Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Ille-sur-Têt

Roussillon

Texte intégral

1Yla, 844, Insula, 898. Eglise paroissiale Saint-Etienne, 982.

Regroupement villageois et celliers :

Celliers :

  • 1 B. Alart, C.M., t. X, p. 65-68, archives de l'hôpital d'Ille.

2En 1245, Guillemus Valencii, dicte son testament1. Il souhaite être enterré au cimetière de Sainte-Marie (de la Rodona, voir infra), et lègue à sa femme Uga, outre de l'argent et du bétail, omnia mea bascola (vascula : les vases, les récipients) et meum cellarium, ainsi qu'une vigne. La mention d'un cellier isolé, qui ici touche à une maison et à une rue, avec les récipients de conservation du vin (en relation avec une vigne) est un indice de cellera possible.

  • 2 ADPO, 3 E 3/111, fol. 10v°-11 r°.

3En 1363, parmi les biens de l'hebdomadier Pierre Thomarell cités dans son testament, se trouvent un cellier et son contenu (fût de chêne, tonnelet, outres (bota)2. La maison de Thomarell touche au « vieux mur » (voir infra) qui la sépare d'un patuus.

  • 3 quoddam cornerium sive aguyllo domus mee in qua habito situata in villa de Insula... item... quand (...)

4Le capbreu des biens de l'hôpital d'Ille, établi en 1388, contient la reconnaissance de Pierre Vital qui tient un angle de maison attenant à la maison où il habite, et trois autres maisons, dont une qui touche au cimetière de l'hôpital et un enclos à bétail, et une autre dans laquelle il a fait son cellier3.

  • 4 B. Alart, C.M., t. F, p. 151-152, notaire Bernard de Borgua, 1412, fol. 30.

5Dans son testament de 14124, Bernard d'Ille, donzell d'Ille, lègue à sa femme et à son fils sa maison appelée la casa de la cosina (maison de la cuisine ?) ainsi que le cellarium minorem. On peut noter que ce cellier, possédé par le seigneur du lieu, est conservé dans le patrimoine familial. On ne sait pas dans quelle partie du village se trouve ce cellier ; on remarque qu'il est en quelque sorte l'élément complémentaire de la cuisine, la resserre à provisions. Le qualificatif de minorem pourrait renvoyer à un autre cellier de taille plus importante (le cellier principal de la demeure noble ?).

  • 5 « cellarium ipsius domus, domus cum cellaria ipsius domus... satis prope plateam dicte ville » ou (...)

6Dans plusieurs registres notariaux du xvie siècle, on mentionne la vente de celliers, situés dans la partie centrale de la ville, autour de la place. Ils sont cédés en même temps que la maison dont ils dépendent mais dont ils sont séparés5.

  • 6 L. Solaz, L'hôpital d'Ille au Moyen Age, mémoire de maîtrise, Toulouse, 1990, p. 108-109, archives (...)

7Le contenu du cellier de l'hôpital des pauvres est inventorié précisément en 13866. Comme dans les monastères et prieurés, il fait semble-t-il partie du bâtiment religieux lui-même.

Seigneurs et fortifications :

  • 7 LFM, t. II, n° 678.
  • 8 LFM, t. II, n° 679, « domum et fortitudinem ».
  • 9 LFM, t. II, n° 670, « ipsam turrim in qua stabat unus vel duo mei homines, quibus tu donabas condu (...)
  • 10 Cf. Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 237.

8En 1157, la « fortedam » d'Ille est tenue par Pierre Gualter, pour Ermengaud de Vilarasa, et il refuse de lui en rendre le contrôle (la « potestatem »)7. C'est le comte de Barcelone qui ordonne à Pierre Gualter d'obtempérer. En 1168, Arsinde, épouse de Pierre Gualter, et ses frères donnent à Alphonse, roi d'Aragon leur maison et forteresse d'Ille8. En retour, en 1171, le roi remet à Arsinde tout l'honneur de Pierre Gualter, mais en retient la tour où étaient installés un ou deux de ses hommes à qui Arsinde a donné ordre de partir9. Cette tour pourrait bien être la tour dite « de l'Alexis », qui subsiste intacte aujourd'hui au coeur du village, au bord du premier noyau villageois10. La « fortedam » en question est peut-être le bâtiment appelé « le château » contre le mur ouest de l'église, ou l'ensemble du village fortifié.

  • 11 ADPO, Liber Feudorum, 1B-16, fol. 21 r°, concession renouvelée en 1293, fol. 20v°.

9En 1284, le roi donne en fief une tour, près de Saint-Etienne d'Ille, qui devra une albergue de cinq cavaliers, d'autant de chevaux et de quatre écuyers11. Il est fort probable que cette tour, de taille assez conséquente d'après la lourdeur de ses charges, ne soit pas une simple tour d'enceinte, mais une fortification isolée, plus massive, peut-être la tour « de l'Alexis », déjà citée.

  • 12 Texte publié dans Ruscino, 1911, p. 113, copie d'après ADPO, Empara real del vescomptat d'Ille, fo (...)
  • 13 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 56-58, notule de Guillaume Petralate.

10En 1314 est créée la vicomté d'Ille par Sanche roi de Majorque12. En 1319, Pierre de Fenollet est seigneur d'une demeure avec tour et verger condgus13.

11Plusieurs documents des xive et xve siècles mentionnent les propriétés situées à l'intérieur ou à l'extérieur des fortifications :

  • 14 B. Alart, C.M., t. XI, p. 325, AHI, parch. B, n° 97, et t. XII, p. 561, AHP, plech 28, n° 28.

12Une maison et un terrain (patuum) situés respectivement in terminis et adjacencia Sci Stephani de Insula, et in villa de Insula, les deux étant extra muros, sont vendus en 1280 et 131414.

  • 15 ADPO, 3E3/111, fol. 5 v°.

13Une maison avec un verger et un patuus contigus vendus en 1363 se trouvent à l'intérieur des murs d'Ille15.

  • 16 ADPO, 3E3/114, fol. 5 bis (non folioté) r°-v°.

14Un patuus soli situé in loco de Insula, en 1375, touche à une carrerra del mur16.

  • 17 AHI, E 12.

15La charge de l'entretien des fortifications collectives incombe à la communauté villageoise. En 1411, le gouverneur du comté de Roussillon donne le droit à l'université des hommes d'Ille de prendre le bois des arbres situés dans le lit de la Têt pour la construction des chemins de ronde des murs17.

  • 18 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 490, notule de Gaucelme Ferréol, notaire d'Ille.

16Les portes de la ville sont citées dans de nombreux documents. En 1356, le bayle d'Ille donne ordre aux consuls de faire des portalerias in portaliprope ecclesiam Beate Marie18. Il s'agit de l'église de la Rodone. Les portalerias sont sans doute des aménagements de cette porte : des porches, des passages plus petits, des protections ou défenses ?

  • 19 B. Alart, C.M., t. L, p. 47, registre du fief du château de Rigarda, fol 1, 3, 4.

17En 1418, plusieurs maisons dépendant du fief de Rigarda, situées à Ille, sont localisées au portal de la crou, in vico de la plassa del blat, à la platea maior del masell, au portal de la font19.

  • 20 B. Alart, C.M., t. F, p. 405, source : notaire d'Ille ( ?), fol. 69.
  • 21 Cf. plan. On peut évoquer une tour très proche de l'église, comme à Prades par exemple.
  • 22 B. Alart, C.M., t. P, p. 380, notule de G. Roure (1413-1432), fol. 43.

18Il n'est pas impossible qu'à l'intérieur du village existent des tours individuelles, soit vestiges de fortifications plus anciennes, soit tours de prestige des demeures nobles. En 1424, un acte mentionne une maison dans la villa, touchant à l'église Saint-Etienne, à une rue de deux côtés et à la propriété du vicomte (d'Ille)20. Or, cette maison est décrite ainsi : domum cum sua turri. Si cette maison touche bien à l'église (affrontat), il ne peut s'agir d'une des tours de l'enceinte extérieure de la ville, dont l'église est séparée de tous côtés par des rues. Si la description des lieux est exacte, on doit supposer qu'existe dans l'îlot bâti autour de l'église, accolé à elle, une tour21. Il semble que cette maison soit celle léguée dans son testament par Jean d'Avignon en 1422 : quidam mansus cum turre et eius fortitudine... intus villam de Insula22. Il s'agit probablement d'une demeure noble avec tour (d'apparat ?).

  • 23 « domo et turri in eadem existenti », B. Alart, C.M., t. C, p. 513, manuel de J.F. Arles et Carrer (...)

19En 1578, quand la vicomtesse d'Ille prend possession d'une maison avec la tour qui s'y trouve, située dans la ville23, l'acte précise bien qu'elle se trouve sur la rue qui va au Portai de la Font et qu'elle touche à la voie et aux murs (de la ville). Il s'agit sûrement d'une des tours des remparts, peut-être celle qui est nettement individualisée sur le plan cadastral, avec la maison qui la prolonge vers la rue, au nord-est de l'église Saint-Etienne.

Muro veteri :

  • 24 « cum omnibus domibus et hospiciis in eodem constructis et hedifficatis », B. Alart, C.M., t. XIII (...)
  • 25 « Salvo jure Gi Arnaldi domicelli, civis Maioricharum in XII denariis barchinonensis censualibus.. (...)
  • 26 « et salvo jure domini Pi de Fonoleto in duodecim denariis cenualibus... in quadam particula unius (...)

20En 1334, un pareur de draps de Perpignan, fils et héritier d'un habitant d'Ille, échange son manse, avec toutes les constructions qui s'y trouvent. Il touche au muro veteri24 et voisine avec la propriété de Guillaume Arnaud, damoiseau et seigneur. Celui-ci perçoit un cens sur la partie d'une maison de ce manse qui touche au mur25. Une autre partie du manse, voisine de la tour du même Guillaume Arnaud, doit un cens au seigneur Pierre de Fonollet26. En échange de ce manse il reçoit trois maisons dans Ille, dont l'une, touchant au furno panis ville de Insula, est tenue pour le monastère de Saint-Martin du Canigou.

21En 1364, le capbreu des possessions de l'hôpital des pauvres d'Ille contient une reconnaissance pour deux patua qui touchent au muro veteri.

  • 27 ADPO, 3E3/111, fol. 50 r°, feuille volante, testament.

22En 1363, plusieurs patui ou maisons touchent à une tour (contiguum dicte turris... affrontat cum intrata dicte turris) et à l'ancien mur de la ville (cum muro veteri de Insula)27.

  • 28 « aff. cum dicto hospicio Petri Thomarelli, muro veteri inter medio », ADPO, 3E3/111, fol. 45 v°, (...)

23D'après un acte de vente de la même année, il semble que ce « mur vieux » soit mitoyen de maison et de patuus, qui donc seraient adossés à lui des deux côtés : une partie de patuus voisine avec une maison, seul le « mur vieux » les séparant28.

Structure du village et activités :

Les places :

  • 29 « intus villam de Ynsula, juxta plateam », B. Alart, C.M., t. XI, p. 140, AH d'Ille, parchemin I, (...)
  • 30 B. Alart, C.M., t. XI, p. 144, AH d'Ille, parchemin F, n° 63, « ad faciendum domos... et affrontat (...)
  • 31 Une disposition similaire se rencontre à Saint-Estève, voir notice de ce village.
  • 32 B. Alart, C.M., t. XI, p. 149, parchemin G, n° 50.

24En 1275, des maisons données à bail par l'hôpital d'Ille sont situées près de la place29. L'acte prévoit que l'on pourra y adjoindre des améliorations ou constructions. La môme année, c'est un patile qui est donné dans le village pour y bâtir des maisons30. Ce terrain touche d'un côté à une rue qui traverse le manse, rue sur laquelle donneront ces maisons31. Une autre concession de terrain est accordée afin d'y construire des maisons32.

  • 33 « tabulam in platea de Insula », B. Alart, C.M., t. XI, p. 247-251, AHI.
  • 34 B. Alart, C.M., t. XVI, p. 432, notule de Bernard Borgua, année 1390.

25En 1279, Gaucerand d'Urg donne aux hommes de son castrum d'Ille la liberté d'installer un étal sur la place33. A la fin du xive siècle, le vicomte d'Ille constatant que la Plassa d'amont où est construit le macellum - la boucherie - est devenue trop petite pour accueillir la foule des jours de fête ou de marché, ordonne de détruire ce macellum et de le reconstruire non loin de là34. Il autorise la vente de poisson en ce lieu, à condition que les poissonniers ne jettent pas d'immondices.

  • 35 ADPO, 3E3/111, fol. 78.
  • 36 « quandam domum meam vocatam adobador, item quoddam operatorium meum... et aff... cum platea infer (...)
  • 37 AHI, 2 B 1, fol. 10, a. 1364.

26Une autre place est appelée « place d'en bas ». En 1364, une maison (hospicium) donne sur la platea inferiori35. A la même date, une reconnaissance du capbreu de l'hôpital d'Ille mentionne sur cette « place d'en bas » un ouvroir et une maison appelée « apprêterie », c'est-à-dire un atelier de pareur de draps36. Une maison se trouve sur la « place du blé »37.

  • 38 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 127, AHI, parch. F, n° 14.

27Un patuum soli dans Ille est vendu en 1321, nulla aqueductu retenta38. On rencontre ainsi plusieurs mentions de ces ruisseaux ou rigoles d'écoulement des eaux de pluie.

  • 39 AHI, 2 B 1, fol. 1, déclaration n° 5, (« viridarium meum scitum intus muros »), fol. 9, déclaratio (...)
  • 40 « quoddam viridarium intus villam de Insula situatum in quo est quandam turris hedifficata », AHI, (...)
  • 41 « domum sive cortellem », AHI, 2 B 2.

28Le bâti à l'intérieur du village fortifié, ne semble pas très serré, puisqu'on note en 1364 dans le capbreu de l'hôpital de nombreuses reconnaissances pour des vergers, parfois voisins, situés à l'intérieur des murs de la villa, de même que plusieurs enclos à bétail (cortal)39. Sur un de ces vergers s'élève même une tour, en 138840. Il touche à deux autres vergers. Le même document contient une reconnaissance pour une maison ou poulailler (enclos ?)41.

  • 42 B. Alart, C.M., t. XV, p. 652. On sait qu'à Perpignan la présence de femoratas est interdite dans (...)

29Au coeur même du village se trouve une femata, une fosse à fumier, vendue en 1379, qui touche d'un côté à l'hôpital des pauvres et de l'autre à la léproserie42.

  • 43 « domum meam discohopertam », ADPO, 3E3/114, fol. 5 bis (non folioté) r°.
  • 44 « sotulum et un solerii », ADPO, 3E3/114, fol. 36 r°.

30En 1375, une maison vendue à Ille est « découverte », sans toit probablement43. Une autre, dont on cède l'usufruit à cette date, comprend un rez-de-chaussée et un étage et touche au ruisseau44.

  • 45 ADPO, 3E3/112, 1364, fol. 13 v°.
  • 46 ADPO, 3E3/112, 20 r°.

31Jean Capelle, tisserand de Millas, venu de Néfiach, vend une maison (à Ille) avec un terrain contigu non bâti, à destination peut-être de basse-cour (coral ou patuus), pour quatre livres45. Une maison avec un moulin à huile construit à l'intérieur est vendue aux enchères46.

  • 47 ADPO, 3E3/112, 1364, fol. 2 r°.
  • 48 ADPO, 3E3/112, fol. 22 v°.

32Une maison avec patuus et verger contigus touche à la chapelle Sainte-Croix d'Ille47. On mentionne une rue appelée vico del Porgeril (?)48.

Sainte-Marie-de-la-Rodona :

33Cette église et son cimetière ne sont cités qu'en 1173. Elles se trouvent en bordure nord-est de l'enceinte la plus large, à l'intérieur du grand castrum.

  • 49 B. Alart, C.M., t. IX, p. 6-7, archives de l'hospice d'Ille, parchemin C, n° 18.

34En 1224, une donation à l'hospice des pauvres d'Ille concerne une mansata entière et une casam que est edificata ad petram et calceam cum suo spacio que est ante... in adjacencia Sci Stephani de Insula49. Cette maison touche à l'hospice, à deux maisons et à une rue qui va à l'église Sainte-Marie (de la Rodone).

  • 50 « intus villam de Insula prope cimeterium ecclesie Beate Marie », B. Alart, C.M., t. F, p. 110, so (...)

35En 1456, un acte de vente concerne une maison située dans le village, près du cimetière de l'église Sainte-Marie, qui touche à la chapelle de Sainte-Barbe et à ce cimetière50. Elle se trouve au nord est du bourg, à une centaine de mètres de l'église Saint-Etienne, contre la muraille. Le bras nord de son transept, en saillie sur le tracé du rempart, a pu être utilisé en guise de tour de défense. Il semble évident que cette église n'a pas développé un regroupement de type ecclésial dans son environnement immédiat, trop proche de l'église primitive et certainement de fondation plus tardive. La mention de son cimetière dans le deuxième quart du xiie siècle montre toutefois qu'il est devenu impossible d'enterrer les morts auprès de Saint-Etienne. A cette date Ille est déjà devenue une agglomération importante, et autour de Sainte-Marie de la Rodona, de son cloître et de son cimetière se développe un véritable quartier ecclésiastique, avec l'installation de l'hôpital des pauvres, puis de sa chapelle Saint-Jacques en 1236, enfin des chapelles Sainte-Barbe et Saint-Gaudérique.

  • 51 B. Alart, C.M., t. IX, p. 71-72, AH Ille, parch G, n° 42.

36En 1236, un jardin touche au cimetière de Sainte-Marie et à la propriété de la maison de Sainte-Marie51.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 52 D'Ille et d'ailleurs, n° 18, avril 1990, et n° 21. Voir plan cadastral. Etude des fortifications p (...)

37L'observation du plan du village permet de distinguer le tracé de trois enceintes concentriques dont la plus récente, extérieure, est seule largement conservée52. Le premier de ces périmètres a une forme ovoïde, autour de l'église saint Etienne, de 90 m environ dans la plus grande longueur, et de 70 m dans la plus petite. On peut penser à une cellera originelle. La tour, dite la tour de l'Alexis, de très ancienne construction (xie siècle peut-être), se trouve juste à l'extérieur de ce périmètre, au nord-ouest.

Communauté villageoise :

Communauté juive :

  • 53 Voir Céret, ou Elne.
  • 54 ADPO, 3E3/114, fol. 15 r°.

38Comme en d'autres gros bourgs du Roussillon53, une petite communauté juive a vécu à Ille au Moyen Age. En 1375, un paratorium est divisé en deux par des héritiers, chaque moitié ayant une superficie d'une canne carrée. L'une d'elles touche in tenencia Davini Astruch judei54.

  • 55 B. Alart, C.M., t. F, p. 85-86, Hôpital des pauvres d'Ille.
  • 56 « cum pro nunc non sint in villa de Insula Judei nec pro temporibus futuris a modo spectant esse, (...)

39En 1422, deux néophytes d'Ille déclarent avoir acheté plus de dix-sept ans auparavant, avec l'accord de quelques autres juifs à l'époque, une parcelle appelée lo fossar dels Juheus, l'ancien cimetière juif, qu'ils veulent vendre maintenant55. Ils semblent dire qu'il ne reste plus de Juifs en ce moment-là à Ille, et qu'il ne paraît pas qu'il doive y en avoir d'autres à l'avenir ; ainsi rien ne s'oppose à cette revente56.

Finage et occupation de l'espace :

Lieux-dits et environs :

Cases Noves :

40Village abandonné avec église et tour féodale, voir la notice à ce nom.

Greoleria :

  • 57 ADPO, 3E3/111, manuel de G. Ferreol, fol. 2 r°, 26 r°, 36 r°, 1363-1364.

41Une terre in terminis de Insula se trouve in adjacencia Sci Maurici de Greolaria, alors qu'un testament accorde un legs à Sancte Margarite de Greolera, un autre document évocant à nouveau Sancti Maurici de Greolera57.

  • 58 ADPO, 3E3/112, 1364, fol. 6 r°-v°, 1364.

42Une vigne sur le territoire d'Ille est ultra ponte58

Synthèse :

43L'absence de mention de cellera pour Ille ne peut contredire ce que montre l'observation du plan et qu'appuient peut-être quelques mentions tardives de celliers près de l'église paroissiale. D semble évident que le noyau originel du village est bien de nature ecclésiale, une cellera probablement. La tour « de l'Alexis », datée de la deuxième moitié du xie siècle, peut marquer la limite de cette cellera originelle, qu'un seigneur local aurait ainsi placée sous la surveillance de cet édifice situé en bordure de l'espace protégé, juste à l'extérieur. Plus tard, le village ayant connu un rapide développement, toute référence à cette probable cellera du xie siècle a disparu. Les états successifs des fortifications, que l'on peut deviner dans les documents et sur le plan, nous révèlent le succès du castrum, village fortifié, coeur économique d'une riche petite région et siège d'une importante seigneurie.

Plan cadastral d'Ille-sur-Têt

Plan cadastral d'Ille-sur-Têt

Notes

1 B. Alart, C.M., t. X, p. 65-68, archives de l'hôpital d'Ille.

2 ADPO, 3 E 3/111, fol. 10v°-11 r°.

3 quoddam cornerium sive aguyllo domus mee in qua habito situata in villa de Insula... item... quandam domum in qua facio cellarium sitam intus villam de Insula”, AHI, 2 B 2.

4 B. Alart, C.M., t. F, p. 151-152, notaire Bernard de Borgua, 1412, fol. 30.

5 « cellarium ipsius domus, domus cum cellaria ipsius domus... satis prope plateam dicte ville » ou « quandam domum ... contiguam a parte retro domus mee magne site in platea majori ville de Insula... confrontat... cum... cellarium dicte domus mee magne... », B. Alart, C.M., t. R, p. 17, p. 18 (année 1535), p. 47 (année 1534), notaire Jean Troyart.

6 L. Solaz, L'hôpital d'Ille au Moyen Age, mémoire de maîtrise, Toulouse, 1990, p. 108-109, archives de l'hôpital, E 24. Ce cellier fait partie du bâtiment de l'hôpital : on y trouve des coffres où sont conservées des céréales, blé, son et seigle, un saloir avec de la viande salée, du sel, une jarre d'huile, ainsi que des biens de peu de valeur, un matelas et une couverture, un coffre sans fond, des jarres vides.

7 LFM, t. II, n° 678.

8 LFM, t. II, n° 679, « domum et fortitudinem ».

9 LFM, t. II, n° 670, « ipsam turrim in qua stabat unus vel duo mei homines, quibus tu donabas conductum de eximentis, que de iam dicto honore exibunt ».

10 Cf. Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 237.

11 ADPO, Liber Feudorum, 1B-16, fol. 21 r°, concession renouvelée en 1293, fol. 20v°.

12 Texte publié dans Ruscino, 1911, p. 113, copie d'après ADPO, Empara real del vescomptat d'Ille, fol. 44-45.

13 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 56-58, notule de Guillaume Petralate.

14 B. Alart, C.M., t. XI, p. 325, AHI, parch. B, n° 97, et t. XII, p. 561, AHP, plech 28, n° 28.

15 ADPO, 3E3/111, fol. 5 v°.

16 ADPO, 3E3/114, fol. 5 bis (non folioté) r°-v°.

17 AHI, E 12.

18 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 490, notule de Gaucelme Ferréol, notaire d'Ille.

19 B. Alart, C.M., t. L, p. 47, registre du fief du château de Rigarda, fol 1, 3, 4.

20 B. Alart, C.M., t. F, p. 405, source : notaire d'Ille ( ?), fol. 69.

21 Cf. plan. On peut évoquer une tour très proche de l'église, comme à Prades par exemple.

22 B. Alart, C.M., t. P, p. 380, notule de G. Roure (1413-1432), fol. 43.

23 « domo et turri in eadem existenti », B. Alart, C.M., t. C, p. 513, manuel de J.F. Arles et Carrera, A 591.

24 « cum omnibus domibus et hospiciis in eodem constructis et hedifficatis », B. Alart, C.M., t. XIII, p. 453, notaire Pierre Casesnoves.

25 « Salvo jure Gi Arnaldi domicelli, civis Maioricharum in XII denariis barchinonensis censualibus... in quadam partita unius domus dicti mansi que affrontat in muro », ibid.

26 « et salvo jure domini Pi de Fonoleto in duodecim denariis cenualibus... in quadam particula unius domus dicti mansi que affrontat cum turri dicti Gi Arnaldi », ibid.

27 ADPO, 3E3/111, fol. 50 r°, feuille volante, testament.

28 « aff. cum dicto hospicio Petri Thomarelli, muro veteri inter medio », ADPO, 3E3/111, fol. 45 v°, Pierre Thomarell est hebdomadier de l'église d'Elne, fol. 10-11, voir « celliers ».

29 « intus villam de Ynsula, juxta plateam », B. Alart, C.M., t. XI, p. 140, AH d'Ille, parchemin I, n° 20.

30 B. Alart, C.M., t. XI, p. 144, AH d'Ille, parchemin F, n° 63, « ad faciendum domos... et affrontat ab oriente in via que est intus mansum, in qua via facias intratam ad tuum patile ».

31 Une disposition similaire se rencontre à Saint-Estève, voir notice de ce village.

32 B. Alart, C.M., t. XI, p. 149, parchemin G, n° 50.

33 « tabulam in platea de Insula », B. Alart, C.M., t. XI, p. 247-251, AHI.

34 B. Alart, C.M., t. XVI, p. 432, notule de Bernard Borgua, année 1390.

35 ADPO, 3E3/111, fol. 78.

36 « quandam domum meam vocatam adobador, item quoddam operatorium meum... et aff... cum platea inferiori », AHI, 2 B 1, fol. 9.

37 AHI, 2 B 1, fol. 10, a. 1364.

38 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 127, AHI, parch. F, n° 14.

39 AHI, 2 B 1, fol. 1, déclaration n° 5, (« viridarium meum scitum intus muros »), fol. 9, déclaration n° 36 ; fol. 11, déclaration n° 42, par exemple.

40 « quoddam viridarium intus villam de Insula situatum in quo est quandam turris hedifficata », AHI, 2 B 2.

41 « domum sive cortellem », AHI, 2 B 2.

42 B. Alart, C.M., t. XV, p. 652. On sait qu'à Perpignan la présence de femoratas est interdite dans l'agglomération par décision royale.

43 « domum meam discohopertam », ADPO, 3E3/114, fol. 5 bis (non folioté) r°.

44 « sotulum et un solerii », ADPO, 3E3/114, fol. 36 r°.

45 ADPO, 3E3/112, 1364, fol. 13 v°.

46 ADPO, 3E3/112, 20 r°.

47 ADPO, 3E3/112, 1364, fol. 2 r°.

48 ADPO, 3E3/112, fol. 22 v°.

49 B. Alart, C.M., t. IX, p. 6-7, archives de l'hospice d'Ille, parchemin C, n° 18.

50 « intus villam de Insula prope cimeterium ecclesie Beate Marie », B. Alart, C.M., t. F, p. 110, source AHI.

51 B. Alart, C.M., t. IX, p. 71-72, AH Ille, parch G, n° 42.

52 D'Ille et d'ailleurs, n° 18, avril 1990, et n° 21. Voir plan cadastral. Etude des fortifications par Bayrou, Castellvi, « Esquisse... », p.201-203. Voir aussi : Delonca, Un village en Roussillon, Illa terra de Rossello, Perpignan, 1947, p. 29-39.

53 Voir Céret, ou Elne.

54 ADPO, 3E3/114, fol. 15 r°.

55 B. Alart, C.M., t. F, p. 85-86, Hôpital des pauvres d'Ille.

56 « cum pro nunc non sint in villa de Insula Judei nec pro temporibus futuris a modo spectant esse, ideo gratis (...) vendimus dictam petiam terre... », ibidem.

57 ADPO, 3E3/111, manuel de G. Ferreol, fol. 2 r°, 26 r°, 36 r°, 1363-1364.

58 ADPO, 3E3/112, 1364, fol. 6 r°-v°, 1364.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral d'Ille-sur-Têt
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 530k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540