Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et ses marges scolaires

 | 
David Giband
, 
Guillaume Lacquement

Les enjeux du développement urbain, en France et en Europe

Maurice Blanc

Texte intégral

1Pour analyser sa propre société, il faut s’en extraire et se distancier (Elias, 1993). L’anthropologie privilégie le détour par les sociétés les plus éloignées : au cœur de l’Afrique, de l’Amazonie ou du Cercle polaire (Balandier, 1985). Je propose ici le détour par un étranger réputé proche, l’Europe, afin de porter un nouveau regard sur les enjeux du développement social urbain en France. Le dépaysement peut être très grand dans certains quartiers de Londres, Berlin ou Naples !

2Pour comparer la « politique de la ville » avec les programmes similaires dans d’autres pays européens, il faut changer de vocabulaire. La confrontation avec les expériences étrangères permet de prendre conscience de ce que l’appellation française a d’étrange : « la politique de la Ville de Strasbourg (ou de Perpignan) » n’a rien à voir avec la « politique de la ville à Strasbourg (ou à Perpignan) ». Dans le premier cas, c’est la politique de la municipalité. Dans le second, la politique en faveur des quartiers « en difficulté », le plus souvent à la périphérie, qu’ils appartiennent à la ville-centre ou aux communes de banlieue (voir ci-dessous). C’est pourquoi, dans un but de comparaison européenne, j’emploie l’expression plus englobante de « développement urbain », de préférence à celle de politique de la ville.

3Je ne présente pas l’ensemble des programmes de développement urbain en Europe, un gros livre n’y suffirait pas ! J’essaie de voir ce que les expériences européennes de développement urbain apportent comme éclairages, enseignements et idées nouvelles pour la politique de la ville française. Après une discussion et une définition des expressions « politique de la ville » et « développement urbain », je souligne quelques points communs et différences dans l’espace européen et, en me limitant à la France qui a la plus grande ancienneté en la matière, les continuités et les inflexions dans le temps. J’examine ensuite trois enjeux essentiels du développement urbain pour toute l’Europe : la participation des habitants, l’éducation et « l’intégration » des étrangers. Je conclus brièvement sur la construction européenne comme facteur facilitant le développement urbain.

La politique de la ville française dans le miroir de l’Europe

4Pourquoi appeler « politique de la ville » ce qui apparaît d’abord comme une « politique de quartier » et, même, de quartier périphérique et marginalisé, géographiquement et/ou socialement ? Paradoxale en apparence, cette expression se justifie si l’on adopte une perspective holistique, au sens médical du terme : quand un quartier est « malade », c’est toute la ville qu’il faut « soigner ». La politique de la ville n’est pas une politique municipale mais une co-production entre la Ville, l’État et de nombreux acteurs, publics et privés. Il en découle des concurrences et des conflits de pouvoir : entre le Maire, le Président de la Communauté urbaine, le Sous-Préfet à la Ville et le Directeur départemental de l’Équipement, qui exerce le leadership ? (voir plus loin). La rhétorique du partenariat cache mal les luttes d’influence.

5Dans les autres pays européens, les programmes de développement urbain sont, le plus souvent, des programmes de développement économique local, avec la priorité d’attirer des entreprises et de créer des emplois pour lutter contre le chômage dans les quartiers défavorisés (ELSES, 2000). L’appellation française de développement social urbain (DSU) peut paraître plus restrictive, excluant le développement économique et se centrant sur les problèmes sociaux. En réalité, le chômage est un problème à la fois social et économique et il occupe une grande place dans le DSU. Les deux volets, social et urbain, apparaissent comme complémentaires mais, si l’on regarde les sommes en jeu, l’urbain vient largement en tête.

6Quelle que soit l’expression utilisée, les dimensions économique, urbaine, sociale et même sociétale sont toujours présentes. Le volet urbain prend en compte les problèmes de logement, les liaisons du quartier avec la ville et les transports, les équipements sociaux, sanitaires, éducatifs, sportifs, etc. Le volet économique peut être entendu dans un double sens : d’abord celui de l’économie de marché qui considère l’entreprise comme créatrice de richesses. On en déduit, ce qui est de plus en plus discutable, qu’elle crée par conséquent de l’emploi. Ensuite, au sens de l’économie sociale et solidaire qui cherche à créer des emplois qui répondent à des besoins sociaux non pris en compte par la marché et qui soient adaptés aux difficultés et aux handicaps des chômeurs, ce qui rend ces emplois très fragiles. Ces deux dimensions ont leur place dans le développement urbain, même si elles ne parlent pas le même langage. Le volet social doit lui aussi être entendu dans un double sens : le traitement des problèmes sociaux (pauvreté, précarité, délinquance, etc.) et celui des problèmes de société, en premier lieu l’acceptation ou le rejet des pauvres et des étrangers dans la ville et dans la société.

7L’intérêt d’une comparaison internationale est de mettre en évidence le poids accordé à chacun de ces volets. Mais la comparaison peut induire en erreur et il est indispensable de bien distinguer deux niveaux d’analyse : celui des discours et celui de la mise en œuvre concrète (« les mots et les choses », pour reprendre le titre célèbre de Michel Foucault). Les mots ne sont jamais innocents et les différences d’appellation trahissent des conceptions différentes. En même temps, il y a toujours un écart, plus ou moins grand, entre les discours et les pratiques.

8En Grande-Bretagne, par exemple, la doctrine affirme que le salut des quartiers en difficulté viendra de l’économie de marché, ce qui n’empêche pas une approche « sociale » et une prise en compte très pragmatique des difficultés des habitants. Des pays qui affichent des doctrines opposées peuvent adopter dans la pratique des solutions assez proches. Au vu des intitulés des programmes, Soziale Stadt (ville sociale) et politique de la ville, on peut conclure que l’Allemagne donne la priorité au « social » et la France à « l’urbain » ou au spatial. Il y a bien des différences, notamment dans l’organisation administrative, entre l’Allemagne qui a une longue tradition fédérale et la France qui expérimente la décentralisation en conservant des réflexes jacobins (voir plus loin). Mais l’action menée dans les quartiers n’est pas radicalement différente sur les deux rives du Rhin.

Les variations dans l’espace

9Au niveau européen, on peut relever quelques faits saillants. D’abord, les territoires concernés ne sont pas exclusivement des grands ensembles (ce qui commence à changer en France). Si l’on trouve des grands ensembles dévalorisés, notamment dans les pays scandinaves ou dans l’ex-RDA, on trouve aussi des vieux quartiers dégradés en centre-ville (au sens large d’inner city) en Grande-Bretagne ou en Allemagne. Ici, la réhabilitation représente une menace de gentrification et d’éviction des habitants du quartier au profit des « bourgeois-bohêmes ». Dans toute l’Europe, on trouve de vieux quartiers ouvriers victimes de la fermeture des industries traditionnelles (sidérurgie, chantiers navals, etc.). Surtout en Europe du Sud, on trouve enfin de petits quartiers d’habitat précaire, proches du bidonville.

10L’emploi est partout une priorité. Mais, qu’il s’agisse des emplois offerts par les entreprises classiques ou de ceux relevant de la mouvance de l’économie sociale et solidaire, il n’y a pas encore de recul suffisant pour savoir si les résultats obtenus dans ce domaine seront éphémères ou durables.

11Il ne faut pas non plus surestimer l’homogénéité interne de chaque pays. Chaque ville a son histoire, ses traditions et ses pratiques spécifiques de développement urbain. En Allemagne, à l’intérieur de Berlin, il y a de grandes différences entre l’Est et l’Ouest, et la Ville (qui est en même temps un Land, donc une « Ville-État ») est au bord de la faillite, ce qui limite ses ambitions ! A Leipzig, le gros problème est celui des grands ensembles qui tombent en ruines et se désertifient. A Hambourg, dans le centre-ville et dans les grands ensembles périphériques, les problèmes sont moins liés à l’architecture qu’au chômage et aux discriminations raciales, etc. En France, la politique de la ville est menée de façon assez différente à Paris, Lyon, Marseille, Strasbourg ou Perpignan, etc.

Les inflexions dans le temps

12La France est le premier pays d’Europe (ce qui n’est pas un prix d’excellence !) à s’être engagé, depuis bientôt 30 ans, dans une politique en faveur des quartiers appelés par euphémisme « sensibles », et aujourd’hui « prioritaires ». Cette antériorité permet une analyse rétrospective. La politique de la ville traverse en France les alternances politiques sans être remise en cause. Mais elle subit des inflexions importantes, combinant différemment les interventions économiques, sociales et spatiales. En 1977, le programme Habitat et vie sociale (HVS) donnait clairement la priorité au spatial, avec des mesures d’accompagnement social pour compléter l’intervention sur l’espace : en modernisant l’habitat, l’objectif visé, mais qui n’a pas été atteint, était de rendre le quartier à nouveau attractif pour les couches moyennes qui avaient déménagé pour accéder à la propriété dans des lotissements de maisons individuelles préfabriquées et bon marché, encore plus éloignées du centre.

13En 1982, le programme de Développement social des quartiers (DSQ) a marqué un tournant important en fixant de nouvelles priorités : la lutte contre le chômage et la citoyenneté. Le nouveau gouvernement socialiste se réclame du développement local endogène, il croit que la décentralisation va faciliter la présence active des habitants dans les actions de développement de leur quartier et il attend beaucoup (un peu trop sans doute) de leurs initiatives dans le champ de l’économie sociale et solidaire. Mais les priorités affichées sont très mal mises en pratique. La réhabilitation des logements, décidée par les organismes de logement social et sans concertation avec les locataires, continue à consommer l’essentiel des crédits.

14En 1988, le passage du Développement social des quartiers au Développement social urbain (du DSQ au DSU) marque une nouvelle évolution de la doctrine : le quartier n’est pas l’échelle pertinente d’intervention pour tous les problèmes. Par exemple, les emplois créés dans le quartier ne suffisent pas à redonner du travail à tous les chômeurs du quartier. Le niveau pertinent pour mener une politique locale de l’emploi est l’agglomération et non le quartier.

15Cette nouvelle perspective est à la fois très juste et très dangereuse, car elle risque de diluer l’action en faveur des quartiers les plus en difficulté dans des politiques plus globales mais qui ne bénéficieront qu’à la marge aux quartiers dits « prioritaires ». Dans le jargon de la politique de la ville, c’est le débat entre les « mesures spécifiques » et les « politiques de droit commun ». Une autre difficulté renvoie au fait que la coordination des actions menées à différentes échelles est par excellence un problème de gouvernance urbaine (voir plus loin). Son évaluation est très difficile, en l’absence d’instruments de mesure appropriés et d’une volonté politique forte de faire la transparence (Blanc, 2001).

16Ces difficultés restent présentes aux étapes suivantes et rendent la politique de la ville de plus en plus complexe et illisible. Il y a eu en 1993 la mise en place des premiers « Contrats de ville », qui prétendent supprimer l’empilement des dispositifs, au profit d’un contrat global et cohérent négocié entre l’État central et les collectivités territoriales. Mais ces dernières, toutes tendances politiques confondues, se méfient beaucoup de la rhétorique du contrat et elles y voient une forme de chantage exercé par le pouvoir central : « Vous n’aurez des crédits que si vous signez le contrat que nous avons préparé ». Malgré leur nom, beaucoup de Contrats de ville sont des contrats intercommunaux avec la Communauté urbaine. Ils ont été très vite accompagnés et encadrés par de nouveaux dispositifs qui rendent illusoire la volonté affichée de simplification administrative : Zone franche urbaine, Grand Projet de Ville, etc.

17Les Contrats de ville viennent à échéance fin 2006 et ils seront remplacés par des « Contrats urbains de cohésion sociale » (CUCS). Les informations distillées à ce jour sur ces nouveaux contrats restent floues et contradictoires. On affirme rituellement la prééminence du Maire et/ou du président de l’établissement public de coopération intercommunale, tout en chargeant les Préfets de Région d’établir une liste des sites éligibles aux CUCS, qui sera validée par la Ministre déléguée à la cohésion sociale (Lettre DIV, 2006). Il y aura un nouvel opérateur et il donne naissance à un sigle imprononçable : l’ANCSEC, ou l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances. Cette affirmation de la nouvelle priorité donnée au social sur le spatial doit être prise avec prudence : on est de nouveau dans une logique de multiplication des opérateurs et quel sera le poids (donc les crédits) de l’ANCSEC face à l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine) qui finance les démolitions-destructions et l’aménagement de l’espace ? Quelle sera la cohérence avec les autres dispositifs, en particulier les Contrats éducatifs locaux (voir plus loin) ?

18En résumé, la politique de la ville est fondée sur un socle consensuel qui lui donne de la continuité, tout en connaissant des ruptures qui ne permettent pas de dire que, dans ce domaine, la droite et la gauche, « c’est bonnet blanc et blanc bonnet ». En simplifiant, les conservateurs (qui ne sont pas uniquement à droite) privilégient l’économie de marché (les zones franches urbaines) et l’aménagement de l’espace (hier avec HVS, aujourd’hui avec la rénovation-destruction des tours). Les sociaux-démocrates sont plus ouverts à l’économie sociale et solidaire (les entreprises d’insertion, les régies de quartier, etc.). La droite et la gauche se déclarent favorables à la participation des habitants. En réalité, elle fait peur à tous et elle n’est guère mise en pratique, ou sur un mode purement formel.

Les paradoxes de la participation des habitants

19Dans toute l’Europe, la participation des habitants est présentée comme un objectif essentiel. Mais sa mise en œuvre reste modeste et elle prend des formes diversifiées. Les pays scandinaves ont mis en place des dispositifs sophistiqués d’élection de délégués des locataires. Mais ces dispositifs tournent souvent à vide, faute de candidats ou avec des locataires élus peu soucieux de l’intérêt de l’ensemble du voisinage (Blanc & Beaumont, 2005).

20En Allemagne, la participation ne se limite pas à des réunions censées préparer la décision (Mitbestimmung). On encourage aussi la participation à l’action (Beteiligung), qu’il s’agisse de la réhabilitation des logements par les locataires ou par des chômeurs du quartier, ou de l’animation des équipements socioculturels du quartier (Blanc, 2006). En Allemagne, les locataires ont un réel pouvoir de décision sur les améliorations à apporter à leur logement, aboutissant à des solutions individuelles et personnalisées, alors qu’en France le propriétaire a le dernier mot et impose bureaucratiquement des solutions standardisées pour un mythique « locataire moyen ».

21Il y a dans toute l’Europe des expériences innovantes de participation, mais elles sont peu nombreuses et, surtout, très fragiles : elles tiennent à une conjoncture qui peut vite changer. Dans les pays du Nord, la culture de la participation est une condition favorable, mais insuffisante. Elle tient peut-être à l’éthique protestante et au respect de la liberté d’expression de chacun. Ailleurs, en Espagne notamment, la participation est quelquefois conquise de haute lutte par les militants des associations de défense des quartiers populaires (Walliser, 2003).

  • 1 On prétend qu’empowerment est intraduisible et au Québec on a créé un affreux néologisme : « empou (...)

22Malgré la rhétorique de l’empowerment1, la participation reste le plus souvent sans effets pratiques car elle dérange tout le monde : les élus et les experts qui ont peur de perdre une parcelle de pouvoir et les habitants eux-mêmes, qui préfèrent rester en retrait plutôt que de s’engager (Blanc, 1999). En France, la loi de 2003 relative à la démocratie « de proximité » crée des « comités de quartier », mais elle les place sous la tutelle des municipalités, ce qui représente un recul et non une avancée pour la participation des habitants, en particulier dans les quartiers de la politique de la ville (Garnier, 2003).

Interdépendances et coordination : l’école et le quartier

23Le développement urbain passe par une action concertée entre de multiples acteurs publics (aux niveaux de l’État, des Régions, des agglomérations et des communes, et même de l’Union Européenne), ainsi qu’avec des acteurs privés, du secteur marchand et du secteur non marchand (associations sportives, culturelles, humanitaires, etc.). Cette coordination est très difficile à mettre en pratique car elle est une forme de prise de pouvoir. Tout le monde veut devenir le coordinateur, personne ne veut être « coordonné » !

24En France, il y a d’abord concurrence entre les différents services de l’État. Le Préfet se considère comme le coordinateur légitime de l’action des services déconcentrés de l’État dans le Département. Mais il est souvent concurrencé par le Directeur départemental de l’Équipement qui estime que ce rôle lui revient en matière de développement urbain. Le Ministère des affaires sociales et ses directions départementales sont absents, alors qu’ils devraient jouer un grand rôle. Avec la décentralisation, les Conseils généraux ont hérité des compétences action sociale, puis logement. Ils n’ont été invités qu’en 2000 à signer les Contrats de Ville. La plupart d’entre eux y voient un piège : si nous signons, ne serons-nous pas ensuite « invités » à financer la politique de la ville ? Il y a enfin les concurrences intercommunales : les crédits vont-ils aller à la ville centre ou aux communes de banlieue ?

25La situation est très différente en Allemagne : les communes sont puissantes, peu nombreuses (en chiffres ronds, 10 000 communes pour 80 millions d’habitants, contre 36 000 communes pour 60 millions d’habitants en France) et elles bénéficient d’une longue tradition d’autonomie municipale. Le programme Soziale Stadt est financé par le gouvernement fédéral (Bund) et par les États (Länder). Le gouvernement fédéral intervient dans la sélection des projets et dans leur évaluation, mais pas dans la maîtrise d’ouvrage qui dépend uniquement des communes et des Länder. Il n’y a en Allemagne ni Sous-Préfet à la ville, ni DDE. Il y a pourtant des divergences et des concurrences entre services municipaux : les directions de l’action sociale et de l’urbanisme se coordonnent difficilement (IfS, 2004). Contrairement à la rhétorique de la proximité, la coordination n’est pas toujours facile au niveau local.

26Il est partout difficile de faire coopérer les acteurs du développement urbain avec les acteurs éducatifs des territoires concernés. En France, la plupart des quartiers de la politique de la ville sont en même temps des « Zones d’éducation prioritaire » (ZEP) et ils bénéficient de « Contrats éducatifs locaux » (CEL). Alors que le développement urbain suppose des citoyens actifs et bien formés, de nombreux acteurs de terrain de la politique de la ville (élus locaux, travailleurs sociaux, animateurs socioculturels, médiateurs, etc.) se plaignent de la difficulté de coopérer avec l’Éducation Nationale qui ferait « bande à part », de peur de se compromettre et de perdre son autonomie en collaborant avec d’autres. Il ne faut pas généraliser abusivement et il y a heureusement de nombreuses exceptions, mais la culture professionnelle des enseignants français favorise le repli sur soi. Ils se considèrent volontiers comme les seuls compétents en matière éducative et ils adhérent à une vision rousseauiste de la société, cherchant à protéger leurs élèves des influences extérieures malsaines. Cette perception négative de l’environnement social est un obstacle à la coopération et il n’est pas propre à la France (pour l’Allemagne, IfS, 2004). Mais il est moindre dans les pays d’Europe du Nord, plus ouverts aux initiatives des parents et des habitants du quartier dans la vie scolaire.

« L’intégration » des étrangers

27L’intégration des populations d’origine étrangère est une question essentielle dans les programmes de développement urbain de toute l’Europe. Pourtant, l’intégration n’est pas le problème des seuls étrangers. S’intégrer, c’est trouver sa place dans la société. La question se pose à tous et à tout âge. Au début du 20ième siècle, Georg Simmel (1917, 1981) notait avec perspicacité qu’à tous les échelons de la société il y a des gens qui aspirent à une position plus élevée et qu’il y a toujours plus de prétendants à de meilleures fonctions que de postes à pourvoir. Il en résulte une compétition permanente qui implique des adaptations et des ajustements douloureux, entre le principe de plaisir et le principe de réalité. L’intégration des populations d’origine étrangère n’est qu’un cas particulier, qui se pose avec plus d’acuité. Dans les différents pays d’Europe, ces populations reçoivent des appellations différentes qui renvoient à des situations et des conceptions différentes.

28En Allemagne, le statut juridique est mis en avant : il est question des « étrangers » (principalement des Turcs) et surtout des Aussiedler, c’est-à-dire des populations d’origine allemande venant de Russie, de la Communauté des États Indépendants (CEI, ex-URSS) et des ex-démocraties populaires. Malgré les assouplissements apportés récemment à la loi sur la nationalité, l’acquisition de la nationalité allemande reste pour les premiers un « parcours du combattant » dans lequel ils doivent apporter de multiples preuves de leur bonne intégration dans la société allemande (Fleischhauer & Hujer, 2006). Par contre, il suffit aux seconds d’apporter la preuve de leurs origines allemandes pour obtenir la nationalité allemande, même si cette origine est lointaine et s’ils ne parlent pas l’allemand. Mais l’obtention de la nationalité ne garantit pas leur bonne intégration.

29En Grande-Bretagne, on met l’accent sur l’apparence physique et il s’agit des « minorités ethniques visibles ». Elles sont majoritairement originaires des anciennes colonies (Afrique, Antilles, Inde, Pakistan, etc.) et, quand elles ont le statut de résident étranger, elles bénéficient de l’essentiel des droits civiques et elles peuvent facilement obtenir la nationalité britannique. La situation en France est aujourd’hui assez proche de celle de la Grande-Bretagne : les « immigrés », de nationalité française ou étrangère, proviennent principalement d’anciennes colonies ou territoires français (Maghreb et Afrique de l’Ouest). Sans entrer dans les détails juridiques (et en sachant que : « le diable se cache dans les détails » !), leurs enfants nés en France deviendront assez facilement Français.

30Dans ces trois pays, les populations d’origine étrangère sont concentrées dans les quartiers concernés par le développement urbain et elles rencontrent des difficultés de logement et d’emploi, aggravées par l’importance des discriminations raciales. C’est pourquoi l’intégration des populations d’origine étrangère et la lutte contre les discriminations représentent un enjeu essentiel des programmes de développement urbain. En France, la lutte contre les discriminations dans les quartiers se fait le plus souvent de façon implicite et tacite, comme s’il fallait promouvoir l’égalité, mais le plus discrètement possible. Elle est menée beaucoup plus ouvertement en Grande-Bretagne et en Allemagne.

31En quelques mots, la Grande-Bretagne a une longueur d’avance en Europe, avec la loi de 1976 contre la discrimination sexiste et raciale, directe et indirecte, dans les domaines de l’emploi, de l’habitat, de l’éducation, de la santé, etc. Ce dispositif se généralise en Europe, sous la pression de l’Union Européenne qui a fait de l’égalité des chances une de ses priorités, mettant en place un Observatoire européen du racisme, etc. Elle incite les États membres à introduire dans le droit national le concept de discrimination indirecte, ou institutionnelle, et à se donner les moyens de la débusquer efficacement, etc.

32En France, la création récente de la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité) s’inspire largement de la Commission for Racial Equality britannique. La construction européenne a enclenché un processus de convergence dont les effets sont à long terme. Il faut bien sûr rester vigilant, mais il ne faut pas croire que l’harmonisation européenne soit toujours un « nivellement par le bas ». La construction politique de l’Union Européenne peut faire avancer les choses, même dans les quartiers défavorisés.

Bibliographie

Bibliographie :

BALANDIER G., Le Détour, 1985, Paris, Fayard.

BLANC M., « Participation des habitants et politique de la ville », in : CURAPP & CRAPS, La Démocratie locale. Représentation, participation et espace public, Paris, PUF, 1999, p. 177-196.

BLANC M., « Gouvernement local et contrôle démocratique », in : M. Bassand et al. (éds), Enjeux de la sociologie urbaine, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2001, p. 193-207. (2° édition augmentée, automne 2006).

BLANC M., « Politique de la ville et Soziale Stadt, une comparaison franco-allemande », Pensée plurielle : Parole, Pratiques et Réflexions du social, n° 12, 2006, p. 45-51.

BLANC M. & BEAUMONT J., « Local Democracy within European urban development programmes », Tijdschrift voor economische en sociale geografie. Journal of Economic and Social Geography, 2005, vol. 96, N° 4, p. 409-420.

ELIAS N., Engagement et distanciation, Paris, Fayard, 1993.

ELSES, « Evaluation of Local Socio-Economic Strategies in Disadvantaged Areas - Lokale sozio-ökonomische Strategien in Stadttteilen mit besonderem Erneuerungs-Bedarf », ILS Schriften, n° 168, 2000, (Dortmund, Institut für Landes- und Stadtentwicklungsforschung des Landes Nordrhein-Westfalen), (anglais & allemand).

FLEISCHHAUER J. & HUJER M., « Wer ist Deutschland? », Der Spiegel, n° 12, 2006, p. 22-26.

GARNIER J.P., « Proximité spatiale et distance politique », Espaces et Sociétés, n° 112, 2003, p. 119-132.

(IfS) Institut für Stadtforschung und Strukturpolitik GmbH. 2004, Zwischen-Evaluierung des Bund-Länder Programms « Förderung von Stadtteilen mit besonderem Entwicklungsbedarf – die soziale Stadt ». Endbericht im Auftrag des Bundesamtes für Bauwesen und Raumordnung. Bearbeitung : Aehnelt, R. ; Häussermann, H. ; Jaedicke, W. ; Kahl, M. & Toepel, K. (www.sozialestadt.de).

La Lettre de la DIV, n° 112, 2006 (Délégation interministérielle à la Ville) (www.ville.gouv.fr).

SIMMEL G. Sociologie et Epistémologie, Paris, PUF, 1981.

WALLISER A., Participación y Ciudad, Madrid, Instituto Juan March, 2003.

Notes

1 On prétend qu’empowerment est intraduisible et au Québec on a créé un affreux néologisme : « empouvoirement ». En réalité, « émancipation » convient très bien : émanciper un mineur c’est l’habiliter, donc lui donner le pouvoir d’agir en adulte majeur.

Auteur

Professeur de sociologie à l’Université Marc Bloch à Strasbourg,
Directeur du Centre de Recherche en Sciences Sociales, CRESS,
Chercheur associé au Centre Marc Bloch (CNRS) à Berlin, Rédacteur en chef de la revue Espaces et Sociétés.

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable