Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Estoher

Conflent

Texte intégral

1Astovere, 879, église Saint-Etienne, même date.

  • 1 R. D'Abadal i De Vinyals, « Corn neix i com creix... », p. 65 et ap. 90. On peut retrouver aux dix (...)

2D'après un acte de 962, R. d'Abadal pense que Estoher devait être à l'origine une villa de la maison comtale ; en effet la comtesse Ava y lègue une vigne à Saint-Michel-de-Cuxa1.

Regroupement villageois et celliers :

  • 2 B. Alart, C.M., t. III, p. 102.
  • 3 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 74, notule de P. Pelliparii.

3L'un des seigneurs du lieu est le prieur de l'église de Sainte-Marie d'Espira-de-Conflent, qui en 1271 donne à acapte la baylie de tous les revenus, cens, dîmes, prémices et autres droits que possède son église à Estoher à Pierre Jean d'Estoher et à son fils Ferrer2. Cependant, les droits sur ce village sont partagés, car en 1320 le procureur du monastère Sainte-Marie de Serrabone vend pour deux ans à un habitant d'Estoher tous les revenus que le monastère perçoit in castro seu terminis de Astoherio, reçus par le bayle du monastère3.

Seigneurs et fortification :

  • 4 B. Alart, C.M., t. F, p. 427, texte complet, sans indication de source.

4En 1203, Pierre de Domanova reconnaît tenir en fief pour Guillem, vicomte de Castelnou, plusieurs églises du Roussillon et de Confient, dont Estoher4.

  • 5 « medietatem unius casalis... intus forssam dicti loci de Stoherio, conf. cum muro dicti loci », A (...)

5Un acte de vente du début du xve siècle concerne la moitié d'une construction ou d'un terrain à bâtir, situé dans la forsa d'Estoher, confrontant d'un côté avec le mur, de l'autre à la moitié du casai conservée par le vendeur et au cimetière5. Autant le vocabulaire (la forsa), que la nature du bien situé dans ce réduit fortifié (une petite construction ou un petit terrain) que la configuration des lieux (le mur et le cimetière proches) confirment l'idée d'un espace de protection groupé autour de l'église. On peut noter aussi le souci du vendeur de conserver une petite possession dans cet espace qui peut apparaître comme encore privilégié, du point de vue de la sûreté des biens ou du statut juridique. Cependant, l'acheteur s'engage à reconnaître le droit du domini dicti loci de Stoerio, ce qui indique que cette partie centrale du village, comme dans la plupart des autres lieux est passée sous contrôle du seigneur, peut-être ecclésiastique.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 6 Cf infra à Saint-Laurent-de-Cerdans, ou, sur le plan, à Catllar.

6Le regroupement des maisons autour de l'église est frappant aujourd'hui encore sur place, ainsi que sur le plan cadastral. Ces maisons se situent à l'intérieur d'un périmètre de douze à quinze pas, qui pourrait correspondre à une cellera de dimensions réduites, s'expliquant par la petite taille du village, ainsi que d'autres exemples en ont été retrouvés ailleurs6. Une tour assez bien conservée est intégrée à ce périmètre, sur le côté sud. Le clocher, restauré au xviie siècle, a pu remplir la fonction de tour de guet. On remarque que le cimetière a été rejeté hors de cet espace sacré, trop exigu. Son emplacement est aujourd'hui occupé par le carrefour, à l'entrée du village.

Communauté villageoise :

  • 7 A Bouleternère par exemple, en 1677.
  • 8 B.Alart, C.M., t. F, p. 457, 1616.
  • 9 « bajulus loci de Estuerio..., consules dicti loci..., omnes homines... habitatores predicti loci (...)

7L'église est habituellement le lieu de réunion de la communauté villageoise. Cependant à Estoher, comme en d'autres lieux, du fait7, certainement, de l'exiguïté du bâtiment de culte, c'est le cimetière adjacent qui est utilisé comme lieu de réunion, c'est en tout cas ce que semble indiquer un document du xviie siècle8, qui évoque l'assemblée générale des gens d'Estoher, réunissant le bayle, les consuls et l'ensemble des habitants du lieu, convoqués au son des cloches dans le cimetière de l'église paroissiale Saint-Etienne9.

Finage et occupation de l'espace :

8Sur le territoire de la commune d'Estoher se trouvait autrefois le village (hameau) de Seners (église Saint-Jean et cimetière), où l'on trouve mention de celliers, voir ce lieu.

Synthèse :

9Estoher est le type même du village pour lequel la documentation, très pauvre, ne permet pas de suivre les étapes de la formation de l'habitat, mais où le seul examen du plan permet de conclure, sans doute possible, à l'existence d'une cellera. Il est aussi remarquable que la cellera originelle, de taille très réduite, se soit conservée sous cette forme : les barris, faubourgs, se sont développés le long des chemins qui y conduisaient, et non pas de façon concentrique, comme dans les gros bourgs de la plaine. Les maisons qui se trouvent dans ces rues sont bien souvent des fermes avec un enclos ou une étable pour le bétail et une cour ; elles ont pu disposer de davantage de terrain en ne s'agglutinant pas au noyau initial.

Plan cadastral d'Estoher

Plan cadastral d'Estoher

Notes

1 R. D'Abadal i De Vinyals, « Corn neix i com creix... », p. 65 et ap. 90. On peut retrouver aux dixième et onzième siècles plusieurs exemples de ventes de vignes et de maillots au territoire d'Estoher, cf. K. Legrix, 1991.

2 B. Alart, C.M., t. III, p. 102.

3 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 74, notule de P. Pelliparii.

4 B. Alart, C.M., t. F, p. 427, texte complet, sans indication de source.

5 « medietatem unius casalis... intus forssam dicti loci de Stoherio, conf. cum muro dicti loci », Alart, C.M., t. F, p. 134, notaire Jacques Pla, 1403-1404.

6 Cf infra à Saint-Laurent-de-Cerdans, ou, sur le plan, à Catllar.

7 A Bouleternère par exemple, en 1677.

8 B.Alart, C.M., t. F, p. 457, 1616.

9 « bajulus loci de Estuerio..., consules dicti loci..., omnes homines... habitatores predicti loci convocati... ad sonum seu ad pulsum campane, ut moris est, intus ceminterium ecclesie parrochialis Sci Stephani dicti loci, consilium generale dicti loci facientes », ibid.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral d'Estoher
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable