Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes du Lauragais à la fin du Moyen Âge

 | 
Marie-Claude Marandet

Deuxième partie : Le lauragais, une vision d’ensemble

Texte intégral

I. LES CONDITIONS NATURELLES »1

A. Relief, pédologie

  • 2 Pour labourer, il faut trouver le moment où elles ne sont ni trop humides ni trop sèches, Jorré (G (...)

1Très schématiquement, le relief du Lauragais est axé sur un sillon, de direction générale Nord-Ouest Sud-Est, permettant le passage, à travers le seuil de Naurouze ou du Lauragais, des pays méditerranéens au Bassin aquitain. Cette dépression atteint une dizaine de kilomètres de large au niveau de Castelnaudary et de Bram et est drainée en direction de l’est par le Fresquel et ses affluents : le Tréboul et les ruisseaux descendus de la Montagne Noire ; plus au nord, vers Revel, elle n’est large que de cinq ou six km et est drainée vers l’Agout par le Sor et ses affluents. Le relief est peu marqué, il culmine à 194 mètres au seuil de Naurouze. La roche mère est la molasse, formée de terrains marneux et argileux dans lesquels s’intercalent, dans certains secteurs, des bancs calcaires, exceptionnellement des bancs de grès. Les boulbènes, alluvions quaternaires, constituent le sol ; ce sont des terres légères, composées surtout de sables fins, d’un peu d’argile et pauvres en calcaire ; elles ne sont pas très faciles à travailler. Georges Jorré considère qu’elles sont « tantôt bourbeuses et lentes à se ressuyer, tantôt trop sèches et à peu près inattaquables »2.

  • 3 En fait une dépression périphérique, zone de contact entre un bassin sédimentaire et un massif anc (...)

2Au nord-est de cette dépression3, se trouve la Montagne Noire, un massif hercynien, qui constitue la bordure Sud du Massif Central. La Montagne Noire, pour sa partie lauragaise, a des altitudes comprises entre 300 et 600 mètres et descend en pente douce vers la plaine ; elle est entaillée de nombreuses vallées nord-sud (ruisseaux de Glandes, de l’Argentouïre, du Tenten et du Lampy). Les roches éruptives et métamorphiques sont, sur son piémont, recouvertes de calcaires à l’est, de grès et d’argiles à l’ouest.

  • 4 Brunet (R.), Les campagnes toulousaines..., op. cit., p. 25.
  • 5 Il naît dans l’Ariège, au-dessus de Fougax et Barrineuf et se jette dans l’Ariège à l’est de Cinte (...)
  • 6 Taillefer (F.), Le Midi toulousain, Collection Atlas et géographie de la France moderne, Flammario (...)
  • 7 Il naît à Fonters-du-Razès et se jette dans la Garonne à l’aval de Toulouse, son cours fait 90 km.

3Tout le reste du Lauragais, entre la vallée de l’Ariège et celle de l’Agout, fait partie de ce que les géographes appellent le Terrefort, ainsi nommé car le sol y est composé de terrefort, sol argilo-calcaire, désagrégation de la roche mère sous-jacente, la molasse. L’altitude moyenne est de 188 mètres. Roger Brunet découpe le Terrefort en divers secteurs : Piège, Entre-Deux Hers, Terrefort de Caraman, ce dernier séparé du reste par la vallée de l’Hers Mort4. La Piège est située entre la plaine de Castelnaudary et l’Hers Vif ou Grand-Hers5, c’est un Terrefort plus pauvre, marqué par la sécheresse et où abondent des affleurements calcaires, des ravines, des sols minces et blanchâtres6 ; une des localités témoins, Fendeille, y est située pour partie. Montgiscard et ses annexes, ainsi que Montesquieu, se trouvent dans l’Entre-Deux-Hers, tout près de l’Hers Mort7.

  • 8 Taillefer (F.), Le Midi toulousain, op. cit.

4Le relèvement des couches de terrains en direction de la montagne bordière (la Montagne Noire), a permis à l’érosion de mettre en relief les couches les plus dures, donnant naissance à une ligne de cuestas dominant la dépression périphérique et presque ininterrompue du seuil de Naurouze à Puylaurens (point culminant à 377 m). Au sud, elle se prolonge, par Fanjeaux, presque jusqu’à Mirepoix. Le terrefort résiste médiocrement à l’érosion, ce qui explique « une intense dissection qui a multiplié croupes et vallons »8. La largeur des vallées (quelques centaines de mètres pour de tout petits ruisseaux, 2,5 km pour celle de l’Hers, 4 km pour celle de l’Hers Mort) procède, elle aussi, de cela et de la relative imperméabilité ; même de petits cours d’eau coulent au fond de larges gouttières. Les plateaux molassiques sont ainsi découpés par tout un réseau de petites vallées parallèles, de direction est-ouest, descendant vers la Garonne, la plus large est celle de l’Hers mort. De cette rivière au Girou, quatre vallées presque rectilignes et parallèles (vallées de la Marcaissonne, de la Saune, de la Seillonne, de la Sausse) découpent le Terrefort lauragais en compartiments étirés du sud-est vers le nord-ouest. Le découpage est moins net dans la partie sud-ouest. Si le réseau hydrographique est dense, bien ramifié, les lits sont peu profonds, les vallées à fond plat sont souvent très humides, marécageuses. Les aménagements ont été tardifs, l’Hers Mort est canalisé seulement au xviiie siècle pour permettre le drainage de sa plaine alluviale.

  • 9 Commune, canton de Villefranche-de-Lauragais.
  • 10 Jorré (G), Le Terrefort..., op. cit., pp. 112-113.
  • 11 Brunet (R.), Les campagnes toulousaines..., op. cit., p. 145.
  • 12 Jorré (G.), Le Terrefort..., op. cit., p. 112.

5Si le terrefort est à ranger parmi les sols bruns, entre podzols et tchernozioms, les composantes physiques et chimiques en sont très variables d’un endroit à l’autre, dans une même localité : à Maurémont9, par exemple, le pourcentage d’argile passe de 20,4 à 38,4 %, celui du sable de 35,6 % à 63,4 %, d’un versant à l’autre10. Les géographes ne sont pas toujours d’accord quant aux qualités de ce sol. Roger Brunet considère qu’il constitue une bonne terre agricole, propice aux céréales, emmagasinant bien l’eau, résistant assez bien à la sécheresse, restant humide une partie de l’été11. Pour G. Jorré, c’est « une terre jaunâtre, grasse et luisante, plus ou moins plastique, compacte, renfermant très peu de graviers et de cailloux, peu perméable, qui, s’émiettant fort mal, se fractionne en grosses mottes ». C’est une terre qu’il faut chauler, enrichir par du fumier, elle durcit avec la sécheresse, devient gluante avec la pluie, est pénible à cultiver. Il signale qu’il fallait, dans les années cinquante, pour labourer, deux bœufs par charrue alors que sur les boulbènes, un cheval suffisait12. L’épaisseur du terrefort est très variable, elle est forte au bas des pentes, donnant les meilleurs sols ; à Montgiscard, par exemple, elle est de huit à neuf mètres. Par contre, sur les fortes pentes et au sommet des croupes, le sol est mince, très calcaire. Les sols maigres sont toutefois peu nombreux, sauf à la périphérie du Terrefort, dans la Piège. Là, les bancs calcaires abondent et les pentes sont fortes, comprises entre 30 % et 60 %, même si l’altitude reste faible. Dans la première moitié du xxe siècle encore, ces secteurs, occupés par la friche, étaient réservés au pacage des moutons.

B. Climat

6Le Lauragais est soumis à un climat de type océanique aquitain, mêlé, surtout dans la partie située à l’est du seuil de Naurouze, d’influences méditerranéennes.

7La moyenne des précipitations est de 650 mm, tombant en peu de jours. Le Lauragais occidental est plus arrosé que le Lauragais oriental, il reçoit, en moyenne, 700 à 800 mm d’eau ; les précipitations peuvent atteindre 1500-1800 mm en Montagne Noire, parce qu’elle constitue une barrière aux masses d’air venues de l’ouest. La sécheresse est sensible l’été, accentuée par le vent d’autan (vent de sud-est violent, sec et chaud). On peut distinguer une saison humide principale (avril, mai et première quinzaine de juin), une saison humide secondaire (seconde quinzaine de septembre, octobre et novembre), une saison sèche principale (juillet, août, première quinzaine de septembre), une saison sèche secondaire (février). Les ressources en eau ne sont pas toujours suffisantes. La molasse est imperméable, elle ne constitue qu’un médiocre réservoir pour les pluies, les nappes phréatiques sont rares, peu abondantes ; on les rencontre surtout dans la plaine, là où la molasse est recouverte par les limons. Les petites rivières du Terrefort, gonflées en hiver et au printemps, inondent parfois ; l’été, par contre, elles se réduisent à très peu de chose, sauf l’Hers vif qui vient des Pyrénées, les ruisseaux, eux, sont alors pratiquement à sec. Dans la plaine, Tréboul et Fresquel sont toujours alimentés.

8L’atmosphère est très instable, le vent souffle presque tous les jours et peut être violent ; le cers, vent d’ouest ou du nord-ouest (qui amène souvent la pluie) et le vent d’autan (ou marin dans la partie orientale de la région), dominent. Au Moyen Âge, quand seulement deux confronts d’une parcelle sont fournis dans les registres, ce sont ceux correspondant à ces vents dominants, « altano et circio ». La moyenne annuelle des températures est de 13 °8. La moyenne de décembre est de 5°5, celle de janvier de 4°8. L’hiver est doux, dans l’ensemble, avec peu de neige ; des coups de froid peuvent se produire en janvier et février, avec des gelées de l’ordre de -5, -6°, des gelées tardives sont possibles au début mai. La moyenne de juillet et août est de l’ordre de 21°, les maxima atteignent 30, 31° ; fréquemment, lors de la canicule, en juillet-août, ils atteignent 35°.

  • 13 Ibidem, p. 145 et suiv.
  • 14 Pariset (F.), Économie rurale, mœurs et usages du Lauragais (Aude et Haute-Garonne), Paris, Boucha (...)

9Les conditions naturelles sont parfois difficiles : les gelées de printemps peuvent être désastreuses pour les arbres fruitiers et la vigne, le vent d’autan gêne la fécondation des céréales, des arbres fruitiers, dessèche les plantes, provoque la verse et l’égrenage des céréales. Les pluies de printemps sont favorables à l’herbe, aux céréales, mais pas aux autres cultures si elles sont trop violentes. Si elles sont trop abondantes à l’automne, elles entraînent la pourriture des grains. La grêle est assez fréquente. L’instabilité du climat (hiver froid, pluies inconstantes), peut constituer un obstacle à l’agriculture13. « Nulle part autant que dans le Lauragais, les plus belles espérances de récoltes, conduites jusqu’à leur heure de maturité, ne sont compromises instantanément... »14. Les accidents météorologiques, grêle, tempête, inondation, sont parfois évoqués dans les contrats de fermage ou métayage du xve siècle, parmi les malheurs possibles, au même titre que la chevauchée d’hommes d’armes.

C. Végétation naturelle

  • 15 Commune, département du Tarn.
  • 16 Jorré (G.), Le Terrefort..., op. cit., pp. 31-35.

10La végétation dominante est formée d’espèces de milieu océanique ; on trouve aussi quelques espèces de milieu méditerranéen dans la partie orientale du Lauragais : érable de Montpellier, genêt d’Espagne, romarin officinal, sauge officinale, lavande. Le chêne vert pousse jusqu’au nord de Puylaurens15. Sur les boulbènes, la végétation naturelle est aujourd’hui rare. Il subsiste quelques boqueteaux dans lesquels poussent châtaigniers (dans les zones acides), chênes pédonculés et, dans les sous-bois, fougères, bruyères, cornouillers sanguins, chèvrefeuilles, aubépines, églantiers, genêts. Les landes et friches sont le domaine des graminées (chiendent rampant, paturin commun), on y trouve aussi des ajoncs, des genêts et des bruyères. Les bords des cours d’eau sont colonisés par les peupliers, frênes, aulnes, saules, ormes, chênes blancs. Sur les terreforts, les bois sont formés en majorité de chênes pubescents, de chênes pédonculés, de hêtres ; on trouve aussi des châtaigniers, des érables champêtres, des ormes, des sorbiers. Les sous-bois, très fournis, sont composés de genêts à balais, houx, fougères, genévriers. Les landes sont différentes selon qu’elles poussent sur sol calcaire ou sol siliceux. Elles sont peu vigoureuses sur sol calcaire et formées de genévriers, genêts d’Espagne et ajonc landier. Là où le terrefort est riche en silice, on trouve bruyères à balai, bruyère vagabonde, genêts à balai, genévriers. Des garrigues avec genévriers communs, genêts d’Espagne, buis, romarin officinal, lavande, apparaissent sur les coteaux ensoleillés et secs : Hers Vif, Vixiège, cuestas dominant la dépression16. En Montagne Noire, sur les basses pentes, pousse le chêne blanc, plus haut le chêne rouvre, sensible à la sécheresse estivale, un peu plus haut, le hêtre, le châtaignier. Les sous-bois comprennent viorne, lauriertin, troène, arbousier, bruyère. Les landes sont formées essentiellement de bruyères. Cette végétation naturelle, encore très présente dans les années 1950, est aujourd’hui en très net recul.

  • 17 Le Roy Ladurie (E.), Histoire du climat depuis l’an mil, Flammarion, 1967, p. 250 et p. 252.
  • 18 Caster (G.), Le commerce..., op. cit., p. 41, note 42.
  • 19 Lamb (H.H.), Climate History and the Modem World, London, New-York, 1982 Alexandre (P.), Le climat (...)
  • 20 Durand (A.), Les paysages médiévaux du Languedoc (xe-xiiie siècles), Toulouse, Presses universitai (...)
  • 21 Brochier (J.-L.), 2000 ans d’histoire du climat dans le Midi de la France : étude sédimentologique (...)

11Les conditions climatiques de la fin du Moyen Âge étaient-elles exactement les mêmes ? Avait-on en conséquence le même couvert naturel ? Il y a quelques décennies, on ne concluait pas, en général, à une péjoration climatique. Emmanuel Le Roy Ladurie notait une régression des glaciers entre 1300-1350 et 1500 environ (après une crue au xiiie siècle). Si, disait-il, certains historiens du climat avaient intégré les xive-xve siècles à une phase de crue des glaciers, en l’état actuel de la documentation botanique, géomorphologique et historique, on ne pouvait conclure à cela, ce qui bien sûr, n’empêchait pas les épisodes froids (vin débité à la hache à Paris en 1468)17. Gilles Caster considérait, lui, que le climat était alors plus chaud qu’aujourd’hui18. Les études récentes utilisant sources écrites19 ou données des sciences paléo-environnementales20, permettent d’avancer l’idée que, même dans le Midi de la France, les premières décennies du xive siècle correspondraient au début du « Petit Âge glaciaire ». Pour J.-L. Brochier : « les premières manifestations du petit âge glaciaire se font sentir dès le début du xive siècle, un peu en avance par rapport aux dates proposées par E. Le Roy Ladurie ou R. Vivian »21.

  • 22 Durand (A.), Les paysages médiévaux du Languedoc..., op. cit., p. 218.
  • 23 Cette question des taxons mésophiles avait été abordée précédemment par Aline Durand et Jean-Louis (...)
  • 24 Durand (A.), Les paysages médiévaux du Languedoc..., op. cit., pp. 222-230.

12La végétation naturelle du Lauragais médiéval a fait l’objet d’études anthra-cologiques menées par Aline Durand. Ont été exploités des sites localisés sur les communes de Castelnaudary (fossé d’enceinte des xve-xvie siècles), Villeneuve-la-Comptal (village déserté de Laval-Basse, xiiie-xive siècles), Mas-Saintes-Puelles (Barrié, village des xie-xiie siècles), Mazerolles-du-Razès (Couges, motte castrale des xiiie-xive siècles), Molleville (Le Mourrel, motte castrale des xie-xiie siècles). Deux sites sont situés dans la plaine (Castelnaudary, Barrié), tous les autres sur le Terrefort mais à l’est du seuil de Naurouze. D’après ces études, la chênaie caducifoliée, avec du chêne pubescent ou du chêne pédonculé, domine. On trouve aussi de l’érable champêtre, du buis, de l’aubépine, des prunelliers, des sorbiers, de l’orme champêtre, de la boule-de-neige. Aline Durand note une absence complète de taxons thermophiles et la richesse en espèces montagnardes ou atlantiques : sapin blanc, noisetier, hêtre, chêne pédonculé et érable. Elle conclut que « la flore lauragaise correspond à un supraméditerranéen, avec une forme thermophile développée de forêts de hêtres et de sapins »22. Ces taxons mésophiles, aujourd’hui présents dans les étages collinéen ou montagnard, chutent une fois passés les xiie-xiiie siècles, sauf à Castelnaudary et Laval-Basse, ce qui pose problème, dit Aline Durand, étant donné l’altitude23. Elle pense qu’il s’agit de survivances à basse altitude de boisements mésophiles enclavés dans le milieu méditerranéen, et récuse l’idée de commerce de ces bois24 car, à part Castelnaudary, il s’agit de sites ruraux qui ne connaîtraient pas de circuits commerciaux à longue distance. Elle confirme par d’autres sites méridionaux et l’écologie actuelle la présence de hêtraies et de sapinières à buis sous certaines conditions d’humidité dans le supra-méditerranéen et le méso-méditerranéen, sur tout le pourtour de la Méditerranée.

  • 25 Durand (A.), Forest (V.), Gardeisin (A.), Ruas (M.-P.) Approches bioarchéologiques de l’habitat ca (...)
  • 26 Maillard (F.) et Beautier (R.-H.), Un dénombrement de feux, des individus et des fortunes dans deu (...)

13Si le hêtre est encore présent aujourd’hui en Montagne Noire et sur le Terrefort et devait s’y trouver au Moyen Âge, la présence des sapinières semble plus douteuse. Les sources ne mentionnent jamais le moindre toponyme formé avec le terme « avet » (sapin) alors que ceux formés, par exemple, à partir de « garric » (chêne), « olm » (orme), sont très nombreux. Le sapin n’est pas présent, même en Montagne Noire, à la fin du Moyen Âge : M.-P. Ruas trouve, dans le grenier de Durfort, des taxons de noisetier, hêtre, troène, saule, sorbier, vigne et surtout de chêne pubescent (1497/1563 taxons), mais pas le moindre taxon de sapin25. Ce bois est, toutefois, très utilisé dans l’ameublement au bas Moyen Âge, les inventaires du Lauragais mentionnent tables, bancs, coffres en sapin ; il peut provenir du pays de Sault, aux confins de l’Ariège, ou de l’Ariège elle-même. Des marchands ariégeois sont présents en Lauragais, ils fréquentent les marchés et foires de Castelnaudary, d’autres Ariégeois louent des pâturages, prennent, l’été, le bétail de la plaine en gasaille. Le commerce du bois (déjà débité en planches ou madriers) peut se faire sans trop de difficultés entre les régions productrices et les villes du Lauragais. Le bois des Pyrénées descend aussi jusqu’à Carcassonne, par flottage sur l’Aude26.

  • 27 Larenaudie (M.-J.), Recherche sur les famines et le problème des céréales dans la France méridiona (...)

14À part le sapin, toutes ces espèces repérées dans des gisements médiévaux du Lauragais oriental sont encore présentes aujourd’hui, on peut en déduire que le climat ne devait pas présenter beaucoup de différences avec le climat actuel. L’étude de Marie-Josèphe Larenaudie portant sur les crises frumentaires en Toulousain, à la fin du Moyen Âge, ne montre pas, d’ailleurs, d’aggravation particulière des conditions climatiques27.

D. Une riche terre agricole

15Malgré les quelques réserves évoquées, sols et climat sont favorables à l’agriculture. La richesse du Lauragais, basée sur la production céréalière, est, très tôt, attestée.

  • 28 Catel (Guillaune de), Mémoires de l’histoire du Languedoc, à Tolose, par A. Colomiez imprimeur, 16 (...)

16L’exportation des blés est très importante au xviie siècle : Guillaume de Catel le note : « car pour le bled les fertiles plaines qui sont prés de Tolose en produisent si grand’ quantité, que nous en faisons tous les jours bonne part à ceux de Bourdeaus »... « tellement que c’est aujourd’huy le le plus commun commerce parmi les habitans et marchans de Tolose, que d’acheter des bleds dans le pais, pour les transporter par la Garonne à Bourdeaus. Ce qui est grandement utile et profitable aux habitans desdites villes qui ne pourvoient autrement debiter leurs grains, à cause de la grande abondance qui est dans le pais »28. La culture du maïs est introduite en Lauragais, probablement à partir de l’Espagne. Il est, en effet, coté, en 1637, à la mercuriale du lundi, à Castelnaudary. Les paysans consomment alors le millas, sorte de pain à base de farine de maïs, ce qui permet d’exporter les blés en quantité, exportation facilitée par l’ouverture du Grand canal de Languedoc en 1681.

  • 29 Basville (de), Mémoires pour servir à l’histoire de Languedoc, Amsterdam, chez Pierre Boyer, 1734, (...)
  • 30 Le maïs doit être inclus dans les menus grains.
  • 31 Frêche (G.), Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières (vers 1670-1789), Cujas, 1 (...)
  • 32 Frêche (G. et G), Les prix des grains, des vins et des légumes à Toulouse, (1486-1868), PUF, 1967, (...)
  • 33 Cayla (P.), La draperie dans l’Aude un siècle avant Colbert, Mémoires de la Société des Arts et Sc (...)

17Dans la première moitié du xviiie siècle, l’intendant de Basville décrit la région toulousaine et parle plus particulièrement du riche Lauragais : « des belles plaines... des rivières qui forment des prairies » ... « La plus remarquable, qui a de larguer près d’une demie lieüe et cinq lieues de longueur, est celle que la Riviere de Lers traverse. Elle s’étend jusqu’au diocése de St. Papoul, et se trouve bordée par le grand Chemin du bas Languedoc. Toutes les terres sont bien cultivées dans ce diocèse... Outre le bled ordinaire, il y croit une grande quantité de Millets (maïs). C’est une espece de Bled dont les païsans se nourrissent, ce qui leur donne le moyen de vendre le Bled qu’ils recueillent... On y voit encore du Pastel : C’est une Herbe qui sert à la teinture pour faire le bleu. Autrefois, il s’en faisoit un commerce pour plus d’un million ; mais aujourd’hui l’Indigo étant plus en usage, cette culture a été fort négligée depuis plusieurs années29. Pour lui, « Le Diocése de St. Papoul est fort riche en bleds. Du côté de Castelnaudary ce sont de très-belles plaines, et les Terres y sont fort bonnes. Elles n’ont pas tout à fait la même fertilité du côté de la Montagne. Il croît dans ce Diocése de toutes sortes de denrées, et beaucoup plus de bled qu’il n’en faut pour nourrir le païs. Les Habitants y vivent de Millet, vendent leur Bled, et en payent leurs charges ». D’après les travaux de Georges Frêche, plus des 4/5 du Lauragais sont alors en labours, le maïs s’est installé sur les terres autrefois dévolues au pastel. Le blé est la production reine. La récolte de l’année 1754, par exemple, selon les états dressés pour tout le Languedoc, est, dans le diocèse de Saint-Papoul, constituée de blé à 66,5 %, de seigle à 4,2 %, d’orge et menus grains à 28,2 %30 et de légumes à 1,1 %. Le diocèse de Saint-Papoul produit alors 108 250 setiers de blé contre 176 200 pour celui de Toulouse, beaucoup plus vaste. Le Lauragais est un grenier à blé ; on signale, par exemple, pour l’année 1785, un excédent de 34 % pour les productions agricoles, quittes de semences31. Les habitants les plus modestes spéculent sur les blés32. L’élevage est aussi pratiqué, le plus important semble celui des moutons, les toisons du Lauragais sont jugées, aux xviie-xviiie siècles, moins abondantes que celles des bêtes des pré-Pyrénées, mais plus fines33.

  • 34 A.D.A., 13 M 264, statistiques agriculture, commerce et industrie.
  • 35 Baux (Et.), La vie économique du département de l’Aude sous le Premier Empire, Diplôme de la facul (...)
  • 36 Théron de Montaugé, L’agriculture et les classes rurales dans le pays toulousain depuis le milieu (...)

18Sous le 1er Empire, les céréales constituent toujours l’essentiel des productions et se vendent à un prix élevé, enrichissant la région. Les statistiques de 1807, concernant l’arrondissement de Castelnaudary, indiquent les superficies consacrées aux différentes cultures et les rendements en années communes et bonnes années34. À partir des chiffres fournis, on peut voir que les terres labourables occupent 86 % de la surface agricole utile ; on cultive surtout le froment et l’avoine et, très faiblement, l’orge. Le seigle n’est pas mentionné, mais on trouve du méteil, mélange de blé et de seigle, dans les confins montagneux35. Dans le Terrefort haut-garonnais sont alors cultivés froment, seigle et méteil de blé et seigle36. L’élevage n’est pas très développé.

  • 37 Taillefer (F.), Le Midi toulousain, op. cit.
  • 38 Pariset (F.), Économie rurale, industrie, mœurs et usages de la Montagne Noire (Aude et Tarn), Par (...)
  • 39 Pariset (F.), Économie rurale, mœurs et usages du Lauragais (Aude et Haute-Garonne), Paris, Boucha (...)

19La baisse du prix du blé, à partir de 1815, liée à l’arrivée des blés russes, ruine le Lauragais rural. Les campagnes se vident ; le phénomène s’est amorcé avec la Restauration, s’est accéléré sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire. Les arrondissements de Castelnaudary et de Villefranche sont ceux qui ont le plus perdu d’habitants, pour la France entière, entre 1851 et 186137. On continue toutefois de produire des céréales. Dans la seconde moitié du xixe siècle, dans l’arrondissement de Castelnaudary, près de 70 % des terres sont consacrées aux labours (froment et maïs), un peu plus de 5 % aux vignes, près de 7 % aux bois et broussailles, plus de 15 % sont des « terres vagues », les prés n’atteignent pas 2 % de la superficie. Les terres vagues sont situées essentiellement dans la Piège et la Montagne Noire ; les broussailles, terres vaines, pâtures, représentent un quart des superficies à Issel et Saint-Papoul et jusqu’à 40 % à Labécède, Verdun, Villemagne38, elles servent à un élevage de bovins et ovins. La plaine est entièrement cultivée39.

20Au xxe siècle, jusque dans les années 70, le Lauragais pratique une polyculture fondée sur le blé et le maïs, plus de 80 % des surfaces cultivées sont alors consacrées aux labours. Dans la plaine, densément cultivée, les productions végétales l’emportent, la Montagne Noire combine, elle, forêts, céréales, herbe (toujours pour l’élevage des ovins et des bovins). Les zones aux sols ingrats, telle la Piège orientale, la plus pauvre, sont occupées par des landes plutôt que par les cultures et les pâturages. Dans la Piège centrale et la Piège occidentale, on trouve céréales, taillis et landes où pâturent ovins et bovins. Quelques parcelles de bois subsistent sur le Terrefort occidental, à Montbrun, Pouze, Belbèze, Issus, Espanès, Corronsac, Deyme.

21On observe donc, sur près de quatre siècles, une permanence quant aux productions agricoles : une polyculture associant productions végétales massives (surtout céréalières) et un élevage, essentiellement d’ovins, à cause de la rareté des prés, induite par la sécheresse d’été. Avait-on déjà cette richesse agricole à la fin du Moyen Âge, basée de la même façon sur la production massive de céréales et un élevage de complément ?

II. LE LAURAGAIS JUSQU’A LA MI-xive SIÈCLE : UNE TERRE « MULT RICHE ET PLENTENOUSE »

  • 40 Débax (H.), Structures féodales dans le Languedoc des Trencavel (xie-xiie siècles), d’après le car (...)
  • 41 Débax (H.), La féodalité..., op. cit., p. 74 et notes 318 et 319.
  • 42 Diverses acquisitions sont faites par les Barcelonais en Languedoc dans les années 1067-1069. Les (...)
  • 43 Ibidem, p. 74 et note 321.
  • 44 Cazes (J.-P.), Habitat et occupation..., op. cit., p. 465 et pp. 917-923.
  • 45 Débax (H.), La féodalité..., op. cit., p. 84.
  • 46 Ibidem, p. 246.
  • 47 En 1074, par exemple, le seigneur de Laurac prête serment de fidélité à Bernard-Aton IV, vicomte d (...)

22Dans le cartulaire des Trencavel, vicomtes de Carcassonne40, la forteresse de Laurac apparaît, pour la première fois, dans un accord conclu en 1070-1071, entre les comtes de Toulouse et de Barcelone. Le texte signale qu’une discordia a surgi entre eux, à propos du château, et que Guilhem de Toulouse réclame le serment mais on ne put trouver un témoin d’un serment prêté, pour ce château, à un comte de Toulouse, signe que ce devait être jusqu’alors une forteresse privée. Le château est finalement inféodé par le comte de Toulouse au comte de Barcelone41. Toute la noblesse locale souscrit à cet accord, sauf Ermengarde et Raimond-Bernard Trencavel. Laurac constitue alors une seigneurie très importante puisque inféodée pour 10 000 mancusos alors que le comte de Barcelone vient de payer 11 000 mancusos pour le comté de Carcassonne et 10 000 pour le Razès42. Cet acte de 1070-71 est gardé dans les archives des Trencavel, peut-être, dit Hélène Débax, pour faire valoir leurs droits sur Laurac et le Lauragais puisqu’on dit dans l’acte qu’il n’existe pas de témoin d’un serment prêté par Laurac au comte de Toulouse43. Les premières mentions de la famille de Laurac sont toutefois antérieures, elles remontent au début du xie siècle, Iadbertus et Teugbertus de Lauraco apparaissent dans deux actes de 1004-1010 ; un Guilabert de Laurac est mentionné dans les années 103044. La maison de Laurac figure à plusieurs reprises dans le cartulaire des Trencavel, elle appartient à la grande noblesse de la vicomté, elle intervient dans les accords de paix comme, par exemple, ceux de 1125 entre Alfonse Jourdain, comte de Toulouse, et Ramon Berenguer III45, ceux de 1142 entre Alfonse Jourdain et Roger 1er, vicomte d’Albi, Carcassonne et Razès46. L’étendue de ses possessions apparaît lors des serments qu’elle prête au vicomte de Carcassonne ou au comte de Toulouse : châteaux d’Avignonet, Cintegabelle, Castelnaudary, La Pomarède... Sur tous ces châteaux, dit Hélène Débax, « les Trencavel n’ont qu’un pouvoir médiat, par l’intermédiaire des seigneurs de Laurac qui tout au long du xiie sont alliés, tantôt des comtes de Toulouse, tantôt des vicomtes »47.

  • 48 Duvemoy (J.), L’histoire des cathares, tome 2, Le catharisme. Privat, Toulouse, 1989, p. 238.
  • 49 Histoire albigeoise, 1951, 59.
  • 50 Chanson, 1976, I, 165.

23Quand se développe le catharisme en Lauragais, une partie de la noblesse locale y adhère ou, au moins, est sympathisante, en particulier la famille de Laurac48. Blanche de Laurac, sœur de Sicard II, seigneur de Laurac, devient « bonne chrétienne », de même que deux de ses filles ; ses autres enfants sont croyants. Aymeric de Roquefort, son fils, seigneur de Montréal et de Laurac, qu’il a hérité de son oncle, Sicard II, fait sa soumission à Simon de Montfort en 1209 puis se soulève peu après, semble-t-il ; il est pris et exécuté après le siège de Lavaur, en 1211. Ses biens sont confisqués et distribués à des lieutenants de Simon de Montfort, puis récupérés par son neveu, Bernard-Oton de Niort, dans les années 1220. La richesse de la famille est signalée par différents chroniqueurs de la croisade. A propos d’Aymeric de Roquefort, Pierre des Vaux de Cernay dit : « nul dans le pays, à l’exception des comtes, n’était plus puissant ni plus noble que lui »49, Guillaume de Tudèle note « qu’il n’y avait dans le Toulousain, ni dans le reste du comté de Toulouse, chevalier plus riche que lui, ni plus large dans ses dépenses, ni de plus grande noblesse50 ».

  • 51 J.-P. Cazes se demande « si un arrière-plan économique n’a pas favorisé le zèle de l’inquisition » (...)
  • 52 Le nombre de bailies est variable, 16 noms apparaissent entre 1256 et 1271. En 1256, sont mentionn (...)
  • 53 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents, op. cit., p. 18.

24En 1229, avec le traité de Paris, le comte de Toulouse redevient suzerain du Lauragais. Par ce traité, Raymond VII s’engage à faire raser les murs de 30 villes ou châteaux ; les quatre premiers sur la liste sont Fanjeaux, Castelnaudary, Labécède et Avignonet, tous situés en Lauragais, ce qui traduit l’importance de cette région. Il confisque, en 1237, les biens de Bernard-Oton de Niort, après la condamnation de celui-ci pour hérésie51 ; il devient alors seigneur direct des seigneuries de Laurac et de Castelnaudary. Pour conforter sa position dans le Lauragais, il pratique une politique d’achat de terres, de confiscations. Il achète des biens à Baziège, Saint-Rome, Montgiscard, Fourquevaux, Cintegabelle, ainsi que la seigneurie de Caraman. Il récupère, en 1242, quand le fils du comte de Foix Roger-Bernard prend parti contre lui, le château de Saint-Félix et ses dépendances (Airoux, Cessales, Les Casses, Mazières, Montmaur, Roumens, Saint-Julia, Saint-Paulet, Souilhe, Souilhanels, Soupex, Toutens, Le Vaux) qu’il avait donné en 1226 à ce dernier. Cet ensemble va d’ouest en est, de la banlieue de Toulouse à Fanjeaux, c’est, après le traité de Paris, la zone frontière des états comtaux, au sud et au sud-est ; l’administration en est confiée à des bailes52. Pour Jean Ramière de Fortanier, « par cette politique de regroupement qui a donné à cette contrée un seul maître, un seul administrateur, Raymond VII a fait cette unité cohérente qui sera le Lauragais »53.

25En 1249, Alphonse de Poitiers et son épouse Jeanne, fille de Raymond VII, héritent des possessions de ce dernier. À la mort d’Alphonse de Poitiers, en août 1271, le Lauragais rentre dans le domaine royal. Philippe III le Hardi prend possession du comté et, entre septembre et décembre 1271, son sénéchal, Guillaume de Cohardon, reçoit les serments de fidélité des nobles et des communautés du Toulousain, du Quercy et de l’Agenais (Saisimentum Comitatus Tholosani). Dans les années 1272-73, on réalise une enquête sur les revenus du Comté de Toulouse (Liber reddituum serenissimi dominis regis Francie).

  • 54 La sénéchaussée de Toulouse est divisée en sept diocèses civils, pour faciliter la levée des aides (...)
  • 55 Le château de Caraman et les 16 villages qui en dépendent (Albiac, Cambiac, Caragoudes, Francarvil (...)

26Sous Alphonse de Poitiers, pour lutter contre les abus des bailes, on interpose des magistrats intermédiaires, les juges, entre ceux-ci et le sénéchal. La sénéchaussée de Toulouse est divisée en sept circonscriptions judiciaires qui sont la viguerie de Toulouse et six judicatures (ou jugeries) : Albigeois, Rieux, Verdun, Rivière, Ville-longue et Lauragais. La judicature est, au départ, un tribunal de première instance où sont portées les causes civiles ; elle devient un cadre administratif et militaire qui sert pour la convocation des milices et la répartition des impôts, jusqu’au xve siècle, moment où le diocèse civil la remplace comme unité administrative54. Les jugeries primitives sont celles d’Albigeois, de Villelongue et de Lauragais ; la viguerie de Toulouse est antérieure aux jugeries mais correspond à la même réalité (elle comprend Toulouse, le gardiage et douze bailies). Le juge de Castelnaudary et de Saint-Félix est mentionné pour la première fois dans les comptes d’Alphonse de Poitiers, en 1256, le terme de judicature de Lauragais apparaît plus tard. En 1306, le Lauragais est amputé de la vicomté de Caraman55, cédée par Philippe le Bel à Bertrand III, vicomte de Lautrec, en échange de la part de vicomté de Lautrec qui lui appartenait. En 1321, Le roi Philippe V autorise le vicomte de Caraman à tenir dans ses terres un juge d’appeaux relevant directement du sénéchal de Toulouse. Féodalement et judiciairement, le secteur de Caraman devient distinct du Lauragais ; il est rattaché peu après à la Guyenne pour le paiement des impositions.

  • 56 Douais (Monseigneur), Le livre du prévôt de Toulouse xiiie-xviiie siècles, Mémoires de la Société (...)

27Sur le plan religieux, le Lauragais était jusqu’alors situé dans l’immense diocèse de Toulouse. Le livre de redevances tributaires du prévôt de Toulouse (prévôt de la cathédrale Saint-Etienne) publié par C. Douais56, mentionne un archiprêtré du Lauragais, 43 titulaires y paient le synode pour 70 églises ou lieux. Le texte, daté de 1387, est vraisemblablement la copie d’un acte plus ancien, remontant peut-être au xiie siècle. En effet, le chanoine Cresty, effectuant au xviie siècle l’inventaire des actes de la cathédrale, mentionne un « état des églises dépendantes de l’archidiaconé de Lauragais et payant au prévôt » daté de 1202 (il existait aussi les archidiaconés de Vielmur et de Villelongue). La réduction du diocèse de Toulouse, prévue par Foulques de Marseille, évêque de Toulouse de 1205 à 1231, reçoit un début d’exécution en 1295, quand Boniface VIII crée le diocèse de Pamiers qui comprend une très faible partie du Lauragais. Le 11 juillet 1317, Jean XXII érige le siège de Toulouse en métropole et crée quatre nouveaux évêchés : Montauban, Rieux, Lombez, Saint-Papoul, aux dépens de l’ancien diocèse. Le 22 février 1318 sont publiées les bulles délimitant les territoires de ces diocèses. La judicature de Lauragais correspond alors aux diocèses de Saint-Papoul (situé entièrement en Lauragais), de Toulouse, de Mirepoix et de Lavaur. Deux communautés, Cenne et Carlipa, se trouvent dans le diocèse de Carcassonne.

  • 57 Je reprends ici les renseignements fournis par Jean Ramière de Fortanier, Chartes, op. cit., p. 7 (...)

28En janvier 1478 (n. st.), Louis XI échange avec Bertrand de la Tour, comte d’Auvergne et de Boulogne, le comté de Boulogne contre la jugerie de Lauragais. La jugerie est érigée en comté et sort du domaine royal. D’après les lettres patentes de l’échange, « toutes les villes, bourgs, villages et lieux du comté de Lauragais, au nombre d’environ 240 et environ 400 fiefs compris dans ses bornes » sont cédés. La vicomté de Caraman est érigée en comté en 1483, mais ce dernier ne se distingue guère du Lauragais dans le langage courant ni même dans les registres. Après deux saisies réalisées sous Charles VIII, Bertrand de La Tour transmet ce comté de Lauragais à son fds Jean, en 1494. Une nouvelle saisie est pratiquée par Louis XII sur Jean de la Tour en 150157. Celui-ci meurt la même année, sa veuve, Jeanne de Bourbon-Vendôme demande main levée de la saisie. Le roi donne jouissance provisionnelle du comté à Jean Stuart, duc d’Albany, comte de la Marche, qui avait épousé Anne de la Tour, une des deux filles de Jean de la Tour et de Jeanne de Bourbon. Anne meurt sans enfant en 1524, elle laisse les comtés d’Auvergne et de Lauragais à sa nièce, Catherine, fille de Madeleine de la Tour et de Laurent de Médicis, duc d’Urbino. Catherine épouse en 1533 Henri, futur roi de France. En 1547, celui-ci abandonne la jouissance des domaines de son épouse à celle-ci. L’ancienne judicature devenue comté de Lauragais est érigée en sénéchaussée et siège présidial en mars 1553 (1554, n. st.) par Catherine de Médicis. Cette sénéchaussée a été l’une des unités de convocation des États Généraux de 1789 (le comté de Caraman y était alors inclus).

  • 58 A.D.A., B 1963.
  • 59 Jean Ramière de Fortanier fournit les limites extrêmes de plus ou moins grande extension de la sén (...)
  • 60 Catel (G. de), Mémoires de l’histoire de Languedoc, Toulouse, P. Bosc, 1633, livre II, « jugerie d (...)
  • 61 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., pp. 20-21.

29Judicature, comté puis sénéchaussée correspondent, en théorie, à la même réalité géographique. En fait, si l’on essaie de déterminer les limites du Lauragais à partir des listes de communautés apparaissant dans les documents, on s’aperçoit qu’elles sont fluctuantes. La sénéchaussée est la plus facile à délimiter puisque les convocations aux États de 1789 sont réalisées dans ce cadre. Ses limites ont toutefois légèrement varié depuis les lettres d’érection de 1554, où 166 communautés sont citées (43 situées dans le diocèse de Saint-Papoul, 77 dans celui de Toulouse, 29 dans celui de Mirepoix, 17 dans celui de Lavaur)58. Jean Ramière de Fortanier note que la liste des localités alors fournie est inexacte (on oublie Auterive qui est en Lauragais, on ajoute Le Vernet) ; certaines de ces localités seront, par la suite, rattachées aux sénéchaussées de Toulouse et Limoux59. Les limites de la judicature, quant à elles, apparaissent dans divers documents. Guillaume de Catel, dans ses Mémoires de l’histoire de Languedoc, donne la liste des « villes bourgs et villages payant la taille au roi » dans la généralité de Toulouse et dresse une liste pour la « jugerie de Lauragois ». En fait, il s’agit de ce qui, dans le Lauragais, relève du diocèse civil de Toulouse. Il faut rajouter quelques localités relevant du Temporel de l’archevêque de Toulouse et toutes celles du diocèse civil de Saint-Papoul60 pour obtenir ce qui doit correspondre à la jugerie de Lauragais. Dom Devic et Dom Vaissette fournissent, dans leur Histoire Générale de Languedoc, les localités constituant la limite externe de la judicature, une judicature qui englobe le Comté de Caraman ». Les localités extrêmes en sont Clermont, Deyme, Pompertuzat, Belbéraud, Odars, Saine-Foy d’Aigrefeuille, Lanta, Vallesville. À l’ouest, la Garonne (en fait l’Ariège) lui sert de limites jusqu’à hauteur de Cinte-gabelle puis l’Hers jusqu’au dessous de Mazères » (Mazères n’est pas en Lauragais, d’après Jean Ramière de Fortanier). « À partir de ce point, les localités extrêmes sont Calmont, Gibel, La Louvière, Molandier, Pechluna, Péchairic et Le Py, Cahuzac, Gaja-la-Selve, Cazalrenoux, Orsans, Fanjeaux, Laforce, Villasavary, Villesiscle, Bram, Villepinte, Lasbordes, Villespy, Villemagne ». Pour Jean Ramière de Fortanier, la judicature correspond « à ce pays de labours qui a pour axe le seuil du Lauragais, commence presque aux portes de Toulouse au nord, pour s’arrêter au sud entre Carcassonne et Castelnaudary à la limite de la culture intensive de la vigne ; bordé à l’ouest par le cours de la Vixiège, de l’Hers et de l’Ariège, il embrasse à l’est ces coteaux qui n’ont pas cessé de porter couramment la dénomination de Lauragais, dénomination qui englobe l’ancien comté de Caraman »61. Pour l’intendant Basville, le Lauragais est beaucoup plus vaste : « Le pays l’Auragais, qui se divise en haut et bas. Le haut comprend le diocèse de St. Papoul, et le bas celui de Lavaur et la Comté de Foix, qui contient une partie des diocèses de Rieux et de Pamiers avec le Donesan ».

30Dans cette étude, le Lauragais considéré est celui défini par Jean Ramière de Fortanier ; les actes notariés, fort rares, concernant la vicomté de Caraman ainsi que ceux portant sur des localités voisines, telles Mazères, ont, toutefois, été utilisés.

A. La mise en place du peuplement

  • 62 Ib., pp. 777 et suiv. Les consulats cités en 1384 correspondent à des communautés existant au xiii(...)
  • 63 Aujourd’hui 157 communes sur 1768 km2 soit un peu moins de neuf communes aux 100 km2, avec une den (...)
  • 64 Berthe (M.), Famines et épidémies dans les campagnes navarraises à la fin du Moyen Âge, Paris, 198 (...)

31Le comté de Lauragais comprend, en 1478, lors de son érection, « villes, bourgs, villages et lieux au nombre d’environ 240 ». Cette armature urbaine existe déjà depuis longtemps puisque Jean Ramière de Fortanier recense, vicomté de Caraman exclue, 242 consulats, cités entre 1249 et 138462 ; ces consulats sont, bien sûr, beaucoup plus nombreux dans la plaine que dans le Terrefort. La densité de localités est très forte en Lauragais. Alors que vers 1300, lors de l’optimum démographique, le royaume de France avait une densité de sept villages aux 100 km2, en Lauragais, si l’on prend le nombre de 240 communautés, bien sûr, de tailles diverses, pour une superficie de l’ordre de 1 700 km263, on arrive, au xve siècle, à 13 communautés aux 100 km2, sans compter un habitat intercalaire qui, nous le verrons, regroupe une part importante de la population. Maurice Berthe obtient pour la Navarre, à la même époque, un chiffre un peu plus faible : 11 communautés aux 100 km2 ; de plus, il n’existe pas, dans cette région, d’exploitations isolées et beaucoup de communautés se réduisent à un hameau64.

  • 65 Passelac (M), L’occupation des sols en Lauragais à l’Âge du Fer et pendant la période gallo-romain (...)
  • 66 Passelac (M.), Les fermes de l’âge du Fer, Aude des origines, Carcassonne, 1994, pp. 103-108.
  • 67 Passelac (M.), Aspects de l’habitat..., op. cit.
  • 68 Passelac (M.), Eburomagus, Bram (Aude), Elesiodunum ou Elusio, Montferrand (Aude), Sostomagus, Cas (...)
  • 69 Passelac (M.), Aspects de l’habitat..., op. cit.
  • 70 Cazes (J.-P.), Habitat..., op. cit., pp. 774-776.

32Les recherches de Michel Passelac montrent un Lauragais oriental fortement humanisé dès la période néolithique et protohistorique, dans la plaine et sur les premiers contreforts de la Montagne Noire et de la Piège65. À la fin du 1er âge du Fer et au début du second, on trouve de petits habitats groupés de hauteur (Sostomagus, par exemple, à l’emplacement de Castelnaudary) et des établissements isolés de plaine, correspondant à des fermes (sur les territoires actuels de Fendeille et Villeneuve-la-Comptal)66. Au IIe siècle avant J.-C, l’occupation des oppida se poursuit et de nouvelles agglomérations se créent, dans la plaine, sous l’impulsion romaine : Eburomagus (Bram), Elesiodunum (Montferrand) ; de nombreuses fermes sont occupées par des indigènes ou des colons. Le Lauragais constitue alors une « riche terre nourricière, révélant de nombreux habitats permanents tournés vers l’exploitation agricole du sol »67. Pendant la période gallo-romaine, la route protohistorique de la plaine est reprise par la voie d’Aquitaine qui emprunte la vallée du Fresquel, de Bram à Castelnaudary, ensuite le sommet des terrasses dégagées par le Fresquel et le Tréboul, passe le seuil de Naurouze, puis suit les vallées du Marès et de l’Hers Mort. Les oppida sont abandonnés mais les agglomérations établies près de la voie d’Aquitaine se développent : Eburomagus, Elesiodunum, Badera. Castelnaudary est alors une simple mutatio (relais) sur la voie d’Aquitaine68. Les traces de cadastres, les villae ou les petits établissements agricoles fouillés ou repérés, de part et d’autre de la voie d’Aquitaine, attestent la mise en valeur de la plaine69. Pendant l’Antiquité tardive, les villae les plus importantes, proches de Castelnaudary, se maintiennent ; des édifices nouveaux, de petites dimensions, sont construits. Quelques établissements antiques ont été repérés aussi dans les vallées de la Vixiège, et de l’Hers. La zone collinaire, elle, devait être consacrée à l’élevage ou à la forêt, ce que confirme la répartition des toponymes d’origine gallo-romaine70.

  • 71 Ib. pp. 812-813.
  • 72 On note souvent une permanence toponymique et un lien topographique avec un site antique, Ib., p. (...)

33La colonisation germanique, Wisigoths au ve siècle, puis Francs au vie siècle, entraîne, dans la partie orientale du Lauragais, le délaissement d’une partie des meilleurs terroirs, situés au bord de la voie d’Aquitaine, alors que le saltus des premiers reliefs du terrefort est mis en valeur par les nouveaux arrivants. On doit avoir alors créations de villae dans la Piège71. Jean-Paul Cazes note la multiplication des pôles d’implantation humaine, repérables par les créations d’églises ; celles-ci, dans la plupart des cas, ont été élevées dans un domaine72. Il conclut à « une dispersion de l’habitat rural particulièrement prononcée, en petites unités difficiles à appréhender. Les seuls secteurs vides d’hommes correspondent aux zones les plus élevées : la Montagne Noire et, pour le Terrefort, les altitudes supérieures à 300 mètres, entre les bassins de la Vixiège et de l’Hers Mort.

  • 73 Ib., p. 840, p. 853, pp. 895-896, pp. 868-903 et p. 497.
  • 74 Dans le canton de Caraman, deux sites ecclésiaux sont repérés, Cambiac et La Salvetat, et un site (...)

34Pendant les siècles encadrant l’an Mil, on note, conformément à ce qui se produit un peu partout, densification et concentration de l’habitat rural. Les regroupements spontanés d’habitats paysans privilégient les abords de l’église. 173 sites « ecclésiaux » potentiels, dans le Lauragais audois, datent des xe-xie siècles ; Fendeille est un village ecclésial enclos, l’église se trouvant au centre du noyau principal, elliptique, de 67 m sur 50 ; les tracés d’une enceinte et de fossés sont matérialisés dans le parcellaire. Un château, dont on ne connaît pas la date d’apparition, a dû être intégré à l’enceinte collective73. Ces sites ecclésiaux regroupant les paysans se retrouvent partout, fin xe et surtout au xie siècle, en plus ou moins grande quantité. Dans le canton de Villefranche-de-Lauragais, Laurent Fromentèze en repère un, Beauteville, et pense que d’autres ont dû apparaître mais ont été victimes de l’incastellamento ; dans le canton de Montgiscard, Jérôme Lourenco en recense 1874. Au xie siècle, ces enclos ecclésiaux sont fortifiés, face à la militarisation croissante.

  • 75 Cazes (J.-P.), Habitat..., op. cit., p. 967.
  • 76 Ib., pp. 150-152.
  • 77 Débax (H.) Structures..., op. cit., Cartulaire Trencavel, acte n° 448. Cf. les notules établies po (...)
  • 78 Devic (Cl.), Vaissette (J.), Histoire générale du Languedoc, réédition, Toulouse, 1872-1889, tome (...)
  • 79 Marandet (M.-C), Le souci de l’Au-delà : la pratique testamentaire dans la région toulousaine (130 (...)
  • 80 Fromentèze (L.), Occupation..., op. cit., p. 38 et suiv.

35Les principaux sièges de pouvoir seigneurial voient se développer, très vite, de nouvelles agglomérations à leur pied, les bourgs castraux, qui semblent une création spontanée. La plupart dateraient de la fin du xie siècle et se développeraient au xiie siècle, ils sont alors plus importants que les sites ecclésiaux. L’habitat isolé a pu, toutefois, rester majoritaire75. Un de ces bourgs castraux est Castelnaudary. Dès le xiie siècle, le château primitif (du XIe ?76) suscite le développement d’une agglomération, un kilomètre à l’est de l’oppidum protohistorique, sur un relief moins important. Cette agglomération est construite au départ dans le termino de Cogurone, un important site ecclésial qui est ensuite englobé dans la juridiction castrale. La première mention date du milieu du xie siècle : « castello novo qui est in termino de Cicurru »77 ; le testament de Bernard Aton, vicomte de Béziers et Carcassonne, évoque, en 1118 : « Castellum Novum quod cognominatur Arri »78. Le village de Cogurone disparaît vers la fin du xie siècle ou dans la première moitié du xiie siècle, son église devient une simple chapelle rurale. La ville se développe au détriment des sites ecclésiaux préexistants (réduits à six « églises champêtres » à la fin du Moyen Âge79). D’autres bourgs castraux apparaissent : Laurac-le-Grand, Belpech, Mas-Saintes-Puelles, Montferrand. Dans ce dernier cas, le site castrai remplace le site antérieur de Saint-Pierre d’Alsonne dont l’église reste église paroissiale. Au xive siècle, une partie de son territoire sert à la fondation de Labastide d’Anjou. Bourgs castraux encore : Issel, qui remplace probablement un site ecclésial centré sur Notre-Dame-des-Champs, Avignonet80, qui concurrence Montferrand.

36Parallèlement à l’incastellament, on note, de la fin du xie siècle à 1130, à peu près, la création de sauvetés. Pexiora et Caignac sont créées par plusieurs seigneurs laïcs, les initiateurs étant ceux de Laurac, et données aux Hospitaliers en 1100 ; sont aussi créées Saint-Julien de Briola, Mézerville, La Louvière, Molleville, Peyrens, La Salvetat-Lauragais, Corronsac et Caignac.

  • 81 Cazes (J.-P.) Habitat..., op. cit., pp. 973-994.

37À partir des années 1130 et jusqu’à la fin du siècle, apparaissent des villages castraux, où forteresse seigneuriale et habitat villageois sont situés dans un même ensemble défensif, avec enceinte collective. Ce sont des fondations qui relèvent de l’initiative seigneuriale ; très souvent, un château précédait l’habitat villageois. Parmi les nouveaux villages castraux : Villeneuve-la-Comptal, qui apparaît dans les textes en 1160, Besplas cité à partir de 1165 (qui récupère une partie du territoire de Laurac), Villasavary, cité pour la première fois dans un acte de 1173. On a, peut-être, des castra sans château : Verdun mentionné dès 1150, Mireval mentionné dès 1189. Des ouvrages fortifiés apparaissent, fin xiie et début xiiie, inférieurs au castrum et sont qualifiés de forciae (Belflou, La Force Raymond Ferrand ...). Ces habitats sont le signe de l’expansion démographique qui se poursuit. Une partie d’entre eux ne sont pas des créations nouvelles mais la transformation d’agglomérations antérieures (bourgs castraux, sauvetés) en villages castraux, par adjonction d’une enceinte. À Saint-Martin-Lalande, par exemple, le village primitif est abandonné, fin xiie ou courant xiiie, au profit d’un village castrai, à Pexiora le castrum est créé en 1194, son enceinte englobe la sauveté. Au début du xiiie siècle, le village castrai est le cadre dominant de l’habitat rural, même si persistent des villages ecclésiaux et de petits terroirs, dans les collines, qui pérennisent les villae du haut Moyen Âge. Le finage villageois se met alors en place, comprenant généralement des secteurs complémentaires (plaine et reliefs boisés), ce qu’on trouvait dans les domaines antiques et les villae du haut Moyen Âge81.

  • 82 Fromentèze (L.), Occupation..., op. cit., p. 219 et suiv.
  • 83 Teulet-Laborde, Layettes du Trésor des chartes, Paris, 1863, tome 1, n° 296, p. 122.
  • 84 Lourenco (J.), Inventaire..., op. cit., pp. 262-267. Des plans cadastraux des xviie-xviiie siècles (...)
  • 85 Le plan de Roqueville au xviie siècle est fourni dans la partie « Annexes ».

38La même chose se produit dans tout le Lauragais. Dans le canton de Ville-franche, par exemple, la première vague de l’incastellamento, fin xie début xiie, entraîne la formation des bourgs castraux (Montesquieu, Gardouch, Avignonet), la deuxième vague, à partir du milieu du XIIe siècle, donne naissance aux villages castraux (Trébons, Lux, Vallègue, Montgaillard, Folcarde ( ?), Renneville, Lagarde). D’autres villages sont issus de l’incastellamento, mais sont dépourvus d’une enceinte collective : Mauremont, Cessales, Les Barelles, Vieillevigne, Saint-Rome et Montclar. Un château se trouvait dans l’agglomération de Montesquieu au xe ou au xie siècle, probablement sur le sommet de la colline ; dès 1164, il est fait mention du « castro de Mont eschiu ». L’agglomération serait ceinturée de remparts au xiie ou au xiiie siècle82. Montgiscard est mentionné pour la première fois en 1 17983. En 1279, dans la « Philippine » qui organise la temporalité de l’évêque de Toulouse, il est appelé « Castrum ». Le site du Castrum n’est pas celui de la bourgade actuelle. Jérôme Lourenco le localise à une centaine de mètres de l’agglomération actuelle, au sud-est84. Le village actuel de Montgiscard est, peut-être, un faubourg du Castrum, conçu selon un plan pré-établi (aspect loti et relativement régulier) et fortifié à une date inconnue. Il existe un deuxième Castrum sur la commune, celui de Roqueville, à 1 300 mètres du village, au sud-est, sur un plateau, à une altitude maximum de 230 mètres85. Jérôme Lourenco répertorie plusieurs autres castra : ceux de Donneville, Deyme, Montbrun, Pompertuzat, situés sur la voie d’Aquitaine ; Les Bastards seraient un castrum, Ayguesvives, un prieuré ou un castrum, les premiers documents concernant le village datent seulement du xiiie siècle.

  • 86 Elle figure encore sur la liste des communautés de 1554, réduite à deux fermes, Beaulias-Dessus, B (...)
  • 87 Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms. 609, « de Bastida Arnaldi del Felguar », cf. Lourenco (J. (...)
  • 88 Aujourd’hui Labastide-Beauvoir, commune, canton de Montgiscard ; Ramière de Fortanier (J.), Les dr (...)
  • 89 Commune, canton de Cintegabelle.
  • 90 Tabutaud (S.) Inventaire..., op. cit., p. 29 et suiv. Cette bastide ne réussira pas puisque son co (...)
  • 91 Une église et un château sont mentionnés dans la première moitié du xe siècle, Tabutaud (S.) Inven (...)

39La dernière vague de peuplement est constituée par les bastides qui datent, pour l’essentiel, du xiiie siècle. La plus ancienne est, peut-être, celle de Beaulias, évoquée par un texte de 123986. Une autre bastide, Labastide-du-Falga, fondée par un seigneur local, Arnaud du Falga, est signalée dans les textes dès 124187 ; elle porte aussi l’appellation de Labastide de Pierre-Juif88. La bastide d’Aignes89 est fondée, semble-t-il, à la même époque ; en 1242, G. de Barèges, prieur de Toulouse, accorde une charte de privilèges à toute personne venant s’y installer. Il existait peut-être, déjà, dans ce lieu, l’église Saint Baudile et une agglomération90. Vers 1245, la bastide de Cintegabelle est fondée par le comte de Toulouse, elle s’ajoute à un village pré-existant91.

  • 92 Y. Dossat attribue cette fondation à Raymond VII,, Dossat (Y.), Alphonse de Poitiers, Thomas de Ne (...)
  • 93 Devic et Vaissette, Histoire générale du Languedoc, tome VIII, acte n° 543-CCCLXVI, Mémoires des a (...)
  • 94 Dossat (Y.), Saisimentum Comitatus Tholosani, p. 222. Pour les détails, cf. Fromentèze (L.) Occupa (...)
  • 95 Fromentèze (L.) Occupation..., op. cit., pp. 417-437.
  • 96 Canton de Cintegabelle ; un village est mentionné en 1085-1096, Dossat (Y.), Saisimentum, op. cit.
  • 97 Tabutaud (S.), Inventaire..., op. cit., p. 203 et suiv.
  • 98 Molandier faisait partie jusqu’au début du xiiie siècle des possessions de la maison de Laurac, el (...)
  • 99 Ib. p. 739 et p. 340.

40Beaucoup de bastides sont fondées sous Alphonse de Poitiers, en paréage ou non. En Lauragais occidental, plusieurs sont créées, à faible distance l’une de l’autre. Celle qui connaîtra la plus grande réussite, Villefranche, est bâtie, probablement entre 1250 et 1253, par les sénéchaux d’Alphonse de Poitiers92, sur la grand route. La ville appartient entièrement au comte de Poitiers, puis au roi. L’achat du lieu est mentionné dans les comptes d’Alphonse de Poitiers en 125293 ; le consulat est mis en place tout de suite puisque les consuls, en 1256, sont condamnés à une amende pour avoir empiété sur les attributions du bayle94. La charte de fondation n’a pas subsisté. Ce secteur ne connaissait qu’un habitat faiblement aggloméré, la fondation de la bastide permet de compléter le réseau urbain. La force d’attraction de la bastide est telle qu’elle vide progressivement les habitats préexistants, Les Barelles et Lavelanet en particulier, dont les territoires seront annexés. La communauté des Barelles est attestée en 1246 dans les enquêtes de l’inquisiteur Bernard de Caux, elle est pourvue d’un consul en 1271. La dernière mention du consulat et de la communauté date de 1428. La paroisse subsiste jusqu’à la Révolution, elle constitue aujourd’hui un faubourg de Villefranche. Le site de la seigneurie de Lavelanet, a été prospecté par Michel Passelac et Jean-Paul Cazes ; il s’agit d’une petite agglomération ouverte, sans église paroissiale, autour d’une fortification privée (une enceinte fossoyée) ; elle compte trois consuls en 1271, autant que Villefranche. La bastide de Villenouvelle est aussi fondée sous Alphonse de Poitiers, en 1268-1269, elle appartient entièrement à Alphonse et après sa mort, au roi. Son territoire est formé, probablement, par une partie de la juridiction de Goudourville et, au sud, par des secteurs pris sur la forêt de Saint-Rome ; en 1428, les communautés de « Vila Novela et Godorvilla » sont mentionnées ensemble. Elle est située sur la grande route, comme Villefranche, dans le but de devenir un centre économique et de réunir les populations voisines au domaine royal95. Toujours en Lauragais occidental, la bastide d’Esperce est fondée par Alphonse de Poitiers et Sicard de Montaut, à une date inconnue, elle remplace probablement un ancien village96 ; la bastide de Gaillac-Toulza est fondée en 1270 par l’abbé de Calers et Alphonse de Poitiers (un village préexistant, mentionné en 1034, aurait été brûlé par Simon de Montfort)97. Dans le Lauragais oriental, Molandier est fondée, toujours par l’administration d’Alphonse de Poitiers, au détriment d’un site castrai98, Ribouisse est fondée en 1270. L’administration royale intervient lors de la fondation de Cenne, dans une forêt royale, vers 128099.

  • 100 Commune, canton de Villefranche, Haute Garonne.

41Les fondations se poursuivent dans la première moitié du xive siècle. En 1318, le sénéchal de Toulouse, Guiard Gui, fonde la bastide de Montgeard100, près de Nailloux. Le 26 février 1342, Philippe VI enjoint au sénéchal de Toulouse, Agout de Baux, de fonder une bastide dans la forêt royale de Vauré, les travaux débutent le 8 juin 1342. Les lieux de Vauré, Dreuilhe et Vaudreuille sont unis à la bastide, Revel. Certaines de ces bastides sont fondées dans des forêts jusque-là à peine attaquées : Revel, Cenne, Montgeard. D’autres, comme Villefranche et Villenouvelle sont en bordure de la forêt de Saint-Rome, dans un secteur toutefois économiquement actif, sur une voie de passage.

  • 101 Cazes (J.-P.), La bailie..., op. cit., p. 45.
  • 102 A.D.H.G., 1 Mi 260 fs 57-67.
  • 103 A.D.H.G., 1 Mi 260 F 67 v°.
  • 104 Partak (J.), La seigneurie hospitalière..., op. cit., p. 56 et pp. 165-166 et p. 103 et suiv.
  • 105 Berthe (M.), Marché de la terre et hiérarchie paysanne dans le Lauragais toulousain vers 1270-1320 (...)

42Quelques-unes des communautés lauragaises sont assez importantes dès la fin du xiiie siècle, d’après le Liber reddituum ; 394 maisons, à Castelnaudary, sont tenues en emphytéose du comte de Toulouse, 241 à Saint-Martin-Lalande101, 217 à Montgiscard102. Pour Montesquieu, les déclarations sont incomplètes, 22 maisons seulement apparaissent103. La terre devient alors rare : à Caignac, commanderie hospitalière située tout près de Villefranche, les familles sont nombreuses et s’entassent sur le finage. Le surpeuplement est évident, entraînant le morcellement des tenures ; on vend même des quarts de parcelles. Le défrichement se heurte aux espaces des communautés voisines, la population a atteint les limites du terroir. Des départs s’effectuent, à partir de 1290, vers les bastides voisines ou vers Toulouse, alors qu’entre 1250 et 1280, des immigrants arrivaient des villes et villages limitrophes pour défricher. La terre est très convoitée, les actes d’accensement se raréfient, les prélèvements s’alourdissent. L’Hôpital accense, en 1291, une partie de sa réserve, découpée en 47 parcelles, se réservant la faculté de les reprendre. Ces parcelles sont concédées contre un agrier très lourd, de la moitié de la récolte. L’acceptation de conditions si dures doit traduire le manque de terres disponibles104. Maurice Berthe note que les rares parcelles qui font l’objet d’accensement sont l’occasion de conflits entre paysans. À partir de 1273, apparaît dans les actes une clause interdisant de vendre ou d’engager des biens à des gens ne résidant pas dans la localité. La croissance démographique se poursuit au début du xive siècle105.

  • 106 Ce que l’on voit en Biterrois, Bourin-Derruau (M.), Villages médiévaux en bas Languedoc, genèse d’ (...)
  • 107 A.D.H.G. 1 G 799 f° 42 r°, f° 46 v°, « exartum ripparia yrci ».
  • 108 A.D.H.G. 1 G 799 f°36 v° et f° 38 v°.
  • 109 Elle compte 1619 paroisses et 153 590 feux, Lot (F.), L’état des paroisses et des feux de 1328, Bi (...)

43On peut conclure, au moins pour la dépression centrale et la vallée de l’Hers Mort, à un monde plein106, dès la fin du xiiie siècle, et à une mise en valeur intense des terres. Les zones de hauteur (Montagne Noire, secteurs les plus élevés du Terrefort) ne sont pas, quant à elles, entièrement occupées et exploitées. On défriche encore sur le territoire de Montgiscard, trois ou quatre tenanciers de l’évêque de Toulouse reconnaissent, en 1292, des essarts, parfois proches de l’Hers, zone marécageuse, facilement inondable107 ; quelques lieux-dits semblent correspondre à des quartiers de défrichement : un essart est reconnu lieu dit « ad exartum », un tenancier verse 2 deniers tolsans d’oblies pour un pré situé « ad exartum de capmortieras »108. L’état des feux de 1328 ne permet pas d’évaluer la densité de feux au km2 pour le seul Lauragais, les chiffres fournis portent sur l’ensemble de la sénéchaussée de Toulouse et Albigeois109.

B. La vie économique

44Quel est l’état économique du Lauragais, fin xiiie-début xive siècle, avant la Peste Noire, avant que le Toulousain ne devienne zone de guerre ?

1. Importance des activités agricoles

  • 110 Pour les chartes de franchises et de coutumes, cf. Ramière de Fortanier, Recueil de documents..., (...)
  • 111 Pour les leudaires, Wolff (Ph.), Un leudaire de Toulouse, Annales du Midi, tome LXVIII, 1956, pp. (...)
  • 112 A.D.H.G., H Malte. Puysubran, liasse 1, n° 95. Ceci est indiqué, entre autres, par l’abbé Sabarthè (...)
  • 113 Ceci, bien sûr, n’a rien d’exceptionnel et se retrouve dans de nombreuses coutumes, hors Lauragais

45L’omniprésence des activités agricoles se voit au travers de toutes les sources normatives publiées (chartes de franchises, chartes de coutumes110, tarifs de leude, de péage111). C’est le cas, par exemple, dans les coutumes de Castelnaudary, confirmées en 1332 par le sénéchal de Toulouse et publiées en 1333, mais dont l’origine est beaucoup plus ancienne, elles sont, en effet, déjà signalées dans un texte de 1194112. De nombreux articles traitent de délits ruraux, la protection des récoltes apparaît primordiale113. Il est interdit de chasser dans les défens d’autrui ni d’y arracher quoi que ce soit (article 156), de passer par une jeune vigne avant qu’elle ne soit vendangée, par un champ de blé, un pré ou un autre lieu en défens, avec bête ou sans (article 169). La pâture des animaux est interdite dans le malhol, le champ emblavé, le jardin, le bois ou le pré d’autrui et dans les lieux en défens tant que cela peut créer un dommage (article 170). Deux articles (173 et 174) prohibent les larcins de fruits et légumes opérés dans les vignes, les champs, les jardins, les prés, les bois et autres. Le cheptel apparaît dans tous les articles concernant la protection des récoltes mais il est, lui aussi, protégé par l’article 19 qui réprime les dommages causés aux animaux. Il apparaît dans les articles traitant de l’hygiène publique : l’article 138 interdit de laisser le fumier plus de huit jours dans les rues, l’article 113 interdit d’abreuver porcs ou bêtes malades de maladie contagieuse aux abreuvoirs et d’y tenir oies et canards. On retrouve aussi les produits cultivés dans les règles concernant l’hygiène puisque l’article 178 interdit de mettre du chanvre ou du lin à rouir (et aussi de jeter du fumier, de la paille, etc.) « dans les rues ni en autre lieu, dans la ville ou dehors, près des fossés ou des abreuvoirs, ni dans une eau courante, ni dans les autres lieux en défens ». Divers articles concernent les produits alimentaires vendus sur le marché : blé, vin, bovins, porcins, ovins, caprins, y compris agneaux et chevreaux. L’article 207 traite du poids des denrées ; viandes salées et fraîches, lard, fromages, noisettes, amandes, miel, figues, raisins sont mentionnés mais aussi des produits destinés à l’industrie drapière « pastel, gauda, roya, cardos (chardons pour carder ou peignes ?), lin et chanvre, filés ou à filer », que l’on peut supposer produits, en partie au moins, sur place. L’article 14 concerne les louages de services, apparaissent essentiellement des activités liés au travail des champs : brassier, bouvier, pâtre, porcher, moissonneur, mayre (surveillante des employées d’une ferme). On peut louer tous les types de biens-fonds ruraux, bordes, vergers, jardins, terres, vignes, prés, bois (article 16) et même les houes « fossors » (article 17). L’organisation administrative traduit cette importance des activités agricoles, alors que chaque consul nomme, pour son quartier, un gardien de l’intérieur de la ville (« garda de dins vila »), il nomme deux ou trois messeguiers (gardes-champêtres) ou plus. Ils doivent « garder de jour et de nuit les chemins, vignes, prés, bois, jardins, vergers, veiller à ce que nul ne cause de dommage aux fruits, blés, oignons ni autre chose ».

  • 114 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 703.
  • 115 Ibidem, p. 621.

46Le même souci de protection des récoltes se retrouve dans la quasi-totalité des coutumes du Lauragais. À Villefranche, par exemple, les coutumes et libertés accordées par Philippe le Hardi, en 1280, répriment les dommages causés aux récoltes par les bestia grossa, porc, truie, brebis, bouc ou chèvre, « anser vel alia consimilis », le vol de nuit dans les bois et les récoltes (avec sac « capucio », pour les fruits)114. Dans beaucoup de localités, les dommages causés aux récoltes sont étendus aux bois, et même, à Saint-Félix, en 1463, aux bois et aux arbres tam fructiferis quam non fructiferis115. Les servitudes rurales sont évoquées dans quelques chartes (Auterive, Bram), l’usage et la protection des pâturages à Revel, Auterive, Bram, Verdun, Le Py, Saint-Papoul, Venerque.

  • 116 Vidimus par Pierre de Caseton, sénéchal de Beaucaire et Nîmes, Toulouse, 22 octobre 1356, Archives (...)

47Ces chartes nous fournissent l’image d’une polyculture à base céréalière, avec présence de vignes, prés, jardins, vergers, probablement jugés très importants car très protégés par la réglementation. L’élevage est pratiqué, qu’il s’agisse de volaille, de petit ou de gros bétail. Des plantes « industrielles », nécessaires à l’activité drapière, sont cultivées. Les interventions royales confirment l’importance de l’agriculture : en 1356, Jean, comte d’Armagnac, lieutenant-général du roi, accorde ou confirme divers privilèges aux habitants de la ville de Castelnaudary, victime de la chevauchée du Prince de Galles116, l’article 5 permet la libre exportation du pastel (« possint extrahere a Regno Francie pastellum excrescens in terris propriis ») et même du blé, jusqu’à mille cartons, pendant dix ans. Ce privilège est accordé à d’autres localités du Lauragais : Avignonet, Montgiscard et Fanjeaux, ruinées, elles aussi, par le Prince Noir.

2. Les échanges

48Le Lauragais constitue une zone d’échanges intenses, ce que montrent les nombreuses concessions de foires et marchés et les tarifs de leudes.

49Les chartes de coutumes contiennent souvent une réglementation des marchés et foires (chartes de Revel, Avignonet, Aignes, Auterive, Baziège, Belbéraud, Caraman, Castelnaudary, Cuq, Fanjeaux, Labécède, Montgeard, Saint-Félix, Saint-Julia, Villenouvelle, Villasavary, Villefranche). Plusieurs articles des coutumes de Castelnaudary, par exemple, concernent les marchandises vendues au marché ou lors des foires « le dia del mercat o fieyras del dit loc », l’article 16 traite de la location de « taulas de mercat de masel e de plassa ». Le marché était déjà très important fin xiiie, 34 taulas mercatalis (étals) sont mentionnées dans le Liber reddituum.

  • 117 Gauzy (J. Serres de), Essai historique sur la ville de Castelnaudary, capitale du comté du Lauraga (...)
  • 118 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., pp. 338-339.
  • 119 Gauzy (J. Serres de), Essai historique..., op. cit., p. 72.
  • 120 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 369 et suiv.

50Foires et marchés dépendant du roi, les communautés s’adressent à lui pour en obtenir concession, pour modifier une date. On voit, parfois, le sénéchal de Toulouse choisir le jour de ceux-ci, surtout pour les bastides et les localités voisines qui peuvent les concurrencer. Castelnaudary, d’après J. de Gauzy117, bénéficie d’un privilège concédé par Bertrand de Solomiac, sénéchal de Toulouse, le 13 juin 1332, pour protéger le marché du lundi qui est signalé « comme très utile au roi car on y lève un coupage et une leude donc qu’il ne soit fait par le roi aucune concession de foire ou de marché à aucune ville ou château à moins de deux lieus de distance de Castelnaudary avec plus de franchise de leude ou de péage que n’en jouit la ville ou le marché qui s’y tient, pour que le marché se conserve dans sa grande importance si utile au roi et à la patrie ». Je n’ai pas retrouvé cet acte de 1332, mais il est repris dans la confirmation de privilèges de 1356 : « Item, quod non fiat nec forum seu mercatum magis francum nec nundine in aliis locis circumvicinis per duas leucas quod in loco de Castro Novo »118. Sont aussi concédées trois foires, « comme elles existaient auparavant », une, le jeudi avant les Rameaux, une, le jour de la Saints-Simon-et-Jude (28 octobre), et une, le lendemain de la Bienheureuse Marie d’Août, chacune de trois jours. En août 1364, les consuls demandent à Charles V l’autorisation de changer les dates des foires : il y avait une foire à la Purification (soit le 2 février) et une le 1er mai (ce qui ne correspond pas à la confirmation de 1356), les consuls les veulent pour la Saint Julien de janvier et le mercredi après Quasimodo, le lieutenant général en Languedoc le leur accorde et ajoute les quatre jours avant et les quatre jours suivants119. Ces dates seront encore modifiées à une date indéterminée puisque, dans une lettre d’amortissement de 1688120, on mentionne trois marchés hebdomadaires et quatre foires « une au lendemain des Rois, la seconde le lundi après Quasimodo, la troisième le 22 juillet jour de la Madeleine, la quatrième le lendemain des Saints ». Castelnaudary, la ville la plus importante de la région aura donc jusqu’à quatre foires, étalées sur plusieurs jours.

  • 121 Mousnier (M.), Bastides de Gascogne toulousaine : un échec ? Villages et villageois au Moyen Âge, (...)
  • 122 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 377.
  • 123 Ib., p. 699.

51La moindre bourgade réclame l’autorisation de tenir marchés et une, deux ou trois foires annuelles, signe de son importance réelle ou de celle qu’elle s’attribue. Des bastides ont au départ deux ou trois foires, alors qu’elles sont de taille modeste, cela manifeste le souci d’attirer la population mais constitue aussi une tentative « pour dynamiser la vie des campagnes, en développant pour certaines, des fonctions d’encadrement de la vie économique, de diversification des activités, de développement de l’équipement commercial »121. À Villefranche, la charte de coutumes de 1280 (la première remontant probablement à 1267 ou 68122) prévoit un marché hebdomadaire, le vendredi, et des foires trois fois par an : à la Saint Michel de septembre, à celle de mai et à la Saint Vincent de janvier123. Lors de la fondation de Revel, en 1322, deux foires sont prévues, on passe à trois en 1342, signe de la réussite de la bastide et de l’activité économique de la région.

  • 124 La foire du lundi de Quasimodo, sur deux jours, elle aussi, est consacrée à la vente des salaisons (...)

52D’après ce type de documents, les foires concernent surtout les communautés de la plaine, situées sur les voies de passage (essentiellement celles de direction est-ouest), et, très faiblement, celles du Terrefort (Saint-Félix, Laurac, mais pour cette dernière, il s’agit de l’ancien centre du pouvoir). Une seule localité de la Montagne Noire en organise, Labécède. Les foires se déroulent souvent pendant la Semaine Sainte ou bien en septembre, une fois les moissons et vendanges effectuées ; peu se placent à l’entrée de l’hiver, moment où l’on vendait le bétail avant que ne se posent les problèmes de ravitaillement en fourrage. A Castelnaudary, on note toutefois une foire en janvier, foire qui était consacrée, selon les statistiques de 1807, à la vente du blé, du vin, des laines et des bestiaux124. Une seule communauté, Lasbordes, organise sa foire le jour de la fête du saint patron de l’église paroissiale, Christophe, le 25 juillet. Les foires peuvent durer plusieurs jours, dans les agglomérations les plus importantes et (ou) celles situées sur les voies de passage.

  • 125 A.N., JJ 66 n° 77, publié par Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 484 (...)

53Les documents normatifs ne mentionnent pas toujours le jour où se tient le marché, quand c’est le cas, nous voyons que, pour éviter la concurrence, deux localités proches n’ont jamais leur marché le même jour. Cette concurrence a parfois existé : à partir du xive siècle, la nécessité de changer la date du marché apparaît dans certaines bourgades, ainsi au Mas-Saintes-Puelles et à Besplas. Au Mas-Saintes-Puelles, le marché avait lieu le lundi, comme il subit la concurrence de celui de Castelnaudary, la communauté obtient le droit de tenir un marché le samedi (tout en conservant le marché du lundi) : « Quod unum in dicto castro sit et diu fuerit in qualibet septimana in die lune forum, sic quod nunc est etiam diu est deterioratum, diminutum et quasi penitus desolatum propter forum quod est dicta die lune apud Castrum Novum de Arrio, domini nostri Regis, propre a dicto castro de Manso de media leuca vel circa, cum sit melius forum judicature Lauraguesii, at eisdem consulibus et universitati licenciam et potentiam faciendi et habendi forum aliud in qualibet septimana die sabati liberum concedatis, dicto mercato diei lune sicut prius remanente sicque die lune et die sabbati dicta duo mercati sive fori sint et esse possint in loco supradicto »125. Cette concession de privilèges comprend aussi : « confirmation du consulat et de tous les anciens usages, coutumes, franchises et libertés ». À Besplas, on enquête, en 1327, sur le maintien d’un marché. Celui-ci, qui se tient le mardi, a été créé du propre chef des habitants du lieu, sans autorisation du roi ; les habitants de Laurac en sont mécontents car ils ont, eux aussi, un marché le mardi. Les commissaires du roi concèdent, moyennant finances, le marché du mardi à Besplas, ainsi que deux foires annuelles, à la Saint-Michel de mai et à celle de septembre et confirment les anciens privilèges du lieu.

  • 126 C’est le cas en Italie, Cherubini (G.), Foires et marchés dans les campagnes italiennes au Moyen  (...)
  • 127 Wolff (Ph.), Un leudaire de Toulouse, op. cit., pp. 285-302.

54Coutumes et chartes de franchises réglementent les poids et mesures utilisés dans les foires et marchés, parfois même l’emplacement des marchandises126. Cette réglementation, mais surtout les tarifs de leudes, nous permettent de connaître les produits vendus. Philippe Wolff a publié un leudaire de Toulouse, qu’il date du début du xive siècle. Les droits énumérés dans ce leudaire portent les trois noms de leude, péage et guidonage. En théorie, la leude est une taxe sur les ventes, qui se perçoit sur les foires et marchés, le péage est un droit sur le passage des marchandises, exigé en un point d’une route, le guidonage est une somme versée en échange de la protection, du sauf-conduit accordé par un seigneur à un marchand et à ses biens sur les chemins de son territoire. Philippe Wolff n’a pas l’impression que cette discrimination soit faite. Dans ce leudaire, des produits locaux apparaissent, tels les draps de laine de Villepinte et de Fanjeaux, le cuir, les peaux. Beaucoup de produits dont on ne précise pas l’origine peuvent, eux aussi, provenir du Lauragais : le lin, le chanvre, les futaines, le pastel, la gaude, la garance127. D’après ce document, deux localités du Lauragais, Montgiscard et Caraman, cette dernière une partie de l’année, ne payent pas la leude à Toulouse, signe, peut-être, que leurs marchands amènent des produits recherchés des Toulousains.

  • 128 Mentionnés dans les registres conservés aux A.D.H.G, 1 A 2 tome 4, 1 A 6, 1 A 8 tome 2.
  • 129 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 79.
  • 130 À Montréal, par exemple, Sabarthès (Abbé), Les coutumes, libertés et franchises de Montréal..., op (...)
  • 131 Ces actes figurent aux Archives Nationales, Trésor des Chartes, JJ 89 n° 131 pour Avignonet, JJ89 (...)

55Des leudes existaient dans toutes les localités disposant d’un marché, elles sont attestées à Fanjeaux, Besplas, Avignonet, Villefranche, Montgiscard, Pexiora, Montgeard128. Les leudaires de Bram et Montgiscard se trouvent dans des archives privées, ceux de Pexiora, Montréal, Besplas, Montgeard, Nailloux, Gaja-la-Selve, Castelnaudary, dans des registres déposés aux Archives départementales de l’Aude129. Des tarifs partiels sont parfois insérés dans les chartes de coutumes ; c’est le cas à Villefranche, en 1280. Un petit tarif de leude figure dans la charte de libertés et coutumes accordées par Philippe V à Montgeard, en 1318, un autre dans l’acte de fondation de la bastide de Revel, en 1342. Dans tous ces leudaires apparaissent blé et vin, parfois de l’huile dont la nature n’est pas précisée (seule l’huile de noix est produite localement), les mêmes animaux (bovins, équidés, ovins et caprins) et les mêmes produits d’origine animale (laine, fromages, peaux, draps de laine)130. Le pastel n’y est pas mentionné, signe probable de leur ancienneté, puisqu’il figure dans les lettres accordées en 1356 par Jean II le Bon aux villes détruites par le Prince Noir et peut être, alors, exporté librement131. La charte d’Avignonet de 1463, renouvelant des privilèges antérieurs, signale la liberté du change, on avait donc une petite place financière, probablement dès le xive siècle, signe de la présence de marchands étrangers, attirés par le pastel. Cette charte précise que les habitants peuvent « ... pastellum in eorum territoriis et pocessionibus, quibusvis cituatis, escresens et agranatum, aut alias, extra dictum Regnum Nostrum, quolibet anno, extrahere et absque aliqua contribucione seu onere exire, et personis extraneis vendere et allianare ».

  • 132 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 703.
  • 133 Ib., p. 512.

56Des exonérations de leude, plus ou moins étendues, figurent dans les chartes d’Avignonet, Baziège, Castelnaudary, Mas-Saintes-Puelles, Montgeard, Revel, Saint-Félix, Villefranche, Villeneuve, Villenouvelle. Elles doivent concerner, essentiellement, les produits locaux et être faites pour avantager les habitants qui les produisent ou les collectent. Les volailles, les oiseaux, les ânesses, baudets, veaux ou poulains qui tètent sont exonérés à Castelnaudary, les comestibles : « volatilia, silvestra bestia, poma, pira et consimilia » à Villefranche132, à Montgeard. Dans cette localité, un autre article, peut-être postérieur, signale une taxe sur le gibier (perdrix, lapin, lièvre) vendu au marché133. On trouve encore une exemption à Revel, en 1342 : « volatilia, silvestram bestiam, poma, pira, ficus, nuces, castaneas, cepas, allia, caules aut alia consimilia, seu alia ortalicea, rappas aut alios fructus comestibilis, non det leudam ».

  • 134 Le tarif du péage figure dans le cartulaire de la ville, A.D.A., 4 E 076 AA1.
  • 135 Il appartient au roi avant 1307 puis aux Durfort, seigneurs de Deyme, Teulet-Laborde, Layettes..., (...)
  • 136 Une copie du tarif, datant du xviiie siècle, se trouve aux A.D.H.G.,2E 1117.
  • 137 Ramière de Fortanier (A.), Enquête sur les péages du Lauragais jusqu’à la première moitié du xive (...)
  • 138 Vaquer (J.), Les premières communautés paysannes du Lauragais, Le Lauragais histoire..., op. cit., (...)

57Les distinctions entre péages et leudes n’étant toujours pas très nettes (dans le leudaire de Castelnaudary est exempté l’homme qui déménage avec son bétail, s’agit-il d’un déplacement de fermier ou métayer, de transhumance ?), il semble que des taxes pesant sur la circulation des marchandises soient levées un peu dans tout le Lauragais, le long de la voie d’Aquitaine, à Bram, Pexiora, Castelnaudary134, Avignonet, Montgiscard, Baziège135, mais aussi sur les routes des collines, à Nailloux, Gardouch136, Mas-Saintes-Puelles, Fanjeaux, Saint-Félix, Auriac-sur-Vendinelle, Montégut137. Les péages sont perçus, le plus souvent, dans des localités anciennes, seul Nailloux est une création récente, Pexiora est membre de Besplas, plus ancien. Les axes routiers de direction est-ouest sont particulièrement fréquentés, le seuil du Lauragais constituant le seul passage possible, car il n’existe pas de voie d’eau utilisable. Dès le néolithique, « de multiples relations et courants d’échanges » étaient instaurés entre le bassin de l’Aude et le bassin de la Garonne par son intermédiaire. Ces courants commerciaux se sont développés aux Âges du Bronze et du Fer138 et dans l’Antiquité. Un péage existait dès l’époque gallo-romaine à Baziège, sur la voie d’Aquitaine (signalé dans le Pro Fonteio de Cicéron). La circulation des produits continue tout au long du Moyen Âge, les localités proches de l’ancienne voie d’Aquitaine ont d’ailleurs une fonction d’accueil développée, les auberges y sont nombreuses. Les autres voies, y compris transversales, reliant les pré-Pyrénées au Massif Central sont, elles aussi, fréquentées.

3. La draperie

  • 139 Cette activité est développée à Toulouse depuis longtemps. On a, dès 1227, des statuts des tissera (...)
  • 140 A.D.A., 4 E 076 AA 1 P 50, cf. Danjard (J.), Le cartulaire de Castelnaudary..., op. cit., pp. 91-9 (...)
  • 141 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 613, p. 615.
  • 142 Combes (J.), Les foires en Languedoc au Moyen Âge, Annales E.S. C, 1958, pp. 231-259.
  • 143 Wolff (Ph.), La draperie languedocienne du xiie au début du xviie siècle, Regards sur le Midi médi (...)

58Leudes, péages, chartes de coutumes, montrent que la région lauragaise connaît une forte activité drapière139. De nombreux articles des coutumes de Castelnaudary, par exemple, y sont consacrés, six concernent la vente, la fabrication des draps et leur qualité ; il est ainsi interdit de vendre des draps de laine composés de divers mélanges (bourre, débris, laine de carde, laine d’agneau) ; cinq articles portent sur la qualité de la laine vendue, un sur le pesage des filés, l’article 130 interdit aux femmes de fder dans la rue principale de façon à ne pas blesser homme ou bête. Dans le chapitre quatre, réglementant le poids public, plusieurs articles sont consacrés au pesage de la laine filée et à filer. Tout ce qui concerne : « draps de lana, de li, de carbe e de seda », « de lanas filadas e a filar e de totz lanatiers », relève de la justice criminelle des consuls. Le cartulaire de la ville contient la réglementation de la draperie et de la parerie140 ; ce texte, complétant un vieux règlement, reprend en partie les coutumes, signe probable du développement de cette activité. La pièce de drap vendue à l’encan, les draps à appareiller, les filés à teindre, sont exemptés de leude. Un acte de 1364 signale l’emplacement des marchandises les jours de foire, on y mentionne lin, laine, bourre, filés, « drap de talh » (draps au détail). L’apprêt et la teinture des draps devait s’y effectuer : au xve siècle, de nombreux paraires (foulons) et teinturiers figurent dans les registres de notaires, un des ports de la ville, celui de la Baffe, déjà mentionné au début du xive siècle, tire son nom de la présence de cuves de teinturiers (baphium, atelier de teinture). Les produits nécessaires à la finition des draps, à la teinture, alun, pastel, garance (roya), brasil sont présents sur le marché de Castelnaudary. On fabrique des toiles (lin et chanvre) et aussi des futaines car le coton figure parmi les produits présents sur le marché (article 119). La draperie est mentionnée dans beaucoup d’autres chartes : au Mas-Saintes-Puelles, à Saint-Félix où sont signalés tisserands et contrôleurs de la draperie et où il est interdit de filer dans les rues141. De nombreuses autres localités du Lauragais peuvent être considérées comme des villes drapantes : Sorèze, Avignonet, Villepinte, Fanjeaux, Montréal142. F. B. Pegolotti mentionne des draps de Toulouse, de Carcassonne et, semble-t-il, de Castelnaudary, à Constantinople, vers 1340143. Philippe Wolf pense que la laine utilisée est amenée par les Toulousains depuis l’Aragon. On parle, dans les coutumes de Castelnaudary, effectivement, « d’hommes étrangers apportant la laine ». On doit utiliser, aussi, la laine produite localement, les moutons étant mentionnés dans toutes les coutumes et l’objet de nombreux baux à cheptel.

4. La prospérité

  • 144 Les 1 500 maisons d’Avignonet, indiquées sous la forme XVC dans l’édition de Kervyn de Lettenhove, (...)
  • 145 Froissart (J.), Chroniques, tome II, 1342-1356. Les bourgeois de Calais, traduction N. Desgrugille (...)
  • 146 Ibid., chapitre 358.

59Le Lauragais connaît, comme Toulouse et ses environs, une vie économique intense au xiiie et au début du xive siècle. La prospérité est encore là, en 1355, après la peste, c’est ce que note le prince de Galles écrivant à l’évêque de Winchester : « et preismes nostre chemyns parmy Tholousane, od estoient meyntez bonnes villes et forteresses ars et destruitz, car la terre estoit mult riche et plentenouse ». C’est aussi l’avis de Froissart qui insiste sur la richesse du pays et sur tout le butin que le Prince Noir et les siens trouvent dans les principales villes du Lauragais : Castelnaudary, Montgiscard, Avignonet, Villefranche. « ...Ils se mirent sur le chemin de Montgiscard... Le lendemain, très tôt, les hommes se délogèrent et approchèrent la forteresse qui n’était pas bien fermée, n’étant protégée que de murs de terre et de portes couvertes de paille... Finalement, la ville fut prise de force, le mur rompu et abattu. Pourtant, seuls les pilleurs entrèrent dans la ville pour la voler et la brûler. Ils y trouvèrent de nombreuses choses ».... « Les hommes du prince de Galles chevauchèrent ensuite vers Avignoulet, grosse ville marchande où l’on fait des draps. On comptait bien 1 500 maisons mais la ville n’était pas fermée144. Au dehors, sur un tertre, se tenait un château de terre bien bâti, dans lequel les riches hommes de la ville s’étaient réfugiés. Ils croyaient se trouver en sécurité mais en vain car ils furent assaillis violemment. Le château fut conquis et abattu et ses occupants faits prisonniers. Voilà comment la ville d’Avignoulet fut prise et pillée »145, « Les Englès chevauchèrent sans relâches et arrivèrent à Noef Chastel d’Auri, une bien grosse ville, remplie d’hommes et de richesses. Elle n’était point fortifiée, tout comme son château, hormis un mur de terre comme s’était l’usage dans le pays... Finalement, l’assaut fut bien mené et la ville conquise. De nombreux hommes furent tués, la ville pillée et brûlée, les Englès s’étant d’abord emparés de la vaisselle d’argent et des florins qu’ils trouvèrent en abondance. Ils rançonnèrent les bourgeois les plus riches ou tuaient ceux qui refusaient de se rançonner »... « Ville-France en Carcassonnois, une bonne et grosse ville, habitée par de riches bourgeois »... « Sachez que les pays de Charcassonnois, de Narbonnois et de Thoulousain étaient parmi les plus gras et les plus riches du monde, cependant les habitants ne savaient pas se défendre, n’ayant jamais encore connu de guerre (ignorance de la croisade ?), voilà pourquoi les Englès ne trouvaient pas de villes fortifiées. Dans les maisons, les Englès trouvèrent maintes richesses, des draps de tissus précieux, des coffres remplis d’argent et de joyaux et bien d’autres choses encore qui n’avaient jamais été dissimulées. Les pillards emportaient tout et en particulier les Gascons qui en ce temps, étaient réputés pour leur convoitise. Le bourg de Ville-France fut donc pris permettant aux combattants de faire un gros butin »146. On ne peut toutefois accorder une confiance totale à Froissart qui rédige sa chronique a posteriori (entre 1370 et 1400) et qui fait passer les Anglais par Montgiscard, Avignonet, Castelnaudary puis par Villefranche, ville située, pour lui, entre Castelnaudary et Carcassonne, alors qu’elle se trouve en réalité entre Montgiscard et Avignonet.

  • 147 Santi (L. de), L’expédition du Prince Noir en 1355, d’après le journal d’un de ses compagnons (Geo (...)

60La chronique du règne d’Edouard II de Geoffroy Le Baker147, probable participant à l’expédition, donne, elle aussi, cette vision d’un Lauragais très riche, fort producteur de céréales. « ...Ils s’emparèrent de la belle et forte ville de Montgiscard (villam magnam et pulchram)... On voyait, autour de ses remparts, douze moulins à vent... Le vendredi, ils traversèrent la bonne ville (bonam villam) de Baziège puis Villefranche et toute l’armée cantonna autour d’une grande ville (magnam villam) du nom d’Avignonet qui appartenait au roi de France. Le corps de bataille et l’arrière-garde, bien reposés, s’établirent dans le faubourg, l’avant-garde dans une autre partie du faubourg tandis que les Gascons et les Béarnais se logeaient dans la ville dont tous les habitants s’étaient enfuis. Vingt moulins à vent y furent réduits en cendres... Le samedi, le Prince s’établit dans une grosse ville (in grandi opido », appelée Castelnaudary... le dimanche, l’armée se reposa mais un certain nombre de soldats étant sortis de la ville s’emparèrent d’une autre cité que les habitants, afin d’être épargnés, rachetèrent au prix de 10 000 florins d’or ». Louis de Santi pense qu’il s’agit de Pexiora où est établie une riche commanderie. C’est possible puisque les habitants de cette ville sont qualifiés dans la chronique d’oppidani, ce qui correspond à la topographie du lieu ; de plus, Pexiora, proche de Castelnaudary, située en bordure de la voie romaine, est visible depuis la ville. Au retour de Narbonne, l’armée brûle, entre autres, 21 moulins à vent à Fanjeaux, « pulcrum opidum » située dit G. Le Baker « dans un pays riche, largement et longuement ouvert » (« patriam pulcram, longam et latam »).

III. LES MALHEURS DES TEMPS

61Diverses crises ont pourtant frappé le Toulousain dès les premières décennies du xive siècle, celles que l’on trouve ailleurs : famines, Peste Noire et ses multiples retours, mais aussi, et essentiellement, la guerre, à partir de 1349-50.

A. Famines, pestes, guerre

  • 148 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 182-187. Larenaudie (M.-J.), Recherche sur les famines et (...)
  • 149 Le Roy Ladurie, Les paysans..., op. cit., p. 318.

62Des crises frumentaires touchent la région, de façon répétée : en 1334, 1341-43, 1346-47, 1374-75, cette dernière, très grave, appelée « magna caristia ». Avec la récolte de 1376, commence une période d’accalmie qui dure jusqu’en 1419, une famine sévit alors dans tout le Midi de la France148. Des difficultés sont signalées en 1420-21, 1425-26, 1430-34, 1440. L’aisance frumentaire domine entrel460 et 1504, on note toutefois des disettes en 1474 et en 1482-83. De mauvaises récoltes se produisent en 1495-96 et, surtout, en 1497, en 1501, en 1504149. Les difficultés, permanentes de 1504 à 1526, cèdent la place à une crise grave après 1526.

  • 150 Marandet (M.-C), Le souci de l’Au-delà..., op. cit.
  • 151 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 73-77.
  • 152 Leroy (P.), La commanderie de Renneville..., op. cit.

63La peste frappe souvent dans le Toulousain, ainsi que de multiples maladies épidémiques. La source testamentaire ne permet pas toujours de repérer ces crises démographiques ; la Peste Noire de 1348-49, par exemple, a laissé peu de traces dans les registres notariaux. Des épidémies, étant donné l’augmentation du nombre de testaments, doivent se produire en 1383, dans la dernière décennie du xive siècle, en 1402, 1411, 1414, 1415, 1440, 1450150. Selon d’autres sources, des retours de peste ont lieu en 1406, 1417, 1420, 1440, 1441, 1450151. Le Parlement de Toulouse signale des pestes, sans arrêt, entre 1482-83 et 1516, puis une accalmie se produit jusqu’en 1529-30152.

  • 153 Pourplus de détails, cf. Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 34-66.

64Les renseignements sont beaucoup plus précis en ce qui concerne la guerre franco-anglaise, le conflit Foix-Armagnac et les ravages des routiers pendant les trêves153.

  • 154 Denifle (H.), La guerre de Cent ans et la désolation des églises, monastères et hôpitaux en France (...)
  • 155 Froissait (J.), Chroniques, éd. Kervyn de Lettenhove, op. cit., Tome 5, p. 346
  • 156 Dossat (Y.), Lemasson (A.-M), Wolff (Ph.), Le Languedoc et le Rouergue dans le Trésor des Chartes, (...)

65Les opérations militaires liées à la guerre de Cent ans commencent très tôt, quand Henri de Lancastre incendie les faubourgs de Toulouse en 1349 ou 1350. L’épisode le plus marquant de la guerre est la chevauchée du Prince Noir en 1355154. Quelques localités du Lauragais sont particulièrement touchées. Le 28 octobre, le Prince Noir s’installe pour la nuit à Lacroix-Falgarde ; le 29, il est à Montgiscard : « Si l’assallirent fièrement et vistement de tous lés, et là eut grant assaut et dur... Finalement elle fu prise de force, et li mur rompu et abatu, et entrèrent tout chil ens, qui entrer y veurent ; nes li prince s’i entra point, ne tout li seigneur, pour le feu, fors que pillart et robeur. Si trouvèrent en la ville grant avoir ; si en prisent douquel qu’il veurent, et le ramanant il ardirent ». Le 30, les soldats avancent sur la route vers Baziège et Villefranche, ils s’arrêtent pour la nuit à Avignonet : « au dehors sus un tertre avoit un chastel de terre assés fort, où li riche homme de la ville estoient retret et cuidoient estre là bien à ségur, mais non furent car on les assailli de grand randon »... « si fu ladite ville de Avignonet prise, concquise et toute arse », « si fu le chastiaus conquis et abatus ». Le 31, ils s’arrêtent à Castelnaudary, les couvents des Carmes, des Mineurs, la collégiale Saint-Michel et l’hôpital Saint-Antoine sont brûlés, « Laditte ville et li chastiaus de Noef Castiel d’Auri tout ars et abatu, et reversé les murs à la terre »155 ; au Mas-Saintes-Puelles, le couvent des Augustins est incendié. Le 1er novembre, « une autre ville », se racheta, moyennant une rançon de 10 000 florins. Le 2 novembre, Saint-Martin-Lalande et Villepinte sont prises. Le Prince Noir continue sa chevauchée jusqu’à Narbonne. Au retour, il entre à nouveau en Lauragais, puisqu’il est à Prouille (le 15 novembre), où il est admis dans la confraternité spirituelle de la maison, ce qui ne l’empêche pas de piller Fanjeaux, le bourg voisin. Les destructions causées à Montgiscard, Avignonet et Castelnaudary sont signalées dans les privilèges accordés par le roi à ces trois villes, le 28 août 1356, on y précise qu’elles ont été brûlées, pour la plus grande partie, par les Anglais. Diverses exemptions de taxes sont aussi accordées à Castelnaudary, Fanjeaux, Montgiscard, l’année suivante, « pour favoriser la reconstruction des villes »156.

  • 157 Ce conflit avait débuté en 1290 à propos de la succession de Béarn.
  • 158 J’ai retrouvé un vidimus de 1368 de la lettre de rémission, A.D.A., 4 E 076, FF 24, liasse n° 5 ; (...)
  • 159 Marandet (M.-C), Le souci de l’au-delà..., op. cit, note 5, p. 109.
  • 160 A.D.A., 4 E 076, GG liasse 78, 5 avril 1371.
  • 161 Bordeaux (M.), Aspects économiques de la vie de l’Eglise aux xive et xve siècles, Paris, Librairie (...)

66Le conflit entre le comte de Foix, Gaston Fébus, et le comte d’Armagnac, lieutenant du roi à Toulouse, s’ajoute au conflit franco-anglais157. En 1356, dès que le comte d’Armagnac obtient l’appui des Valois, la sénéchaussée est pillée par Gaston Fébus. Il intervient à nouveau au printemps 1359, il incendie plusieurs châteaux du Toulousain, pille Cintegabelle, attaque même les faubourgs de Toulouse où l’hôpital Sainte-Catherine est brûlé. Pendant cette période de troubles, soit en 1356 soit, plus probablement, en 1359, des consuls de Castelnaudary, suivis de la population, vont dans le faubourg Sainte-Croix, le pillent et y mettent le feu ; le couvent et l’église des Carmes brûlent. Les habitants demandent grâce au roi, disant qu’ils ont mis le feu car le Comte de Foix pouvait s’installer dans ce secteur où l’église et le couvent étaient entourés d’un rempart ; les Carmes étaient d’accord. Les incendiaires obtiennent rémission en 1367158. Le meneur P. Roberti, notaire, est convaincu d’hérésie, mais sera réhabilité en 1368159. Les Carmes sont indemnisés en 1371 et reçoivent 2 500 florins d’or160. Les épisodes de destruction préventive existent ailleurs : Saint-Cyprien près de Poitiers qui aurait pu constituer une menace est démolie, de même que l’abbaye de Montier-La-Celle près de Troyes ; la sécurité générale prime sur la nature du lieu161. Parfois, ce sont les autorités municipales qui, pour édifier les fortifications, ordonnent des destructions. A Toulouse, le monastère des Clarisses est ainsi détruit, de même que celui des Bénédictines de Saint-Jacques-le-Vieux.

  • 162 Denifle (H), La guerre de Cent ans..., op. cit., p. 400.
  • 163 Lettre de rémission d’Arnoul d’Audrehem, de décembre 1363, B. N., Coll. Languedoc, reg. 85, F 281, (...)
  • 164 A.N. JJ 1942, cité par Dossat (Y.), Lemasson (A.-M.), Wolff (Ph.), Le Languedoc et le Rouergue dan (...)
  • 165 Denifle (H), La guerre..., op. cit., p. 634.
  • 166 A.D.A., 4 E 076 CC 49, f° 107 v° : le 2 octobre 1363, on donne 18 deniers tolsans à deux individus (...)
  • 167 A.D.A., 4 E 076, CC 61 f° 44 v° et P 48 v°.

671360 marque pour un temps l’arrêt des hostilités, avec la paix de Brétigny et le traité de Pamiers conclu entre les maisons de Foix et d’Armagnac. Le conflit reprend pour ces dernières dès 1362, mais une nouvelle paix est signée en 1363. Les Grandes Compagnies (formées en 1357) pillent alors le pays. En août 1361, Bérard d’Albret, Seguin de Badefol et autres, prennent Montolieu, Saint-Papoul, Villepinte et plusieurs autres lieux ouverts162. En 1362, Seguin de Badefol est installé à Caraman. La population s’affole très rapidement ; en 1362, les habitants de Fanjeaux prennent pour des brigands (ou ont trop bien reconnus), le trésorier royal Pierre Scatisse et son escorte et refusent de les recevoir163. On pratique aussi l’autodéfense : une lettre de rémission est accordée en 1363 à plusieurs habitants de Montgiscard qui avaient tué quatre hommes armés venant de Pamiers, « qu’ils avaient pris pour des membres de la Grande Compagnie »164. Les routiers de Seguin de Badefol s’installent à Prouille en 1364 pour près de deux ans, ils pillent le bétail des sœurs, détruisent les granges, le monastère connaît une très grande misère165. D’autres routiers sont installés à Avignonet pendant quelques années et pillent les villages voisins. En 1366, Du Guesclin les envoie en Castille pour aider Henri de Trastamare ; dès l’année suivante, la majeure partie d’entre eux est revenue en Languedoc. Aux méfaits des routiers s’ajoute la reprise de la guerre franco-anglaise, en 1368, puis du conflit Foix-Armagnac, en 1372. En 1377, le comte de Foix, jusque-là allié des Anglais, se met au service du roi de France, espérant, probablement, la charge de lieutenant du Roi en Languedoc ; le duc de Berry étant nommé à ce poste en 1380, les Toulousains prennent le parti de Gaston Fébus, celui-ci doit quand même s’incliner en 1381. Le duc de Berry impose des subsides constants sur la région, l’exaspération de la population et la crise économique entraînent le soulèvement des Tuchins, à son paroxysme dans les années 1382-1383. Charles VI accorde son pardon en 1384, moyennant le paiement d’une amende de 800 000 francs par les trois sénéchaussées du Languedoc. L’insécurité est permanente durant cette période, les pillages réalisés par les hommes d’armes sont fréquents ; les comptes municipaux de Castelnaudary mentionnent, à plusieurs reprises, des paiements destinés à des hommes qui sont allés vérifier dans tel ou tel village si les Anglais étaient là, comme on le disait166. Les troupes installées en Lauragais, pour parer à toute éventualité, pillent, exigent d’être ravitaillées : la communauté de Castelnaudary se plaint auprès du sénéchal, en avril 1390, arguant de pillages des corps d’armée, de fournitures d’avoine au capitaine de Belpech, le sénéchal lui donne raison167.

  • 168 Delabruyère (I.), La sénéchaussée de Toulouse : étude sur les sénéchaux et leur administration (ve (...)
  • 169 A.D.A., 4 E 076 EE4.
  • 170 A.D.A., 4 E 076, CC 61, f° 44 v°.

68En 1392, Gaston Fébus meurt ; son neveu, Mathieu de Castelbon, finit par récupérer l’héritage mais il meurt en 1398. La succession est réclamée par sa sœur, Isabelle, femme du captai de Buch (ex-sénéchal de Guyenne pour le roi d’Angleterre). Le sénéchal de Toulouse reçoit alors l’ordre d’envahir le comté de Foix. Deux subsides sont imposés, pour la conquête du comté de Foix, en décembre 1398 et en janvier 1399, le premier de quatre francs d’or par feu et le deuxième de trois francs d’or par feu168. Les communautés doivent fournir hommes et ravitaillement ; un mandement royal daté de 1400, ordonne, par exemple, à la ville de Castelnaudary, qui n’est pas d’accord, d’envoyer 30 hommes avec 15 bêtes de somme et des provisions pour huit jours pour aller « châtier les gens de Pamiers »169. Les villes de Mazères et Saverdun sont prises puis, après discussion, Isabelle et son mari entrent en possession du comté de Foix. Cet épisode a coûté cher : les consuls de la jugerie de Lauragais envoient des délégués auprès du connétable pour obtenir des déductions sur le paiement des « milices envoyées à Mazères et autres lieux »170.

  • 171 A.N. JJ 3629, 1442, cité dans Dossat (Y.), Lemasson (A.-M.), Wolff (Ph.), Le Languedoc..., op. cit

69Le conflit franco-anglais reprend en 1403, celui entre les maisons de Foix et d’Armagnac en 1407 avec l’assassinat de Louis d’Orléans ; le comte de Foix devient le chef régional du parti bourguignon. La région est ravagée par les routiers d’Armagnac en 1415, puis par ceux du comte de Foix, en 1417-1419. En août 1418, Jean 1er, comte de Foix, est nommé lieutenant et capitaine général en Languedoc et Guyenne par le dauphin Charles, il commence à négocier avec les Armagnacs. Des soulèvements bourguignons éclatent à Toulouse, sans résultat. Le Toulousain se rallie au dauphin. En mars 1420, le futur Charles VII entre à Toulouse et confirme au comte de Foix sa charge de lieutenant. Pendant une vingtaine d’années règne encore l’insécurité : menaces des Anglais, du comte d’Armagnac, des Grandes Compagnies. Elles se manifestent en 1421, en 1426, année où André de Ribes ravage le pays, en 1436, 1438, 1439. Rodrigue de Villandrando s’installe alors dans le Toulousain, à Cintegabelle puis à Baziège. Il faut acheter son départ vers la Castille. Les routiers (Salazar et le bâtard de Béarn) reviennent en Lauragais de 1442 à 1445. Une lettre de rémission est établie en faveur de Gaillard d’Amade, barbier de Montgiscard, pour le « meurtre d’un habitant de Mazères, au comté de Foix, qui l’avait maintes fois traité de traître, pour avoir chevauché avec les routiers du bâtard de Béarn »171. La situation s’améliore enfin et, en juillet 1453, avec la bataille de Castillon, s’achève la guerre de Cent ans. Le Lauragais connaît encore quelques troubles et courses de routiers lors de la guerre de succession de Gaston de Foix, en 1484-1485.

70Les conséquences de ces crises ont été, d’après les documents officiels, très importantes.

B. Un bilan d’après les documents officiels

1. La pression fiscale

  • 172 Marandet (M.-C), Un exemple de ville policée..., op. cit., pp. 204-205.
  • 173 Castaldo (A.), Seigneurs, villes et pouvoir royal en Languedoc : le consulat médiéval d’Agde (xiii(...)
  • 174 Marandet (M.-C.) Les lieux de culte..., op. cit., p. 107-108.
  • 175 Cazes (J.-P.), Aperçu sur les origines et la formation de quelques villages médiévaux en Lauragais (...)

71La guerre coûte cher aux communautés, tout d’abord pour se mettre en état de résister aux assaillants : il faut relever les murailles, les entretenir, assurer un service de guet172, payer, si nécessaire un capitaine d’armes. A Castelnaudary, les registres de comptes, CC 48, 49, 50, 54, entre autres, de la fin du xive siècle, mentionnent continuellement des frais de remise en état des fortifications, de construction ou réfection de portes, barbacanes, mâchicoulis. On dépense aussi pour l’entretien, le curage des fossés. C’est tout à fait normal puisque, dès 1344, les villes de Languedoc ont reçu ordre d’organiser leur propre défense, mesure renouvelée par Jean le Bon en 1354 pour la sénéchaussée de Carcassonne173. Plusieurs églises du diocèse de Saint-Papoul sont alors fortifiées174. D’anciens enclos ecclésiaux sont réactivés à Airoux et Cazalrenoux. Des enceintes castrales réduites sont utilisées, comme à Saint-Martin-Lalande, où une partie des murailles du village castrai est démontée début xve pour construire un fort villageois plus exigu175. La quasi-totalité des ostals de Montesquieu et Ayguesvives mentionnés dans les estimes, sont, au xve siècle, situés dans un fort.

  • 176 Ramière de Fortanier (J.), Recueil.., op. cit., p. 336 et suiv.
  • 177 Les mêmes précautions sont prises à Fanjeaux en 1356, ibidem, p. 427 et suiv.
  • 178 Ce type de mesures est signalé dans beaucoup de villes, ainsi à Poitiers, Troyes, Orléans. Cf. Bor (...)
  • 179 Cayla (P.), Aspects de Castelnaudary vers la fin du xive siècle, Mémoires de la Société d’Etudes S (...)
  • 180 A.D.A., 4 E 76 FF 23 f° 12.
  • 181 A.D.A., 4 E 076 EE 5.

72Quand, en 1356, Jean, comte d’Armagnac, confirme des privilèges à la ville de Castelnaudary ruinée par le prince de Galles176, il est interdit, pour assurer la sécurité, de bâtir près des murs ou des fossés, si ce n’est à une distance de deux brassées. Il est aussi interdit de bâtir au-dessus des anciens fossés et en dehors des murs, jusqu’à une distance de soixante brassées177. Le comte d’Armagnac donne le droit à la ville d’exproprier des immeubles situés en dehors des murailles pour en employer les matériaux (bois, tuiles, pierres) aux fortifications ; l’estimation de ces biens sera faite par les consuls. On exproprie donc pour utilité publique178, ce que l’on aperçoit parfois dans les registres notariés. Entre 1368 et 1371, des habitants demandent des indemnités car les autorités municipales ont fait détruire des bâtiments ruraux lors du passage de Gaston Fébus, dix ans auparavant (ce qui conforte la date de 1359 pour l’incendie du couvent des Carmes), ainsi une veuve Andraide reçoit 20 florins d’or pour la destruction de huit bordes179. Des experts de la fusteria (charpenterie), estiment une borde réquisitionnée pour faire les murailles de la porte de la Baffe180. Quelques mandements royaux insistent sur les nécessités de défense : en 1400, il est interdit aux consuls de Castelnaudary de jeter bas la partie du mur en ruine qui est situé entre la ville et la bastide construite en 1366 ; en 1430, il leur est fait assignation de faire bonne garde et de réparer les fortifications181.

  • 182 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 3 v°, 1380.
  • 183 A.D.A., 4 E 076 II 1.

73Assurer sa défense, c’est posséder de bonnes murailles mais aussi des armes : un acte mentionne l’achat de deux bombardes par les consuls de Montgiscard182. Quelques armes apparaissent dans l’inventaire des biens de la communauté de Castelnaudary, réalisé par Jean Gervais, le 17 octobre 1493 : doas colobrinas et las botafoctz, una espasa de fer et hun estoc, una miega rapieyra, XX balistas, IX bombardas tant petites que grandas183. On peut supposer que l’armement était plus important pendant le conflit franco-anglais.

  • 184 En voici quelques exemples, tirés d’un inventaire des archives antérieures à 1790 réalisé par O. d (...)
  • 185 Chevalier (B.), Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Aubier, Paris, 1982, p. 211.
  • 186 Ramière de Fortanier (J.), Recueil... op. cit., p. 336 et suiv.
  • 187 A.D.A., 4 E 76 CC 90. Actes de 1360, 1362, 1364, 1371, 1373, 1378, 1379, 1385,1399 (trois), 1400, (...)
  • 188 A.D.A., 4 E 76 CC 90 n° 19.
  • 189 A.D.A., 4 E 76 AA 1 f°61 r°.
  • 190 A.D.A., 4 E 76 CC 90 livre I, liasse I n° 11.
  • 191 A.D.A., 4 E 76 3 J 1598.

74Construction et entretien d’enceintes, sommes versées aux routiers pour obtenir leur départ, coûtent cher aux communautés. A cela s’ajoutent, bien sûr, toutes les demandes de subsides provenant de la royauté, qu’il s’agisse des nécessités de la guerre ou pour tout autre motif. Les archives municipales de la ville de Toulouse montrent cette pression fiscale qui touchait toutes les communautés de la sénéchaussée184. Celles-ci lèvent des tailles pour satisfaire les demandes royales et pour leurs propres dépenses. Les registres d’estimes sont donc refaits, périodiquement, pour connaître la richesse des contribuables et établir l’impôt direct proportionnel aux patrimoines et la capitation pour ceux qui ne possèdent rien. L’essentiel des ressources provient toutefois de l’impôt indirect : B. Chevalier note qu’il fournit les deux tiers des entrées ou même les trois quarts ou les quatre cinquièmes185. Cette imposition indirecte qui porte sur le transit de marchandises ou la vente au détail est bien supportée par les villes, puisqu’elles ne sont pas les seules à payer, le plat-pays et les étrangers sont eux aussi taxés. Les rois octroient des concessions d’impôts indirects très facilement, ce que l’on voit pour Castelnaudary. En 1356, des lettres du comte d’Armagnac, confirmées la même année par Jean II le Bon, accordent à la ville un droit de barrage, divers impôts indirects, des droits prélevés sur les condamnations judiciaires, jusqu’à 100 marcs d’argent, et précisent que tous les habitants de la bailie doivent contribuer à la reconstruction des murailles186. Toute une série de concessions d’impôts indirects de la fin du xive siècle est collationnée dans le cartulaire de la ville, on en précise toujours le but : la réparation des murailles. Les séries communales conservent d’ailleurs, parfois, un double de ces concessions187. Certaines pèsent sur quelques produits seulement : viande, grains ; ainsi, en 1386, les macelliers doivent payer « pour chaque bœuf mort ou chaque vache morte vendus dans la ville un franc d’or, pour chaque veau ou velle mort, un demi franc, pour chaque mouton ou brebis mort deux gros, pour chaque porc ou truie mort quatre gros, pour chaque agneau ou cochon de lait mâle ou femelle vendu, un gros ; on doit donner une maille pour chaque setier de blé ou de mil qu’on moud dans la ville ou ses dépendances et pour chaque setier de farine qu’on pèse au poids public »188. Le plus souvent, il s’agit de gabelles portant sur tout ce qui peut se vendre, ainsi, en 1373, « sur tous les grains, sur le foin, la vendange, le vin, le pastel, la laine surge, les draps de laine, les aulx, les oignons, la cire, la corde, le papier, la toile, le poivre, l’huile, le cuir, le fer et sur toutes les autres marchandises » ; on a même une taxe pour « le droit d’attache de chaque bête étrangère »189. Le roi accorde, en janvier 1400 (n. st.), vu les supplications des consuls, « comme la muraille et clausure de la dite ville soit en très grant ruine...en icelle ville pour la seurte garde et tuition dicelle... laquelle est assise es frontières d’Arragon de Foix et en pais s’il y avoit guerre bien périlleux pour les autres pais d’environ si elle estoit occupée... », le droit, pour effectuer les réparations, de percevoir deux sous par livre sur le vin acheté à l’extérieur, un blanc pour la vendange achetée à l’extérieur, un denier tolsan pour chaque livre de chair vendue, un blanc de quatre deniers parisis pour chaque chevreau ou agneau vendu, deux blancs sur chaque setier de blé que les pancossiers feront moudre, deux sous parisis par saumée de poisson frais apportée dans la ville, six sous parisis pour les merluches (morues), quatre sous parisis pour les saumées de harengs ou autres poissons salés ; les consuls peuvent aussi percevoir le huitième du vin vendu à la taverne190. Ces concessions royales se poursuivent alors que la guerre de Cent ans est terminée, ainsi, en 1456, les consuls peuvent prélever une imposition sur les viandes vendues dans la ville, pour la réparation des remparts et autres191.

2. Un appauvrissement ?

75Les travaux d’H. Denifle font état d’une désolation générale des bénéfices pendant la guerre de Cent ans. Les textes de la région toulousaine sur lesquels il s’appuie donnent tous la même vision, l’Église crie misère. Au xive siècle, les archevêques et leurs suffragants doivent contribuer aux frais de la guerre, ils perdent les ressources des terres passées aux mains des Anglais ; l’abbaye de Grandselve est réduite à une telle pauvreté qu’en 1349-50, on n’y fait pas collecter les décimes ; en 1351-1354, elle est présentée comme ruinée. Au début des années 1350, le chapitre Saint-Sernin supplie Clément VI de le dispenser d’entretenir plus de trente chanoines (bien que Jean XXII en eût fixé le nombre à cinquante), étant donné les destructions causées par la guerre. Le couvent de Lespinasse est ravagé ; en 1363, une partie des religieuses cherche des subsides auprès de leurs parents, une autre est forcée de mendier. Dès la fin de l’année 1364 le monastère, en ruine, est abandonné par les religieuses dont une partie se réfugie à Toulouse. Le chapitre Saint-Sernin lui-même connaît des difficultés dues à la baisse de ses revenus. Dans la première moitié du xve siècle, la situation semble toujours aussi mauvaise. Le monastère Saint-Sernin, « propter guerras, mortalitates, pestes et alios casus fortuitos », a vu ses revenus passer de 16 000 à 1 000 florins. Les rentes du collège de Périgord (20 étudiants et quatre prêtres) ne suffisent plus pour sustenter les étudiants (à cause de la guerre, des pestes, des inondations fréquentes) ; le collège demande son union à l’église paroissiale de Montaigu, dans le diocèse de Toulouse, le 20 octobre 1421. Le monastère de la Daurade connaît les mêmes problèmes, l’appauvrissement entraîne la réduction du nombre de moines de 20 à 15, en juin 1426. Le collège Sainte-Catherine (ou de Pampelonne) est, lui aussi, réduit à la misère, « propter mortalitates, gentium guerras, sterilitates, aquarum inundationes et alia infortunia, obventiones et proventus Collegii adeo fuerint attenuati et diminuti, quod minime sufficiunt ad dictorum collegiatorum sustentationem, ymo erat necesse numerum ipsorum studentium in magna parte diminuere... », en 1426. L’université de Toulouse ne peut payer les professeurs car ses ressources ont diminué, « causantibus guerris, mortalitatibus aliisque eventibus in regno Franciae et ducatu Aquitaniae vigentibus proventus dictae thesaurariae ita diminuti sunt... », elle veut faire incorporer les revenus de l’église paroissiale d’Auzeville (150 £ tr) aux siens, le 21 juillet 1454.

  • 192 Denifle (H.), La guerre... op. cit., p. 82, pp. 208-220, p. 637.

76Pour le Lauragais plus précisément, H. Denifle donne l’exemple de l’Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Belbéraud, qui, à cause de la guerre et des mortalités, connaît ruine des édifices, baisse des rentes, « hactenus populosa, guerrarum atque mortalitatum turbinibus et aliis sinistris temporum eventibus ruinam non modicam in suis aedificiis patitur et in redditibus in tantum deminuta est, quod illius facultates ad vitam rectoris, reparationemque ejusdem ecclesiae et divini cultus exercitium non suppetunt » (6 septembre 1435). On retrouve les mêmes problèmes pour l’église archiprêtrale de Caraman, les édifices sont ruinés, ils ne peuvent être réparés car les paroissiens sont pauvres (7 septembre 1442). L’Église cathédrale de Saint-Papoul, suite aux guerres, mortalités et divers sinistres, est dans un tel état que les huit moines (alors qu’ils étaient douze au départ) ne peuvent subsister et doivent travailler aux vignes (6 juin 1448). Les fruits de l’église collégiale Saint-Michel de Castelnaudary sont passés de 2 000 £ à 600, les chanoines demandent l’union avec l’église paroissiale d’Airoux où ils perçoivent la moitié des dîmes (30 avril 1468)192.

  • 193 Gazzaniga (J.-L.), L’Église du Midi à la fin du règne de Charles VII, thèse de droit, Toulouse, 19 (...)

77J. L. Gazzaniga évoque la crise économique, la guerre, les épidémies mais aussi les cumuls, les commandes sans limites, les conflits en matière bénéficiale, pour expliquer un appauvrissement se traduisant par des suppliques au pape pour demander des exemptions fiscales, des subsides, des unions de bénéfices. Les chanoines de Saint-Papoul, par exemple, en 1445, réclament l’union du prieuré Saint-Michel d’Avignonet à la mense épiscopale, ils se disent « fort diminués de rentes », peut-être exagèrent-ils puisqu’il s’agit d’obtenir l’union de deux bénéfices. Cependant, l’abbaye de Lézat, une des plus riches du Midi, est, au milieu du xve siècle, dans un état alarmant ; elle est mise sous séquestre par le Parlement de Toulouse. Le mobilier, le trésor du monastère Saint-Sernin sont à vendre, début xve. Vers 1453-1455, le cardinal Barbo essaie même d’acheter le camaïeu de Vienne au chapitre193.

78Bien sûr, ces sources sont, en partie, biaisées, il est bon de pleurer misère mais il est vrai que les rentes ont diminué puisque la peste a réduit la population, les troubles ont entraîné la fuite de paysans vers des zones plus sûres.

  • 194 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 68-86.
  • 195 Biget (J.-L.) dir., Histoire d’Albi, Privat, 1983, p. 83. Prat (G.), La Peste Noire à Albi, évolut (...)

79Si l’on quitte ces sources ecclésiastiques et qu’on se réfère aux travaux basés sur des actes de la pratique (fragments d’estimes, listes de chefs de feux), on voit apparaître une forte baisse de la population. Toulouse qui comptait au minimum 30 000 habitants vers 1335, n’en compterait plus que dans les 26 000 en 1385, 24 000 en 1398, 22 500 en 1405, ce déclin s’accentuerait après 1405, on n’atteint probablement pas les 20 000 habitants vers 1450, malgré une immigration194. Dans le Tarn voisin, la baisse démographique est encore plus forte. À Albi, la population baisse de 57 % entre 1343 et 1357 (famine de 1346 et Peste Noire). La décennie suivante permet une récupération partielle que famine et mortalité de 1375 viennent plafonner. La population est au plus bas en 1483, le nombre de feux estimés est à l’indice 32 si l’on affecte l’indice 100 à 1343, ceci malgré une forte immigration195.

  • 196 Dom Devic et Vaissette, Histoire générale..., op. cit., t. 10, p. 1440, preuves, n° 573.
  • 197 Ib. tome X, p. 1443.

80L’évolution démographique a été, probablement, du même ordre en Lauragais, mais les documents font défaut, si ce n’est un tableau détaillé des feux de la sénéchaussée de Toulouse, vers 1370, publié dans l’Histoire Générale du Languedoc196. L’ensemble de la sénéchaussée de Toulouse comptait alors 24 841 feux, la judicature de Lauragais en comptait 7 147, soit 28,77 % du total, presque trois fois plus que la ville de Toulouse (créditée de 2 700 feux). La Temporalité de l’archevêque (où figure Montgiscard), comptait 288 feux. L’Histoire Générale du Languedoc fournit un autre état de feux pour 1388, dressé lors de la perception « ordonnée par le duc d’Anjou de 12 francs par feu, de la levée de l’amende de 800 000 francs et autres subsides levés du temps du duc de Berry »197. Dans ce relevé de feux, la sénéchaussée de Toulouse figure pour 8 324 feux, la judicature de Lauragais pour 2 008, soit 24,12 % du total. Le rapport feux du Lauragais/ total des feux de la sénéchaussée étant toujours à peu près du même ordre, on peut supposer que tous ces feux sont des feux fiscaux, mais que ceux dit de 1370 sont probablement plus anciens, peut-être antérieurs à la peste de 1348. Si ces feux dits de 1370 étaient des feux réels, la population toulousaine serait de l’ordre de 15 000 habitants, beaucoup plus faible que celle envisagée par Ph. Wolff. Les feux de 1388 qui sont des feux fiscaux montrent, en tout cas, que la richesse de la judicature de Lauragais, fonction en partie de sa population, correspond à un quart de celle de l’ensemble de la sénéchaussée. Ceci est bien sûr à nuancer, les Toulousains ayant dû disposer de plus de moyens de persuasion que les petites communautés pour obtenir des baisses de feux.

  • 198 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 158-159.
  • 199 Ibidem, pp. 100-101.

81Ph. Wolff, pour la période 1350-1450, dresse un tableau plutôt sombre pour Toulouse et l’ensemble du Toulousain. Les pillages, les pâtis à payer aux routiers, les destructions, la gêne apportée au commerce, font de cette période, une « longue ère de stagnation économique ». Pour lui, le déséquilibre entre la pression démographique et les ressources alimentaires, qui entraîne famine et succès des épidémies, entre aussi en compte. Des crises brèves liées à des épidémies, des disettes, des évènements militaires, surviennent en 1343-48, 1355-59, 1361-62, 1381-83, puis suit une période de calme ; des crises marquent à nouveau les années 1415-21, 1425-28, 1430-33, 1438-42. Les échanges sont, entre 1350 et 1450, « médiocres, morcelés et déficitaires »... « L’économie est stagnante à brefs accidents », les capitaux circulent peu, l’argent est rare. Au xive siècle et dans la première moitié du xve, Toulouse n’est sur le trajet d’aucun grand courant commercial : « on ne voit pas que Garonne et route par le seuil de Naurouze aient joué ce rôle d’isthme important entre Atlantique et Méditerranée, auquel la géographie semblait les destiner ». Philippe Wolff note, par contre, la naissance de routes commerciales, par le Béarn, vers l’Atlantique et, par le Rouergue et le Velay, vers la France de langue d’Oïl198. Un discours prononcé lors de l’ouverture de la séance de délibérations municipales du 20 avril 1419 présente la situation comme désastreuse : « Le travail cessait totalement. Les nobles étaient privés de leurs oblies et de leurs revenus ; leurs villages et les habitants de ceux-ci ont été détruits...Les marchands ont cessé d’acheter et de vendre, et de transporter leurs marchandises. Les bourgeois n’ont pu recevoir ni lever leurs oblies.... Tout considéré, il n’était guère de mortel assez osé pour sortir ni rester hors des murs des agglomérations, en raison de cette guerre ». « C’est dans cette ville encombrée de ruines, dans l’atmosphère décourageante que suscitait une démographie toujours déclinante, qu’ont vécu et travaillé les Toulousains du xive siècle et de la première moitié du xe siècle ». Toulouse est, à la mi-xve, dépeuplée, appauvrie, « incapable d’entretenir son capital immobilier », intervient alors l’incendie de 1463 qui détruit les deux tiers de la ville, ... mais ... « la reprise économique - et démographique ? - permettra aux Toulousains de reconstruire leur ville »199.

  • 200 Le Roy Ladurie (E.), Les paysans du Languedoc, op. cit., pp. 140-150.

82On aurait donc une mauvaise situation économique du Toulousain jusque vers 1450 à peu près, situation que l’on retrouverait en Languedoc. Dans cette région, l’étiage démographique est atteint vers 1450, c’est le minimum le plus accusé de toute la période 1450-1790. Des paroisses sont abandonnées en bordure de la mer ; dans la Montagne Noire et l’Espinouse, elles subsistent, mais les masages sont déserts, la moitié des terres en friche. L’ager fait place au saltus qui, lui-même, recule devant la silva. Les grands maîtres des Eaux et Forêts demandent aux populations, aux xive et xve siècles, d’essarter, de défricher, de charbonner, ceci jusqu’en 1559, moment où l’arbre recule de nouveau200.

  • 201 Mirouse (F.), Le clergé paroissial du diocèse de Toulouse, 1450-1516, École nationale des Chartes, (...)

83Pour quelques historiens, toutefois, la situation n’est pas si mauvaise que cela. Florence Mirouse, note qu’en 1484, sur 115 églises du diocèse de Toulouse, visitées par l’archevêque, deux seulement étaient en ruine, 19 avaient besoin de réparations. Elle pense que la guerre, si l’on excepte la chevauchée du Prince Noir, a causé peu de dégâts. La nécessité de procéder à de nouvelles constructions qui se produisit dans des régions ruinées, n’apparaît pas, bien que certaines églises soient en piteux état. Pour elle, après la reprise économique (à compter de 1450), c’est un phénomène d’inertie, lié à la mauvaise volonté des décimateurs, la lenteur des procédures, qui a freiné les manifestations du retour de l’aisance, c’est pour cela que les travaux de restauration ne s’effectuent qu’à partir de 1490201.

  • 202 A.M.T., II 4.
  • 203 A.M.T., II 79, II 48.
  • 204 Dom Devic et Vaissette, Histoire générale..., op. cit., tome X, colonnes 2041 et 2042.
  • 205 A.M.T., II 63.

84J’ai essayé de recenser les documents officiels permettant une approche de l’état économique du Lauragais. J’ai trouvé quelques actes destinés à l’administration royale, mais qui ne concernent pas seulement cette région. Ces documents sont remplis de plaintes, jusque vers 1450. Toulouse, par exemple, a du mal à s’acquitter des impositions. La ville a donné 124 000 francs pour sa quote-part dans l’amende de 800 000 francs liée aux troubles du Tuchinat. En 1390, elle obtient remise de toutes les autres peines et amendes, moyennant 8 000 £ tr à donner pour « la délivrance que doit entreprendre le comte d’Armagnac des places de Languedoc, Auvergne, Velay, Gévaudan, Rouergue, Quercy »202. Les consuls protestent à plusieurs reprises, suite au subside de 1407, à l’aide de 1414, par exemple, les jugeant excessifs203. Si l’on considère l’ensemble du Languedoc, un cahier de doléances de mai 1424 donne une vision très noire de la province : « lo pays de Lengadoch sia for depopulat, diminuat, damnejat et depauperat, et plus que jamais non foc, tant per las mortalitats, esterilitats de fruchs, guerras, diversas mutatios et debiliatios de monedas, et autremens en diversas manieras, que an suffertat lo temps passat et sufferton de jorn en jorn... »204. Les capitouls de Toulouse suspendent le paiement d’une aide de 120 000 francs, prévue en 1440, vue la « pauvreté de la ville due aux courses des Anglais de Clermont-Soubiran, à la guerre d’Armagnac et de Comminges, aux routiers, à la mortalité »205.

  • 206 Dom Devic et Vaissette, Histoire générale..., op. cit., tome X, col. 1680.
  • 207 Signalées dans Dossat (Y.), Lemasson (A.-M), Wolff (Ph.), Le Languedoc et le Rouergue dans le Trés (...)

85La communauté de Castelnaudary formule de nombreuses plaintes auprès du roi ou de son sénéchal (elles figurent dans le cartulaire de la ville), pour obtenir le droit de lever l’impôt royal à son profit, étant donné la misère, le besoin de réparer les remparts. Diverses révisions de feux traduisent les succès obtenus mais aussi, peut-être, l’appauvrissement du Lauragais. Dans l’Histoire générale du Languedoc206, une réduction de feux est signalée pour Clermont et Labarthe, dans la jugerie de Lauragais, le 16 octobre 1383, à cause des mortalités, de la guerre qui entraînent une « baisse des fruits des vignes terres et labours » ; cette réduction de 12 à 6 feux est confirmé en 1387. Dans le Trésor des Chartes figurent des réductions de feux, en 1378, « pour Castelnaudary et autres lieux », en 1400, pour Laurabuc, Fendeille, Verdun, en 1405, à nouveau pour Castelnaudary, en 1417, pour 24 localités du Lauragais dont Montesquieu, Montgiscard, Auterive207.

86Ces actes, cadeaux fiscaux, plaintes des communautés, sont, quand même, assez convenus. L’impression d’appauvrissement peut toutefois être confortée, au moins pour la fin du xve siècle, par d’autres sources, elles aussi fiscales, des comptes de procurations et de décimes, une liste de feux fiscaux de 1394-95, une levée de 1396.

  • 208 Publiées par Vidal (abbé J.-M.), Documents sur les origines de la province ecclésiastique de Toulo (...)
  • 209 Samaran (Ch.) et Mollat (G.), La fiscalité pontificale en France au xive siècle, Bibliothèque des (...)
  • 210 Ibidem, pp. 19-21.

87J’ai pris en compte les listes de procurations et de décimes concernant le diocèse de Saint-Papoul, situé entièrement en Lauragais, et celles concernant le diocèse de Mirepoix, pour la partie située dans la judicature de Lauragais (un secteur de la Piège)208. On dispose, pour le diocèse de Mirepoix, de la procuration de 1375, destinée à Grégoire XI, et des décimes de 1385, destinées à Clément VII ; pour le diocèse de Saint-Papoul, de la procuration de 1379 et des décimes de 1385. Ces listes sont très intéressantes car elles indiquent la somme à payer et celle effectivement payée. Pendant tout le xive siècle, pour les procurations, les prescriptions de Benoît XII sont observées : la procuration due à l’évêque est de 200 gros sous tr pour les églises cathédrales, 140 pour tout le reste. Les abbés ne pouvaient exiger plus de 100 gros sous tr des monastères et prieurés de 12 membres ou plus et 80 des autres fondations qui n’avaient pas 12 religieux dans leurs murs. Si les prélats ne visitaient pas eux-mêmes, la procuration, sans distinction de bénéfice, était de 80 gros sous tr pour les évêques, 60 pour les abbés, 30 pour les archidiacres. La valeur d’un gros sou tr est établie de façon que 12 sous équivalent à un florin d’or pur au coin de Florence. Une convention ou la coutume permet au bénéficier de payer moins. Cette procuration est devenue un impôt pontifical, comme la décime ou l’annate, à cause des besoins d’argent de Grégoire XI et de Clément VII209. Pour les décimes, le bénéficier paie non le 1/10 de ses revenus bruts mais le 1/10 de la taxe, c’est-à-dire des fruits qui restaient sa propriété une fois ses charges déduites. La taxe est, avant tout, l’estimation faite par les agents du fisc pontifical de la part de revenus qui était censée revenir à un bénéficier chaque année. La législation est définitivement fixée par une lettre du camérier P. de Cros, dans le dernier quart du xive siècle, qui ordonne de recevoir des bénéfices non taxés une somme dont la quotité, laissée à l’appréciation des collecteurs, sera proportionnée aux ressources des titulaires et des bénéfices. Grégoire XI a réduit de moitié la taxe de la décime, le 27 mai 1374, pour les provinces de Narbonne, Toulouse, Auch, suite aux plaintes des curés ; cela avait déjà été fait en 1363 par Urbain III, pour les autres régions. La détaxe est désignée sous le terme « nova taxatio ». La décime suit les mêmes vicissitudes que la taxe et conserve avec elle un rapport del à 10. Clément VII et Benoît XIII, tout en permettant au roi de France de lever la décime, ne renoncèrent pas à la leur et, à intervalles réguliers, tous les deux ans environ, la réclamèrent à leur profit. En 1385, Clément VII abandonne au roi la moitié de sa propre décime210.

88Les listes de procurations du Lauragais montrent que tous les bénéfices sont taxés à 140 sous tournois, sauf ceux des chapitres cathédraux de Saint-Papoul et Mirepoix qui le sont à 200, celui de Castelnaudary à 160, celui du prieuré de Laval-des-Cugnats taxé à 80, ceux de La Force, La Louvière, Saint-André et Bragayrac, taxés à 70. Tout ceci correspond aux prescriptions de Benoît XII, à part pour Castelnaudary qui, avec un chapitre de 12 membres, devrait être taxé à 140. Cette sur-taxation apparaît aussi dans une liste de demi-procurations imposées en 1373 et levées en 1374, pour le chapitre de Castelnaudary et les chapelains et pour le prieur de Prouille (taxés à 80 sous au lieu de 70).

  • 211 Un acte confirme la désertion de ce lieu, cf. infra.

89En 1375, le total des procurations, pour l’ensemble du diocèse de Mirepoix, atteignait 7 240 £, 3 945 £ ont été payées, soit 54,48 %. Si l’on considère seulement la partie lauragaise de ce diocèse, sur 127 £ 7 sous (2 547 sous) qui étaient à payer, 52 £ 16 sous (1 056 sous) l’ont été effectivement, soit 41,46 % ; la situation serait donc plus grave dans le Terrefort lauragais que dans le reste du diocèse. C’était aussi le cas en 1373, 33 bénéfices sont dits « impotens » sur 125, pour l’ensemble du diocèse, dont neuf (sur 55) dans la partie relevant de la judicature de Lauragais : Marquein, Fajac, Milhas (canton de Salles-sur-l’Hers), le chapelain de Rocha (sur le territoire de Peyrefite-sur-l’Hers ?), Le Py211, Cahuzac, le chapelain de Saint-Sauveur et Pech-Luna, le prieur de Bria ( ?), le prieur de Vibram (près de Génerville). En 1379, dans le diocèse de Saint-Papoul, 48,06 % des procurations ont été payées, un petit peu plus que dans la partie lauragaise du diocèse de Mirepoix, 3 350 £ sur 6 970. Parmi ceux qui ne payent pas, certains n’ont pas l’habitude de payer, dit-on, car ils relèvent de la mense de l’évêque, d’autres « carent a priore ». Dans ce diocèse, huit bénéfices sur 49 sont dits « impotens » ou « deserta ». Beaucoup d’autres ne paient que la moitié de ce qu’ils doivent ou, même, 25 %. Le comptable note le redevable insolvable pour le solde quand le paiement n’est que partiel. Un bénéficier du Lauragais sur six connaît, semble-t-il, de gros problèmes, à cette époque.

90Les décimes de 1385, dans chacun des diocèses, sont en général faibles. À Saint-Papoul, sur 49 bénéfices, 34 paient des sommes inférieures ou égales à 3 £, 11 des sommes comprises entre 3 £ et 5 £ 3 sous, quatre dépassent les 10 £ (77£ 6 sous tr pour l’évêque de Saint-Papoul). Cinq seulement ne payent pas sur 49, soit 10,2 %. Les résultats sont très différents de ce qu’ils sont pour les procurations, peut-être parce que les sommes à verser sont beaucoup plus faibles. A Mirepoix, les taxes s’établissent de 3 sous à 63 £ 2 sous 6 deniers (cette dernière est payée par l’évêque) ; 71 sont inférieures ou égales à 3 £, 18 sont comprises entre 3 £ et 6 £, 10 sont supérieures à 6 £. Pour la partie lauragaise du diocèse, elles vont de 3 sous à 14 £. Sur 55 bénéfices, 10 sont taxés entre 3 et 5 £, un à 10 £, un à 14 £, tous les autres en dessous de 3 £. Pour l’ensemble du diocèse de Mirepoix, 73 bénéficiers sur 125 ne payent pas la décime, soit 58,4 % ; si l’on ne considère que les lieux situés dans la judicature du Lauragais, 39 sur 55 ne payent pas, soit 70,9 %. Ceux qui ne payent pas la procuration ne payent pas la décime de 1385 ou seulement une fraction. La partie du Terrefort oriental située dans le diocèse de Mirepoix serait, alors, en plus piteux état que le reste du Lauragais oriental. Les bénéfices peu taxés sont ceux qui ont le plus de difficultés à payer, pas ceux qui paient seulement quelques sous, mais ceux devant débourser deux ou trois £ ; à noter, toutefois, que même l’évêque de Mirepoix ne paie qu’une partie de ses décimes : 40 £ sur 63 £ 2 sous 6 deniers. Peut-être la mauvaise volonté des bénéficiers a-t-elle joué car cette taxe, en 1385, est abandonnée au roi de France pour moitié. Le Grand Schisme a aussi débuté, ce qui peut gêner la perception des taxes.

91Que penser toutefois de ces taxes ? Reflètent-elles vraiment la réalité de la situation du clergé ? N’a-t-on pas de nombreuses fraudes ? Elles sont attestées par un exemple toulousain plus tardif : en 1477, le vicaire du Taur, d’après ses adversaires, alors qu’il paie une décime de trois écus (soit 4 £ 2 s 6 d tr), réussit à faire vivre sept ou huit écoliers et d’autres domestiques (lui-même prétend avoir du mal à subsister). Peut-on vivre avec un revenu tel qu’on ne paye que 3 ou 4 sous de taxe, ce qui correspond à un revenu net de 1,5 £ ou 2 £ ? Comment peut-on faire coïncider ces taxes si basses avec la règle disant que le revenu d’un clerc séculier ne pouvait être taxé s’il était inférieur à 15 £ ?

92J.-M. Vidal a publié une liste de demi-procurations de 1377 (pontificat de Grégoire XI), concernant le diocèse de Toulouse. On y trouve la ville de Toulouse et les archiprêtrés de Gardouch, Caraman, Verfeil, Montastruc, Lherm et Grenade. À Toulouse, deux bénéficiers sur onze sont « impotens », le prieur de Saint-Pierre-des-Cuisines et le chapelain du Taur. Pour trois archiprêtrés majoritairement situés en Lauragais : Gardouch, Caraman, Verfeil, presqu’un tiers des bénéficiers est « impotens » (30 sur 97), 12 sur 35, dans celui de Gardouch (pour trois autres, on indique seulement ce qu’ils payaient sous Clément VII), 10 sur 30 dans celui de Caraman (pour deux autres, on indique seulement ce qu’ils payaient sous Clément VII), 8 sur 32 dans celui de Verfeil. La situation est à peu près la même dans les autres archiprêtrés ; dans celui de Montastruc, 12 bénéficiers sont « impotens » sur 27 ; dans celui de Lherm, 14 sur 35 ; dans celui de Grenade 11 sur 36 (un paye la moitié de la procuration). Pour quelques bénéficiers, on indique seulement ce qu’ils payaient sous Clément VII.

93La situation semble donc à peu près la même dans toute la région, à la fin du xive siècle. On peut penser que les bénéficiers n’ont pas une tendance naturelle à payer leurs impôts, que les demandes d’unions de bénéfices ont tendance à exagérer les malheurs des temps. Cependant, même si les bénéficiers mettent de la mauvaise volonté à payer les décimes, ils peuvent, aussi, être victimes de baisses de revenus, leurs paroissiens sont eux-mêmes appauvris par la guerre et sont moins nombreux (épidémies, fuite vers des terroirs plus fertiles). Le casuel, le développement de la demande de messes pour les défunts ne compense peut-être pas la baisse des revenus fonciers, des dîmes. Si c’est la richesse de la communauté qui provoque celle du recteur, certaines communautés sont en piteux état en cette fin du xive siècle. C’est le moment, je l’ai déjà indiqué, où l’insécurité est très grande. La situation s’est, peut-être, aggravée entre 1375 et 1385, à moins que l’existence du Grand Schisme ne réduise les ardeurs des bénéficiers : un plus grand nombre d’entre eux a du mal à payer en totalité les impôts à la papauté. Les sénéchaussées de Toulouse, Carcassonne et Beaucaire doivent, de plus, payer, entre 1384 et 1390, l’amende de 800 000 francs imposée par Charles VI à cause de la révolte des Tuchins, ce qui peut expliquer les difficultés de la population et, à cause de cela, de l’Église.

  • 212 Subdivision de la sénéchaussée.
  • 213 4 janvier 1397 pour l’H.G.L.
  • 214 Bloch (G), Les communautés et la population du diocèse de Saint-Papoul en 1394, Bulletin de la soc (...)
  • 215 R. Hyvert signale que les exacteurs sont injuriés et frappés à Soupex, Villeneuve-la-Comptal, La F (...)

94D’autres documents vont dans le même sens, en particulier un état des feux du diocèse civil212 de Saint-Papoul, dressé à l’occasion de la levée d’un impôt de 25 sous tournois par feu, le 4 janvier 1394 (1395 n. st.)213. Camille Bloch avait fourni ces chiffres en 1895, en les analysant comme des feux réels214. Il s’agit, bien sûr, de feux fiscaux, de nombreuses localités sont affectées du même nombre de feux, souvent dérisoire, qui ne peuvent correspondre à des feux allumants. C’est, de plus, dès 1330-1340, qu’on passe du feu réel au feu fiscal mentionnant seulement le coefficient de richesse d’une communauté. D’autres levées utilisent ce même nombre de feux et les affectent de sommes très élevées : trois livres cinq sous, par exemple, en juillet 1396, pour secourir la chrétienté de Grèce, six francs, toujours en 1396, pour le mariage d’Isabelle de France avec Richard II, 60 sous, le 12 janvier 1398, pour la conquête du comté de Foix215. L’état de 1395 indique 730 feux pour l’ensemble du diocèse, plus six feux correspondant à deux communautés dites inhabitables, Villarzens (pour deux feux) et Villesiscle (pour quatre feux). L’église paroissiale de Villesiscle a été rétrogradée au rang de chapelle rurale dès le bas Moyen Âge, ce qui montre bien la situation déprimée de cette communauté ; Villarzens est aujourd’hui réduite à une ferme. L’état de feu est incomplet, quatre localités étant levées sur d’autres diocèses (Cadenac, Graissens, Dreuilhe, Vaudreuille). Cadenac et Dreuilhe sont aujourd’hui deux hameaux, Graissens, une ferme. D’autres villages semblent bien pauvres : La Force-Terrade, Lagraulet, La Ginelle, Rascous, Cailhavel, sont taxés pour un feu, aucune de ces communautés n’a subsisté. Parmi les neuf localités taxées à deux feux, quatre seulement sont restées des villages : Puginier, Molleville, Baraigne, Airoux.

95Roger Hyvert a publié une liste du subside d’ost de 1398, subside qui, apparemment, est de 20 sous par feu. S’agit-il de sommes à payer ou de sommes effectivement payées ? En tout cas, on voit que beaucoup de communautés ne paient pas la totalité de l’imposition ou ne sont pas imposées autant qu’elles devraient l’être, c’est le cas de Besplas, La Pomarède, Mas-Saintes-Puelles, Montferrand, Labastide-d’Anjou, Saint-Martin-Lalande, Villeneuve, Soupex, Villemagne. Même une localité riche et peuplée, Mas-Saintes-Puelles, semble connaître des difficultés.

96À partir de toutes ces sources, on peut dresser un tableau général pour le diocèse de Saint-Papoul.

  • 216 L’ordre est celui du registre des procurations. Toutes les localités ne sont pas renseignées.

Note 333216

  • 217 Laval des Rous, à la fin du xve siècle, est estimé avec Fendeille et l’on n’y recense plus que des (...)

Note 334217

  • 218 Cazes (J.-P.) Habitat. ... op. cit. p. 91 et p. 300.

97Certaines des localités créditées de très peu de feux fiscaux sont de faible importance dès le xiiie siècle : La Graulet est qualifié de fief, La Force-Terrade est une forcia, fortification satellite du castrum de Fanjeaux218. D’autres, dont les noms se retrouvent dans les listes de procurations et décimes, sont des villages ecclésiaux qui ont dû voir diminuer fortement leur population dès l’incastellament : Cucurou, Saint-Maurice, Saint-André de Lassens, Rascous. La peste, la guerre, n’ont fait qu’accentuer la faiblesse de tous ces habitats. Un groupe de villages, par contre, proches les uns des autres, situés au nord-ouest de Castelnaudary : Saint-Brice, Souilhanels, Airoux, Puginier, Peyrens et La Pomarède, à finage riche, mais proche des principales voies de circulation, semble assez atteint, il n’est crédité que de peu de feux fiscaux, ne paye pas ou très peu procurations et décimes ; on peut supposer qu’il a été particulièrement victime de dommages de guerre. D’autres localités, proches de l’ancienne voie d’Aquitaine, semblent aussi touchées, mais dans une moindre mesure : Saint-Martin-Lalande, Lasbordes, Villepinte.

98On retire de ce tableau l’impression que la situation est très variable d’un lieu à l’autre, certains secteurs semblent connaître des difficultés, d’autres beaucoup moins. Les bénéficiers des principales localités paient leurs impôts à la papauté. Les communautés qui semblent peu peuplées et (ou) pauvres, au vu du nombre de feux dont elles sont créditées, ne sont pas toujours celles dont les bénéfïciers ont du mal à payer les impôts pontificaux.

99Quittons un instant les documents officiels pour les actes de la pratique. A-ton toujours cette impression ?

  • 219 Marandet (M.-C), Les lieux de culte..., op. cit.

100J’ai étudié, il y a quelques années, le réseau d’églises du diocèse de Saint-Papoul et son état, à la fin du Moyen Âge219. Je rappelle seulement quelques-unes de mes constatations. Si le réseau d’églises paroissiales se maintient, onze églises rurales ont disparu, courant xive siècle, soit près de 10 % des lieux de culte. Les édifices cultuels, ruraux et urbains, semblent nécessiter des travaux, d’après les archives municipales et épiscopales. À Castelnaudary, par exemple, en 1376, la chapelle de la confrérie de Notre-Dame de Saint-Michel menace ruine, des travaux sont effectués sur la charpente de l’église, ils sont encore en cours en 1388. En 1392, les consuls indemnisent les marguilliers de la chapelle Notre-Dame car ils ont affecté la pierre primitivement destinée au clocher à la construction de la barbacane de la bastide ; les fortifications sont prioritaires. En 1431, on procède à l’adjudication de travaux de réparation, « que la gleysa devays sertz volia tombar », on signale encore des travaux en 1440.

101Les évêques interviennent, P. Soybert, évêque de Saint-Papoul à compter du 28 janvier 1427, trouve l’église et le palais épiscopal en ruine, les biens du chapitre pillés par les officiers royaux, depuis la mort de Pierre de Croso en 1412. 11 fait réparer les églises paroissiales et rurales, ainsi sont refaits les couverts des églises Saint-Michel-de-Cogurone et Saint-Étienne de Soupex. À la fin du siècle, Denis de Bar fait réparer la tour de Saint-Papoul et donne 43 écus pour la remise en état de Notre-Dame-de-Pech-Ginestas. La seule visite épiscopale dont nous disposions date d’août 1439 et concerne Villasavary : les deux églises paroissiales sont en mauvais état : l’évêque ordonne de réparer le clocher de l’église Saint-Pierre infra muros, « cum sit totaliter dispositum ac subitem ruinam », et le mur situé derrière le grand-autel de l’église Saint-Jacques.

102Les sources ecclésiastiques attribuent souvent ce mauvais état des lieux de culte à la baisse de population. P. Soybert, parlant de l’église Notre-Dame d’Airoux, indique : « ubi antiquitus fuit ingens multitudo populi », pour Villesiscle, il mentionne : « in illo castro, erant multi nobiles quorum divisione fuit locus destructus et sine populo et incolis reductus », l’église paroissiale devint alors une simple église rurale. La visite paroissiale de 1439 concernant Villasavary signale que, la population étant peu nombreuse, le recteur célèbre une semaine dans une des églises paroissiales et une semaine dans l’autre. Cette hémorragie de population date probablement du xive siècle, liée aux retours de peste et aux troubles dus à la guerre. Mais, avant cela, certaines communautés devaient compter très peu d’habitants car des consulats comme celui de Salles, près de Laurabuc et de Cailhavel, près de Belflou, tous deux dans la Piège, disparaissent au début du xive siècle, celui de Terre-Clapade est fondu peu après 1318 dans le consulat de Villasavary. La non-résidence, l’emploi de vicaires à portion congrue peuvent aussi expliquer le manque d’entretien des édifices, dans les villages particulièrement. Les testaments des chanoines de la collégiale Saint-Michel de Castelnaudary, recteurs de paroisses rurales, nous les montrent absentéistes, employant un vicaire auquel ils doivent souvent ses gages et ne laissant que des legs dérisoires à leur rectorie. Cette dégradation des édifices est aussi, en partie, le signe d’une gêne économique. Les paroissiens font d’abord porter leur effort sur l’église paroissiale, ensuite sur les chapelles rurales. Si la circonscription est trop étendue, une population réduite, appauvrie, n’a pu entretenir tous les édifices. Est-ce pour cela que l’on voit des ruines sur le territoire de Castelnaudary ou de Villasavary qui sont de grandes paroisses ? Les consuls, qui sont souvent « ouvriers » l’église paroissiale ou bailes des confréries, ont dû, en priorité, choisir l’entretien des remparts plutôt que des chapelles. Dès les premiers signes de reprise, on s’intéresse à nouveau à l’état des lieux de culte. Quelques testaments font état de réparations effectuées dans les édifices. L’essentiel des travaux s’effectue à la fin du xive siècle et après 1420, avec un maximum à partir de 1440 ; ces périodes suivent celles que Ph. Wolff note comme les plus difficiles sur le plan économique : 1380, 1417-20, 1438-42.

103On répare, mais on ne crée pas grand-chose, si ce n’est dans le domaine hospitalier : à Castelnaudary, l’hôpital Saint-Jacques, vers 1390, mais pour remplacer l’hôpital Notre-Dame détruit, une léproserie sous le vocable de Saint-Roch, vers 1438. Ces quelques indices semblent conforter les documents fiscaux de la fin du xive siècle.

  • 220 ADA, G 241.
  • 221 En Gascogne gersoise, les bastides sont peuplées au détriment des habitats isolés et inorganiques, (...)
  • 222 Cazes (J.-P.) Habitat..., op. cit., p. 154.

104Pourtant, malgré cette situation qui semble assez difficile, deux véritables bastides ont été créées, Nailloux, en 1367, et Labastide-d’Anjou, en 1373. Par cette fondation, on désirait peut-être regrouper une population relativement dispersée. Il y avait déjà dans ce secteur, en effet, le site ecclésial de Saint-Jacques de Pontlevet, le site de Saint-Pierre d’Alsonne, continuation d’Elesiodunum, tous les deux dépendant du consulat de Montferrand, et la petite agglomération de Laval des Cugnats (sans consulat). Cette bastide ne réussit pas tout de suite ; si elle est pourvue d’un consulat, elle n’obtient pas d’église paroissiale (son église est annexe de Montferrand220). Elle est traitée en même temps que le consulat de Montferrand dans la liste de feux fiscaux de 1395. Elle videra quand même, à terme, tous les habitats préexistants221. On réalise une ampliation à Castelnaudary, en 1366. La communauté est autorisée à construire une muraille qui englobera le couvent des Carmes et des habitats déjà existants, la « bastide » doit abriter 300 homines. La muraille est construite, en fait, plus tard et englobe un espace beaucoup plus petit que celui prévu au départ222. Parmi les motifs de création, on signale que cette ville est château royal, que c’est le marché de la sénéchaussée le plus profitable au roi, qu’il est situé « in itinere publico et gallico », que beaucoup de gens y passent et restent pour manger, dormir et faire marchandise et que, de plus, ce lieu était bien bâti avant l’incursion du prince de Galles. La nouvelle enceinte va inciter les gens à fréquenter le marché, les artisans s’y établiront et elle constituera une protection au cas où une incursion d’hommes d’armes se produirait. On ajoute que toute cette zone étant tenue en emphytéose du roi, ses revenus augmenteront si les parcelles sont bâties, les terres seront travaillées, pour le plus grand profit du roi. Après la peste, on pourrait supposer, pourtant, que des logements vacants existent dans la ville ancienne. La croissance de la ville semble se poursuivre quand même, liée probablement à l’arrivée d’immigrants qui cherchent un travail et un refuge à l’intérieur des murailles.

  • 223 Hyvert (R.), La situation financière du diocèse..., op. cit.

105Les activités artisanales et commerciales se maintiennent : à l’extrême fin du xive siècle, une série de baux de fermes des aides, à Castelnaudary, de quelques centaines de livres, concernent toutes les activités, y compris draperie, pastellerie, teinturerie, pelleterie. La foire de la Madeleine, à Castelnaudary, rapporte 275 £ en 1394, celle de l’Epiphanie 200 £, les deux autres des sommes intermédiaires223, la foire d’Avignonet du 1er dimanche de Carême rapporte 155 £, celles de l’Ascension et du 18 octobre, chacune 246 £ ; à Lasbordes, par contre, la foire de la Saints Jacques et Christophe ne rapporte que 11 £.

  • 224 Samaran (Ch.) et Mollat (G.), La fiscalité pontificale..., op. cit., p. 47
  • 225 Publié par Corraze (R.), Le diocèse civil de Toulouse en 1428 : géographie et onomastique, Annales (...)

106La première moitié du xve siècle est bien moins documentée. Nous ne disposons pas de comptes de décimes. Les procurations disparaissent, Charles VI s’opposant, en 1406, à ce qu’elles soient levées ; Alexandre V y renonçant complètement lors du concile de Pise, elles ne furent plus rétablies224. Quelques documents signalent les aides alors perçues et leur répartition par diocèses civils. La jugerie de Lauragais est divisée entre le diocèse civil de Toulouse (73 communautés) et ceux de Saint-Papoul et Mirepoix. En 1428, Toulouse doit payer 9 010 £. Les localités les plus imposées du Lauragais occidental et de la vicomté de Caraman sont Saint-Félix, pour 600 £, Montgiscard, pour 540, Auterive, pour 500, Montesquieu, pour 468, Villefranche, pour 360 ; les plus pauvres localités du Lauragais sont imposées pour 10 ou 20 £, deux sont dites « nichils » : Mauvaisin et Espanès. Les jugeries de Villelongue et Rieux ne comptent pas de localités aussi imposées225.

  • 226 A.D.A. 32 C 12.
  • 227 Ces sommes sont signalées par Corraze (R.), Le diocèse civil de Toulouse..., op. cit., pp. 118-128

107Un registre des « assiettes et département des impositions »226, concerne le diocèse civil de Saint-Papoul. On y trouve une liste des impositions levées en 1441, 1442, 1443. En 1441, le diocèse civil de Saint-Papoul est imposé pour 4 840 £ 10 s tr sur les 60 000 offertes par les États de Montpellier et pour 230 £ 12 s 6 d tr sur les 6 000 £ offertes pour les officiers. Quarante-quatre localités sont mentionnées avec plusieurs rubriques : « pour le roi, les épices, les intérêts, l’ambassade, les dépenses communes ». En ne regardant que la rubrique concernant le roi, la plus élevée, on peut voir la richesse relative des communautés. Castelnaudary, par exemple, doit verser 1 101 £ 3 sous, Avignonet 476 £ 2 sous 2 deniers, Villepinte 225 £ 15 sous 10 deniers, Lasbordes 207 £ 10 sous 4 deniers, Le Mas-Saintes-Puelles 234 £ un sou 5 deniers, Souilhanels 72 £ 3 sous 4 deniers, Pechbusque 43 £ 10 sous 2 deniers, Montferrand 34 £ 6 sous 10 deniers. Les plus petites sommes, correspondant en principe aux communautés les plus pauvres, sont données par Villenouvette (communauté proche de Peyrens, réduite aujourd’hui à une ferme), 5 £ 5 sous 6 deniers, Molleville, 4 £ 11 sous 1 denier, Airoux, 4 £ 9 sous 6 deniers, Lagraulet (communauté réduite aujourd’hui à une ferme), 2 £ 5 deniers. Encore une fois, une très grande différence apparaît entre les communautés, même limitrophes. On ne peut pas conclure à une atonie générale ; les villes drapantes, Castelnaudary et Avignonet en particulier, semblent assez riches, étant donné leur niveau d’imposition. Le Lauragais reste prospère, par rapport aux autres diocèses civils de la sénéchaussée de Toulouse : en 1442, le diocèse civil de Saint-Papoul doit payer une imposition de 3 841 £ 13 sous 4 deniers, près du tiers de ce que paye la ville de Toulouse (13 296 £), juste un peu moins que ce que paye le diocèse de Lavaur (3 975 £). Les autres diocèses civils paient entre 792 £ 10 sous et 1 186 £ 10 sous227.

  • 228 A.M.T., II 89.
  • 229 En 1443, les aides sont abolies et remplacées pendant trois ans par la levée d’un droit sur la via (...)
  • 230 A.M.T., II 61, 70.

108Si l’on continue d’utiliser ces sources « officielles » pour la seconde moitié du XVe siècle, on retrouve les plaintes habituelles, les difficultés à payer les impôts. En 1482, suite à des plaintes concernant les impôts, ceux des gens aisés sont réduits d’un tiers, ceux qui ne se sont pas plaints doivent tout payer228. Quelques actes concernent le Lauragais : en 1458, on demande aux communautés si elles préfèrent les anciennes impositions ou l’équivalent, la plupart préfèrent l’équivalent229. Les consuls de nombreuses communautés (Saint-Félix, Montmaur, Les Casses, Le Vaux, Bélesta, Mourvilles-Hautes, Montégut, Roumens...) disent tout de même qu’ils préfèreraient ne rien payer du tout et veulent composer avec le roi. Voici par exemple une des opinions exprimées : « ne voudraient ni de l’un ni de l’autre tant est grande la misère. On trouverait à peine 10 hommes pourvus de grains jusqu’à la Saint-Jean-Baptiste (la réponse date du 2 mai) »230.

  • 231 Ramière de Fortanier (J.), Recueil ... op. cit., p. 544 et suiv. La charte est conservée aux A.D.H (...)
  • 232 A.D.H.G., Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 par J. Moudenc, 1916 (...)

109Vers la fin du siècle, la situation ne semble pas meilleure. Au Py, qui était signalé impotens à la fin du xive siècle, une transaction a lieu, en 1482, entre le Précepteur de Narbonne et du Py, de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, et les habitants du lieu au sujet des « franchises, coutumes et libertés ». On indique que, depuis cent ans, les mortalités et incursions de gens d’armes ont ruiné le lieu : « populo descipatum et in heremo constitutum fuisse »231. Cette transaction correspond à un repeuplement, on donne aux habitants et à ceux qui viendront s’installer, liberté de construire « domos, bordas et alla hedificia ». Une lettre des États de Languedoc, datée de 1485, dit qu’une des grandes causes de l’affaiblissement du royaume était « la guerre qui sourdit dès l’an 1407 et dura jusques à l’an 1450, laquelle guerre fut cause de la destruction, dépopulation et ruine de ce royaume ». Après une convalescence de 10 ans, en 1461, quand mourut le roi « se reprint le corps de ce royaume à perdre sa substance, sans espérance de jamais la recouvrer ». Les États signalent la misère des pauvres, la perte d’un cinquième de leurs revenus pour les gens d’Église et les nobles, les fuites, morts, suicides : « Plusieurs hommes, femmes et enfans, par j’aulte de bestes, sont contraints de labourer à la charrue au col »232.

  • 233 Mirouse (F.), Le clergé paroissial du diocèse..., op ; cit., pp. 220-221.

110En contradiction avec ces documents, des listes de décimes de 1479 et 1516, étudiées par Florence Mirouse, donnent une impression d’amélioration. Elle a comparé le montant total des décimes, pour l’ensemble du diocèse de Toulouse, en 1385, soit 1 454 £ 8 s 9 d, à celui de 1516, soit 6 613 £ 9 d. Elle conclut à une prospérité, due à la faiblesse des ravages de la guerre ; la taxe acquittée globalement par les recteurs augmente, passant de 369 £ à 2 015 £. Elle a comparé aussi la part de cet impôt que doit payer chaque archiprêtré en 1385, en 1479 et en 1516233. Dans les archiprêtrés de Caraman, Verfeil et Gardouch, correspondant en partie au Lauragais, la progression de l’impôt moyen payé par les recteurs entre 1385 et 1516 est, respectivement, de 564 %, 448 %, 265 %, les autres archiprêtrés ont augmenté de la même manière et celui de Grenade, même, de 826 %. Ces chiffres incitent à conclure, effectivement, à une amélioration, mais dans les listes de décimes de 1479 et 1516 ne figurent que les montants des taxes et pas ce qui est effectivement payé. L’argent va-t-il rentrer ?

  • 234 Ib., d’après une carte, pp. 221-222.

111Le Lauragais apparaît, d’après ces impositions, encore une fois, comme relativement plus riche que les régions voisines : F. Mirouse note que les recteurs les plus aisés se trouvent, en 1479, dans les archiprêtrés de Caraman et Verfeil, tous les deux en Lauragais (la moyenne de leurs revenus est de 130,4 £ et 134,8 £ tr alors qu’elle n’est que de 111,9 £ pour l’ensemble du diocèse). En 1516, les trois archiprêtrés de Gardouch, Verfeil et Caraman versent environ 60 % de l’impôt. Mont-giscard figure parmi les plus riches cures de la partie du Lauragais située dans le diocèse de Toulouse (d’après la décime à verser), que ce soit au xive siècle, en 1479 ou en 1516234.

  • 235 Wolff (Ph.), Commmerces..., op. cit., p. 272.
  • 236 Wolff (Ph.), La draperie en Languedoc du xiie au début du xviie siècle, Regards sur le Midi médiév (...)
  • 237 Dans une enquête de 1411 sur les péages, plusieurs muletiers disent apporter de la laine de Toulou (...)
  • 238 Calderân Giachetti (H.), L’exportation de la draperie languedocienne d’après les archives Datini, (...)
  • 239 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 147 et pp. 248-255.

112Le Lauragais, secteur riche au début du xive siècle, aurait, d’après certains documents officiels à but fiscal, souffert du dépeuplement, de la guerre, et ceci, apparemment, jusque dans les années 1450, voire, pour certains, la fin du xve siècle. Dans d’autres documents du même type, cette zone apparaît toujours comme plus riche que les régions voisines, elle est plus fortement imposée. Les actes de la pratique, eux, montrent que les productions agricoles du début du xive siècle (céréales, moutons), les activités artisanales et commerciales, se sont maintenues. Philippe Wolff note que les céréales, en temps normal excédentaires, le vin et les moutons du Lauragais arrivent toujours sur le marché toulousain, ainsi que les cuirs et peaux235. L’activité drapière continue dans la partie orientale du Lauragais et dans la Montagne Noire, à Castelnaudary, Revel, Saint-Félix, Caraman, Saint-Julia, Sorèze, Avignonet, Durfort, Labécède, Lasbordes, Saint-Martin-Lalande, Saissac, Pexiora, Verdun, Villespy, Villemagne236. On peut rajouter à cette liste des villes qu’il a placées dans un « groupe de l’Aude » : Bram, Fanjeaux, Villepinte. Toulouse fournit en matière première la draperie lauragaise, des transports de laine sont effectués vers les foires, entre autres, de Castelnaudary et Avignonet237. Cette draperie est de qualité moyenne mais elle s’exporte ; elle est vendue lors des foires de Pézenas et Montagnac aux Provençaux et, par l’intermédiaire des marchands italiens qui fréquentent ces foires, en Italie et dans le Levant. Francesco Datini fait acheter du drap du Toulousain à la fin du xive siècle, les draps de laine de Durfort, dans la Montagne Noire, apparaissent dans ses comptes238. La région produit du pastel, acheté par les teinturiers des bords de l’Aude, les marchands catalans et béarnais. Philippe Wolff cite le cas de deux marchands de Villefranche qui vendent à deux marchands barcelonais, en 1429, 210 sarcinées de pastel et doivent les livrer à Perpignan. Les Béarnais amènent des draps d’Angleterre à Toulouse et sur les petits marchés de la région, ils les échangent, principalement, contre le pastel du Lauragais dont les Toulousains ne contrôlent pas toute l’exportation. Des marchands ou habitants des villages du Lauragais peuvent jouer les intermédiaires entre les Béarnais et les Toulousains, vendant des pièces de drap (anglais ou de pays) ou du pastel. Les bourgeois et marchands toulousains qui ont des terres en Lauragais favorisent la culture du pastel par les contrats de métayage ; ils font construire ou achètent des moulins pasteliers. Ph. Wolff considère que les productions agricoles et la population importante font du Lauragais la région la plus riche de la sénéchaussée239.

Notes

1 Sont utilisés, essentiellement, pour cette rubrique, les ouvrages de R. Brunet, Les campagnes toulousaines..., op. cit. et de G. Jorré, Le Terrefort toulousain et lauragais, Privat, 1971. Ce dernier ouvrage, qui devait être présenté comme thèse était rédigé dès 1956, au moment où disparaissait G. Jorré.

2 Pour labourer, il faut trouver le moment où elles ne sont ni trop humides ni trop sèches, Jorré (G.), Le Terrefort..., op. cit., p. 110. Ce que signalent d’autres auteurs tels D. Faucher, Polyculture ancienne et assolement biennal dans la France méridionale, Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1934, pp. 248-249.

3 En fait une dépression périphérique, zone de contact entre un bassin sédimentaire et un massif ancien.

4 Brunet (R.), Les campagnes toulousaines..., op. cit., p. 25.

5 Il naît dans l’Ariège, au-dessus de Fougax et Barrineuf et se jette dans l’Ariège à l’est de Cintegabelle, son cours fait 133 km.

6 Taillefer (F.), Le Midi toulousain, Collection Atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, 1978. Il distingue une Piège orientale, la moins fertile, avec un sol marneux et compact, une Piège centrale au sol composé de calcaires, graviers, poudingues, une Piège occidentale, plus riche.

7 Il naît à Fonters-du-Razès et se jette dans la Garonne à l’aval de Toulouse, son cours fait 90 km.

8 Taillefer (F.), Le Midi toulousain, op. cit.

9 Commune, canton de Villefranche-de-Lauragais.

10 Jorré (G), Le Terrefort..., op. cit., pp. 112-113.

11 Brunet (R.), Les campagnes toulousaines..., op. cit., p. 145.

12 Jorré (G.), Le Terrefort..., op. cit., p. 112.

13 Ibidem, p. 145 et suiv.

14 Pariset (F.), Économie rurale, mœurs et usages du Lauragais (Aude et Haute-Garonne), Paris, Bouchard-Huzard, 1867, p. 21.

15 Commune, département du Tarn.

16 Jorré (G.), Le Terrefort..., op. cit., pp. 31-35.

17 Le Roy Ladurie (E.), Histoire du climat depuis l’an mil, Flammarion, 1967, p. 250 et p. 252.

18 Caster (G.), Le commerce..., op. cit., p. 41, note 42.

19 Lamb (H.H.), Climate History and the Modem World, London, New-York, 1982 Alexandre (P.), Le climat en Europe au Moyen Âge, EHESS, Paris, 1987. Ce dernier fournit peu d’exemples utilisables pour le Toulousain. Il conclut, d’une façon générale, à un refroidissement spectaculaire au xive siècle, culminant vers 1340-50.

20 Durand (A.), Les paysages médiévaux du Languedoc (xe-xiiie siècles), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1998, pp. 236-243.

21 Brochier (J.-L.), 2000 ans d’histoire du climat dans le Midi de la France : étude sédimentologique, Annales E.S.C., tome 38, 1983, pp. 425-438. Vivian (R.), Glaciers alpins et chronologie holocène, Bulletin de l’association géographique française, 1976, n° 433, pp. 105-118.

22 Durand (A.), Les paysages médiévaux du Languedoc..., op. cit., p. 218.

23 Cette question des taxons mésophiles avait été abordée précédemment par Aline Durand et Jean-Louis Vernet à propos d’un gisement situé à Laurac (un silo à grains des xe-xiie siècles) et du fossé de Castelnaudary. Ils concluaient qu’une forêt mésophile pouvait se maintenir « dans l’étage méso-méditerranéen supérieur si des conditions édaphiques satisfaisantes compensent la longue période de sécheresse estivale... », « ces conditions sont réunies le long des talwegs des cours d’eau bordant les gisements... Fresquel pour Castelnaudary, Tréboul pour Laurac ». Durand (A.) et Vernet (J.-L.), Anthracologie et paysages forestiers médiévaux : à propos de quatre sites languedociens, Annales du Midi, pp. 395-405.

24 Durand (A.), Les paysages médiévaux du Languedoc..., op. cit., pp. 222-230.

25 Durand (A.), Forest (V.), Gardeisin (A.), Ruas (M.-P.) Approches bioarchéologiques de l’habitat castrai languedocien. Huit sites de la bordure méridionale du Massif Central (xe-xvie siècle), Histoire et Sociétés Rurales, n° 8, 2e semestre 1997, tableau p. 29.

26 Maillard (F.) et Beautier (R.-H.), Un dénombrement de feux, des individus et des fortunes dans deux villages du Fenouillèdes en 1306, Actes du 90e Congrès national des Sociétés savantes tenue à Nice, Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, Bibliothèque nationle, 1968, pp. 309-328.

27 Larenaudie (M.-J.), Recherche sur les famines et le problème des céréales dans la France méridionale au bas Moyen Âge, D.E.S., Université de Toulouse, 1952. Un article a été tiré de ce travail, Larenaudie (M.-J.), Les famines en Languedoc aux xive et xve siècles, Annales du Midi, 1952, pp. 23-35.

28 Catel (Guillaune de), Mémoires de l’histoire du Languedoc, à Tolose, par A. Colomiez imprimeur, 1633, pp. 42-43.

29 Basville (de), Mémoires pour servir à l’histoire de Languedoc, Amsterdam, chez Pierre Boyer, 1734, p. 243.

30 Le maïs doit être inclus dans les menus grains.

31 Frêche (G.), Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières (vers 1670-1789), Cujas, 1974, p. 241 et suiv. et p. 760.

32 Frêche (G. et G), Les prix des grains, des vins et des légumes à Toulouse, (1486-1868), PUF, 1967, p. 29.

33 Cayla (P.), La draperie dans l’Aude un siècle avant Colbert, Mémoires de la Société des Arts et Sciences de Carcassonne, 1947-48, pp. 170-186.

34 A.D.A., 13 M 264, statistiques agriculture, commerce et industrie.

35 Baux (Et.), La vie économique du département de l’Aude sous le Premier Empire, Diplôme de la faculté des lettres de Toulouse, 1954.

36 Théron de Montaugé, L’agriculture et les classes rurales dans le pays toulousain depuis le milieu du xviiie siècle, Paris, Toulouse, 1869.

37 Taillefer (F.), Le Midi toulousain, op. cit.

38 Pariset (F.), Économie rurale, industrie, mœurs et usages de la Montagne Noire (Aude et Tarn), Paris, Tremblay, 1882, Tableaux, pp. 25-26. F. Pariset fut maire de Castelnaudary.

39 Pariset (F.), Économie rurale, mœurs et usages du Lauragais (Aude et Haute-Garonne), Paris, Bouchard-Huzard, 1867.

40 Débax (H.), Structures féodales dans le Languedoc des Trencavel (xie-xiie siècles), d’après le cartulaire des Trencavel, thèse dactylographiée. Une version plus réduite a été publiée, La féodalité languedocienne, xie-xiie siècles, Serments, hommages et fief dans le Languedoc des Trencavel, Presses universitaires du Mirail, 2003.

41 Débax (H.), La féodalité..., op. cit., p. 74 et notes 318 et 319.

42 Diverses acquisitions sont faites par les Barcelonais en Languedoc dans les années 1067-1069. Les Trencavel (Raymond-Bernard et Ermengarde) cèdent tous leurs droits à Ramon Berenguer 1er et Almodis, (« dans le but de les mettre à l’abri du comte de Toulouse ? ») et reprennent en fief la vicomté de Carcassonne, le comté de Razès, les fiefs tenus par le dernier comte de Carcassonne du comte de Toulouse. « Par l’acquisition de la seigneurie des comtés de Carcassonne et du Razès, les comtes de Barcelone commencent leur politique d’intervention dans le Midi français », Débax, La féodalité, op. cit., pp. 58-71.

43 Ibidem, p. 74 et note 321.

44 Cazes (J.-P.), Habitat et occupation..., op. cit., p. 465 et pp. 917-923.

45 Débax (H.), La féodalité..., op. cit., p. 84.

46 Ibidem, p. 246.

47 En 1074, par exemple, le seigneur de Laurac prête serment de fidélité à Bernard-Aton IV, vicomte de Carcassonne pour Laurac, Avignonet et Cintegabelle, cartulaire Trencavel, actes n° 214, 319, 320, 240 et 241. Castelnaudary, Avignonet et Molandier sont mentionnés dans les accords de paix avec Alphonse-Jourdain en 1142-43 : le comte de Toulouse doit faire détruire les fortifications qu’il a faites à Molandier et faire jurer les deux autres châteaux par Sicard de Laurac, cartulaire Trencavel, actes n° 380 et 507. Raimond Trencavel reçoit serment pour Laurac, Molandier et La Pomarède et cède Cintegabelle à sa fille Cecilia pour son mariage avec le comte de Foix, en 1151, Cartulaire Trencavel, actes n° 215, 306 et 308. Tout ceci dans Débax (H.), Structures féodales dans le Languedoc des Trencavel, op. cit.

48 Duvemoy (J.), L’histoire des cathares, tome 2, Le catharisme. Privat, Toulouse, 1989, p. 238.

49 Histoire albigeoise, 1951, 59.

50 Chanson, 1976, I, 165.

51 J.-P. Cazes se demande « si un arrière-plan économique n’a pas favorisé le zèle de l’inquisition », Habitat..., op. cit., p. 461.

52 Le nombre de bailies est variable, 16 noms apparaissent entre 1256 et 1271. En 1256, sont mentionnées les bailies du Vaux, de Saint-Félix et Caraman, de Castelnaudary, de Laurac et Fanjeaux, d’Avignonet, de Saint-Rome, de Montgiscard, de Bonac (près de Lanta). Un acte de 1257 parle des bailies de Montgiscard et Cintegabelle, Avignonet et Saint-Rome, Saint-Félix et Bonac. En 1271, lors du Saisimentum apparaissent aussi les bailies d’Auterive, Fourquevaux, Puylaurens, Auriac, Calmont, Appelle (près de Puylaurens), Saisimentum comitatus Tolosani, Dossat (Y.), éd., Paris, Bibliothèque Nationale, 1966.

53 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents, op. cit., p. 18.

54 La sénéchaussée de Toulouse est divisée en sept diocèses civils, pour faciliter la levée des aides. Le Lauragais dépend pour partie du diocèse civil de Toulouse (73 localités sises dans une jugerie de Lauragais réduite) et, pour l’essentiel, du diocèse civil de Saint-Papoul, Corraze (R.), Le diocèse civil de Toulouse en 1428 : géographie et onomastique, Annales du Midi, tome 65, 1953, pp. 118-128.

55 Le château de Caraman et les 16 villages qui en dépendent (Albiac, Cambiac, Caragoudes, Francarville, La Clastre, La Salvetat, Lasbordes (sur territoire actuel de Prunet), Loubens, Mascarville, Maureville, Mourvilles-Basses, Prunet, Saune (sur territoire actuel de Caragoudes), Saussens, Ségreville, Vendine), Ramière (J.), Chartes..., op. cit., p. 21.

56 Douais (Monseigneur), Le livre du prévôt de Toulouse xiiie-xviiie siècles, Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, tome XV, 1890-1900, pp. 176-257.

57 Je reprends ici les renseignements fournis par Jean Ramière de Fortanier, Chartes, op. cit., p. 7 et suiv.

58 A.D.A., B 1963.

59 Jean Ramière de Fortanier fournit les limites extrêmes de plus ou moins grande extension de la sénéchaussée, Ramière de Fortanier (J.), Les droits seigneuriaux dans la sénéchaussée et le comté de Lauragais (1553-1789), Librairie Marqueste, Toulouse, 1932, pp. 97-98 ; Ramière de Fortanier (J.), Chartes..., op. cit., p. 34.

60 Catel (G. de), Mémoires de l’histoire de Languedoc, Toulouse, P. Bosc, 1633, livre II, « jugerie de Lauragois, p. 361 et suiv. Montgiscard, d’après ces listes, ne relève plus de la Temporalité.

61 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., pp. 20-21.

62 Ib., pp. 777 et suiv. Les consulats cités en 1384 correspondent à des communautés existant au xiiie siècle. Deux consulats apparaissent plus tardivement : Beaulieu, en 1544, et Ayguesvives, en 1709.

63 Aujourd’hui 157 communes sur 1768 km2 soit un peu moins de neuf communes aux 100 km2, avec une densité de 44h/km2.

64 Berthe (M.), Famines et épidémies dans les campagnes navarraises à la fin du Moyen Âge, Paris, 1984.

65 Passelac (M), L’occupation des sols en Lauragais à l’Âge du Fer et pendant la période gallo-romaine : acquis, problèmes et méthodes, Le Lauragais, histoire et archéologie, pp. 28-63. Passelac (M.), Les agglomérations de la voie d’Aquitaine, Tolosa, nouvelles recherches sur Toulouse et son territoire dans l’Antiquité, École française de Rome, 281, 2003, pp. 345-355. Passelac (M.) et Cazes (J.-P.), Aspects de l’habitat rural en Lauragais, de la préhistoire à la fin du Moyen Age, catalogue d’exposition, Castelnaudary, 1987.

66 Passelac (M.), Les fermes de l’âge du Fer, Aude des origines, Carcassonne, 1994, pp. 103-108.

67 Passelac (M.), Aspects de l’habitat..., op. cit.

68 Passelac (M.), Eburomagus, Bram (Aude), Elesiodunum ou Elusio, Montferrand (Aude), Sostomagus, Castelnaudary (Aude), Les agglomérations gallo-romaines en Languedoc-Roussillon, Volume I, projet collectif de recherches (1993-1999), sous la direction de J.-L. Fiches, Lattes, 2002. Passelac (M.), Les fermes de l’Âge du fer et Castelnaudary, Sostomagus, Aude des origines, op. cit., pp. 103-109 et pp. 140-141.

69 Passelac (M.), Aspects de l’habitat..., op. cit.

70 Cazes (J.-P.), Habitat..., op. cit., pp. 774-776.

71 Ib. pp. 812-813.

72 On note souvent une permanence toponymique et un lien topographique avec un site antique, Ib., p. 860.

73 Ib., p. 840, p. 853, pp. 895-896, pp. 868-903 et p. 497.

74 Dans le canton de Caraman, deux sites ecclésiaux sont repérés, Cambiac et La Salvetat, et un site ecclésial devenu site castrai, Loubens, Levaché (G.), L’occupation du sol au Moyen Age dans le canton de Caraman, Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 1995-96, pp. 220-221. Même chose dans le canton de Revel, Malory (S.), L’occupation du sol dans le canton de Revel, 1989, et dans celui de Cintegabelle, Tabutaud (S.), Inventaire archéologique et histoire de l’occupation du sol du canton de Cintegabelle, Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 1994.

75 Cazes (J.-P.), Habitat..., op. cit., p. 967.

76 Ib., pp. 150-152.

77 Débax (H.) Structures..., op. cit., Cartulaire Trencavel, acte n° 448. Cf. les notules établies pour les xi-xiie siècles par J.-P. Cazes, Habitat..., op. cit., pp. 174-175.

78 Devic (Cl.), Vaissette (J.), Histoire générale du Languedoc, réédition, Toulouse, 1872-1889, tome 5, col. 867 et 868.

79 Marandet (M.-C), Le souci de l’Au-delà : la pratique testamentaire dans la région toulousaine (1300-1450, Presses universitaires de Perpignan, 1998, pp. 341-342.

80 Fromentèze (L.), Occupation..., op. cit., p. 38 et suiv.

81 Cazes (J.-P.) Habitat..., op. cit., pp. 973-994.

82 Fromentèze (L.), Occupation..., op. cit., p. 219 et suiv.

83 Teulet-Laborde, Layettes du Trésor des chartes, Paris, 1863, tome 1, n° 296, p. 122.

84 Lourenco (J.), Inventaire..., op. cit., pp. 262-267. Des plans cadastraux des xviie-xviiie siècles signalent un terroir portant le nom de castella, tout près de là, des parcelles sont dites « à ville vieilhe » (ce toponyme apparaît dans les documents du xve siècle).

85 Le plan de Roqueville au xviie siècle est fourni dans la partie « Annexes ».

86 Elle figure encore sur la liste des communautés de 1554, réduite à deux fermes, Beaulias-Dessus, Beaulias-Dessous, commune de Cintegabelle, Tabutaud (S.) Inventaire..., op. cit., p. 80 et suiv.

87 Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms. 609, « de Bastida Arnaldi del Felguar », cf. Lourenco (J.), Inventaire..., op. cit., pp. 218-227.

88 Aujourd’hui Labastide-Beauvoir, commune, canton de Montgiscard ; Ramière de Fortanier (J.), Les droits seigneuriaux.... op. cit.

89 Commune, canton de Cintegabelle.

90 Tabutaud (S.) Inventaire..., op. cit., p. 29 et suiv. Cette bastide ne réussira pas puisque son consulat sera réuni à celui de Cintegabelle en 1314, Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit.

91 Une église et un château sont mentionnés dans la première moitié du xe siècle, Tabutaud (S.) Inventaire..., op. cit., p. 80 et suiv.

92 Y. Dossat attribue cette fondation à Raymond VII,, Dossat (Y.), Alphonse de Poitiers, Thomas de Neuville et la bastide de « Novilla » (Villenouvelle), Bulletin philologique et historique du C.T.H.S., 1966, voulme II, p. 547.

93 Devic et Vaissette, Histoire générale du Languedoc, tome VIII, acte n° 543-CCCLXVI, Mémoires des acquisitions faites par Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse et de Poitiers.

94 Dossat (Y.), Saisimentum Comitatus Tholosani, p. 222. Pour les détails, cf. Fromentèze (L.) Occupation..., op. cit., p. 376 et suiv.

95 Fromentèze (L.) Occupation..., op. cit., pp. 417-437.

96 Canton de Cintegabelle ; un village est mentionné en 1085-1096, Dossat (Y.), Saisimentum, op. cit..

97 Tabutaud (S.), Inventaire..., op. cit., p. 203 et suiv.

98 Molandier faisait partie jusqu’au début du xiiie siècle des possessions de la maison de Laurac, elle dépend ensuite des seigneurs de Belpech et du comte de Foix, et sort du Lauragais officiel, Cazes (J.-P.), Habitat..., op. cit., pp. 712-726.

99 Ib. p. 739 et p. 340.

100 Commune, canton de Villefranche, Haute Garonne.

101 Cazes (J.-P.), La bailie..., op. cit., p. 45.

102 A.D.H.G., 1 Mi 260 fs 57-67.

103 A.D.H.G., 1 Mi 260 F 67 v°.

104 Partak (J.), La seigneurie hospitalière..., op. cit., p. 56 et pp. 165-166 et p. 103 et suiv.

105 Berthe (M.), Marché de la terre et hiérarchie paysanne dans le Lauragais toulousain vers 1270-1320, Campagnes médiévales, op. cit., pp. 301-302.

106 Ce que l’on voit en Biterrois, Bourin-Derruau (M.), Villages médiévaux en bas Languedoc, genèse d’une sociabilité (xe-xive siècles), L’Harmattan, Paris, 1987.

107 A.D.H.G. 1 G 799 f° 42 r°, f° 46 v°, « exartum ripparia yrci ».

108 A.D.H.G. 1 G 799 f°36 v° et f° 38 v°.

109 Elle compte 1619 paroisses et 153 590 feux, Lot (F.), L’état des paroisses et des feux de 1328, Bibliothèque de l’École des Chartes, tome XC, 1929, pp. 51-107 et pp. 256-315. Cette sénéchaussée correspond à l’actuel département de la Haute-Garonne, à celui du Tarn, à une partie des départements de l’Aude, de l’Ariège, des Hautes-Pyrénées, du Tarn et Garonne.

110 Pour les chartes de franchises et de coutumes, cf. Ramière de Fortanier, Recueil de documents..., op. cit.

111 Pour les leudaires, Wolff (Ph.), Un leudaire de Toulouse, Annales du Midi, tome LXVIII, 1956, pp. 285-302. Sabarthès (Abbé), Les coutumes, libertés et franchises de Montréal d’après un manuscrit inédit, Servière, Carcassonne, 1897.

112 A.D.H.G., H Malte. Puysubran, liasse 1, n° 95. Ceci est indiqué, entre autres, par l’abbé Sabarthès, Les libertés et coutumes de Pexiora, Bulletin historique et philologique, 1903, Paris, Imprimerie nationale, 1904.

113 Ceci, bien sûr, n’a rien d’exceptionnel et se retrouve dans de nombreuses coutumes, hors Lauragais.

114 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 703.

115 Ibidem, p. 621.

116 Vidimus par Pierre de Caseton, sénéchal de Beaucaire et Nîmes, Toulouse, 22 octobre 1356, Archives de Castelnaudary, AA 2, n° 4. Publié par A. Ramière de Fortanier, Recueil de documents..., op. cit., p. 336 et suiv.

117 Gauzy (J. Serres de), Essai historique sur la ville de Castelnaudary, capitale du comté du Lauragais, 1780, copie dactylographiée conservée aux Archives départementales de l’Aude sous la cote 2 J 82, pp. 56-57.

118 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., pp. 338-339.

119 Gauzy (J. Serres de), Essai historique..., op. cit., p. 72.

120 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 369 et suiv.

121 Mousnier (M.), Bastides de Gascogne toulousaine : un échec ? Villages et villageois au Moyen Âge, Congrès de la S.H.M.E.S.P., Publications de la Sorbonne, 1992, p. 115.

122 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 377.

123 Ib., p. 699.

124 La foire du lundi de Quasimodo, sur deux jours, elle aussi, est consacrée à la vente des salaisons, instruments aratoires, celle du lundi avant la Madeleine, aux ventes de laines et cochons de lait, ainsi que celle du 1er novembre. Si les dates des foires se sont maintenues, à peu près, depuis le Moyen Âge (seule, celle de l’été a été déplacée d’un mois), en est-il de même pour les produits vendus ?

125 A.N., JJ 66 n° 77, publié par Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 484 et suiv.

126 C’est le cas en Italie, Cherubini (G.), Foires et marchés dans les campagnes italiennes au Moyen Âge, Foires et marchés dans les campagnes de l’Europe médiévale et moderne, op. cit., pp. 71-84.

127 Wolff (Ph.), Un leudaire de Toulouse, op. cit., pp. 285-302.

128 Mentionnés dans les registres conservés aux A.D.H.G, 1 A 2 tome 4, 1 A 6, 1 A 8 tome 2.

129 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 79.

130 À Montréal, par exemple, Sabarthès (Abbé), Les coutumes, libertés et franchises de Montréal..., op. cit. Dans le leudaire de Castelnaudary, recopié en 1356 dans le cartulaire, mais que J. Danjard pense être du premier quart du xive siècle, on trouve mentionnés, œufs, fromages, bœufs, vaches, chevaux, ânes, baudets, veaux, poulains, moutons, brebis, chèvres porcs truies volaille (oies, coqs, canards), oiseaux (pour la chasse ?), cuirs et peaux (peaux de moutons, brebis, chèvres, chien, chienne, boucs), aludes et parchemins, plumes et cornes, laine, filés, draps de pays, Danjard (J.), Le cartulaire de Castelnaudary (xive-xvie siècles) : publication partielle et étude économique, Mémoire de maîtrise, Université Paul Valéry, Montpellier, 1983, pp. 81-89 et pp. 136-143.

131 Ces actes figurent aux Archives Nationales, Trésor des Chartes, JJ 89 n° 131 pour Avignonet, JJ89 n° 93 pour Castelnaudary ; l’acte concernant Montgiscard est perdu. Publiés, entre autres, dans Ordonnances des rois de France, tome III, pp. 73-81.

132 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 703.

133 Ib., p. 512.

134 Le tarif du péage figure dans le cartulaire de la ville, A.D.A., 4 E 076 AA1.

135 Il appartient au roi avant 1307 puis aux Durfort, seigneurs de Deyme, Teulet-Laborde, Layettes..., op. cit., tome 1, p. 149.

136 Une copie du tarif, datant du xviiie siècle, se trouve aux A.D.H.G.,2E 1117.

137 Ramière de Fortanier (A.), Enquête sur les péages du Lauragais jusqu’à la première moitié du xive siècle, Carcassonne et sa région. Actes du xlie et xxive congrès de la Fédération Historique du Languedoc Méditerranéen et du Roussillon et de la Fédération des Sociétés Académiques et savantes de Languedoc- Pyrénées-Gascogne, Carcassonne 1968, Carcassonne, 1970, pp. 207-222 et Ajac (H.), La leude de Besplas et de Pexiora au Moyen Âge, Bulletin de la Société d’Études Scientifiques de l’Aude, tome 59, 1958, pp. 65-79.

138 Vaquer (J.), Les premières communautés paysannes du Lauragais, Le Lauragais histoire..., op. cit., pp. 17-22.

139 Cette activité est développée à Toulouse depuis longtemps. On a, dès 1227, des statuts des tisserands, paraires et teinturiers, renouvelés à maintes reprises, des statuts des tisserands de lin, en 1312, des tondeurs, en 1315, Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 243 note 61 et Mulholland (M.A.) Early gild records of Toulouse, New-York, Columbia University Press, 1941, p. 3, p. 124, p. 143.

140 A.D.A., 4 E 076 AA 1 P 50, cf. Danjard (J.), Le cartulaire de Castelnaudary..., op. cit., pp. 91-94 et pp. 149-156.

141 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents..., op. cit., p. 613, p. 615.

142 Combes (J.), Les foires en Languedoc au Moyen Âge, Annales E.S. C, 1958, pp. 231-259.

143 Wolff (Ph.), La draperie languedocienne du xiie au début du xviie siècle, Regards sur le Midi médiéval, op. cit., pp. 463-464.

144 Les 1 500 maisons d’Avignonet, indiquées sous la forme XVC dans l’édition de Kervyn de Lettenhove, Œuvres de Froissart, tome XVIII, Bruxelles, 1867-1877, semblent être une erreur pour CXVC ; en effet, un siècle et demi plus tard, on a à peu près 600 maisons à Castelnaudary, ville nettement plus importante, on ne peut en avoir 1 500 à Avignonet, en 1355. La ville devait être démantelée à la suite du traité de Meaux de 1229, elle avait encore des murailles en 1242 lors du massacre des inquisiteurs, le démantèlement est effectué postérieurement. En 1355, c’est une ville ouverte, les remparts sont reconstruits à compter de 1356.

145 Froissart (J.), Chroniques, tome II, 1342-1356. Les bourgeois de Calais, traduction N. Desgrugillers, Sources de l’histoire de France, 2003. Version très modernisée, chapitre 357.

146 Ibid., chapitre 358.

147 Santi (L. de), L’expédition du Prince Noir en 1355, d’après le journal d’un de ses compagnons (Geoffroy le Baker de Swynebroke), Mémoires de l’Académie des Sciences de Toulouse, 10e série, tome 4, 1904, pp. 181-223. Louis de Santi donne une traduction en français du texte, pp. 191 à 208, puis le texte latin, pp. 214-223, de la Chronicon Galfridi Le Baker de Swynebroke, édition Maunde Thompson, 1889.

148 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 182-187. Larenaudie (M.-J.), Recherche sur les famines et le problème des céréales dans la France méridionale au bas Moyen Âge, D.E.S., Université de Toulouse, 1952. Un article a été publié : Les famines en Languedoc aux xive et xve siècles, Annales du Midi, 1952, pp. 23-35.

149 Le Roy Ladurie, Les paysans..., op. cit., p. 318.

150 Marandet (M.-C), Le souci de l’Au-delà..., op. cit.

151 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 73-77.

152 Leroy (P.), La commanderie de Renneville..., op. cit.

153 Pourplus de détails, cf. Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 34-66.

154 Denifle (H.), La guerre de Cent ans et la désolation des églises, monastères et hôpitaux en France, tomes 1 et 2, Paris, 1899, pp. 88-92.

155 Froissait (J.), Chroniques, éd. Kervyn de Lettenhove, op. cit., Tome 5, p. 346

156 Dossat (Y.), Lemasson (A.-M), Wolff (Ph.), Le Languedoc et le Rouergue dans le Trésor des Chartes, C.T.H.S., 1983, JJ 1764,1765,1766.

157 Ce conflit avait débuté en 1290 à propos de la succession de Béarn.

158 J’ai retrouvé un vidimus de 1368 de la lettre de rémission, A.D.A., 4 E 076, FF 24, liasse n° 5 ; elle est datée du 3 avril 1367, elle parle de l’incendie du quartier, maisons, couvent et église mais aussi de vols de « jocalia » et de biens meubles. Une amende de 150 £ tr est mentionnée.

159 Marandet (M.-C), Le souci de l’au-delà..., op. cit, note 5, p. 109.

160 A.D.A., 4 E 076, GG liasse 78, 5 avril 1371.

161 Bordeaux (M.), Aspects économiques de la vie de l’Eglise aux xive et xve siècles, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, Pichon et Durand-Auzias, 1969, pp. 102-104.

162 Denifle (H), La guerre de Cent ans..., op. cit., p. 400.

163 Lettre de rémission d’Arnoul d’Audrehem, de décembre 1363, B. N., Coll. Languedoc, reg. 85, F 281, cité par Ph. Wolff, Commerces, op. cit, p. 43 et note 52.

164 A.N. JJ 1942, cité par Dossat (Y.), Lemasson (A.-M.), Wolff (Ph.), Le Languedoc et le Rouergue dans le Trésor des Chartes, op. cit.

165 Denifle (H), La guerre..., op. cit., p. 634.

166 A.D.A., 4 E 076 CC 49, f° 107 v° : le 2 octobre 1363, on donne 18 deniers tolsans à deux individus « que accesserunt de magne nocte apud Ayrosium pro videndo si erant gentorum armorum in dicto loco prout narrabatur », CC 56 P 27 r°, en 1388, on donne deux sous tolsans à un homme qui alla de nuit à Souilhanels, Souilhe et Peyrens pour vérifier s’il y avait des hommes d’armes comme on le racontait, etc.

167 A.D.A., 4 E 076, CC 61 f° 44 v° et P 48 v°.

168 Delabruyère (I.), La sénéchaussée de Toulouse : étude sur les sénéchaux et leur administration (vers 1389-vers 1414), Thèse de l’École nationale des Chartes, 1982, p. 238. A.D.A., 4 E 076, CC 61 f° 3 v° et f° 13 r°.

169 A.D.A., 4 E 076 EE4.

170 A.D.A., 4 E 076, CC 61, f° 44 v°.

171 A.N. JJ 3629, 1442, cité dans Dossat (Y.), Lemasson (A.-M.), Wolff (Ph.), Le Languedoc..., op. cit.

172 Marandet (M.-C), Un exemple de ville policée..., op. cit., pp. 204-205.

173 Castaldo (A.), Seigneurs, villes et pouvoir royal en Languedoc : le consulat médiéval d’Agde (xiiie-xive siècles), Paris, 1974.

174 Marandet (M.-C.) Les lieux de culte..., op. cit., p. 107-108.

175 Cazes (J.-P.), Aperçu sur les origines et la formation de quelques villages médiévaux en Lauragais, Morphogenèse du village médiéval (IXe-XIIe), 1996, pp. 165-188.

176 Ramière de Fortanier (J.), Recueil.., op. cit., p. 336 et suiv.

177 Les mêmes précautions sont prises à Fanjeaux en 1356, ibidem, p. 427 et suiv.

178 Ce type de mesures est signalé dans beaucoup de villes, ainsi à Poitiers, Troyes, Orléans. Cf. Bordeaux (M.), Aspects économiques de la vie de l’Église aux XiVe et xve siècles, op. cit., pp. 102-104.

179 Cayla (P.), Aspects de Castelnaudary vers la fin du xive siècle, Mémoires de la Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude, 1955-56, pp. 137-159.

180 A.D.A., 4 E 76 FF 23 f° 12.

181 A.D.A., 4 E 076 EE 5.

182 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 3 v°, 1380.

183 A.D.A., 4 E 076 II 1.

184 En voici quelques exemples, tirés d’un inventaire des archives antérieures à 1790 réalisé par O. de Saint-Blanquat, série II tomes 1 et 2 : 1396, 80 000 francs imposés sur le Languedoc pour le mariage d’Isabelle de France avec le roi d’Angleterre, à raison de 4 £ 10 s tr par feu en plus de 25 s tr déjà répartis, A.M.T., II 76. 1404, aide pour résister à Henri de Lancastre, A.M.T., II 72. 1405, aide de 100 000 francs d’or sur le Languedoc pour combattre les Anglais, A.M.T., II 6. 1407, subside pour la délivrance du château de Lourdes qui est aux mains des Anglais. 1412, 7 £ 10 s tr par feu pour la guerre A.M.T., II 67. 1414, aide de 100 000 francs pour la guerre, portant sur tout le Languedoc, assise par feu, A.M.T., II 4. 1417, aide de 12 000 francs sur le Languedoc pour la guerre contre les Anglais, A.M.T., II 63. 1421, crue de 20 s tr par quintal de sel pour verser 68 000 francs au comte de Foix, etc.

185 Chevalier (B.), Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Aubier, Paris, 1982, p. 211.

186 Ramière de Fortanier (J.), Recueil... op. cit., p. 336 et suiv.

187 A.D.A., 4 E 76 CC 90. Actes de 1360, 1362, 1364, 1371, 1373, 1378, 1379, 1385,1399 (trois), 1400, 1411, 1437.

188 A.D.A., 4 E 76 CC 90 n° 19.

189 A.D.A., 4 E 76 AA 1 f°61 r°.

190 A.D.A., 4 E 76 CC 90 livre I, liasse I n° 11.

191 A.D.A., 4 E 76 3 J 1598.

192 Denifle (H.), La guerre... op. cit., p. 82, pp. 208-220, p. 637.

193 Gazzaniga (J.-L.), L’Église du Midi à la fin du règne de Charles VII, thèse de droit, Toulouse, 1973, p. 87. Ce camaïeu est un camée antique, de dimensions exceptionnelles, représentant le triomphe de Tibère.

194 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 68-86.

195 Biget (J.-L.) dir., Histoire d’Albi, Privat, 1983, p. 83. Prat (G.), La Peste Noire à Albi, évolution de la société albigeoise de 1343 à 1357, mémoire de maîtrise, sans date.

196 Dom Devic et Vaissette, Histoire générale..., op. cit., t. 10, p. 1440, preuves, n° 573.

197 Ib. tome X, p. 1443.

198 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 158-159.

199 Ibidem, pp. 100-101.

200 Le Roy Ladurie (E.), Les paysans du Languedoc, op. cit., pp. 140-150.

201 Mirouse (F.), Le clergé paroissial du diocèse de Toulouse, 1450-1516, École nationale des Chartes, 1976, pp. 214-215.

202 A.M.T., II 4.

203 A.M.T., II 79, II 48.

204 Dom Devic et Vaissette, Histoire générale..., op. cit., tome X, colonnes 2041 et 2042.

205 A.M.T., II 63.

206 Dom Devic et Vaissette, Histoire générale..., op. cit., tome X, col. 1680.

207 Signalées dans Dossat (Y.), Lemasson (A.-M), Wolff (Ph.), Le Languedoc et le Rouergue dans le Trésor des Chartes, op. cit. JJ 2436, JJ 3189, JJ 3316, JJ 3189.

208 Publiées par Vidal (abbé J.-M.), Documents sur les origines de la province ecclésiastique de Toulouse (1295-1318), Rome, Imprimerie de la paix de Philippe Cuggiani, 1901 et Documents pour servir à dresser le pouillé de la province ecclésiastique de Toulouse au xive siècle (1345-1385), Foix, 1900, Imp. Veuve Francal.

209 Samaran (Ch.) et Mollat (G.), La fiscalité pontificale en France au xive siècle, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, Paris, Albert Fontemoy éd., 1905, p. 97.

210 Ibidem, pp. 19-21.

211 Un acte confirme la désertion de ce lieu, cf. infra.

212 Subdivision de la sénéchaussée.

213 4 janvier 1397 pour l’H.G.L.

214 Bloch (G), Les communautés et la population du diocèse de Saint-Papoul en 1394, Bulletin de la société languedocienne de géographie, tome XVIII, 1895, pp. 468-473.

215 R. Hyvert signale que les exacteurs sont injuriés et frappés à Soupex, Villeneuve-la-Comptal, La Force, une amende de 10 ou 15 sous tournois frappe les récalcitrants, Hyvert (R.), La situation financière du diocèse de Saint-Papoul à la fin du xive siècle, Mémoires de la Société des Arts et Sciences de Carcassonne, années 1941-43, 3e série, tome VI, 1945, pp. 258-264.

216 L’ordre est celui du registre des procurations. Toutes les localités ne sont pas renseignées.

217 Laval des Rous, à la fin du xve siècle, est estimé avec Fendeille et l’on n’y recense plus que des fermes.

218 Cazes (J.-P.) Habitat. ... op. cit. p. 91 et p. 300.

219 Marandet (M.-C), Les lieux de culte..., op. cit.

220 ADA, G 241.

221 En Gascogne gersoise, les bastides sont peuplées au détriment des habitats isolés et inorganiques, les bourgs castraux ont bien résisté, Cursente (B.), Castra et castelnaux dans le Midi de la France, Flaran 1, Châteaux et peuplements en Europe occidentale du xe au xviiie siècle, Auch, 1980, p. 44.

222 Cazes (J.-P.) Habitat..., op. cit., p. 154.

223 Hyvert (R.), La situation financière du diocèse..., op. cit.

224 Samaran (Ch.) et Mollat (G.), La fiscalité pontificale..., op. cit., p. 47

225 Publié par Corraze (R.), Le diocèse civil de Toulouse en 1428 : géographie et onomastique, Annales du Midi, tome 65, 1953, pp. 118-128.

226 A.D.A. 32 C 12.

227 Ces sommes sont signalées par Corraze (R.), Le diocèse civil de Toulouse..., op. cit., pp. 118-128.

228 A.M.T., II 89.

229 En 1443, les aides sont abolies et remplacées pendant trois ans par la levée d’un droit sur la viande et le poisson pour servir d’équivalent. Ce droit d’équivalent se maintient après les trois ans.

230 A.M.T., II 61, 70.

231 Ramière de Fortanier (J.), Recueil ... op. cit., p. 544 et suiv. La charte est conservée aux A.D.H.G., Malte, Le Pin, Liasse I, n° 6.

232 A.D.H.G., Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 par J. Moudenc, 1916, Privat, tome IV.

233 Mirouse (F.), Le clergé paroissial du diocèse..., op ; cit., pp. 220-221.

234 Ib., d’après une carte, pp. 221-222.

235 Wolff (Ph.), Commmerces..., op. cit., p. 272.

236 Wolff (Ph.), La draperie en Languedoc du xiie au début du xviie siècle, Regards sur le Midi médiéval, pp. 437-470.

237 Dans une enquête de 1411 sur les péages, plusieurs muletiers disent apporter de la laine de Toulouse aux foires de Castelnaudary, Avignonet, Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 245-246.

238 Calderân Giachetti (H.), L’exportation de la draperie languedocienne d’après les archives Datini, Annales du Midi, tome 74, 1962, pp. 139-175.

239 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 147 et pp. 248-255.

Table des illustrations

Légende Note 333216
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2039/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Note 334217
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2039/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 983k

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable