Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fantômes d’écrivains

 | 
Anne Chamayou
, 
Nathalie Solomon

L’écrivain de référence : hommages et détournements

Ronsard - Du Bellay, histoire d’une hantise

Pascale Chiron

Texte intégral

A ces fantômes merveilleux, qui se retirent du jeu en laissant derrière eux les traces d’une vive solitude

1Que Ronsard et Du Bellay n’aient cessé d’être visités l’un par l’autre au moment de l’écriture poétique, l’idée n’a rien de surprenant : Ronsard et Du Bellay sont l’un pour l’autre des fantômes de leur vivant même, au sens où ils sont hantés réciproquement par leur poésie. Dans le dernier sonnet de L’Olive, premier recueil amoureux de Du Bellay paru en 1549, le poète tend la main non pas à sa belle, mais à Ronsard :

De quel soleil, de quel divin flambeau
Vint ton ardeur ? lequel des plus haulx Dieux,
Pour te combler du parfaict de son mieulx,
Du Vandomois te fist l’astre nouveau ?

Quel cigne encor’des cignes le plus beau
Te prêta l’aele. […]

  • 1 Du Bellay, Œuvres poétiques, Paris, éd. Bordas, Classiques Garnier, 1993, t. 1, p. 74.

Montre le moy, qui te prise et honnore,
Pour mieulx haulser la Plante que j’adore
Jusqu’à l’egal des Lauriers tousjours verds1.

  • 2 Voir Ronsard, Odes, I, 9. Dans cette ode, Ronsard se compare à un aigle, figure à laquelle il asso (...)

2Ronsard et Du Bellay, nouveaux cygnes dans le paysage littéraire, affirment cette communauté de plume2. Mais c’est d’une manière plus générale tous les poètes de la Pléiade qui forment une république des Lettres où la présence de l’autre, le frère en poésie, est inscrite dans le processus même de création, les fantômes ont quelque chose d’officiel en ce milieu du xvie siècle.

3Cette idée prend corps dans un poème de Ronsard adressé à Louis Desmasures en 1560, l’année même de la mort de Du Bellay et qui fait véritablement apparaître Du Bellay, défunt, comme un fantôme. Ce texte semble capable de nous révéler la manière dont Du Bellay hante la poésie de Ronsard en général et comment Ronsard entend maîtriser cette ombre.

  • 3 Discours à Loys Des Masures, in Ronsard, Œuvres complètes, Gallimard, Pléiade, 1994, t. 2, p. 1018 (...)

L’autre jour en dormant (comme une vaine idole,
Qui deçà qui delà au gré du vent s’envole)
M’apparut du Bellay, non pas tel qu’il estoit
Quand son vers doucereux les Princes allaitoit,
Et qu’il faisoit courir la France apres sa Lyre,
Qui souspirant son nom le plaint et le desire :
Mais have et descharné, planté sur de grans os,
Ses costes sa carcasse et l’espine du dos
Estoyent veufves de chair : et sa diserte bouche,
Où jadis se logeoit la mielliere mouche,
Les Graces et Pithon, fut sans langue et sans dens :
Et ses yeux qui estoyent si prompts et si ardans
A voir danser le bal des neuf doctes Pucelles,
Estoyent sans blanc sans noir sans clairté ny prunelles :
Et sa teste qui fut le Caballin coupeau,
Avoit le nez retrait sans cheveux et sans peau,
Point de forme d’oreille et la creuse ouverture
De son ventre n’estoit que vers et pourriture.
Trois fois je le voulois comme en songe embrasser,
Et trois fois s’enfuyant ne se voulut laisser
Presser entre mes bras : et son ombre greslette
Volloit de place en place, ainsi qu’une alouette
Volle devant le chien, lequel la va suivant,
Et en pensant la prendre il ne prend que du vent.
A la fin en ouvrant sa bouche morne et palle,
Fit sortir une voix comme d’une cigalle,
Ou d’un petit grillon ou d’un petit poulet,
Quand bien loin de sa mere il pepie seulet.
Et me disoit, Amy, que sans tache d’envie
J’aimay quand je vivois comme ma propre vie,
Qui premier me poussas et me formas la vois
A celebrer l’honneur du langage François,
Et compagnon d’un art tu me monstras l’adresse
De me laver la bouche es ondes de Permesse :
Puis qu’il plaist au destin me prendre devant toy
Entens ceste leçon et la retiens de moy.
Crains Dieu sur toute chose […]3

  • 4 Ibid., t. 1, p. 53.
  • 5 Ibid., t. 2, p. 785-787.
  • 6 Virgile, Enéide, Livre VI, 679 et sv. Du Bellay avait donné une traduction de ce texte.
  • 7 Voir la « Prosopopée de Louys de Ronsard », op.cit., v. 20-21 : « Je fais d’en-haut ma descente en (...)
  • 8 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Paris, Galilée, 1993 : la chose « nous regarde cependant et nou (...)

4Pour la première fois depuis la mort de son ami survenue le 1er janvier 1560, Ronsard évoque Du Bellay. Il lui rend hommage en employant les ressorts d’une rhétorique épidictique qui confère au défunt autorité et savoir. Position que du Bellay occupait déjà de son vivant dans la poésie de Ronsard, et qui n’était pas étrangère à son statut social, lui qui était issu d’une grande famille déjà reconnue à la cour du roi. Ainsi dans le sonnet 57 des Amours, Ronsard s’adressait au « Divin Bellay » pour qu’il écoute « ton Ronsard qui sanglote et lamente4 ». Dans le poème à Desmasures, l’autorité de cette présence est accentuée par le statut de défunt de Du Bellay qui n’est pas sans rappeler celle du père défunt de Ronsard dans la Prosopopée de Louys de Ronsard Maistre d’hostel du roy Henry IIe et pere de l’autheur5 inspirée sans doute de l’apparition d’Anchise devant son fils Enée dans le sixième livre de l’Enéide6. Dans notre poème, les impératifs abondent : « Entens ceste leçon et la retiens de moy » (v. 92), « Crains Dieu » (v. 93), « Obeis à ton prince » (v.97), « Et fais à tes amis et plaisir et service » (98) etc7. Le fantôme de Du Bellay apparaît avec cette autorité que Jacques Derrida reconnaît dans les spectres de Shakespeare… Il est celui qui conseille et ordonne, au regard duquel on ne peut échapper : les spectres disent la loi, ils sont toujours là sans qu’on puisse toujours les voir, ce que Derrida appelle l’effet de visière8.

5Un des aspects de la présence de Du Bellay dans l’œuvre de Ronsard réside dans cette posture d’autorité que le spectre incarne bien ici. Mais Du Bellay n’a d’autorité qu’autant que Ronsard lui en reconnaît puisque c’est ce dernier qui compose le discours et en est l’origine. L’apparition du défunt est d’ailleurs sous le signe du paradoxe puisque le fantôme soutient la véracité de son discours du haut de toute son essence fictive :

Si aux esprits des morts tu veux adjouster foy,
Qui ne sont plus menteurs, Ronsard retire toy,
Vy seul en ta maison… (v. 111-113)

6Or c’est bien Ronsard qui est le maître de ce mensonge poétique. L’autorité de Du Bellay dans ce texte est donc paradoxale ou du moins toute relative. Elle tient à la place que lui fait le poète vendômois. Ainsi nous est rappelé que la relation entre les deux poètes est le jeu d’une construction poétique que maîtrise totalement Ronsard. Cela n’exclut pas, bien entendu, que cette relation ait un fondement biographique ou psychologique, mais cela resitue peut-être l’enjeu de l’amitié qui se dessine dans le poème entre les deux auteurs.

  • 9 Ronsard, Les Odes, in Œuvres complètes, op. cit., t. 1, Ode, I, 18, p. 669, v. 61-62.
  • 10 Du Perron, Oraison funèbre sur la mort de Monsieur de Ronsard (1586), éd. M. Simonin, Droz, 1985, (...)
  • 11 Du Bellay, in Œuvres poétiques, op.cit., t. 2, Les Regrets, VIII, p. 43, v. 12 : « Ne t’esbahis Ro (...)
  • 12 Ibid., t. 1, L’Olive, p. 69, sonnet CVI, v. 5.

7L’apparition fantomatique de Du Bellay a lieu sous le signe de l’amitié, en témoignent les apostrophes : « Amy, que sans tache d’envie/ J’aimay quand je vivois comme ma propre vie » (v. 85-86) et « ami Ronsard » (v. 110). La vie les réunissait déjà sous ce versant amical : dans les Odes, Ronsard s’adresse à Du Bellay en célébrant l’« alliance/ De corps et d’ame entre nous9 ». Par l’« alliance de corps » entendons peut-être la surdité commune qui unit les deux poètes dans une forme de gémellité. Comme le rappellera Du Perron dans son oraison funèbre de Ronsard en 1586, le handicap commun devient un signe d’élection : tous deux sont heureusement écartés du vain bruit du monde10. Réciproquement, c’est sous la figure de l’ami que Ronsard apparaît dans les vers de Du Bellay : celui-ci n’avait-il pas appelé Ronsard « la moitié de mon âme11 » ou encore « de mon cœur la seconde moitié12 » ?

  • 13 « Alors trois fois il essaya de lui jeter les bras autour du cou, trois fois l’image en vain saisi (...)

8Quelle est la nature de cette amitié et d’où vient ce désir d’embrasser cet ami, dans le Discours à Desmasures (v. 75) ? Ne nous y trompons pas : c’est ainsi qu’Enée chez Virgile avait trois fois, et vainement aussi, voulu embrasser son père13 ; cette façon de faire apparaître Du Bellay dans le texte doit sans doute moins (ou autant) à l’affection de Ronsard qu’au souci d’imiter Virgile que Du Bellay avait traduit et de construire une image de compagnonnage poétique.

  • 14 Ronsard, Œuvres complètes, op.cit., t. 1, p. 996.

9L’amitié qui unit Ronsard et Du Bellay depuis toujours est en effet essentiellement littéraire : Du Bellay apparaît très souvent dans la poésie de Ronsard comme le frère en poésie qui aiguillonne Ronsard. Dans la préface des Odes de 1550, ce dernier célèbre cette union poétique : « Joachim du Bellai, duquel le jugement, l’etude pareille, la longue frequentation, et l’ardant desir de reveiller la Poësie Françoise avant nous foible, et languissante […] nous a rendus presque semblables d’esprit, d’inventions, et de labeur14 ».

10Du Bellay à son tour dans un poème « Contre les Envieux Poetes », adressé « A Pierre de Ronsard » avait évoqué cette fraternité littéraire :

  • 15 L’ode « Contre les Envieux Poètes. A Pierre de Ronsard » de Du Bellay conclut L’Olive augmentée de (...)

La Nature et les Dieux sont
Les architectes des hômes.
Ces deux (ô Ronsard) nous ont
Bâtiz de mesmes atômes.
Or cessent donques les Mômes
De mordre les ecriz miens,
Puis qu’ilz sont freres des tiens,
Que les plus haux Dieux admirent15. (v. 49-56)

11Les contemporains de Du Bellay eux-mêmes associent les deux poètes en jouant souvent sur leur origine géographique qui unit le Loir de Ronsard, passant à Vendôme, à la Loire de Du Bellay angevin ; le détail biographique y devient prétexte à rapprochement poétique. Ainsi dans un poème de Belleau en hommage à Du Bellay défunt :

  • 16 Remi Belleau, « Chant Pastoral sur la mort de Joachim Du Bellay », Les Œuvres Francoises de Joachi (...)

Hà Loire trop heureux d’avoir dessus tes bords
Receu les doux accents et les graves accords
Du pouce Vandomois, et la touche argentine
Des fredons animez de la lyre Angevine 16

12Ce compagnonnage poétique relève de la hantise parce que Ronsard comme Du Bellay ne crée pas, semble-t-il, sans ressentir la présence de cet autre, l’alter ego poétique.

  • 17 François Rouget, « Présences de Du Bellay dans les Odes de Ronsard », Littératures, 45, 2001, p. 3 (...)
  • 18 Françoise Joukovsky, « Un sonnet de Ronsard refait par Du Bellay", Le Poète et ses lecteurs : le c (...)
  • 19 Isamu Takata, « Poétique de l’Olive et des Amours, L’ombre de Du Bellay chez Ronsard », Du Bellay, (...)
  • 20 Gérard Defaux, « « Moy ton Poëte, ayant premier osé… » : Du Bellay, Ronsard et l’Envie », Cités de (...)
  • 21 Asinus asinum fricat. Ce sonnet 152 des Regrets, s’adresse à Ronsard : « Laissons donc je te pry l (...)
  • 22 G. Defaux, op.cit., p. 204. Voir aussi Eliane Kotler, « Les Regrets : un discours dialogique », L’ (...)
  • 23 F. Rouget, op.cit., p. 42. Et F. Joukovsky, op.cit., p. 103 : « il s’agit moins d’emprunt que d’ém (...)
  • 24 F. Rouget, op.cit., p. 44.
  • 25 Caroline Trotot, « « Presque semblables d’esprit, d’invention et de labeur ». « A Jouachim Du Bell (...)

13Nombreux sont les articles qui montrent que Du Bellay et Ronsard créent comme s’ils entretenaient une forme de « correspondance poétique17 ». Françoise Joukovsky affirme la « présence obsédante de Ronsard » dans les Antiquités, et à partir des Regrets, une sorte de « correspondance littéraire » entre Ronsard et Du Bellay18. Le titre de l’article de Isamu Takata parle de lui-même : « Poétique de l’Olive et des Amours, L’ombre de Du Bellay chez Ronsard19 ». Ronsard et Du Bellay, « nouveaux Dioscures20 », sont pour reprendre, en la sortant de son contexte, une image familière des Regrets, toujours à « s’entr’escrire comme deux ânes qui se gratteraient mutuellement le dos21 ». Se laisser habiter par la poésie de l’autre est donc véritablement nécessaire à la création, à une « production de nature essentiellement mimétique et dialogique22 ». L’« émulation positive, créatrice23 » qui entretient un esprit de compétition de bon aloi, crée une « communauté d’esprit poétique24 » qui ouvre les frontières des recueils, et crée un véritable espace poétique commun. Ainsi la relation entre Du Bellay et Ronsard, n’est pas « un préalable à la poésie, mais comme un élément constitutif de la poésie même. La poésie, c’est le discours qui permet de faire exister la relation avec cet autrui qui vous ressemble25. »

  • 26 C. Trotot, ibid., p. 80. C’est au nom de leur amitié plus que littéraire, au contraire, que l’ombr (...)

14Caroline Trotot précise : « Ce qu’explore Ronsard dans les poèmes à Du Bellay, ce n’est donc pas l’amitié comme sentiment, qui se caractérise à l’opposé dans la formule de la singularité proposée par Montaigne « parce que c’était lui, parce que c’était moi », c’est une amitié littéraire dont la relation est le miroir qui permet de définir une poétique26. »

  • 27 Rivalité qui pourrait aller jusqu’à la « tension » : voir F. Rouget, op.cit., p. 48 qui s’appuie s (...)

15Ces relations ne vont pas sans une certaine rivalité poétique27 dont le sonnet 72 des Amours de Ronsard peut donner une idée :

  • 28 Ronsard, Œuvres, op.cit., t. 1, p. 60-61. Sur cette relation avec Ronsard faite d’admiration et de (...)

Plus haut encor que Pindare et qu’Horace,
J’appenderois à ta divinité
Un livre faict de telle gravité,
Que du Bellay luy quitteroit la place28.

  • 29 Du Bellay, Œuvres, op.cit. p. 40, sonnet 3. Et ibid, p. 47, sonnet 16 : « Cependant que Magny… »

16Car dans cette relation de l’un à l’autre, la ressemblance n’empêche pas de faire émerger un style propre. La compétition poétique aboutit à la différenciation : dans les Regrets, Du Bellay, on le sait, se définit par soustraction, par rapport à ce que Ronsard est, et que lui n’est pas : « Et c’est pourquoy (Seigneur) ayant perdu la trace/ Que suit vostre Ronsard par les champs de la Grace29 ».

  • 30 Du Bellay, ibid., t. 2, p. 257, v. 12. Voir Dominique Bertrand, « L’Hymne de la Surdité de Du Bell (...)

17Cette tendance chez Du Bellay à se définir par le refus est récurrente : aux Hymnes de Ronsard, de style élevé, répondent l’hymne du petit chat du sonnet 60 des Regrets de Du Bellay, ou encore l’Hymne de la Surdité où si l’on joue avec la virgule, Du Bellay nous fait entendre qu’il n’est pas Ronsard… : « Je ne suis pas, Ronsard, si pauvre de raison,/ De vouloir faire à toy de moy comparaison30 ».

18Plus que des rapports intertextuels, ce sont des dialogues de poètes qui se font entendre dans les poèmes. Du Bellay et Ronsard sont pour le lecteur, très souvent, des fantômes bien visibles qui ne se cachent pas et qui communiquent dans des rôles souvent interchangeables.

  • 31 Voir Joachim Du Bellay, La Deffence, et Illustration de la langue françoyse, éd. Jean-Charles Monf (...)
  • 32 Voir Marie Dominique Legrand, « Ronsard sous la plume de Du Bellay », Ronsard, figure de la variét (...)

19L’amitié qui lie Ronsard au spectre de Du Bellay s’affirme officiellement dans sa poésie en particulier dans ce Discours à Desmasures. Mais on peut aller plus loin : il est nécessaire que cette amitié s’affiche non comme appartenant à la sphère de l’intime mais en lien avec le domaine public, en lien avec le destin même de la France. Le vers 88 réunit en effet les deux poètes Ronsard et Du Bellay dans la célébration de « l’honneur du langage François », qui fait bien entendu allusion à la Deffense et Illustration de la langue françoise dont le dernier chapitre du second livre avait pour titre : « Exhortation aux François d’ecrire en leur Langue : avecques les louanges de la France ». Finalement l’intérêt de constituer la poésie en une république des lettres où tout auteur est le fantôme d’un autre auteur, et correspond avec lui est d’offrir à la France l’espace poétique qui consacrera la gloire de la langue nationale31, et à travers la gloire du langage, la gloire de cet Hercule gaulois auquel est appelé à s’identifier Henri II32. Au fond, dans ce choix de faire apparaître Du Bellay comme fantôme se lit l’ambition de constituer la Pléiade comme point de départ d’une nouvelle histoire littéraire où les destins poétiques se lient aux destins politiques.

  • 33 Rapprochement opéré par Etienne Pasquier, Recherches de la France, livre VII, chapitre 6, édition (...)
  • 34 En évoquant une scène des Champs Elysées, Ronsard laisse ici affleurer le souvenir d’un poème de L (...)
  • 35 Voir C. Trotot, op.cit., p. 84 : « Ce génie aristocratique qui inspire la poétique des Odes est do (...)
  • 36 Voir M.D. Legrand, op.cit., p. 205, note 9. Et p. 210.

20Deux remarques s’imposent à ce moment de notre analyse : d’une part, le fantôme de Du Bellay ne doit pas occulter d’autres fantômes aussi bien présents et allégués dans la poésie de Ronsard et qui constituent eux aussi l’arrière plan non seulement affectif mais surtout poétique de l’écriture de Ronsard. Ronsard convoque Baïf, Pontus de Tyard, ou bien d’autres aussi souvent que Du Bellay. Pour donner une visée plus juste de ce processus de création, il faudrait prendre le temps de montrer que cette présence d’un poète chez un autre se démultiplie chez les poètes de la Pléiade : non seulement Ronsard et du Bellay « s’entrécrivent », mais on pourrait le dire aussi de Du Bellay et Magny, de Jodelle et de Ronsard33, de Baïf et Ronsard, Ronsard et Desmasures (puisque c’est dans un poème adressé à Louis Desmasures que cette apparition prend place34). Dans cette république des lettres, la reconnaissance du poète par le groupe35 « revêt une importance capitale, groupe qui, réciproquement, existe en lui36 ». Groupe dont Du Bellay, exilé à Rome, a la nostalgie :

  • 37 Du Bellay, Œuvres, op. cit., t. 2, p. 48, sonnet 19, v. 58.

Je me pourmene seul sur la rive Latine,
La France regretant, et regretant encor
Mes antiques amis, mon plus riche tresor,
Et le plaisant sejour de ma terre Angevine37

21Ronsard le fait apparaître dans son discours à Desmasures avec la même nostalgie :

  • 38 Henri II, mort en 1559.

Et j’erre comme luy38 de tristesse blessé,
Dequoy sur mon Printemps si tost je t’ay laissé,
Sans avoir dit adieu à toute nostre bande,
A qui leur Du Bellay par toy se recommande. (v. 131-134)

  • 39 Les Isles Fortunees dédié à Marc Antoine Muret, in Ronsard, Œuvres, op.cit., t. 2, p. 780-785 (poè (...)

22Ronsard s’ingénie à apparaître ici comme chef de bande, comme porte parole, médiateur du groupe que dans un autre poème il avait imaginé gagnant les îles fortunées loin des tumultes de la France39. L’apparition de Du Bellay à Ronsard permet de resituer le duo dans un ensemble plus vaste, au cœur d’une communauté poétique où Ronsard s’institue en guide.

  • 40 Florence Bouchet, « L’intertexte oublié : Ronsard et Chartier », Nouvelle Revue du xvie siècle, 19 (...)
  • 41 Joachim Du Bellay, La Deffence, op.cit., p. 71.

23La deuxième remarque qui s’impose concerne les poètes qui hantent la poésie de Ronsard et qui ne sont jamais admis en pleine lumière : Florence Bouchet a montré, par exemple, combien Alain Chartier, poète du xve siècle, influence l’écriture de Ronsard, mais combien cette intertextualité est tue par le prince des poètes40. Ce refoulement de certains fantômes va de pair avec la posture éthique des poètes de la Pléiade qui font croire qu’ils font table rase du passé pour s’instituer comme premiers et inventeurs d’une nouvelle poésie avant eux « faible et languissante41 ».

24Mais le premier des premiers est bien Ronsard : la convocation du fantôme de Du Bellay permet de mettre les choses au point : le fantôme de Du Bellay n’affirme-t-il pas :

[…] Amy, que sans tache d’envie
J’aimay quand je vivois comme ma propre vie,
Qui premier me poussas et me formas la vois
A celebrer l’honneur du langage François,
Et compagnon d’un art tu me monstras l’adresse
De me laver la bouche es ondes de Permesse (v. 85-90)

  • 42 G. Defaux, op.cit., p. 200 : pour Ronsard, « l’ambition première était d’être tout naturellement l (...)
  • 43 Sur ce souci chez Ronsard d’être le premier, l’inspirateur, voir Claude Faisant, Mort et résurrect (...)
  • 44 De même, dans son élégie à Jean de la Péruse, Ronsard donne la primeur, pour le sonnet, à Pontus d (...)
  • 45 Du Bellay, Œuvres, op.cit., t. 1, p. 9.

25Ronsard utilise le fantôme de son ami pour s’instituer comme étant le premier42, et l’initiateur de l’œuvre même de Du Bellay43. Ronsard aurait été à l’origine de la Deffence et Illustration44. Du Bellay, de manière prémonitoire dans la préface de L’Olive, avait rappelé l’intérêt des morts : « tout ainsi que les mors ne mordent point, aussi [ne] sentent-ilz les morsures45. »

  • 46 Anthologie de la poésie française, Moyen Age, xvie siècle, xviie siècle, nrf Gallimard, coll. Pléi (...)

26Cette manière peu élégante propre à Ronsard sera pointée par les ennemis du poète, tel Florent Chrestien qui, dans son Temple de Ronsard, paru en 1563 s’exprime ainsi46.

  • 47 Voir Etienne Pasquier, op.cit., II, p. 14-18 : « les uns disoient qu’il estoit trop grand vanteur  (...)

Je suis marry aussi que tout seul à la France
Tu t’es vanté d’avoir des Muses cognoissance,
Et que tous ceus qui ont mis la main aus escrits
Ont l’art de Poësie en tes livres apris.
Tu devois, ce me semble, avant que de l’escrire,
Attendre honnestement qu’un autre le vint dire,
Car louange, diton, se change en deshonneur,
Quand le propre gosier s’en est fait le sonneur47.

  • 48 Voir M.D. Legrand, op.cit., p. 214.
  • 49 Du Bellay, L’Olive, op.cit., p. 46, sonnet 60, v. 1 et 14.
  • 50 Epître Au Lecteur de L’Olive, op.cit., p. 7-8.

27Sans oublier la part de polémique liée aux différends religieux qui séparent les deux hommes, il faut reconnaître la justesse du point de vue de Chrestien. Dans le poème à Desmasures que nous étudions, l’éloge posthume de Du Bellay tourne sans surprise à l’éloge de soi. Non seulement Ronsard accueille le fantôme de Du Bellay à condition qu’il ne fasse pas d’ombre, mais il utilise le fantôme de Du Bellay pour légitimer une certaine vision de l’histoire. Cette vision d’un Ronsard initiateur et guide est d’ailleurs relayée par d’autres poètes bien avant ce poème de 1560, y compris par Du Bellay lui-même qui s’adresse « au « Divin Ronsard48… » pour que ce dernier aide celui qui a de « foibles epaules » poétiques49. Du Bellay ne revendique que la deuxième place dans l’épître liminaire de L’Olive : « quelque ranc, si non entre les premiers, pour le moins entre les seconds50 ».

28Cette posture éthique des deux poètes est tellement entérinée par les contemporains que même quand on fait l’éloge funèbre de du Bellay, on va jusqu’à ménager la susceptibilité de Ronsard :

  • 51 « Sonnet de Damoiselle Ant. Deloïnes sur la mort dudict Du Bellay » in Les Œuvres Francoises de Jo (...)

Je diray pour le moins avec toute la France,
Que Du Bellay estoit des Poëtes l’honneur :
Et si ne perdray pas de Ronsard la faveur,
Car je ne puis ne veux luy faire aucune offense51.

  • 52 Voir Francis Goyet, introduction à Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance, Paris, (...)
  • 53 Voir Jean-Charles Monferran, « La Deffence et Illustration de la langue françoyse : un œuvre ronsa (...)
  • 54 Voir J.C. Monferran, ibid., p. 113 : « L’histoire littéraire a réduit la persona de Du Bellay à ce (...)

29L’ombre de Ronsard semble guider la main dès que de Du Bellay il est question… L’ambition du poète vendômois est d’être le prince des poètes. Soleil de la brigade, il ne peut s’empêcher de briller plus qu’eux. Dans le poème que nous étudions, Ronsard contribue à forger cette image héliocentrique de la Pléiade que l’histoire littéraire reproduira et que Du Bellay lui-même a contribué à forger. Ronsard est solaire autant que Du Bellay est saturnien52. Aux Champs Elysées, Ronsard représente un Du Bellay déplorant sa solitude, une figure du poète incomplet sans sa « troupe » (v. 131-134), dans cette posture d’exilé qu’il cultive si bien dans Les Regrets. Loin des Champs Elysées heureux et lumineux où Ronsard s’imagine parmi « les heureux espris » dans l’ode « De l’élection de son sépulcre », c’est la modalité mélancolique, élégiaque53 avec laquelle les manuels littéraires représentent l’alter ego de Ronsard54 qui domine ici.

  • 55 Voir plus haut, les vers cités : 63-74 et 81-84. Le style bas de ces quelques vers est peut-être u (...)

30Ronsard semble se complaire dans la description d’une ombre pathétique, à michemin entre le transi et le squelette55, et qu’il se fait un devoir d’apaiser en allant dire adieu à sa place à tous les amis qu’il a quittés trop vite. En ressuscitant Du Bellay, Ronsard continue finalement à se tenir au centre de tout. Mercure psychopompe, Ronsard fait l’éloge de ses propres pouvoirs : il fait revivre les morts pour leur donner un prolongement de vie, et surtout les inscrire dans un présent qui conserve leur mémoire mais où le vivant est à la meilleure place.

31Au moment où il est en train de disparaître (et Ronsard nous décrit avec complaisance le corps mangé par les vers), Ronsard fabrique la mémoire du défunt en lui donnant la place qu’il convient dans la représentation du champ littéraire.

  • 56 Cf. Jacques Derrida, op.cit., p. 25 : « le spectre est une incorporation paradoxale, le devenir-co (...)

32C’est peut-être cela le temps du fantôme : le moment où l’image cherche à se fixer mais est suspendue dans une forme de temporalité paradoxale ; paradoxale comme une ombre puisque l’ombre, c’est ce qui est et n’est pas, c’est la trace laissée par un absent dont la présence est encore décelable56. Mais les fantômes chez Ronsard n’ont rien d’incontrôlé, d’inconnu, de non maîtrisé. Ils apparaissent au gré de la volonté du poète. Ils ne surgissent pas comme des réminiscences qui s’imposeraient par surprise à l’écriture. Les Muses sont bien filles de Mémoire dans cette poésie du xvie siècle.

  • 57 Cette « saisie rétrospective » est un des critères déterminant pour faire de Ronsard un historien (...)
  • 58 Voir C. Faisant, op.cit., p. 44.

33Remarquable est la conscience avec laquelle finalement Ronsard, dans un mouvement de saisie rétrospective57, calcule l’image qu’il laissera à la postérité de la relation qui l’unit à son double. En faisant apparaître Du Bellay en songe il contribue à la formation du mythe de la Pléiade, en se donnant en même temps un rôle « démiurgique58 ». Il construit un discours poétique postmortem qui rejoint ce que les historiens de la littérature diront de lui et de sa place dans la bande dont fait partie Du Bellay.

  • 59 Cf. M.D. Legrand, op.cit.
  • 60 Rappelons que Ronsard ne publiera aucun poème dans l’édition Morel de 1569 qui regroupe des poèmes (...)

34L’histoire littéraire entendra parfaitement cette image fantomatique de Du Bellay dans l’œuvre de Ronsard et la reproduira presque à l’identique, en oubliant parfois que ce rapport entre Du Bellay et Ronsard procède essentiellement d’une construction poétique comme nous venons de le voir. Ce n’est pas l’affection, l’amitié sincère, l’admiration sans faille qui déterminent l’apparition du fantôme de Du Bellay dans la poésie de Ronsard, inutile de se placer sur le plan de la biographie ou de la psychologie59, c’est une forme de nécessité poétique dans laquelle Ronsard construit son image par rapport à celle de son ombre, nécessité poétique tournée, déjà, vers la postérité60.

35Cette même année 1560, de manière cohérente par rapport à ce regard d’historien de la littérature qui habite l’élégie à Desmasures, il publie la première édition collective de ses Œuvres en quatre tomes. Car lui aussi deviendra fantôme. Dans ce regard porté sur le corps mort de Du Bellay, comment d’ailleurs ne pas entendre Les Derniers Vers par lesquels Ronsard désigne sa propre disparition :

  • 61 Ronsard, Œuvres, op.cit., t. 2, p. 11-02, sonnet 1, v. 14.

Je n’ay plus que les os, un Squelette je semble,
Decharné, denervé, demusclé, depoulpé.
Que le trait de la mort sans pardon a frappé,
Je n’ose voir mes bras que de peur je ne tremble61.

36Le corps spectral de Du Bellay préfigure le sien propre et le regard porté sur son ami n’est peut-être pas dénué d’une certaine émotion. En fin de compte, Ronsard nous rappelle que les fantômes sont avant tout l’œuvre de notre regard. S’ils existent, c’est parce qu’ils reflètent nos propres hantises.

  • 62 Moyen Age, xvie siècle, Itinéraires littéraires, Paris, Hatier, 1988.

37Et l’on peut, pour finir, appliquer cette remarque à notre propre regard critique : les fantômes que l’on voit chez un auteur, certes, sont ceux que celui-ci avoue dans son discours, mais n’est-ce pas aussi nos propres fantômes que nous privilégions ? Le choix même de parler ici de Du Bellay, fantôme de Ronsard, révèle une manière particulière dont la poésie du xvie siècle vient nous hanter et ce depuis très longtemps. Prenons quelques exemples : le manuel « Lagarde et Michard » en 1949 ne fait exister de la Pléiade que Ronsard et Du Bellay ; l’histoire de la littérature « De Villon à Ronsard » d’Enea Balmas et Yves Giraud, publiée en 1986 chez Flammarion consacre un chapitre aux poètes de la Pléiade intitulé « Ronsard et Du Bellay ». Le manuel d’Anne Armand chez Hatier en 1988 est lui aussi totalement et uniquement centré sur Du Bellay et Ronsard62.

  • 63 Voir encore dans l’anthologie de la Pléiade parue en 2000 : Peletier du Mans occupe 6 pages, Olivi (...)
  • 64 Voir à ce sujet l’introduction de Jean-Charles Monferran à La Deffence et Illustration de la langu (...)
  • 65 Voir pour une présentation différente l’Histoire de la littérature française du xvie siècle, de Ri (...)

38On peut considérer que cette sélection s’opère sur des critères d’excellence poétique63, mais on peut se demander aussi si de la littérature, nous ne sommes pas tentés d’isoler des figures tutélaires parce que cela correspond à nos propres manières de réfléchir64 : ne sommes-nous pas victimes d’une vision romantique où les individus poètes nous intéressent plus que leur environnement poétique. D’autant que dans le cas de Du Bellay et Ronsard, nous avons un jeu de contrastes, de clair obscur, qui a de quoi satisfaire nos goûts des partages et des antithèses65.

39A moins que cette façon d’isoler Du Bellay et Ronsard ensemble soit liée aussi après guerre à une volonté de porter aux nues deux poètes dont le « nationalisme littéraire » permettait à la France de retrouver ses racines. Il faudrait étudier le regard des anthologies d’après guerre et la manière dont elles ont contribué à nous forger l’image d’un Du Bellay alter ego de Ronsard dans le combat de la langue française. L’histoire littéraire est indissociable d’une certaine idéologie.

  • 66 Cf. L’art poétique de Laudun d’Aigaliers par exemple, cite à côté de Ronsard « Garnier, Bartas, De (...)
  • 67 En cela, F. Cornilliat, dans le manuel Littérature, Textes et documents, Moyen Age xvie siècle, de (...)
  • 68 Voir E. Pasquier, op.cit., p. 1413.

40Les historiens de la littérature du xvie siècle quant à eux accordaient une place privilégiée à Ronsard, mais ne distinguaient pas toujours Du Bellay des autres poètes de la Pléiade. Si Gilles Corrozet par exemple, dans son Parnasse des Poetes francois paru en 1571 chez Galiot, classe dans un ordre qui ressemble à un palmarès Ronsard en premier, puis Du Bellay-Pontus etc.66, Etienne Pasquier lui, dans le chapitre de ses Recherches de la France consacré à la poésie, accorde une place prépondérante à Ronsard sans souligner de place particulière pour Du Bellay qui rejoint indistinctement les autres poètes de la Pléiade67. Ronsard est le guide d’une armée de poètes qui ne le valent pas dans ce combat pour la langue et la littérature française68.

  • 69 Ibid., p. 1432.
  • 70 Ibid, p. 1423.
  • 71 Ibid, p. 1424.
  • 72 Ibid, p. 1433.

41Il arrive même à Pasquier d’être assez sévère avec Du Bellay quand il lui reproche de ne pas avoir promu l’alternance des rimes masculines et féminines alors qu’il était réformateur de la poésie69. Admiratif des Regrets, Pasquier critique sans ménagement L’Olive : « Quant aux œuvres de Du Bellay, combien que du commencement son Olive fut favorisée, si croy je que ce fust plustost pour la nouveauté que pour la bonté : Car ostez trois ou quatre Sonnets qu’il déroba de l’Italien, le demeurant est fort foible70 ». Au contraire chez Ronsard : « Tout y est beau », « bref, tout est admirable de luy71 » ; « ou jamais nostre Poësie n’arriva et n’arrivera à sa perfection, ou si elle y est arrivée c’est en nostre Ronsard qu’il la faut telle reconnoistre72 ».

  • 73 Du coup, si nous avions suivi ces historiens, plutôt que de reconstituer un duo littéraire, nous a (...)
  • 74 Ibid. p. 597. Cf. Emmanuelle Mortgat-Longuet, op.cit., p. 13 : « Le passé littéraire national est (...)

42L’histoire littéraire de la fin du xvie siècle, si elle a fait l’éloge de Ronsard, n’a pas spécifiquement isolé Du Bellay des autres membres de la Pléiade pour s’intéresser à sa relation à Ronsard73. La présence de Du Bellay chez Ronsard n’a pas toujours été perçue de la même manière selon les époques. Ainsi pouvons-nous dire avec Claude Faisant : « toute « destinée » littéraire n’est qu’une suite de compromis entre les aspirations ou les hantises de la postérité et les possibilités indéfinies de « lectures » qu’offre une œuvre, elle-même portée par son autonomie posthume à un suprême degré de disponibilité74 ».

  • 75 Claude Faisant, op.cit., présentation par Guy Demerson, p. 7. Et la suite p. 7 : « chaque époque d (...)
  • 76 Gérard Defaux, « Du Bellay, Ronsard, Sainte-Beuve et le mythe humaniste du progrès : estant né d’u (...)

43Les fantômes que nous percevons dans les œuvres littéraires sont un bon moyen pour analyser les « « mécanismes par lesquels une culture nationale institue ses classiques, impose ses lieux communs. Nos jugements nous jugent75 ». Ainsi les fantômes font resurgir un inconscient de la critique qu’il serait passionnant d’interroger plus longuement en rappelant les mots de Gérard Defaux : « Là où nous avons cru faire tout simplement notre métier, c’est-à-dire penser, essayer de comprendre, exercer librement notre esprit critique, d’autres, en vérité, nous ont à notre insu dicté ce que non seulement nous devions croire et dire, mais encore éprouver76 ».

Notes

1 Du Bellay, Œuvres poétiques, Paris, éd. Bordas, Classiques Garnier, 1993, t. 1, p. 74.

2 Voir Ronsard, Odes, I, 9. Dans cette ode, Ronsard se compare à un aigle, figure à laquelle il associe Du Bellay. Du Bellay à son tour dans une ode « Contre les envieux poetes. A Pierre de Ronsard » répond en utilisant l’image des corbeaux qui menacent les nouveaux cygnes.

3 Discours à Loys Des Masures, in Ronsard, Œuvres complètes, Gallimard, Pléiade, 1994, t. 2, p. 1018-1020, v. 57 et sv.

4 Ibid., t. 1, p. 53.

5 Ibid., t. 2, p. 785-787.

6 Virgile, Enéide, Livre VI, 679 et sv. Du Bellay avait donné une traduction de ce texte.

7 Voir la « Prosopopée de Louys de Ronsard », op.cit., v. 20-21 : « Je fais d’en-haut ma descente en ce lieu/ Pour t’enseigner quel chemin tu dois suivre » et vont suivre des impératifs.

8 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Paris, Galilée, 1993 : la chose « nous regarde cependant et nous voit ne pas la voir même quand elle est là. Une dissymétrie spectrale interrompt ici toute spécularité. Elle désynchronise, elle nous rappelle à l’anachronie. Nous appelons cela l’effet de visière. Nous ne voyons pas qui nous regarde. » (p.26) « Que nous nous sentions vus par un regard qu’il sera toujours impossible de croiser, voilà l’effet de visière depuis lequel nous héritons de la loi. Comme nous ne voyons pas qui nous voit, et qui fait la loi, qui délivre l’injonction » (p. 27).

9 Ronsard, Les Odes, in Œuvres complètes, op. cit., t. 1, Ode, I, 18, p. 669, v. 61-62.

10 Du Perron, Oraison funèbre sur la mort de Monsieur de Ronsard (1586), éd. M. Simonin, Droz, 1985, p. 93 : « Aussi voyons-nous que de son temps la surdité estoit quasi fatale à luy et à Du Bellay, et aux autres qui avoient quelque nom en ceste profession : de sorte que tout ainsi que durant l’ancienne Grece, l’aveuglement estoit comme une marque commune à tous ceux qui estoient excellens en poësie : ainsi semble-t-il que la surdité ait esté de nostre siecle comme un charactere commun à tous les grands et excellens Poëtes François. » L’ouïe est inutile aux poètes inspirés qui n’apprennent pas d’autrui mais dont la poésie procède de leur propre génie, d’une forme de science intérieure. L’ouïe est nécessaire seulement si l’on veut travailler avec la mémoire des textes entendus. Voir pour plus de détails Du Perron, ibid., p. 94.

11 Du Bellay, in Œuvres poétiques, op.cit., t. 2, Les Regrets, VIII, p. 43, v. 12 : « Ne t’esbahis Ronsard, la moitié de mon ame,/ Si de ton Du Bellay France ne lit plus rien ».

12 Ibid., t. 1, L’Olive, p. 69, sonnet CVI, v. 5.

13 « Alors trois fois il essaya de lui jeter les bras autour du cou, trois fois l’image en vain saisie échappa à ses mains, pareille aux vents légers, semblable à l’envol du sommeil. » (v.699-702). Traduction Jacques Perret, Virgile, Enéide, Paris, Belles Lettres, 1982, livre VI, p. 69.

14 Ronsard, Œuvres complètes, op.cit., t. 1, p. 996.

15 L’ode « Contre les Envieux Poètes. A Pierre de Ronsard » de Du Bellay conclut L’Olive augmentée de 1550. Du Bellay, Oeuvres, éd. Millet, Paris, Champion, 2003, p. 249-253.

16 Remi Belleau, « Chant Pastoral sur la mort de Joachim Du Bellay », Les Œuvres Francoises de Joachim Du Bellay, Paris, éd. Frédéric Morel, 1569, fol. 69 v°.

17 François Rouget, « Présences de Du Bellay dans les Odes de Ronsard », Littératures, 45, 2001, p. 37-48. Voir p. 47 : pendant le séjour à Rome, les poèmes du Du Bellay et Ronsard « représentent comme les rudiments d’une correspondance poétique. »

18 Françoise Joukovsky, « Un sonnet de Ronsard refait par Du Bellay", Le Poète et ses lecteurs : le cas Ronsard, Œuvres et critiques, VI, 2, Hiver 198-182, p. 103. Comparer par exemple le poème des Amours de 1552 : « Legers Demons [….]/ Dites Courriers (ainsi…) » (Ronsard, Œuvres, op.cit., t. 1, p. 40) et le poème 15 des Antiquités : « Palles Esprits […]/ Dictes Esprits (ainsi…) » (Du Bellay, Œuvres, op.cit., t. 2, p. 13).

19 Isamu Takata, « Poétique de l’Olive et des Amours, L’ombre de Du Bellay chez Ronsard », Du Bellay, Presses Universitaires d’Angers, t. II, 1990, p. 509-521.

20 Gérard Defaux, « « Moy ton Poëte, ayant premier osé… » : Du Bellay, Ronsard et l’Envie », Cités des hommes, cité de Dieu, Travaux sur la littérature de la Renaissance en l’honneur de Daniel Ménager, Genève, Droz, 2003, p. 198.

21 Asinus asinum fricat. Ce sonnet 152 des Regrets, s’adresse à Ronsard : « Laissons donc je te pry laissons causer ces sotz,/ Et ces petitz gallandz, qui ne sachant que dire,/ Disent, voyant Ronsard, et Bellay s’entr’escrire,/ Que ce sont deux muletz, qui se grattent le doz. » Du Bellay, Œuvres, op.cit., t. 2, p. 115, v. 58.

22 G. Defaux, op.cit., p. 204. Voir aussi Eliane Kotler, « Les Regrets : un discours dialogique », L’Information grammaticale, n° 63, octobre 1994. p. 26 : « on sera fondé à parler de discours dialogique ».

23 F. Rouget, op.cit., p. 42. Et F. Joukovsky, op.cit., p. 103 : « il s’agit moins d’emprunt que d’émulation, à partir d’un même cadre – et d’ailleurs on gagnerait souvent à substituer cette notion de rivalité poétique à celle d’imitation. »

24 F. Rouget, op.cit., p. 44.

25 Caroline Trotot, « « Presque semblables d’esprit, d’invention et de labeur ». « A Jouachim Du Bellai Angevin » (I, 9) », Lire les Odes de Ronsard, dir. D. Bertrand, Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2002, p. 81. L’auteur met l’accent sur la réflexivité de l’acte de parole dans cette poésie du xvie siècle, et parle de « poésie vive » (ibid., p. 82).

26 C. Trotot, ibid., p. 80. C’est au nom de leur amitié plus que littéraire, au contraire, que l’ombre de Ronsard apparaît en songe à Du Perron : « tu m’apparois en songe toutes les nuicts, ou soit que la verité de la chose, ou soit que la force de ma passion te représente ainsi à mon esprit. » (Oraison, op.cit., p. 147-148).

27 Rivalité qui pourrait aller jusqu’à la « tension » : voir F. Rouget, op.cit., p. 48 qui s’appuie sur l’Ode à Bouju de Ronsard : « Le Potier hait le Potier,/ Le Feuvre, le Charpentier,/ Le Poëte tout ainsi/ Hait celui qui l’est aussi ». « Cette citation peut faire office d’aveu. D’autant qu’à la mort de Du Bellay, Ronsard ne réagira pas. Aucune pièce de Ronsard dans l’hommage rendu à l’ami dans les Epitaphes rassemblées par Charles Utenhove. Ronsard reste muet. Comment interpréter ce silence ? La douleur le conduisit-elle à l’aphasie temporaire. Ce n’est qu’en 1560, au détour d’une élégie adressée à Louis Des Masures et insérée dans la première édition collective des Œuvres (« Poëmes », V) que Ronsard mentionne le nom de l’ami disparu. » Cf. G. Defaux citant Claude Binet (op.cit., p. 205) : « ordinairement les bons esprits sont jaloux les uns des autres ».

28 Ronsard, Œuvres, op.cit., t. 1, p. 60-61. Sur cette relation avec Ronsard faite d’admiration et de rivalité, voir France Guyot, Jean-Charles Monferran, « Du Bellay : Les Regrets, sonnet XVI », Information grammaticale, n° 63, octobre 1994, p. 18-21.

29 Du Bellay, Œuvres, op.cit. p. 40, sonnet 3. Et ibid, p. 47, sonnet 16 : « Cependant que Magny… »

30 Du Bellay, ibid., t. 2, p. 257, v. 12. Voir Dominique Bertrand, « L’Hymne de la Surdité de Du Bellay : contrechant et mélancolie », Seizième siècle, 2006, n° 2, p. 95-110. Du Bellay met en scène ces rapports d’opposition, de contraste. « Du Bellay démonte, en la mimant, la surenchère épidictique de la poétique de Ronsard. » Ibid., p. 106. Et sur l’éloge paradoxal de la surdité, voir ibid., p. 108 : « A travers cette confrontation poétique avec Ronsard, la parodie participe à l’évidence de cette « mise en scène d’une crise aiguë de la différence ».

31 Voir Joachim Du Bellay, La Deffence, et Illustration de la langue françoyse, éd. Jean-Charles Monferran, Droz, 2001, introduction, p. 38-39 : « Pour avoir quelques chances de succès, la Deffence doit impérativement rencontrer la politique linguistique menée par le pouvoir royal. » La défense patriotique du français va dans le sens de la centralisation voulue par le roi. Voir L’épigramme liminaire de Dorat : « « Mais moi j’affirme en parodiant le poète : il n’y a pas plus grande gloire que de combattre pour la langue de la patrie. Du Bellay, comme tes ancêtres ont acquis sans conteste le renom de bons patriotes en luttant pour le sol de la patrie, de même, toi aussi, qui plaides pour la langue de la patrie, tu obtiendras à jamais le renom de bon patriote. »

32 Voir Marie Dominique Legrand, « Ronsard sous la plume de Du Bellay », Ronsard, figure de la variété, Genève, Droz, 2002, p. 203-219. En particulier p. 211 : la Deffence et Illustration est « programmatique et d’un art poétique et d’une instauration d’un ordre patriotique, d’inspiration éthique et politique ».

33 Rapprochement opéré par Etienne Pasquier, Recherches de la France, livre VII, chapitre 6, édition Marie-Madeleine Fragonard et François Roudaut, Paris, Champion, 1996, t. II, p. 1418-1421.

34 En évoquant une scène des Champs Elysées, Ronsard laisse ici affleurer le souvenir d’un poème de Louis Desmasures lui-même décrivant le « plaisant Elysie », poème adressé à du Bellay : voir Louis Desmasures, Œuvres poëtiques, Lyon, Jean de Tournes et Guil. Gazeau, 1557, p. 15-21.

35 Voir C. Trotot, op.cit., p. 84 : « Ce génie aristocratique qui inspire la poétique des Odes est donc à la fois individuel et collectif. Il se reflète dans la famille, dans la communauté culturelle formée par les deux poètes de la brigade et aussi dans la communauté formée par l’imitation, qui lie Ronsard à Pindare ». Voir également ibid., p. 90 : il s’agit d’« exprimer sa personnalité dans la confrontation avec la communauté de ses contemporains et de ses prédécesseurs. »

36 Voir M.D. Legrand, op.cit., p. 205, note 9. Et p. 210.

37 Du Bellay, Œuvres, op. cit., t. 2, p. 48, sonnet 19, v. 58.

38 Henri II, mort en 1559.

39 Les Isles Fortunees dédié à Marc Antoine Muret, in Ronsard, Œuvres, op.cit., t. 2, p. 780-785 (poème publié en appendice de la deuxième édition des Amours qui comportait un commentaire de Muret), voir en particulier v. 31 et sv : « Parton, Muret, allon chercher ailleurs/ Un ciel meilleur, et autres champs meilleurs :/ Laisson, Muret, aux tigres effroyables/ Et aux lions ces terres miserables » ; une presse joyeuse les attend : « Je voy Thiar, des Autels, et Belleau,/ Butet, du Parc, Bellay, Dorat, et celle/ Troupe de gens qui court après Jodelle :/ Icy Baïf une troupe conduit,/ Et là j’avise un grand peuple qui suit/ Nostre Maigny, et parmi la campagne/ Un escadron qui Maumont accompagne./ Voici Turin, La Peruse et Tagault,/ Et Tahureau, qui ja tirent en haut/ L’ancre courbée, et plantez sur la poupe/ D’un cry naval encouragent la troupe/ D’abandonner le terroir paternel/ Pour vivre ailleurs en repos éternel. / Cà que j’embrasse une si chere bande :/ Or sus, amis, puis que le vent commande/ De démarer, sus d’un bras vigoureux/ Au port heureux des Isles bienheurées,/ Que l’Ocean de ses eaux azurées/ Loin de l’Europe, et loin de ses combas/ Pour nostre bande emmure de ses bras. »

40 Florence Bouchet, « L’intertexte oublié : Ronsard et Chartier », Nouvelle Revue du xvie siècle, 1999, 17/2, p. 205-217.

41 Joachim Du Bellay, La Deffence, op.cit., p. 71.

42 G. Defaux, op.cit., p. 200 : pour Ronsard, « l’ambition première était d’être tout naturellement le premier […] Il veut bien avoir des confrères, voire des amis, mais à condition que ceux-ci restent derrière – à leur place – qu’il soit leur guide et leur chef ».

43 Sur ce souci chez Ronsard d’être le premier, l’inspirateur, voir Claude Faisant, Mort et résurrection de la Pléiade, Paris, Champion, 1998, p. 31.

44 De même, dans son élégie à Jean de la Péruse, Ronsard donne la primeur, pour le sonnet, à Pontus de Tyard et non à Du Bellay. Voir Etienne Pasquier, Recherches, op.cit., p. 14-15 : « mais il s’abuse »….

45 Du Bellay, Œuvres, op.cit., t. 1, p. 9.

46 Anthologie de la poésie française, Moyen Age, xvie siècle, xviie siècle, nrf Gallimard, coll. Pléiade, 2000, p. 706, v. 15-22.

47 Voir Etienne Pasquier, op.cit., II, p. 14-18 : « les uns disoient qu’il estoit trop grand vanteur ».

48 Voir M.D. Legrand, op.cit., p. 214.

49 Du Bellay, L’Olive, op.cit., p. 46, sonnet 60, v. 1 et 14.

50 Epître Au Lecteur de L’Olive, op.cit., p. 7-8.

51 « Sonnet de Damoiselle Ant. Deloïnes sur la mort dudict Du Bellay » in Les Œuvres Francoises de Joachim Du Bellay, éd. Frédéric Morel, op.cit, fol. 60 v°.

52 Voir Francis Goyet, introduction à Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance, Paris, Le Livre de Poche, 1990, p. 35 : aux yeux des contemporains « il ne saurait y avoir la place pour deux soleils. Pas plus qu’il ne saurait y avoir deux rois. »

53 Voir Jean-Charles Monferran, « La Deffence et Illustration de la langue françoyse : un œuvre ronsardien ? », Littérales, 26, 2000, p. 101-118 ; en particulier p. 102 distinguant la persona héroïque de Ronsard du portrait mélancolique de du Bellay que l’institution littéraire a pris l’habitude de diffuser. Et p. 104 « De fait, s’il est une représentation du poète propre à la génération de Ronsard et, me semble-t-il, assez radicalement étrangère à la poésie qui la précède, c’est bien celle du héros ». Le poète de la Pléiade se construit d’abord « une persona altière, virile, belliqueuse ».

54 Voir J.C. Monferran, ibid., p. 113 : « L’histoire littéraire a réduit la persona de Du Bellay à celle que celui-ci s’invente en partie dans les Regrets ; par son goût des parallèles, elle a accentué un contraste que les auteurs eux-mêmes et leurs contemporains avaient déjà contribué à esquisser en opposant le solaire Ronsard au saturnien Du Bellay » ; « pendant longtemps, la critique a pris pour une donnée psychologique ce qui relevait de la construction rhétorique d’une figure de poète ; elle a confondu un choix esthétique, celui du style bas convenant à la persona en demi-teinte que du Bellay s’invente dans ce recueil, avec un trait de caractère. » En fait les premiers sonnets des Regrets inscrivent Du Bellay dans une tradition cicéronienne de l’oratio humilis qui lui permet de se distinguer de Ronsard.

55 Voir plus haut, les vers cités : 63-74 et 81-84. Le style bas de ces quelques vers est peut-être une imitation du style humble du défunt.

56 Cf. Jacques Derrida, op.cit., p. 25 : « le spectre est une incorporation paradoxale, le devenir-corps, une certaine forme phénoménale et charnelle de l’esprit. Il devient plutôt quelque « chose » qu’il reste difficile de nommer : ni âme ni corps, et l’une et l’autre. Car la chair et la phénoménalité, voilà ce qui donne à l’esprit son apparition spectrale, mais disparaît aussitôt dans l’apparition, dans la venue même du revenant ou le retour du spectre. Il y a du disparu dans l’apparition même comme réapparition du disparu. »

57 Cette « saisie rétrospective » est un des critères déterminant pour faire de Ronsard un historien de la littérature. Voir Emmanuelle Mortgat-Longuet, Clio au Parnasse, Naissance de l’« histoire littéraire » française aux xvie et xviie siècles, Paris, Champion, 2006, p. 18. Voir comment dans le Discours à Jean de La Péruse, Ronsard constitue un patrimoine littéraire français en proposant des listes et un palmarès.

58 Voir C. Faisant, op.cit., p. 44.

59 Cf. M.D. Legrand, op.cit.

60 Rappelons que Ronsard ne publiera aucun poème dans l’édition Morel de 1569 qui regroupe des poèmes constituant une sorte de tombeau poétique en hommage à Du Bellay.

61 Ronsard, Œuvres, op.cit., t. 2, p. 11-02, sonnet 1, v. 14.

62 Moyen Age, xvie siècle, Itinéraires littéraires, Paris, Hatier, 1988.

63 Voir encore dans l’anthologie de la Pléiade parue en 2000 : Peletier du Mans occupe 6 pages, Olivier de Magny 2, Du Bellay 21, Baïf 10, Pontus de Tyard 4, Ronsard environ 50.

64 Voir à ce sujet l’introduction de Jean-Charles Monferran à La Deffence et Illustration de la langue françoyse, op.cit.

65 Voir pour une présentation différente l’Histoire de la littérature française du xvie siècle, de Richard Crescenzo (Champion, coll. Unichamp-Essentiel, 2001) : s’il consacre des pages privilégiées à Du Bellay et Ronsard, l’auteur organise le propos moins en fonction des figures d’auteurs que des mouvements. Voir également, André tournon, Michel Bideaux, Hélène Moreau et Gilles Polizzi, Histoire de la littérature française du xvie siècle, Presses universitaires de Rennes, 2004.

66 Cf. L’art poétique de Laudun d’Aigaliers par exemple, cite à côté de Ronsard « Garnier, Bartas, Desportes, Bellay, Belleau, Baïf, et autre nombre infiny […] bien venus par tout et tenus entre le peuple comme sacrez. » Pierre Laudun d’Aigaliers, L’Art poëtique françois, éd. J.C Monferran, STFM, 2000, p. 12-13.

67 En cela, F. Cornilliat, dans le manuel Littérature, Textes et documents, Moyen Age xvie siècle, de la collection Henri Mittérand (Nathan, 1988), apparaît respectueux du paysage littéraire que les contemporains de Ronsard se représentaient eux-mêmes puisqu’il consacre un chapitre entier à l’œuvre de Ronsard, puis un chapitre intitulé « Le sacre des poètes de la Pléiade : Du Bellay, Peletier du Mans, Baïf, Pontus de Tyard, Belleau, Jodelle ».

68 Voir E. Pasquier, op.cit., p. 1413.

69 Ibid., p. 1432.

70 Ibid, p. 1423.

71 Ibid, p. 1424.

72 Ibid, p. 1433.

73 Du coup, si nous avions suivi ces historiens, plutôt que de reconstituer un duo littéraire, nous aurions pu faire apparaître l’« heureux triumvirat » qu’évoque Claude Binet dans son discours de la Vie de Pierre de Ronsard en 1586 : Ronsard, Du Bellay, Baïf. D’autant que Baïf semble beaucoup plus présent dans la poésie de ses contemporains ; Claude Faisant publie « une statistique portant sur une centaine de témoignages, entre 1550 et 1585, faisant apparaître la fréquence avec laquelle l’autorité d’un certain nombre de poètes est invoquée dans les dédicaces, les liminaires, les préfaces ou les pièces d’éloge » : Baïf se situe à la deuxième place loin devant Du Bellay. Ronsard est présent à 74 %, Baïf 56 %, Du Bellay 36 %, Jodelle 28 %. C. Faisant, op.cit., p. 33 et p. 37.

74 Ibid. p. 597. Cf. Emmanuelle Mortgat-Longuet, op.cit., p. 13 : « Le passé littéraire national est invoqué, parcouru ou revisité en fonction des enjeux du présent. »

75 Claude Faisant, op.cit., présentation par Guy Demerson, p. 7. Et la suite p. 7 : « chaque époque de la critique dénonce ses préoccupations et ses préjugés par les formules de ses auteurs consacrés, par ses appréciations qu’elle considère comme absolues précisément parce qu’elle y exprime les mythes de son époque. »

76 Gérard Defaux, « Du Bellay, Ronsard, Sainte-Beuve et le mythe humaniste du progrès : estant né d’un meilleur eage et plus que luy studieux… », Histoire et littérature au siècle de Montaigne, Mélanges offerts à Claude-Gilbert Dubois, Genève, Droz, 2001, p. 285.

Auteur

Mme Pascale CHIRON, Université de Toulouse II.
Pascale Chiron, maître de conférences en littérature du xvie siècle à l’université de Toulouse- Le Mirail ; ses recherches portent sur la littérature française de la première moitié du xvie siècle, en particulier sur le rapport des textes à leur contexte historique et éditorial : elle a publié aux éditions Droz en 1999 Les Deux sermons funèbres prononcez es obseques de François premier de ce nom, de Pierre Du Chastel, une édition de La grande et merveilleuse et trescruelle oppugnation de la noble cité de Rhodes prinse nagueres par Sultan Seliman de Jacques Bâtard de Bourbon (1526) aux éditions de La Louve (septembre 2010) et prépare une édition critique du Labyrinth de fortune, de Jean Bouchet, à paraître aux éditions Garnier en 2010.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540