Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Montesquieu

Roussillon

Texte intégral

1Villa Nova, 854, Montesquivo, 1093. Eglise Saint-Saturnin, 1123.

  • 1 R. d'Abadal, Catalunya carolingia, t. II, p. 347-348.
  • 2 A. Catafau, Hispani et aprisionnaires..., p. 41-42.
  • 3 A. Catafau, O. Passarrius, « Laroque-des-Albères... », ER, t. XIV.

2Le lieu de Villanova apparaît dans les sources en 854 dans un diplôme de Charles le Chauve1. Le souverain confirme le droit de propriété de deux frères, Sumnold et Riculf, sur des biens situés à Moniano (que l'on identifie à Mailloles, c. de Perpignan) à Cabanes (c. de Saint-Génis-des-Fontaines) et à Villanova (Montesquieu). Leur grand-père Sunvild et leur père Hadefons avaient aprisionné ces lieux. Si l'on remonte de deux générations, on peut supposer que cette aprision doit dater de la fin du viiie ou du début du ixe siècle. Cette appropriation d'un territoire inculte relevant de l'autorité publique n'était possible que dans des régions en partie revenues à l'abandon, au sortir de l'occupation musulmane et de la reconquête carolingienne. Elle a pu être l'œuvre de colons venus d'Espagne (les Hispani) ou de Goths de Septimanie. Si Sumnold et Riculf sont appelés Gothi dans ce document, il est possible que leurs ancêtres aient été originaires d'Espagne. En tout état de cause, nous avons affaire là à une puissante famille aristocratique, apparemment liée à celle de Bera 1er comte de Barcelone2. Le père de Sumnold et Riculf a aussi « aprisionné » la Roca Frusindi, identifiée comme Laroque-des-Albères. Le revers nord des Albères est l'objet d'une mise en valeur systématique et volontariste au cours des ixe-xe siècles3.

  • 4 Catalunya romànica, vol. XIV, p. 258.

3C'est à la fin du xie siècle que le lieu prend le nom de Montesquivo, probablement en relation avec l'établissement d'un château, siège d'une seigneurie importante. La famille des châtelains était sans doute établie antérieurement sur le piton de Saint-Christophe, à mille mètres d'altitude, au sud du village. Ce premier château est cité en 1075, mais la chapelle qui s'y trouve est très caractéristique des constructions pré-romanes, et est reconnue comme pouvant être « une des plus anciennes du Roussillon », datable des ixe ou xe siècles4.

Celliers et église :

  • 5 « et est ipse alodus manso uno cum ipso horto, et cum ipso columbario et cellarios duos et de vine (...)
  • 6 Ces constructions indépendantes peuvent cependant être regroupées en un ensemble formant un « mas  (...)

4En 996, une femme et son fils donnent, au lieu de « Villeneuve qui est au pied des Albères », un alleu composé d'un manse avec un jardin, un colombier et deux celliers, plus onze parcelles de vignes et deux champs5. Le lieu où se trouvent les celliers n'est pas davantage précisé, le fait qu'ils soient cités expressément indique sans doute qu'ils sont une construction à part, dépendant du manse mais séparés de lui, au même titre que le colombier6. Cette donation date de l'époque où les celliers commencent à être mentionnés autour des églises. Ce sont les indications fournies par les documents postérieurs qui nous font penser qu'il pourrait en être de même ici, et que ces celliers sont établis sur le « cimetière » de l'église.

  • 7 ADPO, 1 B 226, fol. 189 v°, document publié dans Catalunya romànica, vol. XIV, p.254.

5En 1123, l'église Saint-Saturnin est consacrée par l'évêque Pierre7 qui déclare qu'elle a été édifiée par le seigneur Guillelm Bernard de Saint-Christophe et d'autres laïcs et clercs. Ils donnent autour de l'église, pour y enterrer les morts, trente pas en franc alleu. Ils fixent ainsi les redevances dues par les habitants de la paroisse : ceux qui labourent avec une paire de boeufs donneront à l'église un setier de blé, et ceux qui ont une maison mais ne labourent pas avec des boeufs, un demi-setier. Cet espace protégé autour de l'église a peut-être été en partie loti de celliers. Un regroupement ecclésial très précoce, fin xe siècle, a donc pu exister là, mais, s'il a généré un habitat, celui-ci a disparu. En effet, l'église est aujourd'hui isolée, à quelque distance du village groupé autour du château. Il est probable que la cellera dont il est question au xiiie siècle fut une « cellera de type castrai », comme celle de Laroque-des-Albères.

Seigneurs et fortification :

  • 8 LFM, t. II, n° 728.

6En 1084, Guillem Bernard (seigneur de Saint-Christophe) prête serment pour le château « récemment construit à Vilanova »8. Cette mention permet de préciser un peu la date d'apparition du château, la deuxième moitié du xie siècle. On remarque qu'il est situé sur le territoire de la villa préexistante, sur laquelle se trouvent déjà des maisons, colombier, celliers, et peut-être un premier habitat en partie groupé autour du lieu de culte.

  • 9 LFM, t. II, n° 729, 731, 732, dans le serment n° 731 apparaît pour la première fois le nom « de Mo (...)

7En 1109, puis à trois reprises entre 1115 et 1163, les seigneurs de Montesquieu prêtent serment aux comtes du Roussillon pour leur castrum de Saint-Christophe, dans les Albères, et ceux de Saint-Estève (del monastir) et de Montesquieu9.

La cellera du château :

  • 10 ADPO, série 3E1/2, notaire inconnu, fol 17 v°, « unam domum...quodest intus cellariam castri de Mo (...)

8Un registre notarial daté de 1265-1266 contient l'inscription de la vente d'une maison dans la cellera du castrum de Montesquieu10. Cette maison confronte à une rue, à deux autres maisons et au jardin du castrum. Le vendeur acquitte un droit d'aliénation (foriscapium) à Bernard de Montesquieu.

  • 11 ADPO, 1B-21, a. 1303, fol 30 r°.

9Peu de temps après, un autre document nous donne la vision d'un bourg en développement. En effet, le procureur royal donne en accapte deux patua appartenant au roi et situés intus barrium de Montesquivo11. Pour l'un d'eux, au dessus des mots quoddam patuum, il semble que l'on ait noté : de celeram (qui doit être inséré dans l'expression de celeram dicti domini regis). Ces deux patis sont donnés comme terrains à bâtir (ad faciendum ibi domum vel domos), pour un cens de douze deniers et un droit d'acapte de quarante sous de Barcelone. Il semble qu'après les avoir localisés tous deux dans le barri, le faubourg, le notaire ait corrigé, l'un d'eux étant situé dans la cellera du roi, c'est-à-dire l'espace fortifié entourant le château, et placé sous l'autorité des seigneurs châtelains, puis sous celle du roi. Là aussi, comme en d'autres lieux, villages ou bourgs, on trouve des signes de cette croissance des villages et de leur population au xiiie siècle.

  • 12 ADPO, 1B-272, fol. 11v°.
  • 13 « ...clore lo torn que es devant lo castell ques appella La Sellera per tal manera que sia, a mane (...)

10Enfin, en 1385, les prohomens de Montesquieu demandent à l'infant Jean de Majorque la confirmation de certains privilèges12. Ils ne seront pas tenus de travailler au castellet ni à la tour du château royal. Ils ne sont tenus que de contribuer à l'entretien du mur extérieur de ce château. Ils demandent aussi à pouvoir fermer « le tour » qui se trouve devant « le château qu'on appelle La Sellera », comme est déjà fermé par une barrière le portail de ce dit château13. Ce « tour » doit être un accès secondaire à la cellera, une entrée de côté. L'infant-duc accorde son autorisation, puisque, dit-il, cela ne peut que renforcer la bonne garde du lieu.

  • 14 B. Alart, C.M., t. G, p. 487, notule de Béranger Sereta, 1409, n° 1367.

11A la fin du xive siècle, le terme de cellera est toujours attaché à un périmètre fermé, fortifié, que l'on assimile à cette époque à un château, mais distinct du château royal, puisque les gens du village se préoccupent de sa garde et des aménagements à y apporter. On constate l'existence d'une seule porte fortifiée (portal) et d'un passage étroit. C'est certainement cette fortification de la cellera qui est appelée dans un document de 1409 la forsa antigua14. On précise alors qu'elle se trouve en un lieu appelé lo Puig de Limo.

Le château et le village fortifié au xive siècle :

  • 15 « scurare lo tou del castell », « in forcia dicti castri », B. Alart, CM, t. XVI, p. 177-181, notu (...)
  • 16 « scurare dictum tou et facere palissadam pro deffencione », et plus loin : « vallum ipsius fortal (...)
  • 17 « quia muri sunt dicti castri facti pro defencione domus regie infra dictos muros situate », ibid.
  • 18 « ad castra et fortalicia dicte vicarie ea visitando cum rumores certi pervenissent quod gentes ar (...)
  • 19 « fortalicium dirutum, et ad ruinam deductum, ad quod pede piano potest quisque ascendere, sublata (...)

12En 1384 les habitants de Montesquieu font appel de ce que le juge de la viguerie du Roussillon a commandé à Pierre Caborriu, donzell, châtelain et bailli de Montesquieu d'ordonner aux consuls de faire curer le fossé du château de Montesquieu et de faire d'autres travaux dans la forsa du château15. A la suite de quoi, le bayle ordonne aux deux consuls de l'université de Montesquieu de curer le fossé et de dresser une palissade pour la défense du village16. Or, les habitants disent au juge de la viguerie qu'il a ordonné ceci sans savoir qu'ils ne sont pas tenus de travailler à cette forcia, car les murs sont élevés pour la défense de la maison royale située à l'intérieur de ces murs17, et, quand autrefois les remparts (menia) de ce castrum nécessitaient une réparation, le roi et le duc les réparaient à leurs frais. Ils produisent une lettre du duc à ce propos. Mais l'infant Jean, qui a reçu cette demande en appel au sujet des réfections à faire au mur (in muro jusano propinquo castro seu fortalicio), répond que le juge représentant du viguier a visité personnellement les châteaux et les fortifications de la viguerie car il y avait des rumeurs d'invasions par des troupes de gens en armes, voulant s'emparer d'une place forte18. Et lorsque le juge se rendit à Montesquieu, il vit là une fortification détruite, en ruine, que quiconque peut escalader à pied, sans aucune difficulté19, ce que voyant, mesurant le danger proche et irréparable, et la nécessité d'y remédier afin que le château puisse être défendu contre les ennemis, il ordonna de faire curer le fossé et de faire une pallissade. L'infant ordonne que cela soit fait, « car il est mieux d'agir quand il est temps que de trouver un remède après qu'il soit arrivé malheur ».

Plan et vestiges architecturaux :

  • 20 Catalunya romànica, vol. XIV, photo p. 253.
  • 21 Catalunya romànica, vol. XIV, photo p. 252.

13L'examen du plan cadastral permet de distinguer une parcelle de forme ovale autour de l'église, le cimetière originel, probable emplacement d'un premier noyau villageois. Il est clair cependant que ce qui est appelé le fortalicium, et qui découle de la cellera citée au xiiie siècle, ne peut être que le village regroupé au pied du château. Celui-ci a en grande partie disparu, il ne reste à son emplacement qu'une vaste plateforme arasée au sommet du piton qui le portait. Parmi ses ruines, seuls sont bien conservés les vestiges d'une salle basse voûtée en ogive, assez tardive (des restes de pavement retrouvés à proximité seraient datables des xive-xve siècles)20, On distingue sur le plan le regroupement régulier des maisons sur le pourtour de cette plateforme, que la photographie aérienne permet aussi d'observer21.

Synthèse :

  • 22 Le château voisin de Recosind n'était-il pas utilisé au milieu du xie siècle comme base de départ (...)
  • 23 Est-elle nommée ainsi par les seigneurs ou par les villageois ? Les exemples de Laroque et de Plan (...)

14Le cas de Montesquieu fait penser à celui, voisin, de Laroque-des-Albères. L'indication des celliers de 996 permet de supposer une forme précoce de regroupement autour d'un lieu de culte, dans la recherche d'un abri face aux premières violences féodales, peut-être même en provenance du château de Saint-Christophe22 Au milieu du xie siècle, les seigneurs ont construit un autre château, sur le piémont des Albères, tout près du premier centre de peuplement et des terres cultivées. Ils ont alors sans doute (mais là notre documentation est plus lacunaire qu'à Laroque) regroupé les habitants autour de leur château, les poussant à installer leurs maisons et probablement dans un premier temps leurs celliers, au pied de ses murailles, dans ce qui est appelle une « cellera »23, par analogie et imitation de la cellera originelle, autour de l'église, que les villageois vont quitter.

Montesquieu et ses environs

15Au nord du village actuel, où l'on distingue la butte portant le château entouré de la cellera castrale, s'élève, à environ 400 m, l'église primitive avec son cimetière, site du regroupement originel. A 3 km, au sud, en plein massif des Albères, se dressent le pic Saint-Christophe et l'ancien château de la famille de Saint-Christophe, avec sa chapelle ruinée, qui est le lieu d'origine des fondateurs du château et du village castrai de Montesquieu.

Plan cadastral de Montesquieu : le village castral

Plan cadastral de Montesquieu : le village castral

Plan cadastral de Montesquieu : l'ancienne église Saint-Saturnin

Plan cadastral de Montesquieu : l'ancienne église Saint-Saturnin

Notes

1 R. d'Abadal, Catalunya carolingia, t. II, p. 347-348.

2 A. Catafau, Hispani et aprisionnaires..., p. 41-42.

3 A. Catafau, O. Passarrius, « Laroque-des-Albères... », ER, t. XIV.

4 Catalunya romànica, vol. XIV, p. 258.

5 « et est ipse alodus manso uno cum ipso horto, et cum ipso columbario et cellarios duos et de vineas pecias undecim et campos duos », ADPO, FdF, 12J25, n° 95.

6 Ces constructions indépendantes peuvent cependant être regroupées en un ensemble formant un « mas », comme cela semble être le cas à Molitg, en 1024.

7 ADPO, 1 B 226, fol. 189 v°, document publié dans Catalunya romànica, vol. XIV, p.254.

8 LFM, t. II, n° 728.

9 LFM, t. II, n° 729, 731, 732, dans le serment n° 731 apparaît pour la première fois le nom « de Monte Esquivo » attribué à la famille seigneuriale.

10 ADPO, série 3E1/2, notaire inconnu, fol 17 v°, « unam domum...quodest intus cellariam castri de Monte Esquivo, in adjacentia Sci Saturnini eiusdem loci ».

11 ADPO, 1B-21, a. 1303, fol 30 r°.

12 ADPO, 1B-272, fol. 11v°.

13 « ...clore lo torn que es devant lo castell ques appella La Sellera per tal manera que sia, a manera de la barrera del dit portal del dit castell. » Ibid.

14 B. Alart, C.M., t. G, p. 487, notule de Béranger Sereta, 1409, n° 1367.

15 « scurare lo tou del castell », « in forcia dicti castri », B. Alart, CM, t. XVI, p. 177-181, notule de Pierre Ornes.

16 « scurare dictum tou et facere palissadam pro deffencione », et plus loin : « vallum ipsius fortalicii », « unam palliscadam pro deffencione », ibid.

17 « quia muri sunt dicti castri facti pro defencione domus regie infra dictos muros situate », ibid.

18 « ad castra et fortalicia dicte vicarie ea visitando cum rumores certi pervenissent quod gentes armorum externe nascionis debent declinare et venire ad partes istas more hostili, causa capiendi unum fortalicium ipsius terre, et si fieri quod absit redundaret in prejudicium tocius rei publice et scandalum vix reparandum », ibid.

19 « fortalicium dirutum, et ad ruinam deductum, ad quod pede piano potest quisque ascendere, sublata difficultate quacumque », ibid.

20 Catalunya romànica, vol. XIV, photo p. 253.

21 Catalunya romànica, vol. XIV, photo p. 252.

22 Le château voisin de Recosind n'était-il pas utilisé au milieu du xie siècle comme base de départ d'expéditions de pillage par le fils du comte de Roussillon, Guilabert ? Cf. les querimoniae de Pons d'Ampurias, éditées par P. Negre Pastell, « Dos importantes documentos... ».

23 Est-elle nommée ainsi par les seigneurs ou par les villageois ? Les exemples de Laroque et de Planèzes me font penser à une reprise du terme par les châtelains eux-mêmes, dont on ne peut que constater la volonté de « récupérer » le mot et la forme de regroupement.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Plan cadastral de Montesquieu : le village castral
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1876/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Plan cadastral de Montesquieu : l'ancienne église Saint-Saturnin
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540