Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Passa

Roussillon

Texte intégral

1Pasar, 876. Eglise Saint-Pierre, paroisse, 1082.

2Une église disparue, dédiée à saint Martin, se trouvait au sud du village actuel.

Regroupement villageois et celliers :

  • 1 ADPO, FdF, 12J25, n° 203.
  • 2 Le texte dit : « et quatuor cellaria in eadem villa », ibid. Cellaria est ici manifestement le plu (...)

3En 1146, un chanoine d'Elne, Gauzfred, lègue un alleu au chapitre d'Elne1. A Passa il laisse deux exploitations agricoles (bordas), avec les hommes et leurs dépendances et quatre celliers dans la villa2.

Seigneurs et fortifications :

  • 3 B. Alart, C.M., t. D, p. 352-353, ADPO, procuration royale, registre IV, 1B-185, fol. 26-28.

4La juridiction de Passa, comme celle de Villemolaque, est possédée par le prieuré de Sainte-Marie-del-Camp3.

5Structure du village et activités :

  • 4 ADPO, 3 E 1 / 3316, 1554, document communiqué par Denis Fontaine.

6A l'époque moderne dans son testament, Joan Comte de Passa lègue à sa fille Anna la casa nova de la forsa, et à son autre fille Catharina lo celler de la forsa ab la tina4.

Plan et vestiges architecturaux :

7Passa présente l'aspect d'un noyau villageois très serré, de forme quadrangulaire, dont l'église occupe un angle, et qui est parcouru par une rue en fer-à-cheval, ouvrant sur la place par un portail fortifié. Cette rue est appelée « impasse du château », survivance du terme castrum-castell pour désigner la forsa villageoise. Sur l'extérieur de ce quadrilatère, les maisons sont appuyées sur un rempart dont on observe encore quelques vestiges, à l'ouest et au nord, le long de la « rue des remparts ».

Synthèse :

  • 5 Information fournie par J. Kotarba, archéologue AFAN.

8En l'absence de fouilles autour de l'emplacement de l'ancienne église Saint-Martin, on doit se contenter des prospections de surface qui indiquent que se trouvait là un noyau d'habitat au Moyen Age5. Le réduit villageois du coeur du village, présente les traces d'aménagements datant de la fin du Moyen Age, et est peut-être l'héritier d'une cellera originelle. En tout cas, les celliers se trouvent au sein de cette enceinte villageoise à l'époque moderne : cela peut être le résultat du déplacement de ces celliers, si cette forsa a remplacé une cellera située autour de Saint-Martin, ou bien la marque de la longue durée d'existence d'une cellera née là, peut-être au xie siècle.

Plan cadastral de Passa

Plan cadastral de Passa

Notes

1 ADPO, FdF, 12J25, n° 203.

2 Le texte dit : « et quatuor cellaria in eadem villa », ibid. Cellaria est ici manifestement le pluriel de cellarium, pour lequel on préfère plus souvent cellarii, cellarios. Autre exemple de cet emploi « régulier » de cellaria à Riuferrer (c. d'Arles), où le mot est aussi associé à une borda.

3 B. Alart, C.M., t. D, p. 352-353, ADPO, procuration royale, registre IV, 1B-185, fol. 26-28.

4 ADPO, 3 E 1 / 3316, 1554, document communiqué par Denis Fontaine.

5 Information fournie par J. Kotarba, archéologue AFAN.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Passa
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1886/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540