Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Mailloles

C. de Perpignan

Texte intégral

  • 1 Des terres sont encore localisées in villa Godore id est Malliolas, en 1006, B. Alart, C.M., t. V, (...)
  • 2 Au sujet de cette église d'origine peut-être carolingienne, aujourd'hui détruite, voir M. Durliat, (...)

1La villa Malleolas, ou villa Gothorum1, est citée en 902, et son église Sainte-Marie en 9672.

2Au sud-ouest de la ville, sur le territoire de la commune de Perpignan, c'est aujourd'hui un quartier excentré ; là se trouvait au Moyen Age une paroisse, existant peut-être avant Perpignan.

Regroupement villageois et cellera :

  • 3 B. Alart, C.M., t. VII, p. 581-585, ADPO, CT, fol.100 r°.

3Un chevalier, nommé Guillaume, lègue au Temple tout l'honneur qu'il possède dans la villa de Mailloles, en 11743. Honneur qui est son « propre alleu », et que tiennent plusieurs hommes pour lui. Parmi ceux-ci, Guillaume Sacbou a deux vignes et un jardin, qui versent le quart, et un cellarium, qui doit douze deniers. C'est la plus ancienne mention de cellier isolé que nous ayons trouvé pour Mailloles. Dans ce contexte, c'est-à-dire distinct de toute maison d'habitation, cette mention évoque fortement l'idée d'une cellera, dont la première occurence dans les textes est un peu postérieure.

  • 4 ADPO, Hp 186, parch, orig.

4En 1208, Pons d'Ille donne au précepteur du Mas Deu le cens et les usages qu'il perçoit sur une maison (domus) et son cortal, que le Temple avait en gage. Elle se trouve dans le village de Mailloles, intus villam Malleolis in adjacencia Sce Marie et touche de trois côtés à des maisons (mansi) et d'un autre in via qua ingreditur mansum Arnaldi de Bernardo4. Il semble que les maisons soient bâties très proches les unes des autres, même si certaines ont un cortal.

  • 5 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, fol. 203v°-204.

5Dans un acte du cartulaire du Mas Deu, en 1214, Guillaume Peregrin de Mailloles et son frère Jacques vendent au Temple duos cellarios nostros quos habemus intus cellariam de Malleolis5. Ils sont voisins d'un autre cellier, de l'église, du cimetière et de voies publiques (rues). Le prix de vente est de sept cents sous pour les deux celliers, alors qu'une vigne est vendue mille sous dans le même acte. Les celliers sont donc regroupés dans la cellera, dans l'environnement immédiat de l'église et du cimetière. Leur valeur, relativement peu élevée, confirme l'idée que l'on peut se faire de ces constructions, très petites et assez sommaires. Le document porte la souscription de l'écrivain public Pons de Bajoles, vicemgerens Berengarii de Crassa, requis par les signataires précédents et par dompni Berengarii sacriste cuius dicti cellarii tenentur, qui signe et confirme cette vente, se réservant le cens annuel de six deniers qui lui est dû, après avoir perçu le droit de mutation (foriscapium). Il faut donc croire que Lagrasse possède ici aussi des droits dans la cellera.

  • 6 Loc. cit., fol.216r°.

6Une autre vente en faveur du Temple, en 1218, a pour objet un pré (ferraginale), qui touche d'un côté in tovo cellarie, et de l'autre au chemin des moulins6.

Seigneurs et fortifications :

  • 7 « vallos et arrosacos qui se tenent cum eisdem vallibus villae de Mallolis », Nous ne possédons ma (...)

7En 1153, une donation faite par un clerc nommé Raimon et d'autres chevaliers de Mailloles, en faveur du comte Gaufred et de son fils Girard, concerne les fossés et les jardins irrigués qui touchent aux fossés de Mailloles7.

  • 8 LFM, n° 766.

8L'abbé de Saint Pierre de Besalu, en échange d'un honneur situé sur ses terres, donne au comte de Barcelone tout ce qu'il possède dans la villa de Mailloles8.

9Les documents évoquent les fossés, les talus, et même une porte, ce qui peut laisser penser à un mur d'enceinte. Il n'en subsiste aucun vestige.

  • 9 B. Alart, C.M., t. C, p. 88, manuel du notaire Amald Miro, n° 4715.
  • 10 B. Alart, C.M., t. P, p. 346, rubrique de Puignau, n° 10, fol. 627v°.
  • 11 B. Alart, C.M., t. E, p. 401, manuel de Gabriel Resplant, 1B-150, fol. 41.

10Le 5 août 1286, un peaussier (pelerius) de Perpignan vend à un habitant de Mailloles toute la vendange qui est à cette époque dans sa vigne, touchant d'un côté au tovo veteri de Malleolis9. Ceci montre qu'ici encore un fossé existait autour du village, certainement autour de la cellera, et depuis une date ancienne, peut-être peu après les premiers temps du regroupement, de la formation de la cellera. Le fossé, nommé toa vella de Malloles, est donné pour limite d'une aire ou farregenal, en 135310. En 1392, une pièce de terre confronte d'un côté cum vallo de Malleolis11.

  • 12 B. Alart, C.M., t. H, p. 121, ADPO, procuration royale, 1B-351.
  • 13 B. Alart, C.M., t. E, p. 531, notule de Gabriel Resplant, 1395, ADPO, 1B-158, fol. 54r°.
  • 14 « XLVII canas ex longitudine, ad canam Montispesullani et quatuor canam ad dictam mensuram ex ampl (...)
  • 15 Laure Verdon montre dans sa thèse, La terre et les hommes..., p. 180, que dès le dernier quart du (...)

11Les fossés de Mailloles sont découpés en terrains tenus pour le roi par des particuliers, ainsi qu'on peut le constater en 1346 et 1349, dates où sont donnés à cens respectivement un patis de thou de Malloles et un tros de vayll de la vila de Malloles12, puis en 1395 dans une reconnaissance faite au procureur du roi pour un patuus13. Celui-ci est défini comme patuum sive partem vallis sive de thova fortalicii ipsius loci. Les dimensions de ce pati montrent aussi son origine : il s'agit d'une partie des fossés réutilisée à des fins agricoles. Il mesure en effet 47 cannes de Montpellier de long et quatre cannes de large, soit selon une équivalence couramment admise environ 93 mètres de long sur huit mètres de large14. Cette parcelle touche d'un côté cum portali predicti loci. Ces concessions révèlent les besoins financiers de la monarchie, la perte de valeur militaire de ces éléments de défense passive, et probablement aussi le déclin de Mailloles comme village habité, au profit des nouveaux quartiers de l'ouest de Perpignan (Saint-Mathieu)15.

Structure du village et activités :

  • 16 « in carrerono quod transit inter dictam domum et ecclesiam de Malleolis », B. Alart, C.M., t. X, (...)

12Le précepteur du Mas Deu donne à bail une maison intus villam de Malleolis, touchant au sud à la ruelle qui passe entre cette maison et l'église de Mailloles16. Nous sommes donc au coeur de la cellera, où l'on retrouve cette ruelle (carrerò) souvent présente autour de l'église. Un véritable noyau de peuplement s'était donc constitué là, qui n'a pas connu le succès de Perpignan.

  • 17 B. Alart, C.M., t. C, p. 55, manuale du notaire Calvet, n° 6507.
  • 18 C'est le cas à Villeneuve-de-la-Raho et à Banyuls-dels-Aspres, par exemple.

13En effet, dès 1251, les Templiers concèdent un pati ...intus villam veteri de Malleolis ; c'est peut-être ainsi que l'on désigne le noyau villageois primitif, mais en l'absence de nouveaux quartiers périphériques, cette appellation est aussi signe d'un déclin villageois. En 1279, une terre, dite ferragia, est localisée in terminis de Malleolis, in villa vetula17. Or, cette appellation se rapporte souvent à un habitat abandonné ou en cours d'abandon18.

  • 19 B. Alart, C.M., t. VI, p. 83-84.
  • 20 B. Alart, loc. cit., p. 21, manuale du notaire Calvet, n° 6506. Les pages de ce registre sont en g (...)

14Plusieurs bénéficiaires se partagent le produit des dîmes, qui semble d'un rapport intéressant. En effet, en 1258, Simon de Villalonga, avec l'accord de son fils et de sa femme Elena, a vendu la part de dîmes qu'il possède, soit un sixième, pour la somme de mille huit cent-soixante-quinze sous de Barcelone (soit mille cinq cents sous melgoriens)19. En 1276, l'évêque d'Elne Bérenger vend pour deux ans une part des dîmes que devait percevoir l'église Sainte-Marie de Mailloles, in terminis de Malleolis, à un nommé Jacob Xatmar20.

  • 21 B. Alart, C.M., t. VI, p. 91.

15Le même Simon et son épouse Elena possédaient à Mailloles un manse, un jardin et un four, que les exécuteurs testamentaires de la dame ont vendu en 1270, pour huit mille huit cents soixante-quinze sous barcelonais, avec un Sarrasin et un âne21. Ce manse comprenait une tour.

  • 22 B. Alart, C.M., t. S, p. 442, parchemins du Temple, Mailloles, n° 1766.

16En 1306, lors d'une reconnaissance établie en faveur du Temple pour deux jardins, l'un d'eux, in terminis et adjacencia Sce Marie de Malleolis, touche in carrerono22. Ce terme se retrouve dans plusieurs villages roussillonnais pour désigner une étroite ruelle, souvent dans la cellera ou dans le noyau villageois étroit, mais il est aussi souvent employé pour désigner un chemin qui traverse une parcelle de terre.

  • 23 ADPO, 3E1/1, fol. 18v.

17En 1261, l'archidiacre du Vallespir donne à bail à Raymond Oliba de Mailloles un pati afin qu'il y fasse une maison23. Ce pati touche d'un côté à la propriété de l'archidiacre, de l'autre à une maison et à des rues.

  • 24 B. Alart, C.M., t. XI, p. 267, ADPO, CT, fol. 242 r°.
  • 25 B. Alart, C.M., t. P, p. 283, notule de Guillaume Miaffred (n° 4996).

18En 1277, un patuum donné en acapte par le Temple est localisé in terminis de Malleolis in villa veteri24. Le déclin relatif de ce village est sensible au travers de l'hésitation du rédacteur de l'acte de vente en 1332 de droits de cens sur trois patuis contigus qui se trouvent in castro villa veteri de Malleolis (castro est barré sur l'acte)25. Ces terrains touchent in furnis comunibus de Malleolis.

  • 26 « intus lo tou Beate Marie de Malleolis, satis videlicet prope ecclesiam dicte Beate Marie de Mall (...)
  • 27 « vall eo tou », B. Alart, C.M., t. G, p. 101, notaire Bemat Gunart, rubriques Puignau, registre X (...)

19En 1454, un acte concerne une olivette dans le fossé de Sainte-Marie de Mailloles, très près de cette église26. En 1422, un médecin, phisic, fils d'un boucher, vend à un autre carnisser un champ qui touche à deux voies publiques, à une olivette et au fossé de Mailloles27.

  • 28 ADPO, 1B 225, fol. 142 r°-v° : « duo trossia carreroni sive senderii... a magnis temporibus citra (...)

20Mailloles est quasiment à l'abandon au début du xve siècle, le représentant du procureur royal confirme un acte de 1416 dans lequel ont été cédés deux fragments de ruelle, ou de sentier par où plus personne ne passe à cause de l'abandon et de la dépopulation du lieu28. Il pourra ajouter ces bouts de terrain à sa vigne, et les fermer au bout et sur les côtés, en utilisant la pierre et le ciment, et y faire des portes, pour planter de la vigne et des arbres.

Plan et vestiges architecturaux :

21Le cadastre n'a pas conservé la trace de la cellera de Mailloles.

Communauté villageoise :

Hôpital et léproserie :

  • 29 « pro una capella construenda juxta domum leprosorum de Malleolis », B. Alart, C.M., t. C, p. 372 (...)
  • 30 A Orle par exemple ou à Torreilles.
  • 31 « hospitalis pauperum de Malleolis », B. Alart, C.M., t. IV, p. 501, inventaire des biens de Berna (...)
  • 32 B. Alart, C.M., t. M, p. 370, notule de Bernard Masdamont (n° 1605).
  • 33 « infirmis Sci Latzarii domus de Malleolis », « hospitali pauperum ville de Malleolis », B. Alart, (...)

22Dans son testament, un chanoine de Barcelone, Bernard de Saint-Cyprien, en 1299, fait un legs de mille sous de Barcelone pour la construction d'une chapelle près de la léproserie de Mailloles29. Le lieu de Mailloles semble donc connaître un développement certain, lui donnant l'apparence d'un vrai village assez important, puisqu'on y trouve une léproserie. Cependant, cette construction peut avoir été très modeste, comme certains hôpitaux des pauvres, connus au xive siècle30. En 1339, une vigne touche à la propriété de l'hôpital des pauvres31, et en 1412 encore, l'hospitale de Malleolis est cité dans un acte comme propriétaire d'une terre32. Un testataire de 1342 laissait dix sous aux malades du lazaret de Mailloles, et vingt à l'hôpital des pauvres du même lieu33.

  • 34 « in podio in quo fuerunt furche », ADPO, 1B 99, parchemin original, format 150 cm x 60 cm !

23En 1345, Bernard Aybrini, bourgeois de Perpignan fait l'inventaire de tous les biens et droits qu'il tient pour le roi Pierre d'Aragon, en vue d'un échange. Parmi ceux-ci on remarque une somme de vingt sous de cens sur une faxia de terre plantée en vigne, tenue par un pareur perpignanais, touchant à la domum leprosorum, et d'un autre côté à l'éminence sur laquelle se trouvaient les fourches patibulaires à Mailloles34.

Les fourches de justice :

  • 35 « aquosas et sue aquositatis causa infructuosas », B. Alart, C.M., t. XIV, p. 356, 1B-99, 1344.
  • 36 « in camino de Volono et... in podio in quo fuerunt furche », ibid.

24Bernard Aybrin, bourgeois de Perpignan, dans le document cité ci-dessus, échange des terres qu'il possède, situées sur les territoires de Toulouges, Perpignan, Mailloles, Bajoles et Cabestany, qui sont trop humides pour être cultivées35, ainsi que d'autres biens, en particulier une vigne située à Mailloles près de la maison des lépreux, touchant d'un côté au chemin du Boulou et à la colline où se trouvaient les fourches36.

  • 37 B. Alart, C.M., t. E, p. 624, ADPO, 1B-165, fol. 10v°, notule de Gabriel Resplant, n° 1006.
  • 38 « parietes causa construhendi inhibi capellam que nunc est ronea », ibid.
  • 39 C'est ainsi que je comprends le texte, assez peu clair : « et eciam erradicare fondamenta quarunda (...)
  • 40 Comme à St-Jean-Lasseille et en beaucoup d'autres lieux.
  • 41 « Hiis annis crudeliter et fere inhumano mortis tormento taditorum nullo preheunte reatuper inclit (...)
  • 42 « ...eo solum quia eos non sue nobis (Pierre d'Aragon), tunc repugnanti injusticie, sentiebant suo (...)
  • 43 Cf. Calmette et Vidal, Histoire de Roussillon.

25En 1397, un document concernant une concession emphytéotique pour un patuus le situe in terminis de Malleolis loco vocato Pug Johan ubi antiquitate solebant esse furxe regie37. Ce pati contient quatre cannes carrées sur lesquelles s'élèvent les murs d'une chapelle en ruines38. Le bénéficiaire de la concession pourra y planter les arbres qu'il voudra, y compris à l'intérieur des murs, il pourra aussi arracher d'anciens murs jusqu'aux fondations (fundamentum sive los cauçols), non pas ceux qui furent élevés pour construire une chapelle, mais ceux des carcans, dont il pourra utiliser les pierres à sa guise39. Texte intéressant qui nous révèle la présence d'une chapelle sur ce Puig Joan et surtout celle de potences, de carcans royaux, un peu à l'extérieur de l'agglomération40. Cette chapelle si expressément protégée de la destruction complète (avait-elle d'ailleurs été achevée ?) est probablement celle que les héritiers de Pierre Ripparia, Pierre Arnald, apothicaire, et Pierre Arnald, menuisier, ont souhaité élever à la mémoire de ces hommes suppliciés sur ordre de Jacques de Majorque41. Le roi avait accordé en 1345 à leurs successeurs un don de cent livres pour l'oeuvre de cette chapelle, puisqu'ils avaient été martyrisés en raison de leur fidélité à son égard42. Quand on connaît l'état des finances de la couronne d'Aragon de ce milieu du xive siècle43, on peut douter que la chapelle ait été achevée. En tout cas, quarante ans plus tard, il n'y a plus là que des ruines, celles des fourches patibulaires et celles des murs de la chapelle, ces dernières étant préservées de la démolition totale.

  • 44 B. Alart, C.M., t. R2, p. 526-527.

26En 1401, une terre touche à une paret de les Forques velles44.

Finage et occupation du territoire :

  • 45 ADPO, 12 J 25, n° 171.

27Dès 1123, les ruisseaux servant à l'irrigation des cultures sont mentionnés. A cette date, Arnald Raimond donne à Sainte-Eulalie l'aqueduc qui passe sur ses terres afin qu'il arrose les jardins de Sainte-Eulalie sur le territoire de Mailloles45.

  • 46 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 430, AHP, plech 23, n° 34.

28Un champ avec un colombier et d'autres constructions, in terminis Sancte Marie de Malleolis est vendu en 133146.

  • 47 « molendina mea bladeria et totum casale meum molendinorum vulgariter dictum de Turri, quod habeo (...)
  • 48 « de Armurer quod construxit mestre Johan lo Armurer », B. Alart, C.M., t. A, p. 329, notule de Ja (...)

29L'équipement hydraulique se compose de plusieurs moulins, mentionnés au xive siècle, des moulins à blé et tout le casai des moulins dits « de la tour », sur le territoire de Mailloles47. Ce moulin se trouve-t-il près d'une tour, non loin de Mailloles ? Il est à nouveau signalé en 1470, comme voisin d'un moulin drapier, auprès de La Vassa, et d'un autre moulin dit « de l'armurier », construit par le maître armurier Jean48.

Chemins et routes :

  • 49 B. Alart, C.M., t. IX, p. 159, CT, fol. 268v°.
  • 50 B. Alart, C.M., t. X, p. 156, CT, fol. 241 v°.
  • 51 B. Alart, C.M., t. A, p. 374, notule de Jacques Ferrand (n° 4981), cette parcelle est traversée en (...)
  • 52 B. Alart, C.M., t. T, p. 338, manuel de Bernard Masdamont (n° 1580).

30Mailloles est situé à l'ouest de Perpignan, sur la rive droite de la Têt suivie par la route qui mène au Confient et au-delà vers le col de la Perche et la Cerdagne. Plusieurs documents du Moyen Age mentionnent cette route, sous divers noms. En 1222, un champ se situe in ferragines de via mercadera et affronte d'un côté à cette via mercadera49. En 1248, c'est certainement la même route appelée camino Confluentano qui limite une vigne du Temple50. En 1357, on signale qu'une pièce de terre est bordée d'un côté par la via Conflentana51. En 1401, c'est un jardin situé au lieu-dit orta d'avall qui confronte cum via publica vocata Conflentana52.

Limites :

  • 53 ADPO, 1B 150, fol. 5r°-v°.

31En 1391, une parcelle in terminio de Malleolis est située loco vocato la creu del Soler et touche d'un côté à la route qui va au Soler53.

Synthèse :

32Autour de l'église Sainte-Marie de Mailloles s'est constituée une cellera entourée d'un fossé qui existe encore aux xiie et xiiie siècles, mais qui péréclite vite et perd ses habitants attirés par le développement de Perpignan. Les fossés sont alors concédés comme terres agricoles, et l'église va peu à peu dépérir ; elle n'a été détruite qu'au xxe siècle.

Notes

1 Des terres sont encore localisées in villa Godore id est Malliolas, en 1006, B. Alart, C.M., t. V, p. 56-57, donation à Camprodon, n° 2179, voir ADPO.

2 Au sujet de cette église d'origine peut-être carolingienne, aujourd'hui détruite, voir M. Durliat, « L'église de Malloles », E.R., t. IV, 1954-55, p. 101-114. Voir aussi l'article de P. Alessandri, E.R., 1995.

3 B. Alart, C.M., t. VII, p. 581-585, ADPO, CT, fol.100 r°.

4 ADPO, Hp 186, parch, orig.

5 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, fol. 203v°-204.

6 Loc. cit., fol.216r°.

7 « vallos et arrosacos qui se tenent cum eisdem vallibus villae de Mallolis », Nous ne possédons malheureusement que l'analyse de cet acte, dont le texte semble perdu, LFM, n° 768.

8 LFM, n° 766.

9 B. Alart, C.M., t. C, p. 88, manuel du notaire Amald Miro, n° 4715.

10 B. Alart, C.M., t. P, p. 346, rubrique de Puignau, n° 10, fol. 627v°.

11 B. Alart, C.M., t. E, p. 401, manuel de Gabriel Resplant, 1B-150, fol. 41.

12 B. Alart, C.M., t. H, p. 121, ADPO, procuration royale, 1B-351.

13 B. Alart, C.M., t. E, p. 531, notule de Gabriel Resplant, 1395, ADPO, 1B-158, fol. 54r°.

14 « XLVII canas ex longitudine, ad canam Montispesullani et quatuor canam ad dictam mensuram ex amplitudine », La canne de Montpellier valant 1,98 mètre, voir Tables de comparaison..., Perpignan, an X.

15 Laure Verdon montre dans sa thèse, La terre et les hommes..., p. 180, que dès le dernier quart du treizième siècle ce nouveau quartier, construit à l'initiative des Templiers, attire essentiellement des habitants des environs immédiats, particulièrement de Mailloles.

16 « in carrerono quod transit inter dictam domum et ecclesiam de Malleolis », B. Alart, C.M., t. X, p. 457-458, CT, fol. 211r°, 1262.

17 B. Alart, C.M., t. C, p. 55, manuale du notaire Calvet, n° 6507.

18 C'est le cas à Villeneuve-de-la-Raho et à Banyuls-dels-Aspres, par exemple.

19 B. Alart, C.M., t. VI, p. 83-84.

20 B. Alart, loc. cit., p. 21, manuale du notaire Calvet, n° 6506. Les pages de ce registre sont en grande partie consacrées à des transactions concernant des juifs de Perpignan et des environs, et font souvent apparaître leur signature ou des mentions en écriture hébraïque, rien n'est précisé au sujet de ce Jacob Xatmar, mais on peut raisonnablement supposer qu'il est lui aussi juif.

21 B. Alart, C.M., t. VI, p. 91.

22 B. Alart, C.M., t. S, p. 442, parchemins du Temple, Mailloles, n° 1766.

23 ADPO, 3E1/1, fol. 18v.

24 B. Alart, C.M., t. XI, p. 267, ADPO, CT, fol. 242 r°.

25 B. Alart, C.M., t. P, p. 283, notule de Guillaume Miaffred (n° 4996).

26 « intus lo tou Beate Marie de Malleolis, satis videlicet prope ecclesiam dicte Beate Marie de Malleolis », B. Alart, C.M., t. D, p. 629, ADPO, 1B-282, notule de François Glassat, 1452-1453.

27 « vall eo tou », B. Alart, C.M., t. G, p. 101, notaire Bemat Gunart, rubriques Puignau, registre X, fol. 621v°.

28 ADPO, 1B 225, fol. 142 r°-v° : « duo trossia carreroni sive senderii... a magnis temporibus citra et ab antiquo derelicta sit quod vix aut nullus transit per eandem propter dirutionem et inhabitationem loci de Malleolis ».

29 « pro una capella construenda juxta domum leprosorum de Malleolis », B. Alart, C.M., t. C, p. 372 procuration royale, reg. 29, fol. 141v°.

30 A Orle par exemple ou à Torreilles.

31 « hospitalis pauperum de Malleolis », B. Alart, C.M., t. IV, p. 501, inventaire des biens de Bernard Saquet, marchand.

32 B. Alart, C.M., t. M, p. 370, notule de Bernard Masdamont (n° 1605).

33 « infirmis Sci Latzarii domus de Malleolis », « hospitali pauperum ville de Malleolis », B. Alart, C.M., t. P, p. 334, notule de Barthélemy Massanet (n° 4971).

34 « in podio in quo fuerunt furche », ADPO, 1B 99, parchemin original, format 150 cm x 60 cm !

35 « aquosas et sue aquositatis causa infructuosas », B. Alart, C.M., t. XIV, p. 356, 1B-99, 1344.

36 « in camino de Volono et... in podio in quo fuerunt furche », ibid.

37 B. Alart, C.M., t. E, p. 624, ADPO, 1B-165, fol. 10v°, notule de Gabriel Resplant, n° 1006.

38 « parietes causa construhendi inhibi capellam que nunc est ronea », ibid.

39 C'est ainsi que je comprends le texte, assez peu clair : « et eciam erradicare fondamenta quarundam parietumque, non tamen ille que fuerunt edifficata propter capellam, seu illa que primitus propter furchas inhibi fuerunt constructe, et des petres quod ab inde exiet, faceret suas voluntates », ibid.

40 Comme à St-Jean-Lasseille et en beaucoup d'autres lieux.

41 « Hiis annis crudeliter et fere inhumano mortis tormento taditorum nullo preheunte reatuper inclitum Jacobum de Majoricis... », B. Alart, C.M., t. XIV, procuration royale, registre 8, fol. 21r°.

42 « ...eo solum quia eos non sue nobis (Pierre d'Aragon), tunc repugnanti injusticie, sentiebant suo arbitrio inclinatos », ibidem.

43 Cf. Calmette et Vidal, Histoire de Roussillon.

44 B. Alart, C.M., t. R2, p. 526-527.

45 ADPO, 12 J 25, n° 171.

46 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 430, AHP, plech 23, n° 34.

47 « molendina mea bladeria et totum casale meum molendinorum vulgariter dictum de Turri, quod habeo in terminis de Malleolis », B. Alart, C.M., t. D, p. 633, notule de François Ferrer (n° 4965), 1339.

48 « de Armurer quod construxit mestre Johan lo Armurer », B. Alart, C.M., t. A, p. 329, notule de Jacques Satorra (n°1475), fol. 9.

49 B. Alart, C.M., t. IX, p. 159, CT, fol. 268v°.

50 B. Alart, C.M., t. X, p. 156, CT, fol. 241 v°.

51 B. Alart, C.M., t. A, p. 374, notule de Jacques Ferrand (n° 4981), cette parcelle est traversée en son milieu par un cenderio.

52 B. Alart, C.M., t. T, p. 338, manuel de Bernard Masdamont (n° 1580).

53 ADPO, 1B 150, fol. 5r°-v°.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540