Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comédie musicale : les jeux du désir

 | 
Sylvie Chalaye
, 
Gilles Mouëllic

Cinquième partie

Le legs de Molière à la comédie musicale

Brigitte Prost

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je veux que vous vous réjouissiez auparavant,
que vous chantiez, que vous dansiez.
L’Amour médecin, III, 4.

La comédie-ballet, telle que l’inventa Molière, est sans doute la forme scénique où naquit cette poétique d’intégration de la danse et du chant à la diégèse si chère à la comédie musicale. Ce fut pourtant à ce que l’on raconte une invention fortuite, une esthétique née du hasard. Lorsqu’en 1661 Molière créa Les Fâcheux, il avait initialement prévu de donner une suite d’entrées de ballet. À chacune d’elles les danseurs devaient pouvoir changer de costumes. Or Molière ne trouva que peu de danseurs disponibles, si bien qu’il décida de distribuer ses entrées de ballet entre les actes de la comédie. Ce fut un premier pas vers l’invention d’un genre que l’on peut considérer volontiers, avec Charles Mazouer1, comme un hapax dans la création artistique. De fait, il y aura encore un temps, après la mort de Molière (en 1673), des pièces dramatiques « ornées » (Marc-Antoine Charpentier cont...

Auteur

Brigitte Prost est maître de conférences à l’université Rennes 2, enseigne au Conservatoire de Rennes ainsi qu’à l’école du Théâtre national de Bretagne (TNB) l’histoire du théâtre (formes européennes et extra-européennes ; histoire de l’opéra), et l’analyse dramaturgique et scénique. Expert à la direction générale des Affaires culturelles (DRAC), elle s’investit également auprès des compagnies de théâtre de la région Bretagne et développe des projets de captation du spectacle vivant. Du point de vue de la recherche, elle a soutenu une thèse en 2004 sur la question de la mise en scène des pièces de Corneille, Molière et Racine en France depuis les années 1960 (qui va très prochainement faire l’objet d’une publication aux Presses universitaires de Rennes). Membre du comité de rédaction de la revue ThéâtreS (anciennement appelée ThéâtreS en Bretagne), elle a notamment collaboré à Théâtre/Public, Double Jeu et la Revue de la société d’histoire du théâtre.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable