Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Prats-de-Mollo

Vallespir

Texte intégral

1Pratum, 878. Eglise des saintes Juste et Ruffine, 1118.

Regroupement villageois :

  • 1 « olim alia ecclesia fuit ibidem consecrata in honore dictarum virginum per venerabilem patrem Ild (...)

2En 1245, lors de la consécration de l'église par l'évêque d'Elne, Bernard Berga, on rappelle la première consécration célébrée par l'évêque Hildesind en présence d'Oliba, comte de Besalu1. Hildesind a été évêque d'Elne de 979 à 991 mais Oliba ne fut comte de Besalu que de 984 à 988, la consécration de la première église doit donc trouver place entre ces deux dates. L'évêque et le comte avaient donné à titre de cimetière, un espace entourant l'église, dont les limites sont données par des confronts de 1245, sans mention des trente pas. Il s'agit de la plus ancienne allusion, dans notre diocèse, à l'attribution d'un cimetière entourant l'église, de façon indirecte mais assez précise pour être retenue. La manière de délimiter cet espace est peu habituelle. On ne sait s'il s'agit des limites comme elles ont été données en 984-988, ou comme on les retrouve sur le terrain en 1245. L'église est construite sur un piton rocheux qui se prête mal à la délimitation d'un cercle de trente pas de rayon ; d'autre part la reconstruction de l'église (le texte évoque celle de 984-988 par les termes « alia ecclesia ») a peut-être modifié la configuration de cet espace restreint.

Seigneurs et fortifications :

  • 2 B. Alart, C.M., t. T2, ms 10760.

3Alphonse d'Aragon donne en 1187 à Guillaume de Montpellier et à son épouse Agnès, sa parente, l'usufruit de tout son honneur de Prats, à savoir son castrum (château ?), la villa et les manses, terres et vignes dans la paroisse des saintes Juste et Ruffine2. Cet honneur lui est venu de ses parents.

  • 3 « muros ad clausuram dicte ville », B. Alart, C.M., t. B, p. 515, procuration royale, reg. 5, fol. (...)
  • 4 B. Alart, C.M., t. B, p. 545, procuration royale, reg. 5, fol. 97v°.

4Le roi, seigneur de la ville, y possède un château et la tour de Guardia. De nombreux actes révèlent l'importance accordée à cette place défensive, aux temps troublés de la fin du royaume de Majorque. En 1339, Jacques II de Majorque remet aux consuls de Prats la somme de soixante-trois livres due par eux à titre de foriscapium, en compensation de l'achat d'un terrain destiné à la construction faite ou à faire par eux des murs pour enclore ladite ville3. En 1340, il désigne un garde qui aura la custodiam turris de Pratis de Moyllono4.

  • 5 ADPO, 12 J 24, n° 237, p. 82, analyse des actes du cartulaire d'Arles, on ne possède pas l'origina (...)

5En 1363, le roi Pierre enjoint au bayle de Prats et ses successeurs d'habiter au château de Prats, qui tombait en ruine pour cause d'abandon, il ordonne aux fermiers des revenus de la dite ville de le réparer et aux hommes de la vallée d'y travailler5.

  • 6 B. Alart, C.M., t. IV, p. 151, rubrique de Rodor, fol. 53.

6Parmi les éléments qui ont pu modifier le tracé ou la configuration des ouvrages défensifs, il ne faut pas négliger les catastrophes naturelles (secousses sismiques importantes ou inondations), dont de nombreuses mentions nous sont parvenues. Par exemple en 1430, le roi d'Aragon Alphonse diminue les impositions qui sont dues par les habitants de Prats, ad refficienda et reparanda menia que terremotu et pontes et itinera que diluvi multarum impetu corruerunt6.

Structure du village et activités :

Poblacio :

  • 7 B. Alart, Privilèges et titres..., p. 177.
  • 8 « Origines de la paroisse de Prats-de-Mollo », RHLDP, 1922, p. 102.
  • 9 B. Alart, C.M., t. B, p. 173, archives de Prats-de-Mollo.

7En 1245, le roi d'Aragon établit une poblacio nouvelle : il affranchit et rend francs et libres et exempts de redevances tous les hommes étrangers qui viendront ad populandum in podio contiguo palacio nostro de Pratis7. Les deux événements (reconstruction-consécration et fondation nouvelle) sont liés. En 1242, une charte mentionne la muraille d'enceinte de la villa vella8. Jacques d'Aragon avait exempté les habitants de la vallée de Prats d'exorchiam, cugucia, intestia et redempcio, en 12419.

  • 10 B. Alart, C.M., t. IV, p. 115-116, (archives de Prats, fol. 1 ?), et ADPO, 12 J 24, n° 237, p. 75.
  • 11 B. Alart, C.M., t. IV, p. 117, (archives de Prats ?), fol. 8v°.
  • 12 ADPO, 12 J 24, n° 237, p. 76.

8Au début du xive siècle, le roi Jacques de Majorque continue à accorder des faveurs à sa ville de Prats et à la vallée, constituée en « université des hommes de la vallée de Prats ». En 1308, il leur accorde ainsi le droit perpétuel de tenir un marché (forus sive mercatum) dans la ville, afin que l'on y fasse commerce entre gens tant étrangers que résidents de la vallée10. Ce marché se tiendra tous les samedis ; si c'est un jour de fête, il se tiendra la veille. Il se tiendra sur la place de Prats et il est défendu de vendre ailleurs qu'à ce marché la laine, les bestiaux ; on y vendra aussi le blé, les raisins, la volaille et les fruits. A propos des foires (nundine) qui s'y tenaient le jour de la fête des saintes Juste et Ruffine, le roi, voulant assurer leur continuité, statue qu'elles commenceront la veille de cette fête et s'achèveront le lendemain. En 1321, Sanche, roi de Majorque, accorde aux hommes de Prats et de sa vallée de nommer quatre bonos et probos homines, deux pour la ville et eux pour la vallée, en accord avec son bayle dans ladite ville11. Ces prudhommes devront lui jurer fidélité, et auront à charge de dresser le compte des tailles, questes et services dus par la ville et la vallée. Ils devront être renouvelés à la Saint-Jean Baptiste de chaque année. En 1345 le roi renouvelle ce privilège pour l'élection de quatre prudhommes (deux de la ville et deux de la vallée), puis en 1356 ce nombre est porté à vingt prudhommes12.

  • 13 « ortum meum... in dicte sacristie... in dicto loco de Prats, subtus domos meas dicte sacristie », (...)

9En 1330, Simon Volone, sacristain et hebdomadier de l'église des saintes Juste et Ruffine de Prats échange avec le procureur du roi un jardin faisant partie de la sacristie, sous les maisons de cette sacristie13, ainsi qu'un cens perçu sur des maisons in populacione nova de Prats et un autre cens sur un jardin sito subtus et juxta cimiterium ecclesie prelibate. L'environnement du cimetière est en partie cultivé (des jardins) et dépend de la sacristie. Le procureur royal donne en échange une possession du roi qui est in bacho ante villa de Prats, touchant d'un côté à la route et au Tech.

  • 14 B. Alart, C.M., t. R2, p. 5, notule de Bernard Corona, n° 923.

10Un marchand de la ville de Prats, agissant en tant que procureur, représente un groupe de dix concitoyens, marchands, tisserand, teinturier, notaire, tous consocii societatis tincti ville veteris de Pratis, en 140414. Il vend, en faveur d'un bénéfice institué dans l'église de Prats, une domus sive forcie de Mansione. On peut remarquer tout d'abord le type de confrérie dont ces hommes sont membres : « la société des teintures de la vieille ville de Prats », qui regroupe des professions diverses mais toutes liées au textile, ainsi qu'un notaire, homme de confiance, conseiller, agent légal. Il peut y avoir aussi dans cet intitulé comme une fierté à faire partie de la ville ancienne, à avoir pignon sur rue à l'intérieur des remparts et non parmi les nouveaux venus, faubouriens. Enfin, l'objet de la société, manufacturier et mercantile, n'empêche pas (et fait au contraire bon ménage avec) un souci de participation aux bonnes œuvres religieuses, la, création d'un bénéfice et son alimentation financière par la vente d'une maison. Celle-ci apparaît comme une bâtisse d'un genre particulier, une maison fortifiée, un manoir.

Plan et vestiges architecturaux :

11L'observation du plan cadastral du début du xixe siècle permet de bien distinguer les deux noyaux urbains : le plus ancien, dit « la ville basse », est à l'est, au pied de l'église, fort remaniée et agrandie. C'est autour d'une église plus petite que devait exister le « cimiterium » du xe siècle. Au sud de l'église, la disposition des rues et des maisons du vieux village semble avoir subi des aménagements postérieurs : leur tracé est très régulier, comme suite à une réorganisation volontaire de l'espace. La place d'Armes et la place Charles X, au sud de cette villa vella, sont postérieures à elle. Elles sont englobées dans des remparts d'époque moderne, plus larges, qui vont de la Porte de France à l'est à la Porte du Verger d'Amont à l'ouest, en passant par la Porte d'Espagne au sud et qui épousent la forme générale de la butte, au-dessus du lit du Tech. Les parcelles qui bordent ces deux places au sud sont d'ailleurs bien différentes de celles de la vieille ville : elles évoquent par leur forme d'anciens jardins sur des fossés extérieurs.

12A l'ouest, de l'autre côté d'un ravin profond où coule un ruisseau au débit abondant, la ville haute correspond à la poblacio nouvelle de 1245. Sa forme quadrangulaire très régulière, au nord, évoque une « Villeneuve ». En revanche les rues du sud, à partir de la caserne, semblent postérieures, elles aussi sont liées à la construction de remparts plus enveloppants, à l'époque moderne. On remarque le grand espace libre au coin nord-ouest de la ville-haute : peut-être l'emplacement du palais royal ?

Communauté villageoise :

  • 15 ADPO, 12 J 24, n° 237, extrait des archives d'Arles, p. 84.

13En 1297, le roi Jacques de Majorque permet aux consuls et hommes de Prats de construire un hôpital pour les pauvres malades, d'y placer un hospitalier qui ne portera ni croix ni habit particulier, et d'acquérir (dans ce but) une maison et des biens fonds au dehors pour une valeur maximale de trente mille sous. Il exempte l'hospitalier de toute imposition pour les biens de l'hôpital et les siens propres15.

Evolution démographique :

14Plusieurs terriers ou listes d'hommes permettent de se faire une idée du peuplement de Prats et de sa vallée au cours du xive siècle.

  • 16 B. Alart, C.M., t. IV, p. 257.

15En 1327, le capbreu royal de Prats et de sa vallée16 fournit un document de première importance pour la situation démographique de ces lieux avant les grandes épidémies et guerres du milieu du xive siècle. Dans la ville de Prats seule, ce sont cent-dix-huit déclarants qui peuvent être comptés, plus des dizaines d'autres dans les treize vilars cités dans la vallée. Par exemple vingt déclarants sont dits « du vilar de Ayatis » (appelé plus tard de Aylades) et l'on y dénombre neuf maisons (borda, mansum ou mesoueriam) relevant de la seigneurie royale.

  • 17 B. Alart, C.M., t. H, p. 74, procuration royale, reg. 32, ADPO, 1B-357, fol. 52, 53, 54 r°.

16Un document de 1335 donne la liste des hommes abordats e amansats et de ce qu'ils doivent à l'église17. On y relève soixante-quinze noms, il est signé par les proborum hominum de la ville et de la vallée de Prats, restriction qui explique peut-être qu'ils soient au nombre de quarante-six. Cependant, même le premier nombre ne saurait être que très partiel : bien des foyers ne doivent être ni amansats ni abordats, étant soit trop pauvres, soit de condition supérieure, soit citadins non dépendants.

171335 : 75 hommes abordats e amansats

181367-70 : 188 feux

191417 : 64 feux

  • 18 R. Sala, Le visage de la mort..., p. 25.

201553 : 116 feux18

  • 19 B. Alart, C.M., t. IV, p. 146-148, rubrique de Rodor, fol. 20 (date 1408). Analyse de ce privilège (...)
  • 20 B. Alart, C.M., t. IV, p. 148-150.

21Au début du xve siècle, plusieurs documents évoquent les épreuves multiples endurées par la vallée. Le roi d'Aragon Martin, en 1406, considère les malheurs qui se sont abattus sur la ville de Prats et sa vallée. La mortalité et la dépopulation du terroir de Prats y avaient fait croître une grande quantité d'arbres qui servaient de repaire aux bêtes féroces, ours, sangliers et loups. Ces derniers n'hésitaient pas à entrer la nuit dans la ville malgré les chiens, le bétail gros et menu ne pouvait subsister dans le terroir et on ne pouvait en sûreté cultiver les terres de la campagne. Pour cette raison, le roi autorise les habitants à brûler et couper les arbres non fruitiers dans toute la vallée avec la permission du bayle du terroir pour ensemencer ou y faire paître les troupeaux. Mais il ne veut pas que l'on puisse brûler les gros bois (boschs negros) dont il leur accorde l'usage (ademprivum)19. En 1417, le dénombrement des feux dans la ville et la vallée de Prats livre le total de soixante-trois ou soixante-quatre20. Le document ajoute « com lo nombre dels fochs... sien deminuits per mortalitats e en altra manera ». Ce sont les petits hameaux qui ont davantage souffert, par un mouvement de fuite qui est venu aggraver les effets de la mortalité. Ainsi le vilar de Aylades, (cf. supra) ne compte plus que deux feux. En quatre-vingt-dix ans sa population a été divisée par dix.

  • 21 ADPO, 12 J 24, n. 237, p. 79, extrait des archives d'Arles.

22En 1436, les lettres patentes du roi Alphonse, à la suite d'un tremblement de terre qui avait fait tomber les murs de la ville et d'un déluge d'eaux (aquarum multarum) qui avait dégradé les ponts et les chemins, autorisent la communauté à emprunter et lever des impositions auxquelles devront contribuer tous les habitants de la vallée et tous les étrangers, quelle que soit leur condition, qui achèteraient ou vendraient quelque marchandise sur ce territoire21.

Finage et occupation de l'espace :

Lieux-dits habités et villares :

23Le capbreu royal de 1327-31 cite douze villares situés dans la vallée de Prats : Ayats (23 déclarants), Gironeyla (5 déc), Brugato et Moneriis (7 déc), Vinyes Planes (6 déc), Villaplana (12 déc), Sigges (2 déc), Miraliis (3 déc), San Guillem de Combret (10 déc), Vallmanya (29 déc), Fons et Benato (4 + 8 déc).

Miralles :

  • 22 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. XII, p. 358-359.

24En 1322, Raymond de Miralles, bayle de ce lieu, dans la paroisse de Prats, reconnaît être « homme propre » du monastère de Camprodon, pour son manse de Miralles et la baylie susdite, en raison de quoi il prête hommage et jure fidélité22.

Tour de Gardia :

  • 23 ADPO, 1B-16, LFC, fol. 66v°.

25La route qui va du castrum de Prats au col de la tour de Gardia est citée en 130823. Un chevalier, Perella de Prats, déclare tenir pour le roi, en 1308, un champ juxta villam de Pratis, et une borde appelée Rossinyola qui est capud (pour apud ?) castri vocati castri d'en Perella in terminis de Pratis, et qui touche à la route du col de la tour de Gardia. Il semble que ce « château de Perella » sur le territoire de Prats soit une forteresse privée de la famille des Perella.

Synthèse :

26Un premier regroupement a pu exister autour de la première église, comme pourrait l'indiquer la mention du cimetière qui lui avait été attribué à la fin du xe siècle. Cependant cette première église et son éventuel premier noyau d'habitat ont été supplantés au treizième siècle par la poblacio nouvelle installée auprès du château royal. A cette époque, l'église a été reconstruite, faisant disparaître les vestiges de ce premier regroupement.

Plan cadastral de Prats-de-Mollo

Plan cadastral de Prats-de-Mollo

Notes

1 « olim alia ecclesia fuit ibidem consecrata in honore dictarum virginum per venerabilem patrem Ildesindum episcopum elnensem, excellentissimus Oliba comes bisulduni cum uxore sua nomine Ermengardis comitissa et filiis suis Bernardo, Guifredo et Oliba dederunt ad cimiterium in circuitu ejusdem ecclesiae de una parte usque ad ipsum pratum, cujus afrontatio est nunc usque ad honorem Perellae et Petri de Masone, et de alia parte super ipsa ecclesia ipsum mansum cum clausa quae servetur cum ipso... [etc] », M.H., n°517.

2 B. Alart, C.M., t. T2, ms 10760.

3 « muros ad clausuram dicte ville », B. Alart, C.M., t. B, p. 515, procuration royale, reg. 5, fol. 48v°.

4 B. Alart, C.M., t. B, p. 545, procuration royale, reg. 5, fol. 97v°.

5 ADPO, 12 J 24, n° 237, p. 82, analyse des actes du cartulaire d'Arles, on ne possède pas l'original ni même de copie, on ne connaît donc pas le terme utilisé pour désigner ce « château ».

6 B. Alart, C.M., t. IV, p. 151, rubrique de Rodor, fol. 53.

7 B. Alart, Privilèges et titres..., p. 177.

8 « Origines de la paroisse de Prats-de-Mollo », RHLDP, 1922, p. 102.

9 B. Alart, C.M., t. B, p. 173, archives de Prats-de-Mollo.

10 B. Alart, C.M., t. IV, p. 115-116, (archives de Prats, fol. 1 ?), et ADPO, 12 J 24, n° 237, p. 75.

11 B. Alart, C.M., t. IV, p. 117, (archives de Prats ?), fol. 8v°.

12 ADPO, 12 J 24, n° 237, p. 76.

13 « ortum meum... in dicte sacristie... in dicto loco de Prats, subtus domos meas dicte sacristie », ADPO, 1B 26, fol. 6 r°.

14 B. Alart, C.M., t. R2, p. 5, notule de Bernard Corona, n° 923.

15 ADPO, 12 J 24, n° 237, extrait des archives d'Arles, p. 84.

16 B. Alart, C.M., t. IV, p. 257.

17 B. Alart, C.M., t. H, p. 74, procuration royale, reg. 32, ADPO, 1B-357, fol. 52, 53, 54 r°.

18 R. Sala, Le visage de la mort..., p. 25.

19 B. Alart, C.M., t. IV, p. 146-148, rubrique de Rodor, fol. 20 (date 1408). Analyse de ce privilège royal dans le cartulaire de F. de Fossa, ADPO, 12 J 24, n° 237, p. 81 (date 1406).

20 B. Alart, C.M., t. IV, p. 148-150.

21 ADPO, 12 J 24, n. 237, p. 79, extrait des archives d'Arles.

22 F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. XII, p. 358-359.

23 ADPO, 1B-16, LFC, fol. 66v°.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Prats-de-Mollo
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1895/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 447k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540