Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le parler « melandjao » des immigrés de langue espagnole en Roussillon

 | 
Christian Lagarde

Chapitre 2. Les langues du Roussillon

Texte intégral

1. DES LANGUES APPARENTÉES ET VOISINES

  • 1 Le catalan, directement, ou à travers la modalité de français régional qu’il génère (cf. infra dan (...)

1Le Roussillon connaît deux modes d’expression linguistique, dont les relations ne sont pas sans effet sur les pratiques linguistiques (ou les représentations sociolinguistiques) de la population immigrée que nous étudions1. Ce trait, qui en fait en elle-même une société essentiellement ‘bilingue’ (les guillemets signalent que ce terme sera mis au débat au cours de cette étude). Mais, la présence d’une forte colonie castillanophone, apparue dans les conditions que nous venons de décrire au chapitre premier, introduit sur notre terrain d’enquête un troisième code linguistique, qui fait tout spécialement l’objet de notre attention.

2Il ne s’agit pas ici de décrire chacun des systèmes en présence en soi, mais de le faire dans l’optique de la confrontation quotidienne qui sera le lot de l’immigrant arrivant sur un terrain ‘bilingue’. Il convient donc pour nous de mettre en lumière non seulement les points communs, susceptibles de permettre au locuteur de passer aisément de l’un à l’autre, mais également les traits distinctifs majeurs, qui constitueront pour lui autant de sources de confusion, dénaturant son discours dans un code donné.

1) Des domaines contigus

  • 2 La groupe des gitans s’exprime selon une modalité linguistique basée sur le catalan ; par ailleurs (...)

3Nous nous limiterons, pour l’instant, au constat : les trois langues qui se trouvent aujourd’hui en présence sur le sol roussillonnais2 occupent des domaines qui sont devenus contigus. Tel n’a pas toujours été le cas, au cours de l’histoire : chacune des langues s’est taillé, à la faveur des vicissitudes de l’histoire politique, une assise territoriale qui se trouve à présent jouxter l’une l’autre.

  • 3 cf. pour le Roussillon Sanabre (J.), La resistència del Rosselló a incorporar-se a França, Perpign (...)

4Nous avons affaire, effectivement, à trois langues conquérantes. Chacune d’elles a su développer, autour de l’extension de son domaine, des mythes vivaces, et cependant différents. Au Nord, le francien, petit dialecte de l’Ile-de-France, s’est étendu parallèlement à l’avancée territoriale du royaume, puis des acquisitions du régime républicain. On observera cependant que l’histoire nationale, telle qu’elle est de nos jours encore généralement présentée, ne se complaît guère dans l’évocation des pénibles étapes et des redoutables épisodes guerriers qui ont présidé aux successives mutations débouchant sur l’actuel hexagone3. Le mythe de cette France à la perfection géométrique ‘aborigène’ est largement relayé par les instances éducatives les plus officielles, et tout mouvement centripète y est parfois présenté a posteriori comme un véritable don de soi ne résistant guère à l’objectivité des faits.

  • 4 Hagège (Cl.), Le français et les siècles, Paris, Odile Jacob, 1987.

5La langue apparaît indissolublement liée aux visées expansionnistes des Etats, et, c’est dans cette perspective, ainsi que l’a montré Hagège, dans Le français et les siècles4, que Rivarol remporte en 1783 le concours organisé par l’Académie de Berlin avec son Discours sur l’universalité de la langue française. Mais, tandis que celle-ci est offerte au monde en parangon, il apparaît néanmoins que la conquête d’un territoire, fût-il national, ne s’accompagne pas nécessairement d’une extension du domaine linguistique correspondant.

  • 5 cf. par ex. Weber (E.), La fin des terroirs, Paris, Fayard, 1983.

6Cette inadéquation, qui révèle au milieu du xix° siècle un pays constitué d’une mosaïque de dialectes et de parlers fort dissemblables, fédérés par une langue nationale connue et pratiquée par une élite5, motive la promulgation des lois scolaires de Jules Ferry, visant à faire enfin de la langue française le ciment de la nation.

  • 6 cf. Hagège, (Cl.), op. cit. ; De Certeau (M.), Julia (D.), Revel (J.), Une politique de la langue  (...)

7C’est de cette manière que le français pénètre, dès le milieu du xiii° siècle dans le Languedoc voisin, puis, après le Traité des Pyrénées (et donc dans la seconde moitié du xvii° siècle) dans le Roussillon récemment annexé. La politique linguistique de l’État se base sur la prééminence et la promotion de son propre code linguistique (par l’Édit de Villers-Cotterêts de 1539, pour l’ensemble des possessions à cette date ; en 1700 pour la Catalogne du Nord) auquel il réserve l’usage de l’écrit officiel. La Révolution française, à travers l’enquête de l’abbé Grégoire sur les ‘patois’ de France6 et les dispositions qui en découlent, aboutit à la négation des langues et parlers en usage dans le pays, autres que l’idiome national.

8L’histoire de France et la lutte franco-espagnole pour l’hégémonie européenne, qui se concrétise dans la guerre de Trente Ans, introduisent donc le français en Roussillon à contre-courant des pratiques langagières de ses habitants.

  • 7 cf. par ex. la synthèse proposée par Gerbet (M.-Cl.), chap. 6-7-8-9, pp. 185-335, vol. 1 (en part. (...)

9L’histoire de l’Espagne éclaire elle aussi la progression spectaculaire du dialecte cantabrique jusqu’au Sud de la Péninsule ibérique. Ici, le moteur de cette avancée, et sa justification idéologique, est la Reconquête du territoire péninsulaire sur l’envahisseur maure. Tout a été dit désormais7 sur les trois foyers reconquérants qui, d’Est en Ouest, opèrent, chacun pour son compte, du Nord au Sud, et dessinent les trois grands domaines linguistiques de la Péninsule que nous connaissons aujourd’hui. Leur plus grande force militaire et leur plus grande détermination conduisent les Castillans à s’emparer de tout le centre et de l’essentiel du Sud d’Al-Andalus, jusqu’aux portes de l’Afrique du Nord.

10Un grand mythe guerrier et religieux est né, et appelé à perdurer. Jusqu’en 1492, l’histoire multiséculaire de la Reconquête est cependant bien autre chose que le cliché simpliste de l’affrontement manichéen volontiers propagé : c’est le temps fructueux de l’Espagne des trois religions. Par la suite, les conditions de peuplement des nouveaux domaines méridionaux sont très particulières : l’encadrement par les colons chrétiens y est très lâche, et la terre y est distribuée aux vainqueurs en immenses fiefs. Il s’ensuit deux faits déterminants pour l’avenir linguistique et socio-économique de l’Andalousie. Les populations, de longue date arabisées, adopteront la langue conquérante non sans une phonétique -et un système phonologique- singulière ; les grands latifundios hérités de la Reconquête constitueront, à travers leur système d’exploitation médiéval et irrationnel, le meilleur ferment de l’exode rural, puis de l’émigration, vers Barcelone et les pays développés de l’Europe occidentale, qui intéresse le Roussillon.

11L’histoire péninsulaire, compte non-tenu du royaume pyrénéen de Navarre, se conjugue à trois voix. Le Portugal affirme très tôt une indépendance qu’il ne perdra que très temporairement, à l’apogée de la puissance espagnole. Les deux autres blocs connaîtront une union difficile, à la suite du mariage des Rois Catholiques, et leurs ambitions antagoniques leur feront se tourner le dos, la Castille vers les ‘terres océanes’ découvertes par (et à la suite de) Christophe Colomb ; la Couronne d’Aragon, vers la Méditerranée.

12Après la prise en main du destin de l’Aragon par la dynastie des comtes de Barcelone, au début du xiii° siècle, Jacques Ier ‘reconquiert’ le royaume de Valence et les îles Baléares et se tourne vers les États italiens. Au Nord, le bornage des domaines, avec le royaume de France, date de 1258. Il sera, nous l’avons dit, remis en cause au xvii° siècle, et définitivement fixé en 1659 par le Traité des Pyrénées.

  • 8 cf. la réflexion de Beyrie (J.), Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Ecriture, identité, pouv (...)

13Le véritable affrontement entre castillanophones et catalanophones date de l’avènement des Bourbons sur le trône d’Espagne, en 1715. À travers les Décrets de Nueva Planta -à l’image des dispositions en vigueur sur le territoire français- l’usage du catalan est banni des actes et écrits officiels, entraînant le ressentiment, toujours vivant aujourd’hui, des Catalans à l’égard du pouvoir madrilène, et un irrémédiable déclin de la langue et de la culture que seule la Renaixença du xix° siècle parviendra à surmonter. Elle invoque alors l’image mythique de la splendeur médiévale et fonde la légitimité de ses aspirations autonomistes sur l’émergence de la langue propre (nationale) aux alentours de l’An Mil8. En outre, le renvoi à cette époque lointaine transcende la présence indésirable de la frontière politique de 1659, au profit de l’étendue d’un domaine linguistique implanté de part et d’autre de son tracé.

14Ainsi donc, si le castillan et le catalan sont deux acteurs linguistiques très tôt affirmés et très tôt en contact, au sein de l’univers péninsulaire, il faudra attendre l’épisode politico-religieux de la Croisade des Albigeois, dans les premières années du xiii° siècle, et singulièrement la mort de Pierre II d’Aragon à la bataille de Muret, en 1213, pour que le sort des terres occitanes se trouve scellé, désormais lié au royaume de France et non plus à la Péninsule, et que l’emprise officielle de la langue française gagne les Pyrénées, au contact du catalan. Aux deux domaines linguistiques effectivement contigus vient s’ajouter un troisième domaine usurpé à sa langue originelle.

2) Une origine commune

  • 9 Nous laisserons de côté la pratique, aux xvi° et xvii° siècles, de l’occitan, par des populations (...)

15Français, catalan et castillan, les trois langues les plus communément parlées, de nos jours, sur le terrain roussillonnais9, ne présentent pas uniquement la proximité géolinguistique dont nous avons tenté de décomposer les phases historiques de contact. Elles ont en outre une origine commune : la langue latine.

16Au début du chapitre premier, nous avons rapidement évoqué la présence romaine à propos de la question des limites territoriales. Avant d’aborder l’aspect purement linguistique de cette filiation, qui lie les trois langues coexistantes, nous voudrions mettre l’accent sur l’importance et la profondeur de la romanisation du Roussillon et des terres circonvoisines. De part et d’autre des Trophées de Pompée désormais exhumés, se distribuent deux des éléments-clés de la colonisation romaine dans cette partie de l’empire.

17Au Nord, la Narbonnaise, partie intégrante de la Provincia romana, constitue une tête de pont qui permet aux Romains de progresser dans leurs conquêtes. Elle est la base stratégique d’approche, à l’Ouest, du Bassin aquitain, et au premier chef de la Novempopulanie, ancêtre de la Gascogne. Au Sud, son contrôle ouvre la voie de ce qui sera l’Hispanie, elle-même soumise à partir d’une deuxième tête de pont, symétrique de la première par rapport à l’axe de la chaîne pyrénéenne, la Tarraconaise. L’influence exercée sur les mœurs, le cadre juridique, la culture et la langue, rapproche à tel point les domaines occitan et catalan qu’on a pu parfois les mêler, sinon les confondre.

18Provence, Languedoc et Catalogne abritent donc, dès le Moyen-Age les dérivés du latin classique les plus proches -exception faite des dialectes italiens- de la langue classique sur toute l’extension de la Romania. De part et d’autre de cette zone, les domaines actuels, au Sud, du castillan, et au Nord du français, correspondent à des codes linguistiques bien plus originaux, parce que plus fortement marqués par l’influence de substrats différents et celle de domaines contigus, où la romanisation a été plus tardive et plus superficielle.

19Les langues en présence aujourd’hui sur le terrain roussillonnais sont à l’évidence dissemblables, mais leur filiation commune n’en constitue pas moins un facteur décisif lors de leur confrontation en un même point géographique. En effet, la définition de chacune d’elles par le scientifique s’opère, ainsi que nous allons le constater, de manière contrastive, par le repérage des traits susceptibles de singulariser l’une par rapport à l’autre. Mais, convenons qu’il n’en va pas de même du locuteur quelconque qui, d’abord en tant que récepteur (mettant en œuvre une compétence passive), puis en tant qu’émetteur de discours (et donc d’une performance active), est amené à repérer, dans une langue autre que sa langue première, avant tout les traits communs, fédérateurs, lui permettant le passage transcodique (d’un code à l’autre). Si la méthode d’approche diverge, c’est que la finalité des deux individus est à tout le moins dissemblable. L’analyste, à travers un discours objectif sur la langue (à la fois sur le plan du système linguistique et celui du discours) poursuit un but d’étude qui ne l’implique pas au premier chef. En revanche, l’utilisateur du code en a une approche pragmatique et subjective ; il est tout entier impliqué dans un acte de communication, au sein duquel seul le discours importe, et où la langue ne fait l’objet que d’éventuelles intuitions.

  • 10 Martinet (A.), ‘Dialect’ in Romance philology, 1954.

20Martinet rappelle judicieusement la tâche qu’il assigne au chercheur, qui revient, à notre sens, à enrichir son propre point de vue par l’examen de celui de l’usager : « Les linguistes doivent dorénavant se montrer pleinement conscients de ce fait que la divergence est seulement la moitié du tableau complet, l’autre moitié étant la convergence. »10

2. AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS DE LA PROXIMITÉ LINGUISTIQUE

1) La distance interlinguistique

  • 11 Mackey (W.), Bilinguisme et contact des langues, Paris, op. cit., p. 194.

21Mackey, qui se situe dans le contexte d’un apprentisage en école bilingue, écrit : « La rapidité avec laquelle un élève comprend une autre langue à l’école est fonction du degré de différence ou de la distance entre les deux langues, »11 . La proximité de deux ou plusieurs codes linguistiques induit donc un plus fort degré d’intelligibilité, de l’un à l’autre, que le sociolinguiste québecois dit constater dans l’ordre du temps. En effet, la manifestation la plus patente du délai nécessaire à la compréhension apparaît dans le rapport dialogique. Toute formulation d’un énoncé, qu’il soit ou non interrogatif, appelle un temps de réponse de la part de l’interlocuteur. Celui-ci, dans le cas d’un interlocuteur exolingue, appelle un temps de décodage dont la durée est effectivement fonction de la distance interlinguistique, mais en partie seulement Des facteurs comme l’accoutumance au code ‘étranger’, pour si éloigné qu’il soit du code originel, et d’une manière plus générale, la compétence acquise dans le code exolingue, sont susceptibles de pallier les effets de la distance établie objectivement. Le locuteur peut alors se référer à une norme, quelle qu’elle soit, qui régule son discours. Mais, dans le cas d’un individu immigrant et surtout primo-arrivant comme l’ont été naguère les informateurs de notre enquête, une telle contre-partie n’existe pas, et ils se trouvent irrémédiablement soumis aux effets de la distance interlinguistique. Ce n’est qu’ultérieurement (à coup sûr chez nos témoins au moment de l’enquête, mais tout de même bien plus tôt) que l’éventuelle prise de conscience de ces normes a lieu.

  • 12 Mackey (W.), ibid.

22Les travaux que reproduit Mackey dans son ouvrage Bilinguisme et contact des langues visent à trouver les moyens pour mesurer la ressemblance et l’intelligibilité réciproque des deux langues d’une situation bilingue et surtout à la prédictibilité des effets qu’auront ces langues sur l’expression et la compréhension de l’élève bilingue12. Quoique fort complexes, les instruments proposés nous paraissent constituer un effort du plus grand intérêt, allant dans le sens de l’appréhension objective d’un phénomène perçu généralement de manière empirique.

2) L’interférence

  • 13 ibid.

23Cependant, la proximité linguistique, qui est un atout indéniable dans la démarche de compréhension (compétence passive) ou d’acquisition (ouvrant la voie à une compétence active) d’un code ‘étranger’, peut également présenter des inconvénients. Mackey ajoute en effet : « Cette même ressemblance qui facilite la compréhension (audition et lecture) peut provoquer par suite des interférences dues à la parenté des deux langues de nombreuses erreurs d’expression parlée et d’écriture. »13

  • 14 ibid. p. 218

24La similitude, occasionnée par une origine commune, qui se fait jour dans tous les domaines de la langue, et par voie de conséquence du discours, s’avère donc être un facteur de confusion entre les codes, dans la mesure où la similarité entre deux langues constitue, en soi, une force d’attraction.14 Entre elles s’introduit l’interférence, que nous aurons à étudier avec soin, tout d’abord, dans le présent chapitre, en considérant les probabilités de confusions offertes par les systèmes linguistiques en présence, puis, tout au long des deux chapitres à venir, à travers l’analyse des performances discursives de nos informateurs, dans deux des trois codes en présence, le français langue seconde et le castillan langue première.

  • 15 ibid. p. 317 sq.

25Il ne nous est donné, dans le cadre de ce travail, que de rendre compte des faits de discours, dont nous pourrons signaler la plus ou moins grande récurrence sans toutefois être en mesure d’affirmer s’ils s’inscrivent ou non au niveau de la langue. Mackey15 propose néanmoins à cette fin la réalisation de tests de disponibilité, d’acceptabilité et de traduisibilité. Pour notre part, nous ne pourrons mettre en évidence qu’un processus d’interférence et non d’intégration, qui, elle, relève du système. Par ailleurs, étant donné que les langues se trouvent en état d’entropie, c’est-à-dire d’évolution perpétuelle, les faits de discours observés et notés ne peuvent prétendre être le reflet que d’un état de la langue, ou plus exactement du contact des langues, perçu synchroniquement. Encore convient-il d’observer avec Mackey que « l’interférence répétée d’éléments d’un autre code [qui est le lot quotidien de l’immigré] tend à augmenter cette entropie, alors que l’alphabétisme et la normalisation [qui souvent échappent, séparément ou conjointement, à l’immigré] tendent à la diminuer ». Ainsi donc, les conditions de vie et le faible degré de compétence, dans la langue seconde comme dans certains domaines (singulièrement l’écrit) de la langue première de l’immigré, sont-ils des facteurs favorisant l’interférence dans le discours du ‘bilingue’.

26Il nous faut à présent revenir sur le concept même d’interférence, et nous le ferons en référence à l’ouvrage que le linguiste catalan Payrató a consacré à La interferència lingüística. Comentaris i exemples català-castellà. L’auteur propose une définition lato sensu qui comprend quatre types d’éléments :

  1. Elements de procedència forana adaptats al llarg de la història d’una llengua. [Eléments d’origine étrangère adaptés tout au long de l’histoire d’une langue].
  2. Elements del mateix tipus que I., però que han estat integrats i reconeguts per la normativa actualment. [Eléments du même type que I, mais qui ont été intégrés et reconnus par les règles normatives actuelles].
  3. Elements també de procedència externa al sistema i d’ús generalitzat entre els parlants, perd no acceptats per la normativa de la comunitat. [Elément d’origine également étrangère au système et d’emploi généralisé parmi les locuteurs, mais non acceptés par les règles normatives de la communauté].
  4. Trets o elements forasters (= que pertanyen a una llengua A), que utilitza un parlant bilingue quan s’expressa en una llengua B. [Traits ou éléments étrangers (= qui appartiennent à une langue A), qu’utilise un locuteur bilingue quand il s’exprime dans une langue B].16

27Il considère seulement ce dernier type comme relevant de l’interférence stricto sensu, et c’est effectivement le sens que nous entendons donner à ce terme lorsque nous l’emploierons.

3) Le cas des immigrés castillanophones en Roussillon

28L’origine commune des trois langues place donc les immigrés castillanophones au contact de deux autres langues romanes, dont l’une est déjà présente sur leur sol national d’origine, et qu’ils ont eu souvent à connaître, ne fût-ce que très superficiellement, au cours d’une étape plus ou moins prolongée en Catalogne du Sud. L’expérience de l’immigrant/immigré le conduit, ainsi que nous l’avons signalé plus haut, à une appréciation des langues ‘étrangères’ en deux temps : tout d’abord par la divergence, puis, par la convergence, qui s’opère dès lors que le constat premier de divergence est révolu.

29L’avantage offert par la faible distance interlinguistique est évident lorsque l’immigrant se trouve dans une phase de décodage des messages oraux dont il est (en tant que destinataire ou non) le récepteur. Le processus mis en œuvre est celui de l’analogie : l’immigrant reconnaît, au sein des énoncés, des éléments semblables ou comparables à ceux de sa langue première. Moins la distance est grande entre les langues, plus nombreux et plus fréquents sont les éléments identifiables dans le discours exolingue. Le repérage dans l’énoncé s’effectue donc de manière discontinue, à la faveur de l’apparition des éléments présumés communs aux deux codes.

30Ces îlots qui émergent de la phrase entendue sont essentiellement des éléments lexicaux, à partir desquels l’immigrant induit le sens général de l’énoncé. Ce faisant, il émet un certain nombre d’hypothèses concernant deux types d’éléments que sa compétence embryonnaire dans la langue seconde ne lui permet pas de maîtriser : il s’agit là d’éléments grammaticaux de deux types. D’une part, les morphèmes qui, dans le cas des verbes, viennent indiquer, à travers le temps, un repère chronologique, et, à travers le mode, par exemple, le degré de réalisation ou d’hypothèse ; d’autre part, les prépositions, qui en dépit de leur aspect, apparemment mineur, conditionnent souvent la structure de l’énoncé lui-même, ou son lien logique avec les énoncés environnants, et par là même la valeur sémantique de la phrase entendue.

31Plus grande est la proximité des langues en contact, plus l’immigrant sera en mesure de décoder un maximum d’éléments afin de percevoir le sens du message entendu. L’immigrant devenu immigré va donc, dans un deuxième temps, et dès lors qu’il aura acquis une compétence passive suffisante dans la langue seconde, s’essayer à la performance active. Il ne s’agit plus pour lui de décoder, mais d’encoder le message dont il est à présent l’émetteur.

32Pour ce faire, il dispose des éléments qu’il a (relativement) aisément repérés au cours de la phase de décodage, à savoir les éléments lexicaux de la langue seconde, qu’il va tenter de reproduire. Mais, dans la mesure où ces termes sont analogues à ceux de sa langue première (c’est en cela que son décodage s’est trouvé facilité), il va soit les reproduire correctement, conformément à la norme de langue seconde que constitue le discours dans ce code dont il s’est imprégné, soit leur substituer la forme équivalente disponible dans sa langue première, soit enfin, élaborer à partir des deux formes concurrentes une forme hybride ne relevant ni de l’un ni de l’autre des codes en présence. Ces deux dernières hypothèses relèvent du domaine de l’interférence.Nous avons jusqu’ici évoqué les éléments repérés par le locuteur immigré dans le discours exolingue. Or, nous avons également signalé l’autre partie, dont le décodage est apparu bien plus aléatoire, puisque l’immigré ne les appréhende que par induction. Au moment d’encoder, donc de créer un message verbal, il ne lui est guère possible de prendre appui sur une compétence qu’il ne possède pas. Postulant, par extension, une analogie comparable entre éléments lexicaux et éléments grammaticaux, il opère donc un transfert de sa langue première à sa langue seconde : il calque les marques morphémiques ou les structures syntaxiques de l’une sur l’autre, soit, de manière plutôt fruste, en reproduisant, tels quels, les éléments de sa langue première (en les posant implicitement comme identiques et non plus seulement analogues), soit par une transposition, plus évoluée en ce qu’elle suppose une différenciation des codes et le recours à une traduction.

33Plus la distance interlinguistique est faible, comme dans le cas qui nous occupe, plus le postulat d’analogie devient crédible aux yeux du locuteur immigré. À l’inverse des premiers contacts, au cours desquels la divergence occulte les convergences objectives, le temps aidant, le locuteur immigré tend à se dissimuler les éléments de divergence, non moins objectifs, pour ne prendre en compte que ceux de la convergence des langues en contact. À présent apparaît, à notre sens, dans toute sa clarté l’immense champ que laisse à l’interférence la conjonction en un même point de trois codes linguistiques voisins, d’origine commune. Cette importance justifie, du reste, l’ampleur des chapitres IV et V à venir.

3. DÉFINITION DES TRAITS DISTINCTIFS DES TROIS LANGUES

1) Analyse de la convergence ou de la divergence ?

34Les traditions ont la vie dure, et la proposition de Martinet, de prise en compte de la convergence des codes linguistiques, se heurte à la fois à la coutume, répandue chez les linguistes, de l’analyse contrastive, et également à une réelle difficulté d’ordre pratique. Dans le cas de langues dont la distance interlinguistique est faible, tel qu’il nous apparaît s’agissant du castillan, du catalan et du français, l’approche par la convergence est-elle un instrument d’analyse particulièrement rentable ?

35Poser la question revient déjà à y répondre : le nombre de traits communs l’emporte en effet, et dès la première analyse, sur les éléments distinctifs, et l’intérêt purement matériel du linguiste le conduit à se déterminer en fonction du critère arithmétique du nombre de traits convergents par rapport au nombre de traits divergents. Il existe en effet entre toutes les langues romanes un puissant tronc commun, relevant de la base latine, à partir duquel se sont effectuées toutes les ramifications connues. Envisager une analyse par la convergence reviendrait en quelque sorte à dessiner ce tronc roman commun.

36Que l’on songe, pour ne prendre que quelques exemples significatifs, à la structuration de la morphologie verbale, selon les divers temps et modes, et aux oppositions fonctionnelles de ceux-ci. On peut certes distinguer, entre castillan et français, une valeur d’emploi différente pour le passé simple et le passé composé, mais il n’en demeure pas moins que ces temps existent dans chacune des langues romanes, qu’ils se distribuent de manière similaire en temps simples et temps composés, combinés à une répartition en fonction de la chronologie des faits dont rend compte le verbe. De même, on observera une divergence quant au nombre de temps au mode subjonctif, mais quelle que soit la langue romane, elle fonctionne sur la base d’une opposition pertinente entre le mode indicatif, qui rend compte de faits réalisés, et le mode subjonctif, dévolu à l’irréalisation, à la potentialité. De même, et cette fois dans un tout autre domaine de la langue, comment rendre compte de la communauté lexicale qui unit les différentes langues romanes ?

  • 17 Bec (P.), Manuel pratique de philologie romane, Paris, Picard, 1970-1971, 2 vol. Est aussi à prend (...)
  • 18 Bourciez (J.), Eléments de linguistique romane, Paris, 1910.

37Il est bien plus rapide et opérant de décrire les singularités de chacune d’elles, issues des influences particulières qui ont présidé à la décomposition du latin classique dans le cadre de leur domaine géolinguistique. C’est pourquoi, tout en gardant très présente à l’esprit l’observation pertinente de Martinet, nous nous en tiendrons ici à une analyse contrastive des plus classiques, reposant sur le repérage des traits distinctifs des trois langues en contact sur le terrain roussillonnais, et donc à une étude de la divergence. Pour ce faire, nous nous appuierons dans une certaine mesure sur le Manuel pratique de philologie romane de Bec17, plus concret et plus récent que les Eléments de linguistique romane de Bourciez18, dont il ne prétend être que le complément. L’intérêt de l’ouvrage de Bec réside dans le fait qu’il embrasse l’ensemble de la Romania et qu’il décrit la norme standard et les principales branches dialectales de chacune des langues -jusqu’aux moins répandues par rapport à celle des langues voisines. Une telle optique nous a semblé être non seulement compatible avec notre propos, mais également fort utile à la mise en lumière du champ potentiel d’interférences qui émaillent le discours de nos informateurs. Cependant, dans certains cas, l’ouvrage de Bec date lui aussi, et nous nous en écarterons au profit de travaux plus novateurs.

2) Les traits distinctifs du castillan

  • 19 Menéndez Pidal, García de Diego, Lapesa, Corominas, Alarcos Llorach, Navarro Tomás, cf. Bec, op. c (...)

38Bec nous offre une synthèse des traits distinctifs du castillan, rédigée sur la base d’une information complète, qui associe les plus grands noms de la linguistique romane espagnole ‘classique’19. Nous ne consignerons ici que les éléments divergents entre les trois codes qui concernent notre étude.

  • 20 ibid. p. 192.
  • 21 Menéndez Pidal (R.), Orígenes del español Estado lingüístico de la Península Ibérica hasta el sigl (...)

39Le tableau qu’il dresse20 des différentes langues en usage -présent ou passé- dans le domaine ibéro-roman (à savoir le galaïco-portugais, le léonais, le castillan, l’aragonais, le catalan et le mozarabe) met en évidence l’individualité du castillan par rapport à ces langues voisines de la Péninsule ibérique. On sait depuis Menéndez Pidal21 que l’origine cantabrique du castillan l’a doté d’un trait caractéristique : l’évolution du [f] initial latin en une aspiration dont la graphie h a seule subsisté, par suite d’un amuissement. Bec fait remarquer à juste titre qu’en cela le castillan rejoint le dialecte gascon, qui est le seul au sein des parlers romans à partager avec lui cet aspect.

a) Phonétique

40a) la diphtongaison de E et de O en ie et ue n’apparaît pas ailleurs en domaine ibéro-roman ; cependant, le français la pratique lorsque la voyelle n’est pas entravée :

41mel(u)>miel ; mola>meule (o>ue>üe>üö>ö) ; suivi d’une nasale : bene>bien, venit>il vient...

42b) l’absence de diphtongaison devant un élément palatal le différencie du français, mais pas, à notre sens, du catalan :

43castellu>castiello>castillo ; factu>hecho, comme fet (cat.), mais fait (fr.).

44c) la monophtongaison des diphtongues AU et A+Y est, fait assez exceptionnel, commune aux trois langues :

45auru>oro, et or en cat. et fr. ; causa>cosa, et cosa et chose.

46d) la confusion du [b] et du [v] est commune au castillan et au catalan central (à la différence des dialectes valencien et baléare), et n’apparaît pas en français ;

47e) la disparition des fricatives [z] et [z]et des affriquées sonores sifflantes [dz] et palatales [š] à la différence du catalan et du français ;

48f) la réalisation du groupe -CT en une affriquée [ç] distingue le castillan des deux autres codes :

49lectu>llit (cat.) et lit (fr.) ; lacte>llet, lait ;

50g) la réduction des groupes MB et ND à [m] et [n], comme en catalan, mais non pas en français ;

51h) la vélarisation en [x], la jota, de la fricative palatale [š] est exclusivement castillane (elle se produit au xvii° siècle, expliquant la graphie ‘Mexique’ /méxiko/ ou celle de ‘don Quichotte’ [fr. /kišòt/, cast. /kixote/]) ;

52i) la palatalisation des groupes KL-, PL-, FL- soit en [l’] soit en [ç] est une caractéristique exclusive du castillan :

53clavu>Ilave (cat. clau, fr.clé) ; plovere>Ilover (cat. ploure, fr. pleuvoir), plorare>Ilorar (cat. plorar, fr. pleurer) ; flama>IIama (cat. flama, fr. flamme) ;

54j) l’association J- (ou G-) + E (ou I) donne [y], ou s’amuït, ou encore devient [ç], à la différence des deux autres codes :

55gelu>yelo (>hielo), cat. gel, fr. gel ; gypsu>yeso (cat. guix, fr. gypse) ; generu>yerno (cat. et fr. gendre) ; argila>arcilla (cat. argila, fr. argile) ;

56k) le [ç] est une résolution exclusive du castillan de K- (ou T-) + Y:

57bracchiu>brazo (cat. braç, fr. bras) ; fortia>fuerza (cat. força, fr. force) ;

58l) le L palatalisé est devenu, dans un premier temps, dès le haut-Moyen-Age [ʐ], puis [x], de manière très singulière :

59folia>/hoʐa/>hoja (cat. fulla, fr. feuille) ; genuculu>/hinoʐo/>hinojo (cat. genoll, fr. genou) ;

60m) les géminées -LL- et -NN- se sont palatalisées en [l’] et [n’], comme en catalan, mais non en français où seule leur trace graphique subsiste :

61bella>bella (cat. bella, fr. belle) ; canna>caña (cat. canya, fr. canne).

b) Morphologie

  1. la disparition des infinitifs proparoxytoniques (perder et non perdre en français et catalan) ;
  2. la disparition de la désinence complète -UNT (chute du /t/ final dans : dicen, comme dans le catalan : diuen, mais à la différence du français, qui en conserve la trace graphique étymologique : disent, bien que non réalisée phonétiquement) ;
  3. la confusion des prétérits des verbes en -ir et en -er sur tout le paradigme, qui le distingue des deux autres codes ;
  4. la grammaticalisation de deux verbes être, ser et estar et de deux verbes avoir, haber et tener, qui l’apparente au catalan (respectivement ser et estar, haver et tenir) et le différencie du français qui ne possède qu’un verbe unique dans chacun des cas ;
  5. la confusion de SEDERE (mot à mot ‘s’asseoir’, ‘être sis’ et de ESSERE, qui recoupe la répartition précédente ;
  6. la disparition des participes passés en -UTUS le distingue des deux autres codes :

62tenido, et pas tingut ou tenu ; bebido pour begut ou bu ; movido pour mogut ou mu) ;

  • l’absence des pronoms et adverbes en et y, (cat. en et hi) qui fait de même ;
  • le développement de PER + AD (en para, semblable au per a catalan, mais différent du français).

c) Syntaxe

63a) l’emploi de la préposition a devant un complément d’objet direct représentant une personne le différencie du catalan, où il est instable, et du français standard, où il n’est pas réalisé :

64veo a Pedro ; veig el Pere [bien que ‘ens miràvem l’un a l’altre’, etc...], je vois Pierre ;

65b) le subjonctif présent à valeur de futur, principalement dans les temporelles, l’apparente au catalan, mais non au français :

66cuando quieras, iremos a pasear ; quan vulguis, anirem a passejar, quand tu voudras, nous irons nous promener ;

67c) le relatif génitif CUJUS (>cuyo, trad. de dont) n’a pas de filiation dans les deux autres codes ;

68d) l’absence de l’article partitif est partagée par le catalan, pas par le français :

69quiero pan, vull pa ; je veux du pain ;

70e) l’expression de la défense se fait, comme en catalan par le subjonctif présent, et non par l’impératif comme en français. :

71no hables, no parlis, ne parle pas.

d) Lexique

  • 22 Bec (P.), op. cit., t.1, p. 197.

72Le castillan partage avec les autres codes ses origines latines, de la langue classique à son stade évolutif pré-roman, ainsi que des influences celtes et germaniques, ces dernières étant le fait de la présence des Wisigoths sur son territoire. Mais le castillan se distingue essentiellement par son contact, géographique et historiquement prolongé, avec deux langues non-latines : au Nord, le basque, et au Sud l’arabe. Bec22 attribue la première influence à l’extension, à l’époque médiévale, du royaume de Navarre, tandis que l’apport arabe, mieux connu, résulte du processus de convivencia propre à l’’Espagne des trois cultures’ tout au long de la Reconquête.

3) Les traits particuliers des parlers du Sud

  • 23 Bec (P.), op. cit. t.1, p. 194.
  • 24 Alvar (M.), Atlas lingüístico y etnográfico de Andalucía, Granada, 1961-1972, 5 vol. ; ‘Estructura (...)
  • 25 cf. la coll. Sociolingüística andaluza, Publicaciones de la Universidad de Sevilla, 5 vol. parus d (...)

73Bec les considère comme des ‘dialectes méridionaux’, affirmation qu’il nuance ainsi, de manière quelque peu floue : « Sans qu’on puisse dire qu’ils constituent des dialectes spécifiques, les parlers méridionaux de la péninsule ont développé certains traits phonétiques particuliers (...) ce qui donne à l’andalou, essentiellement, une physionomie originale et un système phonologique différent du castillan »23. Si ces deux dernières observations nous semblent pertinentes, elles ne nous paraissent pas rendre compte de la spécificité de l’andalou telle qu’elle a été envisagée, à la suite des nombreux travaux dialectologiques d’Alvar24, en Andalousie même, par les linguistes et sociolinguistes qui œuvrent aujourd’hui, singulièrement dans le cadre de l’Université de Séville25.

  • 26 Ropero Núñez (M.), op. cit.

74Les particularismes envisagés par Bec, sans être erronés, gagnent à être confrontés à ceux proposés par Ropero Núñez26, et s’en trouvent affinés.

  • le point d’articulation de [s] diffère de celui du cast. standard. Il est ici coronal ou predorsal, selon les termes de Ropero ;
  • l’aspiration de l’[s] et autres consonnes en position implosive (después est réalisé /dehpwèh/ et non /despwés/) ;
  • les fameux seseo et ceceo que Ropero présente comme une mise en équivalence, au détriment de l’opposition [s’]/[ç] du cast. standard. Ainsi, le seseo fait de diciembre (cast. stand, /diçyémbre/) /disyémbre/ ; le ceceo, de se salga (cast. stand. /s’es’alga/) /çeçalga/ ;
  • le dénommé yeísmo, autre mise en équivalence des phonèmes [l’] et [y] du castillan satandard au profit du second (pellota prononcé /beyóta/ et non /bel’óta/ ; cuchillo /kuyo/ et non /kuçíl’o/) ;
  • érosion complète des fricatives intervocaliques (delgado rendu en /delgáo/ ou /dergáo/) ;
  • aspiration ou érosion complète des consonnes finales (/ánteh/ pour antes, /maí/ pour maíz) ;
  • mise en équivalence (et alternance) des liquides [I] er [r] dans le discours populaire (/dergáo/ déjà noté, ou descansar /dehkansal/) ;
  • aspiration, dans les zones rurales, du h- initial (muet en cast. stand.) dérivé du [f] latin (haba prononcé /hába/ et non /ába/) ;
  • mise en équivalence de la jota affaiblie et de [h] au profit de ce dernier (jardín rendu par /hardín/ et non par /xardín/).
  • 27 Antonio Narbona (Sintaxis española : nuevos y viejos enfoques, Barcelona, Ariel, 1989, p. 171) éme (...)

75Tous ces traits relèvent, on l’a vu, selon Bec, qui suit en cela une interprétation désormais obsolète, du domaine de la phonétique (et de la phonologie). Or, accorder un crédit à l’andalou au chapitre de la phonologie, c’est déjà reconnaître implicitement qu’il forme un système, lequel, par voie de conséquence, possède une cohérence interne. Mais il est également indéniable que, au-delà de sa prononciation caractéristique, l’andalou présente des particularités morphologiques (les diminutifs, par exemple), syntaxiques27, et surtout lexicales qui dépassent de loin l’appréhension quelque peu superficielle dont nous semble coupable le romaniste français lorsqu’il évoque la physionomie générale des parlers du Sud.

76En effet, l’andalou, qui présente, comme nous le verrons plus loin, un système consonantique bien distinct de celui du castillan, régule les sources de confusion qu’il pourrait comporter par des adaptations de divers types.

  • 28 Nous empruntons les divers ex. soit à Ropero Núñez (M.), op. cit., soit à la conférence, prononcée (...)

77Pour ce qui est de l’aspiration des /s/ en /h/ que note Bec, et qui se manifeste par une possible indifférenciation du singulier et du pluriel d’un même terme28 : la casa/la’ casa’ (différente de l’opposition la casa/las casas en castillan), l’andalou marque une distinction, inconnue du castillan, par le biais, soit d’une aspiration significative, /lahkásah/, soit d’une plus grande ouverture et d’un allongement de la voyelle comme marque du pluriel /la’kása’/. De même, la non-discrimination qui pourrait affecter la désinence des 2° et 3° personnes du singulier (2° = 3°+/s/ ; 3° = 2°-/s/ en cast. standard) au sein de la flexion verbale, est compensée par des solutions identiques, respectivement caractéristiques de l’andalou occidental et de l’andalou oriental.

78En outre, l’expression plus récurrente qu’en castillan standard du pronom personnel sujet permet, si besoin est, de lever toute ambiguïté (tú quiere’ /tukyéreh/ se distingue ainsi doublement de él quiere /elkyére/). Enfin, Ropero signale la désaffection pour les pronoms personnels de la 2° personne du pluriel : au cas sujet, vosotros est fréquemment remplacé par ustedes (phénomène que l’on retrouve en Amérique latine, et qui équivaut à associer un substitut pronominal de 3° pers. à un pronom de 2°) ; au C.O.D., os est souvent rendu, à la forme pronominale, par se (ce qui constitue une disjonction pronom/désinence identique à la précédente).

79La régulation a toujours pour origine le domaine de la phonétique, qui affecte, contamine, les autres. Nous venons de voir plusieurs exemples de restructuration phonético-morphologique. Il en va de même dans une perspective phonético-lexicale. Ainsi, l’impossible distinction, pour un Andalou, qu’il soit enclin au seseo ou bien au ceceo, entre casa /kása/ et caza /káça/ -dont le sens est très dissemblable (respectivement ‘maison’ et ‘chasse’), qu’il réalise uniformément selon la première ou la seconde forme en fonction de son origine géolinguistique, se trouve résolue par le recours à une différenciation lexicale, selon laquelle ‘maison’ est rendu par casa, alors que ‘chasse’ devient cacería (littéralement ‘partie de chasse’). À partir de là s’ouvre devant nous l’immense champ du lexique andalou, qui a été étudié par Manuel Alvar et nombre de dialectologues.

80Ainsi donc, et bien que nous nous contentions d’effleurer le sujet, les études récentes de l’andalou ont mis à jour des systèmes cohérents, qui tendent à modifier la perception quelque peu pointilliste de toute une époque, que Bec ne faisait que reprendre au moment de la rédaction de son ouvrage, il y a environ un quart de siècle.

4) Les traits caractéristiques du catalan

  • 29 Bec (P.), op. cit. t. I, pp. 467-468.
  • 30 Guiter (H.), ‘Aux frontières orientales de l’ibéro-roman et du gallo-roman’, Bulletin philologique (...)
  • 31 Veny (J.), Els parlars catalans, Palma de Mallorca, Moll, 1982, p. 19.

81Le même Bec entend trancher les nombreuses controverses dont a fait l’objet le catalan au sujet de son appartenance linguistique, entre domaine gallo-roman au Nord et ibéro-roman au Sud, en suggérant l’existence, entre les deux, d’un ensemble occitano-roman plus souplement défini et intermédiaire29. Nous pensons que cette vision plus nuancée (sévèrement contestée par Guiter30) rend effectivement compte non seulement de la position géolinguistique du domaine catalan, que nous avons soulignée dans la première partie de ce chapitre, mais également du caractère intermédiaire, sur le plan strictement linguistique, que présente objectivement le catalan par rapport au français et au castillan, représentants conquérants des deux domaines à la charnière desquels il se situe. Pour ce qui est de l’ensemble du domaine, Veny aboutit -alors que la discussion s’est apaisée- à l’appréciation suivante : « Llengua ibero-romànica per la seva situació, el català conté paradoxalment un predomini de trets tipològics gallo-romànics, condicionats per les incidències historiques esmentades, perd que es van veure atenuats, des del segle xv, per una certa ‘hispanització’ »31. [Langue ibéro-romane de par sa situation, le catalan comporte paradoxalement une prédominance de traits typologiques gallo-romans, conditionnés par les incidences historiques mentionnées, mais qui se sont trouvées atténuées, à compter du xv° siècle, par une certaine ‘hispanisation’.] Dans les traits qui caractérisent chacun des codes considérés, en contact dans le périmètre roussillonnais du fait de l’immigration castillanophone, nous pourrons observer tantôt des similitudes par rapport au français, tantôt par rapport au castillan.

  • 32 Veny (J.), op. cit.
  • 33 Payrató (Ll), op. cit.

82Rappelons tout d’abord que, comparé à ces deux langues, le catalan apparaît plus conservateur vis-à-vis du latin, pour les raisons historiques (sens de la colonisation romaine) que nous avons développées précédemment. Par ailleurs, Bec n’envisageant, dans le cadre qu’il s’est tracé, qu’une mise en regard des traits du catalan et de ceux de l’occitan, nous complèterons ses observations en nous appuyant sur les travaux de Veny32 et de Payrató33.

a) Phonétique

83a) l’élément caractéristique du catalan oriental (ensemble auquel appartiennent le catalan standard et le roussillonnais) à la différence du catalan occidental, est la présence de la voyelle dite vocal neutra [ə], dérivée de A ou E atones, et graphiée, selon l’étymologie, soit a soit e. De ce fait, elle prête à confusion, et ni le castillan ni le français ne connaissent une telle ambiguïté :

84papyru>paper /pəpé/ ; seniore>senyor/s’ən’ó/... ;

85b) l’absence totale de diphtongaison de E et O toniques, à la différence des deux autres langues :

86melu>me\ (cast. et fr. miel) ; tenere>tenet><ATTcaractère>é (cast. tiene, fr. il tient) ;

87c) la confusion du [v] et du [b] est le propre du cat. standard, mais pas des dialectes valencien et baléare. Elle existe également en castillan, mais pas en français :

88bibere>beure /bèwrə/ ( cast. beber, fr. boire) et videre>veure /bèwra/ ou /vèwrə/ (cast. vivir, fr. vivre) ;

89d) le [s] issu de Y+S (ou inversement), ne donne pas lieu, comme en castillan à une vélarisation matérialisée par le phonème [x], mais [š]. Cependant, le français ne procède pas systématiquement à la palatalisation : il réalise, dans ce cas, soit /s/ soit /š/ :

90fascia>faixa /fášə/ (cast. faja) ; bassiare>baixar /bašá/ (cast. bajar, fr. baisser).

91e) la palatalisation des géminées -LL et -NN en [l’] et [n’] a lieu tout comme en castillan, mais à la différence du français

92illa>ella (cast ella, fr. elle) ; cunnu>cony (cast. coño, fr. con) ;

93f) la réalisation en finale [w] du -d roman, qui lui est propre :

94puteus>podu>pou (cast. pozo, fr. puits) ; pedu>peu (cast. pie, fr. pied) ;

95g) la réduction, commune au castillan, des groupes MB et ND en [m] et [n] ;

96h) la conservation, à l’égal du castillan et à la différence du français, de [w] dans les groupes KW et GW, à l’exception du groupe GWA en finale, parfois réalisé /g/ :

97quando>quan /kwan/ (cast. cuando /kwándo/, fr. quand /kã/ ou /kan/) ; aqua>aigua /aygwə/ ou /əygə/ (cast. agua /ágwa/, fr. eau) ;

98j) la palatalisation de L- initial, inexistante en français, et différente de celle, réalisée en castillan, également à l’initiale, des groupes FL-, PL-, KL- :

99luna>lluna (cast. luna, fr. lune) ; lacte>llet (cast. leche, fr. lait) ; mais plovere>ploure (cast. Ilover, fr. pleuvoir), clavu>clau (cast.clave ou Ilave, fr. clé).

b) Morphologie

100a) Le possessif catalan est le plus souvent accompagné de l’article, à la différence des deux autres codes : c’est un pronom, et non un adjectif [en cast médiéval, les deux formes alternent] :

101el meu pare (cast. mi padre, fr. mon père....) ;

102b) Les formes des première et deuxième personnes du pluriel du verbe haver sont généralement contractées, à la différence du français, le castillan ne contractant que la première personne :

103hem (mais aussi havem) et heu (parfois haveu) (cast. hemos, habéis, fr. avons, avez) ;

104c) Les inchoatifs se distribuent différemment d’une langue à l’autre, aux présents de l’indicatif et du subjonctif, le catalan étant tout de même plus proche du castillan que du français :

105patéixer (cast. padecer, fr pâtir), mais florir (cast. florecer, fr. fleurir) ;

106d) Le catalan possède des désinences en -i au présent du subjonctif, et il est le seul dans ce cas :

107que plori (cast. que llore, fr. qu’il pleure) ; que vengui (cast. que venga, fr. qu’il vienne) ;

108e) Le catalan se distingue également par la présence d’un parfait périphrastique (anar + infinitif) :

109va dir (cast. dijo, fr. il dit).

c) Syntaxe

110a) Le catalan partage avec le castillan l’absence de partitif (cf. supra 2. c. d.) ;

111b) Le démonstratif standard connaît, à l’égal du français, deux formes, et non trois comme en castillan :

112aquest/aquell (cast. éste/ése/aquél, fr. celui-ci/celui-là) ;

113c) La défense s’exprime, comme en castillan, au moyen du présent du subjonctif, ce qui n’est pas le cas en français :

114no cantis (cast no cantes, fr. ne chante pas) ;

115d) Le subjonctif présent selon les mêmes rapprochements, y a valeur de futur (cf. supra 2. c. b.).

d) Lexique

116Le lexique catalan est marqué par l’influence arabe, relativement négligeable en français, mais beaucoup plus forte en castillan. Le domaine catalan a connu l’occupation maure de manière de plus en plus prolongée du Nord au Sud, de la Catalunya vella à la région alicantine et aux îles, reconquises plus tardivement, au xiii° siècle. Mais la présence arabe y a été moins durable, par exemple, qu’en Andalousie, à partir de laquelle s’est propagée une part importante du lexique castillan.

  • 34 Fabra (P.), Gramàtica catalana, (rééd.) Barcelona, Teide, 1956.
  • 35 L’actuelle ‘Communauté autonome’ comporte et reconnaît des zones territoriales castillanophones en (...)

117Par ailleurs, on sait quelle influence exerça l’occitan médiéval sur la langue littéraire, et, venant également du Nord, la plus grande perméabilité au français -due à de plus grandes affinités (tout autant linguistiques que socio-économiques) que celle apparue en domaine castillan. Mais c’est sans nul doute cette dernière langue qui a marqué le plus profondément de son empreinte le lexique catalan, du fait de l’emprise socio-politique exercée par le pouvoir central espagnol, castillanophone. L’absence de normes officielles pendant de longs siècles (du déclin du XVI° jusqu’à la Renaixença du XIX°), puis l’afflux massif d’immigrants économiques au XX°, ont favorisé successivement l’emprunt au vocabulaire castillan. Tel n’était pas le cas des zones rurales, au détriment desquelles s’est accrue l’aire métropolitaine de Barcelone, ainsi rendue linguistiquement plus perméable (et à partir de laquelle s’est effectuée, pour l’essentiel, la normativisation linguistique de Pompeu Fabra34), tout comme, pour des raisons différentes, le Sud du domaine catalan (singulièrement le Pays valencien35).

5) Les traits particuliers du roussillonnais

  • 36 Veny (J.), op. cit. p. 57.
  • 37 Guiter (H.), op. cit.
  • 38 Les faisceaux (même concordants) d’isoglosses n’empêchent pas les langues en contact de se présent (...)

118Le roussillonnais constitue, selon Veny36, un dialecte catalan de transition entre le domaine catalan péninsulaire et le domaine occitan situé au Nord des Corbières. Guiter, se plaçant résolument à rencontre du point de vue de Bec déjà présenté, s’ingénie, dans un article intitulé ‘Aux frontières de l’ibéro-roman et du gallo-roman’37, à démontrer la pertinence linguistique de la frontière politique de 1258, mais (bien que ce ne soit ici nullement le lieu d’en débattre), ses arguments nous paraissent choisis à cette seule fin, et, en particulier pour les arguments relevant de l’occitan, assez tendancieux. Loin de nous, cependant, l’idée de nier l’évidence du passage d’une langue à l’autre, mais celle-ci n’en est pas moins plus progressive qu’abrupte38.

  • 39 Veny (J.), op. cit., p. 71.
  • 40 sur l’immigration languedocienne en Catalogne, cf. Nadal (J.), Giralt (E.), op. cit. Par ailleurs, (...)

119Sur le flanc Sud, Veny remarque à juste titre que « al moment que s’iniciava la penetració lingüística castellana a Catalunya, el Rosselló en fou desmembrat » [au moment où s’amorçait la pénétration castillane en Catalogne, le Roussillon en fut démembré]39. Tandis que le catalan du Sud se castillanise, celui du Nord, à compter de l’annexion, s’occitanise40, puis se francise, et, bien que le roussillonnais conserve l’essentiel des traits caractéristiques de l’ensemble catalan, une différenciation relativement conséquente s’ensuivra, qui affectera au premier chef -mais pas exclusivement- le lexique. Veny évalue tout au plus à un tiers la masse d’éléments allogènes.

a) Phonétique

120a) Le principal trait spécifique du roussillonnais est la fermeture du [o] tonique fermé en [u]. Il s’apparente en cela à l’occitan :

121Rosselló /rus’el’ú/ (idem en oc., cat. stand, /rus’el’ó/ ; porrú /purrú/ et non /purró/ ;

122b) Le [o] ouvert occupe de ce fait une position médiane ;

123c) Veny suggère que le [e] pourrait, de ce fait, perdre son opposition entre forme ouverte et forme fermée pour occuper, symétriquement, une position également médiane ;

124d) La vocal neutra est, le plus souvent, plus ouverte qu’en catalan standard, ce qui accentue la confusion possible avec [a], fréquemment attestée dans la transcription graphique française des micro-toponymes (davantage que celle des toponymes, dont la graphie attestée a souvent été conservée) et des patronymes roussillonnais :

125La Pedrera /lapədrérə/ devenu ‘la Padrère’, le Carrer de dalt /kərrédədal/ indiqué comme ‘Carré da dalt’, l’Empedrat /ləmpədrat/ rendu en ‘Lampadrat’ ; Ferrer /fərré/ graphié ‘Farré’, Puigcerver /puçsərbé/ graphié ‘Puigsarbé’ ;

126cependant, parfois elle s’amuït dans les finales où elle est habituellement réalisée tonique dans la diphtongue -ia : justícia /ʐustísi/ et non /ʐustísyə/, Ayguatebia /əygwətèbi/ et non /əygwətèbyə/ ;

  1. Du fait de l’influence française, mais ce n’est là qu’une évolution récente, le [r] apico-alvéolaire a tendance, de nos jours, à être rendu par un [R] uvulaire ;
  2. Enfin, on note en Roussillon la rareté (à l’exception des termes savants) des accentuations proparoxytoniques, nombreuses outre Pyrénées tant en domaine catalan que castillan, à l’image des accentuations paroxytoniques caractéristiques de l’occitan et du français :

127gramatica /grəmətíkə/ et non /grəmətíkə/ (gramática) ; arqueologica /ərkeuluʐíkə/ et non /ərkeulòʐikə/ (arqueològica)....

b) Morphologie

  1. Certains termes, comme sang, changent de genre en roussillonnais par rapport au catalan standard (fém.), vraisemblablement du fait de l’influence française (masc.) ;
  2. Les démonstratifs ne sont pas aquest,a et aquell,a, conformément au standard, mais s’intercale entre eux aqueix,a, dans un système ternaire qui rappelle, par l’échelonnement spatio-temporel, et par l’opposition péjoratif/laudatif de aqueix/aquell la structuration des déictiques castillans ;
  3. L’adverbe de heu connaît également une réalisation tripartite, ací, inconnu du standard actuel, étant affecté au point le plus proche, aquí et allà reprenant au-delà la répartition du standard ;
  4. L’affirmation n’est pas , mais , à l’image de l’occitan òc ;
  5. La coordination roussillonnaise n’est pas perd /pörò/, qui est au Sud en affinité avec la forme castillane /péro/, mais més, plus similaire aux réalisations occitane (gallicisante) mès /mès/ et française /mès/;
  6. La désinence de la première personne du singulier du présent de l’indicatif des verbes en -AR est -i (canti /kánti), et s’apparente en cela à l’occitan, et non pas au catalan standard, qui emploie -o (canto /kántu/).

c) Syntaxe

128a) Le catalan péninsulaire utilise la négation no, ce en quoi il s’assimile au castillan, mais il peut la redoubler, par effet d’insistance en no...pas, ce que ne fait pas le castillan. En Roussillon, la marque proprement négative no tend à disparaître au profit de pas employé seul, à l’image de l’occitan et du français populaire ;

129b) Le superlatif absolu en -íssim, équivalent du castillan -ísimo, récurrent au Sud, est délaissé en Catalogne du Nord pour laisser place au superlatif relatif, courant en français et en occitan. Lorsqu’il est réalisé c’est sous la forme paroxytonique -issím (importantissím) et non préparoxytonique, comme dans la Péninsule ;

130c) Le roussillonnais se distingue des autres codes pour ce qui est de l’auxiliaire employé dans les temps composés. En catalan standard, de même qu’en castillan, c’est haver (cast. haber) qui s’impose comme auxiliaire unique. En revanche, l’occitan et le français connaissent une alternance entre aver et èsser (fr. avoir et être), également représentée en catalan du Nord (‘je suis venu’ : som vingut, oc. soi/som vengut), mais avec une très forte prédominance de ser, au-delà même de l’emploi du verbe équivalent en occitan et en français (‘je l’ai vu’ : el som vist, oc. l’ai vist) qui le distingue nettement du cat standard.

d) Lexique

  • 41 Guiter (H.), op. cit., p.
  • 42 Verdaguer (P.), op. cit..

131Comme l’écrit Guiter, la matière d’étude serait ici inépuisable et incompressible41. Dans l’article déjà cité, le linguiste roussillonnais montre, à juste titre, en quoi le lexique nord-catalan se distingue de celui du domaine occitan contigu. Mais Verdaguer, dans ses études lexicographiques comme El català al Rosselló42, a pu mettre en lumière, à côté des formes dialectales baptisées rossellonismes, les gallicismes et occitanismes qui s’y trouvent mêlés. Il est en effet hors de doute que la séparation géopolitique, qui date de plus de trois siècles, a contribué à faire diverger notablement le lexique catalan de part et d’autre de la frontière, notamment dans les champs socio-politique (en particulier des institutions) et socio-économique (singulièrement des techniques). L’emprunt aux langues gallo-romanes constituera donc une difficulté supplémentaire pour l’immigrant castillanophone en Roussillon, par rapport à son homologue implanté au Principat.

6) Les traits caractéristiques du français

132Des trois langues en contact sur le terrain roussillonnais, le français est certainement le code le plus éloigné du tronc commun latin. L’influence de la colonisation romaine sur la Gaule, au-delà de la Provincia, a en effet été considérablement plus superficielle, ce qui explique la personnalité affirmée de cette langue romane par rapport à ses langues sœurs. La caractéristique essentielle est donc l’importance du substrat celtique combinée à une vigoureuse influence germanique, manifeste à partir des invasions qui dissolvent en quelque sorte l’apport -essentiel- latin.

  • 43 Bec (P.), op. cit., t. II, p. 12. Notre présentation sera volontairement concise.

133Pour Bec, dont nous suivrons la présentation de cette langue, « la physionomie particulière du français (...) s’explique assez bien par cette dialectique entre une infrastructure évolutionniste et une superstructure conservatrice »43. Ce faisant, il distingue les aspects novateurs, que confère au français le ‘francique’, et la précoce fixation (avant le xvi° siècle) de normes savantes, conservatrices, qui, à la fois, figent l’évolution linguistique et déterminent le développement sociolinguistique, en faisant du français une langue d’État.

a) Phonétique

  1. Le français est le seul des trois codes à pratiquer la palatalisation, à l’initiale, des consonnes K- et G-, qui deviennent tout d’abord [ç] et [] pour aboutir à [š] et [ʐ]. En position intervocalique, elles évoluent en [y] ;
  2. La palatalisation vocalique, également spécifique, affecte U, qui devient [ü] ; A, rendu en [e], ou en [i] après palatale ; E accentué qui, dans cette même configuration, devient [i] ;
  3. Le yotacisme, ou mobilité, par anticipation ou réfraction du yod, est également un trait unique dans l’ensemble roman ;
  4. La diphtongaison de l’ancien français est particulière, mais elle sera profondément modifiée par un important phénomène de monophtongaison, lui aussi caractéristique au sein de la Romania ;
  5. La nasalisation des voyelles au contact d’une consonne nasale a évolué jusqu’à la création d’un phonème distinct, où la consonne n’est plus appréhendée en tant que telle (/a/+/n/>/ã/...). C’est là également un trait original du français ;
  6. L’amuïssement et la contraction se sont effectués en plusieurs phases, et, combinées à la neutralisation vocalique et à la labialisation, elles débouchent principalement sur la présence actuelle du e muet, ou sa disparition pure et simple. Il résulte de ces phénomènes l’existence en français de termes d’apparence fort éloignée de l’origine latine, contrairement aux deux autres langues considérées ici ;
  7. Le s préconsonantique, qui est maintenu en catalan et en castillan, mais rendu par une aspiration en andalou, n’apparaît plus en français moderne (prestare>prestai en cat. et cast., mais prêter en fr...) ;
  8. Les consonnes finales s’amuïssent également, à la différence de la plupart des autres langues romanes.

b) Morphologie

  1. La distinction singulier/pluriel est plus réduite en français que dans les deux autres codes, singulièrement dans le discours oral (du fait de l’amuïssement des finales) ;
  2. La distinction masculin/féminin est cependant beaucoup moins régulière, du fait de l’évolution des finales, que dans la plupart des autres langues romanes ;
  3. Le français possède un seul verbe, être, là où castillan et catalan en possèdent deux (cf. supra;
  4. Il en va de même pour avoir qui occupe le champ dévolu à haber et tener (cat. haver et tenir) ;
  5. Enfin, l’élément distinctif par excellence réside dans la réduction du nombre des désinences verbales, génératrice de confusions, surtout dans le discours oral, et qui motive l’emploi récurrent du pronom personnel sujet associé au verbe.

c) Syntaxe

  1. Le français moderne se distingue du catalan et du castillan par le fait qu’il possède un partitif (cf. supra), inexistant en ancien français ;
  2. La ‘séquence progressive’ (sujet-verbe-objet), elle aussi inconnue de l’ancien français, distingue ce code des deux autres, dans lesquels l’ordre peut être interverti. On sait que ce trait a été mis en avant (aux xvii° et xviii° siècles), sur le plan idéologique, pour montrer la perfection logique du français, qui le rend ainsi supérieur à tout autre code linguistique44.

d) Lexique

134Le lexique ancien du français repose sur des traits communs à l’ensemble gallo-roman, différents donc de ceux de l’ibéro-roman, ou propres au français. Mais, de même que la marque particulière du castillan lui vient de l’influence arabe, le français se distingue par l’importance de ses emprunts aux langues germaniques avec lesquelles, de par sa position géolinguistique, il s’est trouvé en contact prolongé. De même que l’influence arabe décroît du Sud vers le Nord, celle du superstrat le fait en sens inverse.

  • 45 malgré l’antériorité de rédaction et de publication (1492) de la Gramática de la lengua castellana (...)

135Par ailleurs, le français, plus que toute autre des langues prises en compte dans cette étude, a connu un profond bouleversement de son lexique du Moyen-Age à nos jours. Les efforts savants de codification graphique et, plus largement, de normativisation de la langue, sont ici sans commune mesure avec les tentatives exercées en domaine castillan45, et a fortiori (pour d’évidentes raisons d’ordre politique) en domaine catalan.

  • 46 Bec (P.), op. cit., t. II, p. 24.
  • 47 Ullmann, Précis de sémantique, Paris, 1952.

136Les caractéristiques lexicales du français moderne, formulées par Bec46, qui s’appuie sur Ullmann47, méritent d’être partiellement reproduites, car elles sont à l’origine de bien des difficultés rencontrées par les apprenants allogènes, au nombre desquels figurent nos informateurs, immigrés castillanophones. Nous citons :

  1. Un corpus relativement limité d’unités lexicales.
  2. Une certaine polysémie, plus marquée que dans d’autres langues.
  3. Une motivation, plus lâche qu’ailleurs, entre signifiant et signifié, d’où le caractère abstrait du mot français.
  4. L’abondance des homonymes. Jointe à la tendance polysémique, cette fréquente homonymie rend le mot français étroitement lié à son contexte.
  5. Une faible autonomie sémantique du mot (...) qui n’est (...) ni une unité phonétique ni une unité syntaxique.
  6. Le développement de mécanismes originaux et délicats qui compense l’éventuelle carence lexicale.

7) Les traits particuliers du ‘français régional’

  • 48 Cet aspect est traité dans la thèse, Lagarde, op. cit. chap. IX, pp. 363-405. Pour une bonne appro (...)

137Le français, tel qu’il est parlé aujourd’hui en Roussillon, est loin d’être fidèle au standard, quoique son évolution toute récente, liée au brassage actuel des populations, tende à en atténuer les traits spécifiques. Nous ne pouvons guère nous étendre, dans le cadre d’une étude linguistique, sur les progrès du français en Catalogne du Nord48. Nous nous bornerons à signaler ici que son introduction, très sélective, sur ce terrain date de moins de trois siècles et demi, que sa diffusion effective n’est tout au plus que centenaire, et qu’elle ne s’est réalisée de manière très large, sur le plan social, qu’il y a moins d’un demi-siècle. Pour reprendre la terminologie linguistique classique, le substrat catalan, coiffé d’une superstructure récente, reste donc particulièrement vivace de nos jours en Roussillon, singulièrement en zone rurale, demeurée plus catalanophone que la ville de Perpignan ou les différents sites touristiques, qu’ils soient côtiers, balnéaires ou montagnards.

  • 49 Séguy (J.), Le français parlé à Toulouse, Toulouse, Privat, 1951.
  • 50 Guiter (H.), Atlas linguistique des Pyrénées-Orientales, Paris, C.N.R.S., 1966. cf. également, Cos (...)

138Il se présente donc, synchroniquement, sous différentes formes, lesquelles reflètent partiellement un panorama diachronique des stades successifs de pénétration du français en terrain catalanophone. Or, ce processus étant aujourd’hui très avancé, il nous paraît souhaitable que soient menés dès à présent des travaux de collecte destinés, dans un premier temps, à garder en mémoire, puis à analyser l’évolution de la normalisation progressive que subit le français régional’ du Roussillon. En effet, des travaux comme ceux qu’avait effectués Séguy à Toulouse, dans l’immédiat après-guerre : Le français parlé à Toulouse49 constituent des témoignages aussi inestimables que tout le trésor emmagasiné dans les atlas linguistiques, dont l’Atlas linguistique des Pyrénées-Orientales élaboré par Guiter à cette même époque50.

  • 51 Guiter (H.), ‘Catalan et français en Roussillon’ in Ethnologie française, III 3-4, 1975 ; et ‘Quel (...)
  • 52 Camps (Chr.), Dictionnaire du français régional du Roussillon, Paris, Bonneton, 1991.

139Pour le Roussillon, à notre connaissance, nous ne disposons, dans l’optique suggérée, que de deux articles du même Guiter, ‘Catalan et français en Roussillon’ et surtout ‘Quelques traits du français parlé à Perpignan’51, ainsi que du dictionnaire de Camps, Dictionnaire du français régional du Roussillon52, assez exclusivement -en toute logique- préoccupé du domaine lexical.

a) Phonétique

140La phonétique du français du Roussillon est plus proche de celle du catalan que de celle du français standard. Elle s’en distingue par :

  1. La non-observance de la contraction, caractéristique du français moderne (ex. ‘relever’, prononcé /rölövé/ et non /Rlövé/ ou /Rəlvé/...) ;
  2. Le traitement du e muet en [ə], à l’image des réalisations méridionales les plus ouvertes (côte languedocienne et provençale) ;
  3. La confusion, dans les réalisations, de cette vocal neutra avec le phonème [a] (‘s’espanter’ [cat. rous. s’espantar : s’effrayer, s’affoler] prononcé /saspanté/, ou bien ‘aspère’ /aspèra/ pour l’impératif espéra [attends] ;
  4. La non-distinction entre formes ouvertes et fermées des [a], [e] et [o], au profit des réalisations fermées, ne différant guère en cela du domaine occitan méditerranéen ;
  5. Le [s] n’est pas la sifflante française mais la fricative alvéolaire [s’] connue dans le domaine péninsulaire ;
  6. La réalisation du [r] apico-alvéolaire, simple ou redoublé, semblable à la prononciation catalane, castillane, occitane du Sud-Ouest, et de l’ancien et moyen français. L’usage du [R] uvulaire, à l’image du français moderne, se répand ;
  7. Le [l.] est alvéolaire, ce en quoi le domaine catalan (dans son entier) se distingue des autres zones linguistiques contiguës ;
  8. La graphie ill est rendue par un [l’] palatal, et non par un yod, exclusif au français ;
  9. Le redoublement des consonnes, outre le cas de [r] déjà signalé, est marqué, pour le distinguer de la consonne simple, et s’applique, de manière hypercorrective, principalement à [l] (‘allocations’ /allokasyon/), [m] (‘récemment’ /resammán/) et [n] (‘tennis’ /tennis) ;
  10. L’assourdissement de la consonne initiale dans les groupes BL en PL (possiple) et GL en KL (rècle) ;
  11. L’allègement, par redoublement, de groupes consonantiques complexes (athlète rendu par ‘al-lète’ /allètə/).

b) Morphologie

141C’est sûrement le domaine le plus conforme au français standard, les usagers roussillonnais de la langue française ayant à ce jour été quasiment tous alphabétisés. Citons tout de même des calques, comme ceux concernant les diminutifs.

c) Syntaxe

142La syntaxe du français régional roussillonnais est marquée de traits empruntés au catalan. Guiter et Camps, dans les travaux cités antérieurement, fournissent des exemples auxquels nous renvoyons le lecteur. Nous évoquerons ici deux exemples caractéristiques :

  1. L’exclamation s’ouvre toujours sur un que explétif, d’origine catalane (‘que tu le connais ?’ pour ‘comment ? tu le connais ?’), apparenté à la formulation castillane (¿ que no lo sabes ?), mais sans équivalent en français standard ;
  2. L’emploi de tournures affectives, avec redondance du pronom personnel complément d’attribution, est également catalane, castillane et occitane, mais, en français roussillonnais (que nous appellerons par la suite francillonnais53 ), l’ordre des compléments s’inverse, comme c’est le cas dans le dialecte roussillonnais et en andalou. Exemple : ‘mon chat s’est échappé’ devient ‘le chat me s’est échappé’ (and. ‘me se e’capó er gato’), et non pas cat. ‘el gat se m’ha escapat’ ou ‘se’m va escapar’, ou cast. ‘el gato se me escapó’.

d) Lexique

  • 54 Camps (Chr.), op. cit.
  • 55 Ils son traités dans la thèse, Lagarde, op. cit. aux chap VI (pp.259-277) et chap. IX (pp. 395-405 (...)

143À l’inverse de la morphologie, le lexique francillonnais doit beaucoup au catalan, ainsi que Camps l’a très bien illustré dans son dictionnaire, à l’aide de coupures extraites de la presse locale54. Les champs lexicaux de la météorologie, de la flore et de l’agriculture se révèlent les plus abondants, puisqu’ils véhiculent les savoirs et savoir-faire traditionnels. L’onomastique, la toponymie et les interjections55 témoignent également de l’influence catalane sur le discours français des natifs.

*

144La confrontation des codes linguistiques et de leurs modalités particulières cités jusqu’ici s’effectue donc sur le terrain roussillonnais. S’agissant des immigrants espagnols, nous pouvons reconstituer l’appréhension du terrain qui leur est propre en fonction de leur code originel, ou de sa modalité. Pour d’évidentes raisons de commodité, nous n’envisagerons le contact des langues qu’en tant que systèmes codés standard, et non pas sur le plan du discours. Mais il ne faudra à aucun moment perdre de vue que, dans les faits, le catalan que rencontre le castillanophone est toujours le dialecte roussillonnais, de même que le français de référence est le plus souvent le francillonnais.

145C’est le contact réel des langues, au quotidien, qui induit les apprentissages de langue seconde, à partir des convergences et divergences constatables à travers le seul discours.

146Ainsi, par exemple, le castillanophone réalisant naturellement le [r] apico-alvéolaire ou le [l’] palatal, ou encore le [s’] alvéolaire n’aura aucune raison de modifier sa prononciation, puisque les deux modalités linguistiques avec lesquelles il entre en contact sont, sur ces points, strictement équivalentes. Cependant, nous allons à présent tenter de mettre en lumière les divergences de fond, que présentent les systèmes phonologiques des trois langues standard et de leurs modalités, désormais mises en contact.

4. UNE DISTINCTION FONDAMENTALE : LES SYSTÈMES PHONOLOGIQUES

147Nous procèderons en deux temps. Tout d’abord, nous nous bornerons à décrire, au moyen de tableaux, les systèmes phonologiques propres aux langues en contact. Nous distinguerons, comme il se doit, système vocalique et système consonantique des trois codes standard, mais nous ferons également apparaître de la même manière les tableaux correspondant aux modalités déjà présentées. Dans une deuxième phase, nous évoquerons les principales divergences apparues, dans la perspective de l’étude des performances réalisées par nos informateurs, qui seront analysées en détail au cours des deux chapitres à venir.

1) Description des systèmes phonologiques

a) Les systèmes vocallques

1) Le système vocalique du castillan standard

  • 56 Pottier (B.), Introduction à l’étude linguistique de l’espagnol, Paris, Ediciones Hispanoamericana (...)

148Pottier en dit très laconiquement -et non moins justement- que le système vocalique du castillan est le plus simple des langues romanes56. Il est en effet celui qui compte le nombre de phonèmes le plus restreint (cinq seulement) et le seul à présenter trois degrés d’aperture, avec des phonèmes intermédiaires [e] et [o] à valeur moyenne. On le représentera ainsi :

149voyelles fermées i u

150voyelles intermédiaires e o

151voyelle(s) ouverte(s) a

2) Le système vocalique andalou

152Il ne diffère pas de celui du castillan standard, mais on notera que les trois voyelles les plus ouvertes connaissent, sans être pour autant phonologisées, des réalisations à deux degrés d’aperture. Cette disparité par rapport au standard est due à la marque spécifique du pluriel, qui ne s’opère plus par l’adjonction de [s], mais par l’ouverture et l’allongement de la voyelle.

3) Le système vocalique du catalan standard (oriental)

  • 57 Payrató (Ll.), op. cit., p. 103.

153En catalan, le quatrième degré d’aperture appartient à proprement parler au système. C’est ainsi qu’il apparaît, en effet, par exemple chez Payrató57. Entre la voyelle ouverte [a] et les voyelles fermées, [i] et [u], existent en effet deux séries intermédiaires, basées sur la distinction [e] fermé/[è] ouvert d’une part, et celle entre [ó] fermé et [ò] ouvert de l’autre. De plus, la dénommée vocal neutra [ə] vient compléter cet ensemble de huit voyelles, plus conséquent que celui du

154castillan, ainsi figuré.

155voyelles fermées i u

156voyelles é ó

157intermédiaires è ə ò

158voyelle(s) ouverte(s) a

4) Le système vocalique du catalan roussillonnais

  • 58 Veny (J.), op. cit.

159Si l’on en croit Veny58, le vocalisme tonique du roussillonnais se réduit à six voyelles, du fait de l’assimilation du [ò] fermé à [u], et donc de la résolution en un [o] moyen de l’opposition du standard entre [ò] ouvert et [ó] fermé. Il en résulterait, symétriquement, une réduction de [é] et [è] à un [e] moyen, afin de maintenir l’équilibre du système. Sur le plan phonétique, les réalisations /é/ et /è/ sont toutefois maintenues. En fait, le système vocalique roussillonnais ne se distinguerait donc de celui du castillan que par la présence de la voyelle centrale neutre.

5) Le système vocalique du français standard

  • 59 Carton (F.), Introduction à la phonétique du français, Paris, Bordas, 1974, p. 39.

160Comparé aux autres systèmes vocaliques, celui du français standard est infiniment plus complexe, au point que la figure d’un triangle ne suffit plus à le représenter, et que les linguistes doivent avoir recours à un trapèze, du reste insuffisant. Par rapport au catalan standard (fort de huit éléments), la série centrale s’étoffe, et l’ensemble s’agrandit, du fait de l’adjonction des quatre voyelles nasales, et de la distinction entre [à] ouvert et [a] fermé, jusqu’à compter dix-sept phonèmes. Le schéma suivant reproduit approximativement celui proposé par Carton59.

161Voyelles i u

162Fermées ü

163Voyelles é

164Ø O

165ë ə

166intermédiaires è ö õ

167ê û ò

168voyelles a ã

169ouvertes à

6) Le système vocalique du ‘français régional’ du Roussillon

170La prononciation ‘méridionale’ (occitane ou catalane) se distingue de celle du standard français par une série de simplifications d’un système allogène, sur la base de systèmes vocaliques originels différents. Il en résulte, dans le cas qui nous occupe, l’absence de voyelles nasales en tant que phonèmes ([ã], [õ], [ê]) : la voyelle garde sa sonorité et elle se trouve tout simplement associée à la consonne nasale.

171De même, la distinction entre les deux [a] du standard ([à] et [a]) y est caduque, tandis que celle entre voyelles semi-ouvertes et semi-fermées y est moins rigoureuse, au point qu’on ne saurait faire de chacune d’elles un phonème à part entière (‘était’ est réalisé par exemple /été/ comme ‘été’, tandis que ‘saule’ est homophone /sòlə/ de ‘sole’). Cependant, malgré cette instabilité, le ‘francillonnais’ connaît des réalisations phonétiques distinctes en /e/ et /è/ (‘mère’ est différent de ‘mémé’, dont se rapproche néanmoins ‘mairie’, prononcé /merí/), tout comme /o/ et /ò/ (‘isolé’ diffère de ‘il isole’, dont rien ne distingue ‘saule’).

172Nous avons affaire à un système intermédiaire, puisque, par rapport au catalan standard et au roussillonnais, le francillonnais adopte le phonème [ü] issu du français, distinct de [u], tandis qu’il réduit la conséquente série centrale de cette langue à la voyelle centrale [ə] du catalan. Le système nous paraît donc mettre en œuvre sept phonèmes, et se présenter de la manière suivante :

173voyelles fermées i ü u

174voyelles intermédiaires e ə o

175voyelle(s) ouverte(s) a

b) Les systèmes consonantiques

1) Le système consonantique du castillan standard

  • 60 Pottier (B.), op. cit, pp. 81-84.

176Pottier a bien montré, il y a plus d’un quart de siècle, les évolutions diachroniques du système consonantique du castillan standard jusqu’à sa structure actuelle60. Ses deux phonèmes caractéristiques sont l’occlusive dentale [ç], que l’on retrouve en anglais, et surtout la fricative vélaire sourde [x]. On observe en outre deux traits particuliers, que sont la présence de la seule affriquée palatale sourde [ç], qui n’a pas de pendant sonore, et celle d’une fricative [s’] apico-alvéolaire, proche de la région palatale. Ainsi peut être dressé le tableau suivant :

2) Système consonantique des parlers du Sud

  • 61 Pottier (B.), ibid.

177En andalou, le système consonantique diffère de celui du castillan standard, et du fait des modalités du peuplement de ces anciennes colonies, il est à l’origine des systèmes latino-américains dont il se rapproche. Les principales modifications concernent, dans la zone centrale, les séries dentale et alvéolaire. Selon Pottier61, la fricative alvéolaire sonore [ʐ] est venue faire pendant à l’affriquée sourde [ç], afin de combler la ‘case vide’ existante. Mais l’andalou et les latino-américains, qui partagent cette évolution, divergent cependant quant au traitement des fricatives. En latino-américain, l’interdentale [ç] disparaît, de même que le [s’] alvéolo-palatal, au profit d’un phonème intermédiaire, [s], qui est dento-alvéolaire. L’andalou connaît ce processus, qui est dénommé seseo, mais certaines aires ne conservent, dans cette zone instable, que l’interdentale [ç], donnant lieu au ceceo, alors que le [s’] alvéolo-palatal vient à disparaître à son profit. Voici donc les deux configurations concurrentes en domaine andalou, dont nous ne reproduisons que les séries divergentes du castillan, à savoir les occlusives et les fricatives :

a) seseo (cf. latino-américain)

a) seseo (cf. latino-américain)

3) Système consonantique du catalan standard

  • 62 Payrató (Ll.). op. cit., p. 100.

178Le système consonantique du catalan standard fait apparaître une nette distinction par rapport à celui du castillan. La disparition des pendants sonores aux fricatives et affriquées sourdes de la région alvéolaire et palatale, que ce dernier a connue à la fin du Moyen-Age, n’a pas affecté le catalan. Il n’a pas connu non plus, au Siècle d’Or, la création des deux phonèmes caractéristiques du castillan. Le système qu’il présente se caractérise à la fois par un plus grand conservatisme par rapport à la langue médiévale, et par un meilleur équilibre, les oppositions internes présentant un meilleur rendement, gage de stabilité. On notera que la liquide latérale recule son point d’articulation vers la région alvéolaire [l.] : c’est là un trait stigmatisé par les autres Espagnols. Nous nous sommes inspiré du tableau qu’en dresse Payrató62 pour figurer ainsi le système :

4) Système consonantique du catalan roussillonnais

179Pour ce qui est du système consonantique, le roussillonnais reproduit assez fidèlement le système standard, à la différence qu’il ne conserve pas, en tant que phonèmes (c’est-à-dire en tant que formes stables, systématiques) les affriquées palatales [ç] et [dz], qui font fréquemment place aux fricatives simples [š] et [z].

5) Le système consonantique du français standard

  • 63 Carton (F.), op. cit., p. 61.

180Le français diffère moins du catalan que du castillan. Il s’en distingue cependant par la présence dune fricative labiale sonore, [v], qui fait pendant phonologisé à [f]. Le point d’articulation de [s] et [z], plus avancé, en fait des sifflantes et non des apico-alvéolaires. De même, [š] et [z] sont des chuintantes et non des palatales, et l’on note que, comme en roussillonnais, le système ne connaît que des fricatives, et pas d’affriquées phonologisées. En outre, les liquides diffèrent de manière conséquente : la latérale palatale n’existe pas (elle est remplacée par [y]), et le point d’articulation des vibrantes est très différent, puisqu’il ne se situe pas dans la zone dento-alvéolaire, mais beaucoup plus en arrière, dans la zone uvulaire, au-delà de la région vélaire. Signalons enfin que la distinction entre [R] simple et [R.] redoublé n’a pas cours en français, du moins dans le cadre phonologique. Nous nous sommes inspiré de Carton63 pour en présenter la configuration :

6) Système consonantique du ‘francillonnais’

181Comme nous l’avons dit, ce système est un système synthétique des systèmes de catalan roussillonnais et de français standard. Nous le définirons comme évolutif, dans la mesure où il perd peu à peu les traits qui le liaient étroitement au catalan dialectal, pour se rapprocher dune phonétique plus conforme au standard français. Ces mutations s’opèrent selon une double dynamique, chronologique (et partant générationnelle) et sociologique (l’imitation des classes dominantes autochtones et des francophones allogènes impulsant le changement). Cependant, nous rendrons compte ici de l’état de langue rencontré par nos informateurs, dans les années cinquante et soixante, assez proche du dialecte, et qui a conditionné leur apprentissage de langue seconde.

2) Les divergences du point de vue d’un castillanophone

a) Les divergences entre systèmes vocaliques

182Quel que soit le système vocalique qu’un castillanophone confronte à son système originel celui-ci étant le plus simple possible, il se heurte à la difficulté certaine d’une plus grande complexité. Passer de cinq aux huit phonèmes du catalan standard, aux six du roussillonnais, aux dix-sept du français standard, ou encore aux sept du ‘francillonnais’, suppose de toute façon des difficultés liées à la nécessité d’innover par rapport au système originel. Encore la tâche des immigrants castillanophones en Roussillon est-elle amplement facilitée, à l’époque considérée, par l’adaptation locale des normes du français standard. Le nombre de phonèmes s’en trouve en effet considérablement réduit, et les sons allogènes limités essentiellement à deux : le [ü], qu’ils auront la plus grande difficulté à distinguer des deux autres voyelles fermées, [u] et plus accessoirement [i] ; le [ə], qu’ils confondront de préférence avec [e] étant donné l’affinité des graphèmes français et castillan pour les noter.

183L’absence de nasalisation en français méridional est favorable aux castillanophones, car ils retrouvent en terre étrangère la même combinaison ‘voyelle + consonne nasale’ que dans leur code de départ. De même, la réduction de la série centrale à l’équivalent de la vocal neutra catalane, réduit assez substantiellement leurs efforts d’adaptation.

b) Las divergences entre systèmes consonantiques

184Les systèmes consonantiques offrent la même disparité que les systèmes vocaliques, quoique les rapports numériques de phonèmes y soient moins spectaculaires. On observera entre tous les systèmes en contact des points de convergence, singulièrement pour les nasales et les semi-consonnes, ainsi que dans les occlusives à part entière.

185Les liquides, latérales ou vibrantes, présentent des aspects divergents, surtout entre castillan et français standard. La catalanité marquée du ‘francillonnais’, tel qu’il a pu être perçu par les immigrants dans les années cinquante et soixante, réduit considérablement cette disparité jusqu’à la quasi-identité de formes. De même, le caractère alvéolaire du [s’] autochtone est-il favorable au primo-arrivant.

186En revanche l’absence de sonorisation des fricatives en castillan constitue un obstacle important pour le locuteur castillanophone. Dans la série bilabiale, [v] est associé à [b] pour avoir le même point d’articulation, et présenter en castillan la caractéristique d’associer les deux graphèmes correspondants au même phonème [b]. Plus en arrière, les alvéolaires et palatales (à la différence du catalan) souffrent de la même absence de pendant sonore. Dans le système-cible, l’affriquée palatale [ç] est, par un double facteur de confusion, assimilée à la fricative [š], phonétiquement assez proche, et qui plus est graphiée à l’identique.

187En outre, le système de langue seconde ne possède -en toute logique- pas les deux phonèmes exclusifs du castillan, à savoir la fricative interdentale [ç], et la fricative vélaire [x]. Mais, le [s] se substituera au premier, d’autant plus facilement si l’immigrant est un Andalou, puisque, dans son système, la distinction n’est pas pertinente, et se voit résolue par la simplification dans un sens ou dans l’autre (seseo ou ceceo). Quant au phonème [x], la singularité de son point d’articulation, dans la zone vélaire, l’isole par rapport à des systèmes concurrents où il fait figure d’intrus (il n’est pas susceptible d’engendrer de confusions), à telle enseigne qu’il se trouve de facto exclu de la confrontation.

188La confrontation des systèmes fait clairement apparaître la position linguistique intermédiaire (que corrobore l’analyse géolinguistique) du catalan par rapport au castillan (et à l’andalou) d’une part, et au français standard d’autre part. L’existence, sur son terrain d’immigration d’un hybride de catalan et de français tel que le ‘francillonnais’, permet a priori à l’immigrant castillanophone un meilleur accès au discours en langue française, puisque le français régional s’avère être un échelon supplémentaire du dégradé linguistique figuré par les langues en présence.

189Nous n’avons fait état, jusqu’ici, que des systèmes en contact, qui constituent le cadre de la confrontation. Or celle-ci se produit sur le plan du discours, qu’il convient à présent de prendre en considération à travers l’examen des récits d’apprentissages portant sur les performances des informateurs de l’enquête (chapitre III). Nous distinguerons, au chapitre IV, celles qui sont réalisées en français, en tant que langue seconde des locuteurs ; puis, nous ferons de même, au chapitre V, avec celles qu’ils réalisent dans leur langue première, le castillan.

Notes

1 Le catalan, directement, ou à travers la modalité de français régional qu’il génère (cf. infra dans ce même chap. et chap. IV) influence l’expression en français langue seconde, et retentit également sur l’expression en castillan langue première (cf. infra, chap. V). Quant aux représentations concernant le catalan, elles font particulièrement l’objet du chap IX de la thèse, Lagarde, op. cit. pp. 363-405)

2 La groupe des gitans s’exprime selon une modalité linguistique basée sur le catalan ; par ailleurs, l’importante colonie maghrébine (d’origine algérienne et marocaine) connaît des modes de fonctionnement linguistique et sociolinguistique trop différents pour que nous puissions faire ici un quelconque rapprochement avec notre sujet.

3 cf. pour le Roussillon Sanabre (J.), La resistència del Rosselló a incorporar-se a França, Perpignan, Trabucaire, 1989.

4 Hagège (Cl.), Le français et les siècles, Paris, Odile Jacob, 1987.

5 cf. par ex. Weber (E.), La fin des terroirs, Paris, Fayard, 1983.

6 cf. Hagège, (Cl.), op. cit. ; De Certeau (M.), Julia (D.), Revel (J.), Une politique de la langue : la Révolution française et les patois, Paris, Gallimard, 1985.

7 cf. par ex. la synthèse proposée par Gerbet (M.-Cl.), chap. 6-7-8-9, pp. 185-335, vol. 1 (en part. pp. 185-240), in Bennassar (B.), Histoire des Espagnols, Paris, Armand Colin, 1985,2 vol.

8 cf. la réflexion de Beyrie (J.), Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Ecriture, identité, pouvoir en Espagne, Toulouse, P.U.M., 1994 (en part. chap. VIII et IX et conclusion, pp. 155-231).

9 Nous laisserons de côté la pratique, aux xvi° et xvii° siècles, de l’occitan, par des populations d’origine languedocienne, qui ont influencé et le dialecte roussillonnais et lui ont donné son originalité au sein de l’ensemble catalan actuel (cf. pour l’immigration, Nadal (J.), Giralt (E.), op. cit. ; pour la langue, Verdaguer (P.), El català al Rosselló. Gallicismes, occitanismes, rossellonismes, Barcelona, Barcino, 1974).

10 Martinet (A.), ‘Dialect’ in Romance philology, 1954.

11 Mackey (W.), Bilinguisme et contact des langues, Paris, op. cit., p. 194.

12 Mackey (W.), ibid.

13 ibid.

14 ibid. p. 218

15 ibid. p. 317 sq.

16 Payrató (LI), op. cit., p. 59.

17 Bec (P.), Manuel pratique de philologie romane, Paris, Picard, 1970-1971, 2 vol. Est aussi à prendre en compte, dans cette perspective, l’ouvrage récent de Klinkenberg (J.-M.), Des langues romanes, Louvain, Duculot, 1994.

18 Bourciez (J.), Eléments de linguistique romane, Paris, 1910.

19 Menéndez Pidal, García de Diego, Lapesa, Corominas, Alarcos Llorach, Navarro Tomás, cf. Bec, op. cit.,tome I, pp. 189-190.

20 ibid. p. 192.

21 Menéndez Pidal (R.), Orígenes del español Estado lingüístico de la Península Ibérica hasta el siglo xi, Madrid, Espasa-Calpe, 1950.

22 Bec (P.), op. cit., t.1, p. 197.

23 Bec (P.), op. cit. t.1, p. 194.

24 Alvar (M.), Atlas lingüístico y etnográfico de Andalucía, Granada, 1961-1972, 5 vol. ; ‘Estructuració del léxico andaluz’, Boletín filológico, Santiago de Chile,1964, n° 16, pp.5-12.

25 cf. la coll. Sociolingüística andaluza, Publicaciones de la Universidad de Sevilla, 5 vol. parus depuis 1982. Voir en part. Carbonero Cano (P.), ‘El estudio sociolingüístico del habla de Sevilla : situación actual de las investigaciones’ in vol. 5,1990 (pp. 15-22).

26 Ropero Núñez (M.), op. cit.

27 Antonio Narbona (Sintaxis española : nuevos y viejos enfoques, Barcelona, Ariel, 1989, p. 171) émet un jugement nuancé en ces termes: «En términos estrictamente lingüísticos no cabe hablar de sintaxis propia de las hablas andaluzas, lo que no impide reconocer que los andaluces explotan y dotan de particulares valores expresivos a ciertos procedimientos gramaticales. » [En termes strictement linguistiques on ne peut parler de syntaxe propre aux parlers andalous, ce qui n’empêche pas de reconnaître que les Andalous exploitent et dotent de valeurs expressives certains procédés grammaticaux].

28 Nous empruntons les divers ex. soit à Ropero Núñez (M.), op. cit., soit à la conférence, prononcée par le même auteur à l’Université de Perpignan, le 20 mai 1992. Ropero conclut ainsi (op. cit. p. 9) : «En el nivel morfosintáctico perviven, completándose, innovaciones gramaticales junto con la conservación de arcaísmos. Se da igualmente una tendencia a la simplificación y economía junto a la introductión de elementos redundantes, que mantienen el sistema lingüílstico en un compensado equilibrio funcional. »

29 Bec (P.), op. cit. t. I, pp. 467-468.

30 Guiter (H.), ‘Aux frontières orientales de l’ibéro-roman et du gallo-roman’, Bulletin philologique et historique, 1972. Nous pensons cependant qu’il n’est pas opportun ici d’en débattre.

31 Veny (J.), Els parlars catalans, Palma de Mallorca, Moll, 1982, p. 19.

32 Veny (J.), op. cit.

33 Payrató (Ll), op. cit.

34 Fabra (P.), Gramàtica catalana, (rééd.) Barcelona, Teide, 1956.

35 L’actuelle ‘Communauté autonome’ comporte et reconnaît des zones territoriales castillanophones en son sein, sans parler du bilinguisme diglossique qui règne partout ailleurs.

36 Veny (J.), op. cit. p. 57.

37 Guiter (H.), op. cit.

38 Les faisceaux (même concordants) d’isoglosses n’empêchent pas les langues en contact de se présenter (du fait des échanges de divers types, conjugués) comme un dégradé. L’interprétation peut souligner la rupture, ou bien mettre en valeur les continuités. Sur ces questions, voir Bec (P.), Les interférences linguistiques entre gascon et languedocien dans les parlers du Comminges et du Couserans, Paris, P.U.F., 1968 (2 vol.).

39 Veny (J.), op. cit., p. 71.

40 sur l’immigration languedocienne en Catalogne, cf. Nadal (J.), Giralt (E.), op. cit. Par ailleurs, l’occupation française’ administrative est essentiellement le fait de Languedociens, dont le territoire était déjà rattaché au royaume de France depuis près de quatre siècles.

41 Guiter (H.), op. cit., p.

42 Verdaguer (P.), op. cit..

43 Bec (P.), op. cit., t. II, p. 12. Notre présentation sera volontairement concise.

44 cf. le Discours sur l’universalité de la langue française de Rivarol (1783), analysé dans Hagège (Cl.), op. cit. Sur l’ordre naturel’, cf. Hagège (Cl.) ‘Ordre des mots et ordre du monde’, L’homme de paroles, Paris, Fayard, 1985, pp. 204-249.

45 malgré l’antériorité de rédaction et de publication (1492) de la Gramática de la lengua castellana de Antonio de Nebrija.

46 Bec (P.), op. cit., t. II, p. 24.

47 Ullmann, Précis de sémantique, Paris, 1952.

48 Cet aspect est traité dans la thèse, Lagarde, op. cit. chap. IX, pp. 363-405. Pour une bonne approche de synthèse, cf. Bernardó (D.), op. cit., pp. 133-149.

49 Séguy (J.), Le français parlé à Toulouse, Toulouse, Privat, 1951.

50 Guiter (H.), Atlas linguistique des Pyrénées-Orientales, Paris, C.N.R.S., 1966. cf. également, Costa (J.), Atlas linguistique ‘Sacaze’ des confins catalano-languedociens, Saint-Estève, Société des professeurs de catalan, 1986. Pour nous, le relevé des parlers (dialectes ou interlectes) présente d’autant plus d’intérêt qu’en est montré la -relative- cohérence. Les Atlas linguistiques, pour si exhaustifs qu’ils soient, pèchent un peu par atomisation.

51 Guiter (H.), ‘Catalan et français en Roussillon’ in Ethnologie française, III 3-4, 1975 ; et ‘Quelques traits du français parlé à Perpignan’ in Travaux de linguistique et de littérature, XV, 1977.

52 Camps (Chr.), Dictionnaire du français régional du Roussillon, Paris, Bonneton, 1991.

53 À l’image des néologismes ‘franglais’ (Etiemble, Parlez-vous franglais ?, Paris, Gallimard, 1964), ont été forgés ceux de ‘fragnol’ ou de ‘francitan’.

54 Camps (Chr.), op. cit.

55 Ils son traités dans la thèse, Lagarde, op. cit. aux chap VI (pp.259-277) et chap. IX (pp. 395-405).

56 Pottier (B.), Introduction à l’étude linguistique de l’espagnol, Paris, Ediciones Hispanoamericanas, 1972, p. 78.

57 Payrató (Ll.), op. cit., p. 103.

58 Veny (J.), op. cit.

59 Carton (F.), Introduction à la phonétique du français, Paris, Bordas, 1974, p. 39.

60 Pottier (B.), op. cit, pp. 81-84.

61 Pottier (B.), ibid.

62 Payrató (Ll.). op. cit., p. 100.

63 Carton (F.), op. cit., p. 61.

© Presses universitaires de Perpignan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable