Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Laroque-des-Albères

Roussillon

Texte intégral

  • 1 D'Abadal, CC, II, p.102. D'après P. Ponsich, le lieu de Tanya où se trouvait cette église se situe (...)

1Cella sancti Felicis, 834, Roca Frusindi, 854, illa Roca, villa Rochas, xe siècle. La cella de Saint-Felix est confirmée comme possession d'Elne par l'empereur Lothaire en 8341.

Les premières installations :

  • 2 « terras quas sui homines ex heremo traxerunt », Catalunya Carolingia, t. II, p. 102. Il convient (...)
  • 3 R. de Saint Malo pensait qu'il fallait distinguer ces deux lieux, sans doute à juste titre. On peu (...)

2Les premières mentions des lieux-dits et des églises situés sur la commune de Laroque datent de l'époque carolingienne. En 834, l'évêque d'Elne reçoit de l'empereur Lothaire la confirmation de la possession des terres que ses hommes ont arrachées à la friche2. Ce diplôme révèle que le lieu de Laroque est en pleine période de défrichements, de création d'églises et d'installation de petits groupes d'habitants. Les lieux donnés par l'empereur sur le territoire de Laroque sont la cella Saint-Félix, la cellula Saint-Julien, la villa Torrente - peut-être nommée aussi Alamannis3 - et le territoire compris entre les lieux-dits Petrafita et claustra. Plusieurs hypothèses peuvent être examinées à propos de ces lieux : les deux cella-cellula sont sans doute des établissements religieux, de nature quasi-monastique, mais rattachés à la cathédrale d'Elne et caractéristiques de cette époque de création de paroisses sur les franges de défrichements.

3Le lieu de Torrente, qualifié de villa, ne semble pas en relation avec un site romain ; situé à l'ouest de la commune actuelle, à la limite du territoire de Villelongue-dels-Monts, il a dû être un pôle modeste de peuplement dès cette époque.

  • 4 ADPO, 8 J 20, fol. 38r.

4Le lieu-dit Petrafita peut se rattacher à un rocher remarquable ou à un monument mégalithique (peut-être le menhir qui se trouve auprès du chemin de Saint-Génis) ; on le retrouve sous la forme Perafita dans le capbreu de 13964.

  • 5 GMLC, s.v. claustrum et clausura, distingue nettement ces sens en Catalogne, alors que Niermeyer, (...)
  • 6 HGL, t. II, n° 189, a. 875.
  • 7 On ne peut totalement écarter cette interprétation toutefois. La trace d'une forteresse de garde d (...)

5Le terme de claustra pose davantage de problèmes d'interprétation. Claustrum, bien qu'utilisé souvent au féminin claustra, est peut-être ici au pluriel. Il a sans aucun doute le sens d'un « lieu clos, fermé », de caractère religieux (qui a donné « cloître »), plus rarement enceinte fortifiée urbaine ou poste frontière, pour lequel le mot courant est clausura5. Le contexte du document, les deux cellae, font davantage penser à quelques bâtiments groupés autour des églises, très proches, dédiées à Saint-Félix et Saint-Julien. Un document parle d'ailleurs de la claustra sancti Felicis6, expression qui semble être utilisée comme équivalente de cella sancti Felicis. La claustra citée ici n'a peut-être pas le sens de fortification militaire qu'on lui prête7. Le passage des Albères, qui semble confirmé par des mentions d'une route antique (cf. infra), n'a dû jouer qu'un rôle de second ordre entre les itinéraires d'Ultrera-La Massane et des Cluses-Panissars.

6En 854, ce sont des laïcs, Sumnold et Riculfe, qui bénéficient d'un précepte impérial. Ces aristocrates d'origine septimanienne (Goths, dit-on, par opposition à Hispani) reçoivent en pleine propriété des biens que leur père Hadefons et leur grand-père Sunvild avaient acquis par aprision.

7Les biens défrichés par les ascendants de Sumnold et Riculfe se situent en Roussillon (Moniano, c'est-à-dire probablement Mailloles, Villanova, certainement Montesquieu et Cabanes, près de Saint-Génis). Le type de biens qu'ils ont aprisionnés est révélateur de leur rang social : il s'agit de villae entières, dont le défrichement et l'exploitation n'ont pu être entrepris que par toute une troupe de dépendants directs dont seuls des aristocrates peuvent disposer. Leur père avait aprisionné la Roca appelée Frusindi. Il s'agit de la seule mention de ce toponyme, dont on pense généralement qu'il se rapporte à Laroque-des-Albères. Le terme de Roca se réfère-t-il à un château privé ou plus simplement à un piton rocheux qui caractérise le terroir ? Il semble qu'il faille trancher pour la deuxième solution, l'aprision d'un château au début du ixe siècle, ou s'achevant par la construction d'un château, étant tout à fait improbable. Il est certain, on le verra, que des aprisions ont eu lieu sur le territoire de Laroque, et elles devaient engendrer, comme ailleurs, des conflits entre aprisionnaires et seigneurs ecclésiastiques.

  • 8 HGL, t. II, n° 189.
  • 9 CC, t. II, p. 110, a. 899.
  • 10 « villa que dicitur Torrente et alio vocabulo Alammannis », ou, encore une fois : « villa que dici (...)

8Un plaid en 875 règle une opposition de cette nature, entre l'évêque d'Elne et un homme, qui n'est probablement pas un descendant de Sumnold et Riculfe. Il disait avoir reçu un bénéfice ou une aprision du comte au titre du service royal, mais il doit évacuer le territoire de la claustra Sancti Felicis et renoncer à tout droit sur les hommes qui y demeurent, en faveur de l'évêque, faute de preuves et de témoins8. On retrouve à la fin du ixe siècle la trace de ces pionniers défricheurs dans un précepte accordé par Charles le Simple en faveur de l'évêque9. Il donne en effet à l'église d'Elne tout ce que devaient au fisc les colons (homines hostolenses) ou Ispani qui se trouvaient sur les lieux de la cella Sancti Felicis, de la cella Sancti Juliani et de la villa appelée Torrente et de l'autre villa appelée Alamannis (ou « appelée autrement Alamannis »)10.

  • 11 MH, n° 35.
  • 12 ADPO, FdF, 12 J 25, n° 272, notices du cartulaire d'Elne.

9Au cours du ixe siècle, on voit apparaître le toponyme de Tanya, d'abord en 876, quand un plaid se réunit in villa Tagnane11, puis en 883 sous la forme Tanyano12. Cette villa Tanya est d'une très grande étendue : c'est en effet sur son territoire que sont indifféremment localisées les deux églises Saint-Félix et Saint-Julien et plus tard le château et le village de la Roca. Elle se situe sur la bordure nord de la commune actuelle, dans la partie basse, sur la plaine. Cette villa est à ce moment le dénominateur commun de cet ensemble de lieux de culte et d'habitats.

  • 13 ADPO, FdF, 12 J 25, n° 21.
  • 14 C'est ce que laisse penser l'expression qui suit le nom du « hameau » : « villare Kastellani qui f (...)
  • 15 ADPO, FdF, 12 J 25, n° 25.

10Au xe siècle se multiplient les actes de vente ou de donation qui concernent ce terroir et dans lesquels on voit apparaître les premiers renseignements sur les activités rurales, agricole et artisanale. L'occupation est en pleine croissance, comme le montre la mention d'un nouveau lieu habité en 90513 : le villare Kastellani, ainsi nommé sans doute du nom du fondateur de cet habitat de modeste importance14, lié probablement à la mise en culture de terres défrichées. On trouve plusieurs de ces villare sur le piémont des Albères et un peu partout en Roussillon, Vallespir et Confient à la même époque. Ce même document indique que le villare Kastellani est appelé aussi Donati, du nom du propriétaire contemporain sans doute, puisque les deux femmes qui signent cet acte disent avoir acheté une vigne à un nommé Donato. Ce villare Donati est localisé en 927 près de la villa Tagnano15. Ce document cite la route qui va de ce villare à Saint-André (de Sorède) : on peut proposer comme localisation le Mas du Vilar, sur la route de Laroque à Saint-André, au nord de l'emplacement supposé de la première église Saint-Félix, ou bien le Mas Arman, où plusieurs mas sont conservés jusqu'à nos jours, à mi-chemin de l'ancien Saint-Félix et de Saint-Fructueux, près du chemin qui conduit des Albères à Saint-André.

  • 16 B. Alart, Cartulaire roussillonnais, n° XII, p. 24-26, testament de Seniofred, diacre d'Elne.

11En 96716, un clerc, descendant de l'acheteur de 927, lègue tout ce qu'il possède in ipsa Rocha et in Rio Profundo. Ce lieu-dit se retrouve jusqu'à la fin du Moyen Age comme hameau, Riu Profund. Le légataire donne à l'église Saint-Félix la vaisselle (vexella) qui se trouve à Rocha (sans doute Roca vella), c'est-à-dire des tonneaux, des cuves, des jarres contenant les provisions : vin et blé.

  • 17 MH, n° 129, a. 981, précepte de Lothaire en faveur du monastère de Saint-Génis-des-Fontaines.
  • 18 Un lieu-dit ad ipsas sepulturas, au bas de la montagne, mériterait une attention particulière : né (...)
  • 19 ADPO, 12 J 25, n° 55.

12A la fin du xe siècle, on cite en outre pour la première fois la cella sancti Laurentii, entre la villa Rocas et la villa Torrentis17. Là encore, la première mention de la future église paroissiale de Torrens la présente comme une cella, peut-être une dépendance de Saint-Génis, ce qui renvoie à des fronts de défrichement qui gagnent de proche en proche les versants des Albères. On trouve dans les limites des possessions de Saint-Génis une organisation de l'espace assez complète déjà, et dont les éléments vont perdurer jusqu'à la fin du Moyen Age : la villa Rochas (Roca Vella), la villa Taniano, la villa Torrentis, déjà divisée en amont et aval (superiore velsubteriore)18 - cette division témoigne peut-être d'un affaiblissement de ce pôle de peuplement, annoncé en 94419 quand on le nommait villare Torrentis.

  • 20 Les cerisiers sont encore au début de notre siècle une des fiertés du village de Laroque : les cer (...)
  • 21 ADPO, FdF, 12 J 25, n° 83.
  • 22 ADPO, FdF, 12 J 25, a. 883 : n° 10 ; a. 976 : n° 272, notices du cartulaire d'Elne. L'acte le plus (...)
  • 23 ADPO, FdF, 12 J 25, n° 29.
  • 24 Attention, il ne faut pas confondre cette route avec la route forestière ouverte à la fin du siècl (...)

13Les documents du xe siècle permettent aussi de se faire une idée des activités des hommes vivant sur ce terroir. Par-delà les listes stéréotypées de biens et de cultures qui accompagnent les ventes et donations, on relève quelques éléments plus précis : des vignes en 905, des oliviers, des cerisiers en 92720, puis des figuiers, des chênes, des vergers, en 97221. Parmi les activités artisanales, on note des mentions précoces de moulins (883,972 et 97622), avec leur canal d'amenée et de fuite et d'un vivier en relation avec le ruisseau d'un moulin (972). On remarque surtout qu'à deux reprises apparaît une mine (menario en 92723, minario en 981) et qu'un des habitants est qualifié de ferrario (forgeron ?) en 927. Enfin les mentions de chemins et routes sont intéressantes pour tenter des localisations, l'une d'entre elles est peut-être une voie antique (de franchissement des Albères ?) puisqu'elle est appelée tragina antiqua qui pergit de monte Albarie (927), traginam quae descendit de cacumine montis (981) et strata (922)24.

Le château :

14Fondé probablement au xie siècle, le kastrum de Rocha réorganise autour de lui l'ensemble du terroir. Cet incastellamento se combine avec le phénomène plus original de la cellera. La pauvreté documentaire de cette période ne permet pas de bien saisir le rythme et les étapes de cet encellulement par l'autorité châtelaine et de la concurrence qui a pu s'établir avec des formes antérieures ou concomitantes de regroupement ecclésial.

  • 25 « kastrum de Rocha cum alodio et feuvo quod habebat in Taniano », ADPO, 12 J 25, n° 159.
  • 26 B. Alart, C.M., t. VII, p. 560, ADPO, fol 70 v°.

15En 1100, Guillem de Salses donne son kastrum de Rocha à son fils Oliba, avec l'alleu qu'il possédait in Taniano25. Cette mention assez laconique est la seule que nous possédions pour tout le XIe siècle. Nous ne devinons l'importance du château dans les décennies suivantes qu'indirectement, par les noms des membres de la famille seigneuriale qui le tient. Plusieurs hommes portant le nom de La Roca signent des actes sans que l'on puisse rétablir une généalogie très complète. Un nommé Bernard, héritier de la seigneurie, lègue par testament, en 1172, son castellum de La Roca à sa fille Alamanda, encore jeune à cette date puisqu'il la confie à la garde de Pierre de Manoa26.

16Sur la roca, le piton rocheux qui a donné son nom au lieu, s'élève alors ce castellum. Dès la deuxième moitié du xiie siècle ce château devient un pôle de regroupement des habitants.

Les celliers et la cellera :

  • 27 ADPO, H 212, et B. Alart, C.M., t. VI, p. 447, notule d'André Romeu, 1386, A 201, procès de St-Gén (...)

17En 1188, Alamanda, qui a épousé Raymond de Villademuls, concède à Adalaidis de Claperio un cellier dans la cellaria du castrum de La Roca, dans la paroisse de Saint-Félix de Tanya27. L'utilisation du terme de cellaria dans ce cas n'est pas sans poser problème

18Laroque est sans conteste un village castrai, né autour d'un château par le regroupement d'une population sous l'autorité des seigneurs détenteurs de l'autorité banale. Ce qui pose problème à Laroque est la cohabitation des deux éléments : le pôle castrai et la cellera.

19L'examen détaillé de la concession accordée par Alamanda permet de mieux comprendre ce qu'est en réalité cette cellera, qui s'éloigne assez du schéma « classique ». Le cellier donné en emphytéose est sans aucun doute un cellier de dépôt des récoltes, entre autres du vin, comme le montre la redevance due par le bénéficiaire, qui s'élève à une canada de vin. La cellera est bien une réunion de celliers, puisque celui dont il est question dans l'acte confronte deux autres celliers. On précise d'ailleurs que le cens dû est le même que celui des autres celliers du castrum.

20Pourtant, ce groupement de celliers, appelé cellaria, n'est pas construit autour de l'église, mais bien au pied du château : en effet le cellier donné en concession touche au castellum. L'emploi du terme castellum n'est pas fortuit : le mot de castrum se rapporte souvent dans les documents de la fin du xiie siècle aux villages fortifiés eux-mêmes. Le terme de castellum est beaucoup moins ambigu et, comme dans le testament de Bernard de La Roca en 1172, désigne ici le château seigneurial, occupant le sommet du piton.

  • 28 « cum suo antuxano », cf. le catalan antuixa, « un étroit passage ».

21La personne qui reçoit cette concession a elle-même « planté et édifié » ce cellier auquel est adjoint un « passage »28. Cette cellera est de formation récente. Elle est regroupée autour du château et non de l'église du village fortifié, qui ne paraît pas antérieure au xiiie siècle et occupe une place marginale dans la structure villageoise, son mur extérieur faisant office de rempart du castrum.

22Cette cellera apparaît donc comme un ensemble de celliers regroupés sur initiative seigneuriale autour du château, afin de protéger et contrôler les paysans dépendants et leurs récoltes, du type du castello deposito connu en Italie, et non comme une cellera équivalente aux sagreres catalanes nées de l'initiative paysanne, sur le cimetière entourant l'église. La formule de localisation utilisée dans cet acte « in cellaria castri de Rocha in parrochia Sci Felicis de Tainnano » montre que le village fortifié de Laroque est encore situé dans la paroisse de Saint-Félix de Tanya : le castrum n'a pas encore fait disparaître l'église de la cella primitive, située assez loin du château, dans la partie basse du territoire.

  • 29 B. Alart, C.M., t. T, p. 1-4, datation d'après le notaire Puignau, transcription d'un vidimus de 1 (...)

23La famille de Sant Marti compte dès la fin du xiie siècle parmi les seigneurs locaux, ainsi que le montre une donation datée de 119129. Pierre de Sant Marti dote l'église Saint-Julien de Tanya d'un manse avec toutes ses dépendances et avec son cellier dans la cellaria castri de Rocha, que ledit Pierre de Sant Marti avait échangé avec Alamanda, sa dame, et Raymond de Villademuls, mari de celle-ci. Ces derniers, qui ont conservé la seigneurie éminente sur ces biens, autorisent cette donation et affranchissent le manse et le cellier de toutes redevances (exacciones) et de tout service, en particulier ceux du guet et des travaux (aux fortifications sans doute). Le cellier dans la cellera apparaît bien comme lié au manse : à une unité d'exploitation paysanne située à l'extérieur des murs du village correspond un cellier de dépôt des récoltes à l'intérieur de la cellera, sous domination directe du château et des châtelains.

  • 30 B. Alart, Privilèges et titres..., p. 205-206.

24Le petit-fils d'Alamanda et de Raymond de Villademuls, Pons-Hug, comte d'Ampurias, hérite du château de Laroque. Il décide en 1253 de favoriser la réparation du mur de la cellera (muro sellarie), en prenant à sa charge la nourriture des maçons qui y seraient employés30. Le mur de la cellera semble désigner la fortification villageoise dans sa totalité, dont l'entretien est à la charge des habitants qui y possèdent un cellier, comme le montre le document précédent.

  • 31 ADPO, H 212, fol. 186 à 189.
  • 32 L'établissement de ce pouvoir sur les terres et sur les hommes est d'ailleurs révélé par la multip (...)

25Plusieurs paysans déclarent leurs biens dans un terrier (capbreu) établi en faveur du comte d'Ampurias en 126431. Tenanciers de bordas ou de mansatas situées sur les lieux de Ganis (plus tard Aganix), de Rocha Veyla, ou de Tanya, ils ont tous un cellier, à l'intérieur des murs, touchant d'autres celliers, pour lequel ils doivent la redevance habituelle d'une canada ou une demi-canada de vin. Parmi leurs charges et redevances figurent les travaux au mur. Ces documents montrent que dès la fin du xiie siècle, et très largement au xiiie, les habitats groupés autour des lieux de culte anciens sont nettement soumis à l'autorité châtelaine, le pôle castrai avec sa cellera atypique ne faisant pas disparaître les mas isolés ou les hameaux anciens mais les soumettant à son autorité centralisatrice32. Le processus d'incastellamento a ainsi abouti à une restructuration de l'espace autour du château et de son castrum, conjuguant les héritages de l'époque antérieure, le besoin de défense des villageois et de leurs récoltes autour des églises rurales, et la réalité du pouvoir seigneurial, matérialisée, par le château.

Structure du village et activités :

  • 33 B. Alart, C.M., t. H, p. 121, « livre d'établissements » c'est-à-dire de concessions de baux emphy (...)

26Village assez important, Laroque possède en 1349 trois étals de boucherie au moins qui sont attribués à un certain Jean, masaler de la Rocha33.

Les capbreus des xive et xve siècles (1375-1379, 1396-1397, 1435-1455) :

27Le territoire de Laroque à la fin du Moyen Age peut être abordé avec une assez grande précision grâce à une série de documents d'un grand intérêt : les capbreus établis pour les différents seigneurs en 1375-1377, 1396-1397 et 1434-1458. Ils permettent de reconnaître la disposition des différents quartiers du village, les exploitations paysannes, les lieux habités situés sur le territoire du castrum, les activités agricoles et artisanales.

28Les maisons du village sont situées dans le fortalicium (appelé aussi cellaria), ou dans le barri.

29Les capmas (les demeures des tenanciers de manses) sont soit isolés (situés sans plus de précision in terminis...), soit sur un des lieux de peuplement secondaire, anciennes villae qui n'apparaissent plus que comme groupements de quelques mas.

30L'examen de ces trois espaces encastrés, le fortalicium-cellera, le village et ses barris, les hameaux et les lieux de peuplement dispersé, permet de cerner leur évolution.

Le capbreu de 1375-1379 :

  • 34 Ce terrier nous est parvenu par une copie de 1458, ADPO, 3 E 40 / 1161, 23 folios, r°-v°, les deux (...)
  • 35 « homo proprius et solidus », parfois « amansatus, abordatus » ou « afocatus ».

31En 1375-1377 est rédigé le terrier des biens tenus par 116 déclarants en faveur du seigneur Ferrer de Sant Marti, donzell34. On y trouve de courtes déclarations d'habitants de Laroque qui ne tiennent pour ce seigneur que quelques terres ou une maison dans le village, et d'autres, beaucoup plus longues, de tenanciers de manses et bordes qui sont tous « hommes propres et solides »35, sous dépendance personnelle du seigneur.

  • 36 ADPO, 8J17, parchemin original.

32Ferrer de Sant Marti est le seigneur principal de Laroque (le terrier le nomme toujours « dominus » « senyor del loch »), mais on sait que le château appartient à la famille Morey depuis au moins 136436.

33Les maisons ou les cap-manses sont situés soit dans le fortalicium, généralement appelé fortalicium dicti castri, soit dans le barrio castri de Ruppe, soit sur un des terroirs, lieux de peuplements secondaires, in terminis dicti castri.

34Le mot castrum révèle sa richesse de sens dans ces quelques exemples. Il désigne en effet :

  • soit le château seigneurial dans le cas suivant : teneo... medietatem unius domus mee site intus fortalicium dicti castri (ici le village fortifié) et affrontat... in via qua itur ad castrum37, ou comme dans l'expression : domum sitam intus fortalicium de Ruppe confrontatamque... cum muro dicti castri38,
  • soit l'espace compris dans la fortification collective, le village fortifié lui-même : mention de maisons intus castrum de Ruppe,
  • et dans les expressions : in terminis castri de Ruppe, in barrio castri, il désigne la totalité du village lui-même ou son terroir complet, son terminium.

Le fortalicium en 1375 :

35Il est l'héritier de l'ancienne cellera. Il comprend l'église, en position excentrée, sur le bord, le mur extérieur de l'église servant de rempart. Le fortalicium n'est donc pas structuré autour d'elle, mais sur le pourtour de la butte (la motta) du château. On l'appelle d'ailleurs le fortalicium castri, « fort du château », et on y situe souvent les maisons par rapport à la motte, à la rue du château, plus rarement à l'église et à la rue de l'église. Beaucoup de maisons sont adossées au mur d'enceinte du fortalicium.

36A-t-on affaire à une cellera-type ? Sûrement pas. D'après la configuration des lieux, elle a été aménagée autour d'une tour, par le seigneur, comme lieu de dépôt des récoltes (vendanges).

  • 39 Ibidem, fol. 10 r°, sans que la distinction soit forcément signifiante ; à la ligne suivante on dé (...)
  • 40 Ibidem, fol. 9 v°, unam domum et unum patuum eidem domui contiguum.
  • 41 Ibidem, fol. 15 v° : unum sotulum et cellerium et unum solerium sitos intus fortalicium dicti cast (...)
  • 42 Ibidem, fol. 14 r° : une maison et son exita (passage, issue, sortie) touchent à la fois in via pu (...)
  • 43 « domum meam sitam intus fortalicium dicti castri confrontatam in tenencis domini Berengarii Marti (...)
  • 44 Ibidem, fol. 13 v° : « quatuor domos contiguas et unam terradam sitas intus fortalicium dicti cast (...)

37Dans le fortalicium, on trouve essentiellement des maisons : domus, casa39, parfois une courette : patuus40. C'est là que se trouve le seul cellier cité dans le capbreu, cellier qui semble faire partie d'une construction à étage41. On peut remarquer que beaucoup des maisons situées dans le fortalicium doivent un cens en vin pur versé au moment de la vendange (comme les celliers de la cellera du xiie siècle), ce qui indique qu'elles ont pris la place des anciens celliers. Dans le fortalicium se trouvent aussi l'église42, la maison du curé43. Il semble aussi y avoir une place à l'intérieur de cette enceinte : les quatre maisons et la terrasse (terrada) contiguës situées intus fortalicium dicti castri touchent à la place du « castrum »44 : c'est la place du village, mais si les maisons sont bien à l'intérieur de l'enceinte fortifiée, il faut supposer que la place y est aussi. On peut imaginer que la place est un espace élargi de part et d'autre de la porte d'entrée principale au castrum. Une maison de l'intérieur du fortalicium donne sur la platea fortalicii dicti castri.

  • 45 Ibidem, fol. 15 v°.

38Une reconnaissance concerne un sotulum et cellerium et unum solerium sitos intus fortalicium dicti castri. Le rez-de-chaussée, la construction basse, (sotulum sive cellarium) touche à la motte du château du village fortifié (cum mota castri dicti castri -sic ! -), et au solerium qui appartenait autrefois à une nommée Marie45.

39En tout vingt-trois déclarants disent tenir un bien intus fortalicium : dix-huit y déclarent une domus (deux déclarent seulement une partie de maison, mais elles ne semblent pas être contiguës), un en déclare quatre contiguës, un autre déclare sans plus de précision « quasdam domos contiguas », un autre déclare une casa, un déclarant tient le cellier avec solerium, un autre un patuus. Ce qui fait au moins vingt-cinq maisons tenues pour ce seigneur dans le fortalicium, auxquelles il faut ajouter deux patui (un tenancier de maison déclare un patuus contigu, qui paie un cens à part), deux terradas et le cellier.

40Par les déclarations de voisinage on repère dix-neuf autres possédants à l'intérieur du fortalicium qui ne déclarent rien à Ferrer de Sant Marti, plus ce seigneur lui-même, cité deux fois comme voisin de déclarants. Deux des déclarants disent que le bien qu'ils déclarent est voisin d'une autre de leurs possessions, qu'ils ne déclarent pas dans ce capbreu. Il est donc sûr qu'il y a au moins quarante-trois villageois possédants ou tenanciers dans le fortalicium. Certains doivent être tenanciers pour d'autres seigneurs que Ferrer, d'autres sont peut-être alleutiers. Le fortalicium n'est pas appelé « cellaria » comme dans les capbreus postérieurs, établis pour d'autres seigneurs. Comment peut-on interpréter ce fait ?

41Sur les vingt-neuf biens tenus pour Ferrer dans le fortalicium, les cens sont très divers, pour la grande majorité en argent (une obole, un, deux, trois, quatre, six, huit, dix deniers, un sou), mais aussi une poule. Trois maisons doivent en guise de cens une canata de vin nouveau (vini primi) au moment des vendanges (in tempore collacionum), la casa ne devant qu'une demie-canata de vin. Ce cens est probablement un héritage de la redevance due par les anciens celliers de la ce liera (cf. supra en 1188), curieusement le cellier paie un cens en argent.

Le faubourg :

  • 46 Le capbreu de 1396-97 ne porte pas de noms de rues ; c'est peut-être une indication qu'il est rédi (...)

42Dans le faubourg on déclare en tout six maisons, ce qui est très peu. On verra dans les autres capbreus que les maisons sont beaucoup plus nombreuses à l'extérieur du fortalicium. Il faut penser que Ferrer n'y est pas le seigneur principal. Elles sont situées pour trois d'entre elles in barrio ; deux autres sont situées in barrio de Ruppe, in vico vocato Planiol, une autre in barrio de Ruppe, in vico vocato de Gatilepa46.

Les environs :

43Le territoire de Laroque est remarquable par le nombre de ses églises, églises paroissiales d'anciens lieux habités, disparus ou en déclin dès le xiiie siècle. Nombreux sont aussi les manses, mas regroupés en quelques hameaux hérités de cette ancienne occupation de l'espace.

44Parmi les lieux-dits, on remarque ceux qui semblent provenir des noyaux de peuplement anciens :

  • Tanyano
  • Torrentes superiores, et Torrentes inferiores, ou Torrens davayl47
  • Saint Fructueux de Roca vella, qui conserve son décimaire48
  • Sainte-Marie du Vilar49, avec la via qua itur ad locum de Villari.

45La trace de ces anciennes paroisses n'est d'ailleurs pas perdue, puisque le capbreu mentionne encore le décimaire de Saint-Fructueux. Non loin de ces églises sont situés des mas groupés en hameaux, à Tanya, à Torrens d'Avall et Torrens d'Amont et Roca Vella ; d'autres mas sont groupés aux lieux d'Aganix, Rio Profundo et Terrats. Les mas qui s'y trouvent sont localisés ainsi : « in mansis de Tanyano, in mansis de Terratis, in mansis de Aganix, in mansis de Rio Profundo ». Cette formulation fait plutôt penser à un habitat desserré, ce que confirment les descriptions des cap-manses qui touchent souvent à un jardin, à un quinta (une parcelle de terre) et aux possessions des mas, mais ne sont jamais mitoyens d'autres mas.

  • 50 Qui pourrait évoquer le très vieux Jacindexi, Archindexi, près de Sorède ?

46Plusieurs biens, des terres et vignes, se trouvent au lieu-dit lo Jassi50.

47Parmi les dizaines de lieux-dits cités dans le capbreu certains sont des allusions directes à l'activité d'exploitation et de transformation du fer : un lieu-dit Fabreges, un camp del Fabre, une borde dite fabreges à Torrens d'Avall.

Le capbreu de 1396-139751 :

  • 51 Titre sur la couverture : « Capbreu general del terme de la Rocha fet l'any 1397, notari m. Pere T (...)
  • 52 ADPO, 8 J 20, 188 folios r°- v°. Il faut déduire de ce nombre douze folios manquants, qui auraient (...)

48Ce capbreu, beaucoup plus volumineux que le précédent, contient cent-quatre-vingts déclarations52. Il est établi en faveur des dames Alienor, Marie et Françoise, filles de Galcerand Morey, probable héritier de Guillem Morey à qui le roi Pierre d'Aragon avait concédé le château de Laroque en 1364.

49Les maisons déclarées se situent dans le fortalicium (on mentionne à quatre reprises la cellaria, que l'on appelle une fois « sellariam seu fortalicium »), ou dans le barri. On y trouve aussi des manses et bordes extérieurs au village, mais assez peu nombreux.

Le fortalicium53 :

  • 53 Sauf mention différente, les biens mentionnés ci-dessous sont situés par les déclarants « intus fo (...)
  • 54 Il semble que deux des déclarants de 1397 aient déjà déclaré des biens en 1396, leurs déclarations (...)

50Soixante-sept54 habitants de Laroque, quelques-uns de Saint-Génis-des-Fontaines, déclarent en tout quatre-vingt-quinze biens différents dans le fortalicium ou la cellaria. On retrouve parmi eux trois déclarants sûrs et six probables du capbreu de 1365 (sur 23), et six des voisins nommés en 1375, plus trois probables (sur 20). Compte tenu d'un écart de vingt ans entre les deux documents, ce rapport de concordance, entre les noms de personnes relevant de deux seigneuries différentes, est assez élevé.

51Les biens qu'ils déclarent sont :

  • 62 maisons (domus), une part de domus, un angulum domus, deux maisonnettes (domuncula), deux maisons contiguës, deux maisons réunies en une, deux demeures (hospicia) contiguës,
  • 11 patui, deux patui contigus,
  • trois tables de boucherie (tabula maselli), un cortale sive domus, deux celliers, et une moitié de maison ou de cellier55.

52En outre, une maison se trouve intus dictam sellariam seu fortalicium (il est à remarquer que le début de la déclaration ne parle que du fortalicium, la « dite » cellera ne peut donc être que celui-ci, où le déclarant vient d'ailleurs de reconnaître tenir un cellier). Deux autres maisons sont situées intus cellariam, ainsi qu'une maison peut-être plus grande (domus sive hospicium).

53Les fouages fiscaux de 1365, 1378 et 1385 donnent pour Laroque 92, puis deux fois 91 feux, ces feux fiscaux auraient-ils un rapport direct (ou lointain) avec le nombre des constructions dans la cellera ? Sur le plan du début xlxe on note à l'intérieur de l'enceinte 84 parcelles bâties (certaines ont pu être démolies, d'autres regroupées) et environ quarante non bâties. On peut retrouver certaines au moins des maisons citées dans le capbreu sur ce plan cadastral.

  • 56 Pour une domus du fortalicium, « unam gallinam bonam et receptibilem de censu in festo Natalis », (...)
  • 57 « recipiunt de censu unam canatam vini primi tempore colationum quolibet anno », fol. 55 v° ; vari (...)
  • 58 Ibidem, fol. 59 v°.
  • 59 « unam domum sitam intus fortalicium... super quo... recipiunt unum cartonum et medium vini primi. (...)

54Les cens dus par les possessions à l'intérieur de l'enceinte sont divers (assez souvent une poule à Noël, chaque année56), mais on y retrouve beaucoup plus souvent que dans le précédent des cens en vin ou en équivalent monétaire en lieu et place du vin. Pour les maisons et courettes, le cens le plus courant est d'une canata de vin nouveau à donner chaque année au temps des vendanges57, certaines, plus petites probablement, par suite de partages ( ?) ne devant qu'une demi-mesure de vin. La domus sive hospitium sita intus fortalicium sive cellariam doit unum cartonum et medium vini primi, aux vendanges58. Une autre maison doit le même cens, et le déclarant, Bérenger Raymond, ajoute qu'il donne aussi en plus un demi-carton de vin en remplacement du cens que Pierre Morer doit pour un cellier, « demi-carton que Pierre Morer a reporté sur cette maison quand il a donné cette maison ou patuus à mon père »59. On voit que pour modiques que soient ces cens, on veille à stipuler qui doit quoi, et l'on partage scrupuleusement les obligations.

55Souvent cette redevance est déjà remplacée par un cens en numéraire, à verser à la Noël :

  • une domus doit « quinze deniers barcelonais de cens, en lieu et place d'une canata de vin nouveau que cette maison versait autrefois au temps des vendanges »60,
  • les plus petites ne versent que sept deniers et une obole au lieu d'une demi-canata,
  • et même une maisonnette ne paie que deux deniers et une obole au lieu d'un sixième de mesure de vin61. Ces maisonnettes, comme ces maisons grevées d'un cens inférieur à ce qui paraissait en 1188 être le cens normal d'un cellier témoignent d'une subdivision des celliers originels au cours des deux précédents siècles, de la construction sur les moindres espaces libres (ces « angles », coins de maison, ces patis, courettes, « endroits », andronum, que les déclarants n'omettent jamais de mentioner : ils constituent le seul espace de « réserve » à l'intérieur de l'enceinte). L'exiguïté des bâtisses et des courettes est extrême, mais l'espace reste assez bien structuré, et la plupart des maisons ne confrontent (au moins sur les déclarations) qu'à deux ou trois autres en plus de la rue, comme on peut le voir sur le plan : l'espace reste géré.
  • 62 « habeo carregum super quosdam pariete domus Barholomei Basconi maioris dierum dicti loci sitam an (...)
  • 63 « quandam domum et quoddam carregum quod dicta domus habet supra muros fortalicii dicti loci, que (...)
  • 64 « que quidem domus protenditur usque ad archum veterem qui archus est medius inter istam domum et (...)
  • 65 « confrontata... cum quadam via publica transeuntem inter dicta hospicia subtus quendam ponticum c (...)

56L'entassement provoque cependant des situations peu communes : ainsi, un droit de mutation est dû par un tenancier pour le mur d'appui (le mur ou l'arc de charge) qui va de sa maison sur celle située de l'autre côté de la rue62. Une autre maison prend ainsi appui sur le mur d'enceinte et le côté d'une maison voisine de celle du déclarant, qui paie un cens pour ce mur de charge63. Entre deux maisons de l'enceinte se trouve une arche, un arc64. Deux maisons contiguës situées intus cellariam seu fortalicium touchent à une rue qui passe entre ces deux maisons sous un passage en pont construit entre ces deux maisons65.

57On connaît la longueur de l'une des maisons du fortalicium : trois cannes et demie de Montpellier, soit environ 6 à 7 m. : c'est une maison qui paie une canata de vin pour le cens, donc peut-être de taille correspondant aux constructions originelles de la cellera.

  • 66 Il déclare : « unam domum sitam intus fortalicium ...confrontatam... in quadam parte dicte domus q (...)

58Les seigneuries peuvent être aussi très imbriquées : un déclarant dit tenir une maison en partie pour les trois soeurs, en partie pour Ferrer de Saint-Martin, en partie en franc-alleu66.

59La description du fortalicium est bien plus détaillée dans ce capbreu. On mentionne bien entendu les éléments défensifs propres à ce « fort », l'ancienne cellera, mais aussi son équipement public et son aménagement :

  • le mur : plusieurs maisons et patui touchent in muro fortalicii67, du côté intérieur donc.
  • les portes : la « porta sicca »68, le portale majus69, la porte bigordana70,
  • une barbacane : une maison à l'extérieur des murs touche « à deux portes : la porte majeure et la porte de la barbacane de ce lieu »71.
  • le château et sa « motte » : un patuus est voisin de la motte qui est devant le château et d'une rue72, une maison touche in costono lisarum castri dicti loci de Ruppe, d'autres in costono castri ou in mota sive costono castri. Le terme costonum désigne le côté, la côte, le versant de la motte. Il semble d'ailleurs qu'une des maisons adossées à cette pente ait en fait élevé son étage sur un rez-de-chaussée qui était creusé dans cette « motte »73.
  • les rues : celle qui va à l'église, celle qui mène au château74, celle qui, à l'extérieur des remparts passe sous les murs75.
  • l'église appelée Saint-Julien (par erreur ? fol. 113 r°).
  • la place : deux maisons contiguës touchent in platea dicti loci, une autre in platea fortalicii. Sur la place se trouve le puits76 (toujours visible sur le plan du xixesiècle).
  • le marché : trois tables de boucherie placées sur une rue sont toutes voisines, et touchent au mur du « fort »77.
  • les différents occupants : une maison touche à la maison de la sacristie de l'église Saint-Félix de Laroque78, une autre touche à la maison de Pierre Raymond, prêtre et hebdomadier de l'église Saint-Félix79. Le prêtre Pierre Tayllabosch a aussi sa maison là. Les possessions du seigneur Ferrer de Sant Marti sont citées plusieurs fois comme confronts, le maître de la fabrique (operarius) du monastère de Saint-Génis des Fontaines a aussi des possessions à l'intérieur de l'enceinte. Le curé (rector) de l'église Saint-Félix possède un cellier à l'intérieur du fortalicium.
  • les constructions diverses : plusieurs maisons touchent à une canerisa80, une autre déclaration montre une maison touchant in quadam canerissa sive androna : ce qui semble indiquer un espace non bâti... d'ailleurs une autre maison touche in via publica sive senderio (barré dans le texte) canerissa.
  • les eaux : un ruisseau, un cloaque, une rigole s'écoule hors du « fort » par le côté ( ?) de la porte majeure81. Des maisons à l'intérieur de l'enceinte touchent in clavegeria muri de porta aygera et in muro fortalicii, ou in cloaqua sive aygera per que aqua egreditur de dicto loco de Ruppe.

60La garde : une redevance pour tous les hommes propres, qu'ils soient tenanciers de mas, de maisons du barri ou du fort, est prévue en remplacement de la gayta castri. Cette redevance consiste en deux poignées d'orge de cens, plus souvent un carton de vin.

  • 82 Sibilia déclare pour les biens dont elle est tenancière, exclusivement des terres, devoir facere o (...)

61Les travaux aux fortifications sont parfois associés au guet82.

Le faubourg :

  • 83 Fol. 13 v°, ce terme, rare dans le capbreu, semble désigner une demeure plus grande, ou plus luxue (...)
  • 84 « quoddam spacium terre quod est inter dictas duas domos meas... quod spacium terre meum nunc est (...)

62- Les constructions : Beaucoup de maisons sont situées dans le barri : 85, nombre incluant les domus, hospicium83, domus sive cortale (dans ce dernier cas c'est peut-être une interprétation abusive, mais cela ne concerne tout au plus que cinq ou six maisons-étables). Auxquelles il faut ajouter de très nombreux patui, des viridarii, quelques jardins (ortus, ortellus). Une maison du barri touche à l'hôpital des pauvres de ce lieu. Un cortal du barri regroupe ce qui était autrefois deux maisons. Entre deux maisons du barri se trouve un espace de terre qui a été couvert et construit84.

  • 85 Fol. 9 r°, 15 r°, avec cortal et pigeonnier : fol. 65 v°.
  • 86 « unam domum et unum patuum et unum colomerium (barré dans le texte) columbarium et unum viridariu (...)

63On trouve plusieurs mentions d'exita : espaces non bâtis, sortie ?, l'une est dite « verger ou exita ». On évoque aussi des treilles, parfois contiguës aux maisons85. Mais dans le faubourg on trouve aussi une canerisa. Près des maisons sont mentionnés des pigeonniers, colombiers86.

64Parmi les occupants du barri on trouve un moine et perarius du monastère de Saint-Génis des Fontaines.

  • 87 On trouve aussi des jardins tout près de ces portes, comme à l'extérieur de la porta sicca, fol. 1 (...)
  • 88 « unam domum... in barrio dicti loci de Ruppe... confrontatam in motta ville (barré dans le capbre (...)
  • 89 « unam domum sive cortale sitam in dicto barrio... versus podium castri », fol. 18 v°.

65Certaines des maisons du faubourg font face aux portes du fort87, ou à la butte sur laquelle est construite cette enceinte, et que l'on appelle aussi « motte », mais on précise « motte du fort »88, ou « puig du castrum »89.

  • 90 « hospicium meum tres olim domos in se comprehendens quod est in barrio extra muros », fol. 170 v°
  • 91 « confrontatum... in clavegeria que discurrit de fortalicio dicti loci », f. 187 r°.

66Le barri est par définition « hors les murs »90. Un patuus est situé a la villa et subtus plateam portalis de porta ayguera, qui touche à la place, au mur, à la rigole s'écoulant hors du fort91.

  • Le cimetière de l'église paroissiale est rejeté hors des murs : il est voisin d'une maison du barri.
  • Les rues : Une ruelle est appelée carrerono, On ne donne pas de noms aux rues, mais une maison est située dans le barri au lieu-dit al planoll.
  • La place : Une maison du barri, l'ancien moulin à huile, touche à la motte qui est contre la place, elle-même devant la porte majeure92.
  • 93 Fol. 38 v°, cf. supra. C'est peut-être cette rigole que l'on appelle avguera den vayllis, fol. 170 (...)

67Les eaux : On cite un corrego, le corrego de les Raseylles et un autre qui s'appelle Gatilepa (cf infra) ; par la porte majeure s'écoule, venant du fort une aygueria93. Des maisons du barri sont établies sur les bords de la rivière.

  • Les fontaines : Une maison donne sur la rue qui va à la fontaine dels melers (dels ametllers ? des amandiers ?).
  • Les moulins : Dans le barri coule le ruisseau des moulins à blé, une maison a été transformée en moulin à huile en regroupant trois anciennes maisons94.
  • 95 « duas rotas molendinorum utraque quorum habet suum casale, sitas in barrio dicti loci de Ruppe, p (...)

68Deux roues de moulins à blé, qui ont chacune leur casal, se trouvent dans le barri devant la place95.

  • Le marché : Une maison avec une table de boucherie se trouve dans le faubourg.
  • La forge : Le forgeron a fait son atelier dans une maison du faubourg, près du ruisseau des moulins96.

Lieux-dits :

  • 97 « unus ortus a les Raynantes cum una domo qui antiquitus intus ortum erat nunc vero dirruta conf.. (...)

69Un jardin, qui contenait une maison alors détruite, se trouve au lieu-dit a les Raynantes97 ; un autre au même lieu a un cortal et un colombier. Un patuum se trouve au lieu-dit Casteyllet.

70Près du barri passe le corrego de Gatilepa (ou Gatilega).

71Un jardin dans lequel était autrefois une maison se trouve au lieu-dit « subtus lo sant ». Une terre se trouve « a pug del sant ». Une terre est au lieu-dit « la ferrera vel sant », près du ruisseau des moulins.

  • 98 Il était tenu autrefois pour le comte d'Ampurias, ainsi qu'une vigne qui est « ante castrum », fol (...)

72Un moulin à blé est situé in ripparia del caminel98.

Les mas99 :

  • 99 Voir les recherches d'Olivier Passarrius, « Laroque-des-Albères... », 1996.

73On trouve de nombreux mas dans le capbreu, ils sont situés sur des terroirs disséminés autour du village, souvent sur l'emplacement de très anciens lieux de peuplement (on peut supposer qu'une occupation y a toujours été maintenue sans solution de continuité). En particulier :

  • au Pug de Tanya, la butte sur laquelle se trouve Sainte-Marie et ses environs immédiats, on trouve deux clos (ou fematas) contigus, séparés par un mur de chaux et ciment, l'un des clos était autrefois un mas100°.

74Une borde autrefois nommée la Romena, dont le casale capmas se trouve à Tanya, possède aussi un clos (peciam terre sive clausale) devant ce capmas, touchant à la rivière dicti loci (de Tanya ? de Laroque ?). On cite aussi le chemin de l'église Sainte-Marie de Tanya.

  • in Ruppe veteri, Laroque-le-Vieux et son église Saint-Fructueux : un tenancier y déclare deux casals de moulins à blé, et un terrain sur lequel on veut établir un moulin drapier101. Une terre près de l'église de Laroque-le-Vieux touche au cimetière et au jardin de l'église102. Elle jouxte la rivière et le chemin qui va de cette église au mas. Le curé de cette église a aussi sa maison là103.
  • Torrens : - Torrent inferior : plusieurs mas et bordes.
  • mansi de Torrentibus superioribus : une borde in villario de Torrentibus superioribus.
  • capelle Sci Laurencii prope Ruppem veterem : une terre au lieu-dit la coma den Miron touche à la terre de cette église.
  • Terratis Bisbal : on y déclare une mansata.
  • Rivo Profundo, Riu Prohon (profond ?) : un mas avec quintanum et devèse.
  • 104 C'est le cas de Bernard Clara, fol. 58 v° à 60 v°, qui au titre de chacune de ses bordes a une mai (...)

75Des tenanciers ont en charge deux bordes104, signe d'une régression démographique et de l'abandon probable de certains des terroirs les moins faciles à cultiver ou les moins rentables.

Le capbreu de 1434-1458105 :

  • 105 ADPO, 8 J 21, 99 folios, capbreu de Laroque et de Villelongue-dels-Monts, établi en faveur de Gasp (...)

76Le capbreu fait apparaître des biens situés de la même façon « intus fortalicium ». Ce sont les mêmes biens, souvent tenus par les mêmes personnes.

77Ce registre porte d'abord des déclarations datées de 1434 à Villelongue-dels-Monts (4 déclarations), de 1435-1437 pour Laroque (7 déclarations), de 1435-1442 à Laroque (32 déclarations) ; enfin la plus grande partie a été établie pendant les années 1454-1458 et comporte 186 déclarations.

  • 106 Ibidem, f. 89r, « unam domum quae antiquitus erant due domus et una domuncula quae fuerunt Petri P (...)
  • 107 Ibidem, « ...et super qua domuncula quae est inclusa intus dicta domum... recepit de censu mediam (...)

78Le notaire Michel Tholose possède une maison qui regroupe deux anciennes maisons et une maisonnette, située à l'intérieur du fortalicium et touchant à la place du puits106. Ce qu'il appelle la maisonnette (domuncula) semble être un ancien cellier, d'après sa redevance en vin107.

79On trouve dans ce terrier des biens situés dans le fortalicium, le barri et sur les terroirs environnants : Torrens d'Avall, d'Amont, Tanya, Roca Vella, Terrats Bisbals. Ou des mas isolés, comme le mas dit de La Garriga sur le chemin qui va de Laroque à Roca Vella, appelée une fois « la vila vella ». Ce capbreu montre que la relation entre les bordes tenues dans ces hameaux écartés et les celliers du fortalicium est encore conservée : par exemple, le tenancier d'une demi-borde à Tanya déclare à ce titre un demi-cellier dans le fort.

80On y relève plusieurs indices de la crise démographique : des mentions de plusieurs maisons détruites dans le fortalicium, dans le barri et dans les hameaux, ainsi que des tenanciers qui ont en exploitation des terres provenant de bordes ou mansates désaffectées.

81L'activité métallurgique est évoquée par le lieu-dit Ferreres.

  • 108 Crónica de Pere el Cerimoniós, § 150, Les quatre grans cròniques, Ferran Soldevila ed., Barcelona, (...)

82Plus rare dans la documentation roussillonnaise, nous disposons aussi d'une sommaire description du village de Laroque et de ses fortifications, dans la chronique des événements du règne de Pierre le Cérémonieux108. En juillet 1344, le roi met le siège devant le château de Laroque. Les habitants lui livrent la ville et le barri, le roi place alors onze hommes dans l'enceinte de la ville et le faubourg du castell (au sens de castrum / village fortifié), qui est attenant à la força major de la Celòquia. Cette força est sans aucun doute le fortalicium, et on peut supposer que la Celòquia, mot inconnu en catalan, est une mauvaise interprétation du mot cellera, que le chroniqueur, non roussillonnais, ignorait peut-être.

  • 109 B. Alart, C.M., t. G, p. 626.

83En 1436, le prévôt du vicomte d'Evol demande à celui des seigneurs de Ribes (de Freser), un nommé Jacques, de le mettre en possession du castrum de Laroque109. A cette fin, il demande à être introduit dans le fortalicium de ce lieu et, une fois introduit, il en ferme la porte avec des chaînes et une barre. Puis il va au château et, se tenant devant la porte, il demande à voir le prévôt Jacques et se fait ouvrir. Une fois entré dans celui-ci, il va à la tour et il place là des pennons ou drapeaux aux armes de son seigneur. Ce document, tardif, nous permet de reconnaître la disposition des lieux encore observable sur place aujourd'hui, et ses ensembles caractéristiques : le fortalicium, c'est-à-dire l'enceinte villageoise, autour du château, lui-même surmonté de la tour.

  • 110 « unam domum... in vico inferiori barrii dicti castri », B. Alart, C.M., t. IV, p. 383, manuel de (...)
  • 111 « unum hospicium... in barrio dicti castri de Ruppe, aff...in mota platee que est ante portale maj (...)

84En 1371, Pierre Conill vend à Jean Terren une maison située dans la rue du bas du faubourg du castrum110. Et par le même acte, le même Jean vend au même Pierre une demeure, dans le faubourg elle aussi, mais touchant à l'ouest à la butte de la place, devant la porte principale du bourg fortifié111. Cet échange ne concerne peut-être pas des biens de même importance, comme l'emploi des termes domus et hospitium pourrait le faire penser. La demeure la plus luxueuse serait celle qui se trouve sur la place, et qui touche à deux rues. La place devant l'entrée du castrum est effectivement en haut d'une petite éminence qui est elle-même au pied de la « roca ».

  • 112 ADPO, 1B 186.

85Le curé du lieu de Laroque, Pierre Taylabosch, possède une maison acquise en 1396, à La Rocha, qui touche d'un côté au mur de ce lieu112.

  • 113 B. Alart, C.M., t. XVII, p. 350, notule de Pierre Tholosa.

86En 1407, Béranger Rasider de Laroque vend à Jeanne, épouse de Pierre Volo, de ce même lieu, une maison située dans le fortalicium de Ruppe touchant d'un côté in costono mote castri113. Cette situation correspond à la topographie particulière du lieu : l'enceinte large englobe le village fortifié, lui-même bâti au pied de la butte sur laquelle s'élève le château.

  • 114 B. Alart, C.M., t. H, p. 329, manuel de Michel Joli, A-1053.

87En 1560, on se préoccupe de la réfection de la muraille114.

Evolution démographique :

  • 115 B. Alart, C.M., t. P, p. 35, cartulaire de Laroque.

88A l'occasion d'une décision concernant les droits de pâture du bétail à Laroque, l'université des hommes se réunit en 1330. On y compte 70 hommes nommés, omnes castri de Ruppe115.

Synthèse :

89A l'époque carolingienne, on assiste à la naissance, un peu désordonnée, de nombreuses villae, cellae, villare, petits établissements ruraux, à initiative religieuse ou aristocratique, renforcés par l'arrivée de colons espagnols, qui font des Albères un front pionnier, mais dont aucun ne prend le dessus ; peut-être sont-ils par nature assez instables. La plupart de ces habitats carolingiens subsistent, avec une nette régression, dans les siècles centraux du Moyen Age.

90La stagnation de ces sites aux xie-xiie siècles s'explique par le rôle attractif du château installé sur le piton rocheux, autour duquel les seigneurs créent un regroupement de celliers où les paysans des environs doivent déposer leurs récoltes. Autour de ce château et de sa « cellera » seigneuriale est réorganisé un finage où les anciennes paroisses et chapelles rurales font figure d'écarts par rapport au nouveau centre castrai et où de nombreux manses et bordes (les mas) servent de cadre à la nouvelle dépendance paysanne. Cette marginalisation des vieux pôles d'habitat, cette restructuration, suit le modèle classique de l'incastellamento, fréquent dans les régions méditerranéennes mais plus rare dans la plaine du Roussillon.

91La volonté seigneuriale de regroupement des récoltes et des habitants au pied du château a ici « récupéré » un terme qui à l'origine avait un sens diamétralement opposé, sans doute à cause du succès rencontré par les celleres authentiques dans toute la plaine roussillonnaise. On peut sans trop de risques supposer que cette création des seigneurs de Laroque vient concurrencer d'autres formes de regroupement, celles-ci réellement ecclésiales, nées autour des églises primitives de Saint-Julien de Tanya, de Saint-Félix de Tanya (peut-être de Notre-Dame de Tanya) et de Saint-Fructueux de Roca Vella, comme le montrent les vestiges collectés lors des prospections de surface et les hameaux résiduels qui y subsistent jusqu'au xve siècle. La reprise du mot môme de cellera par l'autorité castrale pour constituer son pôle de pouvoir face à ces probables celleres antérieures, dans un contexte historique de concurrence entre les vestiges des anciennes libertés paysannes et la nouvelle forme de structuration de l'habitat et du terroir autour des maîtres des châteaux et de la terre, n'est pas fortuite mais marque bien la volonté de faire disparaître ces anciens pôles, tout en conservant le nom de cellera.

92La fin du Moyen Age est marquée par la poursuite de ces tendances : recul des habitats secondaires, devenus des groupements lâches de mas, sous forme de hameaux desserrés, mas que l'on retrouve aussi disséminés dans les hauteurs voisines. La crise démographique affecte certains de ces mas qui sont ainsi abandonnés. Une partie de la montagne retourne alors durablement à la nature sauvage.

Plan cadastral de Laroque-des-Albères

Plan cadastral de Laroque-des-Albères

Notes

1 D'Abadal, CC, II, p.102. D'après P. Ponsich, le lieu de Tanya où se trouvait cette église se situe au nord-est du village de Laroque. La paroisse a gardé le nom de « paroisse de Saint-Félix de Tanya », même après le déplacement du principal noyau villageois au pied du château, sur l'emplacement du Laroque actuel.

2 « terras quas sui homines ex heremo traxerunt », Catalunya Carolingia, t. II, p. 102. Il convient de souligner toutefois ce que cette expression peut avoir de conventionnel et de répétitif dans un grand nombre de diplômes carolingiens, le caractère sauvage, abandonné et hostile des terres mises en culture par les monastères venant souligner par contraste la valeur de l'oeuvre monastique ; sur l'aprision voir Montesquieu.

3 R. de Saint Malo pensait qu'il fallait distinguer ces deux lieux, sans doute à juste titre. On peut cependant douter de son identification d'Alamannis avec Sainte-Colombe d'Alamans situé près de Palau-del-Vidre, bien loin des lieux mentionnés ici, et le rapprocher plutôt (avec une erreur de transcription) du lieu-dit ad ipsas Aluminarias qui marque une des limites du territoire de Saint-Félix, près de ipsos Torrentes, dans un plaid de 875 (HGL, t. II, n° 189).

4 ADPO, 8 J 20, fol. 38r.

5 GMLC, s.v. claustrum et clausura, distingue nettement ces sens en Catalogne, alors que Niermeyer, MLLM, donne un sens presque interchangeable pour ces deux mots, avec une connotation religieuse pour claustrum.

6 HGL, t. II, n° 189, a. 875.

7 On ne peut totalement écarter cette interprétation toutefois. La trace d'une forteresse de garde de la route allant au col de l'Ouillat pourrait être conservée par le toponyme de La Citadelle où se trouvent des vestiges d'occupation antique, puis médiévale, et en particulier les vestiges supposés de la première église Saint-Félix. Claustra comme synonyme de clausurae, forteresses de frontières, est employé chez Orose et Jordanès (ve s.) (Castellvi 1995 : 85).

8 HGL, t. II, n° 189.

9 CC, t. II, p. 110, a. 899.

10 « villa que dicitur Torrente et alio vocabulo Alammannis », ou, encore une fois : « villa que dicitur Torrente et alia vocabulo Alamannis ». Quoi qu'il en soit ce lieu me semble proche de Torrens, sinon identifiable à Torrens.

11 MH, n° 35.

12 ADPO, FdF, 12 J 25, n° 272, notices du cartulaire d'Elne.

13 ADPO, FdF, 12 J 25, n° 21.

14 C'est ce que laisse penser l'expression qui suit le nom du « hameau » : « villare Kastellani qui fuit condam que alium nomen vocant Donati » , ibidem.

15 ADPO, FdF, 12 J 25, n° 25.

16 B. Alart, Cartulaire roussillonnais, n° XII, p. 24-26, testament de Seniofred, diacre d'Elne.

17 MH, n° 129, a. 981, précepte de Lothaire en faveur du monastère de Saint-Génis-des-Fontaines.

18 Un lieu-dit ad ipsas sepulturas, au bas de la montagne, mériterait une attention particulière : nécropole protohistorique, antique ou mérovingienne ?

19 ADPO, 12 J 25, n° 55.

20 Les cerisiers sont encore au début de notre siècle une des fiertés du village de Laroque : les cerises y sont si abondantes que chacun peut en cueillir sans permission et qu'on les vend presque pour rien sur place.

21 ADPO, FdF, 12 J 25, n° 83.

22 ADPO, FdF, 12 J 25, a. 883 : n° 10 ; a. 976 : n° 272, notices du cartulaire d'Elne. L'acte le plus ancien concerne une « portion de moulin » : elle était la propriété d'un des bâtisseurs de ce moulin. Les premiers moulins, équipements indispensables mais coûteux, étaient souvent construits par des groupes de paysans associés, cf. P. Bonnassie, La Catalogne... et S. Caucanas, Les moulins et l'irrigation...

23 ADPO, FdF, 12 J 25, n° 29.

24 Attention, il ne faut pas confondre cette route avec la route forestière ouverte à la fin du siècle dernier. Elle devait passer sur la rive droite de la rivière de Laroque, et non sur la rive gauche où se trouve la route actuelle, et rejoindre le tracé de la route actuelle au niveau du refuge du Casot den Gard.

25 « kastrum de Rocha cum alodio et feuvo quod habebat in Taniano », ADPO, 12 J 25, n° 159.

26 B. Alart, C.M., t. VII, p. 560, ADPO, fol 70 v°.

27 ADPO, H 212, et B. Alart, C.M., t. VI, p. 447, notule d'André Romeu, 1386, A 201, procès de St-Génis,

28 « cum suo antuxano », cf. le catalan antuixa, « un étroit passage ».

29 B. Alart, C.M., t. T, p. 1-4, datation d'après le notaire Puignau, transcription d'un vidimus de 1338, contenu dans le cartulaire de la Roca, fol. 64v°-65r°.

30 B. Alart, Privilèges et titres..., p. 205-206.

31 ADPO, H 212, fol. 186 à 189.

32 L'établissement de ce pouvoir sur les terres et sur les hommes est d'ailleurs révélé par la multiplication des mas, comme l'a montré Lluis To Figueras (To 1993).

33 B. Alart, C.M., t. H, p. 121, « livre d'établissements » c'est-à-dire de concessions de baux emphytéotiques, ADPO, 1B-351, fol. 72 r°.

34 Ce terrier nous est parvenu par une copie de 1458, ADPO, 3 E 40 / 1161, 23 folios, r°-v°, les deux derniers folios contiennent cinq déclarations des années 1383 à 1401.

35 « homo proprius et solidus », parfois « amansatus, abordatus » ou « afocatus ».

36 ADPO, 8J17, parchemin original.

37 Ibidem, fol. 13 v°.

38 Ibidem, fol. 3 r°. On remarque le sens fort de la préposition intus qui signifie bien : « à l'intérieur de », par rapport à in qui a un sens plus général : « dans », « à ».

39 Ibidem, fol. 10 r°, sans que la distinction soit forcément signifiante ; à la ligne suivante on déclare : supra qua domo recipit medium canadam vini.

40 Ibidem, fol. 9 v°, unam domum et unum patuum eidem domui contiguum.

41 Ibidem, fol. 15 v° : unum sotulum et cellerium et unum solerium sitos intus fortalicium dicti castri.

42 Ibidem, fol. 14 r° : une maison et son exita (passage, issue, sortie) touchent à la fois in via publica qua itur ad ecclesiam.. cum muro dicti castri et cum dicta ecclesia dicti castri.

43 « domum meam sitam intus fortalicium dicti castri confrontatam in tenencis domini Berengarii Martini presniteri », ibidem, fol. 8 v°.

44 Ibidem, fol. 13 v° : « quatuor domos contiguas et unam terradam sitas intus fortalicium dicti castri, confrontatas... in platea dicti castri ».

45 Ibidem, fol. 15 v°.

46 Le capbreu de 1396-97 ne porte pas de noms de rues ; c'est peut-être une indication qu'il est rédigé sur un modèle antérieur à celui-ci, comme la mention de cellera que l'on ne trouve pas dans ce capbreu ?

47 Sur son église St-Laurent, voir O. Passarrius et A. Catafau, “Laroque-des-Albères...”, ER, 1996.

48 Ibidem, fol. 10 v°.

49 Ibidem, fol. 11 r° : « in terminis Beate Marie de Villari ».

50 Qui pourrait évoquer le très vieux Jacindexi, Archindexi, près de Sorède ?

51 Titre sur la couverture : « Capbreu general del terme de la Rocha fet l'any 1397, notari m. Pere Tholosa ».

52 ADPO, 8 J 20, 188 folios r°- v°. Il faut déduire de ce nombre douze folios manquants, qui auraient pu représenter une dizaine de déclarations supplémentaires. Le capbreu est daté sur l'inventaire des années 1396-1399 ; en fait les déclarations sont toutes de l'année 1396 jusqu'au folio 172, seuls les dix-sept derniers folios contiennent des déclarations recueillies en 1397.

53 Sauf mention différente, les biens mentionnés ci-dessous sont situés par les déclarants « intus fortalicium ».

54 Il semble que deux des déclarants de 1397 aient déjà déclaré des biens en 1396, leurs déclarations successives concernent des biens différents : Pere Tayllabosch, fol. 115 et 175, et Guillem Langer, fol. 119 et 182.

55 L'autre moitié est tenue pour Ferer de Sant Marti, fol. 172.

56 Pour une domus du fortalicium, « unam gallinam bonam et receptibilem de censu in festo Natalis », fol. 57 v°.

57 « recipiunt de censu unam canatam vini primi tempore colationum quolibet anno », fol. 55 v° ; variante : « mediam canatam vini primide censu solvendam tempore quo vinea colaritur quolibet anno », qui met en relation la domus payant ce cens avec un ancien cellier et la vigne cultivée à l'extérieur du village, fol. 28 r°.

58 Ibidem, fol. 59 v°.

59 « unam domum sitam intus fortalicium... super quo... recipiunt unum cartonum et medium vini primi... et amplius medium cartonum vini primi in adjutorium illius census quem Petrus Morerii fecit pro quodam sellario, quem medium cartonum vini primi ipse Petrus Morerii honoravit supra dicta domo quando ipsam domum sive patuum dedit dicto patri meo », fol. 28 r°, ce que confirme à peu-près dans les mômes termes Pierre Morer, qui ne verse que deux cartons de vin, déduisant de la canata qu'il doit pour son cellier dans le fortalicium ce demi-carton qu'il a reporté sur le cellario sive domo quam ego dedi Guillermo Raimundi. On voit en outre que la maison de 1396 n'était probablement pas une maison quelques années auparavant. Le fils du nouveau propriétaire s'en souvient vaguement (il pense qu'elle était peut-être un patuus), mais l'ancien propriétaire sait lui qu'elle était alors un cellier, il précise même que ce « cellier ou maison » touche à son propre cellier, fol. 97 v°.

60 « quindecim denarios barchinonenses de terno de censu, loco et vice unius canate vini primi quam tempore colationum dicta domus antiquitus faciebat », fol. 1 r°.

61 « unam domunculam sitam intus fortalicium... super qua ... recipiunt duos denarios et obolum barchinonenses de censu pro sexta parte unius canate vini primi in festo Natalis », fol. 40 v° ; l'autre domuncula est appelée domuncula mea parva, fol. 127 r°.

62 « habeo carregum super quosdam pariete domus Barholomei Basconi maioris dierum dicti loci sitam ante dictam domum meam confrontatam ... in via publica que est inter dictam parietem super quam habeo dictum carregum et dictam domum meam, que via publica est ante supradictum domum meam », fol. 77 v°.

63 « quandam domum et quoddam carregum quod dicta domus habet supra muros fortalicii dicti loci, que domus est sita intus fortalicium dicti loci de Ruppe... et dictum carregum afrontat in muro fortalicii dicti loci de Ruppe et in cantono domus dicti Petri Fabri », fol. 175 r°.

64 « que quidem domus protenditur usque ad archum veterem qui archus est medius inter istam domum et supradictam aliam domum », fol. 187 r°.

65 « confrontata... cum quadam via publica transeuntem inter dicta hospicia subtus quendam ponticum constructum et contiguum inter nostra ambo duo hospicia », fol. 182 v°.

66 Il déclare : « unam domum sitam intus fortalicium ...confrontatam... in quadam parte dicte domus que jure directi domini tenetur pro venerabili Ferrario... domicello dicti loci de Ruppe, et in quadam alia parte dicte domus que est meum alodium franchum ». On a bien l'impression d'une matérialisation précise dans l'espace de ces trois parties, peut-être est-ce une grande maison résultant de la réunion de trois maisonnettes.

67 Par exemple fol. 37 r°, 40 r°, 72 v° ; du côté extérieur les maisons du barri touchent in mota fortalicii, fol. 14 v°, 23 v°, ou versus podium castri, fol. 18 v°.

68 Un jardin, hors du fortalicium, se trouve subtus portam siccam, fol. 11 v°, 181 v°.

69 Une maison du barri, qui était auparavant un moulin à huile, touche « in mota que est juxta plateam, que platea est ante portale majus dicti loci... et cum aygueria que discurrit de fortalicio », fol. 38 v°.

70 Une maison sur le territoire de Laroque est in ripparia subtus portam bigordanam, une autre, à l'intérieur de l'enceinte, touche au mur et in introitu dicte porte Bigordane ; on ne sait pas s'il s'agit d'une troisième porte (où serait-elle ?) ou d'un autre nom pour l'une des deux déjà citées, fol. 25 r° et fol. 119 v°.

71 « confrontatam... cum duobus portalibus videlicet cum dicto portali majori et cum portali barbacane dicti loci de Ruppe », fol. 73 v°.

72 « in mota quae est ante introitum castri dicti loci sive in via publica », fol. 3 r°.

73 « aliam domum cum sotulo et solerio... confrontatam... in costono castri dicti loci... et subtus dictum solerium ipsius domus solebat olim esse mota dicti castri », fol. 187 r°.

74 « via publica qua ascenditur ad castrum dicti loci », fol. 172 v°.

75 « quadam triliam, cum una domo sive cortali et uno columbario eidem trilie contiguis, sitam in terminis dicti loci subtus muros dicti loci, confrontatam in via publica que est subtus muros dicti loci et... in recho molendinorum », fol. 65 v°.

76 Une maison, formée de la réunion de deux anciennes maisons plus petites, donne in via publica ante masellum dicti loci et in platea dicti loci, sive via publica, ante puteum dicte platee, fol. 126 v°.

77 « unam tabulam maselli sitam intus fortalicium... confrontatam in muro fortalicii dicti loci, et in via publica et in quadam alia tabula maselli », fol. 44 v°, idem pour les deux autres tables, fol. 64 r°.

78 « domum... confontatam ex una parte in domo sacristie ecclesie Sci Felicis dicti loci de Ruppe », fol. 1 r°.

79 Fol. 10 v° ; il est lui même déclarant : fol. 182.

80 « conf. ...in quadam canerisa », fol. 9 r°, « in una canerisa », fol. 34 v°, 70 r°, 75 r°, 84 r°, terme inconnu, peut-être à rapprocher des canipe cités par A. Settia : des celliers.

81 A propos du portale majus, une maison est, à l'extérieur des murs, contiguë au portali majori dicti loci vocato antiquitus porta ayguera, fol. 73 v°.

82 Sibilia déclare pour les biens dont elle est tenancière, exclusivement des terres, devoir facere opera muri et gueytam prout actenus est assuetum, fol. 80 v° - 81 r°.

83 Fol. 13 v°, ce terme, rare dans le capbreu, semble désigner une demeure plus grande, ou plus luxueuse, cf infra, fol. 170 v°.

84 « quoddam spacium terre quod est inter dictas duas domos meas... quod spacium terre meum nunc est coopertum et operatum », fol. 23 v°.

85 Fol. 9 r°, 15 r°, avec cortal et pigeonnier : fol. 65 v°.

86 « unam domum et unum patuum et unum colomerium (barré dans le texte) columbarium et unum viridarium contiguos sitos in barrio dicti loci », fol. 28 r°.

87 On trouve aussi des jardins tout près de ces portes, comme à l'extérieur de la porta sicca, fol. 11v°, une maison et une treille in ripparia.

88 « unam domum... in barrio dicti loci de Ruppe... confrontatam in motta ville (barré dans le capbreu) fortalicii dicti loci de Ruppe », fol. 14 v° ; « unam domum... in barrio... in recho molendinorum bladeriorum eiusdem loci et in mota fortalicii dicti loci », fol. 16 v° ; même confront fol. 21 r°.

89 « unam domum sive cortale sitam in dicto barrio... versus podium castri », fol. 18 v°.

90 « hospicium meum tres olim domos in se comprehendens quod est in barrio extra muros », fol. 170 v°.

91 « confrontatum... in clavegeria que discurrit de fortalicio dicti loci », f. 187 r°.

92 « unam aliam domum sitam in dicto barrio in qua olim erat molendinus olearius, confrontatam in mota que est juxta plateam, que platea est ante portale majus dicti loci », fol. 38 v°. Un pattus ou verger qui était autrefois un moulin à huile touche à un androna sive carrerono, fol. 168 r°.

93 Fol. 38 v°, cf. supra. C'est peut-être cette rigole que l'on appelle avguera den vayllis, fol. 170 v°.

94 « unam aliam domum in qua nunc est molendinum olearium cum uno patuolo eidem domui contiguo qui antiquitus erant tres domus contigue confrontatam.. in recho molendinorum », fol. 24 r°.

95 « duas rotas molendinorum utraque quorum habet suum casale, sitas in barrio dicti loci de Ruppe, primumque casale...afrontat... in via publica sive platea que est ante dictum casale », fol. 72 r°.

96 « unam domum in qua facio et teneo fabricam sitam in barrio... confrontatam... in recho molendinorum », il possède aussi la maison voisine, fol. 125 r°.

97 « unus ortus a les Raynantes cum una domo qui antiquitus intus ortum erat nunc vero dirruta conf... in ripparia », fol. 6 v°.

98 Il était tenu autrefois pour le comte d'Ampurias, ainsi qu'une vigne qui est « ante castrum », fol. 89 r°.

99 Voir les recherches d'Olivier Passarrius, « Laroque-des-Albères... », 1996.

100 « calce et semento », fol. 2 v°.

101 Fol. 72 r°. Cette déclaration est renouvelée en 1397, fol. 184 v°. On note que chaque fois les casais de moulins de Laroque-le-Vieux sont nommés : « casale Ronech molendinorum bladeriorum ».

102 « peciam terre subtus ecclesiam Sci Fructuosi de Ruppe veteri confrontatam cum ciminterio et orto dicte ecclesie », fol. 93 v°.

103 « unus ortus contiguus domui rectoris predicte ecclesie confrontat... in dicto orto dicti rectoris », fol. 93 v°.

104 C'est le cas de Bernard Clara, fol. 58 v° à 60 v°, qui au titre de chacune de ses bordes a une maison dans le fort, et pour une borde, une maison de plus dans le barri. Voir le même type de situation en 1407 à Reynès.

105 ADPO, 8 J 21, 99 folios, capbreu de Laroque et de Villelongue-dels-Monts, établi en faveur de Gaspar de Sant-Marti, chevalier de Maureillas, seigneur de Laroque. Certains biens sont tenus pour Bérenger Bajoles de Sagarriga.

106 Ibidem, f. 89r, « unam domum quae antiquitus erant due domus et una domuncula quae fuerunt Petri Paschalis fabri condam dicti loci, sitam in fortalicium dicti loci de Ruppe conf. in platea putei dicti loci ».

107 Ibidem, « ...et super qua domuncula quae est inclusa intus dicta domum... recepit de censu mediam canatam vini primi tempore colationum ».

108 Crónica de Pere el Cerimoniós, § 150, Les quatre grans cròniques, Ferran Soldevila ed., Barcelona, 1983, p. 1076.

109 B. Alart, C.M., t. G, p. 626.

110 « unam domum... in vico inferiori barrii dicti castri », B. Alart, C.M., t. IV, p. 383, manuel de Bérenger Martin de Laroque, fol. 71.

111 « unum hospicium... in barrio dicti castri de Ruppe, aff...in mota platee que est ante portale majus dicti castri ».

112 ADPO, 1B 186.

113 B. Alart, C.M., t. XVII, p. 350, notule de Pierre Tholosa.

114 B. Alart, C.M., t. H, p. 329, manuel de Michel Joli, A-1053.

115 B. Alart, C.M., t. P, p. 35, cartulaire de Laroque.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Laroque-des-Albères
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 435k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540