Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le discours sur les « langues d’Espagne »

 | 
Christian Lagarde

La mise en valeur du capital linguistique de la Galice

Xoán Paulo Rodríguez-Yáñez

Texte intégral

0. Je ne suis pas nationaliste

1Cette déclaration – qui pour certains relèvera de la provocation – est pour moi un impératif. Et cela, d’une part parce que de longue date la sociolinguistique des périphéries hispaniques est bel et bien prise dans le piège du nationalisme (« "ciencia" al servicio […] de una causa patriótica » [Bañeres, Romaní, 1994]) ; qui plus est, le discours sur les langues est à tel point dominé par l’emprise nationaliste galicienne, basque ou catalane, que toute idée s’écartant de tels points de vue devient, immédiatement, suspecte de nationalisme espagnol, et que son auteur, bien entendu, est mis au ban des « bons » intellectuels. Donc, en affichant mon non-nationalisme, je m’affranchis volontiers du manque de liberté de pensée et d’analyse que les intellectuels en général, le monde universitaire et la sociolinguistique en particulier, acceptent comme naturel et, surtout, comme moral envers l’Histoire de la Galice, à laquelle il faudrait continuer à payer de pénibles redevances à travers un lien pervers, et terriblement faux, entre langue galicienne et nationalisme. En même temps, je me réclame aussi copropriétaire du galicien. Et copropriétaire sans concessions, comme tout citoyen qui le veuille. Autrement dit, j’enlève à une idéologie son exclusivité vis-à-vis de notre culture, le paradigme laïque devant être appliqué aussi dans les domaines de la foi nationale.

2D’autre part, ce non-nationalisme proclamé me semble également nécessaire parce que dans l’ensemble des sciences sociales au niveau international – y compris la sociolinguistique elle-même – les discours identitaristes et/ou ethnicistes et/ou déificateurs de la récupération des langues en elles-mêmes, ne cessent de gagner du terrain. Dans le monde anglophone, à l’heure actuelle l’ensemble des sciences sociales semble dominé par l’« ethnical revival » qui, souvent de façon naïve – disons, « à l’américaine » –, parfois de façon directement irresponsable, joue le rôle d’un donneur de leçons morales politico-culturelles urbe et orbi ; malheureusement ces discours ne sont pas sans rappeler les propositions faites par les fédéralistes européens (parmi lesquels un bon pourcentage de fascistes ont trouvé leur nid), dont les objectifs auraient trompeusement un label « moral » incroyablement sanctionné par certaines instances de la Commission Européenne. Je m’affranchis donc aussi d’une quelconque appartenance à ces positionnements et à ces pratiques scientifiques largement idéologisées et acritiques. En effet, l’histoire de l’Europe (ainsi que l’histoire de l’Espagne – fascisme franquiste plus néofascisme basque sous couvert de « construction nationale ») nous suggère qu’il est très important de faire clairement le tri entre ce qui relève de la simple démagogie ou, à l’occasion, du sectarisme nationaliste, et ce qui relève des propositions raisonnables et adressées à l’ensemble des populations qui, elles, se passent très volontiers des aventuriers politiques.

3Les lecteurs de langue française pourront trouver la conceptualisation sociolinguistique ainsi que les idées sous-jacentes à ce qui va être exposé dans ce travail dans mes publications précédentes en français (Rodríguez-Yáñez 1993, 1997 et 2007).

1.

4Le fait que la Galice possède deux langues aux ancrages internationaux très puissants, constitue sans doute un fait unique et dont un jour les conséquences éducatives et politiques devront être tirées

5Il est vrai que le jour semble bien loin encore où nos politiciens auront des idées claires là-dessus. Pour l’instant, contentons-nous donc de faire quelques suggestions, de lancer quelques idées qui pourront peut-être être utilisées dans dix, cinquante ou bien cent ans. Peu importe le temps qui devra encore s’écouler : probablement personne d’entre nous ne les verra mises en œuvre. Donc, jouons un peu à la politique-fiction, puisque de toute façon nous n’avons à nous mettre sous la dent qu’une politique (linguistique et culturelle) bien misérable.

6Le but de ce travail n’est autre que celui de prendre part à l’analyse de cet énorme capital linguistique que possède la Galice, de décortiquer le pourquoi de la politique linguistique si pusillanime que nous connaissons, et d’oser imaginer comment ce capital-là pourra un jour être mis au profit du pays, c’est-à-dire, des gens qui l’habitent.

2. En Galice nous avons deux langues

7Nous possédons deux langues. Chaque citoyen possède, à portée de la main, deux langues, le galicien et l’espagnol. Dans sa tête, son âme, ses émotions, son lit, son travail, ses écrits, son quartier, ses amitiés, ses amours et ses ennemis, dans son paysage, il y a deux langues. Deux. Cette assertion doit être affichée avec fierté. Elle devra, sans doute, se traduire à travers une politique linguistique bilingue – ce qui n’est pas le cas jusqu’à présent – par laquelle le système éducatif puisse se montrer capable de relever un tel défi, tout en augmentant les mesures de discrimination positive dont le galicien a encore très largement besoin.

8Affichons avec fierté le fait de parler la deuxième ou troisième langue la plus parlée au monde, le castillan, capital inestimable auquel seul le manque de sens commun ou le sectarisme peuvent renoncer. Mais affichons aussi, avec fierté, le fait de parler galicien, langue qui a donné naissance historique au portugais, septième ou huitième langue au monde, et d’appartenir à la lusophonie. Affichons donc notre double appartenance culturelle, et aussi notre revendication de ce double creuset, énorme en soi ; et disons-nous que justement la caractéristique la plus saillante de la Galice est celle de cette double appartenance culturelle, de cette double ouverture à deux des langues et des mondes culturels les plus vastes au monde.

9Mais, attention, disons-nous aussi, clairement, contrairement à ce que l’irrédentisme linguistique prône, que la fameuse « identité » galicienne est une identité métisse puisque le castillan (le nôtre, pas celui de l’Andalousie ou celui de Valence – et, bien entendu, en même temps tous les castillans : celui de Buenos Aires ou celui du Cuba) est, aussi, une langue propre à la Galice, et pas un simple ornement que les générations à venir devraient renier pour se lancer dans l’aventure d’une identité « pure ». Nul doute que Valle-Inclán, Cela ou Torrente Ballester sont des écrivains galiciens à part entière, même s’ils ont toujours écrit en espagnol. Renoncer à notre condition, adorablement métisse, impure et juteuse, stimulus intellectuel de premier ordre, relèverait d’un manque d’intelligence dont fait abondamment défaut elle aussi l’association Galicia Bilingüe (dont on reparlera par la suite).

10Donc, si tant est que l’on veuille parler d’« identité », terme malencontreux dont la sociolinguistique a fait une valeur omniprésente (sans que l’on sache la plupart du temps qu’est-ce qu’on veut dire par là), disons-le : l’identité galicienne est une identité bilingue. Oui : bilingue. Et cela même si ce terme continue à effrayer les réseaux nationalistes et militants, car ils continuent à voir la chose à travers la lorgnette de l’irrédentisme identitaire, du retour aux bons vieux temps où nos paysans ne parlaient que galicien. Oui : bilingue. Et cela même si le Secrétariat Général de Politique Linguistique du Gouvernement galicien actuel (période 2005-2009) continue à ne pas être capable de s’affranchir du mythe linguistique nationaliste (mythe donc du monolinguisme en galicien – la langue étant en effet le noyau dur d’une soi-disant nation galicienne), et refuse même de mettre en circulation le label bilinguisme, s’interdisant par là de mettre en valeur notre inestimable capital linguistique, ne serait-ce que pour empêcher une fois pour toutes que ce label, indispensable à la construction d’une politique linguistique sérieuse, ne soit monopolisé par la droite et par les réseaux les plus réfractaires à toute récupération du galicien comme malheureusement cela se produit déjà (« Bilingüismo, non », Mª Sol López Martínez, responsable de la Politique Linguistique, communication personnelle, décembre 2005).

11Fuyons donc aussi l’ignorance et la simplicité de nos hommes et femmes politiques, oui, leur obstination à rester cloués dans la désuétude politique, dans l’attente que des temps meilleurs pourront un jour advenir.

12Fuyons aussi par là toute la misère de cette Espagne peu cultivée et méprisante, de cette Espagne de la droite ignare, néo-fasciste et nationaliste. Mais fuyons aussi le sectarisme de ceux qui voient dans la Galice un banc d’essai de leur programme idéologique millénariste. En un mot : fuyons le pendule historique espagnol, qui penchait hier du côté du détestable nationalisme espagnol, aujourd’hui de celui des nationalismes périphériques.

13Le fait de notre double appartenance devra un jour être exhibé et chéri comme il se doit. Peu importe que le mythologème nationaliste continue à se réclamer (dans un conservatisme idéologique inouï) de l’irrédentisme linguistique ; peu importe que les militants de la langue continuent à ne légitimer que le galicien ; peu importe qu’une partie du nationalisme continue entêtée à vouloir faire reculer l’histoire de cinq-cents ans ; peu importe que le phénomène du bilinguisme soit bafoué par la sociolinguistique militante, ou par les militants de la langue tout court ; ou que la vieille linguistique des monolinguismes ait encore une emprise presque totale sur les consciences des spécialistes en langue, des normalisateurs, des philologues, des instituteurs (qui, dans nos écoles, continuent à être en général grossièrement ignorants de tout ce qui concerne le bilinguisme), des professeurs, des écrivains, et que peu ou rien ne soit fait pour changer ces attitudes si nuisibles pour tous – à commencer par les enfants qui apprennent encore le galicien chez eux et à qui on continue à dire en cours « ne parlez pas mal », c’est-à-dire, ne parlez pas switché. Toutes ces entraves n’empêchent nullement le fait que les deux langues existent bel et bien en Galice et que, par conséquent, les identités galiciennes s’articulent aussi bien en espagnol qu’en galicien et que les conséquences politiques et éducatives de ce fait majeur devront, tôt ou tard, être tirées.

14Comme nous l’avons écrit (Rodríguez-Yáñez, 1993), le fait de nier notre bilinguisme nous empêche d’y penser. Parce qu’il est sans doute difficile de gérer notre bilinguisme : il est plus commode de rester dans la fantaisie du mythe.

15Pour ceux qui disent que l’espagnol n’est pas une langue à nous, Galiciens, il est certain que ces voix-là sont incapables de se faire entendre par l’ensemble de la population. Il est vrai que de la tour d’ivoire intellectuelle, ou celle du militantisme sectaire (où les réseaux sont largement auto-suffisants pour produire et consommer des idées, même s’il s’agit des balivernes), on peut s’attendre à n’importe quelle simplification des choses. Une telle affirmation ne cesse de nuire, et énormément, pas seulement à la questione della lingua (qui va être développée ci-après) mais au processus tout entier de récupération du galicien.

16Prenons deux exemples récents. Les réintégrationnistes (c’est-à-dire, les partisans de l’adoption de l’orthographe du portugais), dans leur appel à la manifestation du 17 mai 2008 – Journée de la Langue Galicienne, jour férié en Galice – explicitaient que « le castillan devrait être banni de la Galice ». Par ailleurs, lors de la manifestation convoquée par le Bloc Nationaliste Galicien (BNG, parti actuellement [2008] au gouvernement, en coalition avec le Parti Socialiste), des slogans – appuyés par des pancartes – ont été scandés, affirmant que les bilingues seraient « des serpents ».

17Heureusement, quelques jours plus tard, le 22 mai 2008, Damián Villalaín écrivait dans l’hebdomadaire nationaliste A Nosa Terra que, contrairement à ces attitudes irresponsables, « il faudrait se réapproprier ce drapeau-là, expliquer que le bilinguisme implique l’égalité des chances et de la présence publique de langues qui coexistent et, surtout, l’égalité de droits pour leurs locuteurs », à moins que l’on ne continue à faire cadeau gentiment (continuait cet auteur) du label « bilinguisme » à des organisations comme « Galicia Bilingüe », qui incarnent de facto un activisme linguistique anti-galicien.

3.

18Le gouvernement galicien, ainsi que nos institutions publiques, doivent non seulement gérer la langue galicienne, mais aussi la langue espagnole

19C’est une erreur de penser que la politique linguistique en Galice n’est que la politique de la défense, récupération et promotion du galicien. Cette vision des choses, essentiellement nationaliste, et adoptée mimétiquement par toute la classe politique, a, sur le long terme, contribué à la ghettoïsation du galicien dans les milieux urbains. Cette myopie (pour aussi politiquement correcte qu’elle soit) a deux conséquences catastrophiques, à savoir que :

  • 1 les classes moyennes urbaines qui ne parlent d’habitude que le castillan, perçoivent cette politique-là comme étant éloignée de leurs intérêts (sauf une minorité militante et/ou cultivée) ; pourquoi eux, qui maîtrisent déjà l’espagnol, devraient-ils croire à une politique qui ne se préoccupe que du galicien, alors qu’ils sont eux aussi des Galiciens ? ; c’est peut-être parce qu’après tout, cette politique ne s’adresserait qu’aux membres des classes basses et/ou rurales, puisque ce sont plutôt eux qui parlent le galicien ;
  • 2 les gens perçoivent la politique linguistique comme étant plutôt une passion militante sur laquelle grosso modo tous les partis politiques (avec un manque surprenant d’idées) se sont mis d’accord, sauf très récemment (janvier 2009) le Parti Populaire, de droite, qui est maintenant (en pleine précampagne électorale au Parlement autonome) à l’appui de l’association Galicia Bilingüe – qui, elle, a réussi à usurper le label « bilinguisme » pour ses propres objectifs : obtenir la ségrégation des étudiants de l’enseignement primaire et secondaire en fonction de leur langue, ce qui est explicitement refusé par la Loi de la Normalisation Linguistique.

4. Le galicien ne sera sauvé que sur le dos de l’espagnol

20Si nous n’avons pas le courage de gérer notre bilinguisme, il est certain que l’espagnol suivra son cours sans aucun problème. Il est aussi certain que s’il doit y avoir un perdant, ce sera le galicien (il est paranoïaque de penser que l’espagnol puisse subir un quelconque danger de disparition en Galice). C’est donc en se greffant sur le castillan que le galicien a encore des chances. Dans aucun cas nous ne pourrons avoir la certitude que le galicien puisse avoir un avenir digne assuré : du moins, la gestion de notre bilinguisme permet-elle cette possibilitélà. D’où, aussi, l’énorme importance de savoir intégrer dans notre politique linguistique la gestion du castillan.

21Cela signifie que toute politique axée sur l’idée selon laquelle le galicien doit éradiquer ou combattre le castillan – idée récurrente chez une partie des responsables nationalistes, liée au concept malheureux de « conflit linguistique », qui a tant entravé une politique efficace – est une politique irresponsable et un fiasco.

22L’enjeu est tel qu’en refusant le bilinguisme, les militants de la langue travaillent à la disparition de cette langue qu’ils prétendent défendre. À cet égard, il conviendrait que l’on analyse collectivement les réflexions très lucides de David Crystal (2000), entre autres auteurs, au sujet du rôle favorable que le bilinguisme peut jouer dans le maintien des langues défavorisées. Et il conviendrait aussi que tous les responsables de notre politique linguistique, passés, actuels ou à venir, lisent et étudient de manière à acquérir certaines connaissances sur la question. Il n’est guère difficile de se procurer une bibliographie sommaire sur le bilinguisme – phénomène de caractère mondial et sur lequel, dans beaucoup de pays bien avant le nôtre, les institutions et les gouvernements ont pris de sages décisions.

5.

23Le terme « bilinguisme harmonieux » (Regueiro Tenreiro, 1999) a malheureusement usurpé pendant un certain temps (grosso modo, pendant les années quatre-vingt-dix et le début des années deux mille) l’espace médiatique qui aurait dû correspondre au terme « bilinguisme » tout court

24Le pseudo-concept « bilinguisme harmonieux » part du fait que la coexistence entre les langues devrait se passer « sans conflit ». L’utilisation de la part des gouvernements galiciens du Parti Populaire de ce pseudo outil conceptuel a eu comme conséquence principale de raffermir davantage encore le mythologème fondateur du nationalisme linguistique, à savoir que le galicien se doit d’éradiquer ou de combattre le castillan.

25Pour aussi critiquable qu’il soit, il faut pourtant savoir que ce terme « bilinguisme harmonieux » est né pour être opposé au terme « conflit linguistique », qui surtout à l’époque (avec les termes « diglossie » et « auto-haine »), circulait comme le Notre-Père dans les discours nationalistes sur la langue, ainsi que chez leurs épigones du Parti Socialiste et de la gauche en général – qui, disons-le, n’a jamais fait preuve d’idées linguistiques autres que celles que les revendications nationalistes leur ont fournies.

26Il s’agissait donc d’une dialectique strictement politique opposant l’« harmonie » au « conflit ». Bien entendu, toute science sociolinguistique, ou sociale tout court, était battue en brèche, tant les analyses étaient grossières.

27Des dichotomies de ce genre ont heureusement perdu beaucoup de force au cours de la dernière décennie, en partie parce que la sociolinguistique a fait un petit travail critique sur ces notions-là, et cela même si, dans les discours populaires sur les langues, elles continuent à garder un pouvoir symbolique dans l’affrontement politique – la sociolinguistique continuant pour une bonne part, après tout (et à travers l’incroyable flou conceptuel qui la caractérise), à fournir des munitions aux passions plutôt qu’à la capacité d’analyse. De mon côté, j’ai tenté de contribuer à mettre un peu d’ordre dans ce marasme notionnel selon lequel le « bilinguisme » serait opposable à la « diglossie » et tant d’autres graves confusions conceptuelles (cf. Rodríguez-Yáñez, 2007).

6. Moins on parlera des « identités », meilleure sera la récupération du galicien

28La planification linguistique ne peut être fondée sur une vision nationaliste de la Galice, mais sur une vision largement civique, qui puisse être adressée à toute la population. Elle doit aussi être valable pour toutes les forces politiques, y compris la droite qui, rappelons-le, a gouverné la Galice jusqu’à il y a quatre ans.

29Je tiens à souligner dans ce sens les points de vue, heureusement de plus en plus avancés sur cette question, ainsi que sur celle du bilinguisme en général, de certains intellectuels nationalistes d’envergure, comme Henrique Monteagudo Romero, Secrétaire du Conseil de la Culture Galicienne et membre de l’Institut de la Langue Galicienne, institution qui a donné naissance aux normes de 1982. Cette évolution au sein des rangs nationalistes est très importante, car c’est avec des attitudes ouvertes que l’on arrivera à améliorer notre politique linguistique.

30Qui plus est, il est fort douteux que les gouvernements démocratiques soient là pour « construire » des « identités nationales ». Un gouvernement ne peut pas utiliser le privilège dont il a été investi pour convertir les citoyens ni à une foi ni à une idéologie. Sur cela, les nationalismes périphériques de l’Espagne actuelle sont tout aussi révoltants que l’a été la dictature.

7. La questione della lingua, ou : quelle norme écrite pour le galicien ?

31Je suis de ceux qui croient que sur le moyen ou le long terme, le galicien devrait adopter la norme orthographique du portugais, plus spécifiquement l’Accord Orthographique dont le Brésil est le principal défenseur (la norme du Portugal étant trop conservatrice). Reconnaissons que l’Accord Orthographique du monde lusophone est encore loin d’avoir été appliqué par les pays signataires et que les délais de son application n’ont pas été respectés, moins encore au Portugal. Cela n’empêche que, le moment venu, son adoption soit souhaitable pour la Galice.

32L’adoption d’une norme écrite commune permettra d’insérer la production écrite galicienne dans un énorme marché, le marché lusophone, et pas seulement la littérature mais toute forme de publication en galicien. Et, surtout, elle permettra de jeter un pont (d’une valeur inestimable pour les générations à venir) entre la Galice et la culture lusophone.

33Reconnaissons que les générations qui ont autour de soixante ou soixante-dix ans ont rendu impossible un quelconque débat rationnel sur cette question, de telle façon que la discussion a été close vers la fin des années soixante-dix ; ce n’est que très récemment, il y a trois ou quatre ans, que l’Académie de la Langue Galicienne a adopté de très légères réformes orthographiques dont la plupart ont depuis toujours été réclamées par ceux qu’on appelle « réintégrationnistes ». Mais la question est encore loin d’être posée, que ce soit de la part de l’Académie de la Langue (seule institution qui détienne le pouvoir de faire adopter des propositions à cet égard), ou bien de la part du Gouvernement Galicien, dont les attitudes trop pusillanimes dominent l’ensemble de la politique linguistique et culturelle. Bien entendu, il en va un peu autrement dans le milieu universitaire, et dans les trois universités galiciennes (Saint-Jacques, Vigo et La Corogne) où les professeurs lusophones ou réintégrationnistes sont bien représentés. Malheureusement, pour que le débat soit rouvert peut-être faudra-t-il attendre le départ en retraite de tous ceux qui ont, par ailleurs, tant contribué à la dignification du galicien, à travers une vie consacrée à la recherche et à l’établissement de la première norme du galicien (1982), et cela même dans l’hostilité politique des années soixante ou soixante-dix.

34Il est en tout cas probable qu’aucun d’entre nous ne verra de son vivant l’adoption de l’orthographe lusophone, pas plus que mes chers collègues Celso Alvarez-Cáccamo, Mário Herrero-Valeiro ou Luzia Dominguez-Seco, parmi tant d’autres, qui s’y sont investis depuis bien longtemps (souvent aux dépens de leur prestige académique). Mais la question n’est pas là. Peu importe si la norme lusophone n’est adoptée que dans cinquante ans. Comme pour tant d’aléas historiques, il faudra sans doute attendre que des générations dépourvues des préjugés, des haines et du climat d’affrontements puérils qui ont tant envenimé cette question depuis une trentaine d’années, prennent le relais.

35Pour la questione della lingua, ce n’est donc pas un problème qui doive nous préoccuper outre mesure, puisque la chose ne se fera guère que d’ici vingt, trente, cinquante ou cent ans. Mais entre temps, que faire ? À mon avis, pour les gens de ma génération il suffit de toujours laisser cette porte grande ouverte. Et, contrairement à ce que le président de l’Académie de la Langue Galicienne a récemment déclaré, de considérer que le débat normatif est toujours ouvert et, surtout, doit forcément le rester, pour que des gens plus clairvoyants que nous puissent un jour prendre des décisions plus courageuses que les nôtres.

8.

36La politique linguistique en Galice devra être un jour une politique intégrale, de façon à y inclure la planification de l’enseignement des langues étrangères

37À ce propos, il est légitime de se poser les questions qui suivent.

38Tout d’abord, pourquoi l’anglais doit-il être la première langue étrangère apprise, comme il l’est à présent (et de façon obligatoire) ? Il s’agit là d’un a priori que nous nous devons de mettre en question ; de nos jours, comme nous le savons très bien, l’anglophilie remplit plus que jamais la bouche de nos hommes politiques, sans que réflexion soit faite sur les autres langues de notre environnement. Pourtant, l’anglais reste une langue strictement étrangère, disons-le, surtout si nous tenons compte de ce que le portugais (à quelques kilomètres de chez nous, c’est-à-dire, pour un Galicien, à portée de main) n’est pas une langue « étrangère » mais une langue « collatérale » ou plutôt « proche », selon la dénomination de Jean-Michel Eloy (2004 ; voir aussi Robert, 2007), de la même façon que le catalan l’est aussi par rapport au français.

39En effet, la proximité structurelle entre galicien et portugais est telle que le portugais pourrait être appris de façon relativement facile par les élèves galiciens, surtout en milieu rural, où le passage de l’usage quotidien du galicien à une maîtrise du portugais peut aller presque de soi.

40Tenons compte de l’échec cuisant qu’est l’enseignement des langues étrangères en Espagne en général, et tout particulièrement des très faibles compétences acquises en anglais par nos élèves après une douzaine d’années d’apprentissage obligatoire de cette langue. Il s’ensuit que le cours de langue étrangère s’avère l’un des plus frustrants de leur cursus scolaire (insistons sur le fait que l’immense majorité de nos élèves de faculté sont incapables de comprendre un texte anglais non-littéraire, par exemple un article de sociolinguistique).

41Mais l’acquisition d’une compétence assurée en portugais n’épuise pas en elle-même les choses : elle constituerait aussi un échelon très encourageant pour les élèves, qui se rendraient compte qu’apprendre une langue n’est pas forcément la mer à boire, comme ils le pensent jusqu’à présent. De cette façon, sur la base du portugais (qui se rajouterait à l’espagnol et au galicien), les élèves pourraient franchir le pas, avec plus d’assurance, soit vers l’anglais (dont l’introduction à un stade plus tardif, mais sur une base plurilingue romane rassurante, aurait beaucoup plus de succès au niveau des compétences acquises), soit vers une autre langue romane – le français, le catalan, l’italien, etc. –, dont l’apprentissage serait à ce moment-là beaucoup plus facile.

42Il faut proclamer que nous devrions tous être favorables à un enseignement concerté des langues romanes, sans trop de concessions face à l’anglais. Les langues romanes doivent faire front commun face à l’écrasement imposé par la culture anglophone. Sur ce point, le discours des hommes politiques continue à être d’une ignorance brutale, hypnotisés qu’ils sont par les aspects les plus superficiels de la postmodernité. Prenons donc en main la défense des langues romanes et aussi une intégration progressive dans le système éducatif de ce que la didactique comparée des langues romanes peut nous apporter, qui est sans doute beaucoup (cf. Schmidely, Alvar Ezquerra et Hernández González, 2001 ; cf. publications disponibles sur le site du projet Galanet), cette didactique permettant de dépasser l’archaïsme actuel en matière d’apprentissage des langues et, en même temps, de planifier un système d’enseignement plurilingue fondé sur des bases non démagogiques.

43En somme, le capital linguistique bilingue de la Galice, puis trilingue (galicien, espagnol, portugais) ne rendrait que plus naturel l’effort d’apprentissage d’autres langues.

44Par ailleurs, l’autarcie – mais aussi l’autisme – linguistico-culturelle dans laquelle vit la Galice jusqu’à présent par rapport au Portugal, est une espèce de mirage dont il nous faudra sortir un jour. Le parapluie que le monde lusophone peut offrir à la langue galicienne – pour sa préservation face à la toute-puissante concurrence de l’espagnol – constitue un capital linguistique (et culturel) inestimable mais ignoré par notre classe politique. Comme exemple de cette situation véritablement incroyable, signalons deux détails bien parlants : les émissions de télévision portugaise sont, encore de nos jours, presque impossibles à capter à partir de la Galice ; nul doute qu’à l’avenir elles joueront un rôle fondamental dans l’apprentissage du portugais, de la même manière que les enfants tunisiens apprennent l’italien grâce aux émissions de télé italiennes, ou que les Portugais apprennent le castillan à travers les chaînes de télévision espagnoles ; mais ce rôle, elles devraient pouvoir le jouer dès à présent. Deuxième détail : contrairement à ce qui se passe avec la presse allemande, italienne, française, anglaise ou nord-américaine, il est pratiquement impossible d’acheter un journal portugais à Saint-Jacques ou à Vigo ; et, plus étonnant encore, l’excellent Jornal de Letras, Artes e Ideias portugais est introuvable en Galice.

9.

45En rapport avec la questione della lingua, certains comportements devraient, à mon sens, être considérablement nuancés et même évités

46C’est ainsi que les réintégrationnistes devraient garder pour leurs spéculations de taverne leur vieille lune de lier, d’une manière ou d’une autre, l’adoption de la norme portugaise par les Galiciens à une éventuelle intégration politique de la Galice dans le Portugal. Il s’agit là, une fois de plus, d’un souhait d’ordre mythique, en vertu duquel la rédemption de la Galice passerait par le Portugal, sans que nous, les Galiciens du commun, bien entendu, ne connaissions les raisons d’un tel délire. Ce lien ne fait que brouiller encore davantage le débat autour de l’adoption d’une norme commune pour toute la lusophonie.

47Même chose pour ceux qui prônent que l’enseignement du galicien devrait être remplacé par l’enseignement du portugais tout court, et que l’adoption de l’orthographe portugaise aboutirait à l’élimination de l’enseignement du galicien. Soulignons que si la questione della lingua reposait sur l’affirmation selon laquelle « le galicien n’est pas une langue », il est certain que le débat serait perdu d’avance. C’est-à-dire qu’on ne peut pas prétendre faire tabula rasa du très gros travail fait par plusieurs générations de chercheurs qui ont dignifié le galicien ; dans les trente dernières années, on s’est donné une base institutionnelle pour la dignification du galicien, et c’est sur cette base qu’il faudra continuer à construire.

10.

48Dans ce point, je vais ébaucher quelques problèmes liés au contexte général de l’Espagne, problèmes qui ne vont rendre que plus difficile le chemin à parcourir et dont, à mon avis, il faudrait aussi tenir compte

49Il me semble qu’une politique et une planification linguistiques sérieuses doivent contrecarrer certains signes des temps en matière de politique générale, à savoir, d’une part le goût de l’improvisation et de la planification sur le court terme (handicap en partie imposé par le système démocratique lui-même, puisque tous les quatre ans se tiennent des élections), d’autre part l’idéologie du changement perpétuel, fondée sur une redécouverte permanente de la Méditerranée, sur la foi bien entendu des spécialistes qui ne cessent de conseiller ceci ou cela. En effet, le fait de savoir quelle est la capacité de réflexion (entendons par là de réflexion profonde sur les choses) de la classe politique, est de nos jours une question inquiétante. Dans le cadre de l’Espagne, mon inquiétude est également liée aux catastrophes successives que les interminables réformes du système éducatif ont amenées dans l’enseignement primaire et secondaire, car il s’agit là de la pierre de touche de toute politique linguistique.

50Le déclin de l’enseignement des humanités, du moins en Espagne, n’est pas un cadre favorable à l’établissement de systèmes d’enseignement bilingue. Une fois que le mercantilisme est assumé par la philosophie des plans d’étude, y a-t-il encore réellement place pour les langues, au pluriel ?

51Aussi, l’introduction obligatoire des matières de langue et de littérature galiciennes, ainsi que du galicien comme langue véhiculaire partielle (même s’il reste beaucoup à faire à cet égard), doit maintenant se poursuivre, accompagnée de la dégradation permanente du métier d’enseignant, de la dégradation des conditions d’enseignement, et notamment de la substitution du travail honnête de tant d’instituteurs et de professeurs par la secte pédagogiciste, laquelle a remplacé dans la philosophie de l’enseignement primaire et secondaire (et désormais l’enseignement universitaire) la connaissance par l’information, l’effort par le jeu, les cours par la méthodologie.

52Les temps difficiles pour les humanités le seront aussi, qui sait, pour les langues les moins répandues, d’autant plus que la planification linguistique a besoin d’une stabilité dans les plans d’étude, ce qui devient impossible dans une situation d’expérimentation permanente.

53Un autre problème, structurel pour l’Espagne, est qu’elle ne s’est toujours pas remise de son retard historique sur les plans éducatif et culturel. J’estime que les politiques nationalistes ne font qu’hypothéquer la possibilité d’en sortir, puisqu’elles font appel à la composante identitaire, devenant par là une espèce de planification des identités collectives – le cas basque étant particulièrement catastrophique de ce point de vue – ; en même temps, elles provoquent des réactions espagnolistes de la part de la droite de toujours, prouvant ainsi qu’il serait impossible que la politique linguistique en Espagne continue à n’être que du ressort des gouvernements autonomes – mais sur tout cela notre politique est encore considérablement immature, le pendule historique devant inéluctablement continuer son parcours. En tout cas, le gouvernement central se décharge de cette tâche sur les gouvernements autonomes, avec des conséquences inconnues sur le long terme. En d’autres termes, le caractère expérimental de la politique espagnole (qui plaît tant aux réseaux identitaristes étrangers) a une bien triste toile de fond : le pendule de notre histoire, hier centraliste, aujourd’hui du côté des nationalismes.

54Une autre difficulté, celle-ci très marquée en Galice (et général en Espagne), est le manque d’une tradition de libre échange d’idées, de discussion libre sur les questions d’intérêt collectif. Une telle absence entraîne l’infantilisation du débat autour des langues, sa capitalisation par des tribus (d’un signe ou d’un autre) et l’anathémisation de toute voix qui sorte des sentiers battus. Dans ce sens, la situation intellectuelle de la Galice est d’une profonde misère, y compris dans les milieux universitaires.

55Dernière question que j’aimerais soulever : celle des priorités culturelles en rapport avec le budget public. Le manque de contrôle dans les dépenses du budget des institutions publiques (qui, en Espagne en général, demeure toujours un problème) est au fond lié au manque de clarté dans les objectifs, donc dans les priorités de la gestion politique. Côté gestion culturelle, on a pour l’instant investi trois cents millions d’euros dans la « Cidade da Cultura » (« Ville de la Culture »), construction pharaonique désormais réalisée aux abords de la ville de Saint-Jacques, sans que l’on sache quel sera le véritable rôle de ce projet mégalomane ni d’où viendra l’argent nécessaire à son fonctionnement. S’agit-il d’une « priorité culturelle », par rapport, par exemple, à la mise en place d’un système d’enseignement bilingue avec toutes les conséquences qui en découlent ?

11. Quelques réflexions finales sur notre capital linguistique

56En tant que Galicien, je ressens que, par rapport à la jouissance des langues (et de tout ce qui en découle : la jouissance des cultures dans lesquelles elles sont insérées – l’un des plus grands plaisirs au monde), on nous a bel et bien volé quelque chose de très important. Pourtant, le pire est que ces choses-là continuent à être volées à nos enfants ; la liste en est longue : on les empêche d’apprendre une importante langue internationale – le portugais – ; par là, on les empêche de franchir le pont vers d’autres langues romanes – français et catalan en tête – ; on les martyrise avec le fameux apprentissage de l’anglais, que les seuls enfants des élites finiront par apprendre ; on tient de façon absurde à isoler le galicien et le castillan dans l’enseignement ; on continue à se refuser – souvent par ignorance des professeurs – à expliquer des aspects fondamentaux du bilinguisme (qui pourtant fait partie de l’expérience quotidienne de beaucoup d’élèves), ce qui n’empêche pas certains professeurs de continuer à faire usage dans leurs cours d’une bonne dose de topiques nationalistes sur les langues que je découvre par la suite en faculté à travers mes étudiants ; on leur casse même parfois les pieds avec un militantisme qui souvent les amène à détester le galicien. En somme : nul doute qu’il y a encore beaucoup à faire en la matière, mais pas seulement sur les fronts signalés par la politique linguistique en usage.

57Tout cet ensemble de facteurs doit aussi nous amener à prendre conscience d’un fait : notre capital linguistique est beaucoup plus riche et possède un potentiel incomparablement plus vaste que celui des Catalans ou des Basques. Nous nous devons d’oser le prendre en main et bien le gérer, de façon astucieuse et intelligente. À cet égard, je crois que les comparaisons complexées d’autrefois avec la Catalogne ou le Pays Basque, doivent laisser place à un regard délibérément pan-roman, atlantique et transatlantique, comme d’ailleurs la Galice l’a souvent fait au long de son histoire. De ce point de vue, les discours identitaristes ne sont peut-être pas les nôtres, car nous avons davantage à gagner en prenant beaucoup plus de hauteur de vue.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bañeres, Jordi, Romaní, Josep Ma (1994), « L’exhortation à la "normalisation" ou Ho volem tot en català (Nous voulons tout en catalan) », Lengas 35, 27-44.

Crystal, David (2000), Languages Death, Cambridge : Cambridge University Press.

Éloy, Jean-Michel (2004), « Des langues collatérales : problèmes et propositions », in Éloy, Jean-Michel (dir.), Des langues collatérales, vol. I, Paris, L’Harmattan, 5-25.

Regueiro Tenreiro, Manuel (1999), Modelo harmónico de relación lingüística. Estudio en Galicia, Santiago, 3catorceeuro Ediciones.

Robert, Jean-Michel (2007), « Langues collatérales, langues proches et langues voisines : une approche didactique », in Éloy, Jean-Michel, Ó hIfearnáin, Tadhg, eds, Langues proches – Langues collatérales. Near Languages – Collateral Languages, Paris, L’Harmattan, 149-155.

Rodríguez-Yáñez, Xoán Paulo (1993), « Quelques réflexions à propos de la socio linguistique galicienne », Plurilinguismes 6, 225-258.

Rodríguez-Yáñez, Xoán Paulo (1997), « Aléas théoriques et méthodologiques dans l’étude du bilinguisme : le cas de la Galice », in Boyer, Henri, éd., Plurilinguisme : « contact » ou « conflit » de langues ? Paris, L’Harmattan, 191-254.

Rodríguez-Yáñez, Xoán Paulo (2007), « Paradigmes pour l’étude sociolinguistique du bilinguisme », in Éloy, Jean-Michel, Ó hIfearnáin, Tadhg, éds, Langues proches –Langues collatérales. Near Languages– Collateral Languages, Paris, L’Harmattan, 37-62.

Schmidely, Jack, (coord.), Alvar Ezquerra, Manuel, Hernández González, Carmen (2001), De una a cuatro lenguas. Intercomprensión románica : del español al portugués, al italiano y al francés, Madrid, Arco/Libros.

Auteur

Xoán Paulo RODRÍGUEZ YÁÑEZ - xoanp@uvigo.es - est profesor de linguistique générale et de sociolinguistique à l’Universidade de Vigo. Ses domaines d’intérêt sont le bilinguisme et l’analyse conversationnelle. Il a entre autre coordonné, sur la sociolinguistique galicienne, le n° 6 de Plurilinguismes (1993), et co-coordonné le n° 47 de Lengas (2000). Il est par ailleurs co-auteur de Manual de Ciencias da Linguaxe (2000) et co-éditeur de Bilingualism and Education. From the Family to the School (2005). De 2000 à 2006 il a co-dirigé la revue Etudios de Sociolingüística (Vigo, 14 n° parus), et depuis lors, Sociolinguistic Studies (Londres, Equinox, 3 n° parus).

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable