Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le métier de la politique sous la IIIe République

 | 
Yves Billard

Première partie. L’engagement

2. Diversité des hommes

Texte intégral

1Les premières années de la IIIe République ont été surnommées la « République des ducs ». Parmi les premiers présidents du Conseil, on trouve le duc de Broglie. Le duc Decazes est ministre des Affaires étrangères de 1873 à 1877 dans ces gouvernements faisant la transition entre le régime provisoire et l’instauration des nouvelles institutions républicaines (1875-1876). Le duc d’Audiffret-Pasquier est tout à la fois le dernier président de l’Assemblée nationale constituante jusqu’en mars 1876, puis le premier président du Sénat selon la Constitution de 1875. Le président de la République est alors le maréchal de Mac-Mahon, duc de Magenta.

2La dernière Chambre des députés de la IIIe République, élue en 1936, celle du Front populaire, est la première à donner la majorité à un gouvernement à direction socialiste, celui de Léon Blum. La Chambre élue en 1936 compte 56 ouvriers (deux fois plus que dans la Chambre précédente et onze fois plus qu’en 1876), 33 employés (un record), 16 fonctionnaires de rang moyen ou subalterne (autre record) et 33 instituteurs, soit trente-trois fois plus qu’en 1876 (également un record).

3Présentée de cette manière elliptique, l’histoire de la IIIe République apparaît simplissime : on est passé du règne de notables, et même de nobles, forcément opulents et réactionnaires, à la démocratie sociale ou presque. Quelques dizaines d’élus de milieu modeste parmi les 626 députés de 1936 attestent tout de même une évidente démocratisation. Cette description du personnel politique de la IIIe République, sans être complètement fausse, est évidemment une caricature. Il convient d’abord de s’intéresser de nouveau aux élus locaux. Ne serait-ce qu’en raison des effectifs, on ne pourrait, parmi les quelque 3 000 conseillers généraux et les 450 000 conseillers municipaux, compter autant de ducs, ou même de rentiers du sol, que dans l’Assemblée nationale de 1871-1876. Les élections municipales de 1935, bien que favorables à la gauche, et les différentes élections cantonales des années 1930 n’ont pas donné lieu à une « invasion » des assemblées locales par des élus issus des classes populaires. Dans les deux cas, on constate une évolution beaucoup plus lente du statut social des élus. Bien évidemment, l’histoire de la IIIe République n’est pas non plus aussi linéaire que la comparaison entre 1875 et 1936 le suggère : on recense plus de propriétaires fonciers dans la Chambre de 1885 que dans celle de 1881, et les ouvriers et les employés sont moins nombreux en 1928 et en 1932 qu’en 1924.

4Le titre du livre de Daniel Halévy La Fin des notables est si souvent cité qu’il paraît caractériser idéalement l’évolution sociale du personnel politique entre 1879 et 1899, sinon pendant toute la durée de la IIIe République. L’ouvrage lui-même consiste en une narration chronologique des événements de la période, mais peut-être est-il plus souvent mentionné pour son excellent titre qu’il n’est lu ? Une évocation de la diversité sociale des hommes politiques de la IIIe République est autant une illustration du phénomène perçu par Halévy qu’une incitation à le discuter et à le nuancer. Cette évolution représente-t-elle bien une démocratisation ou les notables traditionnels qui dominaient les assemblées des années 1870 ont-ils cédé la place à d’autres notables, certes plus divers, souvent plus méritants, mais pas toujours plus représentatifs ?

Les notables : une République faite par eux et pour eux

Les notables traditionnels

5À Essay, commune rurale de l’Orne, le premier maire élu démocratiquement en 1882 selon les nouvelles institutions de la IIIe République est François de Corcelle. Ce jeune diplomate plein d’avenir est le neveu de Charles de Rémusat (jadis ministre de Louis-Philippe) qui, lui-même petit-neveu de Vergennes (ministre de Louis XVI), avait épousé une petite-fille de La Fayette. Localement, François de Corcelle est lié par un écheveau compliqué d’alliances matrimoniales (démêlé par Alain Corbin) au baron Bailly de Barberey (maire d’Essay de 1874 à 1879), au comte de Roederer (maire d’Essay sous le second Empire), ainsi qu’aux Dufriche des Genedes et aux Bel lier de Villiers qui ont donné à Essay des maires sous la Restauration et sous la monarchie de Juillet. Entre 1882 et 1898, François de Corcelle domine la vie municipale d’Essay, même s’il n’est qu’épisodiquement maire lui-même, car sa brillante carrière diplomatique le retient ailleurs (à Rome ou à Washington, par exemple). Après un intermède roturier, le comte Amédée d’Harcourt (gendre de Corcelle) devient maire d’Essay en 1929. Il le reste jusqu’en 1967, date à laquelle son fils Pierre d’Harcourt lui succède...

6Les maires d’Essay constituent un exemple extrême de l’influence des notables. Parce qu’on a là de la noblesse et même de la haute noblesse d’Ancien Régime, des personnages fortunés (Bailly de Barberey et son successeur Corcelle ont des revenus très élevés) et en outre, à travers la carrière de François de Corcelle ou auparavant de Roederer, du talent, des compétences. C’est presque trop pour l’humble village d’Essay ! C’est surtout trop pour être significatif du rôle des notables traditionnels, même dans les débuts de la IIIe République.

7Les notables traditionnels, nobles ou plus souvent propriétaires-rentiers roturiers (souvent descendants des acquéreurs de biens nationaux dans les années 1790), ne dominent politiquement que dans les années 1870 à la faveur d’une conjoncture politique exceptionnelle. Parmi les 645 élus à l’Assemblée nationale constituante, le 8 février 1871, on dénombre 250 propriétaires fonciers ; proportion extravagante que l’on ne retrouve plus dès les élections suivantes. À la Chambre des députés de 1876, on n’en compte plus qu’une centaine. Il est vrai qu’ils ne sont pas toujours faciles à détecter : nombre de « cultivateurs » ou « agriculteurs » sont en réalité propriétaires de terres louées à des fermiers ou à des métayers ; tel s’intitulant « avocat » ou « homme de lettres » a bien fait des études de droit ou un peu écrit, mais c’est de la seule propriété foncière qu’il tire ses revenus. Certes, les assemblées locales, surtout dans la France rurale, sont plus propices à l’influence des propriétaires terriens. Parmi les maires élus en 1882, on dénombre environ 26 % de propriétaires-rentiers. On retrouve des chiffres voisins dans les conseils généraux des départements ruraux : en Haute-Marne, en 1889, 36 % (9 conseillers sur 25) des élus sont rentiers.

8Toute l’histoire des assemblées de la IIIe République raconte le déclin numérique de cette catégorie de notables traditionnels. En 1936, il n’y a plus que 24 propriétaires-rentiers à la Chambre des députés et, à la même époque, ils ne sont qu’environ 13 % des maires. « La fin des notables » ? Si oui, notons que c’est une belle fin, plus proche du Guépard que de 1793, car, même dans les années 1930, le rôle politique de ces propriétaires-rentiers est incommensurablement plus grand que leur poids dans l’ensemble de la société française (moins de 2 % de la population adulte vers 1900, cinq à six fois moins à la fin des années 1930). Si non, c’est qu’ils ont pour l’essentiel été remplacés par d’autres types de notables.

Les nouveaux notables issus des milieux d’affaires

9L’essor de l’industrie et du commerce depuis le xviiie siècle a promu une nouvelle catégorie de notables, bien plus riches en moyenne mais souvent professionnellement actifs. Ils sont administrateurs de sociétés et parfois les dirigent. Quelques-uns, toutefois, vivent du produit de leur capital en rentiers. Le président de la République Félix Faure est l’héritier d’une grande société de commerce havraise. Le sénateur des Bouches-du-Rhône Jules Charles-Roux est président des Savons de Marseille, vice-président de la Compagnie du canal de Suez, puis président de la Compagnie transatlantique, administrateur de Fraissinet, des Distilleries de la Méditerranée, de la Compagnie de chemin de fer du PLM, du comptoir d’Escompte, et enfin régent de la Banque de France. La forte présence des administrateurs de sociétés dans certains gouvernements leur donne presque des allures de conseil d’administration : dans les tout premiers gouvernements, sous la présidence de Thiers (en 1871-1873), on compte trois administrateurs de la Compagnie des mines d’Anzin. À l’inverse, les conseils d’administration de certaines sociétés ressemblent à des conseils des ministres : de 1878 à 1895, sous la présidence d’Albert Christophle (lui-même ministre en 1876-1877), on dénombre jusqu’à six anciens ministres parmi les administrateurs du Crédit foncier.

10Cette collusion entre le milieu politique et les milieux d’affaires a sans doute été à son apogée en 1873-1877, lorsque des orléanistes dirigeaient : le duc de Broglie est vice-président de Saint-Gobain, le duc d’Audiffret-Pasquier, président de la Compagnie des mines d’Anzin et le duc Decazes est évidemment administrateur de la Compagnie de... Decazeville, fondée par son Premier ministre de père. Le règne des républicains modérés de 1879 à 1899 ne paraît pas avoir beaucoup fait baisser l’influence des grandes affaires. Les ministres Camille Krantz, Paul Devès, Eugène Étienne, Florent Guillain ou Maurice Rouvier collectionnaient les mandats d’administrateurs de (grandes) sociétés en bien plus grand nombre que les notables orléanistes. Selon le titre du livre de Jean Garrigues, de 1870 à 1900, on est dans la « République des hommes d’affaires ». Au cours des décennies suivantes, leur présence diminue. Certes, dans les années 1930 encore, des banquiers tel Maurice de Rothschild ou des industriels comme François de Wendel accomplissent des carrières parlementaires. Le banquier Jacques Stern est nommé trois fois ministre entre 1930 et 1936. Néanmoins, la sensibilité de l’opinion publique a évolué. Devenu président du Conseil en 1911, Joseph Caillaux se voit reprocher d’être président des conseils d’administration du Crédit foncier argentin et du Crédit foncier égyptien, alors que personne n’avait fait grief à son père Eugène Caillaux, ministre en 1874-1877, d’être en même temps vice-président de la Compagnie de chemin de fer du PLM. Lorsqu’il devient ministre en 1916, Louis Loucheur démissionne ostensiblement des... 56 conseils d’administration auxquels il émargeait.

11À l’échelle d’une commune, d’un arrondissement ou d’un canton, la domination politique des notables de l’industrie ou du commerce est parfois d’autant plus visible qu’elle transpose sur le plan politique la relation capital/travail en un rapport entre électeurs et élu. À Noisiel, les Menier (propriétaires de la chocolaterie, premier employeur de la commune) se succèdent de père en fils à la mairie de 1871 à 1913. À Bruay-en-Artois, le maire, J. Marmottan, préside le conseil d’administration de la mine de 1871 à 1879 ; ses successeurs de 1879 à 1899 (A. Leroy) et de 1899 à 1919 (J. Elby) sont les directeurs de la mine, Elby étant en outre le gendre de Marmottan. Le paternalisme de ces élus/employeurs ressemble parfois à une version moderne du néo-féodalisme des propriétaires fonciers. Voici comment Émile Cousin présente, en 1890, Capitain, conseiller général de la Haute-Marne :

« Grand industriel, M. Capitain occupe beaucoup d’ouvriers, qui l’estiment et qui l’aiment. Il s’est créé dans le canton de Joinville une situation exceptionnelle, et bien osé serait celui qui essayerait de le combattre. »

12Brasseurs du Nord, sucriers de Picardie, viticulteurs de Bourgogne, il n’est pas rare que les élus tirent leurs revenus de la principale activité économique locale. Jules Siegfried, maire du Havre pendant quarante-deux ans (mais en trois fois), est l’un de ces grands négociants en coton qui font vivre le port. À Bordeaux, tous les maires entre 1871 et 1900 exercent une profession liée au vignoble ou au négoce du vin.

13Ce rôle politique des notables issus du commerce, de l’industrie ou des mines est bien sûr plus visible en ville que dans les communes ou les cantons ruraux. Une enquête dirigée par Maurice Agulhon, Louis Girard, Jean-Louis Robert et William Serman permet de connaître approximativement les professions des maires (il s’agit d’un sondage réalisé sur 1 250 communes de 13 arrondissements dispersés dans toute la France). Les maires dont le métier relève du commerce ou de l’industrie représentent 21 % en 1882 et 25 % en 1936 ; leur poids en légère augmentation est à comparer au déclin des propriétaires rentiers entre les deux mêmes dates (de 26 à 13 %). Si l’on prend en considération les plus grandes villes (en l’occurrence les 50 plus grandes, selon le recensement de 1886), on trouve 48 % de ces notables modernes parmi les maires en 1882 et... 64 % en 1936. Il n’existe pas de synthèse portant sur les conseillers généraux. Les quelques études existantes confirment toutefois ce que l’on observe dans les communes. En Haute-Marne (département plutôt rural mais partiellement industrialisé), en 1889, on ne compte que deux grands industriels, un brasseur et un petit patron de l’artisanat contre neuf rentiers du sol. En revanche, à la même date, au conseil de Paris (rappelons que ses 80 élus sont en même temps conseillers généraux de la Seine), on dénombre neuf industriels et huit marchands contre huit propriétaires-rentiers (fonciers ou immobiliers, en l’occurrence).

14Le poids croissant de ces nouveaux notables est toutefois fortement atténué par l’exercice même de leur profession. En pratique, ceux qui dirigent vraiment leur entreprise ne peuvent faire de la politique un métier, même à temps partiel. Plus facile est la tâche des administrateurs de sociétés, dont l’activité est peu prenante, s’ils ne sont pas en plus gestionnaires. Leur situation est très proche de celle des propriétaires-rentiers. Que leur source de revenu soit « traditionnelle » (fermages, loyers d’immeubles) ou « moderne » (actions, obligations, créances, etc.), ces notables sont les mieux placés pour faire de la politique.

Les avantages du statut de notable

15Tout d’abord, les notables ont du temps. Maire d’une commune importante, député et sénateur sont des fonctions difficilement compatibles avec une autre activité professionnelle. Que les ouvriers et les employés soient aussi peu présents parmi les élus vient en partie de cela : après douze heures, dix heures (loi de 1899) ou même huit heures (loi de 1919) de travail par jour à raison de six ou cinq (loi de 1936) jours par semaine, faire de la politique suppose une grande volonté et du courage. Certes, les rentiers et les capitalistes ne sont pas les seuls à disposer de temps libre. De prospères avocats d’affaires comme Waldeck-Rousseau, Millerand, Poincaré ou Anatole de Monzie pouvaient laisser à des assistants les affaires courantes de leur cabinet. Les chirurgiens Victor Augagneur et Pierre Dézarnaulds passaient à l’hôpital de temps à autre pour y secouer un peu les internes. Quant aux professeurs, leur disponibilité a été assez souvent décriée. L’augmentation du nombre de retraités parmi les maires tout au long de la période s’explique aussi par cette nécessité.

16De surcroît, les notables possèdent de l’argent. Sous la IIIe République, la plupart des fonctions électives sont bénévoles. Seuls les ministres (une demi-douzaine par gouvernement dans les années 1870, près d’une vingtaine dans les années 1930, plus d’une vingtaine en incluant les sous-secrétaires d’État) et le président de la République (unique, par définition) sont bien – et même très bien -rémunérés. Députés et sénateurs perçoivent une « indemnité » de 9 000 francs-or par an (environ 27 500 euros). Elle s’est très vite révélée insuffisante pour couvrir les frais liés à leur fonction. En 1907, on l’a portée à 15 000 francs-or (environ 46 000 euros), ce qui lui a permis de jouer son rôle d’«  indemnité », ni plus ni moins. Les primes pour « frais de représentation » reçues par les maires sont dérisoires. Tous les autres, les quelque 3 000 conseillers généraux, ou a fortiori les 450 000 conseillers municipaux, ne gagnent rien. Or, comme nous le verrons plus en détail, faire de la politique coûte de l’argent : des milliers de francs par an, parfois quelques dizaines de milliers, rarement quelques centaines de francs. Rappelons que vers 1900 un ouvrier gagne en moyenne annuellement environ 1 200 francs, un ouvrier agricole moins de 1 000 francs, un « employé supérieur », comme on disait alors, 6 000 francs-or. Les revenus des notables, qui se comptent en dizaines de milliers de francs par an, permettent de faire de la politique sans être obligé de dépendre des autres, d’un comité électoral ou d’un parti par exemple. Le bénévolat des mandats politiques est fait pour les notables. La politique est faite pour les notables. Ce sont d’ailleurs eux qui en ont défini les cadres au début de la IIIe République.

17Les assemblées ayant voté les lois constitutionnelles de 1875, la loi sur les départements de 1871, celles sur les communes de 1881 et 1884 étaient dominées par des notables. Les nobles y peuplaient les groupes légitimistes, la haute bourgeoisie les groupes orléanistes (mais aussi les groupes républicains de toutes nuances), et les groupes du « centre gauche » ou de la « gauche républicaine », qui semblent avoir emporté la décision, étaient souvent animés par des individus issus de la grande bourgeoisie. Ces hommes qui ont fondé la République l’ont construite à leur mesure. Les tentatives ultérieures de démocratiser le recrutement des élus en les rémunérant se sont toutes heurtées à des oppositions obstinées. L’augmentation de l’indemnité parlementaire de 9 000 à 15 000 francs annuels a été rejetée à une large majorité en 1899. En 1906-1907, elle a suscité des débats passionnés. Les arguments avancés alors par les adversaires des « quinze mille » témoignent bien d’une conception de la politique héritée du « temps des notables » : une activité à réserver à des hommes dévoués, intègres, prêts à perdre de l’argent pour leurs concitoyens et non, certes, à en gagner. Voici par exemple un commentaire paru dans Le Siècle, le 15 mai 1882, lorsque l’on a débattu de l’éventuelle rémunération des élus locaux :

« Il est déjà déplorable que l’on ait fait de la sénatorie et de la députation un état salarié, au lieu de leur laisser leur caractère de mandat politique ; si on y ajoutait les conseils généraux et les conseils municipaux, on livrerait les fonctions électives aux besogneux incapables. En glissant sur cette pente, la IIIe République prépare le jour où ce ne sera plus un honneur, mais ce sera une cause de discrédit et de déconsidération que d’être pourvu d’un mandat électif. Ce jour-là, le suffrage universel tombera dans la boue. »

Les « nouvelles couches »

18En distinguant de la haute bourgeoisie une « bourgeoisie plus moyenne », une « couche sociale nouvelle », dont il annonce l’avènement à Grenoble en septembre 1872, Léon Gambetta prend de l’avance sur la pratique politique. Comme nous l’avons vu, le règne des notables ne s’interrompt pas après la victoire définitive des républicains vers 1879. Toutefois, peu à peu, les instances dirigeantes se peuplent d’hommes aux origines sociales plus modestes, sans fortune héritée, qui doivent leur position sociale à leur réussite professionnelle. Une « bourgeoisie à talents », aurait-on dit autrefois.

19Tout au long de la IIIe République, ce sont les avocats qui dominent au Sénat et à la Chambre des députés. De ce fait, ils sont aussi les plus nombreux parmi les ministres, et même majoritaires parmi les présidents du Conseil et les présidents de la République. Si l’on reste à ce niveau national, on peut parler de la « République des avocats ». Ils sont environ un quart des députés et des sénateurs. À l’aube de la IIIe République, leur nombre est gonflé par ces multiples rentiers qui, ayant fait leur droit, s’intitulent « avocat » ou « juriste ». Si l’on considère, à la suite de Gilles Le Béguec, seulement ceux ayant véritablement exercé cette profession, leur part est remarquablement stable : 27 % des députés en 1881, 25 % en 1906 et 24 % en 1924. L’éloquence caractérise le métier d’avocat comme celui de la politique ; c’est une première explication à leur forte présence dans les assemblées, bien que les carrières politiques médiocres de Pascal Ceccaldi et Vincent de Moro-Giafferi, ténors des assises ayant peiné à s’imposer à la Chambre des députés, amènent plutôt à distinguer nettement les deux types d’éloquences. Le travail de l’avocat est tout au service de ses clients, et il se peut que la défense des citoyens soit une transposition et une généralisation de cette attitude. On peut aussi, plus simplement, rappeler que les études de droit ouvrent alors la voie la moins indirecte pour faire de la politique. Quoi qu’il en soit, les présidents de la République Jules Grévy, Émile Loubet, Armand Fallières, Raymond Poincaré, Alexandre Millerand et Gaston Doumergue ont réussi professionnellement en tant qu’avocats avant (ou en même temps que) de réussir une carrière politique. D’origines assez modestes, Millerand et Doumergue doivent leur succès à leur première profession. Alexandre Millerand, ancien président de la République à 65 ans seulement, a montré l’amour qu’il portait à son premier métier en l’exerçant de nouveau après. À la fin de sa vie, en juin 1931, Raymond Poincaré a même été élu bâtonnier de l’ordre des avocats « contre » son successeur à l’Élysée, ancien condisciple à la faculté de droit et ancien ami, Millerand.

20Ces exemples éloquents de la « République des avocats » ne valent pas pour les mandats plus modestes. On se doute bien que leur proportion est infinitésimale dans les conseils municipaux des quelque 37 000 communes rurales françaises. Même parmi les maires, on n’en dénombre que 3 à 4 % tout au long de la période. Il est vrai que cette proportion est plus élevée dans les grandes villes et qu’ils sont davantage présents dans les conseils généraux que dans les conseils municipaux. Si l’on ne peut plus parler ici de « République des avocats », on constate néanmoins, à tous les niveaux de pouvoir, une surreprésentation des professions juridiques. Dans la France rurale, celle des notaires est manifeste, certes à la mesure de leur rôle social considérable : officiers ministériels, mais aussi banquiers (il n’y a pas d’agences bancaires à la campagne et pas de Crédit agricole avant 1899), agents immobiliers, conseillers fiscaux et financiers, et détenteurs des secrets familiaux. Les avoués sont eux aussi surreprésentés. Dans l’ensemble, les professions juridiques constituent un accès privilégié au métier de la politique, au village et au canton comme au Palais-Bourbon et à l’Élysée.

21La seconde profession la plus courante parmi les parlementaires est la profession médicale. On recense entre 40 et 70 députés tout au long de la période, soit un peu moins d’un dixième des effectifs. Georges Clemenceau et Émile Combes, présidents du Conseil, ont été médecins. En raison de leur longueur, les études de médecine ne semblent pas un moyen aisé de promotion sociale pour les jeunes impécunieux. La forte proportion de médecins est pourtant plutôt associée aux groupes de gauche dans les assemblées ; ainsi sont-ils sensiblement plus nombreux parmi les radicaux que parmi les modérés. Madeleine Rebérioux a relevé leur présence fréquente parmi les premières générations d’élus socialistes, car leur profession les mettait plus que d’autres en rapport avec la misère. Siméon Flaissières, maire de Marseille pendant vingt-deux ans (en deux fois), conseiller général et sénateur des Bouches-du-Rhône, a d’abord été « le bon docteur Flaissières », attentif aux maux et malheurs des habitants du quartier populaire d’Endoume à Marseille. Pour les mêmes raisons statistiques que les avocats, les médecins sont inévitablement moins représentés dans les conseils municipaux qu’au niveau national. Parmi les maires, ils sont aussi nombreux que les avocats, en n’oubliant pas de compter avec eux les pharmaciens et les vétérinaires, dont le rôle économique et social dans les campagnes est évident. Eux aussi sont plus présents dans les grandes villes que dans les petites communes : 6 % en 1882 et 12 % en 1936 des maires des 50 plus grandes villes. De même, leur proportion au sein des conseils généraux est proche de celle observée au Parlement : ils représentent 16 % des conseillers de la Haute-Marne en 1889, 13 % des conseillers de Paris à la même date et 10 % en Haute-Loire sur l’ensemble de la période 1871-1940. Finalement plus présents que les avocats dans les instances plus modestes, beaucoup moins dans les très hautes sphères, les médecins paraissent ainsi plus proches du peuple que les avocats.

22D’autres professions, statistiquement moins représentées, témoignent de la montée de ces « nouvelles couches » : les professeurs, les ingénieurs, les hauts fonctionnaires, les architectes, etc. Tous ces métiers ont en commun, avec ceux de médecin et d’avocat, de constituer le débouché d’études supérieures plus ou moins longues et difficiles. Dans une France où moins de 3 % (chiffre de 1939) d’une classe d’âge obtient le baccalauréat, cela suffit à définir une élite. Éventuelles possibilités d’ascension sociale pour les fils de famille modeste, elles permettent donc à de nouvelles catégories de notables, sélectionnés par le mérite, d’accéder au pouvoir politique. Aucune de ces professions n’a fourni à la République de bataillons aussi serrés que la basoche ou le caducée. Le Palais-Bourbon a abrité entre 15 et 46 professeurs, entre 19 et 52 hauts fonctionnaires, moins de 20 ingénieurs et une poignée d’architectes à chaque législature. Ils sont en nombre infinitésimal parmi les conseillers municipaux – et même les maires – des communes rurales. En revanche, les professeurs (essentiellement du supérieur) représentent 7 à 8 % des maires de grandes villes et quelques pour-cent des conseillers généraux. On comprend qu’ils aient été nombreux à s’évader de leur morne routine professionnelle, mais ces chiffres ne suffisent pas à légitimer le mythe de la « République des professeurs » évoquée jadis par Albert Thibaudet.

23Les journalistes jouent un rôle plus important. On se gardera de chercher à les classer socialement, tant leur position varie. L’éventail des revenus se répartit entre la misère des plus humbles échotiers et la richesse de quelques prospères patrons de presse. Le niveau d’études va de l’échec au certificat d’études primaires à la réussite aux concours des Grandes Écoles. D’ailleurs, est-ce toujours une profession ? Georges Clemenceau, s’il a été médecin, a été beaucoup plus longtemps journaliste et directeur de journal, et des plus influents. Aristide Briand, que des notices biographiques un peu hâtives présentent comme « avocat », a très peu plaidé ; en revanche, il a réussi une belle carrière de journaliste, de l’emploi le plus humble, pigiste, à la direction d’un journal, en passant par tous les niveaux intermédiaires : rubriquard, secrétaire de rédaction et rédacteur en chef. Bien qu’Édouard Herriot, Jean Jaurès ou Gaston Doumergue ne soient pas classés comme « journalistes », ils ont écrit plus d’articles chacun que la moyenne des professionnels. En s’en tenant à ceux qui vivent principalement du journalisme, ils représentent 5 à 7 % des députés. Ils sont plus rares parmi les élus locaux, même les maires de grandes villes (moins de 3 %) ou les conseillers généraux, excepté, bien sûr, au conseil de Paris (la capitale de la presse), où ils sont aussi nombreux que les avocats ou les médecins. Dans l’ensemble de la période 1875-1940, la présence des journalistes augmente. Elle témoigne d’une professionnalisation accrue du métier de la politique. En effet, le journaliste qui fait de la politique traitait le plus souvent de politique dans son premier métier. À tel point que cette « profession » constitue presque un aspect du « métier » de la politique.

Les limites de la démocratisation

Le discrédit des classes populaires dans les premières décennies

24En 1882, Jules Joffrin, ouvrier mécanicien, devient conseiller de Paris. Il n’est pas le premier élu ouvrier (il y a même eu un ministre en 1848) ni tout à fait le seul, mais Joffrin, à la différence d’autres, est un véritable travailleur manuel. Ainsi n’a-t-il pas fait d’études du tout. Il lui arrive de commettre des fautes de français dans ses discours que la presse conservatrice (dépouillée par Michel Offerlé) se hâte de signaler. À en croire cette dernière, il « ressemble » à... l’ouvrier qu’il est. Joffrin était grand, assez costaud, avec des cheveux blond-roux ; voici son portrait physique brossé dans Gil Blas le 25 octobre 1889 :

« [...] une tête de poseur de barrières, une chevelure blondasse rejetée en arrière en tuyau de pipe, une moustache rousse, des joues rougeaudes et une mâchoire pesant 500 kilos ».

25Dans son édition du 28 mars 1883, Don Fabrice avait donné ce détail :

« [...] des mains comme il en faut pour ajuster une locomotive, mais peu aptes à faire des fleurs artificielles ».

26Ces portraits délirants ne sont pas isolés et Joffrin n’a pas été le seul à en faire les frais. Dans une assemblée de la République, le travailleur manuel, le véritable ouvrier (ou le véritable paysan), étonne ; il suscite ces descriptions physiques si visiblement inspirées parce que l’on sait de son statut social. Bien pis, il dérange, comme en témoigne la lecture de La Gazette de France (organe légitimiste) le 26 août 1882 :

« Le peuple de Paris ferait bien de ne pas envoyer au conseil municipal des gens qui se collettent dans la rue comme de vulgaires garçons bouchers. »

27Dans les premières décennies de la IIIe République, la présence – d’ailleurs très faible – de travailleurs manuels dans les assemblées se heurte à de sérieux obstacles qui nourrissent les préjugés ambiants. L’école primaire est gratuite depuis la loi Guizot de 1833, mais elle n’est rendue obligatoire qu’en 1882 par la loi Ferry. Les générations d’ouvriers et de paysans susceptibles de briguer un mandat politique avant 1914 sont donc massivement illettrées et partiellement analphabètes. Dans La France provinciale, en 1888, l’acide René Millet se gausse de ces maires « illettrés » de petites communes rurales « en grande majorité cultivateurs » qui « se montrent incapables avec fracas ». Aussi observe-t-on que, parmi les ouvriers, les élus les plus nombreux sont les imprimeurs et typographes qui, par profession, maîtrisent l’écrit. C’est le cas des députés Jean Allemane et Emmanuel Chauvière, par exemple. Dans les mairies de campagne, le paysan-maire, s’il peine à dépouiller une correspondance administrative dont le style en dérouterait bien d’autres, peut être aidé du secrétaire de mairie qui, dans les plus petites communes, est le plus souvent l’instituteur.

28L’électorat populaire est lui aussi enclin à se tourner vers des notables, même quand il entend se faire représenter politiquement : en grande majorité, les premiers élus socialistes des années 1880 et 1890 sont à des degrés divers des notables. Édouard Vaillant, conseiller municipal puis député de Paris et leader de l’un des quatre partis socialistes d’alors (le Parti socialiste révolutionnaire), était un riche propriétaire immobilier, même s’il avait en plus la qualité de docteur en médecine (qu’il exerçait peu) et de docteur en philosophie (qu’il n’enseignait pas du tout). Également chef de file d’un parti socialiste (mais d’une autre chapelle), conseiller municipal puis député de Paris, Paul Brousse était aussi professeur de médecine en même temps que riche rentier. Pour battre leur patron, le marquis de Solages, également administrateur de la mine, les mineurs de Carmaux font appel en 1893 à Jean Jaurès, professeur de philosophie à l’université de Toulouse.

29Aussi, dans les premières décennies de la IIIe République, les classes populaires sont-elles presque absentes des assemblées politiques. On ne compte que trois ouvriers à la Chambre des députés de 1881, six (dont trois imprimeurs ou typographes) parmi les 80 conseillers de Paris en 1889 et pas un seul maire de grande ville en 1882. Les exploitants agricoles sont minoritaires, même parmi les maires de communes rurales dont ils constituent pourtant la grande majorité de la population active ; ils sont très faiblement présents dans les conseils généraux, à la Chambre et au Sénat. Le niveau d’instruction, souvent invoqué pour justifier la délégation du pouvoir aux notables, n’est qu’un élément d’explication. Les employés du commerce et de l’industrie et les petits fonctionnaires savent assurément lire et écrire ; les instituteurs le savent si bien qu’ils l’enseignent. On ne trouve pourtant que neuf fonctionnaires subalternes, un seul instituteur et pas un seul employé à la Chambre des députés de 1881. Ils ne forment, ensemble, que 1 % des maires en 1882. Le niveau de revenu et de fortune, si décisif quand on sait que les fonctions politiques sont généralement bénévoles, paraît s’imposer comme second facteur d’explication. Pourtant, les petits commerçants et les artisans, les « employés supérieurs » ou personnels d’encadrement sont eux aussi considérablement sous-représentés. Ras un seul petit commerçant ou artisan parmi les maires des 50 plus grandes villes en 1882, alors qu’ils sont nombreux à y vivre et à y travailler. Seulement 8 % parmi les maires ruraux à la même date, alors que, dans maints villages, les commerçants comptent parmi les plus riches habitants. Ici, une autre cause de la délégation du pouvoir aux notables vient à l’esprit : la disponibilité. Commerçants, artisans, cadres et techniciens peuvent posséder des revenus confortables et un niveau d’instruction suffisant, ils manquent cruellement de temps libre.

L’ascension progressive des élus des classes populaires

30Peu à peu, toutefois, s’est opérée une prise partielle du pouvoir par l’électorat populaire. Les villes minières du Nord et du Pas-de-Calais, dont les maires sont parfois des dirigeants des mines dans les années 1880, se donnent souvent un maire syndicaliste et socialiste, mineur lui-même, dans les décennies suivantes. Clément Dutouquet à Mazingarbe est le premier en 1892, imité notamment par Arthur Lamendin à Liévin et par Émile Basly, dont nous avons parlé, à Lens. À Lille, l’ouvrier peigneur du textile Gustave Delory devient maire en 1896. À Béziers, l’ouvrier tonnelier Henri-Paul Pech emporte la mairie en 1907, etc. Ces hommes cumulent certes les handicaps que nous avons évoqués, mais, et ces derniers exemples sont significatifs, ils ont l’immense atout électoral d’être issus du milieu professionnel le plus représenté parmi les électeurs de leur ville, de leur canton ou de leur circonscription. Dans ces cas, les électeurs ont choisi des hommes « comme eux », ou presque. La carrière politique de Victor Dejeante à Belleville illustre ce mélange d’atouts et de handicaps.

SEPT FOIS DÉPUTÉ... ET VEILLEUR DE NUIT À 73 ANS
La génération d’ouvriers parisiens à laquelle appartient Victor Dejeante (il est né en 1850) n’a pas connu les bienfaits des lois sociales adoptées progressivement sous la IIIe République. Ainsi a-t-il commencé à travailler à l’âge de 9 ans en tant qu’ouvrier chapelier À cette époque, la journée de travail était au moins de douze heures, six jours sur sept, et il n’était pas question d’assurances sociales (loi datant de 1930) ou de retraite (loi votée en 1911). Son parcours politique est inévitablement tardif : il s’est présenté pour la première fois à une élection à l’âge de 40 ans et a d’ailleurs été battu. Auparavant, il a d’abord été un syndicaliste (fondant un syndicat d’ouvriers chapeliers en 1880) et un militant dans l’un des partis socialistes qui rivalisaient à Paris dans les années 1880 et 1890 : le Parti ouvrier socialiste révolutionnaire, dirigé par Jean Allemane. Il est parfaitement représentatif de ces militants socialistes « allemanistes » solidement amarrés à un quartier populaire où ils travaillent, où ils habitent, et où ils connaissent bon nombre de concitoyens et d’électeurs. Le quartier de Victor Dejeante, c’est Belleville. Politiquement, il s’en fait un « fief ». Élu pour la première fois député de la première circonscription du XXe arrondissement (quartiers de Belleville et Saint-Fargeau) en 1893, il y est réélu, à chaque fois au premier tour ; en 1898, 1902, 1906, 1910 et 1914. Il atteint même 70 % des suffrages exprimés en 1902. Le passage au scrutin de liste départementale en 1919, date à laquelle il se présente sur une liste dissidente du Parti socialiste-SFIO, lui est fatal : il est battu. À 70 ans passés, Victor Dejeante doit à nouveau travailler Sans diplôme, sans qualification, il doit accepter un emploi de veilleur de nuit. S’il fallait une preuve que l’indemnité des « quinze mille » ne permet pas aux députés sans fortune et sans autres revenus de s’enrichir... Cette situation émeut les électeurs parisiens en 1924. Il faut dire que le petit parti (le PSF) auquel il appartenait n’a pas manqué de l’exploiter électoralement par voie d’articles de presse ou de tracts. Placé en dixième position sur la liste du Cartel des gauches (et donc sans grande chance d’être élu), il se retrouve propulsé par les électeurs, qui peuvent rayer des noms sur les listes, à la deuxième place, juste derrière Léon Blum. Il est réélu député de Paris pour la septième fois et meurt trois ans plus tard.

31On assiste donc à la promotion progressive d’élus issus des milieux populaires tout au long de la IIIe République. Même si ces catégories sociales restent sous-représentées, leur poids a cessé d’être négligeable parmi les élus des années 1930. La Chambre des députés de 1936 compte 56 ouvriers, 33 instituteurs, 33 employés, 16 petits fonctionnaires, 12 cadres et 32 commerçants. La même année, parmi les maires de grandes villes, le groupe des ouvriers et des employés représente 22 % de l’effectif, les groupes « petits-bourgeois » de commerçants, de fonctionnaires ou de cadres, 18 %. C’est au niveau le plus local que le phénomène est le plus convaincant. Parmi les maires de communes rurales, 49 % sont exploitants agricoles, mais cette proportion s’élève à 75 % dans les communes de moins de 500 habitants. C’est en partie pour de mauvaises raisons : dans ces petites communes vidées par l’exode rural, le notaire, le médecin et le vétérinaire sont partis ; les avocats, les journalistes et les professeurs n’y ont jamais habité. Pour peu que la famille de propriétaires-rentiers du lieu ait été décapitée (ou plutôt que ses terres aient été vendues comme biens nationaux) à la Révolution, il ne reste plus que les exploitants agricoles eux-mêmes pour tenir lieu de notables. Même tempérée par le phénomène de déclin démographique et social des campagnes, cette appropriation du pouvoir politique local par la démocratie paysanne est un phénomène remarquable. S’il y a « démocratisation » du métier de la politique, elle s’exprime là, dans les villages, plutôt qu’au niveau national.

32Si la démocratisation du métier politique est sensible par rapport aux débuts de la IIIe République, elle reste limitée dans les grandes villes, dans les cantons et, bien sûr, dans les palais nationaux. Les chiffres que nous avons cités pour 1936 sont à comparer à ceux du corps électoral dans son ensemble. En pratique, classes populaires et classes moyennes continuent d’être plus souvent représentées par des avocats, des médecins, voire des rentiers, que par des hommes issus de leurs rangs. Cette constante renvoie une fois de plus aux idéaux des fondateurs de la IIIe République.

33Le vote de l’amendement Wallon le 30 janvier 1875 qui, à une seule voix de majorité, impose le mot « République » dans la Constitution, donne une idée simplifiée des dissensions au sein de l’Assemblée constituante. S’ils sont divisés en deux blocs antagonistes presque égaux quant à la nature républicaine ou monarchique du régime, les constituants s’entendent à de bien plus larges majorités sur beaucoup d’autres articles. Ainsi existe-t-il une très large majorité pour fonder un régime parlementaire dans lequel le législatif l’emporte nettement sur l’exécutif. Le suffrage universel fait l’objet d’un quasi-consensus assez remarquable si l’on songe que les orléanistes et les légitimistes sont nostalgiques de monarchies censitaires. Enfin, le plus grand nombre s’accorde quant à la nature de la démocratie « représentative ». Pour les constituants de 1875, le suffrage universel est un instrument permettant au peuple de choisir ses représentants mais... pas nécessairement en son sein. L’élection par le peuple d’un notable compétent, instruit, dévoué et intègre, si possible bien né, est le modèle conçu par ces législateurs. Des freins constitutionnels ou législatifs ont été mis à toute expression trop directe du suffrage. Les maires sont élus par les conseils municipaux et non directement. Le référendum (le plébiscite honni dont l’Empire a abusé) est impossible et impensable. Le président de la République est élu par les députés et les sénateurs, et non par le peuple. Il s’agit d’éviter la répétition de l’expérience traumatisante de décembre 1848 : le démagogue Louis Napoléon Bonaparte (ce « crétin » que l’on devait « mener par le bout du nez », avait dit Thiers) élu par une masse de paysans analphabètes. Cette défiance à l’égard d’une démocratie trop directe n’est aucunement l’apanage des seuls monarchistes. La majorité des républicains d’alors la partage. Jules Ferry a expliqué plus tard que c’était l’élection aberrante de décembre 1848 qui lui avait dicté la nécessité d’éduquer le peuple par l’enseignement primaire obligatoire pour consolider le suffrage universel. C’est un autre grand républicain qui s’est exclamé : « Vote rural, honte de la France ! » Les fondateurs de la IIIe République conçoivent la démocratie comme le gouvernement du peuple, pour le peuple, mais par une élite qualifiée.

34Aussi les « représentants du peuple » ne sont-ils pas représentatifs du peuple.

© Presses universitaires de Perpignan, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable