Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Internet et la démocratie numérique

 | 
Philippe Ségur
, 
Sarah Périé-Frey

L'Internet, un complément de la démocratie ?

La fracture numérique : les inégalités d’accès

Charlotte Trilha

Texte intégral

  • 1 Barlow John Perry, « Déclaration d’indépendance du cyberespace », Libres enfants du savoir numériqu (...)

1C’est dans la Déclaration d’indépendance du cyberespace de 1996 que John Perry Barlow, poète et militant libertaire, affirme la chose suivante : « nous créons un monde où tous peuvent entrer, sans privilège ni préjugé dicté par la race, le pouvoir économique, la puissance militaire ou le lieu de naissance. Nous créons un monde où chacun, où qu’il se trouve, peut exprimer ses idées, aussi singulières qu’elles puissent être, sans craindre d’être réduit au silence ou à une norme. »1.

2La fracture numérique désigne ainsi les inégalités d’accès aux technologies numériques, c’est-à-dire, tout ce qui touche à l’informatique et aux télécommunications2. Il est alors aussi possible d’entendre l’expression de « fossé numérique », puisque celle de fracture numérique était calquée sur la fameuse « fracture sociale », expression utilisée lors de la campagne électorale de Jacques Chirac en 1995, dénonçant le gouffre séparant une certaine tranche socialement intégrée de la population d’une autre composée d’exclus.

  • 3 « Lutte contre la fracture numérique dans le monde », La Documentation française, [en ligne] http:/ (...)

3La fracture numérique est la traduction de l’expression américaine Digital Divide apparue à la fin des années 1990, aux États-Unis, sous la plume des rapporteurs de l’Administration nationale des télécommunications et de l’information, dépendant du département américain du Commerce, de l’Économie et des Statistiques3.

4La Déclaration d’indépendance du cyberespace précédemment évoquée découle d’une philosophie initiale de l’Internet plutôt utopique, et très éloignée de ce qu’elle peut être de nos jours. En effet, les derniers hippies des seventies, déçus de l’essoufflement de leur mouvement, se tournent alors vers ce nouvel espace que constitue l’Internet pour créer de nouvelles communautés. L’Internet connaîtra ainsi au fil du temps un essor historique sans précédent.

5Se créa dans cette dynamique un nouvel espace, aux finalités démocratiques, se voulant public, c’est-à-dire ouvert à tous, qui tend à être un espace de rassemblement n’appartenant à personne. Qui dit démocratie dit égalité, et c’est dans cet élan qu’apparaissent peu à peu ces inégalités d’accès : une fracture numérique dans une société dite « de l’information » succédant à une société dite « industrielle ».

  • 4 J. Leca et R. Papini, « Les démocraties sont-elles gouvernables ? », Persée, [en ligne] http:// www (...)
  • 5 « 2,3 milliards de personnes dans le monde sont connectées à Internet », Nouvel Obs, [en ligne] htt (...)

6La Déclaration d’indépendance du cyberespace de John Perry Barlow se trouve alors atténuée par les évolutions contemporaines des démocraties libérales, dont certains se demandent si elles sont réellement gouvernables au vu des nombreuses difficultés4 qu’elles rencontrent, tant idéologiques que pratiques. Et ici, la révolution numérique initiée dans les années 90 a laissé sur le bord de la route de l’accès à l’équipement et à l’Internet une partie de la population, comme le prouvent les chiffres issus d’une étude parue dans le Nouvel Obs, puisque début 2012, il y avait 2,3 milliards d’internautes dans le monde, soit plus d’un tiers de la population de la Terre5. Plus précisément en France il y a 40 millions d’internautes c’est-à-dire 65,7 % de la population qui utilise l’Internet.

7Alors que nos élites s’efforcent, en apparence, de rendre les démocraties occidentales plus justes et plus stables, il sera intéressant de comprendre en quoi cette fracture représente encore une nouvelle source d’inégalité sociale bien que notre chère République française est fondée sur le célèbre adage « liberté, égalité, fraternité ». Car si la révolution engendrée par l’apparition de l’électricité n’a pas donné naissance à un débat sur « la démocratie électrique », il est acquis que celle du numérique a clairement relancé le débat sur la démocratie. En effet, une démocratie repose sur une participation citoyenne, indispensable à sa vie6. Ce terme est originaire du grec demos peuple et kratos pouvoir, autorité, il s’agira donc d’un gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple et ce, sans distinction aucune de race, d’appartenance sociale ou autre. Tout comme en dispose l’article 2 de la Constitution de la Vème République Française de 1958. Ici il s’agit donc d’un nouvel espace public numérique.

8Dans cette analyse de la fracture numérique il sera donc judicieux d’identifier dans un premier temps ces dites inégalités, en entrant au cœur même de cette fracture (I), pour pouvoir cerner dans un second temps l’importance démocratique de cette lutte (II).

I. Des inégalités remettant en cause le dogme démocratique

9L’Internet s’est tellement développé au fil du temps qu’il est désormais considéré comme un nouvel espace public à part entière pouvant redynamiser la citoyenneté et donc la démocratie. Pourtant la révolution numérique a laissé sur le bord de la route bon nombre de personnes (A) pouvant remettre en cause dangereusement le modèle démocratique (B).

A. L’évolution des inégalités

  • 7 « Les oubliés du numérique », L’observatoire des inégalités, [en ligne] http://www. inegalites.fr/a (...)
  • 8 « Chine. La censure chinoise, comment ça marche ? », Courrier International,[en ligne] http://www.c (...)
  • 9 « Couverture 3G : de fortes inégalités territoriales, en attendant le Très haut débit », Avicca [en (...)

10D’après l’Observatoire des Inégalités7, un cinquième de la population française n’a pas accès à l’Internet selon les données 2013 du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie. Le taux atteint 40 % chez les plus démunis (moins de 900 euros mensuels) ou les personnes âgées. Bien sûr, chez les jeunes ou les cadres supérieurs, l’accès est généralisé, avec des taux qui dépassent les 90 %. Mais toujours d’après cette même source, les inégalités se réduiraient entre 1996 et 2013. En effet, l’indice d’inégalité d’équipement en ordinateur à domicile, calculé par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie est passé de 29 % à 9 %. Pour le téléphone mobile, il s’est réduit de 37 % à 5 %. Enfin, pour la connexion à l’Internet il a plongé de 40 % en 1999 à 9 % en 2013. Les inégalités sembleraient donc se réduire considérablement au fil du temps. Après avoir dépassé les inégalités « traditionnelles » d’accès qui existent entre les pays Nord / Sud dues à une différence de développement général, il existe ensuite les inégalités d’accès « politico-politique » comme la censure que connaît le peuple chinois où les fournisseurs d’accès à l’Internet sont directement en collaboration avec le régime8. Ou par exemple en France, la couverture hétérogène 3G du territoire représente une inégalité dans un pays pourtant démocratique et unitaire9.

  • 10 P. Brotcorne et G. Valenduc, « Les compétences numériques et les inégalités dans les usages de l’in (...)
  • 11 H. Oberdorff, La démocratie à l’ère du numérique, PUG, 2010, p163.

11C’est en revenant aux chiffres de l’Observatoire des Inégalités qu’il faut comprendre que ces inégalités, sans disparaître complètement, sont passées de l’aspect matériel des inégalités aux inégalités sociales liées à leurs usages, la barrière de l’accès au matériel numérique étant déjà bien dépassée dans les pays développés en général. C’est ce que Hargittaï, célèbre universitaire, en 2002 a été l’une des premières à nommer « fracture numérique au second degré » ou second order digital divide10. Ici entrent en jeu les compétences numériques des utilisateurs face aux contenus de l’Internet et du numérique croisées à ses facteurs cognitifs, sociaux et culturels. C’est ce qu’en sociologie on appellera la « distinction numérique », ou bien « la fracture qualitative » comme l’appelle Henri Oberdorff11, représentée par les maladroits ou les analphabètes de l’espace numérique.

12Traduit en chiffre et en stratification sociale ce constat prend tout son sens, la plupart de ceux qui ont accès utilisent l’Internet presque tous les jours, même si le taux est moindre chez les ouvriers, les indépendants et les retraités. Les démarches administratives par l’Internet concernent 51 % de la population, mais seulement 52 % des ouvriers contre 90 % des cadres. Les trois quarts des ménages dont les revenus sont supérieurs à 3 100 euros font des achats sur l’Internet, contre 32 % de ceux dont les revenus sont compris entre 900 et 1 500 euros.

13Passées les inégalités d’usage, il ne reste plus que les inégalités dites générationnelles qui s’amenuisent au fil du temps, c’est-à-dire, une fois que les générations nées avec l’Internet auront grandi. Les plus anciens restent souvent à l’écart d’un univers dont ils ne voient pas vraiment l’utilité et qu’ils ne comprennent pas toujours12. C’est pour cela d’ailleurs que Merclké et Octobre13 se sont penchés, sociologiquement parlant, sur les usages des adolescents, alors considérés comme la génération Y car ils sont nés et ont grandi en même temps que le numérique. Il est constaté à ce sujet qu’en début de collège, l’usage majoritaire est le jeu (jeux vidéo : 73 %), loin devant les usages communicationnels (messagerie : 33 % ; forums et chats : 20,5 %) et la consommation de produits culturels (consultations de CD-ROM : 29 % ; téléchargement de musique, de DVD, films ou DivX : 23 %).

  • 14 « La stratification sociale des pratiques numériques des adolescents », Recherches en sciences soci (...)

14Un peu plus tard encore au collège, les usages se diversifient et deviennent plus fréquents, à l’exception des jeux vidéo : les usages communicationnels se démultiplient (courrier électronique : 57 % ; messagerie instantanée : 75 % ; forums et chats : 22 %) ; la consommation culturelle prend une place importante (celle de musique est multipliée par 2, et celle de films, quasi inexistante auparavant, concerne désormais 39,5 % des adolescents qui utilisent un ordinateur), et s’accompagne d’un développement de la création (dessins, photos : 33 %), quand, dans le même temps, la pratique « traditionnelle » de ces mêmes activités est en déclin. Par ailleurs ce qui est intéressant ici c’est que c’est l’accroissement de la pression scolaire qui va favoriser l’augmentation des recherches sur l’Internet (56 % en début de collège, 79 % au lycée), nouvelle encyclopédie interactive du savoir. L’ordinateur joue ainsi de la porosité des registres, éducatif et ludique : il s’impose tout à la fois comme mode d’accès au savoir et outil de travail scolaire (la part de ceux qui utilisent l’ordinateur pour faire leurs devoirs est multipliée par 25 avec le passage en seconde moitié de collège), mais aussi comme porte ouverte sur l’ensemble des centres d’intérêts des adolescents, au premier rang desquels figurent la sociabilité amicale et la conversation avec les pairs. Ainsi, dès le début du collège, les usages mixtes sont devenus majoritaires14.

15Ces inégalités sont considérées comme telles car elles peuvent entraver le bon déroulement de la démocratie, et peuvent laisser sur le bord de la route certaines personnes dépassées par les nouvelles technologies et qui ne seront pas capables par exemple « d’adhérer » au concept de l’e-Administration que voudrait la réforme de l’État dans un but de simplification et de transparence, bref de performance de l’action publique.

B. La remise en cause démocratique

16Comme nous l’avons vu précédemment, l’Internet peut être un booster de démocratie et de citoyenneté et plus précisément de la démocratie participative désignant l’ensemble des dispositifs et des procédures qui permettent d’augmenter l’implication des citoyens dans la vie politique et d’accroître leur rôle dans les prises de décision15. Malgré cela, à cause des inégalités qui ont entrainé cette révolution numérique, le débat sur la démocratie, et ici la démocratie numérique, s’en est trouvé renouvelé ou du moins reconfiguré. En ce sens que démocratie et inégalité n’ont jamais fait bon ménage et encore plus sous l’égide de l’ère du numérique où la société se retrouve de plus en plus informée.

  • 16 H. Oberdorff, op.cit., p159.

17C’est l’intelligence du citoyen qui est en cause et plus précisément celle du cyber-citoyen dans ce nouvel espace qu’est l’espace public numérique, plus il sera informé plus il sera capable de remettre en cause la démocratie16. Le rêve démocratique est alors en jeu car la démocratie demande de la participation, les inégalités étant diamétralement opposées à cela puisque le précédent constat veut qu’il y ait un décalage entre citoyens connectés et citoyens non connectés.

18Et si la fracture sociale est un fléau pour la démocratie il peut en être autant de la fracture numérique, la matière même de la démocratie étant la participation générale de tous pour parvenir à faire société ensemble qui est indispensable. En effet la démocratie ne fonctionnera pas si elle ne peut pas s’appuyer sur des citoyens qui contribueront à sa vie. Calquée sur la révolution numérique cela rappelle alors la vision utopique de la Déclaration d’indépendance du cyber espace de John Berry Barlow.

  • 17 « Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 », Légifrance, [en ligne] http://www. leg (...)
  • 18 « Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 », Conseil constitutionnel [en ligne] http:// www (...)
  • 19 « Texte intégral de la Constitution du 4 octobre 1958 en vigueur », Conseil constitutionnel [en lig (...)

19La démocratie française est protégée par l’égalité des citoyens, comme en dispose par exemple la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 dans ses articles 1, 6 et 1317, le Préambule de la Constitution de 1946 aux alinéas 12 et 1318 ainsi que la Constitution de 1958 en ses articles 1, 2 et 319. Il s’agit autant d’égalité de la personne humaine et de ses droits que d’égalité devant les pouvoirs politiques et le droit.

20Mais il est évident que tous ces droits ont vu le jour en réponse à de nombreuses évolutions sociétales, tout comme le fut la Révolution Française de 1789 ou la Constitution de 1946 à caractère très social en réponse à la reconstruction d’Après-guerre. À ce titre la révolution numérique représente une évolution sociétale mondiale20. Et c’est comme cela qu’ensuite, la jurisprudence prendra le relais pour consacrer juridiquement ces droits nouveaux comme ce fut le cas avec la décision du Conseil constitutionnel de 1982 « quotas par sexe » consacrant l’égalité des sexes, ou encore son autre décision de 1990 « allocation supplémentaire de solidarité » qui consacra l’égalité entre français et étranger.

  • 21 Autorité de la concurrence, « Décision 14-D-10 du 25 septembre 2014 », [en ligne] http://www. autor (...)

21Voilà pourquoi en premier lieu le débat sur l’accès au numérique fut approfondi, afin de protéger et consacrer la démocratie et la démocratie numérique, de manière à aller dans le sens peut être d’une nouvelle consécration d’un droit au numérique, nouveau droit fondamental à concilier avec d’autres. D’ailleurs, l’Autorité de la concurrence a été saisie par l’entreprise Orange, dénonçant SFR et sa publicité mensongère quant à sa couverture 4G21. C’est par l’action de la jurisprudence que ce débat est devenu central aussi bien en France qu’au Parlement Européen, par exemple à l’occasion de la discussion au Parlement du projet de loi sur les relations de l’Internet et de la création (droits d’auteurs face aux téléchargements illégaux).

  • 22 A. Rallet et F. Rochelandet, « La fracture numérique : une faille sans fondement ? », [en ligne] ht (...)

22De nos jours, un nombre croissant de services passent par l’Internet, le courrier électronique et l’ordinateur. En effet, les exemples sont nombreux : déclaration d’impôts, le moniteur, et encore beaucoup plus excluant, l’énorme pourcentage des offres d’emploi uniquement diffusées par l’Internet. C’est pourquoi les pouvoirs publics se doivent d’intervenir, et même de consacrer un futur nouveau droit. En effet, les plus grandes institutions internationales s’en préoccupent comme les Nations Unies et son Secrétaire Général, Kofi Annan qui estime que « les gens manquent de beaucoup de choses : emploi, logement, alimentation, soins de santé et eau potable. Aujourd’hui être coupé des services de télécommunication de base est une épreuve presque aussi aiguë que ces autres privations, et peut même réduire les chances de trouver des remèdes à ces dernières »22.

II. La prise en charge des effets inégalitaires de la fracture numérique

23Tout comme une nutritionniste contrôlera et canalisera les possibles effets néfastes d’une mauvaise alimentation, l’État se devra aussi de contrôler, de juguler tout phénomène nouveau venant gêner le bon fonctionnement démocratique de son régime, ici il s’agit donc de l’Internet (A), et comme la célèbre expression « aux grands maux les grands remèdes », l’État ne sera pas seul dans cette lutte puisque le secteur privé trouvera aussi son intérêt dans ce combat contre la fracture numérique (B).

A. Des moyens publics de lutte tant nationaux qu’internationaux

24Il serait logique d’éduquer intelligemment les jeunes générations afin qu’elles ne deviennent pas comme pour certains d’entre nous des maladroits du numérique au sens d’Henri Oberdorff. C’est pourquoi à la rentrée 2014-2015 le gouvernement a annoncé la généralisation de l’Internet à l’école avec la mise en œuvre d’un plan numérique programmé pour 2016, ce qui offre, selon eux, un réel potentiel de renouveau pédagogique23. L’école ne peut ignorer l’importance du numérique qui intervient aujourd’hui dans toutes les disciplines. C’est pourquoi, le ministère en charge de l’Éducation nationale a élaboré une stratégie ambitieuse pour accompagner l’école dans la révolution numérique. L’objectif étant de réaliser un investissement sans précédent de 1 milliard d’euros sur 3 ans en faveur des ressources du numérique éducatif et de l’équipement. Après avoir réuni plus de 60 000 participants, la concertation nationale sur le numérique s’est achevée, le 7 mai 2015.

25Dans la même perspective, les collectivités territoriales ont intégré dans leurs missions la prise en compte de la fracture sociale initiée par l’Internet et son accès, c’est comme cela que la Région Languedoc Roussillon a financé à 100 % l’équipement d’ordinateur portable de tous les lycéens de toute la région, afin de pallier aux inégalités d’équipement mais également pour continuer à promouvoir ce nouvel outil de partage et de consultation qu’est l’ENT (Espace Numérique de Travail).

  • 24 Portail national Eduscol, « B2i, C2i… et autres attestations informatiques et Internet », [en ligne (...)

26Toutes ces actions publiques suivent une dynamique logique « d’initiation » au numérique puisqu’à tous les niveaux, de l’Éducation Nationale fait passer des niveaux informatiques, comme c’est le cas au collège avec le B2i ou à la faculté avec le C2i24.

27C’est pour assurer l’égalité des chances, que l’Éducation nationale dispense à chaque futur citoyen la formation aux utilisations des technologies de l’information et de la communication qui lui permettra premièrement d’en faire une utilisation raisonnée, de percevoir les possibilités et les limites des traitements informatisés, deuxièmement de faire preuve d’esprit critique face aux résultats de ces traitements, et troisièmement d’identifier les contraintes juridiques et sociales dans lesquelles s’inscrivent ces utilisations.

  • 25 « B2i, C2i … et autres attestations informatiques et Internet », Portail national Eduscol, [en lign (...)

28Tous les écoliers, collégiens et apprentis, de l’enseignement primaire au lycée et CFA sont concernés par le B2i. Dans le supérieur, les C2i, jalonnent, pour les étudiants, un parcours de formation. À travers la formation des étudiants c’est, à terme, l’ensemble des professions, qui est visé. Il existe aussi un B2i pour les adultes et d’autres attestations de maîtrise des outils informatiques et de l’Internet en France tout comme dans le monde du travail grâce à l’accès à la formation professionnelle25.

29Au niveau national, c’est Axelle Lemaire, Secrétaire d’État chargée du numérique auprès du Ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique, qui agit pour la révolution numérique. En effet, elle prône une France à très haut débit ou encore l’ouverture des données publiques26. Ce qui traduit une réelle volonté gouvernementale d’agir en conséquence de cette nouvelle ère numérique afin qu’aucun citoyen ne soit exclu de cette nouvelle société de l’information toujours dans l’objectif de préserver la démocratie.

  • 27 « A propos de l’UIT », Union Internationale des Télécommunication (UIT), [en ligne] http://www. itu (...)
  • 28 « Pour l’ONU, la gouvernance du Web doit réduire la fracture numérique », Le Monde, [en ligne] http (...)

30Cette volonté n’est pas que nationale mais également internationale puisque dès les années 90 et l’apparition de cette digital divide, l’Union internationale des télécommunications a décidé lors de sa Conférence de Minneapolis en 1998 de créer un sommet mondial sur la société de l’information (SMSI). La première phase a eu lieu à Genève, du 10 au 12 décembre 2003 et a défini un programme visant à réduire la fracture numérique, partant du principe que l’accès de tous à l’Internet est indispensable, 175 pays s’engagent alors dans le même sens grâce à des plans d’actions communs27. Dans le prolongement de cela, en avril 2014 lors du Sommet international Net Mundial à Sao Paulo, l’Organisation des Nations Unies utilise la notion de gouvernance du Web devant réduire la fracture numérique entre ceux qui ont accès au réseau et les autres28 , représentant deux tiers de la population mondiale, par une implication, une consultation, même des acteurs exclus.

  • 29 « Pour l’ONU, la gouvernance du Web doit réduire la fracture numérique », Le Monde», op.cit.

31Le secrétaire adjoint des Nations Unies pour les affaires économiques et sociales, Wu Hongbo, a d’ailleurs déclaré qu’il était essentiel que les politiques de gouvernance de l’Internet continuent de porter la liberté d’expression et la libre-circulation des informations. Il considère qu’un nombre croissant de personnes disposent désormais d’une plate-forme pour manifester leurs opinions et participer dans la société, c’est-à-dire participer à la démocratie29.

  • 30 « eEurope - Une société de l’information pour tous », Synthèse de la législation de l’UE, [en ligne (...)
  • 31 « Lutte contre la fracture numérique dans le monde », La documentation française, [en ligne ] http: (...)
  • 32 A. Rallet et F. Rochelandet, « La fracture numérique : une faille sans fondement ? », op.cit.

32Il en est de même pour l’Union Européenne qui lutte contre l’exclusion numérique et pour l’e-Inclusion. La Commission européenne s’est ainsi efforcée de mettre en œuvre des programmes baptisés e-Europe 2002, puis e-Europe 2005, qui ont été orientés vers le soutien à l’accessibilité des technologies de l’information et de la communication à destination des publics socialement défavorisés comme les personnes handicapées, personnes âgées, demandeurs d’emploi, migrants ou individus illettrés30. Le premier plan d’action e-Europe consistait surtout sur l’extension de la connectivité en Europe. Approuvé par le Conseil européen de Séville en juin 2002, le programme e-Europe 2005 était quant à lui orienté pour traduire cette connectivité par un accroissement de la productivité économique et une amélioration de la qualité et de l’accessibilité des services au profit de l’ensemble des citoyens européens, en s’appuyant sur une infrastructure large bande sécurisée et disponible au plus grand nombre31. Dans tous les cas, il s’agit là de politiques publiques impulsées par des pouvoirs ou des institutions publiques découlant d’une certaine idéologie de prise en charge publique. Pourtant, à cela s’oppose la vision du secteur privé. Michael K. Powell, Président de la Federal Communications Commission, illustre cette idéologie en déclarant : « je pense qu’il y a une « fracture mercedes ». J’aimerais en avoir une mais je ne peux pas me le permettre »32.

B. Des moyens de lutte privés

33À titre privé il existe en effet énormément d’actions de lutte contre la fracture numérique, car il ne faut pas oublier que le privé fait aussi le collectif donc la société, il est aussi important de lutter à ce niveau-là. Axelle Lemaire a d’ailleurs salué la stratégie digitale de la SNCF, ayant un statut juridique hybride entre le privé et le public (EPIC)33, faisant la part belle à l’innovation ouverte, voulant un meilleur accompagnement des usagers et clients SNCF grâce à davantage de connectivité en gare et dans les trains en 3G/4G ou WIFI. Mais les initiatives ne proviennent pas uniquement de politique publique étatique34, il faut savoir qu’il existe aussi beaucoup de démarches privées et/ou entrepreneuriales afin de lutter contre cette fracture numérique qui au final si elle limite la démocratie peut aussi limiter le secteur privé voulant lui aussi surfer sur cette nouvelle vague numérique.

34Cependant c’est l’entreprise Orange qui est le plus bel exemple « d’inclusion numérique », par opposition à la fracture numérique, puisqu’au travers de leur Fondation, ils ont porté le projet « orange solidarité numérique »35. Il vise à réduire la fracture numérique avec pour ambition d’accompagner les personnes exclues du monde numérique vers plus d’autonomie dans l’utilisation de ces outils de communication et comprendre ce qu’ils peuvent apporter dans la vie de tous les jours. Ils proposent alors bénévolement aux adhérents d’associations partenaires de la Fondation, des ateliers aux usages numériques adaptés à leurs besoins, qui peuvent aller des premiers pas sur un ordinateur et l’Internet à la rédaction d’un CV, au perfectionnement en bureautique, à l’utilisation des réseaux sociaux voire à des usages plus avancés.

  • 36 « Entreprises : engagez-vous contre la fracture numérique », Renaissance numérique, [en ligne] http (...)
  • 37 « Le numérique renforce le lien social, selon Axelle Lemaire secrétaire d’Etat chargée du Numérique (...)

35Dans le prolongement de cette belle action, il existe également un think tank en relation étroite avec la Fondation Orange appelé « renaissance numérique » ayant pour franc leitmotiv « entreprise : engagez-vous contre la fracture numérique ! »36. Il a pour triple vocation de produire des réflexions sur les enjeux politiques, sociaux et économiques du numérique, d’apporter des solutions concrètes aux problèmes que pose le numérique et de réduire la fracture numérique qui se dessine entre ceux qui bénéficient des outils numériques et ceux qui n’en bénéficient pas encore37.

  • 38 « Le numérique pour la santé, le lien social et intergénérationnel, le maintien à domicile des seni (...)
  • 39 « Emmaüs Connect poursuit sa lutte contre la fracture numérique », 01net, [en ligne] http:// www.01 (...)

36Il existe aussi de nombreuses associations luttant contre la fracture numérique, toutes à différents niveaux, comme par exemple l’association E-seniors aidant à lutter contre les inégalités générationnelles en affichant haut et fort que « la vie commence à 50 ans »38, et proposant de nombreux ateliers numériques. Ou encore la célèbre association Emmaüs qui poursuit sa lutte contre la fracture numérique en proposant des ordinateurs et des téléphones portables à très bas prix pour les personnes à faible revenu39. À moindre échelle, le fait d’entreprendre l’ouverture de cybercafés de proximité dans des quartiers défavorisés ou pas, permet de lutter contre les inégalités d’accès matérielles.

37L’Abbé Pierre utilise la célèbre phrase de Sartre « l’enfer c’est les autres » pour illustrer les effets néfastes de la fracture sociale et déclare : « je suis intimement convaincu du contraire. L’enfer, c’est soi-même coupé des autres ». Cette remarque est fortement d’actualité, et encore plus avec le développement de la fracture numérique, car l’accès aux réseaux et aux technologies numériques est devenu l’une des conditions d’intégration dans notre société dite démocratique. Voilà pourquoi ce débat et cette lutte sont cruciaux tant au niveau national qu’au niveau international. Même si la barrière matérielle a pratiquement été dépassée il faudra de longues années de politiques publiques et d’actions privées afin d’éduquer du mieux possible les jeunes générations en proie à un désenchantement de la vie en société en général. Tout comme la fracture sociale a pu avoir de grands effets dévastateurs sur la démocratie et la vie en société il en sera de même avec la fracture numérique, car une chose est sûre, en société il n’est pas bon de séparer et d’exclure.

Notes

1 Barlow John Perry, « Déclaration d’indépendance du cyberespace », Libres enfants du savoir numérique, Paris, Editions de l’Éclat, « Hors collection », 2000, p. 47-54 [en ligne] http://www.cairn.info/libres-enfants-du-savoir-numerique--9782841620432-page-47.htm (consulté le 18/02/2015).

2 « Numérique », Dictionnaire Larousse, [en ligne] http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/num%C3%A9rique/55253?q=num%C3%A9rique#54878 (consulté le 18/02/2015).

3 « Lutte contre la fracture numérique dans le monde », La Documentation française, [en ligne] http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/internet-monde/fracture-numerique.shtml (consulté le 18/02/2015).

4 J. Leca et R. Papini, « Les démocraties sont-elles gouvernables ? », Persée, [en ligne] http:// www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polit_0032-342x_1985_num_50_4_3521_ t1_1051_0000_3 (consulté le 18/02/2015).

5 « 2,3 milliards de personnes dans le monde sont connectées à Internet », Nouvel Obs, [en ligne] http://obsession.nouvelobs.com/high-tech/20121011.OBS5267/2-3-milliards-de-personnes-dans-le-monde-sont-connectees-a-internet.html (consulté le 18/02/2015).

6 « Démocratie », Toupie, [en ligne] http://www.toupie.org/Dictionnaire/Democratie.htm (consulté le 18/02/2015).

7 « Les oubliés du numérique », L’observatoire des inégalités, [en ligne] http://www. inegalites.fr/article.php3 ?id_article =467 (consulté le 18/02/2015).

8 « Chine. La censure chinoise, comment ça marche ? », Courrier International,[en ligne] http://www.courrierinternational.com/article/2013/10/23/ces-entreprises-zelees-qui-aident-la-censure-d-etat (consulté le 18/02/2015).

9 « Couverture 3G : de fortes inégalités territoriales, en attendant le Très haut débit », Avicca [en ligne] http://www.avicca.org/actualite/couverture-3g-de-fortes-inegalites-territoriales-en-attendant-le-tres-haut-debit (consulté le 18/02/2015).

10 P. Brotcorne et G. Valenduc, « Les compétences numériques et les inégalités dans les usages de l’internet » [en ligne] https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2009-1-page-45.htm (consulté le 18/02/2015).

11 H. Oberdorff, La démocratie à l’ère du numérique, PUG, 2010, p163.

12 « Les oubliés du numérique », L’observatoire des inégalités, [en ligne] http://www. inegalites.fr/article.php3 ?id_article =467 (consulté le 18/02/2015).

13 « Une enquête inédite », Sciences humaines, [en ligne] http://www.scienceshumaines.com/une-enquete-inedite_fr_27072.html (consulté le 18/02/2015).

14 « La stratification sociale des pratiques numériques des adolescents », Recherches en sciences sociales sur Internet, [en ligne] https://reset.revues.org/129 (consulté le 18/02/2015).

15 « Démocratie participative », Toupie, [en ligne] http://www.toupie.org/Dictionnaire/Democratie_participative.htm (consulté le 18/02/2015).

16 H. Oberdorff, op.cit., p159.

17 « Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 », Légifrance, [en ligne] http://www. legifrance.gouv.fr/Droit-francais/Constitution/Declaration-des-Droits-de-l-Homme-et-du-Citoyen-de-1789 (consulté le 18/02/2015).

18 « Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 », Conseil constitutionnel [en ligne] http:// www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/la-constitution-du-4-octobre-1958/preambule-de-la-constitution-du-27-octobre-1946.5077.html (consulté le 18/02/2015).

19 « Texte intégral de la Constitution du 4 octobre 1958 en vigueur », Conseil constitutionnel [en ligne] http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/la-constitution-du-4-octobre-1958/texte-integral-de-la-constitution-du-4-octobre-1958-en-vigueur.5074.html (consulté le 18/02/2015).

20 P. Cottier, « Révolution numérique ou évolution sociétale ? », [en ligne] http://draaf.e-lyco.fr/lectureFichiergw.do?ID_FICHIER=427 (consulté le 13/03/2015).

21 Autorité de la concurrence, « Décision 14-D-10 du 25 septembre 2014 », [en ligne] http://www. autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php ?id_rub =591&id_article =2433 (consulté le 13/03/2015).

22 A. Rallet et F. Rochelandet, « La fracture numérique : une faille sans fondement ? », [en ligne] https://www.cairn.info/revue-reseaux1-2004-5-page-19.htm (consulté le 13/03/2015).

23 Portail du Gouvernement, « L’école numérique », [en ligne] http://www.gouvernement.fr/action/l-ecole-numerique (consulté le 18/02/2015).

24 Portail national Eduscol, « B2i, C2i… et autres attestations informatiques et Internet », [en ligne] http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/archives/b2ic2i (consulté le 18/02/2015).

25 « B2i, C2i … et autres attestations informatiques et Internet », Portail national Eduscol, [en ligne] http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/archives/b2ic2i (consulté le 18/02/2015).

26 « Axelle Lemaire », Portail du Gouvernement, [en ligne] http://www.gouvernement.fr/ministre/axelle-lemaire (consulté le 18/02/2015).

27 « A propos de l’UIT », Union Internationale des Télécommunication (UIT), [en ligne] http://www. itu.int/fr/about/Pages/default.aspx (consulté le 18/02/2015).

28 « Pour l’ONU, la gouvernance du Web doit réduire la fracture numérique », Le Monde, [en ligne] http://www.lemonde.fr/technologies/article/2014/04/24/la-gouvernance-d-internet-doit-reduire-la-fracture-numerique-estime-l-onu_4406147_651865.html (consulté le 18/02/2015).

29 « Pour l’ONU, la gouvernance du Web doit réduire la fracture numérique », Le Monde», op.cit.

30 « eEurope - Une société de l’information pour tous », Synthèse de la législation de l’UE, [en ligne] http://europa.eu/legislation_summaries/information_society/strategies/l24221_fr.htm (consulté le 18/02/2015).

31 « Lutte contre la fracture numérique dans le monde », La documentation française, [en ligne ] http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/internet-monde/fracture-numerique.shtml (consulté le 18/02/2015).

32 A. Rallet et F. Rochelandet, « La fracture numérique : une faille sans fondement ? », op.cit.

33 « Le statut d’EPIC », SNCF, [en ligne] http://www.sncf.com/fr/portrait-du-groupe/epic (consulté le 13/03/2015).

34 « Emmanuel Macron et Axelle Lemaire saluent la stratégie digitale de la SNCF qui fait la part belle à l’innovation ouverte », Communiqué de presse du gouvernement, [en ligne] http://www.youscribe. com/catalogue/tous/emmanuel-macron-et-axelle-lemaire-saluent-la-strategie-digitale-de-la-2542835 (consulté le 18/02/2015).

35 « Le numérique, un outil essentiel », Orange solidarité, [en ligne] http://orangesolidarite.com/fr/accueil (consulté le 18/02/2015).

36 « Entreprises : engagez-vous contre la fracture numérique », Renaissance numérique, [en ligne] http://www.renaissancenumerique.org/actualites/rn/664-entreprises-engagez-vous-contre-la-fracture-numerique (consulté le 18/02/2015).

37 « Le numérique renforce le lien social, selon Axelle Lemaire secrétaire d’Etat chargée du Numérique », The innovation and strategy blog, [en ligne] http://theinnovationandstrategyblog.com/2014/07/numerique-renforce-lien-social/ (consulté le 18/02/2015).

38 « Le numérique pour la santé, le lien social et intergénérationnel, le maintien à domicile des seniors », Association E-Senior, [en ligne] http://www.e-seniors.asso.fr/ (consulté le 18/02/2015).

39 « Emmaüs Connect poursuit sa lutte contre la fracture numérique », 01net, [en ligne] http:// www.01net.com/editorial/633773/emmaus-connect-poursuit-sa-lutte-contre-la-fracture-numerique/ (consulté le 08/02/2015).

© Presses universitaires de Perpignan, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable