précis quant aux bâtiments d'exploitation, s'intéressant surtout à leur contenu, bestiaux et récoltes. Mais sur la trentaine d'inventaires après décès exploitables, se dégage un plan type : autour du quaireux nommé aussi parfois simplement cour où stationnent charrettes, chartioux, arreaux, on trouve une maison d'habitation prolongée souvent par un fourniou et un cellier, puis une grange, lieu de stockage du foin et des blés parfois, deux étables ou écuries en moyenne (les deux termes étant utilisés) avec une spécialisation selon les animaux (étable aux bœufs, aux vaches, aux juments), ainsi que deux toits au minimum, l'un pour les ovins, l'autre pour les porcs, soit une demie douzaine de bâtiments pour une métairie moyenne. Il faut également souligner l'existence d'un second type de métairies, appelées métairies nobles par le docteur Merle, anciennes maisons nobles ou petits logis seigneuriaux transformés en exploitations agricoles ; elles se distinguent des précédentes par un plan plus régulier autour d'une cour souvent fermée, où les bâtiments agricoles s'organisent à partir de l'ancien logis seigneurial plus imposant

  • 11 Dupin, Claude François Etienne, Statistique du département des Deux-Sèvres, Niort, an IX, p. 53.
  • 12 Abritant un four dont la présence n'est qu'épisodiquement mentionné.
  • 13 Mary, N., Le Mariage dans la Gâtine poitevine au xviiie siècle, mémoire de maîtrise, Université de (...)

9Si l'on s'attache maintenant à la seule maison d'habitation, on se trouve devant des bâtisses de conception simple construites avec des fondations peu profondes liées au rocher qui affleure presque partout, des murs en moellons de granit irréguliers provenant souvent de l'épierrage des champs environnants, liés et enduits au mortier de chaux, des toits peu pentus recouverts de tuile canal. Le préfet Dupin a laissé un tableau très sombre de l'aspect de ces bâtisses, « très petites, enfoncées de plus d'un pied au-dessous du niveau du sol, souvent sans fenêtre, ne recevant la lumière que par une porte basse11... ». Cette vision mérite quelques nuances pour les métairies : l'ensemble incluant la maison d'habitation est relativement important, construit tout en longueur, un foumiou 12 (22 des 52 métairies), plus rarement un cellier (3 cas), une grange, une écurie ou un toit venant fréquemment prolonger les pièces habitables proprement dites. Les maisons sont basses dans la mesure où 49 sur 52 se limitent à un rez-de-chaussée même s'il est surmonté deux fois sur trois d'un grenier, lieu privilégié de stockage des précieuses réserves de bleds. Le plan de la partie habitable est quant à lui extrêmement simple, organisé autour d'un module central, chambre basse pour reprendre l'intitulé utilisé, pièce de séjour polyvalente : près de la moitié des métairies, 23 sur 52 se limitent ainsi à une seule pièce complétée il est vrai une fois sur trois par un fourniou ou un cellier à usages multiples dont celui de chambre à coucher annexe pour les enfants ou les domestiques. À côté de ce module élémentaire viennent se juxtaposer, indiqués comme « joignant » ou « à côté » de la principale chambre basse, une seconde chambre (15 fois), voire une troisième (11 fois) et plus rarement une quatrième (3 fois). Ces modules supplémentaires, souvent qualifiés de petits, apparaissent d'une part comme des pièces polyvalentes, lieux de stockage, de rangement des outils, de travail artisanal (c'est là que l'on trouve les stocks de chanvre, de laine, les outils comme les trouils, les rouets...) et enfin de chambres à coucher. Ces chambres supplémentaires correspondent généralement aux plus grandes métairies et donc à la nécessité d'héberger plusieurs domestiques (le terme de couchette du domestique revient assez souvent) ou un second couple marié celui du fils aîné ou du gendre. En effet, la cohabitation entre le couple des parents et celui de l'héritier désigné se révèle majoritaire dans les contrats de mariage des laboureurs de Gâtine13. Ici, la famille communautaire et élargie apparaît comme la solution pour exploiter ces vastes métairies en regroupant ses forces.

10Les borderies, petites exploitations ne dépassant guère les cinq hectares, regroupées dans les hameaux, présentent un visage sensiblement différent Les bâtiments se réduisent considérablement tant en nombre que quant à l'espace occupé : en effet, les besoins de l'exploitation agricole sont moindres (une ou deux vaches, quelques moutons, peu de matériel), l'espace disponible est limité dans ces hameaux, les borderies étant simplement entourées d'un jardin. Ici, les bâtiments d'exploitation sont beaucoup plus réduits que dans les métairies, se limitant dans presque tous les cas à une petite écurie ou étable hébergeant un cheptel réduit et/ou à un ou deux toits réservés aux moutons, chèvres ou cochons, dépendances de qualité souvent médiocre où le torchis, la chaume remplacent la pierre et la tuile. Quant au logement, il se présente sous la forme d'une métairie réduite : jamais d'étage, mais un grenier une fois sur deux et l'omniprésente chambre basse polyvalente complétée cependant une fois sur deux par une seconde chambre, pièce secondaire fourre-tout prolongée par quelques rares fournioux. L'espace habitable de la borderie se réduit logiquement dans la mesure où les domestiques disparaissent dans ces exploitations et où la famille se réduit au seul couple et aux enfants, la famille élargie disparaissant totalement chez les bordiers.

11Chez les journaliers, en dépit du petit nombre de cas exploitables (10), l'homogénéité est frappante. Ces petites maisons situées dans les bourgs ou les hameaux se présentent comme des borderies en miniature : ici, les dépendances se réduisent au mieux à un toit pas partout mentionné où on abrite le mouton ou la chèvre et les quelques outils. Quant à la maison elle se limite strictement à une seule chambre basse, pièce de séjour, de stockage et de travail. C'est aux bordiers et encore plus aux journaliers que s'applique la sombre description des maisons de Gâtine du préfet Dupin.

  • 14 Arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 2961, 8 juin 1733.
  • 15 Arch. dép. de la Vienne, E 4 - 7 - 23, 8 juin 1731.

12Reste enfin le cas des maisons d'artisans, de marchands, de prestataires de services (un chirurgien, un arpenteur) – 23 cas au total sont exploitables – situées généralement dans les bourgs. Cette situation signifie, pour un quart de ce petit échantillon, un étage, une ou deux chambres hautes sans compter les greniers. Dans ces bourgs, où l'habitat peut être tassé, la place manque et une élévation même modeste permet une extension de la superficie habitable ; l'étage peut aussi donner une certaine notabilité à l'image de la maison de Jean Coutineau, notaire royal à Saint Pardoux14 On peut distinguer pour ce groupe hétérogène différents cas de figure : les marchands ruraux (marchands de bestiaux pour l'essentiel en Gâtine) occupent des maisons qui ressemblent étroitement aux métairies, leurs besoins en étables, granges étant les mêmes ; une ou deux chambres leur suffisent tout comme les meuniers avec pour ces derniers une configuration spécifique liée à la structure du moulin. Chez les quelques notables de bourgs étudiés, le nombre de pièces augmente sensiblement comme les 4 chambres basses et hautes du notaire au mode de vie déjà urbanisé. Quant aux artisans, on voit se dessiner un clivage entre d'un côté un solide artisanat rural représenté par les maréchaux-ferrants, voituriers, cabaretiers où la règle des deux chambres minimum s'impose sans compter le fourniou, le grenier et la boutique ou atelier plus les dépendances à usage agricole, et de l'autre un petit artisanat rural proche du monde des bordiers et journaliers, où dominent les tisserands, sargiers, potiers qui voient leur maison se réduire le plus souvent à la chambre basse unique à laquelle s'adjoint une antichambre qui joue le rôle d'atelier à l'image de la demeure de Jean Boucher, sarger à Ménigoute15, dont la chambre basse voit s'entasser tous les objets de la vie quotidienne à côté de l'entichambre occupée par « deux métiers à faire de la sarge », une roue, une brée...

13Ainsi, la dimension de l'habitat, sa structure sont déterminées d'abord par la taille et les besoins de l'exploitation agricole comme nous l'avons vu pour les métairies ou les borderies où le nombre de bâtiments d'exploitation, le nombre de pièces habitables collent avec les nécessités économiques d'une part, les besoins élémentaires des habitants, plus ou moins nombreux d'autre part. De la même façon, les activités des artisans voire des journaliers déterminent directement leur habitat. Au niveau de l'élite rurale, la recherche de la considération sociale, la volonté d'afficher sa réussite au cœur du bourg change les données avec l'étage, un plus grand nombre de pièces. Qu'en est-il maintenant de l'organisation interne et du contenu de la maison ?

Des maisons à vivre

14Les maisons de Gâtine apparaissent aux yeux des contemporains comme le symbole de modes de vie rustiques, grossiers, s'opposant en tous points aux idées du siècle pour les élites éclairées. Le préfet Dupin, déjà cité, illustre parfaitement ce regard à la fois horrifié et méprisant des citadins « civilisés ». Le désordre, l'entassement, la saleté, le froid, l'humidité, l'absence de lumière soulignés par le préfet correspondent-ils aux données fournies par les inventaires après décès ?

  • 16 Arch. dép. de la Vienne, 2 H 1-57, 20 novembre 1749.
  • 17 Arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 3007,11 octobre 1772.

15Comme nous l'avons vu précédemment, plutôt que de désordre dans l'organisation de la maison, il vaut mieux parler de polyvalence pragmatique à partir de la grande chambre basse pièce commune où se concentrent toutes les activités du feu. Rien n'est plus banal (plus de la moitié des inventaires de laboureurs) que de trouver dans un coin de la chambre les outils de jardinage, même les fers d'arrée sans compter les broyés, les rouets et les stocks de chanvre ou de laine. Pour le reste, la cheminée à la fois source de chaleur et lieu de préparation des repas qui rassemble souvent dans son environnement immédiat la batterie de cuisine, détermine la place de chaque meuble et donc la géographie de la vie quotidienne : le notaire après la description du matériel de cheminée situe le lit, noté comme chez le laboureur Fortuné Gerbault16, « proche de la cheminée ». La majorité des lits sont dotés d'un coffre, au nom évocateur de marchepied placé devant le lit, à la triple fonction de meuble de rangement, de siège près du feu et de marchepied pour accéder au lit haut perché. Les autres meubles sont plus difficiles à situer, la table associée aux bancs ou aux chaises semblant elle aussi assez proche du foyer. Quant à l'entassement souligné par Dupin, « les meubles sont entassés les uns sur les autres dans la chambre unique avec quatre ou cinq lits », il semble être effectivement la norme autant chez les riches que chez les pauvres : par exemple le gros laboureur Barthélémy Gourbault, qui laisse un inventaire de plus de 4 000 livres laisse dans la chambre basse de sa métairie, trois lits, quatre coffres, un buffet, un cabinet, une grande table, ses bancs, six chaises et une grande salière sans compter les ustensiles de cuisine. À l'autre bout de l'échelle sociale, la vente des meubles de la veuve d'un journalier Charles Armand17 évalués 203 livres met en évidence une situation peu différente avec dans la pièce unique, d'une superficie sûrement limitée, deux lits, cinq coffres, une table, trois chaises et une salière. Mais ce bric-à-brac est en réalité très stéréotypé : reviennent toujours les mêmes types d'objets quels que soient les milieux sociaux. Par exemple on ne compte que six types de meubles en moyenne par intérieur avec peu d'écart entre laboureurs et journaliers ; de même les batteries de cuisine, le linge diffèrent peu sinon quant à la qualité et quant au nombre.

  • 18 Arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 2959, 3 novembre 1731.

16On est aussi frappé par l'impression de délabrement de ces intérieurs : même chez les « bons laboureurs » les qualificatifs de vieux, usé, mauvais l'emportent largement. L'ensemble des meubles de François Gaillard18 par exemple, solide laboureur qui laisse en 1731 un capital de 2 200 livres est qualifié d'usé pour les trois lits et deux coffres, fort usé pour un cabinet et de mauvais pour trois autres coffres, une maie et la table carrée. Quant à la majorité des autres objets, ils héritent des mêmes qualificatifs. Chez ce laboureur la misère n'est pas forcément le facteur décisif ; d'une part on ne jette pas dans cette civilisation rurale, d'autre part les priorités sont ailleurs comme le montrent les 21 bovins présents dans les étables.

17Le froid et l'humidité évoqués par le préfet Dupin peuvent difficilement se mesurer sinon à travers la cheminée unique seul moyen de chauffage pour l'ensemble de la maison. Quant à l'humidité de ces maisons souvent enfoncées dans le sol, elle tient à la fois à l'absence de cave, au sol en terre battue et à l'omniprésence de l'eau sur des terrains imperméables. La lumière peut, quant à elle, se mesurer plus concrètement : la lumière naturelle n'entre que parcimonieusement dans les chambres, distillée par une petite fenêtre, renforcée dès que la température extérieure s'élève par la porte ouverte. Les ustensiles d'éclairage sont rares, chandeliers d'abords, puis lanternes et quelques lampes, présents dans une petite moitié des inventaires avec aussitôt une nette différenciation sociale : présents deux fois sur trois chez les laboureurs et les marchands, ils n'apparaissent plus qu'une fois sur deux chez les bordiers et disparaissent totalement chez les journaliers. Ce constat doit simplement être modulé par le fait que bougies et chandelles ne sont jamais inventoriées alors qu'elles peuvent être présentes sans ustensiles spécialisés. L'absence de couleurs est aussi frappant dans ces intérieurs déjà sombres : seuls les cuivres jaunes des chaudrons présents (3 ou 4 en moyenne) chez tous les laboureurs, marchands et artisans, chez la moitié des journaliers peuvent apporter un peu de brillant (mais sont- ils astiqués ?). Les autres taches de couleur sont à chercher sur les garnitures des lits, rideaux, mantes, couvertes faits de gros tissus locaux. Mais sur 163 lits comportant des mentions de couleurs, ce sont le gris et le roux qui l'emportent largement (65 % des mentions), renforçant ainsi l'aspect sombre et terne des intérieurs. Un petit tiers seulement des lits apporte un peu de clarté et de couleur avec 16 mantes de laine blanche et des tissus verts souvent bordés de jaune. Le rouge et le bleu font figure d'exception, présents seulement chez quelques laboureurs et marchands aisés. Dans la même ligne, les paysans de Gâtine ne semblent pas accorder grande importance au décor : aucun tableau, gravure, tapisserie, ni même de miroirs à quelques exceptions prés. Cette notion de fond culturel rural commun à tous (ou presque) se retrouve à travers quelques objets clé.

18La saleté notée par Dupin à travers « les baquets où on dépose la nourriture des cochons » laissés dans la chambre, « le cloaque creusé devant la porte pour y faire pourrir le fumier » fait aussi partie de l'univers quotidien des paysans de Gâtine, probablement sans gêne olfactive sinon pour les citadins imbus des théories hygiénistes. En revanche, l'hygiène du linge et des vêtements est une préoccupation directe pour nos ruraux avec la présence chez les deux-tiers des laboureurs et des marchands, chez la moitié des bordiers et des artisans, rarement chez les journaliers, de ponnes à lessives grands récipients en terre ou en bois destinés à la lessive accompagnés de poêles à lessive souvent en cuivre placés sur un trois-pieds monopole des ruraux les plus riches. La blancheur du linge est un critère d'apparence sociale recherché dans l'élite paysanne.

19Au total ressort une impression générale de rudesse rustique de ces maisons gâtinelles ; même les intérieurs des gros laboureurs et marchands participent, avec quelques nuances à cette atmosphère finalement commune à tous.

20Au-delà de ces grands traits, peut-on dégager à travers le contenu de ces intérieurs et la présence ou non de certains objets, une organisation de la vie quotidienne, d'une civilisation matérielle rurale ?

21Ici comme ailleurs, la place du lit est essentielle : ils représentent à eux seuls 69 % de la valeur de l'ensemble des meubles, chez les riches comme chez les pauvres. D'une valeur moyenne de 31 livres, de 17 livres pour un journalier à 40 livres pour un marchand, le lit présente la même structure : en dehors des couchettes (25 % des lits), couches des domestiques et des enfants chez les pauvres, le lit gâtineau est dit à quenouille, lit clos par des rideaux où sur la fonçure viennent s'accumuler plusieurs épaisseurs moelleuses qui en font le seul lieu chaud, confortable et intime de la maison. Ce monument domestique, à peu près proportionné à la fortune par l'abondance et la richesse de sa garniture, obéit à l'intérieur de chaque maison à des règles hiérarchiques bien fixées : le lit conjugal, le plus cher, le plus ostentatoire trône dans la principale chambre basse proche de la cheminée ; il est suivi par celui ou ceux des enfants, dans la même pièce le plus souvent, moins valeureux mais de même structure puis par les couchettes des domestiques, de quelques livres, réparties dans les pièces annexes, chambre-atelier ou fourniou. Le lit permet d'affirmer son rang vis à vis de l'extérieur mais aussi à l'intérieur du foyer.

22Les autres meubles relèvent eux aussi d'une même culture matérielle rurale : le coffre, meuble de rangement paysan par excellence, peu coûteux (5 livres en moyenne) est présent partout, 4 en moyenne, un peu moins de 3 chez le journaliers, presque 5 chez les laboureurs, mais sans très grands écarts là non plus. Il est complété par des arches ou mets omniprésentes destinées à pétrir la pâte à pain mais souvent reconverties en coffres supplémentaires. Leur fonction, outre le rôle de marchepied pour accéder aux lits et de siège chez les plus pauvres, se différencie selon leur nombre : d'un côté, chez les journaliers ou petits bordiers, les deux ou trois coffres voient s'entasser pêle-mêle linge, vêtements, vaisselle ; de l'autre chez les bons laboureurs un plus grand nombre de coffres et d'autres meubles de rangement permet une spécialisation et une individualisation (relatives) du rangement. En revanche, avec les meubles de rangement verticaux qui ne pénètrent que lentement les campagnes de Gâtine, les clivages sociaux apparaissent plus nettement ; le cabinet, cloisonné horizontalement et ouvrant par deux ou quatre fenêtres connaît une diffusion rigoureusement sociale : totalement absent chez les journaliers, il touche la moitié des bordiers et les deux-tiers des laboureurs et artisans. Il permet un rangement plus ordonné et rationnel et devient l'abri des piles de nappes, linceuls, serviettes, vêtements, gardant le tiroirs pour la monnaie, les papiers. Les grandes armoires, plus coûteuses (40 à 50 livres en moyenne) arrivent quant à elles plus tard et timidement 12 seulement étant répertoriées à la fin du siècle, uniquement chez des laboureurs et des marchands, tout comme les buffets, meuble déjà spécialisé surmonté d'échelettes, étagères permettant de mettre en valeur vaisselle et cuivres. En revanche la table, s'est généralisée au xviiie siècle sauf chez les journaliers (30 % en possèdent une) à l'exemple de Louis Godin, de Vausseroux, où le notaire trouve « une arche à l'usage de table ». Les tables de Gâtine, en chêne, sont deux fois sur trois carrées, dotées d'un fond, de tiroirs. Quant aux tables rondes et aux pliants qui les prolongent, ils se limitent à quelques privilégiés. Enfin les sièges ne sont pas toujours présents : la moitié des journaliers, le tiers des bordiers utilisent probablement les coffres comme sièges (et en même temps comme tables), réduit des formes archaïques du repas et aussi du dénuement. Les bancs, toujours évalués avec la table, par paire, sont présents dans les deux tiers des cas et constituent le cas dominant ; mais ils sont sérieusement concurrencés par les chaises paillées, peu chères, entrées dans la moitié des maisons gâtinelles à l'exception de celles des journaliers. L'individualisation du siège, à dater, est largement acquise en Gâtine. Néanmoins globalement le vieux patrimoine mobilier globalement change peu.

23La chambre basse sert aussi de théâtre à la cuisine et aux repas. Là encore la batterie de cuisine apparaît dans l'ensemble homogène pour l'ensemble de la pyramide sociale, composée d'un nombre de pièces limité allant de 9 livres pour les journaliers à 87 livres pour les marchands en passant par 55 livres pour les laboureurs et artisans. Tout part de la cheminée, de l'universelle crémaillère relayée chez la moitié des laboureurs, un tiers des bordiers par des trois-pieds, absents chez les journaliers. Inventoriés généralement aux alentours de la cheminée, les chaudrons, en cuivre puis en fer, constituent l'ustensile de base de la cuisinière au nombre de 3 ou 4 chez les laboureurs, seulement 2 chez les journaliers. Les poêles à frire, omniprésentes, constituent le second élément commun à tous. Avec les poêlons en cuivre, présents encore chez la moitié des journaliers et la cuillère à pot on reste pour l'essentiel dans une culture culinaire largement commune qui éclate au sommet avec quelques ustensiles plus spécialisés présents seulement chez les plus riches, comme la marmite, l'écumoire ou le friquet. Mais la spécialisation culinaire s'arrête là : très peu de tourtières (3), aucune poissonnière. En revanche, pour la viande, la Gâtine fait figure de pays privilégié : les deux tiers des laboureurs possèdent un salouer où est conservé la viande salée, de porc pour l'essentiel, mais seulement la moitié des marchands, artisans et bordiers et 10 % des journaliers. Cette présence de la viande s'accompagne proportionnellement de broches et de grils (la moitié des laboureurs, aucun journalier) ; l'importance de l'élevage explique aussi le nombre de laittries destinées à conserver les produits laitiers avec toujours la prédominance des laboureurs (un tiers des intérieurs). L'art de la table appelle une étude de la vaisselle. En Gâtine comme dans tout le Poitou, l'étain est roi, du journalier au marchand. Les différences viennent de la qualité de l'étain (variant du simple au double), du nombre et de la diversité des pièces (de la simple écuelle aux différents types d'assiettes en passant par les pintes, gobelets, cuillères), allant à l'arrivée d'une moyenne de 2 livres chez les journaliers à 40 livres pour les marchands. Mais c'est une tonalité d'ensemble grise qui marque les tables de Gâtine, les pots, les écuelles en terre n'apparaissant que 15 fois. Quant à l'argenterie, elle constitue avant tout un marqueur social ; présente dans 10 % des inventaires mais jamais chez les journaliers et les bordiers, elle se résume le plus souvent à une tasse d'argent symbolique mais qui différencie socialement, comme pour les quelques bijoux (9 intérieurs) dont la valeur ne dépasse guère les 5 livres. Enfin, la table se pare (selon quelles fréquences ?) de nappes en grosse toile commune présentes chez 90 % des laboureurs et les deux-tiers des autres groupes mis à part les journaliers (un tiers). À part les pauvres qui se contentent de 2 nappes, la moyenne tourne autour de 6-7, coup de blancheur dans ces intérieurs terriblement sombres et ternes.

  • 19 Voir notamment les travaux de Daniel Roche, dont Histoire des choses banales. Naissance de la cons (...)

24Ce fond commun de culture rurale, certes modulé socialement, forme-t-il un môle de résistance compact ou bien s'ouvre-t-il aux changements du xviiie siècle perçus à différents degrés dans les campagnes françaises 19 ?

25Disons le aussitôt, les changements sont bien minces et c'est seulement à travers quelques petites touches que les modes du xviiie siècle et les traces d'entrée dans une première société de consommation se font sentir. Le meilleur indicateur est peut-être celui des miroirs qui entrent en force dans les intérieurs français au xviiie siècle. En Gâtine, les laboureurs et les bordiers ignorent presque totalement (à trois exceptions près) cet objet pourtant bon marché ; il faut aller chercher dans des milieux en contact avec la ville pour y dénicher quelques miroirs : un notaire, un chirurgien, un cabaretier, un chapelier, le maître chauffeur de la forge de La Peyratte illustrent en cela l'existence d'un petit groupe d'intermédiaires, de « médiateurs culturels ». C'est d'ailleurs dans cette bourgeoisie rurale notamment chez le notaire et le chirurgien que se rassemblent les indicateurs d'une culture urbanisée : par exemple le notaire Coutineau détient un miroir, trois chandeliers, une table ronde, une chaise à bras, sans parler de sa perruque et de son habit en drap d'Angleterre. Les amorces de changement sont à chercher plutôt du côté de la vaisselle : d'une part la poterie de terre bon marché perce un peu partout dans la seconde moitié du xviiie siècle, et d'autre part la faïence qui s'est largement diffusée en ville fait un timide entrée sous la forme d'une ou deux pièce, saladier, pot à eau, assiettes, dans dix intérieurs de la fin du siècle, les laboureurs suivant peu la mode (3 cas seulement) alors que le petit groupe de « médiateurs culturels » montre son intérêt (certes limité) pour cette nouvelle matière. Le textile et les vêtements ne sont guère plus évolutifs : si les petites traces de couleur, bleu, rouge connaissent une légère vogue, le gris, le gris-bleu dominent toujours largement ainsi que les gros tissus locaux comme le serge ou le droguet. Meilleur indicateur de la pesanteur gâtinelle, le coton, qui gagne partout du terrain et se banalise, reste l'exception sous forme de mouchoirs de col féminins, débusqués à six reprises avec leurs couleurs vives ; quant aux deux déshabillés de coton rouge et bleu de l'épouse du maître chauffeur de La Peyratte, ils constituent l'exception individuelle qui confirme la règle collective celle d'une civilisation matérielle rurale qui n'évolue que très lentement en passant par le filtre d'intermédiaires culturels eux-mêmes bien timides.

*

26L'habitat rural gâtineau, symbole de la dispersion qui elle-même induirait un mode de vie spécifique lié notamment à l'isolement, nécessite une relecture attentive. La dispersion est tout d'abord relative et l'habitat ne se limite pas loin de là aux seules célèbres métairies isolées, la fonne dominante étant celle du hameau-village unité dont le fonctionnement et sans doute la relative autonomie appellent des études complémentaires. Les formes de l'habitat sont également très diversifiées, chaque ensemble bâti correspondant à un type d'exploitation agricole, de la métairie de 40 hectares abritant sur ses terres remembrées un abondant cheptel nécessitant de nombreuses dépendances, jusqu'à la borderie de moins de 5 hectares aux besoins limités en bâtiments, en passant par les habitats soit de journaliers miséreux, simples abris, ou d'artisans de villages avec leur boutique-atelier. Mais au delà de ces différences, reviennent inlassablement quelques traits communs à l'ensemble de l'habitat gâtineau : la structure des bâtisses, des maisons basses surmontées d'un grenier et surtout le cadre de la pièce unique, la grande chambre basse polyvalente, module de base parfois complété chez les plus aisés par une ou deux pièces annexes. On tient là incontestablement, sans tomber dans les clichés d'une vie familiale patriarcale, communautaire, un élément clé des façons de vivre des ruraux de Gâtine.

27Le bric à brac entassé dans la chambre basse est quant à lui révélateur d'un fond commun de culture rurale où se retrouvent largement le riche laboureur ou le journalier misérable : l'extrême rusticité des intérieurs, l'absence de superflu renvoient à la fois à une pesanteur culturelle très forte, peu perméable aux innovations du siècle, phénomène peut être renforcé par la dispersion de l'habitat et à une société rurale où es priorités sont ailleurs. La considération et le prestige social sont à chercher du côté des bœufs et pas du côté des armoires ou de la faïence. Le laboureur ou le marchand rural se distingue simplement par un plus grand nombre de lits, de coffres, une vaisselle plus abondante, des piles de nappes, de serviettes et de linceuls plus étoffées, le tout en meilleur état. Mais leurs intérieurs n'évoluent que par toutes petites touches par le relais de quelques « médiateurs culturels » ruraux ouverts timidement aux changements du siècle.

Notes

1 Péret, Jacques, Les Paysans de Gâtine au xviiie siècle, La Crèche, Geste éditions, 1998.

2 Merle, Louis, La Métairie et l'évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen Age à la Révolution, Paris, SEVPEN, 1958.

3 Les laboureurs représentent 23 % des taillables, les bordiers 31 %, les journaliers 21 % et les artisans et marchands 14 % (Péret, Jacques, op. cit., p. 121).

4 Voir les travaux fondamentaux d'Annie Antoine sur l'Ouest dont Fiefs et villages du Bas-Maine au xviiie siècle, Mayenne, E.R.O., 1994 et Le paysage de l'Historien. Archéologie du bocage de l'Ouest de la France à l'époque moderne, P.U.R., 2002.

5 Dupin, Claude François Etienne, Mémoire statistique du département des Deux-Sèvres, Niort, an XII et Dictionnaire géographique, agronomique et industriel du département des Deux-Sèvres, Niort, an XII.

6 Utilisés dans notre ouvrage op. cit., 3° partie.

7 Péret, O., Trois paroisses de Gâtine poitevine au xviiie siècle. Ménigoute, Coutières, Saint Germier, mémoire de maîtrise, Université de Poitiers, 1974.

8 À partir du rôle de taille de 1766, arch. dép. de la Vienne, C 835.

9 Péret, O., op. cit.

10 Merle, Louis, op. cit., p. 82 et suiv.

11 Dupin, Claude François Etienne, Statistique du département des Deux-Sèvres, Niort, an IX, p. 53.

12 Abritant un four dont la présence n'est qu'épisodiquement mentionné.

13 Mary, N., Le Mariage dans la Gâtine poitevine au xviiie siècle, mémoire de maîtrise, Université de Poitiers, 2000.

14 Arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 2961, 8 juin 1733.

15 Arch. dép. de la Vienne, E 4 - 7 - 23, 8 juin 1731.

16 Arch. dép. de la Vienne, 2 H 1-57, 20 novembre 1749.

17 Arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 3007,11 octobre 1772.

18 Arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 2959, 3 novembre 1731.

19 Voir notamment les travaux de Daniel Roche, dont Histoire des choses banales. Naissance de la consommation (xviie-xixe siècles), Paris, Fayard. Voir aussi les nombreux mémoires de maîtrise réalisés sur ce thème à l'Université de Poitiers et qui mettent en évidence de sensibles différences micro-régionales.

Auteur

Professeur d'histoire moderne, GERHICO-Université de Poitiers

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable