Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Perpignan

Roussillon

Texte intégral

1Perpinianum, 927. Eglise Saint-Jean-Baptiste, 1025.

  • 1 Cf. fouilles anciennes ou plus récentes du Bd Kennedy, du Petit-Clos ou de Mailloles.

2Perpignan apparaît assez tardivement dans les sources, malgré l'existence de plusieurs sites d'époque romaine impériale sur le territoire de l'actuelle commune1.

Regroupement de l'habitat et cellera :

  • 2 MH, n°199, « …et cum cimiterio in girum ecclesiae ad corpora mortuorum sepelienda ». Remarquer l'e (...)

3L'évêque d'Elne, qui consacre l'église Saint-Jean en 1025, lui accorde un cimetière l'entourant, pour y ensevelir les corps des morts2.

  • 3 MH, n° 331. Le document suivant, MH, n° 332, daté de 1110, confirme qu'il faut bien voir dans cett (...)

4En 1102, l'église Saint-Jean devient une collégiale, où les clercs vivront en communauté « selon la règle canonique », ainsi que l'atteste la donation qui lui est faite par le comte du Roussillon Guilabert3. Cette donation concerne les dîmes et tous les alleux de l'église, ainsi que les offrandes des vivants comme des morts.

  • 4 Et la diversité de sa population, le texte évoquant plus loin les « nobiles homines jamdictae vill (...)
  • 5 « ...de parte altano in muro cellariae ubi est sita ecclesia sancti Johannis... », MH, n°331.
  • 6 Patrice Alessandri, archéologue AFAN, m'a dit avoir repéré, à quatre mètres au dessous du niveau a (...)

5En 1116, le comte du Roussillon Arnaud et le viguier de Perpignan donnent une terre et un emplacement pour y élever des bâtiments à la gloire de Dieu et un hôpital pour réconforter les pauvres du Christ. Création typiquement urbaine qui renseigne sur le développement déjà atteint par la ville4. Ce terrain touche à l'ouest le mur de la cellera où se trouve l'église Saint-Jean5. La parcelle donnée est à l'extérieur de la cellera puisqu'elle touche à la Têt. Cet espace dénommé « cimetière » en 1025 était bien un espace sacré, au sens large ; les bâtisses y sont assez serrées déjà pour qu'on ne puisse trouver place à l'intérieur pour une nouvelle construction. Surtout, la cellera est déjà entourée d'une fortification, peut-être rudimentaire6. Il s'agit de la première mention d'un « mur de cellera » dans le diocèse.

  • 7 En 1292, le fils d'un cordonnier donne au Temple quendam cellarium qui est in villa Perpiniani, B. (...)

6Le terme de cellaria induit la présence des celliers, au moins à l'origine. Mis à part celui de l'hôpital, qui semble bien se trouver près de cet endroit, mais établi postérieurement à la cellera, les autres mentions de celliers sont tardives7, et ils ne se trouvent pas dans la cellera. Il est clair que dès le début du xiie siècle, l'importance prise par le quartier autour de Saint-Jean (sala des comtes, quartier canonial) en a chassé les celliers.

  • 8 B. Alart, C.M., t. VII, p. 593-594, AHP, plech 34, n° 13.

7En 1176, une maison (mansum) donnée à l'hôpital est juxta predictum hospitale. Elle touche au midi in manso hospitalis (c'est-à-dire à l'hôpital), à l'ouest comme à l'est à deux manso canonice distincts et au nord au mur de la ville8. La donatrice déclare habiter cette maison et la tenir de son père. Les deux maisons canoniales révèlent que s'est développé autour de Saint-Jean un véritable quartier canonial, comme celui que nous trouvons à la même époque autour de la cathédrale d'Elne.

  • 9 ADPO, 1B 7, « mansus affrontat ab oriente in carreria hospitalis pauperum, de meridie in carreria (...)

8En 1183, un manse (maison) se trouve situé entre la rue de l'hôpital des pauvres et la rue « commune », et touche à une autre maison (mansus)9.

  • 10 B. Alart, C.M., t. P, p. 171, inventaire de la famille de Peyrestortes.

9L'environnement de l'église Saint-Jean est à dominante cléricale dans les siècles suivants. Ainsi, en 1298, les fils d'Etienne de Vilarasa vendent à un pareur de draps les cens qu'ils percevaient sobre unes cases que tenia Laurens Pages canonge de Sant Joan10. Ces maisons se trouvaient entre les fours de Saint-Jean (cf. l'actuelle « rue du Four Saint-Jean ») et le cimetière de ladite église (sur l'emplacement actuel du « campo santo » ?).

Structure urbaine et activités :

  • 11 B. Alart, C.M., t. P, p. 179, inventaire des archives de la famille de Peyrestortes et d'Oms, fol. (...)
  • 12 Voir la signification de ce mot, annexe « Patronymes », infra.

10En 1333, un document cite un carrer de la cellaria, en une localité qui n'est pas mentionnée, mais le contexte (personnages cités, environnement économique et social) font pencher pour une localisation à Perpignan. C'était sans doute une « rue de la sellerie » (i. e. « des selliers », fabricants de selles), et non de la cellera11. Plusieurs des voisins y sont pictors12.

  • 13 « in villa Perpiniani extra muros veteres ipsius ville ». L'enquête sur leur situation précise est (...)
  • 14 ADPO, 1 B 16, fol° 26, v°.
  • 15 « in podio dicti domini regis quod est juxta castrum dicti domini regis », ibid.
  • 16 « extra tamen muros veteres ipsius ville, ante plateam ubi venditur bladum ».
  • 17 Cf. A. de Roux, Perpignan, guide du Publicateur, 1992, p. 10, plan.

11Dans un jugement de 1281 puis en 1295, on précise qu'une tenure se trouve dans la ville de Perpignan, à l'extérieur des vieux murs de cette ville13, on la nomme « condamina comitis de Saisis quondam »14. Elle confronte à l'est la tenure des Frères Pénitents, au sud au puig du roi, près du château royal (probablement le quartier Saint-Jacques et la place du Puig)15, au nord à la route qui passe près du ruisseau royal (la rue du Ruisseau actuelle), enfin à celle dite anciennement des « meules », appelée maintenant des « armes ». La même localisation se répète en 1300 pour un ouvroir (operatorium), qui se trouve hors des vieux murs, devant la place du blé16. Cette place est peut-être celle du marché aux grains (la place Rigaud actuellement), et les murs anciens pourraient difficilement être ceux de 1167 (cf. infra), qui semblent enserrer tout le quartier, il pourrait alors s'agir d'un mur plus ancien, celui de la cellera17.

  • 18 « caput illius facere et crescere cum capellis usque et versus palatium venerabilis episcopi Elnen (...)

12Le quartier environnant l'église Saint-Jean (le Vieux) nous est mieux connu par l'autorisation d'agrandir celle-ci, donnée en 1321 parle roi Sanche aux hommes de Perpignan18. Ils peuvent élever un nouveau chevet, l'élargir par plusieurs chapelles jusqu'au palais de l'évêque d'Elne et la prolonger en lui réunissant, à l'autre extrémité, le cellier de l'hôpital des pauvres de Perpignan (l'entrée du premier Saint-Jean-le-Vieux se trouvait sur le côté). L'hôpital, installé contre le mur de la cellera, possède à l'intérieur de celle-ci un cellier, accolé au mur ouest de cette première église originelle. C'est le seul cellier se trouvant à l'intérieur de la cellera dont nous ayons gardé trace. En remplacement de ce cellier, les consuls de Perpignan, qui ont en charge la gestion de l'hôpital, ont acquis une demeure (hospitium) qui touche à l'hôpital et au mur de la ville. Le roi leur fait grâce de tout cens sur cet hospitium cum patuis et domibus ejus que les consuls ont payé la grosse somme de cinq mille cinq cents sous de Barcelone. Ce prix élevé, même pour une demeure comprenant plusieurs cours et maisons, donne une idée du renchérissement des terrains centraux et de la fortune de la ville.

  • 19 « avia comensada la iglesia nova de S Joan Batista de la vila de Perpinyay el sementeri de aquela (...)

13En 1324, le roi Jacques de Majorque, comte du Roussillon et de Cerdagne, comme son père le roi Sanche avait commencé les travaux de l'église nouvelle de Saint-Jean et de son cimetière, la vieille étant devenue trop petite en raison de l'accroissement de la population de Perpignan, concède un privilège permettant de donner en acapte des terres en tous lieux pour la fabrique de cette église et de son cimetière19. C'est de cette extension que date l'église Saint-Jean-le-Vieux telle que nous la connaissons aujourd'hui avec ses trois travées.

  • 20 B. Alart, Llibre dels coronets, p. 1, ms 112, médiathèque de Perpignan, qui donne les références s (...)
  • 21 B. Alart, C.M., t. XVII, p. 472-473.

14Plusieurs documents signalent la destruction, au milieu du xive siècle et au début du xve, de maisons tenues pour l'hôpital de Perpignan, qui se trouvaient sur le cimetière Saint-Jean20. En 1408, un marchand de Perpignan qui est chargé de l'oeuvre de l'église Saint-Jean déclare que certaines maisons tenues pour l'hôpital des pauvres ont été détruites et ajoutées au cimetière de l'église Saint-Jean21.

Développement urbain :

  • 22 ADPO, FdF, 12J25, n°251, « tabulant intus merchatal ante mazello ».

15En 1152, le comte Gaufred donne à Perpignan, à un nommé Pierre Bernard, un étal dans le marché, devant la boucherie22. Il donne aussi une maison (manso), qui touche au nord le cimetière et la « sala vetula » (l'ancienne demeure seigneuriale) qui appartient aux donateurs, à l'est les fossés récents, tovis novos, au sud une autre maison, et à l'est la rue. Des fossés auraient donc été creusés depuis peu, peut-être une nouvelle enceinte depuis le mur cité en 1116.

  • 23 MH, n°447, « ...extra muros villae Perpiniani...».
  • 24 LFM, n°792, « ... et molinos qui sunt juxta portal qui exit ad Malleolas ».

16En 1167, le comte Girard donne à l'hôpital tout ce qui lui appartient hors des murs de la ville23, et dans son testament, en 1172, il lègue aux Templiers des moulins qui sont près de la porte par où l'on sort vers Mailloles24. La ville est en apparence déjà dotée d'une fortification beaucoup plus large que celle de la cellera primitive, moins de soixante ans après la première mention de celle-ci.

  • 25 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, Livre vert mineur, fol° 19.

17En 1174, sont mentionnés le foro ville Perpiniani et son mercatale25.

  • 26 « retentis cellario meo ejusdem mansi et camera que cum ipso cellario se tenent », B. Alart, C.M., (...)
  • 27 « Et retineo mihi quod janua dicti mansi que exit in via dicti calli stet clausa et non intretur n (...)

18En 1283, un juif du nom de Juceff, fils de Juceff d'Elne, loue au prévôt de Saint-Cucufat de Valbonne, le « mas » dans laquelle il habite, avec ses maisons et dépendances, mais retient le cellier de ce « manse » et la chambre qui lui est contiguë26. Ce manse se trouve in callo Judeorum Perpiniani, c'est-à-dire non loin de la cellera originelle, mais nettement hors du mur primitif de la ville, dans la rue actuelle de Saint-François de Paule, qui monte vers la place du Puig, anciennemant plassa de les Juntes. A noter que le loueur, se réserve aussi d'interdire au locataire, non juif, l'entrée et la sortie par la porte de cette maison qui donne directement sur le Call27. Il faut donc supposer que cette maison est dotée de deux entrées, l'une sur la « ville chrétienne », l'autre sur la rue juive.

  • 28 « ...et cum botiga eiusdem que tenet locum unius cistelle... », ADPO, 1B 26, fol 54 r°.

19Un ortolà de Perpignan vend à un autre, en 1331, la moitié d'une tabula et le lieu sur lequel elle est située et une botiga sur la place de la Caulacerie veteri28.

  • 29 ADPO, 1 B 192, fol° 72 r°-75 v°.

20Un document de 1384 fait apparaître l'extension prise par la ville, mentionnant ses différents quartiers, rues, places, marché, ainsi que le « Poids de la Farine » et la « Loge »29.

  • 30 ADPO, 1 B 236.

21Entre 1413 et 1432 est délivrée l'autorisation de clôturerun carrefour situé derrière le cimetière de l'église Saint-Jean30.

  • 31 Pierre Puiggari,« L'église Saint-Jean-le-Vieux à Perpignan », Ruscino, n° 1, mars 1911, p. 43-57, (...)

22Le plan du quartier de l'église Saint-Jean à Perpignan est difficile à utiliser. Il a été le cadre de nombreux remaniements, destructions et agrandissements31. La primitive église Saint-Jean se trouve au rez-de-chaussée du clocher, contre le mur nord de la nouvelle cathédrale.

  • 32 D'après Patrice Alessandri, dans BAAPO, n° 7, janvier 1993, p. 43-44, qui ajoute : « I1 s'agit trè (...)

23Lors de fouilles récentes dans la chapelle funéraire, construite entre 1383 et 1389 au centre du Campo Santo, situé contre le mur sud de la cathédrale, on a pu retrouver les restes d'importants remblais provenant de la destruction d'une nécropole et d'un habitat32.

Fortifications :

  • 33 LFM, t. II, doc. n° 792, p. 274-275.

24Dans son testament, en 1172, Girard, comte de Roussillon, lègue des moulins près de la porte par laquelle on va vers Mailloles33.

  • 34 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, Livre vert mineur, fol. 19 v°, 14-15.

25En 1175, le roi Alphonse voulait déplacer la ville de Perpignan sur le Puig des Lépreux (auj. place du Puig)34. Le roi cède aux supplications du peuple (et à ses deniers), et permet que les habitants restent en leur ville. Ce transfert était probablement motivé par le souci d'offrir à la ville royale (donnée par le comte Girard à son seigneur-roi en même temps que le Roussillon) un meilleur site défensif. En effet, le roi ajoute : « que tous les habitants de la ville de Perpignan contribuent à faire les murs et fossés, sans qu'aucun privilège les en dispense ». Afin de construire les remparts, on accorde aux hommes de Perpignan le guidonage. Il défend aussi que quiconque ait dans la ville de Perpignan des femoras, et que tout contrevenant paie dix sous d'amende, dont cinq à la curie royale, et cinq à l'oeuvre des murs et fossés.

  • 35 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, AHP, 20, n° 80, on retrouve ce terme à Maureillas, et à Canomals, (...)

26En 1198, une maison dans Perpignan touche aux tovis dicte ville et au chintanal de Raimond Guillem35.

  • 36 B. Alart, C.M., t. XI, p. 175, manuel de P. Amoros.
  • 37 ADPO, 1B17, papier volant entre les fol. 4 et 5, s.d., probablement 1281.
  • 38 ADPO, 1B17, fol. 5 v°, a. 1281.

27En 1272, l'infant Jacques concède à un habitant de Perpignan un cens qu'il perçoit sur un patuus quod est in tovo veteri ville Perpiniani et qui touche à une propriété de Fontfroide et in ipso tovo36. Quelque temps après, le procureur royal engage une action pour récupérer des droits tombés dans l'oubli sur un patuus qui se trouve in tous ipsius ville, juxta cimiterium37. Un patuus (le même ?) est situé extra muros veteres ville Perpiniani38.

  • 39 B. Alart, Documents sur la langue catalane..., p. 161.

28Les anciens murs de Perpignan sont mentionnés en 1305 : il s'agit sans doute de ceux de la fin du xiie siècle. Au début du xive siècle, une ordonnance interdit de faire des palers ni ajustar paila en nula casa que sia dins los murs vels, ni fora los dits murs en loch massa perilos39.

  • 40 ADPO, 12 J 24, n° 237, extrait des archives d'Arles, dit « inventaire d'Agullana ».

29En 1262, le roi Jacques d'Aragon donne à Dalmau de Vilarasa de Perpignan un patuus contre (juxta) les murs de la ville de Perpignan, hors de la ville avec la faculté de faire une ouverture (ostium) dans ce mur et d'appuyer les constructions sur ce mur (et onerare aedificia super dicto muro)40.

Communauté des habitants :

  • 41 E. Desplanque, « Les constitutions communales de Perpignan de 1197 à 1789 », RHAR, t. l, 1900, p. (...)

30La communauté des habitants de Perpignan se voit octroyer des chartes de privilèges en 1162, 1170, 1172, 1173, 1174. Les pouvoirs municipaux sont réglés par la charte du consulat de 119741.

Pilori :

  • 42 B. Alart, Documents sur la langue catalane..., p. 150.

31En 1303, on interdit de vendre toute viande d'animaux morts de mort naturelle, carn mesela, (« lépreuse », impure) ailleurs que sur la plassa del Costeyl42.

Silos :

  • 43 ADPO, 1B 21, fol. 40 v°et 41 v°, à quelques jours d'intervalle en 1304.

32Plusieurs documents du début du xive siècle ont pour objet des ventes de foveas (des fosses ou silos) destinées à recueillir des céréales. Elles sont toutes situées aux abords immédiats du marché aux grains couvert, à l'extérieur de maisons, sur la place publique. Les actes donnent la contenance de ces fosses en émines d'orge, leur situation, leur prix43 :

33contenance prix

3450 emine ordei 58 s

3576 emine ordei 101 s 4 d bar

36100 emine ordei 102 s

37212 emine ordei 14 £ 2s (soit 282s) 8 d bar

38Les prix semblent correspondre à peu près à la contenance des fosses : celle de 212 émines valant 282 sous, celle de 100 émines 102, celle de 50 émines, 58 sous. Avec une différence faible cependant entre celle de 76 émines (101 s.) et celle de cent émines.

Procédure de saisie :

  • 44 « ... quod domus et fratres Templi Perpiniani possint... abstrahere portas dictarum domorum pro ce (...)

39A l'occasion d'une controverse au sujet de maisons concédées en acapte par le Temple à Perpignan en 1303, le procureur royal donne l'autorisation aux frères d'enlever la porte des maisons, en cas de non-paiement du cens ou du foriscap44.

Finage et occupation du territoire :

  • 45 ADPO, 1B 7.

40En 1183, les abords de Perpignan sont occupés par des terres cultivées, certaines (une condamine et un champ) se trouvant en un lieu nommé orti concagati, qui semble indiquer la pratique de la fumure naturelle, probablement d'origine anthropique45.

Synthèse :

41On ne trouve en tout et pour tout qu'une seule mention de la cellera de Perpignan, celle de 1116, qui révèle que l'on a affaire à une cellera bien regroupée autour de l'église paroissiale, mais qu'elle est déjà totalement occupée, et sans doute qu'elle a perdu son rôle de dépôt des récoltes au profit d'une fonction ecclésiastique et aristocratique : on y trouve en effet les résidences des clercs et du comte.

42Cette résidence comtale va déterminer le succès de ce qui n'était à la fin du xe siècle qu'une villa sans passé historique, à l'inverse de Ruscino (Château-Roussillon) ou d'Illiberis (Elne). Dès le xiie siècle, Perpignan connaît un dynamisme particulier, sans doute plus important même que celui des gros bourgs de la plaine, et qui va entraîner le déclin de nombreuses villae voisines plus anciennes, et peut-être plus importantes au départ, comme Orle, Mailloles, Saint-Génis-de-Tanyères et Le Vernet, dont trois au moins avaient donné naissance à une cellera.

Notes

1 Cf. fouilles anciennes ou plus récentes du Bd Kennedy, du Petit-Clos ou de Mailloles.

2 MH, n°199, « …et cum cimiterio in girum ecclesiae ad corpora mortuorum sepelienda ». Remarquer l'expression « in girum » qui remplace ici « in circuitu », comme pour Coustouges et Saint-Laurent-de-Cerdans.

3 MH, n° 331. Le document suivant, MH, n° 332, daté de 1110, confirme qu'il faut bien voir dans cette donation l'acte de constitution de la vie canoniale à Saint-Jean, sous le patronage du comte. Très tôt après son apparition dans les documents, Perpignan devient donc la protégée des comtes, préférence qui explique son ascension rapide, face à Elne, la ville des évêques.

4 Et la diversité de sa population, le texte évoquant plus loin les « nobiles homines jamdictae villae Perpiniani, pauperes et mediocre, magnos et minimos ».

5 « ...de parte altano in muro cellariae ubi est sita ecclesia sancti Johannis... », MH, n°331.

6 Patrice Alessandri, archéologue AFAN, m'a dit avoir repéré, à quatre mètres au dessous du niveau actuel du sol du cloître-cimetière, le campo santo, un mur présentant un fort fruit à sa base, de facture médiévale ancienne, du type d'un mur d'enceinte, qui pourrait être celui cité dans ce document. Ce mur serait situé à bien plus de trente pas de Saint-Jean-le-Vieux. Il pourrait correspondre à une cellera agrandie, ou à un mur entourant déjà une première extension.

7 En 1292, le fils d'un cordonnier donne au Temple quendam cellarium qui est in villa Perpiniani, B. Alart, C.M., t. S, p. 473, parchemins du Temple, n° 1278.

8 B. Alart, C.M., t. VII, p. 593-594, AHP, plech 34, n° 13.

9 ADPO, 1B 7, « mansus affrontat ab oriente in carreria hospitalis pauperum, de meridie in carreria communi, de circio in manso Guillemi de Baiolas, de aquilone in carreria ».

10 B. Alart, C.M., t. P, p. 171, inventaire de la famille de Peyrestortes.

11 B. Alart, C.M., t. P, p. 179, inventaire des archives de la famille de Peyrestortes et d'Oms, fol. 89 r°.

12 Voir la signification de ce mot, annexe « Patronymes », infra.

13 « in villa Perpiniani extra muros veteres ipsius ville ». L'enquête sur leur situation précise est motivée par le fait qu'une possession que sit... extra muros ne doit pas de foriscapium au moment de son aliénation. B. Alart, C.M., t. S, p. 59 et p. 66, anciens procès du patrimoine, tome 1, ADPO, 1B-17, fol. 5r°-v°, fol. 30v°.

14 ADPO, 1 B 16, fol° 26, v°.

15 « in podio dicti domini regis quod est juxta castrum dicti domini regis », ibid.

16 « extra tamen muros veteres ipsius ville, ante plateam ubi venditur bladum ».

17 Cf. A. de Roux, Perpignan, guide du Publicateur, 1992, p. 10, plan.

18 « caput illius facere et crescere cum capellis usque et versus palatium venerabilis episcopi Elnensis et in longitudinem et augmentum ipsius ecclesie intendunt ab altero capite ipsius accrescere et unire eidem cellarium Hospitalis pauperum Perpiniani », B. Alart, C.M., t. XIII, p. 135-140, AHP, plech 2, n° 31.

19 « avia comensada la iglesia nova de S Joan Batista de la vila de Perpinyay el sementeri de aquela per esser la iglesia vella petita en raho de la moltitut del poble de Perpinya », B. Alart, C.M., t. XIII, p. 276-277, notice de Puignau, rubrique 8, fol. 13v°, hôpital de Perpignan.

20 B. Alart, Llibre dels coronets, p. 1, ms 112, médiathèque de Perpignan, qui donne les références suivantes : C.M., t. XVII, (a. 1408, cf ci-dessous) et t. A, p. 376, (a. 1356).

21 B. Alart, C.M., t. XVII, p. 472-473.

22 ADPO, FdF, 12J25, n°251, « tabulant intus merchatal ante mazello ».

23 MH, n°447, « ...extra muros villae Perpiniani...».

24 LFM, n°792, « ... et molinos qui sunt juxta portal qui exit ad Malleolas ».

25 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, Livre vert mineur, fol° 19.

26 « retentis cellario meo ejusdem mansi et camera que cum ipso cellario se tenent », B. Alart, C.M., t. XI, p. 412, notule de Pierre Querubi.

27 « Et retineo mihi quod janua dicti mansi que exit in via dicti calli stet clausa et non intretur nec exeatur per ipsam januam », ibid.

28 « ...et cum botiga eiusdem que tenet locum unius cistelle... », ADPO, 1B 26, fol 54 r°.

29 ADPO, 1 B 192, fol° 72 r°-75 v°.

30 ADPO, 1 B 236.

31 Pierre Puiggari,« L'église Saint-Jean-le-Vieux à Perpignan », Ruscino, n° 1, mars 1911, p. 43-57, qui cite les archives de l'hôpital Saint-Jean de Perpignan, liasse n° 2, n° 31. Voir aussi sur cette question les contributions d'A. de Roux, R. Marichal, P. Ponsich et A. Catafau, à paraître dans les actes du colloque « 800e anniversaire de la Charte de Perpignan, 1197-1997 », sous la direction de R. Sala et L. Assier-Andrieu.

32 D'après Patrice Alessandri, dans BAAPO, n° 7, janvier 1993, p. 43-44, qui ajoute : « I1 s'agit très probablement de l'ancien cimetière entourant l'église Saint-Jean-le-Vieux et des maisons qui occupaient l'emplacement du Campo Santo avant sa construction ».

33 LFM, t. II, doc. n° 792, p. 274-275.

34 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, Livre vert mineur, fol. 19 v°, 14-15.

35 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, AHP, 20, n° 80, on retrouve ce terme à Maureillas, et à Canomals, entre autres.

36 B. Alart, C.M., t. XI, p. 175, manuel de P. Amoros.

37 ADPO, 1B17, papier volant entre les fol. 4 et 5, s.d., probablement 1281.

38 ADPO, 1B17, fol. 5 v°, a. 1281.

39 B. Alart, Documents sur la langue catalane..., p. 161.

40 ADPO, 12 J 24, n° 237, extrait des archives d'Arles, dit « inventaire d'Agullana ».

41 E. Desplanque, « Les constitutions communales de Perpignan de 1197 à 1789 », RHAR, t. l, 1900, p. 89-96 et 104-113. Cf. le texte de la charte dans A. Jaubert-Campagne, Essai sur les anciennes institutions municipales de Perpignan, réédition Perpignan 1986, p. 13.

42 B. Alart, Documents sur la langue catalane..., p. 150.

43 ADPO, 1B 21, fol. 40 v°et 41 v°, à quelques jours d'intervalle en 1304.

44 « ... quod domus et fratres Templi Perpiniani possint... abstrahere portas dictarum domorum pro censu suo predicto et parte sua foriscapi non soluto », ADPO, 1B 21, fol. 36 v°.

45 ADPO, 1B 7.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540