Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et ses marges scolaires

 | 
David Giband
, 
Guillaume Lacquement

« Discrimination positive et éducation » : mise en place et effets des actions publiques sur les quartiers en difficulté de Perpignan

Nadine Bouzarou

Texte intégral

  • 1 Troisième plan de relance présenté par Gilles de Robien, Ministre de l’Éducation Nationale le 13 d (...)
  • 2 Les établissements seront alors classés en trois catégories. Les établissements situés dans les zo (...)
  • 3 Les Zones urbaines sensibles (ZUS) sont des territoires infra-urbains, cibles prioritaires de la p (...)

1La « discrimination positive » est un mot d’actualité, même si la connotation ethnique que l’on y associe souvent lui donne une image négative, elle est initialement définie comme le principe de « donner plus pour une meilleure égalité des chances ». En France, il s’agit d’une discrimination territoriale et non à la personne, comme c’est le cas aux États-Unis. Plusieurs dispositifs qui entrent dans le champ de la « discrimination positive » existent actuellement en France. Dans l’Éducation Nationale, il s’agit de l’Éducation prioritaire (ZEP : zones d’éducation prioritaire, et REP : réseaux d’éducation prioritaire). Lancée en 1981, elle a été relancée en 1999 et plus récemment en 20061. Cette dernière relance des ZEP constitue cependant un tournant dans l’approche de la « discrimination positive », puisque le nouveau classement des établissements en Éducation prioritaire2, sera non plus en fonction de la population de la zone de recrutement des établissements mais des caractéristiques des élèves qui y sont effectivement scolarisés. Dans le domaine de la Politique de la Ville, il existe deux types de zonages qui entrent dans le champ de la « discrimination positive ». Tout d’abord, les zonages d’intervention qui sont apparus dès 1997 (Zones Urbaines Sensibles, Zones de Redynamisation Urbaine et Zones Franches Urbaines)3 et qui offrent des avantages fiscaux et sociaux aux populations et entreprises installées dans ces zones. En parallèle, existent également les zonages contractuels (Contrat de Ville lancé en 1997, Grand Projet de Ville en 2003).

Les Quartiers en difficulté de Perpignan

2Nous retrouvons ces différents zonages de « Discrimination positive » sur le territoire perpignanais (figure.1). Tout d’abord, il existe quatre établissements en Éducation prioritaire à Perpignan : les collèges J.-S. Pons et M. Pagnol recrutant dans les quartiers du Vernet, le collège Jean Moulin dans les quartiers St-Jacques et St-Mathieu, et pour finir le collège Mme de Sévigné dans les quartiers St-Martin et Mailloles.

3Ainsi, ce sont dans ces mêmes quartiers que l’on retrouve les zonages d’intervention de la politique de la Ville. Les deux Zones de Renouvellement Urbain se situent dans les quartiers du Vernet et dans le quartier du Centre (St-Jacques et St-Mathieu), la Zone Franche Urbaine se situe au Vernet, et la Zone Urbaine Sensible concerne les quartiers St-Jacques et St-Mathieu. En ce qui concerne les zonages contractuels, ils touchent sensiblement les mêmes quartiers. En effet, le Contrat de Ville offre depuis plusieurs années des subventions de fonctionnement aux collèges en difficulté de la ville (les quatre collèges en ZEP ainsi que le collège Albert Camus). Quant au Grand Projet de Ville, dans le cadre du Plan National de Renouvellement Urbain (P.N.R.U.), son action vise à revitaliser les zones les plus délabrées de la ville et cela concerne évidemment en premier lieu les quartiers en difficulté que l’on vient de citer (travaux de rénovation du centre ancien : St-Jacques, St-Mathieu, la Réal, mais aussi les démolitions et reconstructions des cités Vernet-Salanque, Clodion-Torcatis-Roudayre et Peyrestortes dans les quartiers du Vernet, renforcement des équipements publics autour de la cité Baléares-Roi de Majorque dans le quartier St-Martin).

  • 4 PALLEZ D., « Perpignan : une ville où la précarité est forte », Repères pour l’Économie du Langued (...)
  • 5 La précarité est définie à partir de trois types d’indicateurs socioéconomiques. Le premier type d (...)

4Ces diverses actions publiques ont été évidemment développées à Perpignan puisqu’il existe dans cette ville des territoires en grande voire très grande difficulté (voir figure 1). Une étude de l’INSEE4 a classé les quartiers de Perpignan en fonction des difficultés qu’ils connaissaient d’après les données fournies par le recensement de 1999. Un fossé se creuse entre les quartiers les plus aisés et ceux connaissant le plus de diffi-cultés. Alors que les quartiers des extrêmes sud et est de la ville (quartier de l’Université, Route de Canet, Porte d’Espagne et Orles-Catalunya) sont les quartiers les plus aisés de la ville, les quartiers connaissant les plus grandes difficultés5 sont ceux du nord et du centre de la ville. Au nord, nous retrouvons le quartier sud du Haut-Vernet et une partie du Bas-Vernet ouest, alors qu’au centre ce sont les quartiers St-Jacques, la Réal et Saint-Mathieu qui sont les plus paupérisés. Un second groupe de quartiers, un peu moins précaires mais connaissant également des difficultés, est composé du reste du quartier du Vernet, de quartiers centraux comme St-Jean, St-Assiscle, ainsi que quelques quartiers de la moitié sud de la ville : Mailloles, St-Martin et le Champs de Mars.

5Cependant, il est important de souligner, comme l’a fait l’INSEE dans cette même étude, que la situation des quartiers du centre de la ville et ceux du Vernet ont des caractéristiques totalement différentes, que ce soit d’un point de vue urbanistique que du point de vue de la population qui l’occupe. D’un côté, les quartiers du centre se caractérisent par un habitat ancien et délabré, une population relativement âgée, beaucoup de personnes isolées voire marginales, un nombre important de logements vacants, un fort taux d’allocataires et un population gitane importante et sédentarisée depuis plusieurs générations. De l’autre côté, les quartiers du Vernet ont une population caractérisée par un habitat HLM relativement récent, une population jeune, un nombre important de familles par ménage, un fort taux de chômage, et une population maghrébine surreprésentée par rapport aux autres quartiers de la ville. Du fait de cette pluralité de situations, ressort une certaine diversité au niveau des établissements en Éducation prioritaire.

Figure 1 : La « Discrimination positive » et quartiers en difficulté à Perpignan

Figure 1 : La « Discrimination positive » et quartiers en difficulté à Perpignan

Les établissements en Éducation prioritaire

6Le premier collège classé en zone d’éducation prioritaire (ZEP) de Perpignan a été le collège J.-S. Pons, au début des années 1980. Avec la création des réseaux d’éducation prioritaire (REP) en 1999, la majorité des écoles de son secteur font partie de la REP Vernet-Pons. Avec la dernière relance, le collège J.-S. Pons sera le seul collège de Perpignan à faire partie de la nouvelle appellation « Ambition Réussite ». Les écoles faisant partie de la REP uniquement bénéficieront de ce dispositif. Une des particularités de la sélection des établissements classés « Ambition réussite » réside dans le fait qu’on ne tient plus compte de la population d’élèves du secteur de recrutement d’un établissement mais de la population effective de cet établissement. Ce changement n’est pas sans conséquence quand on sait à quel point l’évitement est important, et notamment en ce qui concerne les établissements en Éducation prioritaire. A Perpignan, c’est vraisemblablement ce qui a fait pencher la balance du côté du collège J.-S. Pons plutôt que celui de M. Pagnol dans le choix du collège « Ambition Réussite » de la ville, car ce sont des établissements aux caractéristiques proches, en ce qui concerne leurs populations et leurs résultats. En effet, l’école Léon Blum de Perpignan (école recrutant exclusivement parmi la population gitane résidant dans les cités du Nouveau Logis au Haut-Vernet) se situe « académiquement » dans le secteur du collège Pagnol, mais tous ses élèves sont de coutume scolarisés ensuite dans le collège Pons.

7Le collège M. Pagnol est également situé dans les quartiers du Vernet. Il est aujourd’hui le plus gros collège en Éducation prioritaire de Perpignan et l’un des établissements en ZEP avec les plus gros effectifs de la région. Il fait partie du REP Vernet-Pagnol.

  • 6 En 2000, sur 70 CM2 des écoles de Pia, 21 partaient ensuite vers un collège privé et 14 ont demand (...)
  • 7 La Têt est le fleuve passant au nord de la ville de Perpignan.

8Pour ces deux collèges du Vernet, le peu de mixité existant sur leurs zones de recrutement sera remise en cause avec l’ouverture du collège Pia-Bompas à la rentrée 2007. Même si l’évitement de ces collèges par les élèves des communes de Pia et surtout Bompas est important depuis plusieurs années6, le peu d’élèves venant de ces communes constituaient à la fois un minimum de mixité mais aussi une ouverture de l’établissement sur l’extérieur. Ces collèges ne recruteront plus que sur les quartiers du Vernet. De plus, la Têt7 sépare les quartiers du Vernet du reste de la ville. Ceci constitue une barrière géographique mais également psychologique qui rend impossible une modification de la sectorisation vers le reste de la ville.

  • 8 Seul le collège est classé « sensible ».

9Le collège Jean Moulin a une zone de recrutement correspondant aux quartiers du centre ancien de Perpignan (St-Mathieu, St-Jacques, St-Jean et la Réal). Faisant partie du REP St-Jacques, c’est un collège classé « sensible »8 depuis 1993 du fait de la précarité dans le quartier, la forte proportion de population gitane et de l’importance des actes de violence qui y ont eu lieu. Les évènements qui ont eu lieu les 22 et 29 mai 2005 dans ce quartier ont amplifié l’image négative du quartier.

10Le dernier collège à avoir été classé en Éducation prioritaire est celui de Mme de Sévigné. Cela fut fait en 1999, en même temps que la création du REP St-Martin. Cette classification tardive est due à une délocalisation de l’établissement vers le quartier St-Martin où il a connu une chute de son niveau social et scolaire. Jusqu’alors, c’était un établissement doté d’une excellente réputation.

11La carte de l’Éducation prioritaire à Perpignan est d’autant plus complexe que chaque collège a dans son secteur des écoles faisant partie de son REP (réseau d’éducation prioritaire) mais n’étant pas classées en ZEP (exemple des écoles de Pia et Bompas). Il existe également des écoles localisées sur le secteur de recrutement de collèges ZEP, mais qui ne font pourtant pas partie des établissements classés ZEP, ni du réseau d’éducation prioritaire (REP). D’autant que pour ces dernières, leur situation varie. Certaines sont en difficulté comme le groupe scolaire Pasteur-Lamartine (sur le secteur M. Pagnol), d’autres observent une mixité sociale dont l’école catalane Arrels est un bon exemple (il y a peu de dérogations pour aller ensuite au collège J. Moulin qui continue la filière catalan bilingue), et encore d’autres ont un recrutement plutôt favorisé telle l’école L. Massé sur le secteur du collège Mme de Sévigné (il y a une fuite très importante des élèves de cette école par rapport au collège du secteur : sur 40 élèves de CM2 en mars 2005, seuls 4 ont l’intention d’y aller en 2006). Malgré cela, la carte de l’Éducation prioritaire semble plus que jamais figée. Aucun collège ni aucune école n’est entrée ni sortie de ce dispositif depuis 1999. Il n’y a d’ailleurs eu aucune sortie du dispositif depuis la création des ZEP.

  • 9 Il a été cependant question que le collège A. Camus soit classé en ZEP mais l’équipe enseignante s (...)

12Quant aux entrées dans le dispositif, elles sont très difficiles. A Perpignan, l’exemple des écoles maternelle et primaire Roudayre, dans le secteurs du collège J.-S. Pons, en sont un exemple flagrant puisque cela fait plusieurs années que l’équipe enseignante cherche à faire partie des nombreux établissements en Éducation prioritaire de la ville mais reçoit systématiquement une réponse négative. Les motifs invoqués sont soit des résultats aux évaluations CE2 ou 6ème trop élevées ou une population insuffisamment précaire. Une autre particularité du système qui pose problème : une école ayant des caractéristiques similaires aux écoles classées ZEP ne peut pas bénéficier de ce dispositif si le collège dont elle dépend n’est pas lui-même en ZEP. A Perpignan, l’école P. de Coubertin recrute principalement dans le quartier du Champ de Mars dont la cité du même nom est connue pour sa concentration de populations en difficulté. Cependant, le collège Albert Camus, dont dépend cette école n’a pas aujourd’hui les caractéristiques d’un établissement en Éducation prioritaire9.

Figure 2 : Les établissements scolaires de la ville de Perpignan en 2005

Figure 2 : Les établissements scolaires de la ville de Perpignan en 2005
  • 10 Cela serait certainement différent si les professeurs en collèges avaient également été interrogés (...)

13Après avoir interrogé les quatre principaux collèges en Éducation prioritaire et une grande partie des directeurs d’écoles de leurs secteurs (qu’ils soient en ZEP ou seulement en REP ou ni l’un ni l’autre), il apparaît que les directeurs d’écoles primaires et maternelles, ressentent bien plus les inconvénients et bien moins les avantages d’être en ZEP que les principaux de collèges10. Pour les directeurs d’écoles, les avantages sont exclusivement financiers avec la prime ZEP pour les enseignants et une réduction du nombre d’élèves par classe. Quant aux inconvénients, il s’agit des problèmes liés à la concentration des difficultés sociales, économiques et scolaires, le manque de stabilité des enseignants, la mauvaise image des établissements en ZEP et la fuite parfois très importante des élèves. Le peu de moyens financiers ne semble pas suffire à faire face à tous ces désagréments. Par contre, le terme de « Discrimination positive » est alors souvent rejeté par la direction des établissements en ZEP de Perpignan non seulement pour les connotations négatives que l’on y associe, mais aussi parce qu’elle ne compense pas assez par ses avantages les lourds inconvénients qu’elle induit. La fuite des élèves en est un inconvénient majeur.

L’importance des dérogations

14La ville de Perpignan a depuis plusieurs décennies une offre scolaire composée de quatre collèges privés, quatre collèges publics en ZEP et quatre collèges publics hors ZEP (voir figure 2). Le mouvement d’effectifs entre ces différents types de collèges est fréquent, en particulier des établissements en Éducation prioritaire vers d’autres établissements publics, mais surtout vers l’enseignement privé. Pour autant, ces mouvements ne concernent que les établissements de Perpignan intra muros, la fuite des élèves hors de la ville est statistiquement insignifiante. Cela est en grande partie dû à la surcharge des établissements de la périphérie de la ville.

15Ainsi, les établissement les plus massivement évités sont les collèges en Éducation prioritaire, notamment les plus spécialisés ethniquement (jusqu’à 100 % d’élèves gitans pour les écoles L. Blum et Boucher, 75 % d’élèves marocains pour l’école Marie Curie, 17 nationalités différentes au collège J.-S. Pons, etc.) et économiquement (94 % de familles défavorisées pour l’école maternelle Duruy et 98 % pour l’école Pont-Neuf, 74 % pour le collège Mme de Sévigné par exemple).

  • 11 Il s’agit d’une commission partenariale avec la ville qui existe depuis 1993 et qui regroupe par s (...)

16A l’opposé se trouvent le collège public J. Macé et les écoles J. Ferry, qui se situent sur son secteur de recrutement, et qui bénéficient d’une excellente réputation depuis plusieurs décennies. Cette image est due à une zone de recrutement particulièrement favorisée (concentration de commerces et cabinet médicaux). Aujourd’hui, le secteur comporte de plus en plus de populations défavorisées. Cela a été compensé par la possibilité de déroger pour ces établissements qui proposent le russe comme première langue enseignée. Beaucoup de familles cherchent à y inscrire leurs enfants par ce biais, quitte à changer d’option dès le début d’année. Cependant, les dérogations ne visent pas uniquement ces trois établissements, mais ce sont bien ceux-ci qui « sortent du lot ». Pour les autres établissements, les parents choisissent en général un établissement en fonction du motif de dérogation qu’ils réussiront à mettre en valeur (options de langue, proximité du lieu de travail d’un parent, commune de résidence des grands-parents, etc.). La mairie de Perpignan a décidé de trancher sur les demandes de dérogations des familles lors d’une commis-sion11 dont les critères d’acceptation sont : le rapprochement des fratries, l’adresse professionnelle des parents et l’adresse de la personne qui garde l’enfant. Il est à noter l’originalité de la démarche de la direction à l’enfance de la ville qui, consciente des problèmes, tente de gérer la carte scolaire selon un état d’esprit éducatif et non scolaire.

17En ce qui concerne les collèges, les dérogations se font selon l’accord du principal du collège de départ et celui du collège d’accueil. Les principaux des collèges préférant ne pas forcer un élève à rester dans son établissement (et particulièrement ceux en ZEP), le refus vient exclusivement des collèges d’accueil. Le collège était jusqu’alors bien plus touché par les dérogations que les écoles maternelles et élémentaires, mais cela a changé depuis cinq ans. En effet, le collège de scolarisation d’un enfant n’est plus fonction du lieu de résidence des parents mais de l’école où était scolarisé l’enfant en CM2. Cela amplifie le comportement consumériste de certains parents qui choisissent alors l’école maternelle qui amènera à la bonne école, puis au bon collège, et même au bon lycée.

  • 12 Alors que les écoles maternelles et élémentaires ouvrent et ferment selon l’évolution démographiqu (...)
  • 13 Cf. GIBAND D., HOLZ J.-M., “Constructions scolaires et reconstruction du territoire dans un départ (...)

18De plus, l’évolution démographique du Roussillon observée lors des derniers recensements a joué en la défaveur de la ville de Perpignan et a ainsi permis cette grande mobilité entre les établissements, notamment au niveau du collège12. Alors que l’ensemble de la plaine du Roussillon connaît une hausse démographique importante et diffuse13 (une croissance privilégiant les petites communes de 1000 à 2000 habitants de la plaine dont le taux moyen est de + 1,5 % de 1990 à 1999), seule la ville de Perpignan voit le nombre de ses habitants diminuer (- 0,09 % sur la même période). Tous les collèges publics de Perpignan, qu’ils soient en ZEP ou non, sont en large sous-effectif, ce qui favorise les mouvements d’élèves entre collèges (figure 3). Par contre, les collèges privés de la ville sont tous saturés.

19Cette chute généralisée des effectifs prédispose les chefs d’établissements à être moins regardants au niveau des dérogations. A l’opposé, plusieurs collèges de la plaine du Roussillon ont connu des surcharges telles qu’il a été nécessaire de créer plusieurs collèges : les collèges publics de St-Cyprien en 2001, de Toulouges en 2004, St-André en janvier 2006 et Pia prévu pour septembre 2006 ; un collège privé a également ouvert ses portes en 2002 à St-Cyprien.

Une fuite vers les établissements privés de plus en plus importante

20A Perpignan, même si les dérogations touchent de plus en plus le premier degré, le collège reste cependant l’établissement le plus évité, surtout s’il est en Éducation prioritaire (voir figure 4). Ce phénomène est quantifiable au travers de l’évolution de la part d’élèves entre les types d’établissements (ZEP, hors ZEP et privé) par niveau scolaire (de la maternelle à l’école élémentaire et de l’école élémentaire au collège). Pour l’ensemble de la ville de Perpignan, la part d’élèves selon le type d’établissement en 2002 détermine que, à l’école maternelle, les établis-sements publics en ZEP ont le plus d’élèves, et plus on monte dans la scolarité, plus leur part diminue au large profit des établissements privés.

Figure 3 : Effectifs et capacité des collèges publics de Perpignan en 2005

Figure 3 : Effectifs et capacité des collèges publics de Perpignan en 2005

Source : Inspection académique des Pyrénées-Orientales (2006)

  • 14 Cf. HENRIOT-VAN ZANTEN A., « Les classes moyennes et la mixité scolaire. Collèges et parents dans (...)
  • 15 Aussi, les élèves étrangers en questions sont plus souvent européens ou américains qu’africains ou (...)

21A Perpignan, ce phénomène est favorisé par le fait que les établissements privés se situent à proximité des établissements en Éducation prioritaire. L’Institut Saint-Louis de Gonzague a ses locaux dans le quartier du Vernet, à proximité des collèges M. Pagnol et J.-S. Pons et des écoles de leurs secteurs. Les établissements privés Saint-Jean et Jeanne d’Arc se situent dans les quartiers du centre ancien, faisant ainsi concurrence aux écoles du secteur J. Moulin. Quant au collège Mme de Sévigné, il est non loin du collège privé Mme de Maintenon. La direction diocésaine de l’enseignement catholique, qui gère les établissements privés de Perpignan, face à l’explosion des demandes d’inscription, a opté pour un recrutement de proximité. Par exemple, les établissements du centre de Perpignan, privilégient les dossiers des élèves habitant dans le centre-ville à ceux, trop nombreux, venant de la périphérie de la ville. Mais cela n’explique pas tout, l’apparente stabilité des effectifs des établissements publics hors ZEP (voir figure 4) est plus due à une compensation entre la fuite des meilleurs élèves vers le privé et l’arrivée d’élèves dérogeant d’un établissement en ZEP que d’une réelle stabilité des effectifs. De plus, la fuite vers le privé est un phénomène qui se généralise et ne concerne plus aujourd’hui uniquement les familles les plus aisées14. De ce fait, les établissements privés bénéficient d’un choix dans leur recrutement plus ample. Les collèges privés de Perpignan obtiennent alors des résultats au Diplôme National du Brevet particulièrement élevés (entre 99 et 100 %). Leur public est à la fois plus favorisé que pour les établissements publics et le nombre d’élèves d’origine étrangère est minime (maximum de 2,2 %)15. Ces caractéristiques les rendent donc encore plus attractifs, et le fait qu’ils soient saturés (près de 30 élèves par classe en moyenne) non seulement ne constitue pas un point négatif aux yeux des parents mais permet aussi une plus grande sélectivité du recrutement. Ainsi, depuis plusieurs années, les établissements privés, et notamment les collèges connaissent une forte hausse d’effectifs. Ils recrutent aujourd’hui près de 35 % des collégiens alors que ne serait-ce qu’en 1999, ce taux n’était que de 30,5 %.

  • 16 Pour que les chiffres aient un sens, la distinction entre les écoles se fait en fonction du collèg (...)

Figure 4 : Type d'établissement par niveau scolaire à Perpignan en 200216

Figure 4 : Type d'établissement par niveau scolaire à Perpignan en 200216

Source : Mairie de Perpignan (2003)

Le manque de mixité selon le type d’établissement

22On observe alors aujourd’hui un déséquilibre grandissant entre les différents types d’établissements (voir figure 5). Ne pouvant pas l’observer au niveau des écoles maternelles et élémentaires du fait de la grève administrative des directeurs d’école depuis 2000, nous nous contenterons d’une comparaison au niveau des collèges.

  • 17 Cf. HENRIOT-VAN ZANTEN A., « Les classes moyennes et la mixité scolaire. Collèges et parents dans (...)

23La différente de répartition des PCS (professions et catégories sociales) est flagrante entre les différents types de collèges à Perpignan. Les collèges en ZEP se caractérisent par une faible voire très faible part de PCS1 (favorisées), et des PCS 3 (défavorisées) largement majoritaires. A l’opposé, les collèges privés ont une part très faible de PCS3 contre plus de 80 % de PCS 2 (moyennes) et PCS 1. Ce sont les établissements publics hors ZEP qui ont la répartition entre les PCS la plus homogène avec quand même une prédominance des PCS 3 sur les autres (surtout pour le collège A. Camus). Ces inégalités entre les différents types d’établissements de Perpignan reflètent, il est vrai, les inégalités territoriales dans la ville de Perpignan, mais il faut également tenir compte des évitements qui concernent de plus en plus les classes moyennes17, ce qui explique leur part importante dans les établissements privés et leur part faible dans les établissements en ZEP. Une autre particularité des ZEP est également à relever : alors que les établissements publics hors ZEP et privés sont très ressemblants dans leur catégorie, les établissements en ZEP ont des répartitions de PCS 1 et PCS 3 plutôt inégale (allant de 27 % de PCS 1 et 45 % de PCS 3 pour le collège J. Moulin à près de 10 % de PCS 1 et 59 % de PCS 3 pour le collège J.-S. Pons).

  • 18 Les PCS sont les professions et catégories sociales sont définies par l’INSEE, elles remplacent le (...)

Figure 5 : PCS18 par collège à Perpignan en 2005

Figure 5 : PCS18 par collège à Perpignan en 2005

Source : Inspection académique des Pyrénées-Orientales (2006)

  • 19 Un élève primo-arrivant est un élève de langue maternelle étrangère, qui est dans sa première ou d (...)

24Le manque de mixité observé à travers les différents quartiers de Perpignan se retrouve et s’amplifie du fait des évitements dans les établissements. Nous venons de la voir avec la répartition des PCS, il est encore plus évident si l’on étudie la part d’étrangers par type de collège. La figure 6 montre à quel point les établissements en ZEP observent une part d’élèves de nationalité étrangère importante si nous les comparons aux autres types d’établissements. Le collège Mme de Sévigné se démarque des autres établissements en ZEP par l’importance du nombre de primo-arrivants19 dans sa zone de recrutement. Si l’on compare ces taux à la moyenne départementale, l’écart est significatif avec un taux de 4,21 %. Le contraste s’amplifie si on exclut les établissements de Perpignan de ce calcul avec un taux de 2,54 % seulement.

25Une autre différence entre les types d’établissements est à pointer. Il s’agit de l’origine de ces élèves étrangers. En ce qui concerne les établissements en ZEP, une grande majorité est marocaine et/ou algérienne. Il en est de même pour les collèges A. Camus et la Garrigole. Pour les autres établissements, il s’agit essentiellement d’élèves de nationalités européennes. Cette différence est amplifiée par le fait qu’à ces élèves de nationalité étrangère, il faut ajouter les élèves d’origine étrangère, c’est-à-dire ceux de deuxième ou troisième génération. Cette population, majoritairement maghrébine est essentiellement scolarisée dans les quartiers défavorisés de Perpignan, on les retrouve alors scolarisés pour la plupart dans les établissements en ZEP de la ville.

26Ainsi, un bilan a été élaboré en 2006 sur les ZEP afin de mettre en place une nouvelle relance. Nous pouvons comparer ce bilan à celui de l’Observatoire National des Zones Urbaines Sensibles dans son rapport 2005 sur les ZUS. Pour ces deux politiques de « Discrimination positive » les objectifs escomptés n’ont pas été atteints. De nombreux points négatifs ont alors été notés. Tout d’abord, ce sont les populations les plus fragiles qui restent dans ces quartiers et ces écoles. Ensuite, il existe une permanence des ségrégations qui peuvent être localement très fortes. Ces deux facteurs s’expliquent et s’amplifient par une mobilité accrue qui joue en défaveur des personnes les moins favorisées, les moins diplômées, les plus touchées par le chômage, les immigrés et les familles monoparentales.

Figure 6 : Part des étrangers par collège à Perpignan en 2005

Figure 6 : Part des étrangers par collège à Perpignan en 2005

Une volonté accrue de créer de la mixité

  • 20 Et pour ceux qui considèrent qu’elle ne l’est pas assez, cela est dû au fait que leur école se sit (...)

27Il est alors nécessaire de créer de la mixité dans les écoles et les quartiers. L’absence de mixité est depuis longtemps considérée comme un frein à l’égalité des chances dans le domaine éducatif. Le P.N.R.U. a pour objectif de créer de la mixité dans les quartiers en difficulté de Perpignan (voir figure 1). Or, la sectorisation des écoles est, pour une grande majorité des chefs d’établissements en ZEP, perçue comme suffisamment mixte20. Le manque de mixité dans les écoles de Perpignan est essentiellement dû à la fuite vers le privé qui bénéficie d’une image bien plus positive. Il est difficile de freiner cette fuite et donc de créer de la mixité dans les établissements des quartiers difficiles, d’autant que, rappelons-le, les établissements privés se situent dans ces mêmes quartiers (voir figure 2).

  • 21 A l’école maternelle, les activités périscolaires sont parfois mal vues par les professeurs qui co (...)

28Afin de revaloriser leur image, nombre d’établissements déploient alors des stratégies pour se rendre plus attractifs. Tout d’abord, afin de freiner l’évitement, les établissements scolaires cherchent de plus en plus à s’ouvrir sur le quartier et sur les familles. Les objectifs sont d’associer les parents dans l’acte éducatif, aider les familles dans leur rôle éducateur avec pour moyens de mise en œuvre une meilleure connaissance des publics (surtout si l’identité communautaire est forte), par des évènements du type « journée portes ouvertes », et surtout par le biais des partenariats notamment dans le cadre du Projet éducatif local et avec une aide budgétaire du Contrat de ville. Ces objectifs font partie de tous les projets d’établissements en éducation prioritaire, mais cela reste difficile à mettre en place car cela nécessite un travail de longue haleine pour établir un lien confiance entre les parents et les enseignants alors que la stabilité des enseignants est très difficile à mettre en place dans certains établissements, notamment ceux des quartiers paupérisés. Cette fois, afin de freiner l’évitement mais aussi d’attirer des élèves de l’extérieur, les collèges surtout, mais de plus en plus aussi les écoles, mettent en place des pôles d’excellence. A l’école Lavoisier puis au collège J. Moulin, les classes Musique (dites classes CHAM) ont été mises en place en 1994 avec le développement d’un partenariat avec le Conservatoire National de Région de Perpignan. Les élèves vont y prendre des cours en parallèle à un enseignement traditionnel. Le collège M. Pagnol devrait ouvrir prochainement des classes cinéma (CHAC), avec, par exemple la création dans l’enceinte de l’établissement d’une salle de projection. Ces pôles d’excellence ont été impulsés et essentiellement financés par le Conseil général et le Contrat de Ville. Qu’ils soient en ZEP ou non, les collèges publics de Perpignan ont développé divers types de pôles d’excellence. Il s’agit de classes Européennes (Mme de Sévigné, M. Pagnol, J. Moulin, A. Camus), de classes de langues (russe pour J. Macé, catalan pour La Garrigole et J. Moulin) ou de sections sportives (M. Pagnol). La recherche d’une meilleure image passe aussi beaucoup par la médiatisation des différentes actions telles que les sorties ou les spectacles. Le développement de partenariats, notamment par le biais du Projet Éducatif Local constitue un élément important de l’ouverture des établissements vers l’extérieur à travers la multiplication d’activités extrascolaires et périscolaires, qui permettent de rendre un établissement dynamique et donc attractif. Cependant, le développement de partenariats est largement dépendant de la motivation et du temps disponible des équipes de direction des établissements. Ainsi, tous les collèges sont très avancés en terme de partenariats (particulièrement les collèges M. Pagnol et J. Moulin). Les partenaires des collèges sont à la fois les collectivités locales (la commune de Perpignan, le Conseil général), les services d’État (Préfecture, D.D.A.S.S., F.A.S., police et justice), d’autres partenaires institutionnels tels que la C.A.F. et la M.G.E.N, et enfin des associations de quartiers ou entreprises. Quant aux écoles, leurs situations varient : alors que certains directeurs sont très motivés et très impliqués dans le Projet Éducatif Local, d’autres ne manquent pas de motivation, mais le temps leur manque pour s’impliquer comme ils le souhaiteraient. Une dernière catégorie, se situant à la frange, refuse les partenariats car elle n’en voit pas l’utilité21. Le développement des partenariats est plus compliqué à mettre en place au niveau des écoles puisque les directeurs d’établissement ne sont pas totalement déchargés de la classe (et manquent parfois de temps), ce qui n’est pas le cas pour les principaux de collèges.

  • 22 Le choix devait se porter uniquement sur trois collèges et sur les écoles de leur secteur. J.-S. P (...)

29Ainsi, la mairie de Perpignan a décidé de mettre en place des dispositifs particuliers pour aider les établissements les plus en difficulté. Dès septembre 2005, le plan de réussite éducative a été lancé dans les collèges J.-S. Pons, J. Moulin et A. Camus22 et les écoles qui y sont rattachées. La ville a obtenu 340 000 euros de l’État (suite à la loi de Cohésion sociale dite « loi Borloo » du 18 janvier 2005 sur la promotion de l’égalité des chances). Ces dispositifs aident les élèves en situation d’échec scolaire au cas par cas par le biais d’un soutien individuel.

30Les quartiers Saint-Jacques et Nouveau Logis (dans le Haut-Vernet) posent les problèmes de la scolarisation des enfants gitans. Dans ces deux quartiers se concentre une population gitane à forte identité communautaire et qui appartient aux classes sociales les plus pauvres. C’est à partir d’un constat commun concernant le manque de fréquentation au niveau de l’école maternelle qu’un partenariat, dont les principaux acteurs sont la Ville, l’Éducation nationale, le PMI (centre de Protection Maternelle et Infantile) et une association gitane, a permis une réflexion sur la mise en place d’un dispositif de préscolarisation. Celui-ci est animé par des équipes issues de ces quartiers accueille depuis une quinzaine d’années les enfants de 3 à 5 ans en vue de la fréquentation d’au moins un an en maternelle. Ces structures, situées au cœur des actions du Service Enfance de la Ville de Perpignan, ont permis d’améliorer sensiblement la fréquentation en maternelle mais aussi d’améliorer la connaissance de la communauté gitane.

Conclusion : qu’adviendrait-il des établissements des quartiers en difficulté si on supprimait la carte scolaire ?

31On peut alors s’interroger sur l’utilité de la carte scolaire aujourd’hui à travers l’exemple de la ville de Perpignan. Bien que la sectorisation semble suffisamment mixte, elle n’est que peu respectée. L’évitement n’est plus le fait des populations aisées uniquement, mais touche aujourd’hui largement les classes moyennes jusqu’à concerner également une partie des populations moins favorisées. Ceci est dû à une exigence de plus en plus importante des parents sur la scolarité de leurs enfants. Dès lors, les établissements scolaires, suivent cette orientation et développent des pôles d’excellence notamment afin de se rendre plus attractifs. Leur succès relatif dans cette entreprise peut leur permettre de devenir plus sélectifs dans leur recrutement. Ceci rééquilibre la donne si les établissements en ZEP font partie de cette catégorie, sinon cela accentue les inégalités. Ce point est évidemment renforcé par le fait que les évitements sont ceux des familles les mieux informées sur le système scolaire, les populations défavorisées étant moins mobiles et moins sensibilisées aux possibilités qui existent. Ainsi, sont toujours à craindre des représentations à la défaveur des établissements situés dans des quartiers en difficulté. La mauvaise image reste aujourd’hui un problème majeur et difficile à gérer pour les établissements en Éducation prioritaire. Le cas de Perpignan soulève le problème de la ségrégation spatiale et de la diversité des situations des quartiers en difficulté. La problématique de la carte scolaire en est un élément-clé.

Bibliographie

Bibliographie :

BARTHON C., MONFROY B., « Privé, public et ségrégation scolaire », Ville École Intégration, n° 139, 2004, p. 97-106.

BOUZAROU N., Inégalités sociales et difficultés scolaire : les zones en difficulté de l’agglomération de Perpignan, mémoire de maîtrise, Université de Perpignan, 2003, 198 p.

BOUZAROU N., HOLZ J.-M., Étude en vue de la création de collèges dans les Pyrénées-orientales horizon 2010, Perpignan, Laboratoire CNRS (UMR 5045 MTE), 2006, 72 p.

CHAMBON A., « Politiques éducatives urbaines et recomposition de l’action de l’État », Ville École Intégration, n° 117, 1999, p. 112-126.

CHARLOT B., L’école et le territoire : nouveaux espaces, nouveaux enjeux, Bibliothèque européenne des sciences de l’Éducation, Paris, A. Colin, 1994, 223 p.

DABAT M.-H., GARRABE M., Étude socio-économique préalable à la mise en place d’un collège. Plaine du Roussillon, littoral méditerranéen. Université de Montpellier I (Centre d’Études de Projets, CEP), 1997, 116 p.

DURU-BELLAT M., « La ségrégation sociale à l’école : faits et effets », Ville École Intégration, n° 139, 2004.

FELOUZIS G., LIOT F., PERROTON J., L’apartheid scolaire. Enquête sur la ségrégation ethnique dans les collèges, Paris, le Seuil, 2005, 230 p.

GIBAND D., HOLZ J.-M., « Constructions scolaires et reconstruction du territoire dans un département en mutation démographique, l’exemple de la plaine du Roussillon », Revue d’Économie Méridionale, n° 196, 2001, pp. 305-328.

HENRIOT VAN ZANTEN A., « Les classes moyennes et la mixité scolaire. Collèges et parents dans deux communes des Hauts-de-Seine », Annales de la Recherche Urbaine, n° 93, 2003, pp. 131-140.

MARESCA B., MONFROY B., « Repenser le collège unique, source de ségrégations sociales », Ville École Intégration, n° 139, 2004.

MARTINAGGI L., MELGUIZO M., TILHAC S., Étude en vue de l’implantation de futurs collèges dans la plaine du Roussillon, Perpignan, Laboratoire CNRS (UMR 5045 MTE), 2000, 81 p.

Notes

1 Troisième plan de relance présenté par Gilles de Robien, Ministre de l’Éducation Nationale le 13 décembre 2005 pour une mise en place à la rentrée 2006.

2 Les établissements seront alors classés en trois catégories. Les établissements situés dans les zones les plus en difficulté seront alors appelés « Ambition Réussite » et correspondront au niveau EP1. Le niveau EP2 concerne les zones urbaines moins sensibles, qui comportent plus de mixité sociale et donc continueront à recevoir les moyens actuels. Les trois autres REP de Perpignan se trouvent dans cette catégorie. Le niveau EP3 cible des établissements qui devront sortir du dispositif de l’Éducation prioritaire sous 3 ans. Aucun établissement de Perpignan n’est dans cette catégorie.

3 Les Zones urbaines sensibles (ZUS) sont des territoires infra-urbains, cibles prioritaires de la politique de la ville. 751 zones ont été définies par la loi du 14 novembre 1996 de mise en œuvre du pacte de relance de la politique de la ville. Parmi elles, un sous-ensemble de 416 Zones de redynamisation urbaine (ZRU) a été créé, dont 396 en métropole. Cette loi a également instauré 44 Zones franches urbaines (ZFU) dont 38 en métropole. Les trois niveaux d’intervention ZUS, ZRU et ZFU sont caractérisés par des dispositifs d’ordre fiscal et social d’importance croissante, visant à répondre à des degrés différents de difficultés rencontrées.

4 PALLEZ D., « Perpignan : une ville où la précarité est forte », Repères pour l’Économie du Languedoc-Roussillon, Synthèse n° 1, 2001, INSEE, 6 p.

5 La précarité est définie à partir de trois types d’indicateurs socioéconomiques. Le premier type d’indicateurs rend compte du nombre de personnes percevant une allocation liée à la précarité ou vivant en dessous du seuil de bas revenu. Le second comptabilise les demandeurs d’emploi inscrits à l’ANPE. Le dernier porte sur l’inactivité, le niveau de formation ou l’inconfort des logements.

6 En 2000, sur 70 CM2 des écoles de Pia, 21 partaient ensuite vers un collège privé et 14 ont demandé une dérogation pour un autre collège public (seulement 6 ont été acceptées). En 2005, sur les 200 collégiens résidant à Pia, 134 sont scolarisés dans le collège de leur secteur (J.-S. Pons), 55 vont dans un autre collège public et 11 dans le privé. Pour la commune de Bompas, sur les 343 collégiens y résidant, 145 sont scolarisés à M. Pagnol, le collège du secteur, 40 vont dans un autre collège public et 158 vont dans un établissement privé.

7 La Têt est le fleuve passant au nord de la ville de Perpignan.

8 Seul le collège est classé « sensible ».

9 Il a été cependant question que le collège A. Camus soit classé en ZEP mais l’équipe enseignante s’y est alors opposée.

10 Cela serait certainement différent si les professeurs en collèges avaient également été interrogés, mais le choix s’est porté sur les directions des établissements pour connaître tous les paramètres de la vie de l’établissement.

11 Il s’agit d’une commission partenariale avec la ville qui existe depuis 1993 et qui regroupe par secteur de collège chaque année fin juin divers partenaires tels que les Inspecteurs de l’Éducation Nationale, des représentants syndicaux, les Directeurs Départementaux de l’Éducation Nationale (nommés par le Préfet) et des Directeurs d’école.

12 Alors que les écoles maternelles et élémentaires ouvrent et ferment selon l’évolution démographique, ce phénomène est plus difficile au niveau des collèges, notamment parce qu’il implique de replacer un nombre important d’élèves vers d’autres établissements mais aussi parce que cela impliquerait de bouleverser complètement la sectorisation des établissements de la ville.

13 Cf. GIBAND D., HOLZ J.-M., “Constructions scolaires et reconstruction du territoire dans un département en mutation démographique, l’exemple de la plaine du Roussillon », in Revue d’Économie Méridionale, n° 196, 2001, pp. 305-328.

14 Cf. HENRIOT-VAN ZANTEN A., « Les classes moyennes et la mixité scolaire. Collèges et parents dans deux communes des Hauts-de-Seine », in Annales de la Recherche Urbaine, n° 93, 2003, pp. 131-140.

15 Aussi, les élèves étrangers en questions sont plus souvent européens ou américains qu’africains ou maghrébins.

16 Pour que les chiffres aient un sens, la distinction entre les écoles se fait en fonction du collège dont elles dépendent (s’il est en ZEP ou non) puisqu’il existe, comme nous l’avons vu plus haut, quelques écoles sur le secteur d’un collège en ZEP mais ne l’étant pas elles-mêmes.

17 Cf. HENRIOT-VAN ZANTEN A., « Les classes moyennes et la mixité scolaire. Collèges et parents dans deux communes des Hauts-de-Seine », in Annales de la Recherche Urbaine, n° 93, 2003, pp. 131-140.

18 Les PCS sont les professions et catégories sociales sont définies par l’INSEE, elles remplacent les CSP (catégories socioprofessionnelles) depuis le recensement de 1982.

19 Un élève primo-arrivant est un élève de langue maternelle étrangère, qui est dans sa première ou deuxième année de vie en France.

20 Et pour ceux qui considèrent qu’elle ne l’est pas assez, cela est dû au fait que leur école se situe au centre d’un large territoire dont la population est en très grande majorité défavorisée. Comment créer une zone de recrutement avec de la mixité s’il n’y a pas de mixité sur le territoire ?

21 A l’école maternelle, les activités périscolaires sont parfois mal vues par les professeurs qui considèrent que les enfants sont trop jeunes pour rester après la classe pour faire des activités qu’ils estiment aussi comme trop ressemblantes à celles qu’ils font pendant les heures de cours.

22 Le choix devait se porter uniquement sur trois collèges et sur les écoles de leur secteur. J.-S. Pons et J. Moulin ont été retenus pour les difficultés sociales et scolaires qu’ils connaissent et par le fait qu’ils scolarisent des enfants de la communauté gitane, et le collège A. Camus qui n’est pourtant pas en ZEP mais de manière préventive.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La « Discrimination positive » et quartiers en difficulté à Perpignan
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Figure 2 : Les établissements scolaires de la ville de Perpignan en 2005
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/618/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Figure 3 : Effectifs et capacité des collèges publics de Perpignan en 2005
Légende Source : Inspection académique des Pyrénées-Orientales (2006)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/618/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Figure 4 : Type d'établissement par niveau scolaire à Perpignan en 200216
Légende Source : Mairie de Perpignan (2003)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/618/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 5 : PCS18 par collège à Perpignan en 2005
Légende Source : Inspection académique des Pyrénées-Orientales (2006)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/618/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure 6 : Part des étrangers par collège à Perpignan en 2005
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/618/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

Auteur

Doctorante en Géographie,
UMR 5045 CNRS « Mutations des Territoires en Europe », Université de Perpignan.

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable