Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Peyrestortes

Roussillon

Texte intégral

1Paredstortes, 925, église Saint-Jean-Evangéliste, 1130

2Les seigneurs de Peyrestortes sont les protecteurs de Sainte-Marie d'Espira-de-l'Agly, qu'ils ont contribué à doter.

Regroupement villageois et cellera :

  • 1 ADPO, 12J24, n° 194.

3En 1143, Falva et ses enfants, Bérenger, Raimond, Udalard, Bernard, Guillem, ainsi que Pierre Gros et Saurina vendent à Sainte-Marie d'Espira (de l'Agly) un alleu qu'ils possèdent infra villa de Parietes Tortes, dans le territoire de Saint-Jean1. Cet alleu, qui est enclos de murs, se trouve entre une casa et trois mansi, et est vendu pour la somme de quarante sous.

  • 2 « item l'acte de la concordia... sobre el mas de la cellaria que es cerca del mas de Ot de Peresto (...)
  • 3 B. Alart, C.M., t. VII, p. 357, d'après une notice de Puignau, rubrique 10, actes de La Réal, n° 3 (...)
  • 4 B. Alart, C.M., t. 2, ms 10760, p. 7, Puignau, rub. 10, fol. 746 v°.

4En 1150, un document dont nous ne possédons qu'une notice du xviie siècle2, concerne un mas, ou maison, dite « maison de la cellera », donné par un homme de Baixas au prieuré d'Espira de l'Agly. Le village où il se trouve n'est pas mentionné, mais on précise qu'il est cerca del mas de Ot de Peyrestortes. Il est probable que cette maison de la cellera se trouve à Peyrestortes. Ce même seigneur de Peyrestortes, Ot et son épouse donnent à Bernard Masot et à ses enfants et à Sainte-Marie d'Espira (de-l'Agly) aquell gran lloch de cellarii de Raymond Rufia, qui touche à sa maison jusqu'à la porte de Bernard Isern, par un acte disparu en date du premier juillet 11593. La même année Raymond Castla de Pia (le castlà de Pia ?), sa mère et son frère vendent au prieur d'Espira le cinquième qu'ils possèdent d'une maison de Peyrestortes qui touche au cimetière et à l'église4.

  • 5 « et quod dictum jus vindimie defferas cum tua bestia ad nostram cubam de Parietibus Tortis. », AD (...)

5En 1234, le prieur de Sainte-Marie d'Espira donne en acapte à Jacques Roger une vigne, sur le territoire de Saint-Jean de Peyrestortes, sous la condition qu'il donne une part de la récolte, septenam saumatam, et decimam et primiciam, et qu'il porte le « jus de la vendange » avec ses bêtes dans la cuve que le prieuré possède à Peyrestortes5. Le prieuré d'Espira possède une maison (un cellier) dans laquelle ses tenanciers doivent porter à leurs frais les redevances dues, qui comprennent ici les redevances dues au titre de la paroisse et de la terre.

  • 6 « quoddam cellarium quod est intus villam de Parietibus Tortis quod affrontat ex una parte in via (...)

6On cite un cellier dans le village, qui touche au mur du village et à la propriété du seigneur de Peyrestortes, en 12926. Ceci laisse supposer une cellera, puisque le cellier se trouve à l'intérieur de la villa, et qu'il touche à la fortification et à la résidence seigneuriale. Ce cellier tenu par Bernard Roger pour le roi de Majorque fait partie d'une exploitation rurale comprenant plusieurs terres, une courette, une aire, une mansata.

  • 7 B. Alart, C.M., t. P, 177, inventaire de la famille de Peyrestortes et d'Oms, fol. 108 v°.

7Cette cellera apparaît dans un document de 13297. A cette date intervient un accord entre le seigneur de Peyrestortes et le monastère d'Espira. Le seigneur pourra, quand il les aura achetées, échanger des rentes en Roussillon contre les revenus que le monastère perçoit à Peyrestortes. Le prieur retient toutefois par avance toute la dîme et ce qui est dû au titre de la dîme, ainsi que la maison du curé, qui est située dans la cellera, ainsi que les dépendances de celle-ci (un jardin et une oliveraie), une maison près du cimetière et la sala du monastère qui est dans la cellera, ainsi que des vignes. On remarque que la cellera est le lieu où l'on trouve les dépendances ecclésiastiques, le cimetière aussi probablement (cf. plan), mais aussi quelques espaces non bâtis. On peut noter le souci du prieuré d'Espira de conserver tous ses biens à l'intérieur de la cellera, en les excluant par avance de l'échange qu'il propose.

  • 8 B. Alart, C.M., t. M, p. 509-510, notule de P. Pastor (n° 1906), biens achetés par le vendeur en 1 (...)

8En 1418, parmi les droits et biens vendus par un homme de Rivesaltes à Anna, veuve du seigneur de Peyrestortes, le chevalier Seguer de Peyrepertuse, on compte unum sellarium seul, situé intus dictum locum, ainsi qu'un patuum au même lieu8. Ce cellier se trouvant à l'intérieur du village, le fait qu'il soit cité seul, vendu sans allusion à une maison dont il ferait partie, indique sans trop de doute qu'il se trouve dans la cellera.

  • 9 « unam domum meam intus cellariam dicti loci de Parietibus Tortis », ADPO, 3 E 1 / 291, fol. 140 v (...)

9En 1444, Jean Pagès de Baixas vend à Jean Fabre de Peyrestortes une maison située à l'intérieur de la cellera de ce village, pour quinze livres et onze sous. Hot d'Oms, donzell de ce lieu perçoit sur cette maison un cens d'une poule et de huit deniers à Noël, ainsi qu'un droit de mutation en cas de vente9.

Seigneurs et fortifications :

  • 10 B. Alart, C.M., t. Z, p. 509-510, en 1320.

10Une maison forte seigneuriale est mentionnée dans le village. Elle est appelée encore aujourd'hui « le château » : il s'agit d'une grosse bâtisse contiguë à l'église. La base de ses murs, en gros appareil équarri est semble-t-il médiévale. Une description assez détaillée du château est donnée dans l'acte de vente de celui-ci, faite par le seigneur de Peyrestortes à son fils10.

  • 11 B. Alart, C.M., t. P, p. 175, inventaire de la maison de Peyrestortes, fol. 108r°.
  • 12 « circuit y clos de muralles y torres », ibid.
  • 13 Vidimus de la lettre royale donnée au château de Bellver, le six des calendes de juillet de l'an 1 (...)

11Un vidimus d'une lettre du roi Sanche de 1314 était contenu dans les papiers de la famille de Peyrestortes et d'Oms11. Il est malheureusement incomplet, le notaire qui l'a recopié en donne la raison : « la carta es ratada, no ne pogut mes legir », les rats ont détruit l'essentiel du document. Le roi y organisait la fortification du castell (castrum ?) de Peyrestortes, afin qu'il soit entouré et fermé de murs et de tours12. Il souhaite que les habitants y contribuent, en payant chaque année la vintena (le vingtième) et que le seigneur verse le vingt-cinquième de tous les profits et rentes. Dans cette même charte se trouvait une autre copie d'un vidimus d'une autre lettre du même roi13, adressée à Pons de Caramany, seigneur de Paracolls, lieutenant du roi, à qui il fait savoir, de la part de Mossen Hot de Peyrestortes, fils de Pierre de Peyrestortes, que certains de ceux qui ont des terres et droits sur le territoire du castell de Parestortes veulent s'exempter de contribuer aux dépenses nécessaires à l'ouvrage des murailles dudit castell. C'est pourquoi le roi ordonne au dit lieutenant, à propos du monastère d'Espira-de-l'Agly et des hommes de Baixas, de tous les autres d'où qu'ils soient, ainsi que de ceux qui après la publication de la lettre royale concernant cette contribution auraient choisi d'habiter à Perpignan, qu'il les fasse contraindre à contribuer aux dites dépenses.

  • 14 « per la reparacio del castell de Perestortes... los pagesos paguien al vintey al senyor de 25 », (...)

12Au xve siècle, les murailles sont endommagées, et leur réparation s'impose. Mais les habitants ne sont pas prêts à faire les frais de ces travaux, puisque le seigneur est contraint de demander au gouverneur du Roussillon de faire respecter ce que le roi a prescrit, à savoir que pour la réparation du « château » (la fortification villageoise ?) de Peyrestortes, les paysans paient le vingtième et le seigneur le vingt-cinquième14.

Structure du village et activités :

  • 15 « quem vocant pasturellam », ADPO, 12 J 24, n° 202.

13En 1146, un nommé Raimond Roger de Rippis, qui porte le surnom de pastoureau15, donne à Sainte-Marie d'Espira-de-l'Agly l'alleu qu'il possède dans la paroisse Saint-Jean de Peyrestortes, et reçoit pour cette donation un vase (vexellum) que lui remet le prieur. S'agit-il d'un vase rituel, d'un objet précieux ou sacré, ou bien d'un vase vinaire, d'un récipient destiné au stockage ?

  • 16 ADPO, 12 J 24, n° 240, analyse du cartulaire du chapitre de Notre-Dame d'Espira, acte n° XXXIV.

14En 1147, Rufa et Bernard Etienne donnent à Notre-Dame d'Espira leur part de droits seigneuriaux à Peyrestortes, parmi lesquels les cepages, vineagulies, usaticos, dominationes16.

Plan et vestiges architecturaux :

15Le plan du village au xixe siècle fait apparaître les vestiges du regroupement de maisons autour de l'église, surtout au nord-ouest, délimité par une rue enveloppante. Contre le mur est de l'église s'élève le « château », qui est installé au coeur de la cellera. Une enceinte plus large, dont il subsiste quelques éléments défensifs, en particulier une porte fortifiée, est conservée en partie vers le sud.

Communauté villageoise :

  • 17 B. Alart, C.M., t. Z, p. 164, notaire Puignau, rubrique 10, fol. 739v°.

16La communauté villageoise est organisée assez tôt, puisqu'en 1298 un groupe d'hommes, tous de Peyrestortes, au nom de l'universitat de Perestortes, vend à Arnaud Boixo una casa a Perestortes dita la fabrica comuna que es dins la vila, étant saufs les droits dus au prieur d'Espira et à Pierre de Peyrestortes, soit deux deniers de cens à Noël17.

  • 18 ADPO, 2 HDT p 87, pli 26, n° 1.

17En 1425, un habitant de Saint-Estève, qui gère les biens de son épouse originaire de Peyrestortes, vend à un habitant de Peyrestortes deux maisons qui avaient appartenu au père de son épouse. L'une se trouve in barrio et touche cum torrente (le correc !), l'autre est intus cellariam dicti loci et touche cum domo capellanie dicti loci18. La veuve du seigneur de Peyrepertuse perçoit les droits de mutation sur ces maisons, qui sont vendues pour seize livres et dix sous.

Finage et occupation du territoire :

  • 19 ADPO, 12 J 24, n° 195.

18En 1143, le seigneur de Peyrestortes, Bernard, sur la demande de son frère Dalmau mourant, donne à Espira toute leur rivière de l'Agly, depuis le gué de Fredol jusqu'au territoire de Sainte-Marie de Rivesaltes, avec les rives des deux côtés19. Cette donation inclut le droit d'interdire à tout homme de chasser, pêcher, faire paître du bétail ou couper du bois sur ces rives et cette rivière.

  • 20 B. Alart, C.M., t.XV, p. 132, AHP, plech 26, n° 3.

19Un champ vendu en 1362 est situé in terminis de Parietibus Tortis, loco vocato era veyla20.

  • 21 ADPO, 12 J 24, n° 200.

20Une strata publica quae pergit ad Fontem touche à un jardin, sur le territoire de Peyrestortes21.

Synthèse :

21Le plan comme les textes montrent qu'à Peyrestortes a existé une cellera, comprenant des celliers, groupés autour de l'église. Cette cellera a été fortifiée, et la famille des seigneurs locaux a établi en son coeur une maison forte. Le village s'est ensuite agrandi autour de ce noyau originel et s'est doté de murailles plus larges.

Plan cadastral de Peyrestortes

Plan cadastral de Peyrestortes

Notes

1 ADPO, 12J24, n° 194.

2 « item l'acte de la concordia... sobre el mas de la cellaria que es cerca del mas de Ot de Perestortes e de ses senyories... acte pres per mestre Pere Levita, notari, a dos de las nonas de setembre del any 1150 », B. Alart, C.M., t. Z, p. 82, rubriques de Puignau, n° 10, fol. 739v°.

3 B. Alart, C.M., t. VII, p. 357, d'après une notice de Puignau, rubrique 10, actes de La Réal, n° 357.

4 B. Alart, C.M., t. 2, ms 10760, p. 7, Puignau, rub. 10, fol. 746 v°.

5 « et quod dictum jus vindimie defferas cum tua bestia ad nostram cubam de Parietibus Tortis. », ADPO, H 2.

6 « quoddam cellarium quod est intus villam de Parietibus Tortis quod affrontat ex una parte in via et alia in muro dicte ville et ex alia in tenencia domini de Parietibus Tortis », ADPO, 1B-16, fol. 9 r° ; le même cellier est l'objet d'une reconnaissance par les héritiers de Bernard Roger, en 1293, ADPO, 1 B 16, fol. 16 r°-v°. Pour cette exploitation rurale les teneurs s'engagent à donner la moitié d'une albergue de trois chevaliers.

7 B. Alart, C.M., t. P, 177, inventaire de la famille de Peyrestortes et d'Oms, fol. 108 v°.

8 B. Alart, C.M., t. M, p. 509-510, notule de P. Pastor (n° 1906), biens achetés par le vendeur en 1387.

9 « unam domum meam intus cellariam dicti loci de Parietibus Tortis », ADPO, 3 E 1 / 291, fol. 140 v°.

10 B. Alart, C.M., t. Z, p. 509-510, en 1320.

11 B. Alart, C.M., t. P, p. 175, inventaire de la maison de Peyrestortes, fol. 108r°.

12 « circuit y clos de muralles y torres », ibid.

13 Vidimus de la lettre royale donnée au château de Bellver, le six des calendes de juillet de l'an 1314, ibid.

14 « per la reparacio del castell de Perestortes... los pagesos paguien al vintey al senyor de 25 », B. Alart, C.M., t. G, p. 112, en 1439, d'après les rubriques de Puignau, analyse en catalan, registre VI, fol. 366 r°.

15 « quem vocant pasturellam », ADPO, 12 J 24, n° 202.

16 ADPO, 12 J 24, n° 240, analyse du cartulaire du chapitre de Notre-Dame d'Espira, acte n° XXXIV.

17 B. Alart, C.M., t. Z, p. 164, notaire Puignau, rubrique 10, fol. 739v°.

18 ADPO, 2 HDT p 87, pli 26, n° 1.

19 ADPO, 12 J 24, n° 195.

20 B. Alart, C.M., t.XV, p. 132, AHP, plech 26, n° 3.

21 ADPO, 12 J 24, n° 200.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Peyrestortes
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540