Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Py

Conflent

Texte intégral

1Pinum, 950, église Saint-Paul, 959, 965.

  • 1 Alart, CR, n° 25.

2La consécration de 1022 ne fait aucune allusion à un cimetière ou à l'espace entourant l'église1.

Seigneurs et fortifications :

  • 2 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. XII, p. 41-43.

3En 1193, Alphonse, roi d'Aragon, accorde un privilège à l'abbé de Camprodon afin qu'il puisse construire, édifier et réédifier les forcias et munitiones in honoribus dicti monasterii inquibuscumque voluerit et nominatim ...in villa de Pino sita in Confluenti2. Cette autorisation est contemporaine d'un grand nombre d'autres en Roussillon, marquant la volonté royale d'affirmer la reprise de contrôle sur le droit de fortifier.

  • 3 H. Py, Biographies..., sources, p. 33-35.
  • 4 « ... in quo faciatis bonam fortiam munitam cum nostro auxilio prout meliorem facere possitis... » (...)

4Immédiatement après, en 1194, l'abbé de Camprodon concède à Guillelm, curé de Py, et à son frère Arnaud, bayle, l'alleu qu'il possède dans les limites de Saint-Paul de Py, à la Serrad de Condamina, supra ecclesiam3. Il donne à ces hommes l'autorisation d'aménager là une maison forte ou une fortification (« fortia »)4 ; le document ajoute que le roi Alphonse d'Aragon avait donné cette fortia au monastère. Les deux frères s'engagent à recevoir dans cette fortia l'abbé et les siens, en tant que seigneurs et à la restituer à la première réclamation.

  • 5 « Preterea si juxta praefatam fortiam Deo volente cellaria construeretis, habeatis et possideatis (...)

5Mais l'abbé ajoute que si les deux hommes « construisaient des celliers près de cette fortia, qu'ils aient en propriété, pour prix de la garde de cette fortia, la moitié du cens annuel, et le produit de tous les procès qui adviendraient en ces celliers »5. L'abbé se réserve l'autre moitié de ces redevances.

6Le document est curieux, il semble confier la garde d'une « maison forte » aux deux frères, mais celle-ci n'est pas entièrement construite ou serait peut-être à restaurer. Pour ce qui est des celliers, le texte semble présenter un processus assez surprenant : la « construction » d'un ensemble de celliers auprès d'un château, postérieurement à celui-ci. Le pluriel suffit en tout cas à imaginer un ensemble de bâtiments groupés. On peut comprendre soit que le châtelain va les faire construire pour y prélever directement cens et redevances, soit qu'il pourra exercer son contrôle sur des celliers préexistants, éventuellement en les entourant d'un mur (ce que signifierait le terme « construire » ?). Le partage d'un contrôle seigneurial sur une cellera de type « castral », telle que nous en trouvons à Corbère, à Eus, à Laroque-des-Albères ou plus tard à Planèzes, entre le châtelain et son suzerain, est une interprétation possible.

  • 6 B. Alart, C.M., t. IV, p. 358-359, archives de Corneilla-de-Conflent. Le concédant se réserve sa p (...)

7En 1260, Deuslosal Gaschi de Py concède à Jean Pagès un clos avec ses constructions in villa de Pino sive castro6. S'agissant d'un seul bien, on peut penser que c'est le territoire de Py qui est appelé castrum.

  • 7 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. XII, p. 351, Archives de la DH de Gérone, puis en 1322, au (...)
  • 8 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. XII, p. 386.

8L'abbé Raymond de Saint-Pierre-de-Camprodon autorise la vente faite par Raymond Mata et sa fille Villafranca à Guillaume de Toreno, fils de Bernard Guillaume, du castro et fortitudine de Pinu et baiulam dicti loci, en 13207. Puis il lui donne l'autorisation de rehedificare castrum de Pinu, qu'il devait tenir en fief du monastère, en octobre 13338. Faut-il en déduire que le château est détruit, ou simplement qu'il a besoin de réfections ?

  • 9 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. XII, p. 520.

9En 1369, l'abbé de Camprodon se défait de sa seigneurie de Py, en la vendant à Bérenguer d'Oms9. Il cède ainsi le castro de Pinu in Confluento situato et de fortitudine ac de baiulia ipsius castri et terminus eorum.

  • 10 B. Alart, C.M., t. G, p. 524-525, procès du domaine, n° 8, Bellver et Py, fol° 26-28.

10En 1370, le seigneur de Py, Pierre Sa Riba de Puigcerda reconnaît tenir en fief pour le roi d'Aragon la villa et la vallée de Py et son villare, ainsi que tous les hommes et femmes habitant là et leurs enfants nés ou à naître10. Il déclare tenir aussi quoddam closale et quandam aream eidem contiguam, qui touchent d'un côté au mur de sa demeure, in quadam pariete aule nostre. Le seigneur du lieu tient donc non seulement les terres mais les gens, et les enfants à venir aussi. Il est en outre tenancier de certaines bâtisses, mais pas de sa résidence, qu'il cite mais ne reconnaît pas comme un fief royal.

  • 11 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. XII, p. 445, a. 1349.

11Au milieu du xive siècle, plusieurs hommes de Py, leurs femmes et leurs enfants se reconnaissent hommes propres et solides du monastère de Camprodon et de son abbé11.

Plan et vestiges architecturaux :

12Le plan cadastral du xixe siècle fait bien apparaître au lieu-dit « El Castell », la forme polygonale d'une parcelle qui a dû être celle occupée autrefois par le château. La disposition des parcelles tout autour révèle l'emplacement des anciens fossés. Cette parcelle se trouve sur le sommet d'une crête qui descend vers la petite vallée de Py ; elle domine d'un peu plus d'une centaine de mètres le village situé au sud. C'est un cas très intéressant de fortification disparue dont l'existence, supposée d'après les textes, est confirmée par l'étude du parcellaire. On notera le nom du chemin qui va « de Py al Castell ».

13Le villare cité en 1370 est probablement le faubourg, le veinat, situé assez loin du village au nord-est, au pied de la crête où se trouvait le château, dont il constitue semble-t-il l'habitat subordonné et où sont regroupés les dépendants étroits du châtelain. Le plan du village lui-même laisse apparaître un regroupement des parcelles et du cimetière autour de l'église, mais l'habitat est assez dispersé. L'existence de celliers est souvent liée à la culture de la vigne ; or celle-ci ne doit pas surprendre, même à près de mille mètres d'altitude. Un terroir du village, à l'est du hameau, était encore nommé « el vinval » sur le cadastre ancien.

  • 12 B. Alart, C.M., t. R, p. 180.

14Une déclaration contenue dans le capbreu de Sahorre et de Py est étrange12. Parmi les biens composant une mansatam sitam in loco de Pino, au lieu appelé la Colomina, une maison touche (confrontat) lo castell de Pino, et le cimiterio dicti loci. La distance séparant ces deux lieux sur le plan est trop importante pour imaginer qu'une maison (même avec des dépendances) puisse toucher aux deux. Soit le terme de « confronte » n'a qu'un sens imprécis (c'est peut-être la dernière maison du village en direction du village), soit on doit supposer l'existence d'un autre cimetière ou d'une autre maison forte appelée « le château ».

  • 13 « regius algutzirius... introduxit eosdem intus dictam villam de Pinu... et deambularunt per plate (...)

15Le château apparaît en grande partie détruit au xvie siècle, lorsque les clercs représentant l'abbaye de Saint-Pierre de Camprodon demandent à être mis en possession du château et de la villa de Py13. Le représentant royal Jean Vallonga les fait entrer dans le village, ils se promènent sur la place, puis montent au château de Py. Il les y fait entrer, ils marchent parmi les murs démolis, et il les fait s'asseoir sur un banc et, en signe de prise de possession, demande au héraut public de Camprodon de grimper en haut du mur et de fixer là un étendard portant les clefs de Saint-Pierre, puis de sonner de la trompe et de proclamer par trois fois que l'abbé de Camprodon en avait pris possession. Le village et le castrum sont bien deux lieux distincts, on n'accède au château qu'après une petite ascension. Celui-ci semble en piteux état, mais le rituel de prise de possession n'a guère changé depuis les premiers exemples relevés au xiiie siècle.

Finage et occupation de l'espace :

  • 14 B. Alart, C.M., t. III, p. 3, registre de la procuration royale, n° 3, fol. 36v°.
  • 15 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. VI, ap. XIV.

16Parmi les richesses de Py, on compte les ressources métalliques du massif du Canigou exploitées très tôt. En 1126, le comte de Barcelone Raymond excepte la forge de Py d'une donation faite à Pierre d'Avalri14. En 1183, Alphonse Ier, roi d'Aragon, cède au monastère de Saint-Pierre-de-Camprodon des farguas et baldios que le domaine royal possédait à Py15.

Synthèse :

17On n'est pas sûr qu'il y ait eu une cellera à Py, puisque l'on ne possède que l'autorisation d'en construire une, ou tout au moins un ensemble de celliers. Il est en tout cas probable que si cette cellera a existé, elle devait correspondre au type des constructions réalisées sur initiative des châtelains du lieu et apparaître comme un regroupement de celliers au pied du château, ou sous son contrôle.

Plan cadastral de Py

Plan cadastral de Py

Notes

1 Alart, CR, n° 25.

2 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. XII, p. 41-43.

3 H. Py, Biographies..., sources, p. 33-35.

4 « ... in quo faciatis bonam fortiam munitam cum nostro auxilio prout meliorem facere possitis... », ibid.

5 « Preterea si juxta praefatam fortiam Deo volente cellaria construeretis, habeatis et possideatis vos et vestri in perpetuum pro custodia dictae fortiae medietatem annualis census ac omnium placitorum cum exitibus ac regressibus suis qui infra cellaria evenerint ; nos vero aliam medietatem et dimidium retinemus. » Ibid. L'original est semble-t-il perdu, ce qui ne nous permet pas de vérifier la transcription. Il faut donc considérer cellaria comme l'accusatif pluriel de cellarium. Cependant la deuxième partie de la phrase s'accorderait mieux avec cellariam. Il faudrait alors comprendre « la cellera », en tant qu'espace distinct, placé sous la domination du château, et au sein duquel peut s'exercer une juridiction particulière. Une sorte de « basse-cour », une cellera de type castral sans doute.

6 B. Alart, C.M., t. IV, p. 358-359, archives de Corneilla-de-Conflent. Le concédant se réserve sa part d'un mûrier se trouvant dans ce clos qui est divisé entre les deux hommes « retente parte mea in morerio ».

7 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. XII, p. 351, Archives de la DH de Gérone, puis en 1322, autorisation de la vente faite au même par la fille seule, ibid., p. 356.

8 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. XII, p. 386.

9 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. XII, p. 520.

10 B. Alart, C.M., t. G, p. 524-525, procès du domaine, n° 8, Bellver et Py, fol° 26-28.

11 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. XII, p. 445, a. 1349.

12 B. Alart, C.M., t. R, p. 180.

13 « regius algutzirius... introduxit eosdem intus dictam villam de Pinu... et deambularunt per plateam... necnon accesserunt ad castrum dicte ville de Pinu... introduxit eos in dictum castrum, videlicet intus parietes dirutos dicti castri deambulando et discurrendo per dictum castrum, et sedere fecit eos super quoddam scabellum et in signumpossessionis... mandavit Francisco Fraxau curritori publico etjurato ville Campirotundi quatenus ascendit parietem dicti castri et ibi banderiam sive standart cum clavibus Beatis Petri poneret et sono tube alta voce insonaret dicendo ter : « Possessio presa per lo senyor abat de Camprodon ! », B. Alart, C.M., t. W, p. 11-12, procès 34, n° 2.

14 B. Alart, C.M., t. III, p. 3, registre de la procuration royale, n° 3, fol. 36v°.

15 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. VI, ap. XIV.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Py
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540