Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le discours sur les « langues d’Espagne »

 | 
Christian Lagarde

Naissance et configuration sociolinguistiques de l’asturien : du descriptif au performatif

Alain Viaut

Texte intégral

1L’émergence de l’asturien au fil de ces dernières décennies s’est appuyée sur plusieurs types de discours. Le discours académique a ainsi tiré argument de traits distinctifs pour mettre en évidence une distance linguistique censée l’identifier par rapport au continuum géolinguistique couvert par le castillan standard pour ses usages formels et de plus en plus communs. Un autre discours l’a affirmé comme une réalité nouvelle fondée sur ses usages et sa créativité, et un discours gestionnaire a justifié le cadre formel permettant de l’installer institutionnellement. Ces discours, tantôt complémentaires tantôt en concurrence, ont présidé à l’individuation de l’asturien comme langue par élaboration, comme langue découlant de la volonté de ses protagonistes et de la conjonction de discours performatifs propres à justifier son avènement. Ces discours en actes de langage furent efficaces pour consacrer cette naissance à la langue, ou bien l’un le fut-il plus que les autres ? La proclamation distantielle suivie d’une activité normativisatrice s’est articulée de fait à une activité créatrice et à un aménagement du statut qui ont été accompagnés d’une réalité sociale qui, pour concerner une langue minoritaire, n’en constitue pas moins un trait culturel diffusé et cultivé à l’échelle régionale qui lui correspond. Les orientations de la description linguistique ont finalement fourni de la matière à la création langagière qui s’est régénérée d’abord par l’écrit.

1. RAPPEL SUR LE CADRE LÉGAL ESSENTIEL DE L’ASTURIEN

  • 1 « El bable gozará de protección. Se promoverá su uso, su difusión en los meios de comunicación y s (...)

2Aux termes du Statut d’autonomie de 1981, modifié en 1991 et 1999 : « le bable profitera d’une protection. Son emploi sera promu, sa diffusion le sera aussi dans les moyens de communications et son enseignement, en respectant, dans tous les cas, les variantes locales et le volontariat pour son apprentissage »1 (article 4.1, loi organique 7/1981 du 30/12/1981, + modifications par les lois organiques 3/1991, 1/1994 et 1/1999, du Statut d’autonomie des Asturies).

  • 2 « Una ley del Principado regulará la protección, uso y promoción del bable ».
  • 3 « El bable/asturiano, como lengua tradicional de Asturias, gozará de protección. El Principado de (...)

3Non inscrit dans la première version du Statut d’autonomie, l’article 4.2 prévoit que : « Une loi de la Principauté réglementera la protection, l’emploi et la protection du bable »2. Cela fut fait en 1998 avec la loi sur l’emploi et la promotion du bable/asturien : « Le bable/asturien, comme langue traditionnelle des Asturies, jouira d’une protection. La Principauté des Asturies promouvra son emploi, sa diffusion et son enseignement »3 (art. 1 loi 1/1998 de la loi du 23/03/1998).

  • 4 « Sentar las bases de una normalización social de la lengua autóctona, entendiendo que existen déf (...)

4Le Plan de normalisation sociale de l’asturien 2005-2007, pris en application de la loi de 1998 (cf. supra) prévoyait de : « ... mettre en place les bases d’une normalisation sociale de la langue autochtone, du fait qu’il existe des déficits dans les fonctions sociales qui tendront à être comblés grâce à des moyens spécifiques en respectant toujours les principes de liberté et de volontariat pour son usage de la part des citoyens »4 (Pérez, 2006 : 260).

5Il ressort de ces textes de référence majeurs que la promotion de l’asturien doit se faire sur les bases du volontariat et que ses variantes héritées ou traditionnelles seront respectées ou qu’il en sera tenu compte quels que soient les choix normalisateurs qui lui seront appliqués. Ces derniers s’inspirent en même temps des approches sociolinguistiques catalanes en la matière, à travers les notions de normalisation linguistique, et de fonctions sociales de la langue (Aracil, 1982 [1965] : 26-27 ; Viaut, 1992 : 19 & 2008 : 96-98) sans pour autant envisager des mesures d’obligation minimale liées d’ailleurs, dans ce contexte-là, à une configuration de coofficialité linguistique.

2. DU CONSTATIF AU PERFORMATIF

6Plusieurs types de discours peuvent être discernés autour de l’émergence de l’asturien dans son processus de linguification dont nous rappellerons certaines des étapes. Tout d’abord, le discours constatif ou descriptif qui est aussi celui de la description linguistique au sens large, a servi ensuite de base au discours performatif à contenu assertif (Searle, 1972). L’asturien existe parce qu’il a été identifié, l’on a contribué à le créer en le nommant et en le promouvant comme une langue par distance qu’il n’était pas vraiment au commencement. On a ainsi favorisé sa standardisation et l’acquisition de critères séparateurs par rapport aux expressions linguistiques voisines. Au départ, ce discours constatif est celui de Ramón Menéndez Pidal qui établit un constat de deux types, dialectologique et sociolinguistique, illustre bien cela :

  • 5 « Creo, además, de utilidad científica el presentar formando un conjunto ciertas particularidades (...)

Je crois, en outre, scientifiquement utile de présenter comme faisant partie d’un même ensemble certaines particularités dialectales de toutes ces régions, qui jusqu’à maintenant s’étaient perçues comme étant isolées ou indépendantes les unes par rapport aux autres, pour faire voir, dans la mesure des possibilités actuelles, la relative unité du léonnais moderne, spécialement de sa partie occidentale, depuis Miranda à Luarca. Les Asturiens ont l’habitude de considérer leur bable comme quelques chose de très particulier, presque de propre à eux ; au contraire, un Zamoran ou un Salmantan estimera que le langage vulgaire de sa terre est castillan, parfois mal parlé, sans songer qu’il contienne des restes d’un dialecte dont l’origine et l’évolution ont été différents de ceux du castillan, et, à la fin, le langage de Miranda a été considéré comme un dialecte portugais. tout cela s’explique par l’absence d’un cadre d’ensemble du dialecte léonnais5.

  • 6 Par décret 33/1980 (BOPAP, 16/06/1981).

7Vient ensuite, dans cette progression à la fois qualitative et chronologique, le discours performatif, explicite et assertif, que nous qualifierons d’« académique », d’un point de vue sociolinguistique. En effet, Il s’agit de celui qui a été tenu par des membres représentatifs de l’Académie de la langue asturienne depuis sa création en 19806 – avant la promulgation du Statut d’autonomie l’année suivante – exprimant en cela un point de vue partagé par une partie de la société asturienne. Selon cette position, le bable ou asturien n’apparaît plus comme un dialecte comme chez Menéndez Pidal et, aussi, à travers la philologie traditionnelle, mais est posé d’emblée comme une langue à part entière. L’argumentation mise en avant évitait la problématique d’un processus d’individuation linguistique à partir d’une variante primaire du continuum hispano-roman. Elle évitait le débat sociolinguistique applicable à une langue par élaboration et s’appuyait sur des faits de distance linguistique qui avaient déjà été mis en relief par Menéndez Pidal au début du xxe siècle. Elle partait, au fond, du point de vue selon lequel tout dialecte primaire est en soi une langue et que l’on trouve par exemple dans la typologie linguistique établie dans le Répertoire mondial des langues sous l’égide de David Dalby (1992), le passage à une confirmation sociolinguistique de ce fait ou, plutôt, selon nous, de cette virtualité, restant ensuite à confirmer.

8D’une part, Ramón d’Andrés, par exemple, constate que :

Traditionnellement, la philologie « officielle » et le pouvoir politique ont classé l’asturien comme un dialecte du castillan, malgré qu’on reconnaissait son origine directe du latin, il est bien vrai que pour certains Asturiens leur langue est en réalité une façon particulière de parler le castillan, de même que l’andalou, par exemple. (Andrés, 1987 : 83)

9Cette identification de l’asturien comme un dialecte primaire du continuum progressivement coiffé à partir du Moyen Âge par le castillan en train de se standardiser à travers une variété à usage politico-administratif et littéraire puis de plus en plus publique et générale, est là clairement évoquée. Cette approche témoigne, en même temps, de la conscience de la faible distance linguistique de type interdialectal pouvant exister entre l’ensemble proprement léonnais et celui qui serait alors propre au castillan.

10D’autre part, Le point de vue, académique dans son ensemble, ou plutôt, en termes plus techniques, normalisateur, entérine cette proximité avec le castillan tout en proclamant depuis le milieu des années 1970 (Andrés, 987 : 84) ce qui se détache par ailleurs de façon homogène, à savoir l’indépendance linguistique de fait, sans autre justification, de la langue asturienne par rapport aux autres langues romanes de la Péninsule ibérique, relativisant par là le lien entre asturien et castillan :

Aux Asturies, on parle aujourd’hui deux langues romanes : le castillan, qui est la langue officielle dans tout l’État espagnol, et l’asturien qui est la langue « spécifique » des Asturies, au même titre que le catalan dans la Catalogne, le gallego en Galice, etc. (Cano, 1987 : 65)

11L’argument invoqué mais non explicité paraît donc être celui de « l’origine directe du latin » (cf. supra), vers une langue romane plus ou moins établie dans sa distance linguistique par rapport au castillan. Celui-ci avait jusque là coiffé l’asturien de sa variété standard comme du reste, l’aragonais. Or, si cette réalité est assumée par R. d’Andrés, ce dernier n’en rappelle pas moins en quoi cette expression linguistique aurait, de fait, bénéficié de représentations spontanées. En effet, dès les années 1980, pour environ 70 % des Asturiens, leur langue traditionnelle n’était pas identifiée comme un dialecte de l’espagnol mais comme la langue asturienne (Andrés, 1987 : 85). Le sondage de 1985 dont se dégagent ces résultats faisait également apparaître que la langue était perçue et nommée (asturien ou bable) au singulier sans appellation localiste comme cela aurait pu être le cas. Ce signe d’une auto-conscience sociolinguistique de groupe va à l’encontre d’une tendance à la fragmentation dans les auto-représentations des expressions linguistiques minoritaires, d’autant plus celles qui n’ont pas pour référence le passé prestigieux d’une langue perçue dans son autonomie et son unité. À ce moment, l’auteur de l’article dont sont tirés ces renseignements se demande si cette identification unitaire de la langue n’est pas un des effets du « travail social de récupération linguistique » (Andrés, 1987 : 84). Sans doute, et encore plus maintenant, cette évidence de la désignation de la langue sous une forme unificatrice constitue un acquis étayé par les actions normalisatrices développées depuis le début des années 1980 avec la création de l’Académie de la langue asturienne et la mise en place, à partir de 1985, d’une politique linguistique d’ensemble, favorable, de la part du gouvernement de la Communauté autonome. Le discours académique s’intègre dans les activités qui relèvent du corpus de la langue, il prendra place à partir de la fin des années 1980 dans un dispositif plus large d’aménagement linguistique qui développera, conjointement avec lui, un discours de type gestionnaire (cf. infra) de nature, lui aussi, à autonomiser l’asturien et à lui conférer du prestige en lui appliquant des procédures similaires à celles qui sont destinées à d’autres langues minoritaires mieux identifiées ou établies que lui.

3. LA FRAGMENTATION DU LÉONNAIS

12Même si la réalité de l’ensemble léonnais est rappelé par les linguistes asturianistes (Cano, 1987 : 65-66), les tendances clairement affirmées, qui aboutirent à inscrire l’asturien à l’intérieur des limites administratives de la communauté autonome, sauf à l’ouest (frange galicienne), correspondent à ce qu’avait observé Menéndez Pidal : « Les Asturiens ont l’habitude de considérer leur bable comme quelque chose de très particulier, presque de propre à eux » (cf. supra). Au résultat, en contrepoint de cette approche proprement asturienne, qui a le plus tôt émergé en termes de linguification, la réalité actuelle paraît confirmer, là encore, le constat de Menéndez Pidal, et trois langues identifiées comme telles se détachent de l’ensemble léonnais (dialecto leonés). Elle sont nommées officiellement comme suit :

  • « bable » dans le statut d’autonomie de la principauté des Asturies de 1981 (article 4), puis « bable/asturien » (bable/asturiano) dans la loi 1/1998 sur l’usage et la promotion du bable/asturien ;
  • « léonnais » (leonés), dans le nouvel article 5.2 du Statut d’autonomie de Castille-Léon de 2007 : « Le léonnais fera l’objet d’une protection spécifique de la part des institutions du fait de sa valeur particulière dans le patrimoine linguistique de la Communauté autonome. sa protection, son usage et sa promotion feront l’objet d’une réglementation »7 ;
  • « langue mirandaise », « mirandais » : « L’État portugais reconnaît le droit de développer et de promouvoir le mirandais en tant que patrimoine culturel, instrument de communication et soutien d’identité de la région de la terre de Miranda »8 (loi 7/99 du 29/01/1999, article 2).
  • 9 Voir, par exemple, les précisions retenues dans l’introduction aux Conventions orthographiques de (...)
  • 10 « Décisions glottopolitiques symboliques qui s’appliquent à un système qu’on classerait autrement (...)
  • 11 « Langue dont l’unité est abstraite et résulte d’un mouvement dialectique et non de la simple ossi (...)
  • 12 Cela renvoie aux notions de coiffure linguistique ou de langue toit (Dachsprache) (Muljačić, 1996) (...)

13Trois entités autonomes et d’inégale importance se dégagent ainsi selon des processus de type sociolinguistique, les spécialistes reconnus par leurs communautés admettant leur commune appartenance, d’un point du vue historique et descriptif, au continuum léonnais ou asturo-léonnais9. Celui-ci, ne fut pas à l’origine d’une standardisation globale et fut donc dominé par le castillan standard, hormis dans sa partie portugaise qui connut une destinée similaire avec le portugais standard. Ces trois variétés d’asturo-léonnais sont donc en train de se linguifier ou de s’individuer effectivement en tant que langue, sociolinguistiquement parlant, ou plutôt, même, sont déjà consacrées dans cette catégorie notionnelle de langue. Les actes de naissance légaux en ont été rédigés et publiés. Le niveau d’émergence où elles se trouvent pourrait être caractérisé en ayant recours à quelques notions proposés par les sociolinguistes. Ainsi répondent-elles à celles de « reconnaissance-naissance »10, de « polynomie »11 et de polyélaboration (Muljačić, 1986 : 57) ou d’élaboration polycentrique (Stewart, 1968 : 534-535). L’accès du mirandais à la catégorie de langue participe aussi d’évolutions observables pour des langues non couvertes ou coiffées par un standard qui leur correspondrait naturellement, « exposées » ou « non protégées » par cette même variété standard ou non12. La frontière hispano-portugaise a pu favoriser la naissance du mirandais à l’état de langue en induisant une séparation dans les représentations linguistiques avec le reste du léonnais d’autant plus que celui-ci ne s’était pas normalisé.

14L’asturien apparaît par conséquent comme une partie de l’un des dialectes primaires (Coseriu, 1988) d’un continuum ibérique comprenant la base géolinguistique qui a été coiffée à partir de la fin du Moyen Âge par le castillan standard ou espagnol. Cette base n’inclut pas deux ensembles qui se sont particularisée tôt pour des raisons politiques et de standardisation autonome, que ce soit le galaïco-portugais du fait de son histoire particulière, quoique contrastée, plus tard, entre galicien et portugais standard, et le catalan, homogène et un sous ses deux dénominations de catalan et de valencien. En revanche, ce continuum ibéro-espagnol comprit bien, sur ses marges occidentale et orientale, l’asturo-léonnais et l’aragonais. Cette approche peut être mise en parallèle avec celle qui est proposé par Jean-Marie Klinkenberg dans son manuel de linguistique romane selon laquelle l’asturien apparaîtrait comme un dialecte 2 (Klinkenberg, 1994 : 34-38), équivalent du dialecte primaire de Coseriu. Simplement, pour reprendre les approches de Heinz Kloss et Zarko Muljačić, avec les notions de langues par distance (Abstandsprache) et par élaboration (Ausbausprache) et de coiffure linguistique ou de langue toit (Dachsprache) (Kloss, 1987 ; Muljačić, 1986). L’asturien nous apparaît aujourd’hui comme l’une de trois branches de l’asturo-léonnais qui se sont individuées sociolinguistiquement. Aucune de ces branches ne correspond à une sous-aire géolinguistique cohérente d’un point de vue dialectologique. Elles sont le résultat d’autonomisations géo-sociolinguistiques au sein d’un dialecte primaire ou 2.

4. LE VOLONTARISME ASTURIEN

15Parmi ces langues par élaboration, l’asturien est nettement plus engagé que les autres dans ce processus avec une variété référentielle soutenue par la publication d’ouvrages normatifs (Academia de la llingua asturiana, 1981, 1998, 2000) qui ont fait preuve d’efficacité dans plusieurs domaines, en particulier le littéraire (Viaut, 2002 : 162-167), mais aussi dans l’enseignement et quelques usages publics destinés à continuer de se développer dans le cadre de la mise en application des dispositions de la loi de 1998 sur le bable/asturien. C’est d’abord et véritablement dans ce cas de l’asturien qu’un aménagement linguistique a été poursuivi avec des phases relativement programmées de normativisation et de socialisation de la langue passant par une amélioration de son statut et la diffusion d’une norme linguistique commune (Bauske, 1998 ; Informe, 2007). La dynamique du mirandais est spécifique (Cahen, 2009), elle est conditionnée par un effet frontière qui n’a pas été subsumé dans le cadre d’un mouvement sociolinguistique d’ensemble s’appliquant à l’ensemble allant de Gijón à Miranda-dou-Douro.

  • 13 Cette opinion est avancée par José Manuel Pérez Fernández. Selon lui, cette notion de langue tradi (...)
  • 14 « Se tendrá por válido a todos los efectos el uso del bable/asturiano en las comunicaciones orales (...)

16La standardisation de l’asturien se poursuit désormais à la faveur d’un aménagement de son corpus entamé au début des années 1980 sur la base directrice des parlers de la partie centrale, la plus peuplée et la plus productive, celle, aussi, où se situe le centre politique, administratif et économique de la région avec le triangle Oviedo-Gijón-Avilés situé au nord des principales vallées minières. Quant à l’aménagement du statut et à la socialisation de la langue et de sa variété normée, ils sont bien engagés, il est vrai, surtout depuis le début des années 1990 avec les mesures mises en œuvre par le Service de politique linguistique du gouvernement autonome et la mise en application de la loi de 1998. L’asturien standardisé fonctionne, même si le castillan reste largement majoritaire et dominant dans un cadre diglossique, avec la question aussi posée de la perception de la variété régionale d’espagnol, l’amestau, présent et marqué, y compris en milieu urbain, par le substrat asturien. Par ailleurs, s’il n’est déclaré ni langue propre ni langue officielle dans le Statut d’autonomie ou la loi autonome de 1998, sa qualification de langue « traditionnelle » est toutefois reliée à des droits qui le font entrer, selon le juriste José Manuel Pérez Fernández, dans le champ d’une officialité partielle13, par exemple, l’article 4.2 : « L’emploi du bable/asturien dans les communications orales ou écrites des citoyens avec la Principauté des Asturies sera tenu pour valide en tous ses effets »14.

  • 15 Ce terme a pu être à l’origine un hétéronyme péjoratif, ayant la même origine expressive que le fr (...)
  • 16 Cela est particulièrement perceptible en lisant les citations retenues par R. d’Andrés à ce propos (...)

17Parmi les autres pratiques discursives performatives à contenu implicite qui peuvent être évoquées, le discours culturel et littéraire, a vu se développer depuis les années 1980 une littérature productive, jeune et novatrice (Viaut, 2002 : 164-165), désormais connue et consacrée à l’échelon national espagnol. cette production, traductions comprises a tourné autour d’une centaine de titres en moyenne depuis la fin des années 1990 contre 166 pour la période entre 1980 et 1990 (Viaut, ibidem). Le discours gestionnaire, plus explicite, déjà évoqué plus haut, d’inspiration normalisatrice catalane dans ses méthodes et son langage, est allé dans le même sens de l’émergence de l’asturien comme langue et de sa dénomination éponyme, préférée à celle de « bable », potentiellement moins prestigieuse15. En outre, le terme de « bable » est utilisé par les tenants d’une vision selon laquelle, employé au singulier et aussi au pluriel, il recouvre une réalité linguistique naturellement diversifiée, proche du castillan et ne s’en détachant pas de façon décisive en un ensemble cohérent et autonome en train de se standardiser. Les efforts et les productions contribuant à standardiser l’asturien sont de cette façon minimisés, jugés inadéquats ou artificiels. Cette dénomination-là paraît posséder pour ses utilisateurs la faculté d’être plus représentative de la diversité interne de cette langue et de sa physionomie traditionnelle et rurale. Selon une enquête régionale de 1987, « bable » apparaissait déjà plus idéologiquement marqué à droite avec une connotation traditionaliste (Andrés, 002 : 152). Dans ce cas, l’emploi de la désignation « bable » peut tendre à désigner un ensemble de parlers sans autre toit linguistique que celui du castillan16. « Bable », dont un emploi culte s’était fait jour à partir de la fin du xviiie siècle, continue par ailleurs à être employé comme synonyme de « asturien » pour désigner une langue identifiée dans son autonomie par rapport au castillan, quoique de moins en moins. Il paraît alors logique de le voir symboliquement consacré par le discours politique qui continue à l’utiliser en l’associant à « asturien », traditionnel, lui aussi, et pouvant être perçu comme plus neutre et moderne. Ainsi, la loi de 1998, tout au plus formellement, officialise-t-elle la dénomination « bable/asturiano », alors que « bable » avait été seul employé dans le texte du Statut d’autonomie. C’est ce discours politique, enclin par nature au compromis, qui a appliqué cette notion de « langue traditionnelle » à l’asturien, évitant ainsi celle de « langue propre », plus forte dans son contenu sémantique et juridique. Cela l’aurait destiné au champ de l’officialité, ce qui n’aurait pas correspondu au consensus politique du moment, même si la réalité est nuancée comme nous l’avons vu précédemment en suivant l’interprétation de J. M. Pérez.

18Ces hésitations traduisent la situation classique d’une langue qui connaît un processus d’individuation en suivant plusieurs phases. En premier, il y a eu celle de proclamation symbolique dès 1974 avec le Conceyu bable, à l’origine des travaux de normativisation de cette langue et de son individuation. Ensuite, une phase d’élaboration littéraire, tenant compte de cette codification en marche et du choix d’autonomiser le bable en langue, s’est développée avec succès jusqu’à présent. Une phase de normalisation linguistique a rejoint cette phase-là, contribuant à standardiser l’asturien et, de cette façon, à le séparer et du castillan et du reste de l’ensemble asturo-léonnais.

19Or, le discours politique sur la distance linguistique, tenu par les linguistes ou académiciens de la langue est de type essentialiste, en fait, car les fondements de l’émergence de l’asturien ne reposent pas sur la distance linguistique. D’un point de vue sociolinguiste, cela repose sur une choix volontariste et les discours performatifs laissent plus à voir des représentations des attitudes que des explications. La justification avancée est, néanmoins, que la différence était au début, et que la domination exercée par une autre langue l’a oblitérée. Le processus est alors celui du retour à l’essence, celle-ci valant légitimation. Les créateurs et les aménageurs linguistiques de l’asturien ont, en même temps, donné un contenu actualisé à ce nouveau contenant. La pratique littéraire est venue justifier le discours performatif tenu par les instances académique et gestionnaire. Le processus aura été plus productif que pour l’aragonais, initialement sur la même ligne de départ.

CONCLUSION

20L’asturien est la langue par élaboration qui a acquis le plus de visibilité dans ce processus d’individuation à partir de l’asturo-léonnais. Cela a surtout commencé au xviiie siècle, puis s’est confirmé au cours des xixe et xxe siècles. Au résultat, il est devenu une langue indépendante d’un point de vue sociolinguistique, même s’il reste réductible à un grand diasystème ibéro-espagnol et s’il s’inscrit pleinement dans le propre diasystème de l’asturo-léonnais sans être délimité par des faisceaux isoglossiques ou des isoglosses discriminantes. Deux autres langues se sont également détachées de cet ensemble. Chronologiquement, le mirandais en 1998-99 (Cahen 2009), et le léonnais depuis le nouveau statut d’autonomie de Castillan-Léon de 2007. Ces cas, non originaux en eux-mêmes de langues par élaboration, le sont cependant par leur complexité. Dans deux cas, le processus de linguification a été favorisé par l’existence d’une frontière (mirandais) et par celle d’une limite administrative (asturien) sur le pourtour de la communauté autonome des Asturies, hormis à l’ouest où apparaît une frange linguistique dont l’exonyme asturien officiel est, depuis 1999, « gallego-asturiano » (loi sur l’usage et la promotion du bable/asturien, art. 2). Le fait que cette frange fasse partie de l’aire du galicien n’est pas contesté mais, comme c’est aussi le cas pour le catalan en Aragon, notamment, nous voyons réapparaître ce type de situation hors des limites administratives à l’intérieur desquelles s’applique un régime de coofficialité territorialisée et non au-delà, rompant ainsi la logique linguistique et l’homogénéité du devenir sociolinguistique d’une langue.

21Frontières et limites administratives, combinées au régime des autonomies, ont favorisé l’émergence de langues par élaboration en Espagne, de même que le développement de discours performatifs. Or, ces mêmes discours, épousant des identités géopolitiques ont aussi parfois contribué à fragmenter des ensembles linguistiques.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Academia de la llinga asturiana (2000), Diccionariu de la llingua asturiana, Uviéu/Oviedo, Academia de la llingua asturiana.

Academia de la llinga asturiana (1989 [1981]), Normes ortográfiques y entamos normativos, Uviéu/Oviedo, Academia de la llingua asturiana.

Academia dela llingaasturiana (1999[1998]), Gramática de la llingua asturiana, Uviéu/Oviedo, Academia de la llingua asturiana.

Andrés, Ramón de (1987), « La situation sociale de la langue asturienne », in In forme so la llingua asturiana = Rapport sur la langue asturienne, Oviedo, Académie de la langue asturienne, p. 79-94.

Andrés, Ramón de (2002), Juicios sobrte la lengua asturiana, Oviedo, Ámbitu.

Bauske, Bernd (1998), Planificación lingüística del Asturiano. La normativización y normalización de una pequeña lengua romana en territorio español, desde los puntos de vista lingïístico, literario y político, Xixón, VTP.

Cahen, Michel (2009), Le Portugal bilingue. Histoire et droits politiques d’une minorité linguistique : la communauté mirandaise, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Cano González, Ana María (1987), « Approche de l’histoire de la langue asturienne », in Informe so la llingua asturiana = Rapport sur la langue asturienne, Oviedo, Académie de la langue asturienne, 65-77.

Convenção ortográfica da língua mirandesa. Miranda do Douro / Lisboa : Cámara municipal de Miranda do douro & Centro de linguística da Universidade de Lisboa.

Corominas, Juan (1954-1957), Diccionario crítico etomológico de la lengua castellana, Madrid, Gredos.

Coseriu, Eugen (1988), « "Historische Sprache" und "Dialekt" », in J. Albrecht, Energia und Ergon. Sprachliche Variation-Sprachgeschichte-Sprachtypologie. Studia in honorem Eugenio Coseriu, tome 1 : Schriften von Eugenio Coseriu (1965-1987), Tübingen, Gunter Narr, 45-61.

Dalby, David (1992), « Le Répertoire mondial des langues : théorie et pratique », Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain, 18, 1-2, 141-182.

Guespin, Louis, Marcellesi, Jean-Baptiste (1990), « Sur l’enseignement des langues de France et les problèmes de normalisation », Per Robert Lafont : estudis ofèrts a Robert Lafont per sos collègas e amics, op. cit., p. 144.

Informe sobre la política lingüística en el período 2003-2007 = Report on language policy for the period 2003-2007. S. l. : Observatoriu de la política lingüística.

Klinkenberg, Jean-Marie (1994), Des langues romanes : introduction aux études de linguistique romane, Louvain-le-Neuve, Duculot.

Kloss, Heinz (1987), « Abstandsprache und Ausbausprache ». in U. Ammon, N. Dittmar, K. J. Mattheier, Kontaktlinguistik / Contact linguistics / Linguistique de contact. Ein internationales Handbuch zeitgenössischer Forschung / An international Handbook of contemporary Research / Manuel international des recherches contemporaines, Berlin / New York, Walter de Gruyter, 302-308.

Marcellesi, J. B. (1988), « Korsisch : soziolinguistik. Sociolinguistique. A lingua corsa è a so situazioni sociolinguistica », in Lexikon der Romanistischen linguistik, vol. IV, Tübingen, M. Niemeyer, 1988, 809.

Menéndez Pidal, Ramón (1906), « El dialecto leonés », Revista de archivos, biblio tecas y museos, 14, 128-172 ; 294-311.

Muljačić, Žarko (1983), « Tipi di "lingue in elaborazione" romanze », Incontri linguistici, 7, 1983, 75-79.

Muljačić, Žarko (1986), « L’enseignement de Heinz Kloss (modifications, implications, perspectives) », Langages, 84, 53-63.

Muljačić, Žarko (1996), « Distance interlinguistique, élaboration linguistique et"coiffure linguistique" », in U. Ammon, N. Dittmar, K. J. Mattheier, Kontaktlinguistik / Contact linguistics / Linguistique de contact. Ein internationales Handbuch zeitgenössischer Forschung / An international Handbook of contemporary Research / Manuel international des recherches contemporaines, Berlin / New York, Walter de Gruyter, 634-642.

Pérez Fernández, José Manuel (2005), El marco legal del asturiano : vías hacia el reconocimiento efectivo de los derechos lingüísticos, Oviedo, Fundación Caveda y Nava.

Pérez Fernández, José Manuel, coord. (2006), Estudios sobre el estatuto jurídico de las lenguas en España, Barcelona, Atelier.

Searle, John R. (1972), Les actes de langage. Essai de philosophie du langage, Paris, Hermann.

Stewart, William A. (1968), « Sociolinguistic Typology for Describing National Multilingualism », in J. A. Fishman, Readings in the Sociology of Language, The Hague, Paris, Mouton, 531-545.

Viaut, Alain (1992), « L’asturien : une langue en quête d’officialité », Lengas revue de sociolinguistique, 32, 7-34.

Viaut, Alain (2002), « L’émergence de l’asturien », in Boyer, Henri, Lagarde, Christian, L’Espagne et ses langues. Un modèle écolinguistique ?, Paris, L’Harmattan, 151-169.

Viaut, Alain (2008), « Hizkuntza-beharraren kontzeptua, baharrean dauden hi zkuntzetarako », Bat Soziolinguistika aldizkaria, 69, 91-104.

Notes

1 « El bable gozará de protección. Se promoverá su uso, su difusión en los meios de comunicación y su enseñanza, respetando, en todo caso, las variantes locales y voluntariedad en su aprendizaje ».

2 « Una ley del Principado regulará la protección, uso y promoción del bable ».

3 « El bable/asturiano, como lengua tradicional de Asturias, gozará de protección. El Principado de Asturias promoverá su uso, difusión y enseñanza ».

4 « Sentar las bases de una normalización social de la lengua autóctona, entendiendo que existen déficits en las funciones sociales que tenderán a superarse con medios específicos respetando siempre los principios de libertad y voluntariedad en su uso por parte de la ciudadanía ».

5 « Creo, además, de utilidad científica el presentar formando un conjunto ciertas particularidades dialecatles de todas estas regiones, que hasta ahora se habían mirado como aisladas o independientes, para hacer ver, en lo que puede alcanzarse hoy, la relativa unidad del Leonés moderno, especialmente del occidental, desde Miranda a Luarca. Los asturianos suelen mirar su bable como cosa muy peculiar, casi exclusiva de ellos ; por el contrario un zamorano o un salmantino creerá que el habla vulgar de su tierra es castellano, a veces mal hablado, sin pensar que en ella haya restos de un dialecto de origen y desarollo diversos del castellano, y, en fin, el lenguaje de Miranda ha sido considerado como dialecto portugués. Todo esto se explica por faltar un cuadro de conjunto del dialecto leonés ». (Menéndez Pidal, 1906 : 9)

6 Par décret 33/1980 (BOPAP, 16/06/1981).

7 « El leonés será objeto de protección específica por parte de las instituciones por su particular valor dentro del patrimonio lingüístico de la Comunidad. Su protección, uso y promoción serán objeto de regulación ».

8 « O Estado Português reconhece o direito a cultivar e promover a língua mirandesa, enquanto património cultural, instrumento de comunicação e de reforço de identidade da terra de Miranda ».

9 Voir, par exemple, les précisions retenues dans l’introduction aux Conventions orthographiques de la lanague mirandaise : « A origem do mirandês remonta ao período em que, numa zona muito mais vasta, incliindo as Astúrias e Leão, se començou a constituir um grupo de variedades romances com muito traços comuns entre si e que as distinguiam de outros romances também em formação – por un lado, o galego-português e, por outro, o castelhano. A esse conjunto romance deu a tradição linguística a denominação de leonês, denominação essa que tem vindo a ser susbstituida pela de asturo-leonês, mais conforme com a sua antiga extensão histórica e geográfica » (Convenção orthográfica, 1999 : 9).

10 « Décisions glottopolitiques symboliques qui s’appliquent à un système qu’on classerait autrement comme dépendant d’un autre, les différences linguistiques étant minimisées, et qui érigent ces différences en écarts significatifs, procédant ainsi à la reconnaissance de ce qui existait déjà sur le terrain et donnant naissance par déclaration solennelle à une nouvelle langue » (Guespin & Marcellesi, 1990 : 144).

11 « Langue dont l’unité est abstraite et résulte d’un mouvement dialectique et non de la simple ossification d’une norme unique et dont l’existence est fondée sur la décision massive de ceux qui la parlent de lui donner un nom particulier et de la déclarer autonome des autres langues reconnues » (Marcellesi, 1988 : 809).

12 Cela renvoie aux notions de coiffure linguistique ou de langue toit (Dachsprache) (Muljačić, 1996) et d’ « idiome exposé » ou séparé par une frontière, notamment, de l’influence et de la tutelle diglossique exercée par une variété officielle et commune, comme le corse par rapport à l’italien par exemple (Muljačić, 1983 : 75-79).

13 Cette opinion est avancée par José Manuel Pérez Fernández. Selon lui, cette notion de langue traditionnelle est identique, sur le fond, à celle de langue propre avec laquelle elle possède en commun le reconnaissance identitaire, cela découlant explicitement de la formulation de l’article 15.1 de la loi de 1998 : « les toponymes de la Communauté autonome de la Principauté des Asturies auront pour dénomination officielle leur forme traditionnelle », alors que ce caractère est nié au castillan (Pérez, 2005 : 50-51).

14 « Se tendrá por válido a todos los efectos el uso del bable/asturiano en las comunicaciones orales o escritas de los ciudadanos con el Principado de Asturias ».

15 Ce terme a pu être à l’origine un hétéronyme péjoratif, ayant la même origine expressive que le français babiller ou l’anglais to babble (Corominas, 1954-57).

16 Cela est particulièrement perceptible en lisant les citations retenues par R. d’Andrés à ce propos (Andrés, 2002 : 138-152).

Auteur

Alain VIAUT - alain.viaut@msha.fr - est linguiste, chargé de recherches au CNRS (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine) / Bordeaux 3. Il travaille dans un cadre pluridisciplinaire sur les langues minoritaires en Europe. Il a abordé en relation avec celles-ci certaines notions (standardisation, variation, normalisation linguistique, frontière et espace linguistiques), et pratiques (ateliers d’écriture, langage technique en situation de diglossie). Outre ses productions sur l’occitan (Flor de vinha, 1992, sur la terminologie viticole occitane en Médoc, Écrire pour parler : los Tradinaires, 1998, sur un atelier d’écriture occitan en milieu rural dans cette même région), pour lequel il continue de mener des recherches de terrain, il a entre autre dirigé deux ouvrages collectifs : Langues d’Aquitaine. Dynamiques institutionnelles et patrimoine linguistique (1995), et dans un cadre international, en relation avec la notion de territoire linguistique, Variable territoriale et promotion des langues minoritaires (2007). Il s’est aussi intéressé à la configuration particulière des langues minoritaires de l’Espagne à travers, en particulier, l’occitan dans le Val d’Aran, l’asturien et la notion de langue propre. UMR 5222 Europe européanité européanisation (EEE), CNRS - Université de Bordeaux 3

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable