Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Nyls

(C. de Ponteilla), Roussillon

Texte intégral

  • 1 A cette date un mas donné à Sainte-Eulalie d'Elne touche d'un côté au chemin (à la rue ?) qui va à (...)

1Villa Asinilos, 930, 982, Asnils, 936, Asiniles, 946, église Sainte-Marie, 9861.

Eglise et regroupement villageois :

  • 2 ADPO, 3E2/285, minute de Jacques Gras, registre in-16, 30 fol. ; fol. 2 v°.

2En 1349, un testament mentionne un don pour la clôture du cimetière de Nyls2.

  • 3 ADPO, 3E3/926, fol. 9v.
  • 4 ADPO, 3E3/926, fol. 16v.

3En 1359, une maison (domum sive hospicium) avec les patua contigus se trouve intus villam de Anyillis3. Une vente concerne un patile avec un cotivo contigu, dans la villa de Anyillis4.

Structure du village et activités :

  • 5 ADPO, 3E2/285, fol. 4 v°.

4En 1449, Pierre Vesola, forgeron de Trouillas, vend à Pons Justafred de Nyls une maison avec son patuus contigu, qui touche à une hera (aire de battage), à la via regali, à la route qui va à Pollestres5.

  • 6 Ibidem, fol. 9 v°.

5A la même date, le curateur des biens de feu Pierre Sabater vend à Bartholomea, épouse de Guillem Roca de Nyls, tous les biens du défunt parmi lesquels une maison intus villam de Anyillis, ainsi qu'une hera, qui touche à une autre aire et à la route de Canohès6. Les aires de battage sont groupées dans un même lieu près des maisons du village.

Plan et vestiges architecturaux :

6L'observation sur place permet de remarquer qu'à une église de petite taille s'accroche une muraille en ruines (datant peut-être du xive siècle), qui semblait enserrer un petit espace autour de l'église.

Communauté villageoise :

  • 7 Ibidem, fol. 27 v° ; en 1378, dix-sept feux sont imposés à Nyls.
  • 8 ADPO, 3E1/74, fol. 80 r°. Arnaud Celera est cité comme défunt en 1355, 3E3/926, fol. 4v.

7En 1351, la rédaction d'une plainte réunit dix-huit habitants nommés de Nyls, autour de leurs syndics7. Tous sont nommés, l'un d'eux s'appelle A. Selera, une autre source mentionne en 1340 comme confront d'une terre la tenure den Celera8.

Synthèse :

8Faute de documentation plus abondante et plus explicite, il est impossible de préciser l'origine de la formation villageoise de Nyls. Il est semble-t-il probable, par l'existence de la muraille appuyée sur l'église et la position centrale de l'église, en l'absence de toute trace de château, que ce village soit né autour de son église.

Plan cadastral de Nyls

Plan cadastral de Nyls

Notes

1 A cette date un mas donné à Sainte-Eulalie d'Elne touche d'un côté au chemin (à la rue ?) qui va à Sainte-Marie : premier signe de regroupement ou habitat assez lâche ? voir FdF, cartulaire de Fossa, t. 2, n° 90.

2 ADPO, 3E2/285, minute de Jacques Gras, registre in-16, 30 fol. ; fol. 2 v°.

3 ADPO, 3E3/926, fol. 9v.

4 ADPO, 3E3/926, fol. 16v.

5 ADPO, 3E2/285, fol. 4 v°.

6 Ibidem, fol. 9 v°.

7 Ibidem, fol. 27 v° ; en 1378, dix-sept feux sont imposés à Nyls.

8 ADPO, 3E1/74, fol. 80 r°. Arnaud Celera est cité comme défunt en 1355, 3E3/926, fol. 4v.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Nyls
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540