Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Fuilla

Conflent

Texte intégral

1Le territoire de Fuilla est occupé par trois petits hameaux, appelés veïnats, le Veïnat d'amont, le Veïnat del mitg et le Veïnat d'avall où se trouve l'église Sainte-Eulalie.

  • 1 P. Ponsich, Pays Catalan, t. 2.

2Vilare Fauliano, 841. Eglise Sainte-Eulalie, 906. Le monastère de Sant-Joan-de-les-Abadesses y possédait un alleu et l'église Sainte-Eulalie1.

Regroupement villageois et cellera :

  • 2 J.A. Brutails, Notes sobre l'art religios en el Rossello, Barcelone, 1901, p.55-56. Le texte dit : (...)

3A la consécration de l'église, en 1031, les hommes qui l'ont construite lui donnent un espace de trente pas pour y faire le cimetière, ainsi que d'autres terres2.

  • 3 B. Alart, C.M., t. G, p. 131-133, source : archives de Corneilla-de-Conflent.
  • 4 « meum cellarium quod habeo in cellaria Sce Eulalie de Foliano », ibid., p. 132.

4Dans son testament, en 1197, Guillem de Billerach, désirant être enterré dans le cimetière de Sainte-Marie de Corneilla-de-Conflent, fait de nombreux legs à cette église3. Il fait don de quatre contrats de gages, pour des sommes assez élevées, dues par des hommes de Fuilla ou sur des biens de Fuilla. Il laisse de plus son cellier, qui se trouve dans la cellera de Sainte-Eulalie de Fuilla4, ainsi que deux muids de vin. Il donne aussi deux autres muids de vin à sa servante Marie. On peut supposer que ces muids de vin sont contenus dans le cellier. Ce cellier est le seul bien immeuble cité dans cette donation. On sait pourtant que le légataire possède d'autres biens, en particulier au moins un manse, puisqu'il laisse à Sainte-Marie de Corneilla un coffre qu'il possède in manso Bonigfacii, avec son contenu. L'église Sainte-Marie de Corneilla devra en outre reverser à celle de Fuilla une partie d'une autre dette, quand celle-ci sera acquittée par l'emprunteur. L'autel dédié à Sainte-Marie dans l'église de Fuilla recevra aussi un don.

5On peut noter que tous ces legs sont en argent, ou en biens meubles (un manteau, une cape, deux muids de millet, de l'avoine), et qu'apparaissent dans ce testament, en sus des églises, principales bénéficiaires, une servante et un homme, dont on ne sait s'il est parent ou ami, aucun ne recevant de bien immobilier. Dans ce contexte, la mention d'un cellier est à la fois surprenante et révélatrice. Pourquoi est-il la seule construction léguée ? Poser cette question amène à considérer la particularité de cet édifice. On peut en effet rattacher ce bâtiment aux archas léguées dans ce même acte. Plus que la bâtisse elle-même, c'est sa fonction de dépôt de provisions, de récoltes, qui est considérée. On peut aussi penser que la cellera où il se trouve, espace sacré, consacré, cimetière loti (partiellement au moins), en fait un bien dont une église est naturellement propriétaire. La volonté de ne laisser aux églises que de l'argent et des biens meubles est probablement dictée aussi par la crainte de l'effritement des patrimoines à la suite de multiples legs de biens immobiliers. Ceux-ci avaient en effet fini par causer dans les siècles précédents l'affaiblissement de certains lignages.

6Il n'est pas impossible non plus que certains établissements religieux préfèrent recevoir des dons en espèces ou en nature que des terres trop disséminées, fractionnées, ou éloignées, et donc difficilement exploitables et où la perception des redevances pouvait être aléatoire. Les intérêts des familles comme ceux des clercs ont pu converger. Le cellier, comme lieu de dépôt des biens meubles et faisant partie d'un espace à caractère primitivement religieux est considéré comme un peu à part parmi les possessions immobilières ; sa valeur intrinsèque faible (c'est une construction de très petite taille et de matériaux certainement médiocres) est inversement proportionnelle à son intérêt économique local. Par cette donation, qui apparaît comme une sorte de codicile, ce riche légataire ne lèse donc en rien ses héritiers directs, qui doivent recevoir les terres, maisons, exploitations qu'on peut lui supposer.

Seigneurs et fortification :

  • 5 ADPO, série B, 16, fol. 15v° et 16r°.
  • 6 S. Leclerc, « Les églises fortifiées... », p. 232.

7Nunyo Sancho, en 1225, donne en fief à Raymond de Canet, fils de dame Cerdane de Rodes, les lieux de Rodes, de Mosset, la bastida de Mosset et la « forciam Folani que est in ecclesia »5. Il ne subsiste aucune trace de fortification de l'église elle-même6.

  • 7 « fortitudinem meam quam appellamus domum de Foliano », ADPO, 1B 57, parchemin original. Cette for (...)

8En 1228, Stéphanie, dame de Fuilla, avec l'accord de son mari Pierre de Bulela, donne à son neveu Gérald, fils de Pierre Raymond de Bredes et de Saurina, fille de la donatrice, « la fortification que nous appelons maison de Fuilla », avec toutes ses constructions, dépendances, hommes et femmes sur le territoire de Sainte-Eulalie de Fuilla7. Elle tenait cette propriété pour l'église Sainte-Marie de Corneilla (de Conflent).

  • 8 ADPO, 1B-15, fol. 7r°.
  • 9 ADPO, 1B-15, fol. 6 r°.

9Plus tard, en 1265, Guillaume de Canet, fils de Raymonde de Canet, reconnaît tenir pour le roi castrum et forciam de Foliano8. Le roi concède aussi en fief aux nommés Raymond Vital de Fuilla et Pierre Riba de Villefranche, trois manses, avec hommes et dépendances, qu'ils ont achetés à Pierre Serrabone de Villefranche et qui appartenaient autrefois à Bérenger de Villar, miles. A la même date, Pierre de Serrabone tient en fief la moitié des dîmes de Fuilla et des limites et décimaire de Sainte-Eulalie9.

Structure du village et activités :

  • 10 B. Alart, C.M., t. VII, p. 213-218, parchemin de Corneilla de Conflent.

10Le testament d'Arnaud Bernard, fils de Godmar, daté de la huitième année du règne de Philippe, le 28 août, à identifier (soit Philippe 1er, donc en 1067, soit Philippe Auguste, donc en 1187-1188) prévoit que sa femme, et après la mort de celle-ci, son fils hériteront du manso de Foliano, de subtus furno et subtus curtilio superiore10. A ce manse s'ajoute la trillolia (la petite treille) qui subtus quoquina de ipso manso est, ainsi qu'une vigne avec sa rouira (sa rouvraie, son bois de chênes ?). La mention de la cuisine du mas, qui se trouve lui-même près du four et du courtil possédés par ce même homme, montre une spécialisation des pièces de la demeure, qui semble indiquer une résidence de rang assez élevé.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 11 Cf. la description donnée par l'abbé Giralt, curé de Fuilla, « Notice historique sur la commune de (...)

11Les murailles entouraient un petit promontoire de peu d'étendue, de quelques mètres au-dessus du niveau du sol voisin et bordé par un ravin. L'église et son clocher étaient placés à l'entrée de cette enceinte fortifiée, devant une placette qui pouvait correspondre au cimetière11.

Communauté villageoise :

  • 12 ADPO, 1B-108.

12En 1355-1359, la population de Fuilla compte trente-trois feux12.

Finage et occupation de l'espace :

La Bulella (lieu-dit cité en 947, puis au treizième siècle). :

13En 1228, Pierre de Bulela est le mari de la dame de Fuilla, c'est lui qui l'autorise à transmettre la fortitudo à son neveu. Le fait que ce soit la dame qui donne la maison forte semble indiquer que celle-ci fait partie de son patrimoine familial ; son mari n'intervient que pour le conseil et autorisation.

  • 13 « in loco de Fulliano et illius in terminis, domum quandam sive castrum vocatum de La Bulella », B (...)
  • 14 « in tantum devenisse destruccionem quo in presentarium omnia ejusdem castri edificia ruine minant (...)
  • 15 « quandam capellam, intus dictam domum sive castrum, sub invocacione Sancti Bartholomei constructa (...)

14En 1483, le monastère de Corneilla-de-Conflent possède sur le territoire de Fuilla une maison ou château appelée de la Bulella13. En 1499, le monastère donne en concession cette maison ou ce « château » qui est alors en piteux état, menaçant ruine14. Le même document évoque la chapelle de ce château, dédiée à saint Barthélemy15. Ce château possède des dépendances assez importantes, maisons, courtils, vignes, terres cultes et incultes tant sur le territoire de Fuilla que sur celui, voisin, de Py.

  • 16 P. Ponsich, Catalunya Romànica, vol. VII, p. 440-441.

15Le château présente aujourd'hui l'aspect d'un quadrilatère fortifié datable du xiie siècle, s'ouvrant par un portail en arc de cercle, et comportant plusieurs bâtiments autour d'une cour. Une tour du xiiie siècle a abrité la chapelle16.

Synthèse :

16La seule mention de cellera est contenue dans un testament du seigneur de Fuilla, qui dit y posséder un cellier. Par ailleurs, on sait que l'église est fortifiée, et qu'autour d'elle s'élève une forcia, petit noyau de refuge, ou espace de paix et maison-forte réunis, qui n'a pas généré un habitat concentré.

Notes

1 P. Ponsich, Pays Catalan, t. 2.

2 J.A. Brutails, Notes sobre l'art religios en el Rossello, Barcelone, 1901, p.55-56. Le texte dit : « Donamus... ad sementerium erigendum dictae ecclesiae triginta passus ».

3 B. Alart, C.M., t. G, p. 131-133, source : archives de Corneilla-de-Conflent.

4 « meum cellarium quod habeo in cellaria Sce Eulalie de Foliano », ibid., p. 132.

5 ADPO, série B, 16, fol. 15v° et 16r°.

6 S. Leclerc, « Les églises fortifiées... », p. 232.

7 « fortitudinem meam quam appellamus domum de Foliano », ADPO, 1B 57, parchemin original. Cette fortitudo est sans doute « la Bulella », cf. infra.

8 ADPO, 1B-15, fol. 7r°.

9 ADPO, 1B-15, fol. 6 r°.

10 B. Alart, C.M., t. VII, p. 213-218, parchemin de Corneilla de Conflent.

11 Cf. la description donnée par l'abbé Giralt, curé de Fuilla, « Notice historique sur la commune de Fuilla », BSASL, 1909, t. 50, p. 336.

12 ADPO, 1B-108.

13 « in loco de Fulliano et illius in terminis, domum quandam sive castrum vocatum de La Bulella », B. Alart, C.M., t. G, p. 377-383, copie de J. A. Crosa, notaire de Villefranche.

14 « in tantum devenisse destruccionem quo in presentarium omnia ejusdem castri edificia ruine minantur », ibid.

15 « quandam capellam, intus dictam domum sive castrum, sub invocacione Sancti Bartholomei constructam », ibid.

16 P. Ponsich, Catalunya Romànica, vol. VII, p. 440-441.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540