Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes

 | 
Michel Brand’Honneur

Chapitre V. Habitants des manoirs à motte, maîtres des châteaux : homologie de résidence, homologie de statut ?

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La morphologie des manoirs à motte reprend, pour partie, un des aspects les plus marquants des forteresses majeures. Un tel mimétisme n’est pas sans soulever un certain nombre de problèmes que l’assimilation pure et simple de toutes les sites à motte à des châteaux n’aide pas à résoudre. Si tel était le cas, nous serions en droit de parler de chaos féodal. Mais l’analyse du rapport des titulaires des places fortes du Rennais avec leur comte montre qu’il n’en a pas été ainsi. Les actes de la pratique et les textes narratifs sont clairs à ce sujet : les forteresses sont rares ce qui indiquerait que les multiples sites à motte n’étaient pas considérés comme des châteaux à part entière. Certains archéologues et historiens auraient été piégés par la trace matérielle de ces résidences dont l’aspect le plus visible de nos jours est ce monticule de terre appelée « motte ». Or l’étude du profil de leurs habitants, par le biais de la parenté et de la hiérarchie féodale, et l’analyse des activités spécialisées des domaines des mottes, concourent à montrer que les chevaliers, aspirant à la noblesse, devaient jouer un rôle actif dans les circuits de l’économie médiévale.

Une organisation variée de la parenté des seigneurs châtelains et chevaliers à motte

  • 1 Par exemple B. Lemesle considère qu’il est difficile d’examiner la parenté en deçà de l’aristocrat (...)
  • 2 M. Bourin et P. Chareille, « Le choix anthroponymique : entre hasards individuels et nécessités fa (...)

2Si la structuration de la parenté chez les seigneurs châtelains est assez bien établie, peu de recherches se sont attachées à cerner celle des couches inférieures de la noblesse de sorte que son organisation reste encore méconnue. Le caractère lacunaire des sources en est la première cause. Les simples chevaliers, dont l’influence ne dépasse pas celle d’une paroisse, ne sont connus, dans la plupart des cas, que par les listes de témoins des actes de seigneurs châtelains. Leur recension reste fastidieuse tant ils sont nombreux. Au regard de ces difficultés, l’analyse de la parenté au niveau de cette chevalerie a souvent été négligée, les actes ne fournissant pas, a priori, assez d’indications pour dresser une généalogie digne de ce nom1. La recherche peut donc paraître vaine, d’autant plus que certains historiens estiment que ces chevaliers possédaient, le plus souvent, d’humbles origines si bien que leur étude s’est parfois limitée à une analyse terminologique. C’est au fond la conviction opposée qui a guidé notre démarche et justifie une partie de notre inventaire. Ce dernier vise à établir toutes les généalogies possibles, comme le recommandent M. Bourin et P. Chareille2. La réunion de nombreux textes permet cet exercice. Nous avons ainsi reconstitué des parentés de chevaliers du Rennais. La plupart d’entre elles sont désignées par un nom suivi d’une indication toponymique associée à un manoir avec ou sans motte. Or, nous avons souligné que de telles constructions s’inspirent des châteaux majeurs habités par les seigneurs châtelains. Au-delà du parallèle architectural, quelle reproduction peut-on y déceler du modèle social de la noblesse ? Les règles de la parenté des maîtres des grandes places fortes seraient-elles reprises par la chevalerie demeurant dans des manoirs à motte ? La réponse risque d’être plus que mitigée tant le rôle joué par ces deux groupes de la société médiévale sont distincts.

De la désignation des chevaliers à la reconstitution de leur parenté : questions de méthode

3Les généalogies de chevaliers du Moyen Âge sont élaborées par le recoupement de plusieurs sources livrant quelques bribes de filiation ou plus simplement des listes de noms. Mais comme, à cette époque, les appellations ne sont pas encore fixées, les problèmes d’identification des individus sont fréquents. Quelques remarques méthodologiques s’imposent pour établir les parentés chevaleresques.

Identification des individus

  • 3 Par exemple, lorsque Ébroin, miles, donna le lieu de Trémaheuc, il est aisé d’identifier : « Super (...)
  • 4 « $. Judhalis archipiscopi./$. Walterii vicarii./$. Brienti./$. Gauscelini./$. Rivelloni. », Guill (...)
  • 5 Dom Morice, 429-430, 454-455, 567.
  • 6 Les actes de Marmoutier que nous avons collationnés sont au nombre de 389. Ils sont bien représent (...)
  • 7 Cette analyse ne constitue pas le cœur de notre problématique d’ensemble. Elle est donc très parti (...)

4Reconstituer les parentés attachées aux manoirs à motte et aux châteaux est un travail fastidieux. L’importance de notre inventaire, alliant les sites à motte ou à château avec les individus que l’on peut localiser à partir des indications des actes, l’atteste. Ce travail présente également quelque difficulté car il dépend largement du mode de désignation des individus dans les actes. S’y succèdent des séries de noms plus ou moins facilement identifiables. L’emploi d’un nom isolé ou accompagné d’une indication de filiation désignant généralement le père (X fils de Y) soulève des problèmes de reconnaissance majeure sauf s’il est peu utilisé ou caractérise certains patrilignages comme pour les Goranton-Hervé basés à Vitré. De plus, l’importance du statut d’un individu facilite son identification. Rivallon est un nom courant, mais, lorsqu’il est associé au xie siècle au titre de dominus dans la région de Dol-Combourg3, il devient aisé de reconnaître le premier seigneur connu des lieux, Rivallon Ier. De même, il n’est pas trop hasardeux d’identifier Brient, Gauzlin et Rivallon dans un acte de Conan II de 1040-11474, aux seigneurs de Châteaubriant, Dinan et Dol-Combourg, car à cette époque, les individus se succèdent selon un ordre hiérarchique assez rigoureux dans les listes de souscripteurs. La reconnaissance de la majorité des témoins de moindre rang devient souvent possible lorsque leur nom est suivi d’un surnom reprenant un nom (comme Thomas Boutier, fils de Boutier situé en Tinténiac5) ou est associé à un toponyme (comme Robert de Sérigné), ce qui a l’avantage supplémentaire de localiser les individus. Notre recherche est donc tributaire du mode de dénomination des personnes. À titre indicatif, un rapide sondage dans les actes de Marmoutier et du cartulaire seigneurial de Vitré6 permet de suivre l’évolution des désignations des individus dans le temps. Nous n’avons retenu que trois types d’appellations des individus parmi les hommes laïcs : le nom isolé, le nom accompagné par celui du père (sous la forme X fils de Y), et le nom associé à un toponyme. Ils ont été comptabilisés par tranche de cinquante années7. Les données chiffrées ont été réunies sous la forme d’un tableau :

Tableau 4 : Évolution de la dénomination des hommes laïcs dans les actes

Tableau 4 : Évolution de la dénomination des hommes laïcs dans les actes
  • 8 Cette évolution suit globalement celle qui a été observée dans l’ensemble de la France. On note ce (...)
  • 9 « Galteo de Sancto Albino, burgensi Vitreiensi », ADIV, 1F909, 16.

5Les noms isolés restent la pratique courante de désignation des chevaliers pendant la première moitié du xie siècle tandis que ceux accolés d’une indication toponymique restent rares. La tendance s’inverse pendant la première moitié du xiie siècle. Elle est cependant concurrencée par la dénomination « X fils de Y ». Dès la seconde moitié du xiie siècle, l’indication de lieu l’emporte massivement sur les deux autres modes de désignation des individus dans les populations laïques masculines8. Ces toponymes se rapportent très fréquemment à un manoir, le plus souvent accompagné d’une motte. Une telle filiation aide d’ailleurs à mieux définir les individus pouvant être considérés comme appartenant aux groupes des nobles ou des chevaliers. Il en ressort, sans pour autant pouvoir le chiffrer car beaucoup d’individus dont le nom n’est pas associé à un lieu sont difficilement identifiables, qu’une grande partie des témoins des actes, si l’on excepte évidemment les femmes et les ecclésiastiques, appartiennent bien à la chevalerie. Mais le nom accompagné d’un toponyme n’est en aucun cas seulement réservé à ce groupe. En effet, des roturiers peuvent porter la particule. Par exemple, Gautier de Saint-Aubin est dit bourgeois de Vitré en 12399. Inversement, tous les nobles n’associent pas leur nom à une désignation géographique. Les premiers d’entre eux, les ducs de Bretagne, ne s’appellent jamais, par exemple, « Conan III de Bretagne ». Ils associent seulement leur titre à leur nom. Il est vrai que leur rang les en dispensait.

Le cas dolois : un mode de désignation original des chevaliers sans motte

  • 10 J. Quaghebeur, Comté…, t. II, p. 617-641.

6La tendance à lier une indication toponymique au nom des chevaliers connaît plus ou moins de retard selon les régions. En Cornouaille, ce mode de dénomination ne s’impose qu’à la fin du xiiie siècle10. Cependant, à l’échelle d’une petite région comme le Rennais, la mutation anthroponymique est effectuée en même temps et selon des modalités similaires, à l’exception toutefois notable du régaire de l’évêque de Dol. Dans ce terroir, recouvrant la taille d’une seigneurie châtelaine classique, les chevaliers lient rarement leur nom à un lieu. Ce type de désignation commence à se diffuser vers la seconde moitié du xiie siècle, mais, dans de nombreux cas, les noms sont encore associés au xiiie siècle à une indication filiale. Deux documents de 1226 et de 1247 l’attestent. Il s’agit des dix milites dus par l’évêque de Dol à l’ost du duc de Bretagne. Les noms de ces individus, formant la principale noblesse de la région, sont :

  • en 1226 : D. Johannes Pænel Dominus de Landal ou feodum Jedoini filii Hamonis, doit 2 milites ; D. Alanus de Belloforti ou feodum Senescalli Dol., 1 ; Petrus de Garclip ou feodum Eudonis filii Gaufridi, 2 ; Guillelmus Boterat ou feodum Pincerne, 1 ; feodum de Charruyerens, 1 ; D. Johannes de Dol ou D. vero Hasculfus de Soligne pater D. J. de Dol, 1 ; feodum Helie Boterat, 1 ; feodum filii Guidonis filii Renol, 111.
  • en 1247, dans le même ordre : D. R. de Albigneio Dom. de Landal, doit 2 milites ; D. Alanus Bellofortis, 1 ; feudus filii Gaufedi filii Eudonis, 2 ; G. Buticularius, 1 ; les Cherrurens, 1 ; D. de Combur., 1 ; Domina de Tremehin, 1 ; Feudus Rollandi filii Hugonis, 112 (aucun élément ne permet d’identifier ces deux derniers individus à ceux de la liste de 1226).
  • en 1294 : les noms ne sont pas précisés. Nous savons seulement que l’évêque de Dol devait toujours 10 milites au duc13.
  • 14 P. Banéat, Le département…, t. III, p. 358.

7Il est remarquable de constater que, parmi toutes ces personnes citées, seulement quatre peuvent être facilement identifiables parce que leur nom est lié à un toponyme : Dol, Beaufort en Plerguer, Cherrueix et Guesclin14. Trois se rapportent à des demeures fortifiées : celle de Dol est un château majeur, les autres sont des constructions tardives remontant au plus tôt à la fin du xiie siècle. L’association de leur nom à un lieu est très récente pour les Guesclin et les Beaufort ; auparavant, ils étaient suivis d’indication filiale (X fils de Y) ou statutaire (X, sénéchal de Dol). La plupart des autres chevaliers sont difficilement localisables dans la région doloise. Il est impossible de savoir où se situait le fief de Guidon fils de Renol, ou celui de Hélie Boterat. Sans l’indication « de Beaufort », l’identification de la demeure de ces chevaliers en Plerguer eut été fort compromise.

  • 15 Pas moins de 12 de Hirel sont recensés entre 1181 et 1254. Le premier s’appelait Geoffroy de Hirel (...)
  • 16 Guillaume du Vivier est qualifié de miles en 1181 et pourrait loger au manoir du Pont du Vivier. C (...)
  • 17 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 266.
  • 18 L’archevêque Junguenée créa, avant 1040, douze fiefs de chevalerie, « Guingueneus vero archiepisco (...)
  • 19 Par exemple, en 1167-1197 : « [] Decimas que pertinent ad Boterat fevum… », Dom Morice, 693.

8Plus généralement, il est souvent délicat d’identifier le lieu d’ancrage des chevaliers de la région de Dol, même lorsque leur nom précède une indication toponymique. Or le régaire de Dol ne possède aucune motte, hormis celle de Dol. Il y a là certainement un lien de cause à effet dont nous ne saisissons pas exactement la nature. Il en est de même pour les manoirs plus tardifs. La plupart du temps, aucune de ces demeures ne peut être associée à des chevaliers. On ignore où habitaient les Hirel15. Seuls les Vivier et les Miniac semblent être en lien avec les manoirs du Pont du Vivier16 et de Miniac17. Et pourtant, ces chevaliers possédaient bien des fiefs puisque les évêques de Dol n’hésitaient pas à en distribuer au plus tard dès le début du xie siècle18. De plus, ces terres sont localisables dans le paysage car des actes s’en servent comme points de repère19. Enfin, aucun indice ne permet de penser que les biens possédés par cette chevalerie doloise (hormis l’absence de manoir avec ou sans motte) étaient de nature différente de ceux de leurs collègues du Rennais. Il y a un problème sur lequel nous butons. Il n’est pas lié à la géographie mouvante du marais de Dol car le fait est aussi détectable sur les hautes terres du domaine épiscopal. L’absence de motte semble être une des explications de ce mode de désignation originale par rapport au Rennais. Cet édifice paraît donc être un des éléments majeurs de la formation de l’anthroponymie médiévale chez la chevalerie. Mais il ne constitue pas la seule explication. En Basse-Bretagne, les chevaliers apparaissent aussi associés à des manoirs à motte. Ils ne joignent pas pour autant leur nom à un toponyme avant le xiiie siècle.

Désignation toponymique ou indicateur de parenté ?

  • 20 Dom Morice, 545, 816-817 ; Saint-Melaine, f° 41 ; BN, ms fr 22325, p. 753 ; A. Guillotin de Corson (...)

9La reprise des mêmes noms toponymiques par différents individus n’implique pas pour autant leur appartenance à une même parenté. Ceci est plus facile à mettre en évidence chez les seigneurs châtelains, car ils sont mieux connus, que chez les simples chevaliers à motte. Par exemple, les sires de Fougères, dont les filiations de pères à enfants semblent être à peu près complètes car la documentation les concernant est particulièrement abondante, n’ont aucun lien avec Galenbrun de Fougères, Angier de Fougères et Gautier de Fougères, cités respectivement en 1122, 1170, vers 1200 et en 1210, ainsi qu’Étienne de Fougères et Pierre de Fougères, évêques de Rennes entre 1168 et 1178 et entre 1210 et 122220.

  • 21 Dom Morice, 529.
  • 22 Cartulaire de labbaye de Saint-Aubin dAngers…, 655.
  • 23 Guillotel 161.
  • 24 ADLA, H112, 10.
  • 25 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 538 ; La Roë, 56 ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 715-7 (...)
  • 26 Saint-Georges, app. 28 ; Saint-Melaine, f° 20 et 59.

10Un lien de parenté entre tous les individus associant leur nom à La Guerche est également fort peu probable. Manerius de La Guerche, miles cité en 1081-109321, Pichon de La Guerche en 109722, Havis de La Guerche en 1112-114823 et Hervé et Étienne de La Guerche en 112324, semblent ne pas appartenir à la parenté des sires du lieu. Cela est certain pour Olivier de La Guerche et son fils Robert cités en 1096-112325, et le miles Josse de La Guerche, dont le fils Ruellan fut clerc à La Guerche en 123126. Ces filiations entre père et fils n’ont en effet aucun rapport avec celles des sires de La Guerche.

  • 27 Dom Morice, 415.
  • 28 ADIV, 1F1801, 13bis.
  • 29 Vitré, 287.
  • 30 Saint-Melaine, f° 6, 24, 53, 105 ; BN, ms fr 22329, p. 103, 678 ; Saint-Sulpice, 60 ; Cartulaire M (...)
  • 31 Saint-Georges, app 16.
  • 32 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 405.
  • 33 M. Brand’Honneur, « Le lignage… », p. 65-87.
  • 34 B. Lemesle, La société aristocratique…, p. 391-394 et 428.

11Quant à Martigné, une seconde parenté distincte des sires de ce château est décelable. Il s’agit de Gautier fils de Rainald de Martigné. Il est témoin en 1067-1076 d’un acte du châtelain Guiheneuc fils de Hervé de Martigné27. Ce Rainald pourrait être le même que Rainald dit Codana, père de Geoffroy, qui éleva des réclamations après la concession de son frère, Guiheneuc, de droits sur l’église de Marcillé-Robert28. Près d’un siècle et demi plus tard, en 1205, alors que la tige aînée des sires de Martigné s’était éteinte vers 1120, apparaissent Bartholomé de Martigné et Ysamberd de Martigné. Ils possédaient des terres près de l’étang de Marcillé29. De même, Thomas de Vitré, Guillaume de Vitré prieur, Jean de Vitré clerc, Raoul de Vitré, Olivier de Vitré dans la seconde moitié du xiie siècle30, P. de Vitré en 120831, Clément de Vitré, chanoine, archidiacre puis évêque de Dol entre 1231 et 1241-124332, ne semblent pas faire partie de la parenté des seigneurs de Vitré. Mieux encore, nous savons que les Goranton-Hervé de Vitré n’ont aucun lien de parenté avec les sires de Vitré dont les aînés se dénomment Robert et André33. Et pourtant, ces deux puissants patrilignages cohabitèrent dans la même agglomération pendant environ 80 années. Ces homonymes ont été rarement soulignés à notre connaissance. B. Lemesle y fait allusion dans le Haut-Maine pour les Riboul et les Sourches34.

  • 35 D. Barthélemy, La société…, p. 630 ; K.-F. Werner, « Liens de parenté… », Famille et parenté…, p. (...)
  • 36 Guillotel, 66.
  • 37 J.-P. Brunterc’h, « Puissance temporelle… », p. 29-82 ; J.-C. Meuret, « Le poids… », p. 89-129.
  • 38 Guillotel, 55.

12D’autres éléments d’analyse montrent que la désignation géographique d’un même individu pouvait changer selon les circonstances, comme l’ont souligné D. Barthélemy pour le Vendômois ou K.-F. Werner35. Ainsi les Goranton-Hervé de Vitré, aux noms relativement caractéristiques, se sont également dits « d’Acigné ». Une charte de Conan II, concernant le Vendelais, territoire tout proche de Vitré, le montre. Parmi les témoins de cet acte figurent l’un à la suite de l’autre : « Gorantonius filius Hervei de Vitriaco, Herveus filius Gorantoniis de Acinniaco36. » Une analyse d’autres textes indique que ce Goranton de Vitré était en fait le père de Hervé d’Acigné. Ce dernier s’appelait également Hervé [II] de Vitré. L’origine de cette double désignation géographique provient de leurs possessions à Vitré et à Acigné. Les choix de noms géographiques peuvent également se modifier lorsqu’un lignage châtelain quitte un château pour un autre. Tel est le cas de Hervé de Martigné, habitant la place forte de ce nom vers le milieu du xie siècle. Il l’abandonna pour lui préférer, après une alliance contractée auprès du comte d’Anjou, le château de Pouancé. Son fils, Gautier, associa son nom à celui de cette place forte. Un tel changement n’a évidemment pas facilité la reconstitution de ce patrilignage37, d’autant plus que ce Gautier se surnommait également « Hai ». Dans d’autres cas, une désignation géographique précise servant à mieux identifier les individus paraît inutile, surtout si l’acte était passé dans une contrée fort lointaine. Ainsi, Silvestre de La Guerche devient Silvestre de Bretagne lorsqu’il suit Conan II auprès du comte Thibaud III38. Ce nom est rarissime pour prêter à confusion. Pour les auteurs de l’acte de la région de Chartres, La Guerche était une localité inconnue, cette indication géographique était donc dénuée de sens.

  • 39 H. Guillotel, « Combour… », p. 2776-286.
  • 40 « Wuillelmo cognominato Branchu, milite, […] Symonis de Visicca, patris W. Branchu », Saint-Melain (...)

13Le nom toponymique servait donc à identifier géographiquement les individus. Pas plus qu’il n’est le signe d’une appartenance à une parenté précise chez les seigneurs châtelains, il ne l’est pour les chevaliers à motte. Cependant, la démonstration est plus délicate car ces derniers sont souvent connus comme simples témoins des actes, ce qui ne permet pas d’établir des filiations entre les individus portant le même nom d’origine toponymique. Malgré tout, certaines précisions permettent de montrer que plusieurs noms pouvaient désigner la même personne. Par exemple, Hervé de Lanrigan se dit également de Langan et Hamon Le Chat peut s’appeler de Lanrigan39. Parfois, un fils peut porter un surnom différent de celui de son père. En 1204, Guillaume dit Branchu était le fils de Simon de Visseiche40. Une trentaine de cas ont été ainsi repérés à la faveur d’une filiation père-fils ou d’un lien de consanguinité entre frères. Ils sont certainement beaucoup plus nombreux mais, en l’absence d’une quelconque indication de parenté, il est impossible de les reconnaître. L’association du nom à un lieu peut seulement donner des orientations pour reconstituer certaines parentés mais cette méthode est à utiliser avec beaucoup de prudence.

Quand le nom de lieu devient patronyme

  • 41 BN, ms lat 5441, t. 3, p. 245.
  • 42 Marmoutier. Cartulaire Blésois…, 149.
  • 43 Ibidem, 235.

14Cependant, si le nom d’origine toponymique constitue davantage une simple allusion à un lieu, son utilisation répétée commença à en changer le sens vers la seconde moitié du xiie siècle. Certaines étapes sont particulièrement claires lorsqu’on étudie les désignations liées aux seigneurs châtelains, notamment ceux de Châteaugiron. En 1096, l’aîné de cette parenté se nomme « Giro [Ier] de Castello Ansquetilli », du nom de son père Ansquetil41. Le fils de Giron Ier, Geoffroy Ier est dit « cogomento Brito, de Gilon Castro » en 109542. Son présumé petit-fils se dénomme en 1114 à nouveau « Gilon [II] de castro Ansquitilli43 ». À cette époque, le nom géographique n’est donc pas encore stabilisé. Puis, vers le milieu du xiie siècle, tous les aînés, ainsi que la tige cadette établie à Amanlis, associeront à leur nom celui de leur ancêtre commun sous la forme « de Châteaugiron ». À ce moment, Châteaugiron s’est définitivement transformé en patronyme. On note toutefois une variante pour deux individus sires de Châteaugiron s’appelant Geoffroy Giron vers 1200 et en 1210.

  • 44 «Wethenoco filio Corantoni de Vitriaco », Guillotel, 59. Cf. également M. Brand’Honneur, « Le lign (...)
  • 45 Saint-Sulpice, 66.
  • 46 Vitré, t. II, p. 6 et ss.

15Le cas des Goranton-Hervé de Vitré est particulièrement intéressant pour comprendre la fixation du nom géographique se transformant ainsi en nom de famille. C’est Guihénoc qui associe pour la première fois le nom de son père, Goranton Ier, à la désignation toponymique de Vitré, en 1040-106644. Sur l’ensemble du xie siècle, les Goranton-Hervé s’intitulent à trois reprises « de Vitré » sur un total de 19 mentions. Mais, à partir du début du xiie siècle, la tendance s’inverse définitivement pour devenir exclusive après 1150, si l’on excepte un acte de Saint-Sulpice mentionnant Goranton IV à l’aide de son seul nom45. Or ceci peut sembler a priori paradoxal car c’est à partir des années 1150 que cette parenté est définitivement expulsée de la terre de Vitré. Cet attachement à la désignation « de Vitré » peut être interprétée comme une revendication politique faisant référence à un passé où leurs ancêtres tenaient une place dominante dans le château de ce nom. Il s’agit d’un des premiers exemples où l’association d’un nom à une désignation d’origine toponymique devient un nom de famille à part entière. On le retrouvera de façon indiscutable en 1251, lorsque Guy de Laval recueillit la succession de la seigneurie de Vitré : lui et ses enfants ne porteront jamais le nom de Vitré46.

16Cependant, la stabilisation du nom de lieu est dans l’ensemble assez tardive. Les sires de La Guerche-Pouancé en offrent un excellent exemple. Leur mode de désignation peut être synthétisé sous la forme d’un tableau :

Tableau 5 : Les choix de noms d’origine toponymique associés à celui des sires de La Guerche-Pouancé

Tableau 5 : Les choix de noms d’origine toponymique associés à celui des sires de La Guerche-Pouancé
  • 47 ADIV, 1F179, 15 ; Saint-Melaine, f° 84 ; Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers…, 658.
  • 48 Saint-Georges, 17.

17Silvestre, mort en 1093, porte le nom de La Guerche car à cette époque la tige aînée de cette parenté n’était que seigneur du château de ce nom. Son fils Guillaume Ier contracta un mariage avantageux avec Emma de Pouancé, héritière de la seigneurie de ce nom. Cependant, il ne semble pas associer son nom à celui de Pouancé, ni non plus son fils Guillaume II. Cette initiative revient à son petit-fils, Geoffroy Ier. Il est dit « de La Guerche » en 1158-1181, ou « de Pouancé » en 1168-1178, ou encore Gaufridus de Pœnceio, dominus castri Guirchie en 117247. L’appellation « de La Guerche » est en faveur pour Guillaume III ; cependant, le fils de ce dernier, Geoffroy II, lui préférera celle « de Pouancé ». Ceci peut donner lieu à des désignations a priori assez étranges comme ce qui suit : Guillemus de Guichia, filius Gaufridi de Pohenceio qui fit un don concédé par Gaufridus de Pohenceio filius meus, anno gracie M°CC°X°, apud Guirchiam48. N’ayant pas dépouillé la documentation au-delà de 1250, nous ignorons si Pouancé devint, ensuite, l’unique désignation des sires de La Guerche-Pouancé.

  • 49 Saint-Sulpice, 10, 51, 71, 143, 236 ; BN, ms fr 22325, p. 216 ; ADIV, 1F543, 23 ; Saint-Melaine, f (...)
  • 50 Dom Morice, 857-858, 879, 898, 1140-1141 ; BN, ms lat 5476, p. 40-41 ; ADIV, 1F204, daté de 1240.
  • 51 Saint-Sulpice, 81, 164.
  • 52 M. Bourin et P. Chareille, « Le choix anthroponymique… », dans Genèse…, t. III, p. 219.

18S’il est plus difficile de cerner, pour la petite chevalerie, le passage de la simple désignation toponymique au patronyme, quelques exemples montrent que la transformation s’effectua petit à petit et, sans doute, parallèlement à celle des seigneurs châtelains. Un bon indicateur est la reprise d’un surnom provenant d’un nom. Par exemple, Bardoul donna son nom à ses enfants, Thomas Bardoul, Pierre Bardoul et Guillaume Bardoul vivant dans la seconde moitié du xiie siècle49. De même, le fait qu’un individu garde la même désignation toponymique alors qu’il est devenu seigneur d’un autre lieu indique que ce mode de dénomination tend à devenir héréditaire. Les époux de Mathilde, Raoul d’Aubigné puis Jean Paynel, devinrent dominus de Landal tout en conservant leur désignation géographique d’origine. Les fils de Mathilde, vraisemblablement de son premier mari, Raoul d’Aubigné et Philippe d’Aubigné associèrent à leur nom le même toponyme que celui de leur père50. Mais il s’agit là d’un exemple pris dans une chevalerie déjà de haut rang. Dans les strates sociales inférieures, cette stabilisation du nom géographique est plus difficile à cerner. Nous croyons cependant la repérer chez Raoul du Plessis et Tyson de Saint-Gilles. Ces personnages gardèrent leurs noms d’origine toponymique lorsqu’ils devinrent, l’un après l’autre, domini de Mouazé après les années 120051. Quelque cent ans auparavant, leurs noms auraient certainement été associés à celui de Mouazé. Si certaines appellations d’origine géographique commencent à se transformer en nom de famille, le système de désignation reste cependant encore très souple52.

La reconstitution des parentés chevaleresques

19La reconstitution des parentés de chevaliers ne doit donc pas reposer, pour la période étudiée, sur des identifications liées aux désignations toponymiques des individus. Elle ne peut s’établir que sur des filiations clairement mentionnées dans les textes. Ces indications permettent une connaissance relativement précise des parentés dont les membres sont les auteurs des actes, c’est-à-dire essentiellement les seigneurs des châteaux majeurs. Les filiations les plus courantes sont celles désignant le père et ses enfants. Elles permettent de reconstituer la branche aînée mâle sur plusieurs générations. La répétition des mêmes noms de père à fils ou à petit-fils peut être aussi un indicateur précieux pour pallier l’absence de filiation explicitement mentionnée dans les actes. Le sort des enfants puînés est beaucoup plus délicat à cerner, à moins qu’un mariage illustre ne fasse connaître leur destin.

  • 53 ADIV, 6H34, 3.

20L’établissement des parentés chez les chevaliers à motte est beaucoup plus délicat. Leurs membres ne sont connus que comme témoins des actes et, dans ces cas, les filiations sont rarement précisées. Les notices de la fin du xie siècle livrent plus couramment des fragments de généalogie. Certaines permettent même de relier plus d’une vingtaine d’individus entre eux, comme pour les chevaliers possédant des biens à Erbrée53. Mais, à cette époque, les indications toponymiques sont plus rarement indiquées, à la différence du siècle suivant, ce qui ne favorise pas l’identification de la motte à laquelle ces derniers ou leurs descendants sont associés. Le relatif déficit documentaire de la première moitié du xiie siècle rend, dans bien des cas, toute filiation impossible entre les notices de la seconde moitié du xie siècle et les listes de témoins des actes postérieurs aux années 1150, souvent bien fournies en noms de chevaliers associés à des noms toponymiques. Mais la difficulté de l’établissement des parentés chevaleresques tient surtout à la disparité géographique des sources. Nous avons déjà évoqué ce handicap lors de l’établissement du lien entre chevalier et motte. Du sud de la seigneurie de Combourg à la région de Bain-de-Bretagne, de l’ouest de Rennes à l’ouest de la seigneurie de La Guerche, les textes sont rares. En fait, les zones les mieux éclairées par les écrits sont celles se situant à proximité d’un château majeur près duquel fut fondé un prieuré bénédictin. Il est alors possible de reconstituer quelques bribes de généalogies chevaleresques. Ces éléments permettront de poursuivre la comparaison de leur parenté avec celle des seigneurs châtelains.

Droit d’aînesse chez les seigneurs châtelains et organisation variée de la parenté chez les chevaliers à motte

21Après avoir examiné un certain nombre de problèmes méthodologiques qui se posent pour reconstituer les généalogies, nous sommes mieux armés pour comparer les parentés des seigneurs châtelains avec celles des chevaliers à motte.

Quelques aspects essentiels de l’organisation de la parenté chez les seigneurs châtelains

22Même si l’organisation de la parenté au niveau supérieur de la noblesse est bien connue, il ne paraît pas inutile de cerner quels groupes d’individus appliquaient les règles de la succession agnatique donnant une préférence marquée pour l’aîné. Il n’est point question ici d’étudier toutes les lois les régissant car le but de ce chapitre, rappelons-le, est de comparer les parentés détentrices d’un château majeur et celles qui sont associées à un manoir à motte. Comme les parentés de chevaliers de ces derniers sont essentiellement établies par leur mode de désignation, l’étude de celles qui sont détentrices de châteaux reposera essentiellement sur les choix des noms portés par les aînés.

Le droit d’aînesse et les maîtres des châteaux

  • 54 Pour les lignages de ces vicomtes, H. Guillotel, « Des vicomtes d’Alet… », p. 201-215 et du même a (...)
  • 55 Tel aurait été sans doute le cas de la parenté de Martigné mais le patrilignage tombe en quenouill (...)

23Le nombre de parentés privilégiant une succession avec un droit d’aînesse marqué du xie siècle au milieu du xiiie siècle est limité. Il se caractérise par la répétition de noms (souvent deux) servant à souligner une filiation entre les descendants aînés mâles. Il s’agit des comtes de Rennes, des vicomtes d’Alet et de Rennes54, et des seigneurs châtelains possesseurs des forteresses de Combourg, Fougères, Vitré, Martigné, La Guerche, Châteaugiron et Châteaubriant, soit en tout 10 parentés55.

  • 56 Cf. généalogie, p. 282.
  • 57 A. Oheix, Étude juridique…, acte 11 ; Dom Morice, 693-694, 823.

24À ce nombre, il faut ajouter les sénéchaux héréditaires. Tel est le cas de ceux qui étaient en poste à Dol. Le premier membre apparaît vers 1080 et s’appelait Alain Ier. Il était le fils d’un certain Fouard (ou Flaad) dont nous ne connaissons que le nom. Il est significatif que cette parenté semble adopter l’ordre strict de la succession à partir du moment où ses membres possèdent la charge de sénéchal56. Tout se passe comme si cette fonction, ne pouvant pas être divisée entre plusieurs individus, impliquait un droit d’aînesse assez rigide. Les Alain-Jordan assument pendant trois générations la charge de sénéchal de Dol jusqu’à la seconde moitié du xiie siècle, date à laquelle l’office échoit à un certain Robert de Saint-Jean, puis à Geoffroy le Bouteiller entre 1167 et 1197 et à Geoffroy l’Épine en 121357.

  • 58 M. Brand’Honneur, « Le lignage… », p. 65-87 ; généalogie, p. 290.
  • 59 Ils possédaient, entre autres, des droits sur le « castello Vitreii et tota castelleria Vitreii », (...)
  • 60 M. Bourin et P. Chareille, « Le choix anthroponymique… », Genèse…, t. III, p. 241.
  • 61 M. Parisse, Noblesse…, p. 305.
  • 62 G. Duby, La société…, p. 106.

25Cependant, la plupart des sénéchaux ne possédaient pas leur charge héréditairement et le droit d’aînesse, caractérisé par la reprise des noms, ne se décèle pas dans les lignages d’un niveau inférieur à ceux des seigneurs châtelains, excepté chez les Goranton-Hervé de Vitré. Cette parenté est particulièrement riche d’enseignements58. Elle était implantée à Vitré avant, semble-t-il, les Robert-André de Vitré nommés, sans doute peu avant 1047, gardien de Vitré, pour devenir après 1100 les seuls domini du château de Vitré. Auparavant, l’action du père de Robert Ier de Vitré, Triscan, et celle de son grand-père, Rivallon, vicarius et vidâme de l’évêque de Rennes, était essentiellement tournée vers Marcillé-Robert. Dès lors, il ne serait pas impossible que les Goranton-Hervé de Vitré, dont le premier membre se manifeste sous le gouvernement d’Alain III (1008-1040), c’est-à-dire dès qu’apparaissent les textes, était à la tête du château de Vitré. Les importants droits que les Goranton-Hervé possédaient sur le château et la châtellenie de Vitré l’accréditeraient59. En effet, seuls les individus utilisant comme mode de succession le droit d’aînesse et la transmission répétitive des noms sont, soit à la tête d’une fonction comtale ou vicomtale, soit seigneurs châtelains. Tel est le cas des Goranton-Hervé de Vitré dont les noms se succèdent avec une remarquable régularité du début du xie siècle jusque dans la première moitié du xiiie siècle, époque à laquelle le patrilignage disparaît, faute d’héritier mâle. Ainsi, le nom marque un droit à succéder60. Au xie siècle, une dizaine de parentés appliquait un régime de succession mettant en valeur l’aîné. Ces résultats sont tout à fait comparables à ceux de la Lorraine, étudiée par M. Parisse61. Outre le comte, les vicomtes et quelques charges héréditaires, ce système de succession concerne essentiellement les titulaires des châteaux majeurs. Il révèle, comme l’avait indiqué G. Duby62, le caractère public du commandement d’une place forte. Or, pour cette raison, une telle responsabilité, comme celle de sénéchal héréditaire, était indivisible.

Divers types de succession des noms

  • 63 H. Guillotel, « Des vicomtes d’Alet… », p. 201-215.
  • 64 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 221.
  • 65 M. Bourin et P. Chareille, « Le choix anthroponymique… », Genèse…, t. III, p. 237.
  • 66 Cf. généalogie, p. 272 et290.

26La dévolution des charges de seigneurs châtelains s’exprime par un mode de transmission particulier dans les parentés au sein de la lignée des aînés mâles. Si les choix de dénomination des individus suivent certaines règles, ces dernières laissent cependant une certaine marge de manœuvre et plusieurs modèles sont possibles. Il importe de les cerner afin de voir s’ils se retrouvent dans la petite noblesse liée aux mottes. Ces transmissions de noms peuvent s’effectuer selon plusieurs modalités. Un seul nom peut être reconduit d’aîné à aîné comme c’est le cas des vicomtes d’Alet : trois Hamon se succèdent de la fin du xe siècle ou du début du siècle suivant jusque dans les années 108063. De même, les sires de Châteaubriant choisissent, à partir du milieu du xiie siècle, de nommer leurs aînés Geoffroy, ce qui ne facilite pas le travail de reconstitution des filiations. Des cas aussi rigoureux se trouvent à Laval64, où les Guy se suivent de génération en génération pendant plusieurs siècles, et aussi, pour prendre des exemples plus lointains, en Aquitaine, en Touraine ou dans la région de Montpellier65. Un patrilignage peut également choisir l’alternance dans la succession des noms de sorte que le grand-père donnera son nom à son petit-fils, comme chez les Goranton-Hervé de Vitré du début du xie siècle jusque dans la première moitié du xiiie siècle. De même, les sires de Châteaugiron alterneront les noms des aînés, Jacques et Geoffroy, sur six générations à partir des années 115066.

  • 67 Cf. généalogie, p. 273.
  • 68 M. Bourin et P. Chareille, « Le choix anthroponymique… », Genèse…, t. III, p. 238.
  • 69 B. Lemesle, La société aristocratique…, p. 134 et 173.
  • 70 H. Guillotel, communication de 1995 à la SHAB, congrès de Fougères, 1995.
  • 71 M. Bourin et P. Chareille notent que les filiations des noms ne durent souvent que sur trois ou qu (...)

27Mais, plus fréquemment, le système de transmission associe d’une manière plus ou moins régulière les deux types principaux énoncés ci-dessus. Ainsi, les sires de Vitré alternent irrégulièrement les noms des aînés entre les années 1040 et 1251 de la manière suivante : Robert Ier, André Ier, Robert II, Robert III, André II, André III et André IV. Des modalités encore plus complexes peuvent se retrouver, par exemple chez les seigneurs de Dol-Combourg67. Rivallon Ier transmet son nom à son petit-fils Rivallon II, tandis qu’à la seconde génération de châtelain, le nom de Jean Ier est repris par le neveu de Rivallon II qui lui succédera. Quant au nom de Gelduin, il vient d’un cadet de Rivallon Ier, puis fut transmis par Jean Ier à son fils puîné, Gelduin Ier. Ce nom se retrouve, quatre générations plus tard, porté par Gelduin II décédé avant 1231. Ces discontinuités sont parfois liées à des décès prématurés de jeunes enfants qui auraient dû succéder à leur père et que les actes ne permettent pas toujours de connaître. L’absence de descendance pour l’aîné peut également en être la cause. La mise en valeur de Gelduin chez les seigneurs de Dol-Combourg provient d’un accident d’aînesse lié à la disparition de Rivallon II mort sans enfant. Ainsi, les belles ordonnances de succession de noms ne durent guère et sont souvent perturbées68. Parfois, les trajectoires des individus peuvent prendre des orientations imprévues, éventuellement liées à la personnalité des individus. Guillaume, l’aîné de Rivallon Ier de Dol, n’aurait peut-être pas dû devenir abbé de Saint-Florent de Saumur. Cette carrière ecclésiastique semble être la cause de l’effacement de son nom dans le lignage des sires de Combourg. C’est un cadet, Gelduin Ier, qui reprit la succession et donna plus tard son nom à Gelduin II. Ainsi, même si le droit d’aînesse implique une certaine répétition des noms, les accidents de parcours dans presque toutes les parentés châtelaines impliquent, comme le souligne B. Lemesle69, une certaine souplesse des modes de succession. En outre, des alliances prestigieuses peuvent perturber la succession des noms. Les Châteaugiron troquent le nom de Giron pour celui de Jacques dans la seconde moitié du xiie siècle. Les sires de Fougères abandonnent Main et Alfred et promeuvent Raoul, accusant une alliance avec les Girois70. En revanche, le mariage d’André III de Vitré avec Catherine, la fille de la duchesse Constance, n’influencera pas le nom de leur fils héritier (André IV). Ainsi, même si des changements, liés à des décès prématurés, à des vocations individuelles originales ou à des alliances, perturbent souvent les ordonnances de noms71, elles caractérisent cependant les lignées châtelaines et permettent un repérage relativement aisé de leurs membres.

Une organisation variée de la parenté chez la petite chevalerie à motte

  • 72 B. Cursente, « Les leçons d’une généalogie auscitaine des xie et xiie siècles », Genèse…, t. III, (...)
  • 73 M. Parisse, Noblesse…, p. 327.

28Bien que les parentés au niveau de la chevalerie à motte soit plus difficile à reconstituer, il est certain que leur mode de structuration s’effectuait selon des règles différentes de celles des seigneurs châtelains. La majorité de cette petite noblesse du Rennais n’utilisait pas, comme mode de succession, le droit de primogéniture marqué se caractérisant par la répétition d’un stock de noms très limité désignant les aînés. De plus, ce dernier est beaucoup plus représenté dans les sources que ses cadets. Rien de tel ne se remarque chez la chevalerie habitant les manoirs. En effet, si leur parenté était organisée de la même manière que celle des seigneurs châtelains, il serait aisé de détecter, même en l’absence de filiation clairement établie entre les groupes d’individus associés à un même lieu-dit, une répétition des noms et la promotion, au sein d’une même génération, d’un individu particulier. Or un tel schéma ne se retrouve pas la plupart du temps, comme pour les Moucon (généalogie p.269). Un simple regard sur le tableau rassemblant tous les individus portant ce nom suffit pour s’en convaincre. Un tel constat n’est pas particulier au Rennais. Il a été mis en évidence par B. Cursente dans la région d’Auch pour la petite aristocratie72. Pour la Lorraine de M. Parisse, le partage égalitaire était également de mise dans la petite noblesse73.

Du droit d’aînesse marqué…

  • 74 Cf. p. 193 et 32-33.

29Cependant, si l’ensemble des individus portant le même nom de lieu donne souvent l’impression d’un groupe assez éclaté dont on ne sait si leurs membres étaient apparentés, il est malgré tout possible de distinguer quatre tendances principales où les personnes s’ordonnent de manière différente entre elles. La première, et la moins fréquente, reprend le modèle de la structuration de la parenté des seigneurs châtelains. Il s’agit des sénéchaux de Dol où la répétition des noms, comme nous l’avons montré ci-dessus, sous-entend un droit de primogéniture marqué. Une telle transmission des noms se remarque également chez les Le Large qui deviendront seigneurs d’Aubigné (généalogie p.266). Le premier personnage connu est Raoul Le Large vers 1040. Il donna son nom à son petit-fils, dit Le Large ou d’Aubigné, et à un certain Raoul d’Aubigné vivant en 1149. Le nom de Raoul se retrouve dans une autre lignée où le nom d’Aleman paraît dominer. Quelques indices indiqueraient que cette dernière parenté était issue d’une tige cadette du patrilignage des Guillaume. Ce dernier nom s’impose rapidement dès les années 1100 sur quatre générations et semble désigner les titulaires de la seigneurie d’Aubigné. Même si cette généalogie est incomplète, faute de sources suffisantes, il semble qu’elle s’organisait en fonction d’un droit d’aînesse proche du modèle des parentés châtelaines. D’ailleurs, leurs seigneurs étaient fort importants et leur demeure, comprenant entre autres une motte, peut être qualifiée de château mineur74.

…Aux différents modèles d’organisation de la parenté chevaleresque

30Il y a peut-être d’autres parentés structurées selon un mode proche de celui des seigneurs châtelains, mais les sources ne permettent pas de les discerner. Cependant, la constitution d’un droit d’aînesse marqué aurait été assez rare chez les chevaliers à motte. Toutefois, dans un certain nombre de cas, leur parenté s’élabore selon une ligne principale mettant en avant les aînés de génération en génération, sans pour autant que ce mode de transmission se caractérise par la reprise d’un stock de noms limité. Par exemple, chez les d’Acigné (parenté C), un axe principal ressort nettement (noms en gras sur l’arbre généalogique 2). Il se caractérise par une meilleure connaissance, par les sources, d’une lignée. Parmi les trois fils de Pierre d’Acigné, seuls les enfants de Raoul sont biens connus. C’est aussi selon cet axe principal que les mariages sont le plus fréquemment mentionnés. Les individus recueillant la succession la plus importante sont également qualifiés de dominus (Hervé Audigier, Payen, Guillaume et Adam), ou d’aîné (Jean). Certaines irrégularités de parcours de la lignée principale peuvent s’expliquer par des décès prématurés. Il est étrange que le dominus Hervé Audigier et son fils Guillaume ne transmettent pas leur droit à leur descendance. C’est une fille de Raoul d’Acigné qui assure le principal héritage grâce à son mariage avec Payen d’Acigné. Cette filiation indiquerait que les autres enfants de Raoul auraient, soit voué leur vie à Dieu (comme pour Geoffroy d’Acigné, moine de Savigny après avoir eu une fille), soit seraient morts avant de pouvoir recueillir la succession. De même, si Jean, l’aîné de Guillaume d’Acigné, n’est pas qualifié de dominus, c’est sans doute parce qu’il mourut assez tôt. D’ailleurs, ce dernier ne figure plus dans les actes du xiiie siècle alors qu’Adam, son frère, joue un rôle essentiel dans la parenté en 1229 et en 1246 et porte le titre de dominus. Ainsi, les aînés de la parenté C d’Acigné recueilleraient la part la plus importante de l’héritage. Un tel schéma est relativement fréquent. Il se retrouve par exemple chez les Champeaux ou les Boutier (tableaux 7 et 31, p. 270 et 288). Ce mode de succession aurait évité un trop grand éparpillement des patrimoines et des fiefs de chevaliers. Cependant, la place donnée aux autres enfants dans les actes et le fait que les noms ne se transmettent pas constitueraient des indices montrant que l’aîné possédait moins de droits dans les parentés chevaleresques que dans celles des seigneurs châtelains.

Généalogie 2 : La parenté C des d’Acigné

Généalogie 2 : La parenté C des d’Acigné

31Dans d’autres cas, l’organisation de la parenté chevaleresque semble être encore moins rigide par rapport au droit de primogéniture. Même si une continuité paraît s’imposer chez les Cesson (tableau 5 p.269), avec depuis au moins les années 1150 la répétition du nom de Hervé, la place tenue par les membres apparentés ou non à la tige principale est beaucoup plus importante que chez les seigneurs châtelains et même que chez les d’Acigné (de la parenté C). Le rôle des oncles de Geoffroy Giffart, le fils ­d’Éveillard de Cesson, et du père de Guillaume de Cesson, Raoul, ainsi que d’autres Cesson comme Pisson et son frère Godald et leurs fils respectifs, paraît aussi important que Hervé de Cesson. Les Le Chat-Lanrigan livrent également une image de la structure de la parenté où aucun rameau ne semble prédominer (tableau 15 p. 274).

  • 75 « Omnis parentela de parechia quæ vocatur Catheneia in sex divitur ramusculis », R. Grand, « Quelq (...)
  • 76 ADIV, 6H34, 3.
  • 77 Cf. par exemple les Louvigné p. 279.
  • 78 B. Lemesle, La société aristocratique…, p. 172.
  • 79 D. Barthélemy, La société…, p. 519-523.
  • 80 M. Nassiet, Noblesse…, p. 70.
  • 81 Comme Geoffroy du Theil fils de Bonabes Ier de Rougé. BN, ms fr 22319, p. 203.

32Quelques notices de la seconde moitié du xie siècle confirment cette impression. Une parentèle composée de six branches possédait l’église de Chasné au pied de laquelle se dressait une motte75. Pas moins de 25 membres d’une même parenté pouvaient prétendre avoir des droits sur l’église d’Erbrée avant 110476. Mais cette référence à une parenté relativement étendue ne semble pas caractériser seulement le temps des notices. L’importance du nombre des Taillis vivant pendant la seconde moitié du xiie siècle (7 en tout, tableau 31 p.288) le montrerait. Les moyens de connaissance des chevaliers et de leurs parents à cette époque sont seulement d’une autre nature : la trace de leur existence a été le plus souvent gardée à travers les listes de témoins des actes où les liens de consanguinité figurent rarement. Il suffit que quelques textes livrent certains détails un peu plus originaux que d’ordinaire pour s’apercevoir que la parenté comportait sans doute autant de ramifications que pendant la seconde moitié du xie siècle77. Si la laudatio parentum du xie siècle ne révèle sans doute pas forcément toute la parenté, comme le souligne B. Lemesle78, rien n’indique que cette dernière se rétrécit après. Dans le même ordre d’idée, D. Barthélemy79 suggère que l’aspect narratif des notices met en évidence, non pas une large parenté, mais un groupe de personnes restreint ne dépassant généralement pas le troisième degré de consanguinité, ce qui peut correspondre tout de même à un nombre non négligeable d’individus. D’autre part, ces groupes de parenté chevaleresque, appartenant à la petite noblesse, semblent, dans une proportion restant difficile à évaluer mais devant être toutefois importante, avoir pratiqué le partage, sinon égalitaire, du moins ne défavorisant pas trop les cadets par rapport à l’aîné. Un tel mode de succession perdura. Pour M. Nassiet étudiant le nord du Rennais, ce type de partage rend compte de la possibilité des cadets nobles du xve siècle à pouvoir fonder un foyer autonome. Il est également l’une des causes d’une noblesse nombreuse et pauvre à l’époque moderne80. Ceci permet sans doute d’expliquer la localisation de la trentaine de chevaliers recensés s’installant dans un autre manoir à motte que celui de leur père81.

Divers groupes d’individus portant le même nom de lieu

  • 82 Cf. p. 290.
  • 83 Vitré, 154.

33L’étude des groupes d’individus portant une même indication d’origine toponymique complique les données quant à l’analyse de l’organisation de la parenté. Nous l’avons déjà montré pour les désignations se rapportant à un château majeur : la même référence à un lieu géographique n’implique pas son appartenance à une même parenté. Le phénomène pourrait être assez courant pour les multiples individus connus seulement des listes de témoins des actes. Mais dans ce cas, il est souvent impossible de le mettre en évidence car l’absence de désignation d’une filiation ne prouve pas qu’il n’y en avait pas. Cependant, il est possible pour certains de montrer que quelques groupes d’individus portant le même toponyme étaient indépendants. Les d’Acigné serviront encore d’exemple (p.265). Les Goranton-Hervé d’Acigné, dits aussi de Vitré82, n’ont rien de commun avec Suhard d’Acigné qui pourrait être le même personnage que Suhard de Craon, expulsé par le comte d’Anjou de la terre dont il avait la charge. Gervais, un fils cadet d’André Ier de Vitré (parenté B), était dominus d’Acigné et forme encore une autre parenté distincte des deux premières. Les individus descendant du dominus Pierre d’Acigné (parenté C, généalogie 2 p.172) et les Alain d’Acigné, domini de la Motte d’Acigné (parenté D) ne semblent avoir aucun lien de consanguinité. De tels cas seraient également repérables chez les Saint-Brice (tableau 27 p.285). Vers la fin du xiie siècle, un Geoffroy de Saint-Brice, dominus, est le père de Robert et de Juhel tandis qu’un certain Guillaume de Saint-Brice a deux fils, Guillaume, et Geoffroy de Saint-Brice qualifié de dominus. Il en est sans doute de même pour les Moucon, les Moisdon et les Louvigné (tableaux 6, 20, 22 p.269, 279 et280). Parfois même, de sérieuses dissensions peuvent opposer les différents homonymes. Lors du traité de paix de 1156-1161 conclu entre Robert de Sérigné et Robert III de Vitré83, Odon de Cornillé avait pris le parti du sire de Vitré alors que Silvestre de Cornillé, servant de garant et d’otage pour Robert III, avait, selon toute vraisemblance, embrassé la cause des Sérigné tout comme Geoffroy de Cornillé, gendre de Robert de Sérigné (tableau 13 p.273). S’il est difficile d’affirmer que ces différents personnages basés à Cornillé étaient apparentés, il est certain qu’ils choisirent des alliances différentes.

Des groupes de chevaliers à leur habitat

  • 84 D. Barthélemy, La société…, p. 528 ; B. Lemesle, La société aristocratique…, p. 147.
  • 85 K.S.B. Keats Rohan, « Le rôle des Bretons… », p. 192.
  • 86 ADIV, 1F909, 17 ; Vitré, 3247.
  • 87 M. Nassiet, Noblesse…, p. 92-93.
  • 88 Les habitats du lac de Paladru…
  • 89 ADIV 1F927, 38 ; Saint-Melaine, f° 114r.
  • 90 M. Bur explique différemment la présence de mottes multiples. Elles seraient liées, entre autres, (...)
  • 91 Dom Morice, 631.
  • 92 ADIV, 1F432.

34Ces différents cas de figure indiqueraient qu’une seule lignée composée des parents et des enfants pouvait cohabiter dans le même manoir à motte. Parfois, plusieurs chevaliers devaient occuper la même demeure, ou du moins la même basse-cour. Ces divers groupes pourraient être constitués en frérèche, accompagnés de leurs épouses et de leurs enfants. D. Barthélemy et B. Lemesle84 estiment en revanche peu probable une telle cohabitation, ce qui semble se vérifier au niveau des parentés châtelaines rennaises. Souvent les cadets étaient placés sur des terres distinctes de celles de l’aîné. Gervais de Vitré devait partager son temps entre Acigné et l’Angleterre où il avait des biens en Cornouaille85. De même, Robert de Vitré, le frère du seigneur de Vitré, André III, reçut la terre de Landavran dont il était le dominus86. Mais il semble en avoir été autrement pour les petits chevaliers. Si un individu dont le nom est associé à Vitré pouvait habiter ailleurs que sous le même toit que celui du sire de Vitré, on voit mal en revanche où auraient pu loger les chevaliers liés à un manoir à motte isolé si ce n’est dans la même basse-cour. Cette hypothèse se trouve d’ailleurs confortée par les textes des xve et xvie siècles de la région nord du Rennais. Des cadets appartenant à la petite aristocratie logeaient parfois dans le même manoir. En 1566, la maison noble de la Chaigne en Gévezé fut divisée entre cinq puînés ; une pièce fut même scindée en deux entre un frère qui allait se marier et sa sœur87 ! Il serait même possible, chez certains, que différentes familles nucléaires ou plus larges non apparentées entre elles se partageaient la même demeure à motte. Tous les Cornillé cités plus haut pouvaient très bien vivre au même endroit. La fameuse fouille de Colletière en Isère ne nous montre-t-elle pas également l’exemple d’un groupe de « chevaliers-paysans » vivant dans quelques bâtiments très rapprochés les uns des autres et entourés d’une palissade de bois88 ? Les différentes parentés d’Acigné pouvaient également cohabiter les unes près des autres à la Motte d’Acigné. Alain d’Acigné (parenté D) était dominus de la Motte d’Acigné en 1240 et Adam d’Acigné (parenté C) possédait la domus d’Acigné en 122689. Cela pourrait expliquer la présence de deux mottes au Plessis Épine seulement distantes l’une de l’autre de 150 mètres90. Mais il faut avouer que ce cas est unique pour le Rennais. L’exemple du Plessis Pillet pourrait également relever d’une interprétation à peu près identique. Ce site comprend une motte qui semble être partagée par deux parentés, l’une surnommée Pillet, l’autre Dourdain. Ces deux noms se rapportent de nos jours à deux manoirs construits au pied d’une seule motte. Mais les cas de figure peuvent être très divers. Parfois, les enfants d’un chevalier s’installent sur de nouveaux manoirs à mottes. Gautier de Landavran avait un fils, Hamelin du Pinel91 (en Argentré). Ces deux lieux-dits correspondent à deux mottes éloignées de 17 kilomètres. La construction d’un nouvel habitat, notamment d’un nouveau manoir, peut être aussi à l’origine de la multiplication de plusieurs lieux de vie. Les Coësmes possédaient plusieurs demeures : deux manoirs situés à Coësmes et à la Borderie en Retiers92. Dans d’autres cas, une même parenté de chevaliers détenait plusieurs manoirs à motte, tels les Rougé avec leurs demeures à motte des Ponts et de la Motte Glain tandis qu’un rejeton, Geoffroy du Theil, fut installé à la Motte du Theil.

Diffusion du modèle de l’aînesse

  • 93 « ego Gaufridus […] concessi quod in baroniis et feodis militum ulterius non fierent divisiones, s (...)
  • 94 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 128 ; M. Planiol, « L’assise… », p. 135-136 ; B. (...)
  • 95 M. Planiol, « L’assise… », p. 136 ; M. Parisse, Noblesse…, p. 318.

35Un texte fondamental de 1185, appelé l’Assise du comte Geoffroy (le fils de Henri II Plantagenêt) énonce les règles de transmission par ordre de primogéniture. L’Assise prévoyait que les terres de baronnie et les fiefs de chevalerie ne devaient plus être divisés. L’aîné aura la seigneurie et les puînés devront se contenter de ce que l’héritier principal voudra bien leur concéder, soit en terres, soit en deniers. Ces biens seront désormais tenus en viager de l’aîné. De plus, les enfants des puînés ne pourront pas hériter d’une terre93. Cette réglementation visait à maintenir l’intégralité des fiefs afin que les vassaux puissent toujours avoir les moyens de rendre leur service à l’ost. Les chercheurs sont unanimes sur ce point94. Ce type de préoccupation se retrouve d’ailleurs en Normandie sous le règne de Henri Ier ou en terre d’Empire en 1158 avec Frédéric Ier95.

  • 96 Cf. pour les Fougères, Vincent N., « Twyford… », p. 80-99.
  • 97 Dom Morice, 542-543.
  • 98 « Notum sit universis quod, cum retro temporibus non longe præteritis facta sit quædam assisia per (...)
  • 99 Nous souscrivons à l’analyse de N.-Y. Tonnerre pour qui « l’Assise du comte Geoffroy apparaît plus (...)
  • 100 M. Nassiet, Noblesse…, p. 63.

36Le problème essentiel consiste à savoir si l’Assise du comte Geoffroy fut vraiment novatrice et si elle eut des répercussions sur l’organisation de la parenté dans la noblesse. En ce qui concerne les parentés à la tête des seigneuries châtelaines, il ne fait aucun doute, pour le Rennais, qu’un droit de primogéniture marqué était appliqué bien avant 1185, même s’il pouvait en exister de nombreuses modalité d’application96. Il contribuait à garder l’essentiel des biens au sein de la tige aînée mâle. Cependant, quelques terres étaient concédées à des puînés qui en faisaient hériter leurs propres enfants. Ainsi, Gervais, un fils cadet d’André Ier de Vitré, reçut Acigné qu’il transmit à son fils Renaud, qualifié de dominus de ce lieu. Faute d’héritier, cette seigneurie retourna, vers 1200, au seigneur de Vitré, André II97. Quant à la chevalerie demeurant dans les manoirs à motte, une évolution est perceptible. L’usage de la reprise des noms de père en fils se généralise à partir de la seconde moitié du xiie siècle. Par exemple, les membres aînés de la parenté D des sires d’Acigné se succèdent sur quatre générations sous le nom d’Alain. Cette lignée semble se structurer selon le modèle des seigneurs châtelains : les aînés sont avant tout connus aux dépens des cadets, ceci malgré un nombre non négligeable de textes mentionnant la parenté. C’est là le signe du rôle essentiel joué par l’ainé. Cette répétition des noms se retrouve chez plusieurs chevaliers comme les Rocher où se succèdent les Hugues et les Guillaume, les Rougé avec les noms de Bonabes et d’Olivier, les La Bouëxière avec les Robert, les d’Apigné avec les Robert et Olivier (cf. p.287, 268, 284). L’assise eut des incidences directes sur certaines successions de fiefs de chevaliers. Un acte de 1213 précise qu’André d’Argentré organisa sa succession comme le prévoyait l’Assise du comte Geoffroy : ses puînés n’auront qu’un tiers des biens98. Cependant, il ne faut pas exagérer l’impact de cette Assise parce qu’elle ne faisait peut-être qu’accompagner la mise en place d’un droit d’aînesse qui se serait malgré tout généralisé99, et surtout, parce qu’elle ne fut pas appliquée par tous les chevaliers. Du moins, elle n’est pas perceptible chez les Le Voyer (tableau 26 p.284). M. Nassiet souligne également que des successions définitives à des puînés ont été fréquentes aux xve et xvie siècles100.

Élaboration des réseaux de mottes à partir des parentés en fonction des châteaux au xie siècle

  • 101 R. Le Jan, Famille…, p. 181-186.
  • 102 Dom Morice, 353.
  • 103 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 359.

37Pendant le haut Moyen Âge, la cohésion des parentés de l’aristocratie reposait davantage sur l’exercice de certaines charges que sur l’attachement à une terre. Les choix des noms n’étaient également pas régis selon des règles aussi strictes que pour celles de la tige aînée masculine chez les seigneurs châtelains. De plus, on puisait aussi bien dans le stock de noms agnatiques que cognatiques101. Une telle organisation de la parenté reflète un droit d’aînesse peu marqué ou absent se rapprochant des parentés chevaleresques liées aux manoirs à motte. Elle se décèle également chez les ancêtres des seigneurs châtelains. Le cas des Martigné-Pouancé et des La Guerche est particulièrement intéressant à étudier à cet égard. Pour faciliter la compréhension de l’organisation de ces parentés, un seul tableau généalogique (3) réunissant différents individus a été dressé. La parenté des futurs seigneurs de La Guerche102 monopolise les charges d’évêque de Rennes à cinq reprises ce qui est le signe évident d’une charge héréditaire. Il est cependant remarquable de constater que les noms de Loscoran à Mainguené disparaissent ensuite. Celui de Silvestre, le premier seigneur du château de La Guerche, est porté par son présumé petit-fils cadet vers 1150 puis n’est plus repris. Le vivier de noms se réduit de façon drastique dès le fils de Silvestre, Guillaume Ier, c’est-à-dire une génération après l’ancrage du lignage au château de La Guerche. Un certain parallèle peut être établi avec la parenté des ancêtres des seigneurs de Martigné. La reprise du nom de Gautier, tant chez les évêques de Rennes que chez les descendants de Hervé de Martigné, indiquerait l’existence d’une alliance entre ces deux groupes. La présence d’Alveus dans les deux parentés renforce cette hypothèse. D’autre part, si les noms de Deusset et d’Alveus se retrouvent en sautant une ­génération, ce dernier n’est pas attribué aux titulaires des places fortes de Martigné et de Pouancé, soit Hervé de Martigné puis Gautier Hai. Or, à partir de la seconde moitié du xie siècle, un tel mode de filiation n’est plus utilisé, il est remplacé par la reprise d’un choix limité de noms trahissant une mise en valeur du droit d’aînesse. Ainsi, le fils de Gautier dit Hai porte le même nom que son père. Mais cette lignée tomba en quenouille par le biais du mariage de la fille de Gautier Hai avec Guillaume Ier de La Guerche, ce qui ne permet pas de suivre l’évolution du choix des noms dans la tige aînée mâle. Quoi qu’il en soit, il est remarquable de noter qu’au moins trois fils de Hervé de Martigné s’installent sur des terroirs dans les environs de Martigné-Pouancé. Alveus édifia une motte à Chelun ; J.-C. Meuret103 en soupçonne une autre à Armaillé, nom porté par son frère, Hamelin ; quant à Hervé l’Épine, il était localisé au nord-est de Martigné où les toponymes Dominel, l’Épine, l’Épine Veillon et le manoir de ­l’Épine Giffard se concentrent sur un petit espace. Aucune trace de motte n’y est repérable mais ces lieux-dits désignent, à l’époque moderne, le centre d’une petite seigneurie. Il y aurait donc installation d’un certain nombre d’enfants de Hervé de Martigné sur un réseau de mottes entourant les châteaux de Martigné et de Pouancé. Cela ne semble plus être le cas lorsque la parenté châtelaine organise sa succession en donnant une priorité à l’aîné.

Généalogie 3 : Les seigneurs de La Guerche et de Martigné-Pouancé

Généalogie 3 : Les seigneurs de La Guerche et de Martigné-Pouancé
  • 104 Guillotel, 47, 49 ; ADIV, 6H16,7.
  • 105 Guillotel, 47.
  • 106 Ibidem, 6.
  • 107 ADIV, 6H33,3 ; Guillotel, 17.

38Une telle désignation des membres issus d’une même parenté autour d’un territoire se remarque avec les sires de Fougères, les évêques d’Alet du début du xie siècle et les futurs seigneurs d’Aubigné (généalogie 4). Les noms de Raoul, Main, Juhel s’y retrouvent si bien qu’il y a de fortes chances qu’elles soient liées les unes aux autres par des mariages ou par des rapports de consanguinité. Il est d’ailleurs significatif de voir ces personnages témoigner dans les actes des sires de Fougères. Dans les années 1040, Guillaume et Main, fils de l’évêque Raoul, souscrivent deux chartes de Main II de Fougères. Raoul d’Aubigné et son oncle, Juhel, font de même pour un acte de Raoul Ier de Fougères104. Là encore, un seul membre de cette parenté sera titulaire du château de Fougères tandis que Raoul le Large ou sa descendance fera édifier une motte à Aubigné. Cependant, à la différence des sires de La Guerche et de Martigné, la parenté des ancêtres des sires de Fougères a utilisé fort tôt le principe de reprise des noms. Une charte de Main II est particulièrement explicite à ce sujet : « Elemosynam itaque Mainonis avi mei, quam post ejus ab hanc luce decessum Alfridus genitor meus ut hujus beneficii particeps efficeretur auctoritate sua firmavit, ego [Main II] in linea jam tertia positus non tantum annuens firmo verum etiam ut incrementum capiat ex propria portione procuro105. » Ce grand-père, Main Ier, paraît être le même personnage souscrivant une charte de Conan Ier en 990106. La récurrence des noms dans cette parenté semble bien ancrée car Main II avait un frère bâtard appelé Alvered. Au regard de son nom, il aurait été destiné à succéder à son père, Alfred, sans doute parce qu’un enfant légitime tardait à venir. Alvered fut, dans un premier temps, un homme clé de la politique comtale : il épousa en effet Guidogonia, la veuve de Gradelon, nom porté par le père du vicarius du Coglès, Ansgier107. Cette alliance concrétisait ainsi le désir de vouloir réorganiser tout le secteur nord-est du Rennais autour de la nouvelle place forte de Fougères. Mais Alvered fut écarté du pouvoir au profit du fils légitime d’Alfred, Main II.

Généalogie 4 : Les ancêtres des sires de Fougères, d’Aubigné et de l’évêque d’Alet

Généalogie 4 : Les ancêtres des sires de Fougères, d’Aubigné et de l’évêque d’Alet
  • 108 M. Brand’Honneur, « Le lignage… », p. 79-84.
  • 109 Redon, f° 161 bis.

39Une telle organisation de la parenté et de ses liens avec des mottes et des charges chevaleresques et ecclésiastiques se retrouve dans la descendance de Guingomar surnommé Bloc (tableau 8 p.270). Ce nom est resté dans la toponymie sous la forme du Moulin Bloc au pied duquel se dressait une motte. Ce personnage se serait marié deux fois. D’un mariage, Bloc eut entre autres deux fils, Goranton et Hervé, ce qui indique un lien de parenté très proche avec les Goranton-Hervé de Vitré basés au château de ce nom au début du xie siècle. Ces derniers, définitivement expulsés de la terre de Vitré par les André-Robert de Vitré au milieu du xiie siècle, tentèrent d’édifier une autre seigneurie à Sérigné où ils érigèrent une motte108. Elle fut confiée à un certain Robert de Sérigné et il ne serait pas impossible qu’il fût un des enfants de Goranton III, mais nous n’en avons pas la preuve. D’une autre alliance, Bloc eut un fils, Odricus. Ce nom est le même que celui du père de Hervé de Châteaubourg109, nom également porté par un fils de Bloc. De plus, ce toponyme correspondrait à une forteresse bien énigmatique pour nous.

  • 110 H. Guillotel, « Combour… », p. 269-298.
  • 111 Ibidem ; tableaux 12, 14, 15, 31 p. 273, 274, 288.
  • 112 En 1137-1162, Raoul de Bosseria était le neveu du miles Thomas Boutier. Le manoir de la Bouessière (...)

40H. Guillotel110 a remarquablement mis en évidence, dans la région de Combourg, un vaste groupe de personnes dont les noms se répètent selon une coutume similaire à celle des ancêtres des sires de La Guerche et de Martigné-Pouancé. Par exemple, chez les Lanrigan-Langan-Cuguen (tableau 19 p.278), les noms de Silvestre, Garin et Gautier suggèrent que leur ancêtre commun, Hervé de Langan ou de Lanrigan, était le mari d’Oram, la fille de l’évêque de Rennes, Gautier. De même, ces derniers étaient liés par mariage à la parenté des Boutier, à celle du prêtre de Combourg Hamon et aux Le Chat-Lanrigan. Tous ces différents groupes étaient aussi apparentés à Rivallon Ier de Dol, seigneur de Combourg111. Ces liens traduisent, d’une part une impressionnante politique de quadrillage de la région avec le monopole des charges ecclésiastiques de Combourg et la nomination de Guillaume Le Chat à la tête de la prestigieuse abbaye de Marmoutier, et d’autre part une série d’édifications de mottes à la Motte Boutier, au Plessis aux Chats, à la Chaussée, au Plessis Épine, et sans doute à Lanrigan. Il est également remarquable de noter que cette vaste parenté eut comme rejetons ou se lia à Raoul de Bouessière, Raoul de Litré et Boscheria de Riniac dont les noms se rapportent à trois manoirs sis à Combourg même112. On comprend mieux, dans ce cadre, tout le profit que la lignée de Rivallon Ier de Dol pouvait tirer d’une alliance matrimoniale avec ces puissants groupes d’individus apparentés entre eux. Cela facilita peut-être l’édification d’un château majeur à Combourg par l’archevêque Junguenée qui le confia à son frère, Rivallon. Cette dernière parenté était beaucoup plus influente que celles implantées initialement à Combourg. Il s’agit des vicomtes d’Alet dont les fils furent installés sur au moins quatre châteaux majeurs : Dol et Combourg pour Rivallon Ier, Dinan pour Gauzlin, Châteauneuf sans doute pour un des descendants de Salomon. Ces personnages, et plus particulièrement le rameau des sires de Dol-Combourg, semblent avoir donné naissance aux Montsorel dont les noms Hamon, Gelduin, Jean et Guillaume, s’inspirent directement de ceux de leurs ascendants (tableau 3 p.268). Là encore, ces présumés puînés ont édifié, selon toute vraisemblance, une motte à Montsorel.

Généalogie 5 : Arbres comparés des seigneurs de Châteaubriant et de leurs chevaliers

Généalogie 5 : Arbres comparés des seigneurs de Châteaubriant et de leurs chevaliers

41Le plus spectaculaire de tous les cas étudiés associant un réseau de mottes à une parenté qui s’unit à des seigneurs châtelains est sans nulle doute celui de Châteaubriant. Pour mettre en évidence ces liens, nous avons réuni en un seul tableau toutes les généalogies des seigneurs de Châteaubriant et de leurs chevaliers (généalogie 5). Des noms se trouvent fréquemment mentionnés dans la descendance de Teher (dit aussi Tudual), ou et de son frère Rivallon de Soudan. Il s’agit de Guidenoc, Hervé, Teher et Brient. Ces deux derniers, ainsi que Main, sont communs avec la parenté des sires de Châteaubriant : Brient est récurrent dans les deux parentés ; Tehellus a un fils nommé Maino portant le même nom que le fils de Teher (ou Tudual), Main Britto ; Teuharius ou Tehellus est porté par le père et le fils de Brient Ier ainsi que par Teher (ou Tudual) dont un enfant, Merihen de Moisdon, eut pour fils Teuharius. Ces reprises de noms indiquent que le père de Brient Ier, Teuharius, était apparenté à Teher. Ainsi, lorsque Teuharius fut chasé, au début du xie siècle, au monastère de Béré par l’évêque de Nantes, Gautier II, sa parenté et celle de Teher (ou Tudual) avaient déjà contracté une ou des alliances matrimoniales ou bien étaient issues d’ancêtres communs. La tige qui fut à la tête du château majeur de Châteaubriant est celle choisie par l’évêque de Nantes. Elle s’unit avec la puissante lignée des vicomtes d’Alet. Les autres constitueront l’essentiel du réseau de mottes entourant la forteresse de Châteaubriant :

  • Rivallon de Soudan s’installa à la Cour Soudan en Soudan ;
  • Bovo de Coësmes au Bois de Sainte-Christine en Coësmes ;
  • Main Britto sans doute à la Motte d’Ercé ;
  • Hervé de Rougé aux Ponts en Soulvache, une trève de Rougé ;
  • Glain de Rougé à la Motte Glain en La Chapelle-Glain ;
  • Brient le Bœuf sans doute au Bois Briant en Châteaubriant ;
  • Merihen de Moisdon à la Chaussée en Moisdon.

Carte 4 : Réseau de manoirs et de parentés autour de Châteaubriant

Carte 4 : Réseau de manoirs et de parentés autour de Châteaubriant

Châteaubriant limite paroissiale sous l'Ancien Régime château à motte de Châteaubriant
Teillay château mineur de Teillay possédé par les seigneurs de Châteaubriant
Les Ponts château mineur des Rougé
La cour Soudan manoir à motte dont les chevaliers sont apparentés aux Châteaubriant
Le Châtellier manoir à motte dont les chevaliers sont inconnus ou ne semblent pas apparentés aux Châteaubriant

  • 113 BN, ms fr 22319 p. 203.

42Des mottes se dressent dans tous ces sites. Il faut aussi ajouter la Motte du Theil où s’installa Geoffroy du Theil, un descendant des Rougé vivant vers 1200113. Cela constitue un réseau de mottes entourant le château de Châteaubriant sur une quinzaine de kilomètres de rayon (carte 4). Il reste trois mottes comprises dans ce périmètre. Il s’agit de celle des Grands Fougerays en Châteaubriant dont le possesseur est inconnu. La motte de Châtellier en Er­bray serait celle du miles Moyses, un personnage contemporain de Brient Ier et de Geoffroy de Châteaubriant. A priori, il ne semble pas apparenté à Teher. Le troisième site est la supposée motte située entre la Maison Neuve et la Métairie en Moisdon. Étant donné qu’aucun toponyme n’est lié à ce site, il est impossible de lui faire correspondre un quelconque chevalier.

Conclusion

  • 114 ADLA, H113, 22.

43L’organisation de la parenté chez la noblesse a connu des évolutions importantes du xe au milieu du xiiie siècle. La plus notable est l’adoption d’un droit d’aînesse marqué mettant en valeur une lignée d’individus titulaires d’un château majeur. L’adoption des règles de primogéniture distingue nettement une dizaine de parentés parmi toutes celles liées à des manoirs à motte. Elle met en évidence la nature publique de ces forteresses. Elle permet également la transmission d’un patrimoine relativement épargné par les divisions successorales. L’adoption du droit d’aînesse aurait donc, assez rapidement, creusé l’écart avec les parentés de chevaliers, certes puissantes, mais n’ayant pas été placées par le comte à la tête d’un château. Certains ancêtres de chevaliers à motte, comme les Rougé, semblent être d’égale puissance avec les descendants des seigneurs châtelains rendant certaines alliances matrimoniales possibles ou avantageuses. Puis, la détention d’un château assortie du droit d’aînesse qu’une telle charge impliquait, auraient définitivement éloigné la tige aînée châtelaine de ceux qui s’installèrent dans des manoirs à motte. Certaines unions devinrent impossibles ensuite. Les seigneurs châtelains cherchaient alliance uniquement avec des individus de même rang. Fait remarquable, Agnès, l’héritière des Goranton-Hervé de Vitré dessaisis de leur charge châtelaine au plus tard au milieu du xiie siècle, finit par épouser, vers 1240, Guillaume de Fontenay114, un simple chevalier basé dans un manoir à motte alors que la lignée des Robert-André de Vitré, titulaires du château de ce nom, s’unit, à deux reprises, à la maison ducale de Bretagne.

44Par ailleurs, l’organisation de la parenté chez les chevaliers demeurant dans des manoirs à motte semble avoir été relativement variée. Malgré tout, un ordre de primogéniture, plus ou moins respecté, aurait été parfois de mise. Sans lui, les fiefs de chevaliers auraient rapidement perdu toute consistance. La diffusion d’un droit d’aînesse plus strict dans les couches moyennes et basses de la noblesse à partir de la seconde moitié du xiie siècle peut relever d’une volonté comtale. Mais elle serait davantage le reflet du travail social constant que devait effectuer la chevalerie pour garder son statut de notable local. L’inspiration des modèles provenant de la haute noblesse, comme pour l’habitat, est à nouveau patent et invite à analyser plus avant les soubassements socio-politiques des domaines chevaleresques.

Réseaux de mottes et territorialisation de la vassalité

45La société seigneuriale au Moyen Âge central est un monde hiérarchisé. Les comtes et les seigneurs châtelains contrôlaient des chevaliers à motte qui étaient leurs vassaux. Par ces rapports, des réseaux de manoirs à motte affiliés à un château majeur peuvent être mis en évidence. Ils aident à apprécier l’influence territoriale de chaque seigneur et sa puissance respective. Les liens vassaliques permettent également, à l’image de la société féodale, de préciser l’articulation entre les manoirs à motte et les principales places fortes.

La vassalité dans les textes : un système complexe

  • 115 Guillotel, 17.
  • 116 Dom Morice, 914-915.
  • 117 La Roë, 2.
  • 118 Dom Morice, 801.
  • 119 A. Oheix, Étude juridique…, acte 10.
  • 120 Guillotel, 114.
  • 121 D. Barthélemy, La société…, p. 560-561 ; D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 152.
  • 122 Guillotel, 112.
  • 123 « concessi quod in baroniis et feodis militum… », N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 405.
  • 124 AN, L973, 766.
  • 125 K.-F. Werner, intervention dans Famille et parenté…, p. 84.
  • 126 BN, ms fr 22329, p. 421.
  • 127 ADML, H3505, 4.

46Les relations liant les chevaliers entre eux sont d’ordre vassalique. Cette notion, fort répandue dans les manuels d’histoire médiévale, est très peu explicitement mentionnée dans notre corpus de textes. Uniquement cinq mentions ont été repérées du xie au milieu du xiiie siècle. En 1023-1027, Alain souscrit une charte avec ses vassaux115 et, en 1239, le duc Jean Ier s’adresse aux siens116. Quant au mot vavasseur, utilisé à trois reprises, son sens paraît similaire à celui de vassal. En 1097, Gautier Hai, seigneur de Pouancé, est présent lors de la consécration du cimetière de La Roë avec ses vavasseurs117. Guy de Thouars prend conseil auprès des évêques, barons et vavasseurs et autres hommes de Bretagne en 1205118. Si l’on prend les textes au pied de la lettre, la société chevaleresque rennaise serait à peine féodale. Mais les moines utilisaient d’autres mots pour décrire ce type de relations hiérarchiques. Se retrouvent sous leur plume diverses expressions telles que « son homme119 », « son chevalier120 ». Le mot baron est le plus fréquent : 67 recensions ont été comptabilisées du milieu du xie siècle aux années 1250. Contrairement à certaines régions comme le Vendômois ou le Bas-Maine121, les barons ne désignent pas une strate supérieure des chevaliers-vassaux, ceux qui détiennent les châteaux majeurs. Certes, Robert II de Vitré est qualifié de baron du duc Conan III122 et l’Assise du comte Geoffroy semble distinguer les fiefs de chevaliers et de barons123. Mais le baron désigne tout aussi bien les chevaliers gravitant dans l’entourage d’un seigneur châtelain : en 1151, les barons et fidèles hommes du dominus Raoul II de Fougères sont Juhel Cordon (en Saint-Rémy-du-Plain), Séquard, Roger Viarius (sic) et son fils (en Louvigné-du-Désert), Hamelin Breetes, Payen d’Igné (en Fleurigné), Nicolas de Poilley, Guillaume de Saint-Étienne, Raoul d’Orange (en Vieux-Vy) et Henri du Châtellier, c’est-à-dire des chevaliers-vassaux habitant des manoirs autour de Fougères124. Baron a donc le sens de vassal, comme d’ailleurs pour la Normandie125. Au xiiie siècle, il commence à s’arborer comme un titre. Mais il ne faut pas lui attribuer encore le sens de maître d’une seigneurie châtelaine car, si le seigneur châtelain Gelduin II de Dol se dit baron en 1226126, 38 ans plus tard, Guillaume de Cornillé, un miles lié à un manoir à motte, est un baron de Guy de Laval, seigneur de Vitré127.

  • 128 Guillotel, 96.
  • 129 Par exemple, Robert II de Vitré est baron de Conan III. Guillotel, 112.
  • 130 Vitré, 153.
  • 131 Dom Morice, 618-620.
  • 132 ADIV, 6H33, 8.
  • 133 AN, L968, 206.
  • 134 A. Oheix, Étude juridique…, acte 12.

47Cette homogénéité dans la désignation des vassaux, quel que soit leur niveau, ne signifie pas pour autant une absence de hiérarchisation chez les milites. Le comte de Rennes, et en même temps duc de Bretagne, a sous son emprise des vassaux dont le pouvoir ne s’étend guère au-delà d’une paroisse. En 1089, Ernulf de Servon et son fils, Jean, sont barons d’Alain IV128. Mais le comte a aussi pour fidèles tous les principaux châtelains du Rennais129. Ces derniers dominent eux-mêmes leurs propres chevaliers demeurant en général dans des manoirs à motte. Ainsi, Robert III de Vitré a pour barons et milites, en 1155-1173, Guillaume de Combourtillé, Silvestre de Cornillé, Robert de Landavran, Hervé l’Épine, Ricard de l’Épinay130. Ces chevaliers possédaient leurs propres hommes : Guillaume de Chaudebœuf, un chevalier basé à Saint-Sauveur-des-Landes, devait deux vavasseurs à l’abbé du Mont-Saint-Michel en 1154131. Ces individus devaient, sinon être chevaliers, du moins avoir un statut fort proche d’eux car les vavasseurs d’Avranches, cités dans le même texte, devaient le service à l’abbaye munis d’une lance et d’un bouclier. Une cinquantaine d’années après, le miles Hamelin Pinel négocia avec les moines de Marmoutier deux dîners annuels pour sept hommes et cinq chevaux de Chaudebœuf contre l’exemption de toutes coutumes dans le bourg de Saint-Sauveur-des-Landes et le renoncement à toutes prétentions héréditaires132. Mais les personnes assujetties à des milites n’ont pas forcément le même statut que leur seigneur. Les quelque 23 hommes du chevalier Hamelin de Louvigné installés à Boulouze devaient être de simples paysans133. Les moines possédaient aussi les leurs : ceux du bourg monastique de Sainte-Croix de Vitré cités 1158 devaient être des bourgeois134.

  • 135 ADML, H3713 f° 93 r.
  • 136 AN, nouv. acq. lat. 1930, f° 67 v-68.
  • 137 F.-L. Ganshof, Qu’est-ce…, p. 86.
  • 138 « Chartes inédites… », 5.
  • 139 Saint-Georges, 22.
  • 140 H. Guillotel, « Une famille… », p. 361-367.

48Les relations entre tous ces vassaux devaient être assez subtiles et il est certain que les textes livrent des brides d’un écheveau nous paraissant parfois bien embrouillé. Ces liens sont hiérarchiques. En 1053, le miles Ébroin et ses frères donnèrent à Saint-Florent des droits sur le monastère de Tréméheuc, ce qui fut concédé par Bloc de Hercac, leur dominus de qui ils tenaient l’église en chasement héréditaire. Rivallon Ier de Dol, leur dominus supérieur, autorisa la concession135. Le vicarius Teuthalius avait un miles, appelé Letardus de Sailtre, qui vendit la terre d’André sise à Châtillon-en-Vendelais, avec l’accord de son dominus, Odric136. Des cas de pluralité d’hommages se retrouvent à tous les niveaux de la chevalerie. De tels rapports apparaissent pour la première fois dans le Maine, en 895, avec Patricus tenant à la fois de Robert, le frère du roi Eudes, et du comte du Maine, Bérenger137, l’aïeul du comte de Rennes appelé aussi Bérenger. Tous les seigneurs châtelains étaient affiliés à au moins deux princes. Ceux du nord du Rennais ont été souvent attirés vers la Normandie, ce qui leur permit d’avoir une marge de négociation importante. Ces multiples hommages se retrouvent, au xie comme au xiiie siècle, dans les rangs inférieurs de la noblesse. En 1228, Robert Geffrei, dominus du Pinel en Argentré, était vassal d’André III de Vitré et de Geoffroy II de Pouancé138. De même, Baderon, fils de Caradoc de La Boussac, tenait des biens du seigneur Raoul Ier de Fougères, mais il devait aussi être fidèle à Jean Ier de Dol139 ainsi qu’à l’archevêque de Dol pour les terres qu’il possédait dans la région de La Boussac relevant du régaire de Dol. Les liens de Baderon avec l’Angleterre impliquaient également une relation de subordination avec le roi Guillaume le Conquérant140. Dès le xie siècle, les textes révèlent un paysage féodal relativement complexe qui devait tirer ses origines d’avant l’an mil.

Le service dû au château

49Toute cette organisation de la vassalité se reflète dans la structuration du maillage castral et celui des mottes. Elle semble pouvoir se lire à plusieurs niveaux. Les seigneurs châtelains devaient servir au château comtal tout comme les chevaliers liés aux manoirs à motte qui sont constitués en réseau autour d’une place forte majeure.

Le service des seigneurs châtelains aux châteaux majeurs

  • 141 D. Barthélemy, La société…, p. 301-312.
  • 142 Saint-Serge, 315.
  • 143 Chartes de Saint-Julien…, 121, 123.
  • 144 Ibidem, 54.

50Les seigneurs châtelains semblent devoir conseil et tour de garde au château de Rennes, peut-être un peu de la même manière que D. Barthélemy l’a montré pour Vendôme141. Seulement, notre comté ne possède pas un « He sunt consuetudines ». Cependant, certains détails livrés par les actes permettraient de reconstituer partiellement la liste des services dus au château comtal. Par exemple, Geoffroy de Moutiers se faisait prêter une ou deux fois l’an un mulet ou un palefroi par les moines de Saint-Serge pour se rendre à la cour du comte à Rennes142. Le miles Mainguené, le père de Silvestre de La Guerche, était basé, sous le gouvernement d’Alain III, à Rennes et il semble logique, bien que nous n’en ayons aucune preuve formelle, qu’il devait conseil et garde au château comtal. Pour assurer cette tâche, on lui octroya l’ancien monastère de Saint-Cyr, localisé près de la cité. Bien qu’il ait donné cet établissement aux moines de Saint-Julien de Tours, la descendance de Mainguené y a toujours gardé quelques droits. En 1184-1185, Geoffroy Ier de La Guerche prétendait pouvoir prélever 10 sous de repas et d’avenage sur tous les hommes de Saint-Cyr chaque année143. Devant la réticence des moines à s’en acquitter, et surtout à subir la justice de ce sire, les Guerchais vinrent au vicus, enlevèrent toutes les poules et blessèrent le prieur du lieu. De tels méfaits s’étaient déjà produits 80 ans auparavant144. Ils montrent que les seigneurs de La Guerche se rendaient régulièrement à Rennes et qu’une partie des frais de leur séjour étaient couverts par les prélèvements sur Saint-Cyr. Ces déplacements à Rennes pourraient être liés à des obligations de garde et de cour au château comtal, à moins qu’il ne s’agisse de reliquats de droits liés à un service castral tombé en désuétude.

  • 145 Ils possédaient l’église de Saint-Symphorien, des vignes, un fief et divers revenus à Rennes. Guil (...)
  • 146 À l’époque moderne, les sires de Fougères possédaient un grand fief à Rennes appelé « fief de Foug (...)
  • 147 ADLA, H75, 52.
  • 148 « De militibus eiusdem castri : Radulfus vicecomes », ADML, H 3713, f° 91r-92v.
  • 149 ADIV, 1F1801, 13.
  • 150 « Gualterius de Poienceio cognomine Oditus pro rebus quas Vitreii habemus a nobis quamdam consuetu (...)
  • 151 Cf. p. 118.
  • 152 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 449.

51La possession de fiefs à Rennes même par les seigneurs de Vitré145 ou par ceux de Fougères146 pourrait relever du même type de service. Les sires de Châteaubriant, qui étaient à l’origine des vassaux de Nantes, possédaient également quelques rentes dans cette cité. Geoffroy III y préleva environ 100 livres pour fonder une chapellenie dans l’abbatiale de Melleray en 1192-1198147. Ces revenus se rapporteraient à un ancien service de garde et de cour à Nantes. Des châteaux de seigneurs châtelains auraient été gardés, à certains moments de l’année, par quelques-uns de leurs homologues. Le vicomte du Poudouvre, Raoul, est un milites castri de Dinan vers 1100148. Hervé Ier de Vitré dit miles du castrum de Vitré149 et sans doute les seigneurs de Martigné devaient également servir au château de Vitré. Hervé de Martigné possédait des manses à Vitré et son fils, Gautier de Pouancé, se rendait toujours régulièrement dans ce château. Il y percevait une coutume que les moines de Marmoutier qualifient d’insupportable. Elle consistait en un droit de repas et d’hospitalité150. Parfois les liens entre châtelains et service dû à un château semblent être relativement complexes. Certains droits en auraient conservé la trace. Il est surprenant de savoir qu’André Ier de Vitré avait reçu des fiefs à Dol de l’archevêque Juhel placé par Alain III contre le gré des sires de Dol-Combourg151, et, qu’en 1575, « le seigneur baron de Vitré est homme vassal du seigneur évêque de Dol et tient de lui prochement et noblement, à devoir de foi, hommage et chambelenage, une des tours de son château de Vitré, nommée la tour de Montafilant, avec la chapelle dudit château, appelée la chapelle Saint-Julien152 ».

Les chevaliers à motte, vassaux des seigneurs châtelains

  • 153 Dom Morice, 834.
  • 154 ADLA, H113, 23.
  • 155 Dom Morice, 485.
  • 156 Ibidem, 650-653.
  • 157 Vitré, 409.

52De même, des milites d’un moindre rang liés aux manoirs à motte devaient le service au château majeur. Pour cette raison, ils possédaient des droits similaires à ceux des seigneurs châtelains se déplaçant dans les autres forteresses auxquelles ils étaient liés. Par exemple, Guillaume de Bain, dont la motte est éloignée de 28 kilomètres de Châteaubriant, percevait des rentes dans le bourg de Béré à la fin du xiie siècle153. Son fils, le miles Pierre de Bain, avait une part des coutumes de Châteaubriant et un droit de gîte et de breuvage pour ses chevaux à Béré154. De tels services de cour et de garde devaient nécessiter des lieux d’habitation et il n’est pas sûr que ces chevaliers demeuraient dans le château de leur seigneur pendant tout leur service. C’est sans doute pour cette raison que Gautier Hai avait un droit d’hospitalité au prieuré de Sainte-Croix de Vitré155. Les actes ont gardé le souvenir de maisons localisées au pied des châteaux et possédées par des chevaliers. Avant 1163, les Poilley avaient deux maisons au bourg de Rillé et dans celui du Bourg Chevrel à Fougères156. En 1239, des maisons de Raoul de Cornillé furent détruites par des travaux de fortifications réalisés par André III de Vitré. Ce dernier lui donna en échange une maison et une place située dans le vieux bourg de Vitré157.

Les réseaux de mottes (carte 5 p.189)

Les principaux réseaux de mottes liés aux châteaux majeurs

  • 158 Dom Morice, 529.

53Tous les chevaliers devaient le service de cour et de garde à une quelconque forteresse. Les vassaux sont repérables dans les listes de témoins des actes des seigneurs châtelains. Les milites du château de La Guerche, figurant dans un acte de Saint-Melaine de 1081-1093, étaient Hubert de Saint-Germain, Normand de Visseiche, des possesseurs de mottes ; les autres étaient désignés soit par un simple nom (Brient), soit par des surnoms (Guillaume Papa) ne permettant pas de les localiser158. Ces chevaliers sont régulièrement cités dans les actes des mêmes seigneurs. La présence de Normand ­d’Étrelles auprès de Robert Ier de Vitré est attestée à 5 reprises vers 1064 et 1075. De 1047 à la fin du xiie siècle, les Landavran témoignent plus de 30 fois dans les actes des sires de Vitré. De telles listes permettent de connaître avec une assez grande précision la sphère d’influence d’un seigneur et les vassaux qui lui sont liés. Nous avons ainsi réalisé une carte mettant en évidence les réseaux de mottes gravitant autour d’une place forte.

  • 159 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t IV, p. 49 et 411 et Les grandes seigneuries…, t. II, p. 23.
  • 160 BN, ms fr 22322, p. 234 ; ADML, H3713, f° 71v-72 ; Dom Morice, 1110-1115.
  • 161 A. Guillotin de Corson ajoute Tinténiac, mais, au regard de la présence du château de ce nom, Hédé (...)
  • 162 Ibidem, t. II, p. 100-101.
  • 163 Saint-Georges, 39.
  • 164 Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries, t. III, p. 60-63.
  • 165 H. Guillotel, « La place de Châteaubriant… », actes 1 et 2.
  • 166 Ibidem, acte 4 ; ADLA, H113, 9 et 24.
  • 167 ADLA, H113, 20 et 23.
  • 168 Dom Morice, 834.
  • 169 H. Guillotel, « La place de Châteaubriant… », acte 3 ; BN, ms fr 22331 236 ; Dom Morice, 695.

54Certains châteaux sont très mal connus car les actes de leur seigneur n’ont pas été conservés. Tel est le cas de Hédé, Châteaugiron et Aubigné. Il est malgré tout possible de se faire une idée approximative de leur zone d’influence en listant les biens et droits possédés, à l’époque moderne, par leurs seigneurs comme un bel ensemble de fiefs, la haute justice d’une paroisse, la fondation d’une église. L’emprise d’Aubigné s’étendait, surtout sur les paroisses d’Aubigné, Chauvigné, Saint-Médard-sur-Ille, Saint-Aubin, Saint-Germain et Montreuil-sur-Ille. Leurs seigneurs étaient fondateurs des églises de Chauvigné, d’Andouillé et sans doute d’Aubigné159. Ces biens correspondent exactement aux lieux où les d’Aubigné agissent du xie au xiiie siècle160. À l’époque moderne, les paroisses de Hédé, Bazouge-sous-Hédé, Vignoc, La Chapelle-Chaussée, Guipel, Gévezé, Langouët, Langan, Saint-Gondran, Saint-Symphorien, Montreuil-le-Gast et Saint-Brieuc-des-Iffs relevaient de la seigneurie de Hédé161. La haute justice des seigneurs de Châteaugiron s’étendait à Châteaugiron, Amanlis, Domloup, Venèfles et Saint-Aubin-du-Pavail. Ils étaient les fondateurs des églises de Châteaugiron, Amanlis, Noyal-sur-Vilaine, Ossé, Domloup, Nouvoitou, Brécé, Chanteloup, Tresbœuf, Le Sel, Saulnières et Saint-Aubin-du-Pavail162. Ce dernier pôle se repère très bien dans les actes du xie siècle. En effet, Giron Ier de Châteaugiron avait au moins la taille, le quart des dîmes et du terrage à Saulnières qu’il donna en 1067-1077 à l’abbaye Saint-Georges163. De même, la seigneurie de Châteaubriant contrôlait un ensemble de biens autour de Piré. À l’époque moderne, elle comprenait la châtellenie de Châteaubriant-en-Piré et leurs seigneurs étaient les fondateurs de Piré164. Ces biens correspondent aux renseignements livrés par les actes du xie siècle. Brient Ier possédait à Piré l’église de ce nom avec ses droits165, deux métairies (dont celle d’Odilard, peut-être devenue de la Poitevinière166), la dîme de l’église de Saint-Aubin dans la villa de Piré, des droits de mouture sur la Seiche167, le moulin neuf168 ainsi que l’église de Boistrudan et la dîme du bordage de Herveolus169.

55Ces différents éléments permettent de dresser une carte des réseaux des manoirs à motte liés aux châteaux. Les mottes, dont les chevaliers restent indéterminés, mais qui sont voisines de celles dont les vassaux gravitent autour d’une même forteresse, peuvent être considérées comme appartenant au même réseau. Ainsi, celles du Pont ­d’Étrelles en Vitré et de la Matelais en Étrelles sont certainement liées à Vitré. L’ensemble des données peut être rassemblé sous la forme d’un tableau :

Tableau 6 : Nombre approximatif des manoirs à motte rattachées à un château majeur

Tableau 6 : Nombre approximatif des manoirs à motte rattachées à un château majeur
  • 170 Guillotel, 50.
  • 171 Ibidem, 65.

56Le nombre des mottes dépendantes de chaque château ne peut être qu’approximatif car, d’une part, toutes les mottes ne peuvent pas être liées à un chevalier, et, d’autre part, les rapports de quelques-unes d’entre elles avec un château précis ne sont pas toujours évidents à établir. C’est le cas de mottes localisées entre deux seigneuries, comme celles du Vendelais. Certaines de la région d’Antrain semblent appartenir à la fois à la sphère d’influence de Fougères et de Dol-Combourg. Des doubles fidélités paraissent ici assez fréquentes et les domaines des deux seigneuries s’interpénètrent. Main II de Fougères a des vassaux à Sougéal170 et Rivallon Ier de Dol possède la totalité de l’église de Saint-Ouen-la-Rouërie171. Une dizaine de mottes se situaient dans ce secteur relevant de ces deux seigneurs.

  • 172 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 358-359.

57Malgré ces approximations, une moyenne d’une vingtaine de mottes étaient affiliées à un château majeur (carte 5). Vitré, La Guerche, Châteaubriant, Combourg relèvent de cet ordre de grandeur. Ces ensembles correspondent à un territoire de 15 à 20 kilomètres de diamètre en moyenne. Ils permettent un service de proximité pour un chevalier pouvant se rendre de son manoir à motte au château et y revenir dans une seule journée. La seigneurie de Châteaubriant présente la particularité de posséder un vaste territoire d’une quarantaine de kilomètres de longueur mais dont le réseau de mottes est peu dense. En revanche, les seigneuries châtelaines de Hédé et de Châteaugiron ne possèdent qu’une aire d’influence d’une douzaine de kilomètres comprenant chacune une dizaine de manoirs à motte. La seigneurie de Marcillé-Robert semble n’en dominer aucune mais son château paraît avoir été mis en sommeil vers 1050, à une époque où les mottes commençaient tout juste à se multiplier. Il en est de même pour celle de Martigné s’appuyant seulement sur deux mottes, la Chouannière et la Motte de Chelun172. Cela tient à l’abandon précoce du château au profit de celui de Pouancé s’effectuant, comme pour Marcillé, vers 1050.

  • 173 Allenou, 7.
  • 174 Dix d’entre eux doivent servir au nom de l’archevêque à l’ost ducal (Dom Morice, 857-858). À ce no (...)
  • 175 Benoît de Peterborough, Vita…, p. 155-156. Cf. à ce sujet, M. Brand’Honneur, « Seigneurs… ».

58Mais il existe également de vastes regroupements de mottes, donc de chevaliers, autour d’un château majeur. Celui de Fougères en domine plus d’une quarantaine, ce qui donne une idée de l’importante restructuration de ce secteur réalisée par Conan II dans les années 1040 pour contrer la politique expansionniste des ducs de Normandie. La seigneurie de Combourg fédérait un ensemble de plus d’une vingtaine de mottes auxquelles il faut rajouter les fiefs de chevalerie sans motte du régaire de Dol. Junguenée en institua douze pour son frère, Rivallon Ier, avoué du château de Dol173. Ils étaient encore beaucoup plus nombreux car les archevêques en créèrent avant et après Junguenée. Nous évaluons leur nombre à plus d’une vingtaine174. En tout, une quarantaine de fiefs de chevaliers était sous le commandement des seigneurs de Dol-Combourg, soit un réseau aussi important que celui de Fougères. Ces puissantes seigneuries du nord du Rennais expliquent les maintes tentatives des ducs de Normandie à vouloir les incorporer dans leur sphère d’influence. Elles aident aussi à comprendre la raison pour laquelle Henri II Plantagenêt ne pouvait pas tolérer que Raoul II de Fougères réunisse sous son commandement les trois châteaux majeurs de Dol, Combourg et Fougères. L’ensemble devait atteindre plus d’une vingtaine de fiefs de chevalerie et une soixantaine de manoirs à motte. Comme il y avait sans doute plusieurs chevaliers par motte, l’ensemble des forces de Raoul II devait être considérable. Ces évaluations sont confirmées par le décompte des chevaliers suivant Raoul II et capturés par Henri II en 1173 : ils s’élevaient au moins à 98175.

Carte 5 : Les châteaux et leurs réseaux de manoirs à motte dans le comté de Rennes de 1050 à 1173

Carte 5 : Les châteaux et leurs réseaux de manoirs à motte dans le comté de Rennes de 1050 à 1173

59Mais le château qui rassemblait le plus de manoirs à motte était celui du comte de Rennes, environ 86. À ce premier réseau, il faut en ajouter 9 liés au château comtal de Hédé ainsi que celles des autres places fortes que le comte de Rennes tenait au titre de duc de Bretagne. La puissance du prince peut dès lors être appréciée. Elle est sans commune mesure avec celle d’un seigneur châtelain dominant quelque 20 manoirs à motte. Ces appuis territoriaux expliquent aussi la fermeté avec laquelle le comte pouvait tenir son territoire. La mise en évidence de ces réseaux confirme ce que nous avions déjà montré en étudiant la fidélité des titulaires des châteaux : un seigneur châtelain ne pouvait défier seul le pouvoir comtal. Pour cela, il fallait qu’il se mette sous la protection d’un autre prince.

Des réseaux mouvants de chevaliers à motte : l’exemple des seigneurs de Vitré vers 1150

  • 176 Pour davantage de détail, cf. M. Brand’Honneur, « Seigneurs…».
  • 177 La Borderie, 57.
  • 178 Robert de Torigni, Chronica…, t. II, p. 46.
  • 179 M. Brand’Honneur, « Le lignage… », p. 65-87.
  • 180 Il s’agit de Robert de Landavran, Silvestre de Cornillé, Raoul Papillon (localisé on ne sait où). (...)
  • 181 P. Banéat, Le département…, t. II, p. 107 et 109.
  • 182 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 446-447.
  • 183 Ce dernier préside en effet à Valognes le traité de paix entre Robert de Sérigné et Robert III de (...)
  • 184 Robert de Sérigné, Robert de Landavran, Guillaume de Dézerseul sont les témoins des actes des sire (...)
  • 185 ADIV, 1F1801, 2.

60Les réseaux des manoirs à motte affiliés à des châteaux pouvaient évoluer dans le temps. Le cas de Martigné est à ce titre exemplaire : ses mottes ont été intégrées dans la sphère de La Guerche. Mais la modification de réseau la plus spectaculaire est celle concernant Vitré176. Elle résulte des avantages considérables que lui octroyèrent Conan IV et Henri II. L’aire d’influence de la seigneurie de Vitré progresse à l’ouest. Entre 1156 et 1166, Conan IV donna Livré à Robert III177. Robert de Torigni est fort au courant de tous ces faits. D’après sa chronique, le fils de Robert III, Alain, hérita de la terre du seigneur de Dinan, Roland, en présence du Plantagenêt178. Il faut donc voir dans cette succession un calcul de Henri II. Ce dernier régla également l’épineuse question des rapports entre les Robert-André de Vitré et les Goranton-Hervé de Vitré. Rappelons certains faits. Ces derniers étaient à la tête du château de Vitré. Mais, depuis les années 1050, ils se firent petit à petit évincer de la seigneurie de Vitré par les Robert-André179. Dès lors, Goranton III tenta de créer une nouvelle seigneurie autour de Sérigné (carte 6 p.189). Il y fit construire une motte et sa descendance y fonda un cimetière et une chapelle érigée, vers 1200, au rang d’église paroissiale. Cette demeure dominait un nouveau réseau de chevaliers attachés à des manoirs à motte. Ceux de Cornillé et de Landavran s’associèrent aux Goranton-Hervé de Vitré180. Guillaume de Dézerseul apparaît également lié à cette zone d’influence. Un acte de paix de 1156-1161 indique que Robert de Sérigné ne recevra des terres et droits à Ercé et Gosné de Robert III de Vitré que lorsque ce dernier fera la paix avec Hervé de Vitré. Or le manoir à motte de Dézerseul en Liffré se situe à l’orée de la forêt de Saint-Pierre formant la limite paroissiale de Gosné. L’assise de son domaine à Gosné est confirmée par la possession, à l’époque moderne, d’un enfeu dans l’église de ce nom par les seigneurs de Dézerseul181. À la même période, la seigneurie de Sérigné possédait la haute justice de Gosné et d’Ercé, et leurs seigneurs étaient considérés comme fondateurs des églises de Sérigné, Gosné et Dourdain où se dresse la motte du Plessis Pillet182. Ainsi, au moins deux mottes auraient été subordonnées à celle de Sérigné. Or, il est remarquable que cet embryon de seigneurie tomba aussitôt sous la coupe de Vitré grâce à l’appui du roi Henri II183. Tous les chevaliers cités plus haut entrèrent dans la fidélité de Robert III184. Bien plus, en tout une vingtaine de manoirs à motte supplémentaires se retrouvèrent sous son emprise, à l’ouest et au nord-ouest de Vitré. À cela, il faut rajouter une dizaine de mottes autrefois liées au domaine ducal et à la seigneurie de La Guerche ; elles furent désormais dominées par Marcillé-Robert qui retrouve à cette époque son rang de château majeur185 après avoir été quelque peu délaissé. Le réseau de manoirs à motte affilié à Vitré passa donc d’environ 24 à 55 grâce à la politique de Robert III et d’André II nettement favorable aux Plantagenêts.

La création de châteaux secondaires dépendant des places fortes majeures

  • 186 André de Vitré « feci ei homagium ligium de Vitriaco, Marciliaco » qui sont ses châteaux majeurs. (...)
  • 187 « Tenetur etiam idem Dominus Rex munitiones ad sumtus suos tenere in prædictis castellis meis majo (...)
  • 188 P. Le Baud, Chroniques…, p. 28.
  • 189 BN, ms fr 22325, p. 745.
  • 190 Cf. M. Brand’Honneur, « Seigneurs… ».

61Les grands territoires fédérant une multitude de manoirs à motte par rapport à un château majeur impliquent la création de pôles secondaires servant de relais à la puissance châtelaine. Lorsqu’il se développe un nouveau réseau de mottes et de chevaliers trop éloigné de la place forte principale, les seigneurs fondent des châteaux secondaires que les textes appellent « castellum minor ». Ainsi, lorsque André III de Vitré mentionne ses forteresses, il fait référence uniquement à Vitré et à Marcillé-Robert186. Les châteaux qu’il qualifie de mineurs, par opposition aux majeurs187 (c’est-à-dire ceux de Vitré et Marcillé), ne sont pas cités nominalement mais il est aisé de deviner leur profil. Il s’agit de places fortes du type de Châtillon-en-Vendelais ou Chevré. La première fut construite vers 1161 sur un éperon rocheux ; la seconde correspond à un ouvrage à motte aux dimensions particulièrement imposantes pour le Rennais. Il a été édifié par Robert III de Vitré, à 1 700 mètres de celui de Robert de Sérigné. D’après P. Le Baud, Robert III y mourut en 1173188. Leurs seigneurs y ratifièrent des actes comme en 1173-1184189. Cette motte fut munie d’une tour de pierres vraisemblablement vers 1230, en préparation du conflit contre le duc Pierre. Le site fut attaqué puis brûlé par les hommes de ce dernier. Comme Châtillon, il s’agit bien d’un château mineur pouvant jouer un rôle pendant la guerre. Ces places fortes dominent également des réseaux de mottes autour de La Bouëxière et du Vendelais. Elles constituent le centre de deux des quatre châtellenies de Vitré connues à l’époque moderne : Vitré, Marcillé, Chevré et Châtillon-en-Vendelais190.

  • 191 D. Pichot mentionne également la création de plusieurs châtellenies dépendantes de celle de Laval. (...)
  • 192 Fougères, 29.
  • 193 Ibidem, 42, 41.
  • 194 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 191.
  • 195 Ibidem, t. II, p. 190.
  • 196 BN, ms fr 22325, p. 237.
  • 197 ADIV, 1F543, 23, AN, L973, 766 ; Dom Morice, 650-653.

62Ce type de château mineur, relais d’une place forte majeure, se retrouve dans d’autres seigneuries de vaste étendue191. Une place forte mineure de la seigneurie de Châteaubriant fut construite dans la paroisse d’Ercé-en-Lamée : il s’agit de la Chapelle Saint-Eustache en Teillay, demeure ayant un aspect fortifié marqué et servant également de rendez-vous de chasse. La présence de deux châteaux majeurs à Dol et Combourg semble avoir dispensé leurs seigneurs de créer un quelconque château mineur. En revanche, la seigneurie de Fougères, s’étendant sur près de 40 kilomètres de longueur, possède au moins une forteresse secondaire. Il s’agit du site de Marcillé-Raoul dont la motte est la plus considérable du Rennais. En 1239, le duc Jean Ier autorisa Raoul III de Fougères à fortifier ce castrum192. Des milites y étaient spécialement attachés193. Ils pourraient correspondre à ceux possédant des mottes autour de Marcillé. La châtellenie de Bazouges-la-Pérouse de l’époque moderne, s’étendant de Tremblay à Marcillé-Raoul et de Sougéal à Vieux-Vy-sur-Couesnon194, semble avoir été constituée à partir des terres de Marcillé. D’autres châteaux mineurs dépendaient de Fougères mais il est difficile de les identifier. Le texte de 1204 cité plus haut mentionne les milites du Coglès. Cette entité correspondait à un ancien pagus minor. Une place forte mineure y était peut-être associée, mais nous ignorons laquelle. La fortification de la Motte en Antrain pourrait être un château mineur. Elle constituait du moins le centre d’une seigneurie dépendant de Fougères à l’époque moderne195. C’est sans doute en ce lieu que Guillaume de Fougères tenait sa curia entre 1194 et 1204196. D’autres sites, comme ceux du Moulin des Châteaux en Monthault, Valaine en Montours ou de Rimoux, auraient pu avoir le rang de château secondaire parce que le premier possède un caractère défensif évident et les deux autres étaient liés aux seigneurs de Fougères qui y possédaient des droits197.

Existence d’autres petits réseaux de mottes autour de châteaux mineurs ou de manoirs

  • 198 Cf. p. 178-179.
  • 199 AN, 1AP*2151, 4.
  • 200 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 23.
  • 201 ADIV, 1F543, 23.
  • 202 Dom Morice, 692, 931.
  • 203 Vitré, 412.

63Bien que les sources ne livrent aucune information à leur sujet, d’autres sites à motte, ne dépendant pas directement de forteresses majeures, peuvent sans doute être classés parmi les châteaux mineurs. Le plus important d’entre eux est certainement le site à motte d’Aubigné. Ses seigneurs appartiennent à une des rares parentés, non détentrices d’une forteresse majeure, utilisant un droit d’aînesse marqué. Ils appartiennent également à la haute noblesse puisqu’ils sont apparentés aux seigneurs de Fougères198 et qu’un de leur membre fut archevêque de Dol (Éven † 1081). Leur seigneurie réunissait quelques chevaliers à motte. Dans la seconde moitié du xiie siècle, Bertrand d’Aubigné devait quatre milites à Guillaume d’Aubigné199. Nous ne savons pas qui ils étaient. Mais le domaine et les fiefs de cette seigneurie à l’époque moderne peuvent donner une idée approximative du réseau de mottes dominé par les sires d’Aubigné. Il s’étendait sur les paroisses d’Aubigné, Chauvigné, Saint-Médard-sur-Ille, Saint-Aubin-d’Aubigné, Melesse, Feins, Saint-Germain-sur-Ille, Montreuil-sur-Ille, Andouillé, Neuville et Chevaigné200. Hormis celle d’Aubigné, trois mottes ont été retrouvées dans ce territoire, une à Chevaigné et deux à Saint-Aubin-d’Aubigné. Mais cette petite seigneurie, qu’on peut qualifier de châtelaine, était dominée par plusieurs grands seigneurs. Les d’Aubigné tenaient en fief des sires de Fougères des terres à Chauvigné201. Ils étaient également dans la mouvance des évêques de Dol et des sires de Combourg et possédaient à ce titre divers droits et rentes202. André III de Vitré finit par posséder la seigneurie d’Aubigné dans la première moitié du xiiie siècle203.

  • 204 Cf. p. 180-181.
  • 205 Robert de Torigni, Chronica…, t. II, p. 45.
  • 206 BN, ms fr 22319, p. 203 ; « Chartes nantaises… », 24.
  • 207 « Brientius filius Gaufredi et Rivallonius de Solzon miles ejus », Guillotel, 114.
  • 208 Cf. p. 181.

64Les Ponts, site fort important, dominait également un réseau de mottes. Cette demeure appartenait aux Rougé dont la parenté est à l’origine de presque toutes les mottes de la seigneurie de Châteaubriant204. C’est elle qui doit être qualifiée de castellum de Bonabes Ier de Rougé par Robert de Torigni en 1173 et qui fut détruite par les troupes de Henri II Plantagenêt205. De plus, deux rejetons des Rougé firent construire ou demeurèrent dans les manoirs à mottes de La Chapelle-Glain et du Theil206. Ce dernier exemple montre que la féodalité s’appuyait sur des réseaux de mottes et de parentés. Rivallon de Soudan, possédant un manoir à motte et dont les ancêtres étaient apparentés aux Rougé et aux Châteaubriant, était un miles de Brient II de Châteaubriant en 1110-1112207. Enfin, il ne serait pas impossible que les sites à motte des Tertrais et de la Chattière aient joué momentanément le rôle de château mineur au regard de l’importance de leur fossé et de leur localisation sur des hauteurs mais aucun réseau de motte ne semble leur être subordonné208. Sérigné appartient sans doute aussi à cette catégorie de petit château bien que l’ouvrage ne soit pas défensif : les Goranton-Hervé de Vitré y fondirent un bourg et tentèrent d’y créer un nouveau pôle réunissant plusieurs manoirs à motte.

  • 209 AN, L973, 768.
  • 210 Dom Morice, 645-646 ; AN, L973, 766.
  • 211 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 358-361.
  • 212 ADML, H3713 f° 65.
  • 213 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 361.

65D’autres demeures nobles dominaient des mottes. On ne peut cependant pas les qualifier de château car ces habitats ne se distinguent morphologiquement en rien de simples manoirs à motte et ne sont pas liés à des individus de statut proche des seigneurs châtelains comme les Rougé ou les Goranton-Hervé de Vitré. La motte de Saint-Brice relève de ce type de manoirs. Leurs seigneurs y tenaient cour en 1219209. Hamon de Flégès et Hugo du Rocher, tous deux possesseurs de mottes, étaient vassaux des domini de Saint-Brice210. L’étendue de la seigneurie de Saint-Brice à l’époque moderne permet d’évaluer son antique importance. Les petites seigneuries à motte du Rocher Portail et du Grand Frontignier, mais aussi celles gravitant autour d’Antrain (comme la Chattière où se dresse une motte), dépendaient de la Motte de Saint-Brice211. Ainsi, cette dernière dominait un réseau d’au moins 5 mottes. Certains recoupements avec les sources aident à en comprendre l’importance. Les Saint-Brice ont dû hériter d’une partie des biens et droits de la parenté du vicarius Ansgier implantée dans le Coglès au début du xie siècle. Par exemple, Étacher tenait la villa Branche (à moins d’un kilomètre de la Motte de Saint-Brice), en 1050, en bénéfice de ses seniores Ansgier et ses fils212. Ce lieu correspond à une métairie possédée par les sires de Saint-Brice à l’époque moderne213.

  • 214 Vitré, 290.
  • 215 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 390-393.
  • 216 La Roë, 168.

66Deux autres seigneuries dominaient également quelques chevaliers à motte. Il s’agit de la Motte d’Acigné. En 1206, Alain d’Acigné avait plusieurs milites à son service installés à Acigné et Servon214. La motte de Tatoux aurait pu dépendre d’Acigné. La Motte de Moutiers commandait aussi un petit ensemble de mottes. Garin de Moutiers, petit-fils de Geoffroy de Moutiers, épousa Élisabeth de la Lande Baluchon, lieu-dit se rapportant à une motte sise en Saint-Michel-de-la-Roë. Son frère, Tyson de Craon, dit la Bouche d’Usure, s’implanta en Bouchamps où quelques indices d’habitat noble subsistent215. Ces deux demeures se situent en Mayenne. Les sires de Moutiers avaient également deux vassaux demeurant dans des manoirs à motte au Grand Pallière et au Grand Ossé216.

Conclusion

  • 217 G. Duby, Le moyen âge…, p. 114-115.

67Malgré les différentes recherches menées, aucun profil de milites grégaires, comme les appelait G. Duby217, n’a été repéré. Dans notre schéma explicatif, les milites sont fieffés sur des terres où se dresse souvent une motte. Ces réseaux de demeures gravitant autour des châteaux majeurs s’inscrivent dans les relations subordonnant les chevaliers à leur seigneur châtelain. Ils aident aussi à apprécier le rapport de force existant entre ce dernier et le comte. Jusque dans les années 1140, celui-ci dominait un ensemble de 80 mottes dans le seul Rennais, soit de 2 à 4 fois plus qu’un seigneur châtelain. Mais la puissance du comte de Rennes et duc de Bretagne reposait également sur d’autres réseaux de chevaliers à motte localisés hors du Rennais. Il était aussi le seigneur de tous les titulaires des châteaux du Rennais, et, à moins que ces derniers ne se lient à un autre prince, ils n’étaient pas de taille à l’affronter. Ainsi, les chevaliers des manoirs à motte constituent les appuis de la puissance seigneuriale. Éloignés tout au plus d’une vingtaine de kilomètres du château majeur, ils endaient un service pouvant être qualifié de « proximité ». Si le réseau de mottes était trop étendu, les seigneurs créèrent des pôles secondaires sur lesquels ils établirent des châteaux dits mineurs. Ces derniers dominaient un autre ensemble de chevaliers à motte subordonnés au château principal. Quelques autres sites à motte avaient certainement le statut de château, comme aux Ponts ou à Aubigné parce qu’ils présentaient de réelles défenses, qu’ils fédéraient des réseaux de mottes et qu’ils étaient possédés par des individus de hauts rangs. Mais la frontière entre château et manoir à motte est plus délicate à définir pour quelques sites car les critères énoncés ci-dessus ne se cumulent que partiellement. La Chattière aurait été, du moins momentanément, une petite place forte car sa motte fut édifiée sur un site défensif. En revanche, Sérigné ne présente que des fortifications symboliques mais domine un réseau de motte et est détenue par un patrilignage puissant. Les autres sites, même s’ils fédèrent un petit réseau de mottes comme la Motte de Saint-Brice, ne peuvent plus être qualifiés de château : c’est une des raisons pour lesquelles nous les appelons manoirs, comme pour la grande majorité des sites à motte.

Le finage de la motte : une archéologie paysagère pour une analyse socio-économique

68La distinction entre châteaux, majeurs ou mineurs, et manoirs à motte est perceptible dans l’usage variable du droit d’aînesse de leurs détenteurs. Elle est à l’image de la pyramide féodale. La comparaison des territoires contrôlés par un seigneur châtelain et un chevalier détenant un manoir à motte est aussi riche d’enseignements. Si les droits et possessions de ces derniers sont parfois étendus, le finage immédiat d’une motte est fortement marqué et structuré par quelques éléments très caractéristiques : l’étang et son moulin, le bois, la métairie et les parcellaires elliptiques. Les chevaliers à motte semblent parfois aussi contrôler des domaines économiques relativement spécialisés. L’étude de ces différents éléments permettra de mettre en exergue quelques traits saillants de l’assise territoriale de l’économie médiévale. En cela, les manoirs à motte se distinguent des châteaux même si des parallèles paysagers s’imposent, mais de façon limitée. Ces habitats n’avaient manifestement pas la même fonction dans la société médiévale.

L’étang et le moulin

  • 218 D. Pichot, « Moulins… », p. 39.
  • 219 Vitré, 143 ; D. Pichot, « La grange… », p. 24.
  • 220 Guillotel, 66.
  • 221 Entre autres actes : ADIV, 1F909, 24 ; AN, L975, 1040 ; Dom Morice, 629-631 ; Guillotel, 23 ; Vitr (...)
  • 222 Annexe 1 ; plans 3, 2, 38 p. 31, 44, 231.
  • 223 Saint-Serge, 411.
  • 224 La Motte Blot en La Chapelle-Saint-Aubert ; Guillotel, 50.
  • 225 Un moulin du xixe siècle est toujours en place. Il remplaçait un autre moulin signalé au xviie siè (...)

69Le moulin est la seule machine industrielle vraiment répandue au Moyen Âge218. Les moines en implantaient presque systématiquement aux pied de leur abbaye ou de leurs obédiences. Les cisterciens reçurent l’autorisation de Robert III de Vitré de construire un étang et un moulin près de leur grange de Fayel en Saint-Melaine-sur-Vilaine219. Les grands seigneurs châtelains en contrôlaient également beaucoup. En 1064-1066, lors de la fondation du prieuré de Combourg, Rivallon Ier de Dol mentionne huit moulins sur lesquels il prélevait des droits220. Les sires de Vitré en avaient près de leur château ainsi qu’à Marcillé-Robert, Châtillon-en-Vendelais, Saint-Didier, Chevré (plan 34 p.203)221. Leur nombre exact n’est pas connu mais il est évident que de tels seigneurs possédaient bien plus d’une dizaine de moulins et d’étangs, disséminés dans toutes leurs possessions. Mais la plupart se situait au pied des manoirs à motte (Annexe 1 p.259) très fréquemment installés dans des sites favorables à de tels aménagements, c’est-à-dire non loin ou le long d’un cours d’eau. La localisation courante des mottes en limite de paroisse reprenant comme frontière rivières et ruisseaux accentue de façon très prégnante une telle association222. Trente-quatre moulins, cités dans les textes du xie au milieu du xiiie siècle, sont localisés près de manoirs à motte. Les plus anciennes mentions remontent dès que les milites, d’un moindre rang que ceux contrôlant les places fortes, commencent à effectuer des dons enregistrés dans les chartes. Ainsi, Hamelin de Brielles concéda, en 1076-1093, la dîme de ses moulins à l’abbaye de Saint-Serge223. Le miles Hamo donna à Marmoutier en 1040-1047 la moitié d’un moulin sur le Couesnon224, sans doute celui appelé Blot, du nom de son père. Mais de telles associations étaient beaucoup plus fréquentes que ne laissent entrevoir les actes. Bon nombre de moulins proches de mottes et cités à l’époque moderne, représentés sur le cadastre napoléonien ou encore repérables sur le terrain, doivent reprendre d’anciens établissements. Tel est le cas du moulin de Pallière (plan 32) ou celui de Hamo cité plus haut225. En additionnant toutes ces différentes informations, au moins 38,1 % des mottes auraient eu un moulin. La proximité des deux édifices fut d’ailleurs bien souvent à l’origine d’un toponyme unique. Par exemple, la Motte d’Igné en Fleurigné est voisine du Moulin d’Igné qui semble lui être contemporain.

Plan 32 : Le manoir à motte de Pallière en Moutiers, ses deux parcellaires et son moulin, d’après le cadastre de 1827 annoté

Plan 32 : Le manoir à motte de Pallière en Moutiers, ses deux parcellaires et son moulin, d’après le cadastre de 1827 annoté
  • 226 Sauf dans les cas où leur association est évidente comme pour les moulins portant le même nom de l (...)
  • 227 ADIV, 1B1.
  • 228 En Louvigné-du-Désert. AN, L972, 668.

70Il existe deux possibilités pour tirer profit de la puissance de l’eau. La première est l’installation d’un moulin sur la berge d’une rivière assez puissante pour faire tourner une roue à aubes au fil de l’eau comme pour le moulin de la Motte de Chevaigné. Ce type d’installation est beaucoup plus difficilement repérable sur le terrain que celui utilisant un étang. En effet, même si le moulin et son étang ont été abandonnés depuis longtemps, la digue reste souvent en place. Tel est le cas des moulins bâtis le long de petits cours d’eau et donc barrés par une digue afin de constituer un réservoir d’eau et un dénivelé suffisant pour le fonctionnement d’une roue à godets. L’étang impliquait donc forcément la présence d’un moulin. Si l’on ajoute, aux 38,1 % de moulins repérés, les étangs n’ayant plus aucune trace de ce genre de bâtisse, au moins 52 % des manoirs à motte avaient à leur proximité immédiate un moulin. Mais ce rapport est un minimum car notre repérage ne tient pas compte des étangs et des moulins distants de plus de 500 mètres d’une motte226. Certains milites pouvaient en posséder (ou y avoir des droits) dans des secteurs fort éloignés de leur motte. Lucas de Saint-Didier percevait des dîmes sur les moulins de Monbelleux situés entre Parcé et Luitré, c’est-à-dire à une trentaine de kilomètres de la Motte Mérioul en Saint-Didier à laquelle il était vraisemblablement attaché227. Guérin de Louvigné en possédait entre le Brémorin et la Galmas, soit à 3,8 kilomètres de la Pierrelaye où se dressait sa motte228. Ces cas de figure sont fréquents et indiquent que la plupart des milites liés aux manoirs à motte contrôlaient au moins un moulin.

  • 229 Ibidem.

71Beaucoup de ces moulins devaient être à blé mais certains chevaliers, se comportant en véritables entrepreneurs ruraux, en firent construire pour d’autres usages. Au plus tard en 1194, Guérin de Louvigné cité plus haut fit élever une chaussée pour créer un étang sur la terre des moines de Savigny sans leur accord. Après justice rendue à la cour de Raoul II de Fougères, il fut convenu que la digue serait détruite. Mais Guérin fut autorisé à construire une autre chaussée avec un moulin, non pas à farine, mais à tan ou à foulon, entre sa terre de Marchix et celle de Robert de Boulouze, son homme229. Cet exemple montre une chevalerie faisant preuve d’un réel dynamisme économique. Au regard du nombre de moulins que les manoirs à motte contrôlaient, elle devait en être la principale détentrice, bien avant les seigneurs châtelains ou les moines, trop souvent considérés, avec la bourgeoisie montante de l’époque, comme les seuls acteurs d’une économie de pointe.

  • 230 ADIV, 1B1.
  • 231 AN, J626, 148.
  • 232 D. Pichot, « Moulins… », p. 48 ; D. Barthélemy, La société…, p. 235.
  • 233 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 474.
  • 234 « Molendinum quedam super aquam Minettam in loco dicitur Buhmina […] cum omni molto totius parrech (...)
  • 235 « Chartes nantaises…», 24.
  • 236 D. Pichot estime de 300 à 400 le nombre de personnes devant faire moudre le grain au moulin de la (...)
  • 237 G. de Gislain, « Le rôle des étangs dans l’alimentation médiévale », Manger…, p. 89-101.
  • 238 Dom Morice, 575-576.

72Il est vrai que ces machineries étaient d’un bon rapport pour leurs propriétaires. Même si leur installation devait être onéreuse, les nombreuses rentes prélevées sur les moulins et celles données aux établissements monastiques en sont la preuve. Par exemple, en 1205, les milites de Cornillé cédèrent la dîme des moulins neufs à Saint-Nicolas de Vitré230. Les hommes de guerre détruisaient souvent, lors des conflits, les moulins pour affaiblir économiquement leurs ennemis. C’est ce qui arriva à deux reprises entre 1231 et 1233 à Alain d’Acigné231. Les moulins étaient d’autant plus rentables qu’ils étaient assujettis, d’après D. Pichot et D. Barthélemy232, au ban dès le xie siècle. N.-Y. Tonnerre233 n’en trouve pas de trace en Bretagne méridionale avant 1220. Les obligations de moudre au moulin du chevalier sont attestées dès le xie siècle pour le Rennais. L’épouse du vir et miles Gradelon, Guidogonia, donna, sur sa dot, le moulin de Boismine sur la Minette avec toute la mouture de la paroisse de Chauvigné à Marmoutier vers 1070234. Au début du xiie siècle, Glain de Rougé concéda, avec son fils Zacharie et un certain Olivier, un moulin et un four où la moitié du bourg devait y faire son pain235. Le ban du moulin était donc bien établi, et ce avant que quelques textes du début du xiiie siècle ne livrent des listes d’hommes contraints à faire moudre leur céréale en un lieu précis236. La pêche était également liée aux moulins. Ce droit est assez rarement cité mais il devait être très courant comme le souligne G. de Gislain237. Gelduin de Montsorel, fils de Hamon, en fondant la Vieuville en 1137, donna un étang avec sa pêche et la mouture du moulin238.

73Tous ces moulins et étangs constituaient les archétypes de l’environnement de la motte. Certaines d’entre elles furent construites à la queue d’une retenue d’eau comme à Montsorel en Bonnemain. D’autres étaient presque entourées par les eaux de leurs étangs. Le finage immédiat de la motte du Pinel en Argentré-du-Plessis était bordé, sur la moitié de son périmètre, par ces réserves d’eau. Ils forment un aspect essentiel du pouvoir économique de la chevalerie.

La métairie

  • 239 Dans ce cas, nous n’avons retenu que les métairies très proches des manoirs à motte, voir Annexe 1 (...)
  • 240 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…
  • 241 BN, Baluze, t. 77, p. 134.

74Soulignons également la présence de la métairie au pied des manoirs à motte. Dans 18,6 % des cas elle est confirmée par les actes du xie au xiiie siècle ou de l’époque moderne239. En revanche, la prospection archéologique n’est d’aucun recours à ce sujet car elle ne peut pas mettre en évidence, par la simple observation des bâtiments encore en élévation, le statut des exploitations qui s’y abritaient. D’autre part, les recherches sur les seigneuries réalisées par A. Guillotin de Corson240 se sont peu attachées à dresser l’inventaire des métairies proches des manoirs à motte à partir des écrits de l’époque moderne. Ainsi, ce pourcentage est certainement un minimum. En outre, certaines de ces métairies, comme certains moulins, n’étaient pas forcément à côté du manoir à motte. Ainsi, celle dite de la Roche est distante de plus de 2 kilomètres du Plessis Épine et pourtant elle appartenait en 1095 aux chevaliers de ce manoir à motte241. Nous avons donc du mal à évaluer quantitativement, et encore plus qualitativement, l’activité agricole contrôlée par la petite et moyenne chevalerie. Et pourtant, elle devait être capitale dans ce monde vivant encore essentiellement des sources de la terre nourricière.

Du bois à la forêt

  • 242 Annexe 1 p. 259. Nous n’avons comptabilisé que les bois situés à moins de 500 mètres d’une motte, (...)
  • 243 Dom Morice, 601-602.
  • 244 Allenou, 10.
  • 245 Saint-Serge, 118 ; plan 2 p. 28.
  • 246 AN, 4J626, 148.

75Le second élément structurant l’environnement d’une motte était le bois. En rassemblant toutes les informations livrées par les actes du xie au milieu du xiiie siècle, les cadastres napoléoniens, les aveux de l’époque moderne, la toponymie et la prospection archéologique, 57,3 % des chevaliers à motte auraient eu un bois242 ou des droits sur des forêts. Mais une telle recherche est aléatoire car il est presque toujours impossible de prouver la contemporanéité de la motte et du bois. Ces derniers peuvent très facilement avoir été créés en l’espace d’une génération et détruits encore plus rapidement. Seules 7 mentions de bois associés à un manoir à motte ont été recensées dans les actes. Par exemple, les chevaliers de la Motte en Meillac possédaient, en 1147, un bois et autorisèrent les moines de la Vieuville à y prélever tout ce qu’il faut pour faire des maisons et pour le pasnage de leurs porcs243. La toponymie associe aussi fréquemment un même nom à un manoir à motte, à des chevaliers et à un bois. La présumée motte de Montsorel est localisée à 1,5 kilomètre du Bois Hamon cité en 1181244. Cette appellation tire son origine de Hamon, l’ancêtre des Montsorel vivant pendant la seconde moitié du xie siècle. Généralement, l’association est plus facile à établir. Au pied de la motte de Landavran s’élève un bois appelé Landavran. Ce dernier est implicitement mentionné vers 1070, lorsque Gautier de Landavran donna le pasnage des porcs et le bois mort et vif, sans limite mais sans abus pour autant, aux moines de Saint-Serge245. Cette réserve, ou plutôt ce droit d’usage moralisé, montre bien le souci de préservation des espaces boisés utilisés, entre autres, pour le pasnage des porcs, la pâture, le chauffage ou la construction. Ces derniers, représentant un enjeu économique important, pouvaient être d’ailleurs détruits lors de conflit pour affaiblir un adversaire. Les bois d’Alain d’Acigné furent ainsi coupés par les hommes du duc Pierre vers 1232246.

  • 247 Concessi quoque terram que vocatur Doillet et forestam de Marchiis cum omnibus pertinentiis et con (...)
  • 248 Cf. sur le sens de ces termes : C. Petit-Dutaillis, « De la signification du mot… », p. 97 à 152 ; (...)
  • 249 Vicomte Le Bouteiller, Notice…, t. II, p. 232, note 1.
  • 250 BN, ms fr 22329, p. 421.
  • 251 G. de Gislain, « L’évolution du droit de garenne au Moyen Âge », La chasse…, p. 37-58 ; S. Lefevre (...)
  • 252 « Priori de Brolio Gain concedimus quidquid venationis, vinaris, et garenna », BN, ms fr 22329, p. (...)
  • 253 57 fragments d’os ont été retrouvés associés à un habitat recouvert par cette motte et de peu anté (...)

76Si les bois étaient un élément important de l’économie des manoirs à motte, ils servaient aussi à mettre en valeur le prestige social des chevaliers dont la chasse était une activité essentielle. Cet aspect est très rarement évoqué dans les textes. Un acte est cependant suffisamment explicite pour qu’il n’y ait aucun doute quant à son interprétation. En 1150, Hervé de Linières, un miles à motte en Saint-Hilaire-des-Landes, donna la terre de Doillet et les coutumes de la foresta des Marches sauf son plateau des éperviers, avec l’accord de ses fils, Henri et Robert, et de ses hommes, Hugo de Doillet et Guillet Haie247. Ce droit de chasse est indirectement souligné lors des mentions de haie et de breuil248. Même si ces appellations recouvrent différentes fonctions, dont certaines sont économiques, leur dimension cynégétique semble être très présente. Breuils et haies sont ainsi souvent associés aux mottes. En 1172, le miles Henri de Saint-Brice, pour le fidèle service qu’il apporta à Raoul II de Fougères pendant sa guerre contre Henri II, reçut le breuil de la Brousse249. Hubert Boutier, avec l’accord de ses frères et héritiers, donna ce qu’il avait sur la haie Pleebosq (aujourd’hui le Bois de la Plesse en Tinténiac) en 1223250. Ces lieux de défens ont fréquemment marqué la toponymie. La Haie de Torcé se situe tout près de la Motte de Torcé. Plus tard, le terme de garenne251 fut utilisé pour désigner certains secteurs de chasse. La première mention repérée dans les actes rennais est de 1287. Raoul d’Aubigné, dominus de Landal, concéda, au prieuré de Brégain (Breuil Gain) dépendant de Saint-Florent, le droit de chasse, vivier et garenne252. Une garenne donna son nom à une motte en Soudan : la Grande Garenne. Certains de ces droits de chasse pourraient être antérieurs à l’édification des mottes. En tout cas, nos propres investigations archéologiques ont mis en évidence la consommation de petit et grand gibiers par les prédécesseurs des chevaliers à mottes, comme à la Motte de Vezin253. Avec le moulin et son étang, le bois constituait le second élément majeur du finage d’une motte. Ce dernier devait souvent se situer tout près de la motte ce qui permettait une surveillance constante de ces terres mises en défens.

  • 254 Dom Morice, 623-624.
  • 255 Cf. M. Brand’Honneur, « L’habitat chevaleresque… », p. 77-94.
  • 256 BN ms fr 22325 p. 734. Leurs parents, les Le Chat sont explicitement dits forestiers et étaient lo (...)

77Des propriétaires de manoirs à motte pouvaient détenir certains droits sur les forêts par délégation des autorités châtelaines ou comtales. Ainsi, huit chevaliers qualifiés de forestiers possèdent une motte sise à l’orée d’une forêt. En 1155, les forestiers du duc Eudes, Guillaume de Dézerseul, Guy de Betton et Raoul de La Bouëxière (carte 6 p.208), donnèrent leur droit sur la Noë Gaudriet254, nom d’une maison forestière appartenant à l’ONF et située au sud de la forêt de Rennes, en Thorigné. Les trois lieux-dits associés aux noms de ces chevaliers correspondent à des manoirs à motte255. D’autres individus avaient certainement le même statut comme les Le Chat ou les Boutier possédant une motte et des droits dans les forestæ de Bourgouët et de Tanouarn en 1141-1156 (carte 9 p.240)256. Tous ces sites sont situés près d’une forêt et il est à peu près certain que les mottes ayant une telle localisation dépendaient de forestiers. Le nom de la Forêterie donné à un manoir à motte en Parigné évoque d’ailleurs la fonction de leurs habitants tout comme la localisation du site des Forges sis en pleine forêt de La Guerche (en Rannée).

  • 257 Le mot foresta ne prend sa signification actuelle que durant le xiie siècle. Cette nouvelle concep (...)
  • 258 H. Guillotel, « Administration… », p. 19-43 ; J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 488-490.
  • 259 Dom Morice, 606-607, 650-653.
  • 260 La Borderie, 20, 20 ter ; ADML, H3713 f° 75.
  • 261 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 487-488.
  • 262 Ibidem, p. 483-486.
  • 263 BN, ms lat 5441, t. 3, p. 409 ; Dom Morice, 809.
  • 264 J.-C.Meuret, Peuplement…, p. 486. Nous ajoutons la forêt du Theil qui semble dépendre aussi de Châ (...)
  • 265 Chevré en La Bouëxière, la Chapelle Saint-Eustache en Teillay et Fougères pour la forêt de Villeca (...)
  • 266 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 303 et 314.
  • 267 Guillotel, 51 ; ADIV, 1F909, 4.

78Si 24 manoirs à motte étaient liés à la forêt, leurs résidents, les forestiers, n’en possédaient pas pour autant la propriété. Ces forestæ, en majeure partie boisée, s’étendaient sur des surfaces considérables et l’analogie entre manoir à motte-château et bois-foresta apparaît pertinente. L’utilisation de mots distincts est d’ailleurs significative. La foresta appartenait uniquement à des personnages de haut rang tels les princes ou les seigneurs257. Les comtes de Rennes possédaient la foresta du massif de Rennes258, les sires de Fougères, Dol, Vitré, La Guerche, Martigné, Châteaubriant, contrôlaient respectivement les forestæ de Fougères et de Villecartier259, Tanouarn et Bourgouët260, Le Pertre et vers 1160 Chevré261, La Guerche262, Araize et une partie de Juigné (qui furent réunies à la seigneurie de La Guerche)263, Juigné, Teillay, Javardan, Domnèche et Forêt Pavée264. Seules les seigneuries de Châteaugiron et de Hédé ne possèdent pas leur propre forêt. Les importants massifs forestiers de Chevré, de Teillay ou de Villecartier dépendaient de châteaux secondaires des forteresses majeures265. Ils portaient d’ailleurs souvent le nom de la forêt à laquelle ils étaient associés. Le château et la forêt de La Gravelle en Mayenne, annexe de la place forte de Laval, relèvent du même principe266. La place forte mineure d’Aubigné contrôlait également un massif forestier mais de moindre taille que celui d’un château majeur. Il se composait au moins des bois (et non forêts) de Borne et de Cranne267.

La présence du cheval autour des mottes

  • 268 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 376.
  • 269 J. Le Maho, « Observations… », p. 181.
  • 270 P. Kernevez, Les fortifications médiévales…, p. 72 et 93.
  • 271 Cf. plans 2, 3, 12, 37 p. 28, 31, 44 et 231 et Annexe 1 p. 259.
  • 272 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 47.

79Les manoirs à motte, et non les châteaux qu’ils soient majeurs ou mineurs, sont souvent associés à des parcellaires de forme généralement elliptique. J.-C. Meuret a mis en évidence de tel terroir pour les mottes des régions de La Guerche et de Craon dans 15 % des cas268. J. Le Maho l’a également souligné pour les mottes du Pays de Caux269. Dans le Finistère, P. Kernevez a retrouvé des ensembles similaires, notamment à Treinvel en Coray ou à Roudoushir en Kernoues270. Dans le Rennais, environ un quart des mottes sont associées à ces parcellaires originaux271. Ils sont essentiellement repérables sur les cadastres napoléoniens. Ils devaient être à l’origine beaucoup plus nombreux car une bonne partie n’était déjà que très partiellement conservé au xixe siècle. Le site des Grands Fougerays en Châteaubriant constitue un archétype de ces parcellaires. Il présente une ellipse de 500 sur 300 mètres de diamètre, délimitée sur la totalité de son périmètre par un ruisseau servant de limite paroissiale et un chemin. La superficie de cet ensemble avoisine les 11 hectares. La motte se situe à l’extérieur de cet enclos. Le Coudray en Bain-de-Bretagne présente un autre cas de figure. Cette fois, la motte et sa basse-cour se trouvent comprise dans le parcellaire ovale de 370 sur 230 mètres de diamètre. L’ensemble, dépassant les 7 hectares, est délimité par un talus-fossé de taille supérieure à celle des champs actuels. Cette dernière particularité ne devait pas être très fréquente car elle ne se retrouve pas ailleurs. Une ancienne voie se dirigeant vers Angers-Carhaix bordait le nord de l’enclos272. Le parcellaire de la motte du Pinel en Argentré-du-Plessis constitue une autre variante : de forme grossièrement quadrangulaire de 300 à 280 mètres de côté, il est délimité par deux étangs et un chemin. Le manoir à motte de Pallière présente la particularité de posséder deux parcellaires, ce qui est unique (plan 32 p.196).

Plan 33 : Le manoir à motte de la Rouaudière au Ferré et son parcellaire ovale, d’après le cadastre de 1834 annoté

Plan 33 : Le manoir à motte de la Rouaudière au Ferré et son parcellaire ovale, d’après le cadastre de 1834 annoté
  • 273 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 378.

80Ces enclos sont de taille variable. Les plus petits avoisinent les 3 à 4 hectares comme celui de la motte du Bas Montbrault tandis que les plus vastes atteignent la surface appréciable de 40 hectares environ, comme à la Motte de Visseiche ou à la Rouaudière dont le parcellaire est délimité par un chemin (plan 1, p.28 et plan 33). La surface moyenne de ces ensembles atteint une dizaine d’hectares. Ces parcellaires, de forme courbe et regroupant des champs trapus, semblent peu propices au labour, cette activité demandant un découpage assez rectiligne des champs. De tels terroirs, de surcroît souvent implantés près des zones humides ou des cours d’eau, sont généralement utilisés pour l’herbage. Or, la motte étant l’habitat caractéristique de la chevalerie du xie et xiie siècles, nous pensons, comme J.-C. Meuret273, que ces parcellaires servaient de pâture aux chevaux.

  • 274 Saint-Melaine, f° 52.
  • 275 Il faut compter environ un peu plus d’un hectare de pâture par cheval.
  • 276 BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 62.
  • 277 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 376.
  • 278 D. Pichot, « Cheval… », p. 58.
  • 279 ADML, H3713, f° 77v-78r.
  • 280 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers…, 53.
  • 281 ADIV, 1F1801, 12.
  • 282 Du moins, nous n’avons recensé que deux cas dans tout le Rennais autour des manoirs sans motte de (...)

81Nourrir ces animaux de prix devait être une préoccupation pour les chevaliers. Les princes et grands seigneurs pouvaient utiliser leurs forêts comme zone d’herbage. Un acte de Saint-Melaine de 1204 indique en effet que le comte de Rennes faisait paître ses troupeaux équins dans sa forêt274. Or les chevaliers possédaient de trop petits bois pour assurer la nourriture nécessaire à leurs montures. Ils ont donc créé des parcellaires elliptiques regroupant des pairies au pied de leur motte. Leur surface moyenne de 10 hectares correspondrait au besoin de la dizaine de chevaux275 que devaient posséder les 2 à 3 chevaliers habitant un manoir à motte. Il ne s’agit que d’une estimation car ces chevaux de guerre recevaient obligatoirement des rations supplémentaires en fourrage et surtout en avoine afin de leur donner suffisamment de tonus. Des droits d’avenage et des rentes d’avoine, régulièrement mentionnés dans les actes du xie au xiiie siècle, le montrent. En 1055-1070, le miles Hamon reçut, en compensation de certains droits qu’il possédait sur la prévôté de Livré, deux setiers d’avoine276. Un acte particulièrement explicite conservé dans une version traduite de l’abbaye de Nioyseau précise que : « Pied Ferré, grand seigneur […] avait donné aux religieuses […] la part de l’avoine et de foin et ce que le soldat avait dans son fief277… » Les chevaux, dont le prix moyen était de 2 à 5 livres, pouvaient atteindre les 10 livres278 et représentaient un réel investissement pour les chevaliers. Ils étaient fort choyés comme le montrent certains de leurs noms. Celui du miles Hamon de Livré s’appelait Grain d’Or279. Ces animaux étaient convoités et les actes mentionnent parfois leur vol. Eudo Britto de la Motte d’Ercé se fit voler ses juments280. Un très bel acte de Marmoutier daté de 1050-1076 souligne l’engouement des jeunes pour ces montures. Adolescent, Rodolphe, comme c’est le propre des jeunes d’aimer les chevaux précise le texte, désirait un cheval de grand prix appartenant aux moines. Pour l’acquérir, il abandonna tout ce qu’il avait entre l’église de Marcillé-Robert et la Seiche281. Les chevaliers prenaient vraisemblablement grand soin de leurs montures. Pour mieux les surveiller et les montrer avec fierté leur beauté et noblesse, ils les faisaient pâturer devant leur manoir à motte. C’était certainement un signe ostentatoire du rang de cette chevalerie jusqu’au xiie siècle. En effet, de tels parcellaires ne se retrouvent plus autour des nouveaux manoirs sans motte apparaissant dès la seconde moitié du xiie siècle282.

Manoirs à motte, châteaux et bourgs

Plan 34 : Le bourg de Chevré en La Bouëxière d’après le cadastre de 1826 annoté

Plan 34 : Le bourg de Chevré en La Bouëxière d’après le cadastre de 1826 annoté

1 la motte et sa tour
2 chapeau romane
3 chemin de Chevré et son pont gothique
4 moulin limite du village

  • 283 A. Debord, « Les bourgs castraux dans l’Ouest de la France », dans Châteaux et peuplements…, p. 35 (...)
  • 284 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 242-245 et du même auteur Le village éclaté… ; J.-C.Meuret, Peuplemen (...)
  • 285 Ce n’est pas le cas de tous comme pour les châteaux mineurs de Marcillé-Raoul (plan 4 p.32) ou la (...)
  • 286 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 243 ; J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 436.

82Tous les historiens ou archéologues s’accordent à dire que les châteaux sont associés aux bourgs. Ils ont activement participé à la constitution des agglomérations secondaires, nos actuels chefs-lieux de cantons. A. Debord précise que ces petites villes sont le fait de châteaux majeurs283. Cette remarque peut tout aussi bien s’appliquer à la Bretagne ou aux régions limitrophes. Les travaux d’A. Chédeville, P. Kernevez, J.-C. Meuret, H. Miyamatsu, D. Pichot, N.-Y. Tonnerre et É. Zadora-Rio284, soulignent que le développement des bourgs et des mottes est généralement distinct. Dans le Rennais, les principales places fortes ont donné naissance ou contrôlé des agglomérations. Certaines sont fort anciennes comme à Rennes, Vitré ou Combourg, d’autres sont nées en revanche au pied de nouvelles forteresses comme à La Guerche. Les châteaux mineurs semblent également être souvent285 à la tête d’un bourg. Tels sont les cas d’Aubigné ou de Chevré en La Bouëxière, même si le silence des sources ne permet pas de savoir si ces agglomérations avaient le statut juridique de bourg. Le site de Chevré, construit vers 1160 par Robert III de Vitré, structure un gros village édifié à ses pieds (plan 34). Chevré ressemble à maints égards à La Gravelle possédant aussi un bourg286 : ils sont tous deux associés à des forêts et sont des châtellenies annexes de grandes seigneuries.

Plan 35 : Manoir de la Motte de Cornillé, son enceinte et son parcellaire ovale près du bourg et de son église, d’après le cadastre de 1825 annoté

Plan 35 : Manoir de la Motte de Cornillé, son enceinte et son parcellaire ovale près du bourg et de son église, d’après le cadastre de 1825 annoté

1 motte
2 basse-cour
3 parcellaire ovale
4 enceinte
5 bourg et église

  • 287 Cette nouvelle conception apparaît à la fin du xiie siècle. A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Br (...)
  • 288 M. Bur arrive, pour la Champagne, au même constat dans, Inventaire des sites archéologiques…, p. 1 (...)
  • 289 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 361-363.

83Si, d’une conception juridique, la notion de bourg est élargie à celle, plus contemporaine, d’agglomération entourant l’église paroissiale287, la faible contribution des manoirs à motte liés aux chevaliers de paroisse dans le rassemblement de la population est notable. S’ils ont été édifiés dans 10,5 % des cas à quelques centaines de mètres, au plus, des églises, cela ne signifie pas pour autant qu’ils aient constitué un pôle d’attraction. La plupart du temps, il y a seulement juxtaposition d’un village et d’une motte288. Il semble en être de même pour les rares manoirs à motte jouxtant les bourgs. Par exemple, celui situé à une centaine de mètres de l’église de Bourgbarré ne paraît avoir aucun lien organique avec cette modeste agglomération, sa basse-cour ne l’englobe même pas. Il en est de même pour le manoir de Cornillé qui ne paraît pas contrôler le bourg pourtant proche (plan 35). Les quelques rares sites similaires n’ont d’ailleurs pas connu ensuite une expansion les distinguant des autres bourgs ruraux. Au xixe siècle, ceux de Combourtillé ou de Montgermont, au pied desquels s’élève une motte, regroupaient seulement deux à trois maisons dont le manoir représentait la moitié du bâti. À Fontenay, la motte élevée juste à côté de l’église paroissiale ne sut pas retenir la population, à supposer qu’il y en ait eu une dans son entourage ; le bourg et la nouvelle église qui détrôna la première furent installés à 800 mètres de Fontenay et prirent le nom de Chartres289.

  • 290 Saint-Sulpice, 66.
  • 291 Ibidem, 231.
  • 292 Ibid., 79.
  • 293 Dom Morice, 650-653.
  • 294 ADIV, 1F553, 3.
  • 295 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 590 ; t. V, p. 292.
  • 296 Cf. D. Pichot, Le village éclaté…
  • 297 J. Burnouf, La motte castrale…, p. 180 ; D. Pichot, Le village éclaté…

84Seuls quelques rares manoirs à motte ont été associés à des bourgs. Bazouges-la-Pérouse en offre un excellent exemple. Les Goranton-Hervé de Vitré qui tentèrent de construire une seigneurie châtelaine à partir du site à motte de Sérigné, firent également ériger un bourg. Cette charge incomba à l’abbaye de Saint-Sulpice qui reçut une terre en 1164 pour y construire un cimetière et une chapelle290. La fondation dut être un succès puisque Sérigné est qualifiée d’église paroissiale en 1165. Étienne, évêque de Rennes, en fixa les limites avec le recteur de La Bouëxière : elle s’étendait du cours d’eau de la Chèvre à la foresta291. Cependant, ce n’est qu’en 1199-1202 que Sérigné est élevée officiellement au rang de paroisse par l’évêque292. D’autres sites à motte, ou assimilables, sont associés à des bourgs comme celui de Valaine. Son petit château et sa chapelle se situent en Montours tandis que le bourg actuel est établi au Ferré. Mais cette fondation paraît être liée au seigneur de Raoul II de Fougères et non à un simple chevalier. Raoul II donna en effet la dîme du passage, moulin, four, marché et cens de Valaine en 1163 à Rillé293. En 1204-1212, Geoffroy de Fougères concéda un homme à Savigny, appelé Rogon, avec sa bourgeoisie (burgeria) et le jardin adjacent sis à Valaine. Il exempta ledit Rogon et ceux qui habiteront la même place de toute charge et service dans l’étendue de sa terre de Fougères294. L’emprise des sires de Fougères sur Valaine était donc importante. Ils étaient d’ailleurs les seigneurs supérieurs de Montours et du Ferré à l’époque moderne295. La motte et le bourg de Rimoux semblent relever du même cas. Ils paraissent constituer un pôle secondaire de la seigneurie de Fougères. Ainsi, seuls les châteaux majeurs donnèrent naissance ou participèrent à l’expansion des agglomérations. Les succès plus que mitigés de développement de population à Martigné-Ferchaud ou à Marcillé-Robert sont dus à l’abandon de leurs places fortes dès les années 1050. Somme toute, leurs agglomérations ne connurent pas un essor remarquable ce qui les rapprochent des châteaux mineurs possédés par les seigneurs châtelains : ils contribuèrent assez souvent à la création de gros villages, voire de bourgs296. Quant aux manoirs à motte de chevaliers, ils sont généralement nettement à l’écart du mouvement de concentration des individus. Comme le souligne J. Burnouf, la motte n’a pas constitué un pôle suffisamment attractif pour qu’elle attire un quelconque peuplement297.

Des manoirs à motte à économie spécialisée ?

  • 298 J.-C. Meuret, « Le poids… », p. 119-120.
  • 299 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers…, 53.

85Moulins, bois, parcellaires ovales, même s’ils participent au prestige social du chevalier possédant un manoir à motte, sont d’une importance cruciale pour l’économie du Moyen Âge. On a l’impression que ces chevaliers furent beaucoup plus présents et actifs dans les circuits productifs et même financiers que ne le laissent percevoir les actes de la pratique et les écrits des intellectuels du Moyen Âge. Ces derniers dissocient en effet nettement la bourgeoisie de la chevalerie. À la différence des seigneurs châtelains, eux aussi présents dans les activités économiques, certains chevaliers demeurant dans des manoirs pouvaient dominer parfois des secteurs productifs très spécialisés. Mais la plupart de ces activités ne sont guère décelables à partir de la lecture des textes si bien qu’elles ont été souvent sous-estimées. Ici ou là, cependant, des chevaliers semblent relativement habitués au petit négoce. Au début du xiie siècle, Payen de l’Épine, arrière-petit-fils de Hervé de Martigné et dominus d’Arbrissel, vola des bœufs et des vaches aux chanoines de La Roë et les vendit à un juif de Pouancé, ce qui lui valut d’être frappé d’excommunication298. En 1082-1106, Eudo Britto, sans doute lié à la Motte d’Ercé, s’était associé à Saint-Aubin d’Angers pour élever des chevaux. Bien que l’abbaye ne fût en rien responsable du vol des juments d’Eudo, l’abbé lui donna 30 sous (par jument ?) pour amicitia et concorde299.

  • 300 A. de Barthélémy et J. Geslin de Bourgogne, Les anciens évêchés…, t. VI, acte 97.
  • 301 BN, ms fr 22319, p. 202 et 212.
  • 302 AN, J626, 148.

86De telles activités économiques ou financières n’ont pas laissé de trace autour des mottes. Il en est d’autres, en revanche, que la prospection archéologique croisée à la lecture des textes permet d’entrevoir. Par exemple, quelques mottes sont proches d’un axe de communication important. Quelques rares actes précisent que de tels lieux étaient l’objet de taxation. La motte des Ponts de Soulvache, appartenant aux sires de Rougé, se situe à 150 mètres de la rivière du Semnon traversée par l’ancien chemin reliant Châteaubriant à Rennes. En 1245, Bonabes III de Rougé, miles, y touchait un droit de passage300. L’emplacement de ce château mineur à motte pourrait revêtir un aspect stratégique. Cependant, cela n’a rien d’évident dans la plupart des cas. En effet, plusieurs mottes ont été repérées le long de la voie Angers-Carhaix mais elles ne se situent pas sur les points de passage obligé que sont les gués et les ponts. Celles du Coudray et de Beaumont en Bain-de-Bretagne sont à plus de 5 kilomètres des rives de la Vilaine que devait franchir ladite voie. Leur localisation près de ce chemin s’expliquerait par les droits de péages prélevés par les chevaliers de Bain et de Beaumont301. Mais ces perceptions relèveraient davantage d’un mode de préemption financière et ne joueraient pas un rôle actif dans l’économie, à moins qu’une partie des ces taxes ne soit réutilisée pour l’entretien des chemins ce qui est impossible à montrer. Toujours est-il, les manoirs à motte n’ont jamais influé de façon notable sur la constitution du réseau routier. Le seul exemple d’ancienne voie déviée pour desservir des sites à motte concerne des châteaux mineurs. Ceux de Chevré et de Sérigné en La Bouëxière ont été assez attractifs pour que le tracé d’une antique voie (sans doute celle de Rennes-Bayeux) fût abandonné à leur profit. Il est vrai qu’ils contrôlaient des bourgs et un marché qualifié d’antique vers 1233302.

  • 303 F. Fichet de Clairfontaine et L. Beuchet, « Le centre potier de Chartres-de-Bretagne (Ille-et-Vila (...)
  • 304 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 177-179.
  • 305 P.-R. Giot et F. Fichet de Clairfontaine, «Quelques aspects de la production céramique en Bretagne (...)
  • 306 F. Fichet de Clairfontaine et L. Beuchet, « L’artisanat céramique breton au xve siècle : potiers e (...)
  • 307 En plus des sites mentionnés plus haut, il s’agit des ateliers de la Ville Blanche en Bonnemain, d (...)

87D’autres activités économiques des manoirs à motte ne sont repérables que par l’archéologie. Tel est le cas de la production de poterie. Dans le Rennais, quelques mottes sont très proches des rares ateliers de potiers répertoriés à ce jour. Celle de Fontenay se situe à moins de 200 mètres de fours de potiers actifs, au plus tard, à la fin du xie siècle303. À l’époque moderne, la châtellenie de Fontenay détenait la haute justice, les foires, les marchés dans le village de la Poterie et prélevait un pot par fournée304. Les deux mottes de Landéan appelées la Butte Maheu et la Grande Artoise semblent aussi contrôler de telles activités. Les productions de Landéan ne remonteraient pas au-delà du xve siècle mais aucune recherche approfondie n’a été menée sur ces sites305. Il serait étonnant que les nombreuses excavations liées à l’exploitation de l’argile entourant ces manoirs à motte n’aient aucun lien entre eux. Des prospections archéologiques seraient également à mener près du site de Beaufort en Plerguer où se retrouve le toponyme de la Basse Poterie. Le rôle des chevaliers dans la production des poteries était indéniable. Ils seraient à l’initiative de certains ateliers ou, du moins, ils favorisèrent leur développement. Au xive siècle les seigneurs de Fontenay furent à l’origine de la création d’une nouvelle foire à la Poterie306. Le lien manoirs à motte et ateliers de poterie paraît finalement fréquent mais il faut souligner que le Rennais ne constitue pas une région de forte production céramique. Notons cependant, et ce n’est sans doute pas un simple hasard, que presque tous les centres de potiers de notre comté, sauf évidemment ceux de la région de Dol, se situent entre 1 et 1,5 kilomètre d’un manoir à motte307.

  • 308 « Usque ad Sabloneriam de Broon », Vitré, 164.
  • 309 Cartulaire de l’abbaye de Redon…, app. 35 ; P. Banéat, Le département…, t. I, p. 242.
  • 310 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 381-382 et 505-530 ; du même auteur, « Le paysage métallurgique… », (...)
  • 311 Il s’agit de la Motte Boutier, dite la Butte à Madame, en lisière de la forêt de Tanouarn ainsi qu (...)
  • 312 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 342-347 ; 526-527.

88D’autres types d’exploitations pourraient être liés à des manoirs à motte. Celle de Broons se situe près d’une sablonnière citée entre 1173 et 1211308. La motte de Carcé en Bruz fut détruite au xviiie siècle par une mine à ciel ouvert de plomb argentifère. Or, dès 853, le cartulaire de Redon mentionne la présence d’une minière non loin de là, à Laillé309. Les mottes sont fréquemment associées à la métallurgie (Annexe 1 p.259). Le Rennais possède de riches gisements de fer si bien que de nombreuses études ont déjà été menées sur ce thème, notamment au nord-ouest, autour de la seigneurie de Combourg, et au sud-est, dans les environs de La Guerche et Martigné310. J.-C. Meuret a souligné le rôle des mottes dans l’activité métallurgique. Dans la région de Tinténiac étudiée par F. Le Boulanger, au moins deux mottes sont clairement concernées par l’exploitation du fer311. Si elles n’en détiennent pas le monopole, elles prirent une part très active dans cette production. En attente d’études plus approfondies, on peut estimer que 12 % des manoirs à motte étaient liés à cette activité économique, bien qu’il soit difficile de dater les ferrières situées près des mottes. C’est la fréquence de leur proximité avec les mottes qui autorise à effectuer de tels rapprochements. La découverte de scories près d’une motte lors de prospections archéologiques est d’ailleurs aléatoire. Si le Bois de Sainte-Christine en Coësmes n’avait pas été récemment défriché et mis en labour avant notre visite, nous n’aurions peut-être pas repéré les ferriers et les charbonnières entourant la motte des chevaliers de Coësmes (plan 36). La découverte de scories juste au pied de la basse-cour de la motte du Coudray en Bain-de-Bretagne tient aux travaux de jardinage en cours lors de notre passage. Le site certainement le plus remarquable dans le Rennais est celui du Masse en Rannée312. Il est situé en pleine forêt de La Guerche. Sa motte est entourée d’un marécage qui pourrait bien être lié à l’exploitation du minerai de fer. Le miles associé à ce lieu porte le surnom très évocateur de Robertus de Forgue ou des Forgiis. Un peu partout autour du site, on remarque la présence de longues tranchées en pleine forêt qui sont des minières ainsi que des rejets de scories provenant de bas fourneaux.

Plan 36 : Le manoir à motte de Coësmes et l’exploitation du fer

Plan 36 : Le manoir à motte de Coësmes et l’exploitation du fer

1 motte
2 charbonnière
3 ferrier parcellaire longitudinal : ancien bois de Ste-Christine

89Le massif forestier de Rennes a été peu étudié (carte 6). Il recèle pourtant maintes traces d’une importante activité métallurgique dont les hauts fourneaux édifiés à Sérigné et à l’étang de la Vallée au début du xixe siècle constituent les témoins les plus récents. Tous les éléments indispensables pour fabriquer le fer sont présents. Des affleurements de grès dits à Orthis Monnieri contiennent le minerai. Quelques gisements de pierre calcaire, favorisant la séparation du fer de la roche, ont été exploités entre Liffré et Ercé-près-Liffré, à la Lande de Beaugé, et surtout à Gahard. Enfin, le bois et l’eau abondent dans la région.

Carte 6 : Manoirs à motte et activité métallurgique dans les forêts de Saint-Pierre et de Chevré

Carte 6 : Manoirs à motte et activité métallurgique dans les forêts de Saint-Pierre et de Chevré
  • 313 Pour la toponymie se référant aux activités métallurgiques anciennes, cf. J.-C. Meuret, « Le paysa (...)
  • 314 Saint-Melaine, f° 129.
  • 315 J.-C. Meuret, « La métallurgie ancienne… », p. 367.
  • 316 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 136.

90La toponymie et la microtoponymie confirment cette activité métallurgique313. De part et d’autre du massif forestier de Rennes se trouvent des noms tels que la Forge, Forgette, Ferrière ou Mineure. L’un d’entre eux est mentionné dans un acte de Saint-Melaine en 1229314 : il s’agit du manse des Forges au sud-ouest de la forêt de Chevré. Le miles Adam d’Acigné possédait des terres proches de ce lieu. La concentration de ces noms est assez élevée ; elle est comparable à celle de la région de Martigné-La Guerche315. Cette activité métallurgique est fort ancienne puisque des fonderies liées à des céramiques gauloises et gallo-romaines ont été découvertes le long d’une voie romaine, sans doute celle de Rennes-Bayeux316. Elle est très présente au Moyen Âge central et est associée à certains sites à motte. Celui de Sérigné en La Bouëxière devait contrôler des bas fourneaux, mais le travail du fer pendant l’époque moderne et surtout l’installation de hauts fourneaux au début du xixe siècle ne facilitent pas la mise en évidence de l’activité métallurgique à l’époque médiévale. La fonte du fer aurait été réalisée le long de l’étang de Sérigné mais le retour de ces parcelles en prairie ne permet pas de le confirmer. Non loin de là se dresse la motte du Plessis Pillet en Dourdain située au pied d’une carrière contenant du minerai du fer. Elle était encore exploitée au xixe siècle.

  • 317 Dom Morice, 623-624 ; M. Brand’Honneur, « L’habitat chevaleresque… », p. 84-88.

91Le manoir à motte de Dézerseul en Liffré était aussi certainement lié à l’activité métallurgique bien qu’aucun élément de bas fourneaux n’ait été découvert en fouillant les bailes de ce site. Ils seraient situés, comme très fréquemment, un peu plus loin. Cependant, tous les éléments liés à la métallurgie ont été retrouvés dans les deux basses-cours de cette motte. Il s’agit d’une pierre calcaire, de trois morceaux d’hématite et de huit fragments de scories. D’importants mouvements de terrain ont été repérés au sud-est du site. Le plus structuré d’entre eux est une enceinte quadrangulaire située à 100 mètres de la motte. Elle mesure 100 mètres de longueur et 70 mètres de largeur et son centre présente un léger bombement d’un peu plus de 0,50 mètre. En l’absence de fouilles, cette enceinte est indatable et sa fonction reste inconnue. En revanche, les nombreuses excavations de forme et de taille diverses s’étendent sur une longueur d’environ 500 mètres et montrent un site extrêmement bouleversé par l’action de l’homme. La plus importante d’entre elles forme une dépression de 1,5 à 2 mètres de profondeur et de près de 100 mètres de longueur. Ces fosses pourraient être en lien avec l’exploitation du fer. D’autre part, il ne serait pas impossible que le statut de forestier soit souvent associé à ce type d’activité indissociable de la forêt. Tel serait le cas de Guillaume de Dézerseul. Ce chevalier était un forestier du duc Eudes en 1155317. D’autres forestiers associés à des mottes et à l’exploitation du fer ont été repérés, comme les Le Chat ou les Boutier, installés respectivement à l’orée des forêts de Bourgouët et de Tanouarn (carte 9 p.240). L’environnement immédiat de ces sites regorge de scories.

92La présence d’un moulin, d’un étang, d’un parcellaire, d’un bois et d’une métairie marque l’entourage immédiat d’une motte reprenant en cela des éléments paysagers familiers des châteaux majeurs. Mais l’enjeu de leur contrôle varie fortement : posséder un simple bois ou une foresta marque la différence de statut social. L’économie à la fois agraire et spécialisée de nombreux manoirs à motte leur confère une fonction originale. Certes, les seigneurs châtelains possédaient des étangs et des moulins en grand nombre, mais ils étaient dispersés dans leur important domaine et ne constituaient certainement pas la principale caractéristique de l’abord d’une place forte majeure. Les églises et chapelles, les maisons agglomérées en bourg et les divers commerces et ateliers d’artisans donnaient au seul château un air urbain. Les manoirs à motte, parce qu’ils étaient à l’origine d’une économie traditionnelle, mais aussi spécialisée et ancrée sur un petit territoire, n’ont jamais été suffisamment attractifs pour attirer une concentration humaine.

Conclusion

  • 318 L’hérédité des charges n’enlève rien à leur caractère public. K.-F. Werner, Naissance…, p. 90-91, (...)

93La distinction entre manoir à motte et château est également légitime au regard de leur position par rapport aux sphères privé et publique. L’édification d’une place forte majeure reste soumise à la décision princière et affecte le mode d’usage de cette dernière : il s’accompagne du transfert d’une charge à un chevalier comtal ; elle se traduit par la mise en place d’un droit d’aînesse évitant la dilution de l’autorité publique318. La petite chevalerie ne tranche jamais complètement entre sa mission d’ordre public et des velléités plus privatives. Vers la seconde moitié du xiie siècle, la diffusion d’un droit d’aînesse plus marqué pour une partie de ses membres est révélatrice de leur ambition sociale : accéder à une notabilité, y compris locale, suppose la reproduction d’une pratique traditionnellement réservée à la noblesse de haut rang. Parallèlement, le droit d’aînesse marqué s’est aussi diffusé par réaction des pouvoirs comtal et seigneurial face au risque d’affaiblissement de l’autorité publique que faisait courir le partage inconsidéré des fiefs.

  • 319 Saint-Melaine, f° 178.

94Le château se différencie également du manoir à motte car il se trouve au centre de la vie politique, économique et juridique de la seigneurie qu’il contrôle. Ainsi, il rassemble régulièrement les chevaliers du seigneur et les bourgeois vivent à l’ombre de ses murs. L’autorité du seigneur châtelain lui confère un rôle d’administration de la vie publique qui ne doit en rien occulter l’imprégnation religieuse de la société médiévale : la proximité d’édifices religieux majeurs témoigne tout à la fois d’une distinction de la sphère religieuse et publique et, en même temps, de leur nécessaire alliance. L’enjeu de la compréhension des chevaliers des manoirs à motte est précisément de saisir la diffusion de la puissance publique à un niveau infra-territorial. Ainsi, l’obligation de service incombant au chevalier fait de ce dernier un agent paroissial de l’ordre public. Cette fonction de représentation du pouvoir seigneurial ou comtal est cependant restrictive car elle ne permet pas de mettre en évidence l’émergence d’activités émancipées d’une stricte tutelle publique et religieuse. Initiateurs d’une économie productive, ils sont à leur façon des « entrepreneurs » ruraux. C’est peut-être pour cette raison qu’une confusion sur leur réel statut se devine parfois dans certains textes, tel cet Eudo Britto, mentionné plus haut, pratiquant l’élevage des chevaux à des fins lucratives. En même temps, en développant des activités ostentatoires de loisir, les chevaliers revendiquaient leur identité de noble. L’étanchéité des frontières sociales entre une chevalerie demeurant dans des manoirs à motte et une bourgeoisie, souvent réunies par leur fréquentation régulière des petits centres urbains, était peut-être moins forte que ne le rapportent les intellectuels du Moyen Âge ; c’est du moins ce que laisse supposer ces bourgeois témoins des mêmes donations que les chevaliers dans la cour du duc de Bretagne319.

Notes

1 Par exemple B. Lemesle considère qu’il est difficile d’examiner la parenté en deçà de l’aristocratie moyenne dans La société aristocratique…, p. 135 et 287.

2 M. Bourin et P. Chareille, « Le choix anthroponymique : entre hasards individuels et nécessités familiales », Genèse…, t. III, p. 227.

3 Par exemple, lorsque Ébroin, miles, donna le lieu de Trémaheuc, il est aisé d’identifier : « Superior quoque dominus noster Riuuallonus, unius honus quadrige vini a monachis inde accipiens, auctoramento suo hanc donationem firmavit », à Rivallon Ier de Dol. ADML, H3713, f° 93 r.

4 « $. Judhalis archipiscopi./$. Walterii vicarii./$. Brienti./$. Gauscelini./$. Rivelloni. », Guillotel, 46.

5 Dom Morice, 429-430, 454-455, 567.

6 Les actes de Marmoutier que nous avons collationnés sont au nombre de 389. Ils sont bien représentés tout le long de notre période. Ceux de Vitré s’élèvent au nombre de 89 textes datant surtout de la première moitié du xiiie siècle.

7 Cette analyse ne constitue pas le cœur de notre problématique d’ensemble. Elle est donc très partielle et mériterait un travail plus approfondi.

8 Cette évolution suit globalement celle qui a été observée dans l’ensemble de la France. On note cependant une croissance très importante, dès la seconde moitié du xiie siècle, des désignations associant des toponymes aux noms. M. Bourin et P. Chareille, « Bilan de l’enquête de la Picardie au Portugal, l’apparition du système anthroponymique à deux éléments et ses nuances régionales », Genèse…, t. I, p. 233-246. En cela, le Rennais se démarque nettement de la Bretagne occidentale qui accuse un retard de plus d’un siècle (A. Chédeville, « L’anthroponymie bretonne », dans Genèse…, t. II-1, p. 9-40). En ce qui concerne les chevaliers de Cornouaille qui apparaissent liés aux mottes, ils sont encore dénommés pendant tout le xiie siècle sous la forme « X fils de Y », ce qui ne facilite pas les recherches. J. Quaghebeur, Comté de Poher…, t. II, p. 617-641.

9 « Galteo de Sancto Albino, burgensi Vitreiensi », ADIV, 1F909, 16.

10 J. Quaghebeur, Comté…, t. II, p. 617-641.

11 Dom Morice, 857-858.

12 Ibidem, 931.

13 Ibid., 1110-1115.

14 P. Banéat, Le département…, t. III, p. 358.

15 Pas moins de 12 de Hirel sont recensés entre 1181 et 1254. Le premier s’appelait Geoffroy de Hirel. C’était un miles. Aucun indice ne permet de les localiser. Allenou, 24, 25.

16 Guillaume du Vivier est qualifié de miles en 1181 et pourrait loger au manoir du Pont du Vivier. Ce lieu était tenu en fief de l’évêque de Dol en 1575. Allenou, 18 ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 448.

17 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 266.

18 L’archevêque Junguenée créa, avant 1040, douze fiefs de chevalerie, « Guingueneus vero archiepiscopus dedit Ruelloni fratri suo quidquid Asculfus de Sulineio habet, cum uxore sua, in territorio Doli, scilicet feuda XII militum », Allenou, 7.

19 Par exemple, en 1167-1197 : « [] Decimas que pertinent ad Boterat fevum… », Dom Morice, 693.

20 Dom Morice, 545, 816-817 ; Saint-Melaine, f° 41 ; BN, ms fr 22325, p. 753 ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 63.

21 Dom Morice, 529.

22 Cartulaire de labbaye de Saint-Aubin dAngers…, 655.

23 Guillotel 161.

24 ADLA, H112, 10.

25 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 538 ; La Roë, 56 ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 715-718.

26 Saint-Georges, app. 28 ; Saint-Melaine, f° 20 et 59.

27 Dom Morice, 415.

28 ADIV, 1F1801, 13bis.

29 Vitré, 287.

30 Saint-Melaine, f° 6, 24, 53, 105 ; BN, ms fr 22329, p. 103, 678 ; Saint-Sulpice, 60 ; Cartulaire Manceaux de Marmoutier…, 26 ; Dom Morice, 621-622 ; Vitré, 222 ; « Chartes nantaises…», 27 ; Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers…, 823.

31 Saint-Georges, app 16.

32 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 405.

33 M. Brand’Honneur, « Le lignage… », p. 65-87.

34 B. Lemesle, La société aristocratique…, p. 391-394 et 428.

35 D. Barthélemy, La société…, p. 630 ; K.-F. Werner, « Liens de parenté… », Famille et parenté…, p. 27 ; M. Bourin et P. Chareille, « Le choix anthroponymique… », Genèse…, t. III, p. 224-225.

36 Guillotel, 66.

37 J.-P. Brunterc’h, « Puissance temporelle… », p. 29-82 ; J.-C. Meuret, « Le poids… », p. 89-129.

38 Guillotel, 55.

39 H. Guillotel, « Combour… », p. 2776-286.

40 « Wuillelmo cognominato Branchu, milite, […] Symonis de Visicca, patris W. Branchu », Saint-Melaine, f° 52.

41 BN, ms lat 5441, t. 3, p. 245.

42 Marmoutier. Cartulaire Blésois…, 149.

43 Ibidem, 235.

44 «Wethenoco filio Corantoni de Vitriaco », Guillotel, 59. Cf. également M. Brand’Honneur, « Le lignage…», p. 65-87.

45 Saint-Sulpice, 66.

46 Vitré, t. II, p. 6 et ss.

47 ADIV, 1F179, 15 ; Saint-Melaine, f° 84 ; Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers…, 658.

48 Saint-Georges, 17.

49 Saint-Sulpice, 10, 51, 71, 143, 236 ; BN, ms fr 22325, p. 216 ; ADIV, 1F543, 23 ; Saint-Melaine, f° 146 ; BN, ms lat 5476, p. 43.

50 Dom Morice, 857-858, 879, 898, 1140-1141 ; BN, ms lat 5476, p. 40-41 ; ADIV, 1F204, daté de 1240.

51 Saint-Sulpice, 81, 164.

52 M. Bourin et P. Chareille, « Le choix anthroponymique… », dans Genèse…, t. III, p. 219.

53 ADIV, 6H34, 3.

54 Pour les lignages de ces vicomtes, H. Guillotel, « Des vicomtes d’Alet… », p. 201-215 et du même auteur « De la vicomté de Rennes… », p. 5-23.

55 Tel aurait été sans doute le cas de la parenté de Martigné mais le patrilignage tombe en quenouille au bout de deux générations seulement. Cf. tableaux généalogiques p. 94, 177, 180, 272, 273, 276, 290.

56 Cf. généalogie, p. 282.

57 A. Oheix, Étude juridique…, acte 11 ; Dom Morice, 693-694, 823.

58 M. Brand’Honneur, « Le lignage… », p. 65-87 ; généalogie, p. 290.

59 Ils possédaient, entre autres, des droits sur le « castello Vitreii et tota castelleria Vitreii », op. cit., p. 70 et 80-81.

60 M. Bourin et P. Chareille, « Le choix anthroponymique… », Genèse…, t. III, p. 241.

61 M. Parisse, Noblesse…, p. 305.

62 G. Duby, La société…, p. 106.

63 H. Guillotel, « Des vicomtes d’Alet… », p. 201-215.

64 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 221.

65 M. Bourin et P. Chareille, « Le choix anthroponymique… », Genèse…, t. III, p. 237.

66 Cf. généalogie, p. 272 et290.

67 Cf. généalogie, p. 273.

68 M. Bourin et P. Chareille, « Le choix anthroponymique… », Genèse…, t. III, p. 238.

69 B. Lemesle, La société aristocratique…, p. 134 et 173.

70 H. Guillotel, communication de 1995 à la SHAB, congrès de Fougères, 1995.

71 M. Bourin et P. Chareille notent que les filiations des noms ne durent souvent que sur trois ou quatre générations, dans « Le choix anthroponymique… », Genèse…, t. III, p. 236-237.

72 B. Cursente, « Les leçons d’une généalogie auscitaine des xie et xiie siècles », Genèse…, t. III, p. 85.

73 M. Parisse, Noblesse…, p. 327.

74 Cf. p. 193 et 32-33.

75 « Omnis parentela de parechia quæ vocatur Catheneia in sex divitur ramusculis », R. Grand, « Quelques survivances…», p. 193-194.

76 ADIV, 6H34, 3.

77 Cf. par exemple les Louvigné p. 279.

78 B. Lemesle, La société aristocratique…, p. 172.

79 D. Barthélemy, La société…, p. 519-523.

80 M. Nassiet, Noblesse…, p. 70.

81 Comme Geoffroy du Theil fils de Bonabes Ier de Rougé. BN, ms fr 22319, p. 203.

82 Cf. p. 290.

83 Vitré, 154.

84 D. Barthélemy, La société…, p. 528 ; B. Lemesle, La société aristocratique…, p. 147.

85 K.S.B. Keats Rohan, « Le rôle des Bretons… », p. 192.

86 ADIV, 1F909, 17 ; Vitré, 3247.

87 M. Nassiet, Noblesse…, p. 92-93.

88 Les habitats du lac de Paladru…

89 ADIV 1F927, 38 ; Saint-Melaine, f° 114r.

90 M. Bur explique différemment la présence de mottes multiples. Elles seraient liées, entre autres, à l’investiture d’un officier par un seigneur lui confiant la garde d’une place forte. M. Bur, « Mottes multiples et groupes de mottes :

un problème de définition », dans Mélange d’archéologie…, p. 39-48.

91 Dom Morice, 631.

92 ADIV, 1F432.

93 « ego Gaufridus […] concessi quod in baroniis et feodis militum ulterius non fierent divisiones, sed major natu integre dominatum obtineret, et junioribus suis majores providerent et invenirent honorifice necessaria juxta posse suum. Ea vero quæ tunc juniores possidebant in terris sive denariis, tenerent quamdiu viverent. Heredes quidem terras tenentium, illas possiderent in perpetuum ; heredes vero denarios et non terras habentium, minime post patres haberent. ». M. Planiol, « L’assise… », p. 120 ou N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 405.

94 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 128 ; M. Planiol, « L’assise… », p. 135-136 ; B. A. Pocquet du Haut-Jussé, « De la vassalité… », p. 86-87.

95 M. Planiol, « L’assise… », p. 136 ; M. Parisse, Noblesse…, p. 318.

96 Cf. pour les Fougères, Vincent N., « Twyford… », p. 80-99.

97 Dom Morice, 542-543.

98 « Notum sit universis quod, cum retro temporibus non longe præteritis facta sit quædam assisia per dominum meum comitem Gauffridum de successionibus nobilium et militum, possint existere litigia et dissensiones inter heredes meos et futuros successores quomodo se regere debent in successionibus eorum : Idcirco ego Andreas de Argentreio, volens euitare omnes quæstiones et litigia inter dictos successores meos, juro et per presentes juravi in manibus reverendi patris domini Herberti episcopi Rhedonensis per animan meam dictam assisiam servare pro me et heredibus meis perpetuo futuris temporibus : ita quod minores natu de linea tertiam tantum habeant in feodis meis et successorum meorum, prout etiam ante dictam assisiam factum fuit per prædecessores meos Robertum, Petrum et Reginaldum de Argentreio milites. », ADIV, 1F909, daté de 1213. Dans un premier temps, nous avions interprété la iste des prédécesseurs d’André comme celle désignant le père jusqu’à l’arrière-grand-père d’André. Nous pensons maintenant qu’elle se rapporte au père d’André et à ses oncles. Ces noms sont ignorés des autres actes. En revanche, d’autres d’Argentré sont connus (tableau 1 p.265).

99 Nous souscrivons à l’analyse de N.-Y. Tonnerre pour qui « l’Assise du comte Geoffroy apparaît plus comme la concrétisation d’une évolution que comme une nouveauté brutale », A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 129.

100 M. Nassiet, Noblesse…, p. 63.

101 R. Le Jan, Famille…, p. 181-186.

102 Dom Morice, 353.

103 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 359.

104 Guillotel, 47, 49 ; ADIV, 6H16,7.

105 Guillotel, 47.

106 Ibidem, 6.

107 ADIV, 6H33,3 ; Guillotel, 17.

108 M. Brand’Honneur, « Le lignage… », p. 79-84.

109 Redon, f° 161 bis.

110 H. Guillotel, « Combour… », p. 269-298.

111 Ibidem ; tableaux 12, 14, 15, 31 p. 273, 274, 288.

112 En 1137-1162, Raoul de Bosseria était le neveu du miles Thomas Boutier. Le manoir de la Bouessière appartenait toujours aux La Bouessière en 1429 (Dom Morice, 567 ; P. Banéat, Le département…, t. I, p. 445-446) ; vers 1200, Raoul de Litré, neveu de Jean de Langan, était marié à une fille de Renaud Le Chat. Le manoir de Litré est cité en 1429 (Dom Morice, 778 ; P. Banéat, Ibidem, t. I, p. 445) ; en 1137-1162, Guigon de Riniac donna la dîme de Riniac sauf la part servant à la dot de soeur, Boscheria, l’épouse de Mathieu Le Chat (BN, ms lat 5441, t. 3, p. 238). Le village de Riniac renferme de nos jours un manoir.

113 BN, ms fr 22319 p. 203.

114 ADLA, H113, 22.

115 Guillotel, 17.

116 Dom Morice, 914-915.

117 La Roë, 2.

118 Dom Morice, 801.

119 A. Oheix, Étude juridique…, acte 10.

120 Guillotel, 114.

121 D. Barthélemy, La société…, p. 560-561 ; D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 152.

122 Guillotel, 112.

123 « concessi quod in baroniis et feodis militum… », N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 405.

124 AN, L973, 766.

125 K.-F. Werner, intervention dans Famille et parenté…, p. 84.

126 BN, ms fr 22329, p. 421.

127 ADML, H3505, 4.

128 Guillotel, 96.

129 Par exemple, Robert II de Vitré est baron de Conan III. Guillotel, 112.

130 Vitré, 153.

131 Dom Morice, 618-620.

132 ADIV, 6H33, 8.

133 AN, L968, 206.

134 A. Oheix, Étude juridique…, acte 12.

135 ADML, H3713 f° 93 r.

136 AN, nouv. acq. lat. 1930, f° 67 v-68.

137 F.-L. Ganshof, Qu’est-ce…, p. 86.

138 « Chartes inédites… », 5.

139 Saint-Georges, 22.

140 H. Guillotel, « Une famille… », p. 361-367.

141 D. Barthélemy, La société…, p. 301-312.

142 Saint-Serge, 315.

143 Chartes de Saint-Julien…, 121, 123.

144 Ibidem, 54.

145 Ils possédaient l’église de Saint-Symphorien, des vignes, un fief et divers revenus à Rennes. Guillotel, 122 ; Vitré, 391 ; AN, J626, 148.

146 À l’époque moderne, les sires de Fougères possédaient un grand fief à Rennes appelé « fief de Fougères ». Il s’étendait entre les paroisses de Saint-Germain et de Saint-Pierre. A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 191.

147 ADLA, H75, 52.

148 « De militibus eiusdem castri : Radulfus vicecomes », ADML, H 3713, f° 91r-92v.

149 ADIV, 1F1801, 13.

150 « Gualterius de Poienceio cognomine Oditus pro rebus quas Vitreii habemus a nobis quamdam consuetudinem intollerabilem recipiebat, scil. ut quotiescumque ad castrum Vitreii veniret… », Dom Morice, 485.

151 Cf. p. 118.

152 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 449.

153 Dom Morice, 834.

154 ADLA, H113, 23.

155 Dom Morice, 485.

156 Ibidem, 650-653.

157 Vitré, 409.

158 Dom Morice, 529.

159 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t IV, p. 49 et 411 et Les grandes seigneuries…, t. II, p. 23.

160 BN, ms fr 22322, p. 234 ; ADML, H3713, f° 71v-72 ; Dom Morice, 1110-1115.

161 A. Guillotin de Corson ajoute Tinténiac, mais, au regard de la présence du château de ce nom, Hédé ne devait pas s’étendre sur cette terre aux ixe et xiie siècles. A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 241.

162 Ibidem, t. II, p. 100-101.

163 Saint-Georges, 39.

164 Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries, t. III, p. 60-63.

165 H. Guillotel, « La place de Châteaubriant… », actes 1 et 2.

166 Ibidem, acte 4 ; ADLA, H113, 9 et 24.

167 ADLA, H113, 20 et 23.

168 Dom Morice, 834.

169 H. Guillotel, « La place de Châteaubriant… », acte 3 ; BN, ms fr 22331 236 ; Dom Morice, 695.

170 Guillotel, 50.

171 Ibidem, 65.

172 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 358-359.

173 Allenou, 7.

174 Dix d’entre eux doivent servir au nom de l’archevêque à l’ost ducal (Dom Morice, 857-858). À ce nombre, il faut rajouter les Miniac, Paluel, Chourcin, Thoumen, Bagar, Baderon, Corbon, Folleville, Labbé, Hirel, etc. Les personnages aux noms associés à un toponyme sont connus assez tardivement. Cf. la Motte Chourcin en Plerguer, la Corbonnais et les Mottes en Épiniac, p. 275 et 283. Guillaume de Hirel est dit miles dans un acte du sire de Combourg de 1194/97. Il possédait des prés faisant partie du domaine de l’archevêque de Dol en 1181 (Allenou, 24, 25) ; Robert de La Folleville et Aubert de La Folleville, miles, témoignent à trois reprises à la fin du xiie siècle dans les actes de Dol (Dom Morice, 692, 693, 726) ; en 1241, Geoffroy Labbé et son épouse, Agathe, donnèrent toutes les dîmes dans le fief de l’évêque de Dol, dans le pré de Henri et dans le fief du bouteiller de Dol, le tout sis en La Fresnais (A. de Barthélémy et J. Geslin de Bourgogne, Anciens évêchés…, t. VI, acte 108). En 1173, Geoffroy et Hamelin Labbé, Geoffroy de Miniac, Raoul de Thoumen, milites, furent faits prisonniers à Dol par Henri II (B. Peterborough, Vita…, p. 156) ; Eudes de Bagar et Olivier de Bagar, miles, déposèrent leur témoignage dans l’enquête en 1181 (Allenou, 4, 16 et note 204) ; Galan de Paluel est témoin d’un acte de Hasculf de Subligny, seigneur de Dol-Combourg, en 1196 (Dom Morice, 726).

175 Benoît de Peterborough, Vita…, p. 155-156. Cf. à ce sujet, M. Brand’Honneur, « Seigneurs… ».

176 Pour davantage de détail, cf. M. Brand’Honneur, « Seigneurs…».

177 La Borderie, 57.

178 Robert de Torigni, Chronica…, t. II, p. 46.

179 M. Brand’Honneur, « Le lignage… », p. 65-87.

180 Il s’agit de Robert de Landavran, Silvestre de Cornillé, Raoul Papillon (localisé on ne sait où). L’acte de paix passé entre Robert de Sérigné et Robert de Vitré a été publié dans Vitré, 154 et dans M. Brand’Honneur, Ibidem, p. 80-81, note 85 d’après AN, 1AP*2151, 30.

181 P. Banéat, Le département…, t. II, p. 107 et 109.

182 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 446-447.

183 Ce dernier préside en effet à Valognes le traité de paix entre Robert de Sérigné et Robert III de Vitré.

184 Robert de Sérigné, Robert de Landavran, Guillaume de Dézerseul sont les témoins des actes des sires de Vitré à partir des années 1160.

185 ADIV, 1F1801, 2.

186 André de Vitré « feci ei homagium ligium de Vitriaco, Marciliaco » qui sont ses châteaux majeurs. Le même texte précise plus loin : « Promisit etiam mihi, quod si Vitriacum vel Marsiliacum, quæ sunt castella mea, obsiderentur per Regem Angliæ, vel per dictum Petrum, idem Dominus Rex levabit obsidionem bona fide, ac si idem castellum suum esset proprium ». Dom Morice, 869-871.

187 « Tenetur etiam idem Dominus Rex munitiones ad sumtus suos tenere in prædictis castellis meis majores vel minores, secundum quod quod major vel minor necessitas apparebit. », Dom Morice, 869-871.

188 P. Le Baud, Chroniques…, p. 28.

189 BN, ms fr 22325, p. 745.

190 Cf. M. Brand’Honneur, « Seigneurs… ».

191 D. Pichot mentionne également la création de plusieurs châtellenies dépendantes de celle de Laval. dans Le Bas-Maine…, p. 314.

192 Fougères, 29.

193 Ibidem, 42, 41.

194 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 191.

195 Ibidem, t. II, p. 190.

196 BN, ms fr 22325, p. 237.

197 ADIV, 1F543, 23, AN, L973, 766 ; Dom Morice, 650-653.

198 Cf. p. 178-179.

199 AN, 1AP*2151, 4.

200 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 23.

201 ADIV, 1F543, 23.

202 Dom Morice, 692, 931.

203 Vitré, 412.

204 Cf. p. 180-181.

205 Robert de Torigni, Chronica…, t. II, p. 45.

206 BN, ms fr 22319, p. 203 ; « Chartes nantaises… », 24.

207 « Brientius filius Gaufredi et Rivallonius de Solzon miles ejus », Guillotel, 114.

208 Cf. p. 181.

209 AN, L973, 768.

210 Dom Morice, 645-646 ; AN, L973, 766.

211 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 358-361.

212 ADML, H3713 f° 65.

213 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 361.

214 Vitré, 290.

215 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 390-393.

216 La Roë, 168.

217 G. Duby, Le moyen âge…, p. 114-115.

218 D. Pichot, « Moulins… », p. 39.

219 Vitré, 143 ; D. Pichot, « La grange… », p. 24.

220 Guillotel, 66.

221 Entre autres actes : ADIV, 1F909, 24 ; AN, L975, 1040 ; Dom Morice, 629-631 ; Guillotel, 23 ; Vitré, 190, 431 ; P. Paris-Jallobert, Journal…, p. XVII.

222 Annexe 1 ; plans 3, 2, 38 p. 31, 44, 231.

223 Saint-Serge, 411.

224 La Motte Blot en La Chapelle-Saint-Aubert ; Guillotel, 50.

225 Un moulin du xixe siècle est toujours en place. Il remplaçait un autre moulin signalé au xviie siècle. A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. 6, p. 431.

226 Sauf dans les cas où leur association est évidente comme pour les moulins portant le même nom de lieu que la motte.

227 ADIV, 1B1.

228 En Louvigné-du-Désert. AN, L972, 668.

229 Ibidem.

230 ADIV, 1B1.

231 AN, J626, 148.

232 D. Pichot, « Moulins… », p. 48 ; D. Barthélemy, La société…, p. 235.

233 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 474.

234 « Molendinum quedam super aquam Minettam in loco dicitur Buhmina […] cum omni molto totius parrechie Calviniaci », ADIV, 6H33, 3.

235 « Chartes nantaises…», 24.

236 D. Pichot estime de 300 à 400 le nombre de personnes devant faire moudre le grain au moulin de la Bignette en 1209 en La Bazouge-du-Désert. Ce site est associé à une motte. Aubergé, 10 ; D. Pichot, « Moulins… », p. 48.

237 G. de Gislain, « Le rôle des étangs dans l’alimentation médiévale », Manger…, p. 89-101.

238 Dom Morice, 575-576.

239 Dans ce cas, nous n’avons retenu que les métairies très proches des manoirs à motte, voir Annexe 1 p.259.

240 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…

241 BN, Baluze, t. 77, p. 134.

242 Annexe 1 p. 259. Nous n’avons comptabilisé que les bois situés à moins de 500 mètres d’une motte, ou ceux qui sont clairement associés à une motte dans les textes du Moyen Âge ou de l’époque moderne, ou encore lorsque leur appellation est la même que celle d’une motte.

243 Dom Morice, 601-602.

244 Allenou, 10.

245 Saint-Serge, 118 ; plan 2 p. 28.

246 AN, 4J626, 148.

247 Concessi quoque terram que vocatur Doillet et forestam de Marchiis cum omnibus pertinentiis et consuetudinibus suis excepta area accipitrum », AN, L968, 206.

248 Cf. sur le sens de ces termes : C. Petit-Dutaillis, « De la signification du mot… », p. 97 à 152 ; S. Lefevre, « Haies… », p. 73-87.

249 Vicomte Le Bouteiller, Notice…, t. II, p. 232, note 1.

250 BN, ms fr 22329, p. 421.

251 G. de Gislain, « L’évolution du droit de garenne au Moyen Âge », La chasse…, p. 37-58 ; S. Lefevre, « Haies…», p. 79-82.

252 « Priori de Brolio Gain concedimus quidquid venationis, vinaris, et garenna », BN, ms fr 22329, p. 420.

253 57 fragments d’os ont été retrouvés associés à un habitat recouvert par cette motte et de peu antérieur à l’édification de cette dernière. Ils ont été analysés par D. Rouleau (Détermination des ossements…) qui a identifié les restes d’un chevreuil, 2 lièvres, 3 cervidés dont un de grande taille. Au total, plus de 10 % de ces os proviennent de gibiers. Ont été exclus de ce calcul les suidés représentant la moitié des effectifs car les fragments conservés n’ont pas permis de distinguer les os de porcs de ceux des sangliers. La proportion du gibier devait donc être, selon toute vraisemblance, bien supérieure à un dixième. Les habitats d’avant d’édification de la motte consommait du gibier (dont du grand cervidé) dans des proportions non négligeables. Ces résultats tranchent nettement avec ceux du site de Colletière en Isère où 99 % des animaux servant à l’alimentation sont d’origine domestique (Les habitats du lac de Paladru…, p. 98). Il se rapproche en revanche de ceux d’Andone, où les « soudards du comte d’Angoulême[comprenez les milites du comte] ont taillé dans des os longs, dans des bois de cervidés… toutes sortes d’objets : pions de trictrac, des pièces de jeux d’échecs » (A. Debord, « Châteaux et forêts en France aux xie et xiie siècles », La chasse…, p. 33-34) : somme toute, voilà les restes de mets et des activités typiquement nobles laissant présumer le statut des habitants d’avant les mottes. Le fait n’est pas rare : la motte de Simencourt, dans le Pas-de-Calais, recouvrait un bâtiment à sablière basse associé à un matériel caractéristique de la noblesse. F. Perreau, dans Chronique des fouilles médiévales, AM, t. 22, 1992, p. 512-513.

254 Dom Morice, 623-624.

255 Cf. M. Brand’Honneur, « L’habitat chevaleresque… », p. 77-94.

256 BN ms fr 22325 p. 734. Leurs parents, les Le Chat sont explicitement dits forestiers et étaient localisés dans un manoir à motte proche de la forêt de Bourgouët, en Dingé ; Dom Morice, 658-659.

257 Le mot foresta ne prend sa signification actuelle que durant le xiie siècle. Cette nouvelle conception est clairement définie notamment en 1237, dans un acte du dominus de Saint-Gilles, un chevalier à motte. Il donna sa foresta de Saint-Gilles, ce qui correspond en fait à un lieu planté d’arbres. Saint-Melaine, f° 213.

258 H. Guillotel, « Administration… », p. 19-43 ; J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 488-490.

259 Dom Morice, 606-607, 650-653.

260 La Borderie, 20, 20 ter ; ADML, H3713 f° 75.

261 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 487-488.

262 Ibidem, p. 483-486.

263 BN, ms lat 5441, t. 3, p. 409 ; Dom Morice, 809.

264 J.-C.Meuret, Peuplement…, p. 486. Nous ajoutons la forêt du Theil qui semble dépendre aussi de Châteaubriant.

265 Chevré en La Bouëxière, la Chapelle Saint-Eustache en Teillay et Fougères pour la forêt de Villecartier.

266 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 303 et 314.

267 Guillotel, 51 ; ADIV, 1F909, 4.

268 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 376.

269 J. Le Maho, « Observations… », p. 181.

270 P. Kernevez, Les fortifications médiévales…, p. 72 et 93.

271 Cf. plans 2, 3, 12, 37 p. 28, 31, 44 et 231 et Annexe 1 p. 259.

272 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 47.

273 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 378.

274 Saint-Melaine, f° 52.

275 Il faut compter environ un peu plus d’un hectare de pâture par cheval.

276 BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 62.

277 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 376.

278 D. Pichot, « Cheval… », p. 58.

279 ADML, H3713, f° 77v-78r.

280 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers…, 53.

281 ADIV, 1F1801, 12.

282 Du moins, nous n’avons recensé que deux cas dans tout le Rennais autour des manoirs sans motte de la Vannerie en La Guerche et de la Cour de Chancé.

283 A. Debord, « Les bourgs castraux dans l’Ouest de la France », dans Châteaux et peuplements…, p. 352 et du même auteur, « Remarques sur la notion… », p. 56.

284 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 242-245 et du même auteur Le village éclaté… ; J.-C.Meuret, Peuplement…, p. 426-428 ; A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 185-195 et 400-401 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 319-325 ; É. Zadora-Rio, « Bourgs castraux et bourgs ruraux en Anjou aux xie-xiie siècles », dans Châteaux et peuplements…, p. 173-179 ; H. Miyamatsu, Bourgs… ; P. Kernevez, Les fortifications…

285 Ce n’est pas le cas de tous comme pour les châteaux mineurs de Marcillé-Raoul (plan 4 p.32) ou la Chapelle Saint-Eustache.

286 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 243 ; J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 436.

287 Cette nouvelle conception apparaît à la fin du xiie siècle. A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 398.

288 M. Bur arrive, pour la Champagne, au même constat dans, Inventaire des sites archéologiques…, p. 12.

289 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 361-363.

290 Saint-Sulpice, 66.

291 Ibidem, 231.

292 Ibid., 79.

293 Dom Morice, 650-653.

294 ADIV, 1F553, 3.

295 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 590 ; t. V, p. 292.

296 Cf. D. Pichot, Le village éclaté…

297 J. Burnouf, La motte castrale…, p. 180 ; D. Pichot, Le village éclaté…

298 J.-C. Meuret, « Le poids… », p. 119-120.

299 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers…, 53.

300 A. de Barthélémy et J. Geslin de Bourgogne, Les anciens évêchés…, t. VI, acte 97.

301 BN, ms fr 22319, p. 202 et 212.

302 AN, J626, 148.

303 F. Fichet de Clairfontaine et L. Beuchet, « Le centre potier de Chartres-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) aux xie-xiie siècles », dans Ateliers de potiers…, p. 110.

304 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 177-179.

305 P.-R. Giot et F. Fichet de Clairfontaine, «Quelques aspects de la production céramique en Bretagne », Atelier…, p. 60.

306 F. Fichet de Clairfontaine et L. Beuchet, « L’artisanat céramique breton au xve siècle : potiers et tuiliers », Atelier…, p. 32.

307 En plus des sites mentionnés plus haut, il s’agit des ateliers de la Ville Blanche en Bonnemain, de Fénicat en Bruz, de Launay Margat en Guipel, de la Ville Berger, des Mesliers et de la Mottay en Trans situés respectivement près des manoirs à motte de Montsorel, Carcé, Maillechat, et la Motte. Ateliers de potiers…, p. 23-25.

308 « Usque ad Sabloneriam de Broon », Vitré, 164.

309 Cartulaire de l’abbaye de Redon…, app. 35 ; P. Banéat, Le département…, t. I, p. 242.

310 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 381-382 et 505-530 ; du même auteur, « Le paysage métallurgique… », p. 145-159 ; et « La métallurgie… », p. 355-375 ; P. Lanos, « La métallurgie… », p. 147-170 ; J.-B. Vivet,

« Paléométallurgie… », p. 57-89.

311 Il s’agit de la Motte Boutier, dite la Butte à Madame, en lisière de la forêt de Tanouarn ainsi que celle de Château Maugis en La Chapelle-Chaussée ; F. Le Boulanger, L’évolution…, p. 121-127 ; F. Daucé et J. Levitré, « Le site…»,

p. 161-173.

312 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 342-347 ; 526-527.

313 Pour la toponymie se référant aux activités métallurgiques anciennes, cf. J.-C. Meuret, « Le paysage métallurgique… », p. 147-148.

314 Saint-Melaine, f° 129.

315 J.-C. Meuret, « La métallurgie ancienne… », p. 367.

316 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 136.

317 Dom Morice, 623-624 ; M. Brand’Honneur, « L’habitat chevaleresque… », p. 84-88.

318 L’hérédité des charges n’enlève rien à leur caractère public. K.-F. Werner, Naissance…, p. 90-91, 454.

319 Saint-Melaine, f° 178.

Table des illustrations

Titre Tableau 4 : Évolution de la dénomination des hommes laïcs dans les actes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Titre Tableau 5 : Les choix de noms d’origine toponymique associés à celui des sires de La Guerche-Pouancé
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-2.png
Fichier image/png, 32k
Titre Généalogie 2 : La parenté C des d’Acigné
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-3.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Généalogie 3 : Les seigneurs de La Guerche et de Martigné-Pouancé
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-4.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Généalogie 4 : Les ancêtres des sires de Fougères, d’Aubigné et de l’évêque d’Alet
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-5.png
Fichier image/png, 658k
Titre Généalogie 5 : Arbres comparés des seigneurs de Châteaubriant et de leurs chevaliers
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-6.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Carte 4 : Réseau de manoirs et de parentés autour de Châteaubriant
Légende Châteaubriant limite paroissiale sous l'Ancien Régime château à motte de ChâteaubriantTeillay château mineur de Teillay possédé par les seigneurs de ChâteaubriantLes Ponts château mineur des RougéLa cour Soudan manoir à motte dont les chevaliers sont apparentés aux ChâteaubriantLe Châtellier manoir à motte dont les chevaliers sont inconnus ou ne semblent pas apparentés aux Châteaubriant
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-7.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Tableau 6 : Nombre approximatif des manoirs à motte rattachées à un château majeur
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-8.png
Fichier image/png, 60k
Titre Carte 5 : Les châteaux et leurs réseaux de manoirs à motte dans le comté de Rennes de 1050 à 1173
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-9.png
Fichier image/png, 4,2M
Titre Plan 32 : Le manoir à motte de Pallière en Moutiers, ses deux parcellaires et son moulin, d’après le cadastre de 1827 annoté
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-10.png
Fichier image/png, 961k
Titre Plan 33 : Le manoir à motte de la Rouaudière au Ferré et son parcellaire ovale, d’après le cadastre de 1834 annoté
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-11.png
Fichier image/png, 324k
Titre Plan 34 : Le bourg de Chevré en La Bouëxière d’après le cadastre de 1826 annoté
Légende 1 la motte et sa tour2 chapeau romane3 chemin de Chevré et son pont gothique4 moulin limite du village
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-12.png
Fichier image/png, 539k
Titre Plan 35 : Manoir de la Motte de Cornillé, son enceinte et son parcellaire ovale près du bourg et de son église, d’après le cadastre de 1825 annoté
Légende 1 motte2 basse-cour3 parcellaire ovale4 enceinte5 bourg et église
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-13.png
Fichier image/png, 557k
Titre Plan 36 : Le manoir à motte de Coësmes et l’exploitation du fer
Légende 1 motte2 charbonnière3 ferrier parcellaire longitudinal : ancien bois de Ste-Christine
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-14.png
Fichier image/png, 779k
Titre Carte 6 : Manoirs à motte et activité métallurgique dans les forêts de Saint-Pierre et de Chevré
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11270/img-15.png
Fichier image/png, 1,5M

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable