Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Pézilla-de-la-Rivière

Roussillon

Texte intégral

  • 1 B. Alart, Cartulaire..., p. 118.

1Pidilianum, 876. Eglise Saint-Félix au village, église Saint-Saturnin, au cimetière, 898 ; depuis cette date, Pézilla et ses deux églises étaient une possession de l'abbaye de Lagrasse1.

  • 2 A. Constant, « Un édifice cultuel médiéval et sa nécropole : la chapelle Saint-Satumin de Pézilla- (...)

2L'église Saint-Saturnin, du premier âge roman, située au cimetière, ne semble pas être mentionnée en relation avec un habitat adjacent ; elle est hors les murs pendant toute la période médiévale. Une fouille menée à l'intérieur de son abside a permis de reconnaître la longue permanence des inhumations sur ce lieu, remontant à l'antiquité classique2.

3La donation de Raoul, en 898, comprend aussi les lieux-dits :

  • villarunculo vocato Fonte Terternata (ou Frefrenata ?)
  • ipso Castellari in termino de Corniliano (de la Rivière)
  • un lieu situé in termino de Villars

Regroupement villageois et cellera :

  • 3 Cl. Pailhès, Actes..., n° 150, p. 460.

4En 1236, Bernard Fabre et sa soeur Stéphanie de Pézilla se partagent l'héritage de leur père Arnaud Fabre3. Stéphanie et son mari auront un manse et ses dépendances, sur le terroir de Saint-Felix de Pézilla. Bernard aura un cellier et devra s'acquitter des droits dus pour le cellier auprès de Sainte-Marie-de-Lagrasse, ainsi que de la moitié des droits dus par sa soeur pour le manse. Si Bernard venait à faire défaut à ses engagements, Stéphanie et son mari retiendraient le cellier et tous les biens qui se trouvent à l'intérieur. Celui qui hérite du cellier semble prêt à payer un peu plus que sa part de charges : n'est-ce pas une preuve de l'intérêt porté au cellier ? Il sert de dépôt des récoltes, qui peuvent être saisies en cas de défaillance du débiteur.

5Le manse touche à deux autres manses et à deux voies, l'une qui mène au « portalem d'amont », l'autre au ruisseau des moulins. Le manse est donc à l'extérieur du noyau villageois concentré.

6Le cellier en revanche jouxte au nord une rue, à l'est un cellier (appartenant à un Pons Fabre, parent du défunt ?), au sud la « maison de Sainte-Marie », et à l'est l'entrée de cette maison. Les celliers sont donc regroupés en un même lieu, cette « maison de Sainte-Marie » pouvant être une possession de Lagrasse, un cellier ou une maison d'habitation pour un de ses hommes de confiance.

  • 4 Cl. Pailhès, Actes..., n° 154, p. 475.
  • 5 C'est Cl. Pailhès qui a transcrit cet acte. Plutôt qu'un toponyme particulier, je suis tenté de vo (...)
  • 6 Ce terme rappelle celui d'« antuxano », que nous avons trouvé à Montesquieu où il semblait désigne (...)
  • 7 Difficile à comprendre aussi, ce mot, que l'on retrouve sous une forme plus catalane dans le docum (...)

7En 1239, un acte de vente contenu dans le même cartulaire concerne un autre cellier de Pézilla4. Le cellier est vendu « cum reseturno » ; il est proche de l'église Saint-Félix, dans lacellaria, « apud bistuirem superioris », près d'une tour double de l'enceinte5. Il touche à la tenure de Jaubert de Fonts, à une rue et de deux côtés à un autre cellier et à son « reseturno »6, enfin à un « muro causinal7 » près de la même « bistuirem ». Les vendeurs disent tenir ce cellier pour Sainte-Marie-de-Lagrasse, à qui les acheteurs s'engagent à verser le cens annuel de deux poules et d'un peu de blé. Cette vente est approuvée par l'abbé Bernard puis par Guillem du Soler et son neveu Dalmau, qui ont perçu leur droit de mutation.

  • 8 B. Alart, C.M., t. E, p. 136, source : notule André Romeu, 1375, 1B-131.

8En 1375, une maison est vendue, que est intus cellariam de Pediliano8. La description précise montre une maison à étage avec entrée, courette attenante, toit en pente et écoulement des eaux. Cette vente se fait avec l'accord du prévôt de Pézilla.

9Quelques indications précises contenues dans ces documents éclairent un peu mieux les caractéristiques des celleres. On retrouve à Pézilla la concentration de celliers, indépendants des autres bâtiments agricoles, dans un même lieu, autour de l'église. On trouve aussi dans cette cellaria des « tenures » (« tenedone, tenencia »), sans plus de précision. L'abbaye de Lagrasse y a une maison plus particulièrement réservée : cellier de perception des droits ou demeure du prévôt. Les seigneurs laïcs et ecclésiastiques du village se partagent des droits sur les celliers, cens recognitif (deux poules) et droits de mutation.

Seigneurs et fortifications :

  • 9 Cl. Pailhès, Les actes..., n° 249, p.729.
  • 10 Le rapprochement entre mur de terre/mur de « caus » me semble conforter l'hypothèse qu'il s'agit d (...)

10En 1271, Pierre Bernard reconnaît tenir d'Arnaud de Durban, prévôt de Pézilla, et de l'abbé de Lagrasse une « mansata » qui se trouve dans le castrum de Pézilla, sur le territoire de Saint-Pierre ( ?) et de Saint-Félix9. Cette mansata est composée de cinq pièces de terre et d'une vigne, plus un cellier « cum suo reseturno » qui se trouve dans la cellaria de Pézilla. Ce cellier jouxte de deux côtés des tenures, dont celle d'Ermengaud de Fonts, d'un autre un cellier « et reseturno », d'un autre le mur « de caus » et enfin le mur de terre « in muro de terra versus cellariam »10. Le tenancier versera au monastère un cens annuel de sept sous, une demi-émine d'orge et deux poules.

  • 11 Cl. Pailhès, Les actes..., n° 262, p.761.

11En 1278, une maison de Pézilla (domum) se trouve infra forciam11.

  • 12 Cl. Pailhès, Les actes..., n° 88, p. 289.

12La cellaria est entourée d'un mur de terre, plus ancien, conservé jusqu'à la fin du xiiie siècle. Cependant existe aussi, au moins par endroits, un mur de chaux, et certainement une porte fortifiée. Nous connaissons les circonstances de leur construction, en 1207, grâce au contrat que l'abbé avait fait établir12. Il donnait l'ordre de faire des murs de pierre et de chaux (« murospetre et calxcis »), autour de la forcia, ce mur, large de quatre cannes de Narbonne, haut de quatre, devait avoir deux « tours », l'une dite « tour de la porte », s'élevant de deux cannes au-dessus des murs. Les travaux devaient durer huit années. C'est cette cellera fortifiée qui est appelée la forcia. Le mur de terre qui l'entourait prélablement subsiste par endroits au xiiie siècle.

Structure du village et activités :

  • 13 On remarque que cet homme porte un nom issu de la cellera, cf. annexe « Patronymes ».
  • 14 ADPO, 3 E 1 / 4949, fol. 3.

13En 1345, un habitant de Pézilla vend à Raymond Celera13 de Thuir le droit d'habiter dans une maison située dans le barri de Pézilla, au lieu-dit al carrer daval14.

  • 15 B. Alart, C.M., t. D, p. 305, ADPO, 1B-173, fol. 29.

14Lors de l'inventaire des biens de feu Jean Canta, en 1435, on mentionne une concession en acapte donnée par Jacques Canta, pareur de draps de Perpignan, à un couple d'habitants de Pézilla, en 133815. Elle concerne une maison située in barrio, dans le barri, le faubourg. Ainsi nous voyons se mettre en place ici aussi la structure radio-concentrique de l'habitat villageois, autour de la cellera, son noyau central.

  • 16 ADPO, 3 E 3/897, fol. 8v.
  • 17 « quoddam patuum meum cum omnibus suis edificiis et lapidibus qui et que nunc in eo sunt », 3 E 3 (...)

15En 1440, une femme nommée Guiranda vend à un prêtre une maison située dans le fortalicium de Pézilla16. Un habitant de Pézilla vend à la même date un patuum, probablement en partie bâti, situé dans le barri de ce lieu17.

  • 18 3 E 1 / 3289, document communiqué par Denis Fontaine.

16Un testament de 1539 concède l'usufruit de la moitié d'une maison située à Pézilla dins la força18.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 19 Bayrou, Castellvi, « Esquisse... », p. 211.

17Le plan du village est très clair : un cercle assez régulier de maisons entoure l'église, qui a toutefois une position excentrée, due probablement à une reconstruction. Une porte fortifiée subsiste au nord-est ainsi que quelques fragments de murs près de l'entrée sud-ouest19. Ce « cercle » de maisons a environ 95 m de diamètre nord-sud et 105 m d'est en ouest. Ces dimensions, supérieures à celles d'une cellera de trente pas, s'expliquent peut-être par une église de taille plus importante, ou par un agrandissement au moment de la construction des murs en dur.

Finage et occupation du territoire :

  • 20 3 E 1/291, fol. 67 v°.

18Un cordonnier de Perpignan paie en 1434 le transport d'une certaine quantité de tuiles depuis le four à tuiles de Pézilla jusqu'au moulin de Canohès20.

Synthèse :

19Pézilla présente l'intérêt d'une ancienne villa, d'origine probablement antique, sur laquelle ont été établies très tôt deux églises et où l'habitat s'est concentré autour de l'une d'entre elles, sous la forme d'une cellera dont les textes et le plan ont gardé la trace, alors que l'autre conservait une fonction plus strictement funéraire. Le rôle des abbés de Lagrasse dans la préservation de cette cellera et sa fortification est à souligner.

Plan cadastral de Pézilla-de-la-Rivière

Plan cadastral de Pézilla-de-la-Rivière

Notes

1 B. Alart, Cartulaire..., p. 118.

2 A. Constant, « Un édifice cultuel médiéval et sa nécropole : la chapelle Saint-Satumin de Pézilla-de-la-Rivière », Etudes roussillonnaises, t. XIII, 1995, p. 79-85.

3 Cl. Pailhès, Actes..., n° 150, p. 460.

4 Cl. Pailhès, Actes..., n° 154, p. 475.

5 C'est Cl. Pailhès qui a transcrit cet acte. Plutôt qu'un toponyme particulier, je suis tenté de voir dans ce « bistuirem » une variante de « bisturrim », une tour double (MLLM, bisturris, xiiie s.), qui pourrait être tout simplement une porte d'entrée du castrum. Cette expression « bistuirem superioris » me paraît être une version latinisée un peu pédante du « portalem d'amont » de l'acte précédent.

6 Ce terme rappelle celui d'« antuxano », que nous avons trouvé à Montesquieu où il semblait désigner aussi une construction ou plutôt un terrain adjacent au cellier.

7 Difficile à comprendre aussi, ce mot, que l'on retrouve sous une forme plus catalane dans le document suivant (« caus »), me semble indiquer la nature du mur : un mur de chaux (catalan : calç). Les interprétations de « Bistuirem » et de « causinal » se complètent et se confortent l'une l'autre : une porte à tour double, près d'un mur de chaux, solide. Il semble que nous ayons affaire dans ce document à un scribe particulièrement rétif aux formes catalanes « vulgaires ».

8 B. Alart, C.M., t. E, p. 136, source : notule André Romeu, 1375, 1B-131.

9 Cl. Pailhès, Les actes..., n° 249, p.729.

10 Le rapprochement entre mur de terre/mur de « caus » me semble conforter l'hypothèse qu'il s'agit de chaux.

11 Cl. Pailhès, Les actes..., n° 262, p.761.

12 Cl. Pailhès, Les actes..., n° 88, p. 289.

13 On remarque que cet homme porte un nom issu de la cellera, cf. annexe « Patronymes ».

14 ADPO, 3 E 1 / 4949, fol. 3.

15 B. Alart, C.M., t. D, p. 305, ADPO, 1B-173, fol. 29.

16 ADPO, 3 E 3/897, fol. 8v.

17 « quoddam patuum meum cum omnibus suis edificiis et lapidibus qui et que nunc in eo sunt », 3 E 3 / 897, fol. 5r.

18 3 E 1 / 3289, document communiqué par Denis Fontaine.

19 Bayrou, Castellvi, « Esquisse... », p. 211.

20 3 E 1/291, fol. 67 v°.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Pézilla-de-la-Rivière
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1889/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540