Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Pia

Roussillon

Texte intégral

  • 1 ADPO, FdF, 12J25, n° 92.

1Apianum, 901, église Sancti Quirici, Saint-Cyr, 991 (possession de la famille comtale donnée à Elne1).

Regroupement villageois et cellera :

  • 2 F.-P. Thiers, « Charte d'affranchissement des serfs de Pia », Ruscino, t. VI, 1916, p.70-81.

2On ne connaît un acte de 1205 que grâce à un compilateur du xviie siècle, qui l'a malheureusement traduit (ou plutôt interprété) en français2. Arnaud de Salses y affranchissait les habitants de Pia de toutes questes, toltes, exactions, redevances, excepté les droits de justice et les cens des « champs, vignes, jardins, cellaries, maisons, mas et masades ». Il faut supposer que le transcripteur a été gêné par le terme latin de cellaria ou cellarium (peut-être à l'accusatif pluriel cellarios) et a forgé, faute de le comprendre, cet étrange équivalent, assez transparent toutefois pour ne permettre aucune hésitation.

3Il s'agit là d'un exemple assez courant de la mention des celliers, au pluriel, en tant qu'entités séparées du lieu d'habitation et de l'exploitation agricole, chose fréquente en Roussillon où ces celliers sont groupés en un ensemble spécifique. Arnaud accorde cette exemption assez large à charge pour les habitants de faire « les œuvres de la tour et du village d'Apian, dedans et dehors, tant en la construction, édifices et réparation des murs que des fossés » et contre le service de chevauchée et de défense. Il impose aussi la cuisson du pain en son four et le curage du ruisseau des moulins. Là encore on n'a guère de mal à retrouver la trame assez courante de ces concessions de droits en échange de construction ou réparation des remparts, fréquents en Roussillon. On peut remarquer ici qu'au tout début du xiiie siècle les murs nécessitent une réfection, ce qui peut indiquer une certaine ancienneté (guère avant la deuxième moitié du xiie cependant, si l'on se base sur les autorisations royales de fortification).

  • 3 ADPO, 3E 1 / 71, fol. 129 r°.

4Une maison située infra cellariam de Apiano est vendue par une veuve, en 13393. Elle touche à trois rues et à la maison de l'acheteur. Un droit de mutation est perçu par Guillem Guasayola de Pia.

  • 4 ADPO, 3 E 1 / 331, fol. 29 v°. Cette division de la maison est justifiée par le repli dans la cell (...)
  • 5 ADPO, 3 E 1 / 331, fol. 4 r°.
  • 6 ADPO, 3 E 1 / 331, fol. 30 r°, 71 r°, 83 r°.

5En 1376, une maison sise intus cellariam de Appiano est vendue pour la somme de vingt-neuf livres, sous la condition de pouvoir être divisée entre l'acquéreur et ses enfants4. Cette maison touche au fossé (thova), elle paie un cens à l'archevêque de Narbonne. Une autre maison dans la cellaria est vendue à la même date pour seize livres et dix sous5. Elle paie un cens au curé de Pia. Plusieurs autres maisons situées dans la cellera sont l'objet de transactions au cours des années 1376 et 13776.

Seigneurs et fortifications :

6Pia, ainsi que Saint-Génis de Tanyères, Perecals, Tapia, Ortolanes, et un lieu-dit Le Vilar, étaient des seigneuries d'Arnaud de Salses, dernier de cette famille, qui légua ses biens à Pons-Hugues d'Ampurias, en 1233. Ce dernier vendit la seigneurie de Pia à Pierre Amiel, archevêque de Narbonne, en 1238, pour la somme de quarante mille sous de Melgueil. L'ensemble des actes concernant Pia, conservés par l'archevêché de Narbonne ont été perdus, mais un inventaire détaillé établi en 1640 par un chanoine permet d'en connaître la teneur.

  • 7 B. Alart, C.M., t. B, p. 279, ADPO, 1B-83, 1319.

7Le château était au début du quatorzième siècle une possession de l'archevêque de Narbonne. Celui-ci déclare à propos d'un nommé Jean d'Aragon, accusé d'homicide, qu'il est détenu in nostris carceribus in Castro nostro de Apiano7.

  • 8 B. Alart, C.M., t. P, p. 328, notule de Guillaume Auriol (n° 4941).

8A Pia, le mot castrum désigne donc souvent ce château. Cependant, il a aussi le sens de « village fortifié », comme dans un document de 1339, qui concerne la donation d'un patuum situé intus villam seu castrum de Apiano8.

Structure du village et activités :

  • 9 ADPO, 3E1/1, fol. 28r°.

9En 1261, le cellérier mineur de Fontfroide donne en acapte à A. Marquesia de Pia une vigne et la garrigue voisine sur le territoire de Saint-Cyr de Pia. Le contrat prévoit que l'agrier devra être porté dans la propriété du cellérier à l'intérieur de la villa de Pia9. Fontfroide, largement possessionné en Salanque a donc aussi des biens à Pia et probablement une maison de collecte des redevances (un cellier ?) dans ce village.

  • 10 ADPO, 3 E1/71, a. 1338-1340.

10Le manuel de G. Auriol, notaire de Pia, permet de connaître quelques aspects de la vie et de la configuration du village au xive siècle10.

  • 11 Ibid., fol. 134 v°.
  • 12 « item quandam aledriguam, et unum pou( ?), unam velam, unam miga, item unum manares », ibid.

11En 1339, la veuve de Pons Guitard de Pia règle sa succession. Parmi l'inventaire des dettes de son défunt mari elle relève des cens dus pour plusieurs terres, vignes et jardin, ainsi qu'une dette à une femme, sa servante, que stabat secumpro ancilla, pour un cellier, pro cellario suo11, et à un juif de Claira encore pro celario suo. Parmi les biens meubles, elle a trouvé deux chevaux (roncinos), et deux vases vinaires (vas) l'un pouvant contenir dix saumatas et qui est plein de vin, l'autre n'en contenant que neuf et qui est vide, ainsi que des objets divers, probablement entassés au cellier12. Le défunt possédait au moins trois terres, une vigne, un jardin et une terre en friche (asperum).

12A la même date, deux hommes de Pia doivent porter à Pierre Vilanova de Pia, qui les leur a achetés, vingt quintalles de bons raisins, dans le cellier qu'il leur désignera (in cellario quo tu volueris seu mandaveris), à la prochaine fête de Saint-Mathieu.

  • 13 « usum et habitacionem de quas teneo et possideo infra quandam domum meam intus villam de Apiano e (...)

13Une nommée Meniandis, fille de feu Bernard de Salses (descendant de la famille des seigneurs du xiiie siècle ?), loue pour quatre ans deux maisons voisines de la sienne et qui touchent au mur du village13.

  • 14 Ibid., fol. 138 v°.

14En 1340 Bérenger Sarribera, donzell de Pia, se trouve dans le castrum de ce lieu (probablement le château) où il prête hommage à l'archevêque de Narbonne en la personne de son sénéchal, qui approuve l'achat de certains cens14.

  • 15 Ibid., fol. 47 r°, 48 v°.
  • 16 Ibid., fol. 36 r°.

15Plusieurs biens sont vendus ou échangés dans la vilanova : il s'agit de maisons mais aussi de vergers15. Un cens est dû au domicellus de Apiano, Berenger Sarribera Une veuve vend un patuus dans cette vilanova16.

  • 17 « et amplius quandam domum in qua nunc stat dictus pater meus qua est in villa de Apiano », ibid., (...)

16Dans un contrat de mariage, une nommée Brunissende, fille de Génis de Pia, qui épouse Jean Binte lui donne une vigne, un jardin et de plus une maison dans laquelle vit alors son père ainsi qu'un lit17.

  • 18 Ibid., fol. 127 r°.

17Sur la place, un habitant vend une table (mensam meam) qui se trouve contre une maison et vend aussi le mur extérieur de la maison (et totam fronteram dicte domus), pour cinq ans, pour quarante sous et contre le droit de retenir pour sa nourriture des poissons vendus là par des poissonniers « étrangers » (étrangers au village ?)18.

  • 19 Ibid., fol. 107 r°.

18Guillem d'Alenya, qui est un des seigneurs du village, donne en acapte à un homme de Pia, afin qu'il y construise une maison, deux monalatas de terre d'un jardin lui appartenant, avec les bâtiments qui sont autour (cum edificiis suis quod sit circum circa : des murs de clôture ?) et il lui donne le carguinum (l'autorisation de s'appuyer sur ces murs)19.

  • 20 « affrontat cum rechatera publica », ADPO, 3 E 1 / 331, fol. 27 v°.

19En 1376, un patuum est vendu dans le barrium de Pia, au lieu-dit valanova (mauvaise graphie pour vilanova ou pour valla nova ?), il touche à un ruisseau d'arrosage20.

  • 21 ADPO, 3 E 1 / 331, fol. 72 v°.
  • 22 P. Vidal et J. Calmette, Histoire de Roussillon, p. 97.
  • 23 « quia gentes exient domos in quibus habitent propter destructionem barri per dictum nostrum regem (...)

20Les habitants de Pia demandent à l'évêque d'Elne, en 1377, de pouvoir donner une partie de la maison du prêtre de Pia en acapte21. En effet, disent-ils, les gens quittent les maisons où ils vivaient dans le barri, détruites par le roi d'Aragon (probablement dans les années précédentes, lors de l'expédition de l'infant Jacques de Majorque en 137422). Ils s'installent alors dans les maisons de la cellera qu'ils doivent diviser (cf supra) faute de quoi ils devraient quitter le village23. Comme à Bompas au début du siècle suivant, on voit que la cellera connaît un renouveau, une réactivation de sa fonction d'espace fortifié, au moment des crises de la fin du Moyen Age.

21Cimetières :

  • 24 ADPO, notule de Guillaume Auriol (n° 4941).

22En 1339, un clerc est bénéficié intus locum de Apiano, infra capellam Beati Michaelis, située in ciminterio dicti loci extra villam24. C'est bien le cimetière de l'église paroissiale, qui a été relégué hors des murs de la ville ; le même document précise qu'il s'agit du ciminterium ecclesie parroxialis de Apiano.

  • 25 ADPO, 3 E1/71, fol. 181 v°, 182 v°, 183 v°,185 v°.
  • 26 « in cimiterio ecclesie sancti Quirici », ibid., fol. 182 v°, 183 v°. Le fait qu'à une reprise ce (...)

23De nombreux testaments des années 1337-1338 comportent une élection de sépulture in cimiterio Sancti Quiricide Apiano extra villam25. A plusieurs reprises le terme de cimetière « de l'église » est barré26.

  • 27 « Conbaudis clericus... constitutus intus locum de Apiano infra capellam Beati Michaelis, citam in (...)

24En 1339, un prêtre est nommé comme titulaire de la chapelle Saint-Michel située au cimetière de Pia, hors du village27. Un autre prêtre est nommé à l'église Saint-Cyr de Pia.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 28 En 1273, les hommes de Pia prêtent serment à l'archevêque Pierre de Montbrun, ils sont cent-dix. C (...)
  • 29 Voir Catalunya Romànica, vol. XIV.

25Le plan et l'observation sur place indiquent sans aucun doute un village regroupé circulairement autour de l'église, la mesure de trente pas pouvant être retrouvée par endroits très précisément. Devenu très important28, le village a été fortifié postérieurement : on remarque avec quelques restes de murs, la présence d'un « château », maison forte en ruines, à trente pas de l'église, à l'intérieur du noyau central. Sa porte et quelques éléments de ses fortifications sont encore visibles29. On peut se demander si ce château ne marquait pas la limite de l'aire consacrée originelle autour du lieu de culte, dans une position similaire à peu près à celle de la « Tour de l'Alexis » à Ille-sur-Têt.

Communauté villageoise :

  • 30 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 291-292, ADPO, LFC, fol. 147 v°.

26En 1326, un accord intervient entre le tuteur du roi de Majorque et les représentants de l'archevêque de Narbonne, renouvelant celui passé avec le roi Sanche30. Le roi concède à l'archevêque la juridiction majeure et mineure in castro de Apiano et eius territoriis et il lui est accordé le droit de furchas erigere et judices et baiulos constituere.

  • 31 ADPO, 3 E 1 / 71, fol. 136-138.

27En 1340 de nombreuses dettes sont contractées par les habitants de Pia auprès des juifs de Perpignan, pour de petites sommes. Ces habitants, des paysans, s'engagent souvent à porter à leurs frais certaines quantités de froment dans les demeures des juifs, intus callum Perpiniani31. Peut-être est-ce le signe d'une mauvaise récolte, d'une difficulté à assurer la soudure ?

  • 32 « venerabilis capitanus de Appiano fecit... congregari in platea loci predicti de Appiano seu intu (...)

28En 1376, Arnaud de Viviers, donzell et capitaine de Pia fait rassembler tous les hommes de Pia (les chefs de famille probablement) sur la place, à l'intérieur du fortalicium seu cellariam32. Le document comporte une liste de 58 noms. Ces habitants devront contribuer aux dépenses de réparation dudit fortalicium et de ses fossés (vallibus).

Finage et occupation du territoire :

  • 33 Plainte au sujet de la rupture du rech del moli de Pia e lo ullal en lo lloch appellat la Portaler (...)

29Un lieu-dit « la porte » près duquel passe le ruisseau du moulin, est signalé en 150633.

30Environs et lieux-dits :

31Sur la même commune, deux autres lieux de peuplement sont mentionnés en relation avec une église, au xe siècle :

  • villa Ortulanes, eccl. sci Saturnini, 956, 961, eccl. de Ortolanis, 1196
  • ipsa Tapia, 956 (près d'Ortolanes et Peracals), dite villa au xie s., avec eccl. sci Saturnini de Tapia, 1152.

Ortolanes :

32De cet ancien lieu-dit habité, aujourd'hui disparu, l'église Saint-Saturnin, devenue N.D. de la Salut, subsiste seule, au centre d'une parcelle qui correspond certainement au cimetière primitif.

  • 34 R. d'Abadal, « Com neix i com creix.. ».

33En 961, dans sa donation à Saint-Michel de Cuxa, le comte de Cerdagne et Besalù Seniofred cite l'église Saint-Saturnin et son cimetière34.

  • 35 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 275, Liber Feudorum A, fol. 116v°.

34En 1200, Pons de Vernet donne au roi Pierre d'Aragon la villam meam de Ortolanes que est alodium meum, tali scilicet modo ut ego ...teneam predictam villam in feudum. (fief de reprise ?) Le roi, en échange de ce don, lui accorde la pleine liberté de construire et d'édifier dans cette villa une forcia35.

La digue sur l'Agly :

  • 36 B. Alart, C.M., t. B. Alart, C.M., t. IV, p. 506, manuel de Guillaume Auriol (not. 4941), le sende (...)
  • 37 La via vocata Torrollana est mentionnée en 1401 à Rivesaltes, B. Alart, C.M., t. R2, p. 527, manue (...)
  • 38 ADPO, manuel de G. Auriol, 3 E1/71, fol. 147 v°, 148 r°-v°.
  • 39 D'après R. Gual, « Fogatges...».

35Entre Pia et Saint-Saturnin d'Ortolanes, en 1340, les inondations fréquentes qui mettent en péril les terres situées sur le Pla de Apiano et de Ortolanis, motivent la décision prise par le chevalier Guillaume d'Alaya et le damoiseau Bernard Sarribera de faire construire quedam bareria seu quidam vallus terre contra... flumen Ayglini36. Cette digue doit partir du sentier appelé Torrelana37, supra ecclesia sci Saturnini, jusqu'aux jardins appelés los bordigols. Les habitants de Pia y participent, cent quatre-vingt seize d'entre eux signent à cet effet un accord38. On peut supposer qu'il s'agit des chefs de famille, le plus souvent des hommes, plus quelques veuves et quelques mineurs. En 1358, le recensement des feux donne le chiffre de 155, soit 41 de moins, une diminution de vingt pour cent, ce qui semble peu. En 1365-1370 on compte 167 feux ; en 1378 : 36 feux ; en 1385 : 36 feux ; en 1424 : 36 feux ; en 1470-1490 : 70 feux39.

  • 40 ADPO, 1B 127, notule d'André Romeu, fol. 33 v°.

36En 1372, le procureur royal vend un patuum terre vocatum cami veyl quod est in terminis Sci Saturnini de Ortolanis40. Ce cami veyl se trouve entre deux terres de l'acheteuse, et mène a la barrera, la digue construite en 1340.

  • 41 B. Alart, C. M., t. B, p. 398, procuration royale, registre XVII, fol. 74 r°, 1323.
  • 42 Ibid., t. D, p. 450-452, ADPO, 1B-192, fol. 32 r°, 1404.
  • 43 Montanyes regalades, 1922, p. 47, d'après le registre de la procuration royale.

37Près, de Pia se trouve le lieu-dit Peracaus et son pont, pour la construction duquel les habitants de Pia doivent payer41, et dont la destruction contraint à effectuer le passage de l'Agly par barque42. En 1316, lors de la construction du pont, une franchise de passage a été accordée aux habitants de Salses et de Garrius43.

Castelas :

  • 44 ADPO, 3 E1/71, fol. 134 v° ; autre mention d'une vigne en ce même lieu, ibid., fol. 64 v°
  • 45 B. Alart, C.M., t. P, p. 339, notule de Raymond Ymbert (n° 30).

38Une vigne in loco vocato Castelas, fait partie de l'héritage de Pons Guitard de Pia, en 133944. Une vigne est donnée en 1342, in terminis Sancti Quirichi de Appiano, loco vocato Castelas45. Il n'est pas impossible que ce toponyme garde la trace d'une ancienne motte castrale.

Synthèse :

  • 46 Voir le plan complété par L. Bayrou dans Catalunya romànica, vol. XIV, p. 305.

39Pia est nettement formé autour d'une cellera originelle, à l'intérieur ou en limite de laquelle s'est installé le château devenu celui de l'archevêque de Narbonne, seigneur du lieu. Un barri, une vilanova, se sont développés par la suite, mais, on l'a vu, le xive siècle a été marqué par un repli de la population à l'intérieur de la cellera, à cause des destructions occasionnées par la guerre entre les familles de Majorque et d'Aragon. Cette réactivation de la cellera à la fin du Moyen Age explique sa survivance très nette dans le plan du village, et la relative bonne conservation de certaines parties de sa fortification46.

Plan cadastral de Pia

Plan cadastral de Pia

Notes

1 ADPO, FdF, 12J25, n° 92.

2 F.-P. Thiers, « Charte d'affranchissement des serfs de Pia », Ruscino, t. VI, 1916, p.70-81.

3 ADPO, 3E 1 / 71, fol. 129 r°.

4 ADPO, 3 E 1 / 331, fol. 29 v°. Cette division de la maison est justifiée par le repli dans la cellera des habitants du barri détruit par une expédition militaire dans les mois précédents, cf. infra.

5 ADPO, 3 E 1 / 331, fol. 4 r°.

6 ADPO, 3 E 1 / 331, fol. 30 r°, 71 r°, 83 r°.

7 B. Alart, C.M., t. B, p. 279, ADPO, 1B-83, 1319.

8 B. Alart, C.M., t. P, p. 328, notule de Guillaume Auriol (n° 4941).

9 ADPO, 3E1/1, fol. 28r°.

10 ADPO, 3 E1/71, a. 1338-1340.

11 Ibid., fol. 134 v°.

12 « item quandam aledriguam, et unum pou( ?), unam velam, unam miga, item unum manares », ibid.

13 « usum et habitacionem de quas teneo et possideo infra quandam domum meam intus villam de Apiano et affrontant in muro ville et in residua mea domo », ibid., fol. 48 v°.

14 Ibid., fol. 138 v°.

15 Ibid., fol. 47 r°, 48 v°.

16 Ibid., fol. 36 r°.

17 « et amplius quandam domum in qua nunc stat dictus pater meus qua est in villa de Apiano », ibid., fol. 45 r°.

18 Ibid., fol. 127 r°.

19 Ibid., fol. 107 r°.

20 « affrontat cum rechatera publica », ADPO, 3 E 1 / 331, fol. 27 v°.

21 ADPO, 3 E 1 / 331, fol. 72 v°.

22 P. Vidal et J. Calmette, Histoire de Roussillon, p. 97.

23 « quia gentes exient domos in quibus habitent propter destructionem barri per dictum nostrum regem Aragonum factum, nisi domus cellarie dividantur, quod si non fecerint, gentes exient locum », ibid.

24 ADPO, notule de Guillaume Auriol (n° 4941).

25 ADPO, 3 E1/71, fol. 181 v°, 182 v°, 183 v°,185 v°.

26 « in cimiterio ecclesie sancti Quirici », ibid., fol. 182 v°, 183 v°. Le fait qu'à une reprise ce terme d'église ne soit pas barré, le cimetière étant toutefois localisé extra villam, ou qu'un autre testament (fol. 184 v°) place ce cimetière intus villam, m'apparaissent comme des erreurs d'écriture des actes.

27 « Conbaudis clericus... constitutus intus locum de Apiano infra capellam Beati Michaelis, citam in ciminterio dictiu loci extra villam », ibid., fol. 120 r°.

28 En 1273, les hommes de Pia prêtent serment à l'archevêque Pierre de Montbrun, ils sont cent-dix. Ce chiffre n'inclut pas seulement les chefs de famille mais tous les adultes mâles en âge de jurer fidélité (cf. Codalet), mais il exclut certainement un certain nombre de dépendants ou de résidents non habilités à la prestation de serment, comme les juifs, dont la présence est par ailleurs connue à Pia. On peut supposer que la population de Pia s'élève à plus de cinq cents habitants.

29 Voir Catalunya Romànica, vol. XIV.

30 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 291-292, ADPO, LFC, fol. 147 v°.

31 ADPO, 3 E 1 / 71, fol. 136-138.

32 « venerabilis capitanus de Appiano fecit... congregari in platea loci predicti de Appiano seu intus fortalicium sive cellariam eiusdem castri cum voce rube per Petrum Pretoris preconem publicum dicti loci, omnes homines intus fortalicium recolligentes et stantes », ADPO, 3 E 1 / 331, fol. 12 v°. On remarque l'affaiblissement démographique.

33 Plainte au sujet de la rupture du rech del moli de Pia e lo ullal en lo lloch appellat la Portalera, B. Alart, CM, t. J, p. 468, manuel de la Curie royale, reg. XIII, ADPO, 1 B 417, fol. 71.

34 R. d'Abadal, « Com neix i com creix.. ».

35 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 275, Liber Feudorum A, fol. 116v°.

36 B. Alart, C.M., t. B. Alart, C.M., t. IV, p. 506, manuel de Guillaume Auriol (not. 4941), le senderio Torella est à nouveau mentionné en 1410, ibid., t. M, p. 274.

37 La via vocata Torrollana est mentionnée en 1401 à Rivesaltes, B. Alart, C.M., t. R2, p. 527, manuel de B. Masdamont.

38 ADPO, manuel de G. Auriol, 3 E1/71, fol. 147 v°, 148 r°-v°.

39 D'après R. Gual, « Fogatges...».

40 ADPO, 1B 127, notule d'André Romeu, fol. 33 v°.

41 B. Alart, C. M., t. B, p. 398, procuration royale, registre XVII, fol. 74 r°, 1323.

42 Ibid., t. D, p. 450-452, ADPO, 1B-192, fol. 32 r°, 1404.

43 Montanyes regalades, 1922, p. 47, d'après le registre de la procuration royale.

44 ADPO, 3 E1/71, fol. 134 v° ; autre mention d'une vigne en ce même lieu, ibid., fol. 64 v°

45 B. Alart, C.M., t. P, p. 339, notule de Raymond Ymbert (n° 30).

46 Voir le plan complété par L. Bayrou dans Catalunya romànica, vol. XIV, p. 305.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Pia
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1890/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540