Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Eus

Conflent

Texte intégral

1Elzina, Elz, xe siècle, 1035. Eglise Saint-Vincent et Saint-Jean, (Saint-Vincent 1035, Saint-Vincent et Saint-Jean 1053).

L'église Saint-Vincent et son environnement :

  • 1 Alart, Cartulaire..., n°45.

2Lors de la consécration de l'église sous ses deux vocables par l'évêque d'Elne Béranger en 10531, les hommes qui l'ont fait construire lui donnent son cimiterium. Ils concèdent aussi des alleux, sans plus de précision.

3L'église paroissiale est mentionnée à la fin du xe siècle parmi les possessions de l'abbaye de Lagrasse, puis passe entre les mains des comtes de Cerdagne. En 1035, le comte Guifred en fait don au monastère de Saint-Martin du Canigou, où il se retire peu après. L'église est reconstruite et consacrée à nouveau en 1053, puis en 1213.

  • 2 B. Alart, C.M., t. XV, p. 273-275, notule d'André Romeu.

4En 1368, un homme choisit d'être enterré au cimetière de Saint-Vincent d'Eus et lègue une somme à la comunitati presbitorum de Eucio pour des messes à célébrer dans l'église Saint-Vincent2. Il y a donc, malgré le progressif abandon du vieux village, un groupe de prêtres et des offices fréquents, à l'ancienne église.

  • 3 Cf. M. Durliat, Roussillon roman, 1986, p. 30, avec un plan de l'église.

5C'est seulement au début du xviiie siècle que la communauté d'Eus transfère son église paroissiale sur l'éminence rocheuse où l'habitat s'était regroupé bien auparavant. L'ancienne église Saint-Vincent continua à être entretenue à cause de la présence du cimetière. Elle se trouve en contrebas, dans la vallée de la Têt3.

Le château et les fortifications :

  • 4 R Ponsich, Limits historics..., p. 104.

6Le castrum de Ylice est mentionné dès 10954.

7En 1187, Bertrand d'Ille rend à l'abbaye de Saint-Martin du Canigou des dîmes qu'il avait injustement usurpées, perçues sur des champs et des jardins qui se trouvent in terminis castelli de Ylice. Le terme de castellum indique qu'il s'agit d'un château féodal et non encore d'un village fortifié.

  • 5 B. Alart, C.M., t. III, p. 162.

8En 1311, le roi Sanche de Majorque donne en fief à Pierre de Fenouillet le castell d'Eus, avec tous les droits qui en relèvent, scribania publica (notaires), fiefs et justices5.

  • 6 A. Cazes, Roussillon sacré, p. 67, inventaire d'Agullana, n° 395.
  • 7 B. Alart, C. M., t. T, p. 370, notule de Bernard Masdamont, n° 1585.

9La chapelle Sainte-Marie du château est citée pour la première fois en 12186. En 1403, on signale qu'un bénéfice en faveur de Saint-Gaudérique a été institué dans la chapelle du château d'Eus7.

  • 8 Voir infra, ADPO, 3E3 / 982 et 983.

10D'après les capbreus du xve siècle le village est fortifié, entouré d'un mur, au moins dans sa partie appelée sellera ou forsa8.

Déplacement villageois :

  • 9 B. Alart, C. M., t. X, p. 175-176, Liber feudorum A, fol. 26v°.

11Dès 1265 le portier du roi confirme à un habitant d'Eus la possession d'un jardin et de trois parcelles de terre, le jardin se trouvant ad ortam veterem de Euçio9. Il est possible que ces jardins, qui sont habituellement situés près du noyau villageois, soient appelés « les anciens jardins » après la naissance d'un autre pôle d'habitat en hauteur, à quelques centaines de mètres de là, qui aurait généré de nouveaux jardins mieux placés par rapport aux maisons de la butte.

  • 10 B. Alart, C. M., t. F, p. 130, Me Sobraquès d'Espira-de-Conflent, n° 30, et t. XVI, p. 682, notule (...)

12Le site primitif était en grande partie déserté à la fin du xive siècle. En effet dans un acte notarié de 1399, on situe une parcelle in terminis de Eucio, loco vocato a la vila veylla10.

Cellera :

  • 11 « intus dictum locum de Eucio sita loco vocato a la sellera », B. Alart, C.M., t. M, p. 623, notul (...)
  • 12 « cum tenencia cujusdam sellerii den Puig de Leonatho... et cum muro dicti loci et cum via publica (...)

13En 1418, un prêtre de Perpignan, Pierre Sabater, au nom de son frère Jacques, vend à un habitant d'Eus une maison à l'intérieur d'Eus, au lieu-dit la sellera11. On précise qu'elle est voisine d'un cellier et du mur de ce lieu12. Le seigneur, le vicomte d'Ille et de Canet, a bien perçu le droit de mutation. Le doute peut-il subsister quand à la localisation de la sellera dont il est parlé ici ? L'acte de consécration, comme le plan et la mention du « vieux village » incitent à penser à une première forme de regroupement villageois autour de l'église Saint-Vincent, peu à peu disparue sous la concurrence du village castral postérieur, ainsi qu'on peut le voir à Banyuls-dels-Aspres ou à Corsavy par exemple.

14Cette première mention de la cellera d'Eus, qui semble donc postérieure à l'abandon du premier site villageois, intervient alors que l'abandon du premier regroupement, de nature ecclésiale, est suffisamment avancé pour faire appeler ce lieu le « vieux village » vingt ans plus tôt, dans un acte qui y situe une parcelle de terre.

  • 13 A la même date, un simple patuus, espace non bâti, situé dans l'environnement de l'église de Saint (...)

15Au début du xve siècle, cette maison, ce cellier, à l'intérieur d'Eus, touchant la fortification, ne peuvent être situés qu'à l'intérieur du castrum, village fortifié qui s'est développé au pied du château. La maison vendue là est cédée pour une somme qui semble assez modeste, soixante-douze sous barcelonais13. Ceci peut s'expliquer par une pression démographique moins forte, par une moins value des biens situés en Conflent par rapport à la plaine, par l'exiguïté de ces biens serrés dans la cellera castrale.

Structure du village et activités :

16La structure du village d'Eus nous est mieux connue grâce à deux capbreus, l'un daté de 1452, l'autre probablement aussi du xve siècle.

  • 14 ADPO, 3E3 / 982, 20 fol. Aux fol. 17-20, intercalés au milieu du capbreu, on lit : « Ego Petrus De (...)
  • 15 « Attendens eciam quod dicti homines et mulieres mihi nomine dicti nobilis suplicaverunt et suplic (...)

17Le premier capbreu est établi en faveur de Louis de Perillos, seigneur d'Eus14. Le procureur du seigneur prend en compte la supplique des habitants disant que ce lieu est à cette époque tombé en grande pauvreté par la volonté de Dieu, lequel a permis que surviennent des mortalités répétées. Ainsi vivent dans ce village des hommes et femmes jeunes ou de nouveaux arrivants qui ont cessé de payer les cens et services dus au seigneur depuis quelque temps. Le procureur décide de faire grâce des arriérés dus au seigneur pour tout le temps passé jusqu'à ce jour15. Ces remarques montrent que les crises démographiques répétées ont fortement affecté le village. Mais en cette seconde moitié du xve siècle, malgré les plaintes des habitants, on sent nettement les signes d'une reprise (nouvelles générations et arrivée de nouveaux habitants).

  • 16 « quoddam hospicium in loco de Eucio... affrontat cum muro », fol. 1 r° ; « quandam domum intus mu (...)
  • 17 « domum intus villam conf... cum via del sola », fol. 10 r°.

18Parmi les biens déclarés, certaines maisons sont situées « dans le lieu d'Eus », « à l'intérieur du lieu », « à l'intérieur des murs de ce lieu », quelques-unes touchant « au mur »16. Ce mur est celui du village fortifié Une maison est plus précisément située au lieu appelé la porte du « sola » (de la soulane ?), une autre est sur la rue qui va au « sola »17.

  • 18 « unum sellarium a la cellera confrontatum cum domo capellanie et cum muro... et cum via sive intr (...)
  • 19 C'est le cas de Jean Ginobra, fol. 1 r°, de Guillaume Clara 3 v°, Jacques Rocha, fol. 5 r°, Michae (...)
  • 20 Fol. 5 r° : « et in istis confrontationibus est inclusa domus que fuit den Garaula cuiusquidem dom (...)

19D'autres biens, des celliers ou des maisons, sont situés dans la cellera. Ils touchent aussi au mur, soit celui du village, soit un mur intérieur (plus ancien ?) qui n'entourerait que la cellera18. Ces celliers et maisons, au nombre de six, sont tenus par des déclarants qui possèdent tous une autre maison, hors de la cellera19. Parmi les deux maisons tenues dans la cellera, l'une comprend un rez-de-chaussée qui est un cellier appartenant à un autre homme20.

  • 21 « unum cellarium a la cellera conf. cum muro... et cum via qua itur ad castrum ».
  • 22 Cf. supra, fol. 2 r°.
  • 23 « quandam domum sitam intus muros dicti loci confrontatam cum platea del carrer et cum via de la s (...)

20Les confronts permettent d'identifier sept ou huit autres propriétaires à l'intérieur de la cellera plus une « maison de la chapellenie ». L'un des celliers de la cellera est situé sur la rue qui va au château21. Ceci confirme que l'on se trouve dans l'environnement immédiat du château. Un autre cellier touche à la rue ou entrée de la cellera22, tout comme une maison située dans le village, sur la place, est dans la « rue de la cellera »23. La cellera, au sein du village fortifié, est donc distinguée de celui-ci assez nettement : une rue y mène, elle a aussi une entrée, donc probablement la trace d'une ancienne enceinte. D'un cellier on dit qu'il est situé dans la força, il touche au mur et à la tenure d'un des tenanciers cités comme voisins dans la cellera : il ne fait donc pas de doute que la cellera est aussi appelée parfois força.

  • 24 ADPO, 3E3/ 983, registre de 72 folios, numérotés de II à LI, puis sans numéro et avec quelques feu (...)

21L'autre capbreu, plus important, semble pouvoir être daté lui aussi du xve siècle24. Il contient les déclarations de trente-six tenanciers, pour un total de 45 maisons situées hors de la cellera : soit 24 intus locum, ou intus muros ou infra muros, 3 extra muros, 21 sans précision (mais dont au moins quatre semblent devoir être comptées dans l'enceinte), une au barri, une al sola. Parmi ces maisons, beaucoup ont une aire, un pailler, un pigeonnier contigus.

  • 25 « unam domum a la celera affrontat... cum muro et...cum via publica que vadit ad murum et cum alia (...)
  • 26 Ibid., fol. 14 r°. Il s'agit probablement de ce cellier en rez-de-chaussée d'une maison, mentionné (...)

22Dix-sept autres possessions sont localisées dans la cellera ou la forsa : soit 9 (ou 10) celliers, 6 maisons et un patuum. En plus de ces déclarants, on peut repérer par les confronts 11 propriétaires de plus dans la cellera, plus la maison de la chapellenie. On parvient ainsi à un total d'au moins 28 possessions dans la cellera, qui sont peut-être à rapprocher du nombre de trente feux déclarés à Eus en 1480. Plusieurs des maisons ou celliers de la cellera-forsa touchent au mur ; deux maisons mitoyennes sont l'une sur la rue qui va à la tour, l'autre sur la rue qui va au mur (probablement la même rue)25. Un cellier tenu par un homme à l'intérieur d'une maison tenue par une autre déclarante est désigné par l'expression : « unum sotoll de celler a la fortza »26.

Plan et vestiges architecturaux :

23Deux secteurs du plan cadastral du xixe siècle sont éclairants pour la compréhension de la naissance du village d'Eus et de son évolution.

24D'abord, le secteur de l'ancienne église Saint-Vincent : il présente tous les aspects d'une aire de protection située autour de l'église. Mais on remarque aussi une nette convergence de chemins et de ruisseaux qui indiquent sans doute que ce fut un pôle d'habitat groupé à une époque assez ancienne et de manière suffisamment durable pour avoir fixé ces chemins. C'est sans doute là l'emplacement de la vila veylla.

25Ensuite, le village : il est groupé de façon très nette sur la pente sud (à la soulane) au pied de l'église nouvelle qui est bâtie sur l'emplacement du château. Au pied même du château, on peut distinguer un noyau plus serré de constructions, dont la limite est marquée par deux rues et par deux placettes, qui peut correspondre à la « cellera castrale ».

Communauté villageoise :

  • 27 B. Alart, C.M, t. F, p. 139.

26En 1403, un testateur fait un legs en faveur de l'hôpital des pauvres d'Eus27.

Finage et occupation de l'espace :

La villa vella :

  • 28 « unum cadre subtus ecclesiam conf... cum la closa rectorie », fol. 7 v°.
  • 29 Ibid., fol. 10 r°.
  • 30 « petiam terre a vila veilla conf... cum flumine Tetis », fol. 10 r° ; « quendam ortum a vila ve[. (...)

27Dans le caphreu de 1452, parmi les biens que l'on trouve cités sur le territoire d'Eus, plusieurs sont en relation avec l'ancien habitat abandonné : on trouve ainsi un pré dans la orta veilla, un autre al moli veill. Une terre au pla de Sant Vicens (près de l'église paroissiale, en contrebas du village) touche au chemin de Mosset et à celui qui va au village d'Eus, donc très près de la convergence de chemins qui marque l'emplacement de l'ancien village. Dans l'environnement de l'église on ne trouve plus que des terres28. Une terre à la vila veilla est riveraine de la Têt29, un jardin touche au chemin de la vila veilla30.

  • 31 ADPO, 3E3/ 982, fol. 10 v°. Cf infra, ce lieu-dit est près de la « ville vieille ».

28Parmi les lieux-dits cités dans le capbreu de 1452 on note qu'un champ se trouve al castellar , et d'autres al coll dell cas tell31.

29On trouve dans le capbreu postérieur de nombreuses terres cultivées, clos ou vignes, à la « ville vieille », jamais une maison, ce qui indique clairement qu'on n'y trouve plus aucun habitat. Une terre de la « ville vieille » touche au castellar. Ce pourrait être la trace toponymique d'un ancien château, d'une motte (castellas).

  • 32 « dessus la glesa », ibid., fol. 12 v° ; « sus la glesa », fol. 17 r° ; « a la glesa », fol. 55 v° (...)
  • 33 Ibid., fol. 2 r° et 22 r°.
  • 34 Ibid., fol. 23 v°.

30Dans l'environnement de l'église on trouve des terres, des prés et des vignes dont certaines sont abandonnées32. A la vila vella, comme au pla de Sent Vicens une terre touche au ruisseau de Catllar33. La orta vella touche au ruisseau des moulins, la orta nova est au bord de la Têt34.

Lieux-dits :

Lusco, Cavalera :

  • 35 B. Alart, C.M., t. B, p. 234, 1 B 79, cette mention semble avoir échappé à P. Ponsich, Limits..., (...)
  • 36 B. Alart, C.M., t. A, p. 530, ADPO, Liber Feudorum A, 1B-15, fol. 4v°.
  • 37 B. Alart, C. M., t. X, p. 175-176, Liber Feudorum A, fol. 26v°.

31Sur le territoire d'Eus se trouvait le lieu de Lusco, où passait le mur marquant la limite de l'alleu de Lagrasse, confirmé par le jugement de 865. C'est ce lieu qui semble être appelé à partir du xie siècle Chavalera, ainsi que l'expression ipsa pariete qui est super Cavalleram qui affrontat in alodio Sce Marie de Crassa le donne à penser. En 1228 est indiquée une villa de Cavalera ; en 1267, un testament mentionne la forciam de Cavalera35. En 1265, une vigne donnée en concession, in terminis castri de Euçio quod est proprium domini regis, est voisine d'une autre vigne, in loco vocato Cavalera qui affronte in via veteri36. Une strata veteri est aussi signalée à la même date37 : il s'agit sans doute de la vieille route romaine, puis carolingienne, du Conflent.

  • 38 B. Alart, C.M., t. X, p. 711-712, p. 725, Liber Feudorum A, , fol. 25 v°.

32Le Liber Feudorum A38 mentionne deux routes à Eus, en 1265, ambas stratas, l'une est itinere publico, l'autre est carreria publica.

Synthèse :

33Il semble que le village d'Eus nous oblige à revoir partiellement ce que nous croyions savoir des celleres.

34Ici, c'est le phénomène d'incastellamento qui a durablement marqué l'habitat, après une phase de regroupement ecclésial qui doit correspondre aux xe-xie siècles. A partir du xiie siècle, les châtelains se sont attachés à regrouper cette population au pied de leur château. Le village ecclésial portait-il le nom de sagrera ou cellera ? En tout cas, c'est ce nom qu'ont choisi de donner les châtelains à l'ensemble des celliers placés sous leur contrôle. Il semble que le succès du phénomène des celleres ait poussé à en attribuer le nom à des espaces d'origine diamétralement opposée, c'est-à-dire castrale et non ecclésiale, avec comme résultat la disparition des formes primitives de regroupement, comme à Corbère, Laroque-des-Albères ou Planèzes.

Eus et ses environs

35Le village d'Eus s'étage sur le versant sud de l'éperon rocheux qui portait le château, à l'emplacement de l'actuelle église du village. La cellera des textes de la fin du Moyen Age était sans doute formée des maisons regroupées directement autour du château. A 600 m. au sud-ouest du château, dans la partie basse du terroir, au bord du lit de la Têt, l'église primitive, dédiée à Saint-Vincent, est entourée de son cimetière : là se trouvait la villa vella d'Eus (lieu-dit Bile Beilla juste à l'ouest de l'église).

Plan cadastral des environs de l'église primitive Saint-Vincent d'Eus et de la villa vella

Plan cadastral des environs de l'église primitive Saint-Vincent d'Eus et de la villa vella

Plan cadastral d'Eus : le village castrai

Plan cadastral d'Eus : le village castrai

Notes

1 Alart, Cartulaire..., n°45.

2 B. Alart, C.M., t. XV, p. 273-275, notule d'André Romeu.

3 Cf. M. Durliat, Roussillon roman, 1986, p. 30, avec un plan de l'église.

4 R Ponsich, Limits historics..., p. 104.

5 B. Alart, C.M., t. III, p. 162.

6 A. Cazes, Roussillon sacré, p. 67, inventaire d'Agullana, n° 395.

7 B. Alart, C. M., t. T, p. 370, notule de Bernard Masdamont, n° 1585.

8 Voir infra, ADPO, 3E3 / 982 et 983.

9 B. Alart, C. M., t. X, p. 175-176, Liber feudorum A, fol. 26v°.

10 B. Alart, C. M., t. F, p. 130, Me Sobraquès d'Espira-de-Conflent, n° 30, et t. XVI, p. 682, notule de J. Plan.

11 « intus dictum locum de Eucio sita loco vocato a la sellera », B. Alart, C.M., t. M, p. 623, notule de Bernard Masdamont (n° 1619).

12 « cum tenencia cujusdam sellerii den Puig de Leonatho... et cum muro dicti loci et cum via publica », ibid.

13 A la même date, un simple patuus, espace non bâti, situé dans l'environnement de l'église de Saint-Nazaire est cédé pour cent sous, voir ce lieu.

14 ADPO, 3E3 / 982, 20 fol. Aux fol. 17-20, intercalés au milieu du capbreu, on lit : « Ego Petrus Despluges domicellus procuratorius generalis nobilis domini Ludovici de Perillionibus, domini loci de Eucio terre Confluentis sciens et attendens me nomine quo supra fecisse capibreuviari et recognosci per omnes et singules homines et mulieres habitantes in eodem loco de Eucio omnes et singulas domos, hospicia, terras et proprietates... quas et quos ipsi homines habent... infra locum de Eucio ».

15 « Attendens eciam quod dicti homines et mulieres mihi nomine dicti nobilis suplicaverunt et suplicant quod cum dictus locus de Eucio sit hodie in pauperitate positus Deo gratias et cum eciam divina gratia permitente propter mortalitates sequentes in ipso loco sint aliquid homines et mulieres juvenes et novi processores qui fortim per ignoraciam cesserunt aliquos census et servicia solvere dicto domino per aliquod tempus... », ibid.

16 « quoddam hospicium in loco de Eucio... affrontat cum muro », fol. 1 r° ; « quandam domum intus muros... conf.... cum muro », fol. 2 v° ; « quandam domum intus dictum locum », fol. 3 r° ; « domum in qua nunc habito sitam intra muros eiusdem loci, loco dicto al portai del sola », fol. 3 v°.

17 « domum intus villam conf... cum via del sola », fol. 10 r°.

18 « unum sellarium a la cellera confrontatum cum domo capellanie et cum muro... et cum via sive intrata dicti cellarii (ou dicte cellarie ?) », fol. 2 r° ; « quandam domum sitam intus eundem locum de Eucio a la cellera confrontatam... cum muro », fol. 5 r°.

19 C'est le cas de Jean Ginobra, fol. 1 r°, de Guillaume Clara 3 v°, Jacques Rocha, fol. 5 r°, Michaela, épouse de Jacques Garaula, fol. 6 r°, Jean Solera, fol. 9 v°, et Bernard Guillon, fol. 10 r° - 11 r°.

20 Fol. 5 r° : « et in istis confrontationibus est inclusa domus que fuit den Garaula cuiusquidem domus, tam quantum tenet, sotulus camere est cellarium Raymundi Fabri ».

21 « unum cellarium a la cellera conf. cum muro... et cum via qua itur ad castrum ».

22 Cf. supra, fol. 2 r°.

23 « quandam domum sitam intus muros dicti loci confrontatam cum platea del carrer et cum via de la sellera et cum domo prepositure Sancti Martini... et cum la fabrega », fol. 6 r°.

24 ADPO, 3E3/ 983, registre de 72 folios, numérotés de II à LI, puis sans numéro et avec quelques feuillets blancs, sans date (établi entre le 5 et le 29 avril). La couverture, déreliée, consiste en un parchemin qui porte une date : 1586, mais cette couverture ne correspond certainement pas au registre qui se trouve à l'intérieur. Primo, on peut y lire un renvoi à une reconnaissance se trouvant à la page 83, qui n'existe pas dans le registre. Secundo, le format du parchemin ne correspond pas du tout au format des cahiers du registre qui débordent sur le grand côté, alors que le parchemin qui compose la couverture, et qui est replié, aurait fort bien pu être adapté à le couvrir parfaitement, ce qui n'a pas été fait. Il a donc servi à couvrir un autre registre, plus étroit, avant d'aboutir sur celui-ci. L'écriture du capbreu est manifestement du xve siècle, tout à fait semblable à celle du caphreu 3E3/ 982, la présentation en est même davantage soignée, chaque bien étant séparé du précédant par un alinéa et une ligne sautée ; enfin, les déclarants du capbreu précédant (mêmes noms et prénoms, mêmes biens, même description) se retrouvent dans celui-ci. On peut donc les estimer à peu de chose près contemporains. Le même homme, Pierre Despluges, procureur général de Louis de Perillos, seigneur d'Eus, a fait établir ce capbreu.

25 « unam domum a la celera affrontat... cum muro et...cum via publica que vadit ad murum et cum alia domo... ; item aliam domum intus cellariam affrontat in tenencia... superius designata (la maison ci-dessus)... et cum via publica qua itur a la torr », ibid., fol., 22 v°.

26 Ibid., fol. 14 r°. Il s'agit probablement de ce cellier en rez-de-chaussée d'une maison, mentionné dans le capbreu précédent.

27 B. Alart, C.M, t. F, p. 139.

28 « unum cadre subtus ecclesiam conf... cum la closa rectorie », fol. 7 v°.

29 Ibid., fol. 10 r°.

30 « petiam terre a vila veilla conf... cum flumine Tetis », fol. 10 r° ; « quendam ortum a vila ve[...] conf... cum via de la vila veilla », fol. 11 r°.

31 ADPO, 3E3/ 982, fol. 10 v°. Cf infra, ce lieu-dit est près de la « ville vieille ».

32 « dessus la glesa », ibid., fol. 12 v° ; « sus la glesa », fol. 17 r° ; « a la glesa », fol. 55 v° ; « al cap de la glesa », fol. 66 r°.

33 Ibid., fol. 2 r° et 22 r°.

34 Ibid., fol. 23 v°.

35 B. Alart, C.M., t. B, p. 234, 1 B 79, cette mention semble avoir échappé à P. Ponsich, Limits..., p. 105.

36 B. Alart, C.M., t. A, p. 530, ADPO, Liber Feudorum A, 1B-15, fol. 4v°.

37 B. Alart, C. M., t. X, p. 175-176, Liber Feudorum A, fol. 26v°.

38 B. Alart, C.M., t. X, p. 711-712, p. 725, Liber Feudorum A, , fol. 25 v°.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 982k
Titre Plan cadastral des environs de l'église primitive Saint-Vincent d'Eus et de la villa vella
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Plan cadastral d'Eus : le village castrai
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1860/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 349k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540