Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Le canal du Languedoc en Roussillon. Projets et débuts de réalisation, xviie-xviiie siècles

Texte intégral

1Le Midi imaginé des travaux est beaucoup plus vaste que celui effectivement réalisé. L’histoire du canal des Deux-Mers est d’abord celle d’un projet, de projets successifs plutôt, sinon de visions chimériques dont l’histoire exhaustive n’a pas encore été faite. Il est significatif d’ailleurs, la documentation disponible s’y prête il est vrai, que l’on s’attache surtout au canal Royal lui-même, à sa conception, à ses caractéristiques techniques, aux trafics et à la vie qui l’ont animé. Réussite si parfaite, après avoir paru improbable, qu’elle a découragé tout prolongement ? L’achèvement du canal des Deux-Mers a suscité d’autres projets, conçus comme des arborescences de l’artère matrice qu’il conviendrait d’étudier, même s’ils n’aboutirent pas, pour en connaître l’ampleur, les auteurs, les objectifs, le degré d’élaboration, voire de réalisation, les moyens employés pour les faire aboutir, les batailles d’influence auxquels ils donnèrent lieu, les raisons de leur échec enfin. Cela apporterait beaucoup à la connaissance des conceptions du territoire et aux moyens envisagés pour les mettre en œuvre. L’un des projets qui présente le plus d’intérêt – car il concerne une province qui venait d’être conquise – est celui du canal du Roussillon.

Vauban et le canal du Roussillon

  • 1 Service historique de l’Armée de Terre, archives du génie, article 5, paragraphe 10, carton 1, no (...)
  • 2 F. Braudel et E. Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, Paris, 1970, t. 2, p. 165

2Vauban a probablement été le premier à suggérer le creusement d’un canal qui joindrait le Languedoc au Roussillon. On en trouve la première mention dans son Mémoire sur le canal du 5 mars 1686 rédigé à la suite de l’inspection minutieuse du canal des Deux-Mers qu’il venait de faire pendant les deux mois précédents1. Le commissaire général des fortifications est tout entier dans son rapport qui allie la précision technique, les vues imaginatives et des considérations à caractère politique. Chargé de remédier aux imperfections du canal qui n’avaient pas tardé à apparaître après sa mise en eau, il propose des solutions et en évalue le coût. Mais il va bien au-delà de la mission qui lui était confiée, se montrant ainsi fidèle à l’esprit des idées de Colbert en matière de communications qui avait posé avec netteté les principes d’une politique à l’échelle du royaume2.

  • 3 A. Blanchard, op. cit., p. 268.

3Il suggère de prolonger le canal. Porté à sa perfection, celui-ci deviendrait l’artère à partir de laquelle se développerait un système de canaux qui s’étendrait au royaume. Vers le sud, il propose le creusement d’un canal dont il donne avec beaucoup de soin le tracé et les caractéristiques qu’il devrait avoir. Du côté de l’est, il imagine une série de voies d’eau : un premier canal entre Sète et Beaucaire par Aigues-Mortes, un second au-delà du Rhône, entre Arles et Port-de-Bouc, qui utiliserait des canaux déjà creusés dans la Crau. Les grandes barques, les galères royales même, éviteraient le risque de mer, le long et périlleux contour par Gibraltar et pourraient pénétrer jusqu’au cœur du royaume3.

  • 4 Sur tout ceci : L. Bely, Les relations internationales en Europe (xviie-xviiie siècles), Paris, 19 (...)
  • 5 Campagne qui se prolongera jusqu’en 1692. A. Blanchard, op. cit. ; A. De Roux, Perpignan, de la pl (...)

4Les développements que contiennent ce rapport, sur les protestants par exemple, sans lien direct avec la mission qui lui avait été confiée, ont laissé circonspect. Ils sont le résultat des expériences méridionales de Vauban et de ses réflexions sur la situation de ce coin du royaume qui s’était profondément modifiée depuis son premier voyage dans la région. Pour en saisir la portée et les raisons, il faut rapprocher deux événements à peu près contemporains qui n’ont guère de relations entre eux : l’achèvement du canal Royal et la décision de garder le Roussillon. La chronologie des voyages de Vauban en Languedoc et en Roussillon est éclairante. Lorsqu’il vient pour la première fois en terre catalane, en 1669, la défense de la nouvelle frontière a déjà fait l’objet de réflexions préparatoires étendues. Mais rien d’important n’a été exécuté. Le Roussillon est de souveraineté française mais n’est pas encore pleinement du royaume, car il est considéré comme une éventuelle monnaie d’échange. Ce n’est qu’après la « surprise de Bellegarde » – la prise du fort qui défend le Perthus – en 1674, qui fit prendre conscience de la fragilité et de l’intérêt stratégique de la frontière des Pyrénées, et la paix de Nimègues, que le Roussillon peut être considéré comme définitivement annexé4. Les deux voyages de Vauban de 1679 et 1680, ce dernier effectué en compagnie de Louvois, sont destinés, le premier à établir définitivement le plan des ouvrages à faire ou à modifier pour mettre en défense la province, le second à surveiller l’avancement des travaux qui avaient été engagés aussitôt5.

  • 6 Il rédige le 20 janvier un mémoire portant sur les compétences qu’il souhaiterait voir apporter au (...)
  • 7 Estat des dépenses... du plan relief... de Perpignan..., 2 juillet 1686, 1 C 143 ; A. De Roux, op. (...)
  • 8 SHAT, Archives du Génie, article 5, section 5, carton 1, paragraphe 20.
  • 9 Archives Vauban (Rosambo, 260 AP 63, dossier 3), pièce 5 : estimation du canal projeté entre Perpi (...)

5Du département de Louvois à celui de Colbert il n’y avait qu’un pas. L’idée de les relier, maintenant que la construction de la ligne forte sur les Pyrénées était bien engagée, se fit-elle jour à l’occasion du long voyage de six semaines sur le canal effectué par Vauban en compagnie de Seigneley au printemps 1684 ? L’année 1686 où Vauban rédige son Mémoire sur le canal et se rend pour la quatrième fois en Roussillon suggère quelques rapprochements. Vauban séjourne à Perpignan au cours du mois de janvier6. Les plans du canal du Roussillon dressés par Niquet datent du début du mois de mars, le Mémoire sur le canal porte la date du 5 mars. Le plan relief de Perpignan est achevé au milieu de l’année7. Le 6 juillet 1686 un arrêt du Conseil d’État ordonne la construction d’un canal de jonction entre le canal de communication des mers et la robine de Narbonne, canal dont l’enquête avait été lancée le 18 février de l’année précédente... L’attention portée au canal du Roussillon n’est donc pas seulement une « rêverie prospective » dont le commissaire général était coutumier. Le canal a été effectivement étudié avec le plus grand soin. Niquet en a dressé les plans. Deux versions nous sont parvenues8. La première, signée du directeur des fortifications et des travaux publics du Languedoc, est datée du 6 mars, la seconde, du 17 mars, porte la mention : « le sieur Niquet à Monsieur de Vauban ». Ces plans qui concernent la partie languedocienne du canal projeté sont passionnants. Le premier, le plus précis, éclaire le Mémoire sur le canal qui n’en est que la mise en forme écrite. Vauban et Niquet ont conçu un projet d’envergure car l’ensemble de la côte est concerné. L’étude de la partie roussillonnaise du canal a demandé semble-t-il quelques mois supplémentaires9.

  • 10 Commandée certainement par Vauban lui-même : « sondages du cap de La Franqui en 1686 par Vauban », (...)
  • 11 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais, 1300-1789, Perpignan, 1996 (...)

6Le plan montre bien la continuité entre le canal du Roussillon et celui de Narbonne. Son départ se situait à La Nouvelle en arrière du lido. Il s’infléchissait ensuite un peu vers la côte pour contourner le cap Romarin, allait droit ensuite vers l’étang de Lapalme, passait derrière le rocher de Leucate, entrait dans l’étang de Leucate, passait entre les îlots de Recase et de Vic au niveau desquels il atteignait le Roussillon. L’intérêt principal du plan exécuté par Niquet est de montrer que l’on s’était préoccupé de l’amélioration du port de La Nouvelle, où l’on prévoyait la construction d’un môle, du côté sud, et de celui de La Franqui. Une « communication au port de La Franqui » était prévue depuis le canal. Le détail des sondes portées sur le plan montre que le site, sous le cap de Leucate, avait fait l’objet d’une exploration minutieuse10. De même, une « jetée pour rendre le port très bon » est tracée. Le site de La Franqui comportait en effet une faiblesse bien connue. Il pouvait se transformer en une nasse dangereuse lorsque le marin soufflait avec violence11. Vauban ne s’est donc pas intéressé sur le littoral méditerranéen qu’à Port-Vendres et à Sète.

  • 12 Arch. dép. Hérault, C 4441, 7 décembre 1687.
  • 13 Niquet est directeur des travaux publics de la province de Languedoc : A. Blanchard, Dictionnaire (...)
  • 14 Arch. dép. Hérault, C 4441, 16 octobre 1668. État des recettes et des dépenses. Estimation de la p (...)
  • 15 Ibid., 18 avril 1691, compte que rend l’intendant de Basville : 12 000 livres employées pour achet (...)

7Proposé, le canal du Roussillon a retenu l’attention de Seignelay. Dans une lettre adressée à Basville au mois de décembre 1687, il informe l’intendant que le projet « tant pour le commerce de ces provinces » que pour s’en servir « principalement en temps de guerre pour la subsistance de ses armées » avait été étudié et approuvé. « Sa Majesté a résolu de faire ce canal dans les trois ans » ajoute-il12. Niquet, chargé de l’ouvrage dans la partie languedocienne, prépare en effet les devis qui sont prêts le 15 septembre 1688. Le canal qui empruntait sur la plus grande partie de son parcours les étangs bordiers, était prévu pour avoir quatre pieds de profondeur lorsque les eaux atteindraient leur étiage, ce qui était suffisant pour les allèges de 600 à 1 000 quintaux qui s’enfonçaient dans l’eau de quatre pans, et deux toises et demie à la base. Les vases et les terres excavées, rejetées sur les côtés, formeraient les digues de protection13. Un an plus tard, la partie languedocienne du canal était adjugée au sieur Theule de Narbonne qui se mettait immédiatement à l’ouvrage14. Plus de la moitié du canal était creusée au bout de deux ans. Mais les travaux étaient allés moins vite en Languedoc qu’en Roussillon où il s’agissait surtout il est vrai de frayer un chenal à travers l’étang. S’il y avait encore beaucoup à faire dans la section située entre les étangs de La Nouvelle et de Lapalme, trois cents toises seulement restaient à creuser en Roussillon pour atteindre Saint-Hippolyte, terme du canal15. La guerre qui ne permettait plus d’employer les soldats stationnés en Roussillon, le manque de fonds en Languedoc, interrompaient les travaux. Mais l’auteur du rapport estimait que dans les deux années qui suivraient tout serait achevé.

  • 16 Ibid., la suggestion de ce canal est faite dans une lettre, non signée et non datée. L’auteur se p (...)

8L’aboutissement des travaux, engagés si loin, semblait-il évident ? Le canal prévu pour aboutir à Saint-Hippolyte au bout de l’étang de Salses a donné l’idée d’un prolongement : Rousselot, directeur des fortifications du Roussillon, imagine un canal, long de deux lieues, comportant trois écluses et un pont pour traverser l’Agly, qui joindrait Saint-Hippolyte à Perpignan16.

  • 17 G. Larguier, op. cit., p. 1031 sq.

9Ce projet n’eut pas de suite. L’interruption des travaux du canal du Roussillon que l’on pensait temporaire sera définitive. La jonction de Narbonne au canal des Deux-Mers ne sera pas non plus achevée. Seule la section entre Narbonne et l’Aude, qui n’était que la canalisation de l’ancien cours de l’Aude, avec la construction d’écluses, sera terminée, non sans difficultés d’ailleurs17.

  • 18 Arch. dép. Hérault, C 4441, Seignelay à Basville, 7 décembre 1687 : « s’en servir (du canal du Rou (...)
  • 19 A. Blanchard, op. cit., p. 147.
  • 20 4 deniers par quintal au lieu de 3 sols 4 deniers.

10Pourquoi autant de projets et de travaux engagés si loin ont-ils été abandonnés alors qu’une volonté paraissait exister ? La ville de Narbonne a expliqué plus tard l’échec de son raccordement par des difficultés financières et par la guerre. Pour le canal du Roussillon, on sait peu de choses. Les raisons invoquées pour justifier le canal du Roussillon ainsi que son prolongement vers Perpignan avaient-elles perdu de leur valeur ? Du projet de Vauban à celui du major de Collioure les arguments sont les mêmes. Les voies d’eau devaient servir essentiellement à la défense du Roussillon18, à réduire les coûts de la présence militaire car cet autre « finistère du royaume »19 manquait de bons matériaux de construction et se trouvait toujours à la limite de l’autosuffisance. Tout séjour prolongé d’une troupe nombreuse et une guerre défensive se traduisaient par des charges vite insupportables. La substitution de la voie d’eau à la route sur les deux lieues qui séparaient Saint-Hippolyte de Perpignan diminuerait les coûts du transport des farines et des avoines par seize, ce qui économiserait 30 000 livres chaque année20.

11Avec les autres services qu’il rendrait, le canal pourrait être amorti en cinq ans. Ce calcul est généreux. Il n’en est pas moins révélateur des raisons qui ont conduit à concevoir le prolongement du canal des Deux-Mers vers le sud. Une fois la décision de conserver le Roussillon acquise, il convenait de prévoir. La voie d’eau, matérialisation forte de l’union de la province au royaume, serait un moyen d’en réduire sensiblement le coût.

  • 21 F. Braudel et E. Labrousse, op. cit., carte p. 172. Au xviiie siècle, les projets, inaboutis pour (...)

12Ce canal « vers la frontière » est à comprendre par rapport au réseau des fleuves et des rivières navigables ainsi qu’aux canaux mis en chantier dans la seconde moitié du xviie et au début du siècle suivant. Si l’on excepte les canaux de Briare et d’Orléans, destinés à assurer la jonction entre la Loire et la Seine, les deux seules réalisations d’envergure concernent les extrémités du royaume : la partie nord-ouest en cours de consolidation, avec le raccordement de voies navigables, et le Languedoc21.

  • 22 SAHT, archives du Génie, article 5, section 5, carton 1, paragraphe 16 : Mémoire concernant les tr (...)
  • 23 Canal de Sète au Rhône : 1 072 000 livres, assèchement des marais : 787 750 livres, canal d’Arles (...)

13Vers l’est, au-delà de Sète, les suggestions de Vauban ont donné lieu également à des propositions de canalisation. Les raisons données pour les justifier ne sont pas d’ordre défensif. Mais les liens avec la chose militaire et avec le Roussillon n’en existent pas moins puisque c’est le maréchal de Noailles, gouverneur de la province, qui présenta le projet et Niquet qui en fit les plans22. Deux canaux étaient prévus : le premier de Sète au Rhône, qui prendrait l’eau à Siveréal, le canal d’Arles à Port-de-Bouc. Avec l’assèchement des marais, nécessaire pour mener à bien l’entreprise, il en coûterait 3 414 384 livres23. On pourrait aller ainsi de Bordeaux à Marseille sans courir les risques de la mer plaidait le maréchal ; le Languedoc serait en position favorable pour exporter ses vins, ses draps, et pour tirer plus facilement les sels de Peccais. La navigation sur le Rhône, entre Lyon et Marseille, serait beaucoup plus rapide et sûre et le coût de revient s’abaisserait considérablement. Le duc de Noailles sollicitait le monopole des voitures sur le Rhône pendant dix ans pour financer son projet qu’il promettait de mener à bien en huit ans.

  • 24 SHAT, Bibl. Génie, ms, Guiraud, Tableau des dépenses avec l’indication de leur application aux ouv (...)
  • 25 Arch. dép. Aude, C 1256. Dans ce projet le maréchal reprend l’argumentation militaire pour prôner (...)

14Comme la proposition de Rousselot, ce projet ne verra pas le jour. Ces plans « tout eau », dans le droit fin de la réussite de Riquet, venaient trop tard. La guerre de la Ligue d’Augsbourg puis celle de Succession d’Espagne ralentissent les travaux en Roussillon. Fortement diminuées depuis 1689, les dépenses engagées pour les fortifications se réduisent encore sensiblement après 169524. L’installation des Bourbons sur le trône d’Espagne réduisait le risque du côté des Pyrénées et rendait la liaison avec le Languedoc moins nécessaire. L’éloignement de la menace contribuera à faire retourner le Roussillon à l’isolement dont on avait un moment pensé le tirer. Quant au projet du maréchal de Noailles, il était trop ambitieux pour avoir des chances d’être exécuté. Les Noailles continueront à s’intéresser aux canaux. Ne voit-on pas un Noailles proposer un projet de conciliation entre Narbonne et les propriétaires du canal lorsque la ville repense à sa jonction avec le canal des Deux-Mers ?25

Le projet du frère Bernardin Pons. L’échec définitif du canal du Roussillon

  • 26 Une partie des mémoires et des réponses aux observations qui lui ont été faites sont dans le fonds (...)

15L’idée de relier le Languedoc au Roussillon par un canal ne fut pas abandonnée. Un religieux, carme du couvent de la place Maubert à Paris, natif de Perpignan, la reprit à son compte et fit après 1730 de nouvelles propositions qui nécessitaient comme première condition le raccordement de la robine de Narbonne au canal des Deux-Mers. Ce nouveau projet, grâce auquel Narbonne reprend ses tentatives pour établir sa jonction, intervient dans un contexte sensiblement différent26.

  • 27 Arch. dép. Aude, C 1256.
  • 28 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, Paris, 1980, t. 2, p. 390.

16L’initiateur du projet était le frère Bernardin Pons. Selon ses dires, c’était un projet ancien. Il y aurait pensé depuis 1697. Il s’en était ouvert au chambellan du duc de Berry, le sieur Colombet, vicomte de Terry. Celui-ci avait présenté le mémoire rédigé par le frère carme au cardinal de Fleury dont les origines languedociennes laissaient à penser qu’il serait attentif à ce qu’on lui soumettrait. Le cardinal conseilla de porter le mémoire au contrôleur général, Monsieur Daugerviller. Il en prit connaissance cependant et après lecture inscrivit une note encourageante : « bon, monsieur de Colombet n’a qu’à nommer la compagnie ». Ce que ce dernier fit. À ses côtés se trouvaient des personnalités en vue : de Constard, de Beaupied, Le Fonin de Bauterne, secrétaires du roi du Grand Collège, Acard, ancien secrétaire du roi, de Boulogne avocat27. Les termes employés par le cardinal sont significatifs : ils marquent avec netteté ce qui distingue le projet Vauban-Rousselot de celui du frère Pons. Si ce dernier nécessitait l’aval du pouvoir et de l’assemblée provinciale, il serait l’œuvre d’une compagnie, c’est-à-dire d’une entreprise et de capitaux privés, d’une société du même type que celles qui seront mises sur pied pour creuser et assurer l’exploitation28.

  • 29 Le frère Pons pensait disposer de suffisamment d’eau pour étendre les superficies irriguées dans l (...)

17Ce qu’avait imaginé le frère Pons était différent du canal stratégique de Vauban. Certes, il incluait le segment de jonction entre l’Aude et le canal des Deux-Mers – et concluait un accord pour cela avec Narbonne –, reprenait le tracé des étangs entre La Nouvelle et Saint-Hippolyte. Mais le tracé changeait au-delà. Le canal irait presque en ligne droite jusqu’à la Têt, à la hauteur de Château-Roussillon. Deux branches le prolongeraient : l’une vers la côte, où serait établi à l’embouchure du fleuve un port capable de recevoir deux cents vaisseaux, l’autre vers Perpignan. De là, la voie d’eau continuerait jusqu’à Ille par le ruisseau du Boulès, puis, par la rivière de l’Agly, remonterait jusqu’à Quillan. Lagrasse, au centre des Corbières, serait jointe par la rivière de l’Orbieu29.

  • 30 Par exemple : « la communication de la Garonne par l’Orbieu est chimérique et sans utilité ».

18Bernardin Pons avait-il vraiment parcouru, comme il l’affirme, tous les lieux où il entendait utiliser les rivières et faire passer ses canaux et envoyé sur place « d’habiles ingénieurs » ? On aura beau jeu de montrer les difficultés d’exécution de ce projet conçu essentiellement par des ecclésiastiques : un frère cartographe avait travaillé d’après les avis du père Truchet. La liaison entre Ille et l’Agly, la remontée de l’Agly jusqu’à Quillan, la traversée des Corbières, étaient bien problématiques. L’intendant et tous ceux qui en Languedoc eurent à donner leur avis ne se privèrent pas d’y insister, parfois avec complaisance30.

  • 31 « Certaines années il arrive [...] qu’on est obligé de laisser une partie des vendanges dans les v (...)

19Le détail des critiques, faciles à faire, a peu d’importance. Beaucoup plus intéressantes sont les raisons invoquées par le religieux originaire de Perpignan pour justifier son entreprise et la croire rentable. Elles empruntaient beaucoup à celles qui avaient été avancées à la fin du siècle précédent et les répètent à plusieurs reprises mot pour mot, ce qui laisse à penser que les mémoires rédigés alors étaient connus et ont été utilisés. Le transport des munitions, le ravitaillement des troupes, l’approvisionnement en fourrage dont manquait le Roussillon, viennent en premier. Ce n’est qu’ensuite qu’il vante les mérites de la construction d’un port à Canet et la liaison éventuelle du Roussillon à l’Océan, et en dernier lieu qu’il se livre à l’inventaire des bénéfices qu’en retirerait la province : on pourrait exporter plus rapidement le poisson frais vers Toulouse, Perpignan serait reliée au Languedoc par une barque de poste qui transporterait en un temps record et à peu de frais voyageurs et marchandises, par Canet le Roussillon se procurerait les marchandises qui lui manqueraient... et de citer les toiles de Silésie, le chanvre, le fil, les métaux. Quant aux améliorations portées à l’Agly et à l’Orbieu, elles permettraient une descente rapide du bois de construction et des futailles fabriquées près des forêts dont on manquait cruellement31.

20Le plaidoyer, un peu court, n’est pas convainquant sur trop de points. Ses faiblesses sont trop évidentes pour que l’on s’y appesantisse. La frontière des Pyrénées avait perdu de son importance. Le trafic qui se faisait par terre entre le Languedoc et le Roussillon était bien modeste. Quant au coût de l’ensemble des travaux il paraît largement sous-estimé. Le frère carme les évalue en effet à 651 960 livres seulement.

21Cette nouvelle version du canal du Roussillon, un peu chimérique, mais qui pour la première fois imaginait de lier étroitement le Roussillon au Fenouillèdes, aux Corbières et au Languedoc, fut présentée au Conseil, puis vint en discussion devant la Commission du Commerce qui ne la rejetèrent pas. Les députés du Languedoc, présents à la Cour pour porter le cahier de doléances rédigé à l’issue de la session de l’assemblée provinciale, et qui devaient être consultés en premier pour donner leur avis sur cette extension du canal des Deux-Mers, en furent saisis au cours du mois de juillet 1733. Ils se gardèrent de donner un accord définitif – ils n’avaient pas de mandat pour cela – et demandèrent à ce que l’affaire fut renvoyée à l’assemblée des États.

  • 32 Délibération du conseil de Perpignan du 25 février 1733, placet présenté par les négociants, Réfut (...)

22Il est difficile de suivre dans le détail toutes les péripéties de l’affaire du canal du Roussillon. Elle prit d’importantes proportions. Le frère Bernardin Pons et sa compagnie avaient fait de gros efforts de promotion en Roussillon et avaient rallié à leur cause tous ceux qui comptaient dans la province. Les consuls de Perpignan, le corps des négociants, marchands droguistes et marchands de draps, la noblesse, le procureur général du Conseil souverain, le commandant en chef de la province, avaient pris des délibérations ou envoyé des placets au roi en faveur de l’exécution de l’arrêt du deux juillet 1686 qui prescrivait la construction du canal de jonction entre Narbonne et le canal de communication des mers32. La position de Narbonne qui pouvait compter sur son archevêque, président des États, favorable au raccordement, était essentielle. Dans un premier temps la ville fit alliance avec la compagnie.

  • 33 Député du Languedoc du commerce (il succède à un autre Gilly, Simon II député du commerce de 1713 (...)
  • 34 12 janvier 1736, le même à Montferrier : « il ne s’était pas pressé... de l’envoyer ».

23Mais les adversaires du projet se mobilisaient. Ce furent d’abord des manœuvres de retardement. Gilly de Nogaret33 écrivait ainsi de Paris au printemps 1734 à Joubert, syndic général de la province : « il (monsieur Rovillé) ne l’a pas envoyé aux États (le dossier) parce qu’il lui avait semblé qu’il ne manquait que leur consentement pour l’approuver ». Des pièces étaient encore à Paris au mois de janvier 173634 ! Entre temps, la position de la compagnie s’était affaiblie.

  • 35 Gilly de Nogaret l’affirme, 12 janvier 1736 : « exécution impraticable, dangereuse ».
  • 36 Arch. dép. Hérault, C 4451, lettre d’Orry, 18 novembre 1735. Le mémoire du frère Pons est transmis (...)
  • 37 J’ai déjà exposé cette « bataille du canal » ; j’y renvois, G. Larguier, op. cit., p. 1031 sq.

24Le contrôleur général Orry qui ne pouvait rester indifférent puisqu’il avait été intendant de Roussillon quelques années auparavant était-il sceptique sur le succès de l’entreprise, voire hostile35 ? En tout cas, il avait demandé à Bernage de s’informer et de communiquer officiellement la demande aux États de Languedoc pour qu’ils en délibèrent36. Mais c’étaient surtout les propriétaires du canal et les villes les plus favorisées par les trafics qui s’étaient mobilisés37. Agde, en particulier, faisait flèche de tout bois, dénonçait la menace d’une concurrence mortelle des vins du Roussillon qui acculerait le Languedoc à la ruine.

  • 38 Arch. dép. Hérault, C 4451, lettre de l’intendant, 25 février 1736.
  • 39 En marge : « remis par Bernardin Pons, le 28 janvier 1736. B. (Bernage ?), « remis le même jour à (...)

25Le frère carme et sa compagnie eurent-ils le sentiment que leur projet suscitait de vives réticences de toutes parts, que l’on prenait ombrage notamment de la menace que présentait le port de Canet pour Sète, Agde et La Nouvelle où la province avait dépensé beaucoup d’argent et même pour La Franqui, inclus dans le premier projet du canal du Roussillon ? L’attitude de Bernardin Pons pendant la session des États de Languedoc qui se tint à Narbonne en 1736 fut assez déconcertante. Il était à Narbonne à l’ouverture de l’assemblée des États. L’intendant Bernage qui le rencontra lui demanda s’il était venu avec tous ses mémoires pour défendre ses propositions. Le frère carme lui répondit que non, qu’ils étaient peut-être restés dans les bureaux du Conseil du Commerce et qu’il allait écrire à sa compagnie : puis bientôt qu’il renonçait à son projet de construire le canal de Perpignan et le port de Canet et s’attacherait uniquement à faire le canal de communication depuis la robine de Narbonne jusqu’au canal royal38. L’intendant, surpris, lui avait suggéré de mettre par écrit ses dernières propositions. Bernage l’avait revu quatre jours seulement avant la fin de la session des États. Le mémoire que lui remit le frère Pons, sommaire et peu précis, porte en effet uniquement sur le canal de jonction39. Deux jours plus tard les États délibéraient, après un bref rapport de Montferrier : transmis trop tard, avec des justifications insuffisantes, l’étude de la proposition de la compagnie serait renvoyée à la session suivante.

  • 40 Arch. dép. Aude, C 1256, lettres du 4 juillet, du 13 juillet 1737 (cette dernière de Bernardin Pon (...)

26Était-ce de la part de la compagnie un repli sans combattre, un retrait définitif du projet ? Pas tout à fait. Elle tentait encore d’intervenir en 1737 auprès de l’archevêque, toujours favorable à la jonction et qui déplorait la coalition d’intérêts formée contre elle. Mais sans conviction. L’échange de correspondance est un peu désabusé : la ville de Narbonne contrairement aux engagements pris avec Colombet, Boulongne et Le Fonin était sur le point d’écouter d’autres compagnies qui se mettaient sur les rangs40.

De la guerre à la paix, de l’eau à la route, ou les « rêveries prospectives » du maréchal de Mailly

27On n’entendra plus parler du canal du Languedoc en Roussillon qui n’a guère laissé de traces dans le paysage. Il est significatif cependant que lors des derniers débats, passionnés, sur l’intérêt qu’il y avait à faire le canal, aucune des parties n’ait mis en avant la défense du Roussillon, la facilité et le moindre coût de l’approvisionnement des armées. L’argumentation reste sur le terrain de l’économie et de l’aménagement portuaire. L’échec du frère Bernardin Pons laissait entière cependant la question de la liaison du Roussillon au Languedoc. Celle-ci sera reprise au milieu du siècle sur d’autres bases, et il n’est pas sans intérêt de noter le rôle que jouèrent les militaires, notamment le commandant en chef de la province, le maréchal de Mailly. La route se substitue à l’eau. Le langage n’est plus celui de la guerre, mais de la paix. La préoccupation principale est autant, sinon davantage, l’ouverture et le passage des Pyrénées que la liaison avec le Languedoc.

  • 41 1 C 1165, in N. Posthoumis, S. Caucanas, P. Rosset, Les routes en Roussillon, milieu xviie-milieu (...)

28Une conjonction de facteurs explique l’abandon de la voie d’eau et le choix de la route. L’hostilité des propriétaires du canal, la coalition des villes du Haut et du Bas-Languedoc, le peu d’enthousiasme du contrôleur général, sont déterminants sur le moment. Les raisons sont plus profondes. Lorsque le frère Bernardin Pons met en forme son projet, le canal de communication des mers s’affirme comme une réussite éclatante. Tous ceux qui en bénéficient l’exaltent. La création, puis le développement d’un véritable service des Ponts et Chaussées, les perfectionnements techniques de construction, l’amélioration des financements, redonnent l’avantage à la route. Les États de Languedoc, malgré la fierté tirée du canal, qu’ils considèrent un peu comme leur œuvre, soutiennent mollement la construction de nouveaux canaux. L’achèvement du canal des étangs, par exemple, est repoussé sans cesse. Par contre, l’effort routier, soutenu, couvre la province d’un réseau de routes dont la qualité fera l’admiration de Arthur Young à la veille de la Révolution. La province du Roussillon a un temps de retard. L’intendant avait la haute main sur les travaux dont l’exécution était confiée aux ingénieurs militaires. Il faut attendre la volonté de Machault d’Arnouville pour contribuer à « rapprocher peu à peu les usages et les formes d’administration (du Roussillon) de celles du surplus du royaume »41 et le début de l’année 1749 pour que se mette en place l’administration des Ponts et Chaussées et que soit prévu le financement des travaux.

  • 42 SHAT, archives du Génie, article 2, section 2, paragraphe 1, no 15, 13 octobre 1749.

29La détermination de Machault d’Arnouville qui doit vaincre la résistance de l’intendant s’explique par ce qui se passait de l’autre côté des Pyrénées. « D’ici peu la route depuis le limitrophe jusqu’à Barcelone serait bonne, bien entretenue » avançait l’ingénieur en chef de Robert en 1749, et encore : « si la Cour d’Espagne nous ouvre un si beau chemin, utile au commerce, je ne peux m’empêcher de croire que vous n’envoyez des ordres pour que sur notre terrain il en soit fait de même »42.

  • 43 Arch. dép. Aude, 22 C 9, 22 C 38/2.

30Il faisait observer par ailleurs que la route en direction du Languedoc manquait de ponts en plusieurs endroits, ce qui rendait la circulation difficile. La route vers le Languedoc et son amélioration ne s’envisagent qu’en fonction du passage des Pyrénées. On est loin du canal conçu comme étant au service des fortifications de Perpignan et de la ligne forte sur la frontière. On mesure le changement intervenu depuis la fin du siècle dernier aux notations d’ordre personnel que glisse l’ingénieur en chef dans sa lettre : son homologue de Gérone, une de ses vieilles connaissances car ils avaient fait ensemble les dernières guerres d’Italie, est venu lui rendre visite à Perpignan et lui a donné l’état d’achèvement de la route de Barcelone ! Notons également que la décennie 1750-1760 voit les diocèses civils de Limoux et d’Alet, proches du Roussillon, faire appel aux services permanents d’ingénieurs pour le réseau routier qui était de leur compétence43.

  • 44 SHAT, archives du Génie, article 5, section 2, paragraphe 1, no 16, 16 avril 1764.
  • 45 Arch. dép. Hérault, C 4031, pont de Rivesaltes, 1753, et d’Estagel.

31Mais c’est le commandant en chef de la province, le maréchal de Mailly qui, quelques années plus tard rend peut-être le mieux compte de l’état nouveau des relations entre les deux pays44, alors que la communication entre le Languedoc et le Roussillon était en voie d’amélioration sensible puisque les ponts de Rivesaltes et d’Estagel sur l’Agly étaient achevés ou en passe d’être construits45. La route qui grimpait jusqu’au Perthus restait difficile. En plusieurs endroits il fallait « porter les voitures sur les épaules des soldats du fort de Bellegarde ». Pour effacer ces obstacles il proposait de faire travailler ensemble trois cents Français et trois cents Espagnols de part et d’autres « sans délimitation du terrain, sans marquer les limites des deux royaumes et même sans se mêler de cette discussion ». Des soldats descendant de leur fort pour faciliter la circulation, la coopération qui remplacerait la confrontation, la frontière que l’on oublierait... Le flamboyant commandant en chef de la province allait peut-être un peu vite en besogne. On sait combien il aimait entreprendre. Il ne persistera pas aussi complètement dans cet état d’esprit. Il se défiera en effet des liaisons qui pouvaient faciliter une invasion, vers le Perthus comme au-delà de Villefranche vers la Cerdagne. Mailly n’aura de cesse de contrecarrer les projets de l’ingénieur Lescure favorable à une voie de contournement de Perpignan et à une route plus directe vers l’Espagne.

32Les suggestions qu’il émet et le ton de sa lettre n’en révèlent pas moins un moment privilégié d’ouverture des esprits.

33Les voies de communication, le moment, la manière dont elles sont conçues, la fonction principale à laquelle on les destine, les artères d’où elles partent et les points où elles aboutissent sont autant d’indications sur la position du Roussillon et sur la vision que l’on en a eue : tour à tour mis en réserve, transformé en glacis solidement relié à l’arrière, perçu comme un concurrent potentiel, rétabli comme voie de passage entre deux royaumes autrefois antagonistes.

34Les projets de canaux du Languedoc en Roussillon et leur échec, malgré un début de réalisation, marquent une étape des relations entre la province et le royaume de France ainsi qu’entre la France et l’Espagne.

Notes

1 Service historique de l’Armée de Terre, archives du génie, article 5, paragraphe 10, carton 1, no 20, 50 folios non paginés, 5 mai 1686. La carte correspondant au mémoire est « sur tablette no 49 ». A. Blanchard, Vauban, Paris, 1996, p. 265 sq.

2 F. Braudel et E. Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, Paris, 1970, t. 2, p. 165.

3 A. Blanchard, op. cit., p. 268.

4 Sur tout ceci : L. Bely, Les relations internationales en Europe (xviie-xviiie siècles), Paris, 1992 ; J. Sagnes (dir.), Le pays catalan (Capcir, Cerdagne, Conflent, Roussillon, Vallespir et Fenouillèdes), 2 vol. , Pau, 1983-1985 ; A. Ayats, La défense des Pyrénées catalanes françaises (1659-1681). Frontières politiques et frontières militaires, thèse d’histoire, Montpellier 3, 1990.

5 Campagne qui se prolongera jusqu’en 1692. A. Blanchard, op. cit. ; A. De Roux, Perpignan, de la place forte à la ville ouverte, xe-xxe siècles, Perpignan, 1996, p. 142 sq. ; A. Ayats, op. cit. ; G. Hachon, Vauban et le Roussillon, Association des Amis de la maison Vauban, 1991, p. 19 sq.

6 Il rédige le 20 janvier un mémoire portant sur les compétences qu’il souhaiterait voir apporter aux fortifications de la ville. Ce plan a disparu, cf. Ph. Toreilles, « L’œuvre de Vauban en Roussillon », Bulletin SASL, t. 42, 1901, p. 181-288 ; A. De Roux, op. cit., p. 153-154. Ce voyage n’est pas indiqué par Anne Blanchard, p. 247 (carte) et p. 598 (repères chronologiques) ; « Vauban et le Roussillon », p. 25.

7 Estat des dépenses... du plan relief... de Perpignan..., 2 juillet 1686, 1 C 143 ; A. De Roux, op. cit., p. 124.

8 SHAT, Archives du Génie, article 5, section 5, carton 1, paragraphe 20.

9 Archives Vauban (Rosambo, 260 AP 63, dossier 3), pièce 5 : estimation du canal projeté entre Perpignan et Narbonne, Perpignan le 12 novembre 1686 ; pièce 6 : second état du précédent, Perpignan le 3 décembre 1686 ; pièce 7 : mesurage du terrain entre Saint-Hippolyte et La Nouvelle, 15 mai 1686. Ces références m’ont été communiquées par monsieur Antoine de Roux.

10 Commandée certainement par Vauban lui-même : « sondages du cap de La Franqui en 1686 par Vauban », Arch. dép. Hérault, C 4449.

11 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais, 1300-1789, Perpignan, 1996 (2e éd. 1999), p. 788-801.

12 Arch. dép. Hérault, C 4441, 7 décembre 1687.

13 Niquet est directeur des travaux publics de la province de Languedoc : A. Blanchard, Dictionnaire des ingénieurs militaires, 1691-1791, Montpellier, 1981, p. 561-562. Le devis de la partie roussillonnaise du canal sera prêt le 10 décembre, cf. Ph. Toreilles, art. cit., p. 256.

14 Arch. dép. Hérault, C 4441, 16 octobre 1668. État des recettes et des dépenses. Estimation de la partie à faire sur les terres du Languedoc : 101 367 livres 16 sols 1 denier.

15 Ibid., 18 avril 1691, compte que rend l’intendant de Basville : 12 000 livres employées pour acheter les baraques, les bateaux, les machines, 51 900 livres 17 sols 1 denier pour les ouvrages faits ; SHAT, archives du Génie, article 5, section 5, carton 1, Mémoire de Trobat, intendant du Roussillon, de novembre 1691, sur l’État des Places du Roussillon [...] et sur le canal de Saint-Hippolyte entre Perpignan et Narbonne.

16 Ibid., la suggestion de ce canal est faite dans une lettre, non signée et non datée. L’auteur se présente comme le major de Collioure. Il s’agit donc bien de Christophe Rousselot. Ce projet est de 1691 ou 1692. Rousselot avance qu’en douze ans, si le canal avait existé, l’économie pour faire les fortifications aurait été de 600 000 livres, plus de deux fois ce qu’il coûterait. On sait que les travaux de la citadelle de Perpignan ont commencé en 1676 et que Rousselot, directeur des fortifications depuis 1681, fut un auxiliaire très apprécié de Vauban. Dans sa note, Rousselot se révèle un bon connaisseur du canal de la robine entre Narbonne et de son débouché dans l’étang de La Nouvelle, suggère la construction d’écluses qui ne seront réalisées qu’au début du xixe siècle. Sur Rousselot : A. De Roux, op. cit., p. 152 ; A. Blanchard, Dictionnaire..., p. 660.

17 G. Larguier, op. cit., p. 1031 sq.

18 Arch. dép. Hérault, C 4441, Seignelay à Basville, 7 décembre 1687 : « s’en servir (du canal du Roussillon) principalement en temps de guerre pour la subsistance des armées ».

19 A. Blanchard, op. cit., p. 147.

20 4 deniers par quintal au lieu de 3 sols 4 deniers.

21 F. Braudel et E. Labrousse, op. cit., carte p. 172. Au xviiie siècle, les projets, inaboutis pour la plupart, concernent au contraire la partie médiane du royaume.

22 SAHT, archives du Génie, article 5, section 5, carton 1, paragraphe 16 : Mémoire concernant les travaux que M. le maréchal de Noailles propose de faire... depuis le port de Cette jusqu’au Rosne et depuis Arles jusqu’à Port de Bouc.

23 Canal de Sète au Rhône : 1 072 000 livres, assèchement des marais : 787 750 livres, canal d’Arles à Port-de-Bouc : 1 555 104 livres.

24 SHAT, Bibl. Génie, ms, Guiraud, Tableau des dépenses avec l’indication de leur application aux ouvrages des places ; A. De Roux, op. cit., tableau 3.1, p. 478.

25 Arch. dép. Aude, C 1256. Dans ce projet le maréchal reprend l’argumentation militaire pour prôner la nécessité de joindre Narbonne au canal : éviter le risque de mer aux convois de munitions, ravitailler les troupes.

26 Une partie des mémoires et des réponses aux observations qui lui ont été faites sont dans le fonds des États de Languedoc, en cours de classement. Les plans ne nous sont pas parvenus, malheureusement. Sauf indication contraire, tout ce qui suit est tiré du fonds des États. Madame Saint-Marie a recherché pour moi, et retrouvé, les liasses concernant le canal du Roussillon.

27 Arch. dép. Aude, C 1256.

28 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, Paris, 1980, t. 2, p. 390.

29 Le frère Pons pensait disposer de suffisamment d’eau pour étendre les superficies irriguées dans la plaine et contribuer à améliorer la santé de Perpignan en chassant les eaux pestilentielles qui croupissaient dans les fossés de la ville.

30 Par exemple : « la communication de la Garonne par l’Orbieu est chimérique et sans utilité ».

31 « Certaines années il arrive [...] qu’on est obligé de laisser une partie des vendanges dans les vignes et de jeter même du vin dans les rues faute de tonneaux ».

32 Délibération du conseil de Perpignan du 25 février 1733, placet présenté par les négociants, Réfutation du frère Bernardin Pons contre les raisons déduites par Monsieur l’intendant dans son avis. La noblesse (le frère carme parle plus particulièrement du marquis de Blanes) est intéressée par l’extension de l’irrigation que faisaient miroiter les concepteurs du canal.

33 Député du Languedoc du commerce (il succède à un autre Gilly, Simon II député du commerce de 1713 à 1732), directeur de la Compagnie des Indes, R. Chamboredon, Fils de soie sur le théâtre des prodiges du commerce. La maison Gilly-Fornier à Cadix au xviiie siècle (1748-4786), thèse d’histoire, université Toulouse-le-Mirail, 1995, 3 vol. , p. 660, généalogie de Gilly.

34 12 janvier 1736, le même à Montferrier : « il ne s’était pas pressé... de l’envoyer ».

35 Gilly de Nogaret l’affirme, 12 janvier 1736 : « exécution impraticable, dangereuse ».

36 Arch. dép. Hérault, C 4451, lettre d’Orry, 18 novembre 1735. Le mémoire du frère Pons est transmis par l’intendant au syndic général de la province le 27 novembre 1735.

37 J’ai déjà exposé cette « bataille du canal » ; j’y renvois, G. Larguier, op. cit., p. 1031 sq.

38 Arch. dép. Hérault, C 4451, lettre de l’intendant, 25 février 1736.

39 En marge : « remis par Bernardin Pons, le 28 janvier 1736. B. (Bernage ?), « remis le même jour à M. de Montferrier syndic général de la province qui en rendra compte à Monseigneur l’archevêque ».

40 Arch. dép. Aude, C 1256, lettres du 4 juillet, du 13 juillet 1737 (cette dernière de Bernardin Pons). Pour les propositions faites par d’autres compagnies, cf. G. Larguier, op. cit. Effectivement, Narbonne se retire. On lit dans la réponse que fait la ville au mémoire d’Agde : elle « n’a point d’intérêt à la construction du canal de communication avec le Roussillon puisqu’elle a déjà la communication libre avec cette province par le grau de La Nouvelle (Arch. dép. Hérault, C 4449).

41 1 C 1165, in N. Posthoumis, S. Caucanas, P. Rosset, Les routes en Roussillon, milieu xviie-milieu xixe siècle, Perpignan, 1986, p. 23.

42 SHAT, archives du Génie, article 2, section 2, paragraphe 1, no 15, 13 octobre 1749.

43 Arch. dép. Aude, 22 C 9, 22 C 38/2.

44 SHAT, archives du Génie, article 5, section 2, paragraphe 1, no 16, 16 avril 1764.

45 Arch. dép. Hérault, C 4031, pont de Rivesaltes, 1753, et d’Estagel.

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable