Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Palau-del-Vidre

Roussillon

Texte intégral

  • 1 Cf. R. Grau, « La région d'Elne à l'époque romaine. Essai de géographie archéologique », CERCA, (...)

1Securinianum sive Palatium Radegarium, 899, appelé ensuite Palatium, église Sainte-Marie, 1100. Le toponyme évoque une résidence aristocratique gallo-romaine qui correspond peut-être aux restes d'une luxueuse villa retrouvée non loin du village1. Il aurait pu s'agir d'une demeure sénatoriale, au pied des murailles d'Elne, devenue au Bas-Empire la véritable capitale du Roussillon.

Regroupement villageois :

  • 2 « intus ville Palaz in adjacencia Sancte Marie », B. Alart, C.M., t. VII, p. 349-350, ADPO, CT, fo (...)

2Le comte Gaufred et Girard son fils donnent au Temple, en 1155, un manse, une ferragine et le pigeonnier qui lui sont attenants, dans Palau, sur la paroisse de Sainte-Marie2. Ce manse touche au fossé (fossatico).

  • 3 « actum.. infra castrum de Palacio, in porticu ante ecclesiam », B. Alart, C.M., t. VIII, p. 83-85 (...)

3Aladaidis de Laroque, fille d'Arnaud de Latour (de Turre) et mère d'Alamanda de Laroque signe un acte de vente, en 1191, rédigé dans le castrum de Palau, à l'intérieur du porche qui se trouve devant l'église3.

  • 4 « in palleario castri,... in cortallo similiter castri de Palacio », ADPO, CT, fol. 126v°.

4Un habitant de Palau et son épouse vendent au précepteur du Mas Deu, en 1246, une maison in villa et terminis Sce Marie de Palacio, qui touche à l'est une rue, au sud une maison, à l'ouest au pailler du château et au nord à l'enclos du même château4. Le prix de vente est de cent sous melgoriens. Les deux dépendances (un pailler et un enclos à bétail ou à chevaux) semblent en relation avec un château, maison forte située au coeur du village, que l'on nomme plus tard tout simplement Palau.

  • 5 « unum mansum meum cum suo cortilio quod se tenet cum eodem manso,... intus villam de Palacio, ant (...)

5En 1265, un habitant de Saint-André-de-Sorède donne dans son testament l'autorisation de vendre une maison avec la cour qui est attenante, dans le village, devant la porte du castrum5. Ce manse touche au sud in fossatico et à l'est à la route qui va vers Elne. Des deux autres côtés il est voisin d'un jardin et d'un autre champ de fourrage. Il comprend en outre un pigeonnier. Ce mas touche au fossé mais se trouve certainement hors de l'enceinte du village, matérialisée par un fossé.

Seigneurs et fortifications :

6On l'a vu, un fossé existait déjà au milieu du xiie siècle.

  • 6 « sicut est terminatum et clausum muris lapideis », B. Alart, C.M., t. X, p. 114-119, CT, fol. 89r (...)

7En 1246, le maître du Temple en Aragon et Catalogne, Guillaume de Cardona, fait grâce à l'université de Palau et à tous ses habitants des deux cents sous melgoriens qu'il avait coutume de percevoir chaque année des susdits pour les travaux au castrum de Palacio puisqu'il est clos et fermé de murs de pierre6. Le document porte les noms de quarante-quatre hommes et quatre femmes omnes habitatores... ville et castri de Palacio, qui donnent leur accord pour que le Temple édifie des fours à pain selon les usages perpignanais.

Structure du village et activités :

  • 7 « domum meam quam habemus in castro de Palacio, juxta ulmum ejusdem loci », ADPO, 3E1/22, notule d (...)
  • 8 A Estagel et à Salses, voir ces lieux.

8En 1319, un barbier, habitant d'Argelès, et son épouse vendent à un homme de Palau une maison dans le castrum près de l'orme de ce lieu7. Ce n'est pas le seul village où l'on trouve ces ormes, en général sur la place publique8.

  • 9 B. Alart, C.M., t. H, p. 313, notule de G. Caulasses (n° 2237). Il s'agit certainement de nitre, o (...)
  • 10 G, p. 614-617, archives du Mas Deu.

9Un maître verrier (magister furni de vitro loci de Palacio) apparaît dans un intéressant document notarial de 1378. Il y figure comme acheteur d'une cargaison importante de verre cassé et de six douzaines d'amphores de nitidarum vitri9. Plusieurs documents tirés du registre du Mas Deu des années 1447 à 1450 citent des vitriers qui exercent leur activité à Palau10. D'après les pièces produites par les hommes de Palau lors d'un conflit les opposant aux officiers royaux chargés de percevoir la leude au Boulou, les habitants de ce village bénéficient de privilèges accordés par les souverains depuis au moins 1223. Ils consistent en particulier en une exemption de péages et droits douaniers sur les productions des vitriers. Ceci a pu être une raison du développement de cet artisanat en cet endroit, mais son existence est de toute évidence antérieure. Il faut invoquer des aptitudes particulières du milieu : la présence de sables siliceux dans le lit du Tech, probablement aussi l'abondance du combustible, provenant de bois proches, disparus aujourd'hui, comme la forêt de Bercol, au nord d'Elne, mais aussi des raisons de proximité du marché urbain d'Elne, et de situation sur une via antique majeure.

  • 11 Ibidem, p. 615, 5 et 14 janvier 1448.

10Au xve siècle, Pierre Montroig, vitrier de Palau, prend en acapte un patuus détruit, situé intus fortalicium dicti loci ; cette ruine est appelée Lo Palau11. D'ailleurs quelques jours plus tard, un autre vitrier obtient aux mêmes conditions un autre patuum détruit, situé au même lieu, ante patuum vocatum Lo Palau. Le premier doit un cens de six sous et paie une intrata de dix-huit livres. Le rapport est de un à soixante entre cens et droit d'entrée, ce qui correspond à une pratique connue dès le xiiie siècle. Le second terrain doit un cens de deux sous seulement ; on peut supposer qu'il est de superficie inférieure (le premier n'est-il pas Lo Palau !), et le droit d'entrée s'élève à cinq livres, soit vingt-cinq fois plus.

11Entre ces deux concessions, le onze janvier, un des témoins de ces actes, lui aussi vitrier, achète au curé de Palau sa maison, située elle aussi dans le fortalicium, qui touche à deux autres propriétés, au mur du fort et à la rue. Il acquiert en même temps une autre maison, qui fait face à la première, et qui touche au cimetière, à deux autres biens et à la rue. La topographie des lieux est facile à reconstituer. Au coeur du « fort » se trouvent l'église et le cimetière, contre lequel s'élèvent des maisons, une rue fait le tour de ce premier noyau, bordée de l'autre côté par des maisons adossées au rempart. Des terrains sont encore non bâtis, ou leurs constructions sont détruites. Elles avaient pu pour certaines être des demeures aristocratiques (Lo Palau). Les Templiers, puis les Hospitaliers y perçoivent d'importants droits de seigneurie (le patuum qui doit deux sous touche à deux biens analogues dépendant eux aussi du commandeur du Mas Deu).

  • 12 ADPO, 3 E 1 / 3283.
  • 13 « lo siminteri de vall avocat dels strangers de dit lloch », même date, ibid. En 1550 un brassier (...)

12Plusieurs testaments d'époque moderne renseignent sur la permanence de la structure du village. En 1536, un paller est sis dans la força. A la même date, Passavant Cardoner choisit d'être enterré dans le cimetière de Sainte-Marie de Palau, lequel se trouve à l'intérieur de la força de ce lieu12 ; Il existe en revanche un autre cimetière à la même date, appelé « cimetière de Saint-Jean l'Evangéliste ». C'est peut-être ce cimetière qui est appelé « le cimetière des étrangers »13.

Plan et observation des lieux :

13Le plan du xixe siècle montre bien l'aspect ovoïde du noyau villageois groupé autour de l'église.

14Les maisons sont disposées autour de l'église, et d'une placette (ancien cimetière : monument aux morts). Elles sont concentrées en un ovale massif parcouru par une rue intérieure quasiment circulaire, et entourées d'un rempart encore conservé de part et d'autre de la porte, au sud. Ce quartier, évocateur d'une cellera originelle, s'appelle encore aujourd'hui « Le Fort ».

Finage et occupation du territoire :

15Il semble qu'il y ait eu une cellera à Alamans (voir ce lieu), village disparu, sur le territoire de la commune de Palau-del-Vidre.

Synthèse :

16Bien que la mention explicite n'en ait pas été trouvée, le plan du village comme quelques indices de groupement des maisons autour de l'église indiquent la probabilité de l'existence d'une cellera à Palau-del-Vidre.

Plan cadastral de Palau-del-Vidre

Plan cadastral de Palau-del-Vidre

Notes

1 Cf. R. Grau, « La région d'Elne à l'époque romaine. Essai de géographie archéologique », CERCA, n° 5, p. 234-241.

2 « intus ville Palaz in adjacencia Sancte Marie », B. Alart, C.M., t. VII, p. 349-350, ADPO, CT, fol. 95v°.

3 « actum.. infra castrum de Palacio, in porticu ante ecclesiam », B. Alart, C.M., t. VIII, p. 83-85, CT, fol. 102 r°, selon B. Alart, C.M., t. 2, classement chronologique.

4 « in palleario castri,... in cortallo similiter castri de Palacio », ADPO, CT, fol. 126v°.

5 « unum mansum meum cum suo cortilio quod se tenet cum eodem manso,... intus villam de Palacio, ante portam castri », B. Alart, C.M., t. S, p. 24-25, notaire n° 2 (anciennement n° 6504), fol. 19.

6 « sicut est terminatum et clausum muris lapideis », B. Alart, C.M., t. X, p. 114-119, CT, fol. 89r°.

7 « domum meam quam habemus in castro de Palacio, juxta ulmum ejusdem loci », ADPO, 3E1/22, notule de Raymond Bolet (n° 4986), fol. 10 v°, pour le prix de six livres et douze sous.

8 A Estagel et à Salses, voir ces lieux.

9 B. Alart, C.M., t. H, p. 313, notule de G. Caulasses (n° 2237). Il s'agit certainement de nitre, ou salpêtre, sel de potassium à l'état naturel, qui en tant qu'alcalin est un des composants utilisés dans la fabrication du verre.

10 G, p. 614-617, archives du Mas Deu.

11 Ibidem, p. 615, 5 et 14 janvier 1448.

12 ADPO, 3 E 1 / 3283.

13 « lo siminteri de vall avocat dels strangers de dit lloch », même date, ibid. En 1550 un brassier est enterré « en lo sementery dels estrangers que hes en lo portail de vall », 3 E 1 / 3309, alors qu'à la même date une dame a droit au « sementeri dabant la isglesia de la verge Maria de Palau », ibid.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Palau-del-Vidre
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1884/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 347k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540