Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Estagel

Roussillon

Texte intégral

  • 1 GC, t.VI, col. 425.

1Villa Stagello, églises Saint-Etienne et Saint-Vincent (deux églises, l'une se trouvant hors du village actuel à un kilomètre environ vers l'est, sur une butte qui domine la vallée de l'Agly), possession de l'abbaye de Lagrasse depuis 9511.

Regroupement villageois et cellera :

  • 2 ADPO, 1 B 32, édité par Laure Verdon, La terre et les hommes..., Toulouse-Le Mirail, 1994.

2Le capbreu royal de 12932 fait la liste des redevances dues par les familles du lieu. Plusieurs d'entre elles déclarent des biens à l'intérieur de la « cellaria ».

  • 3 Ibidem, déclarations n° 6, 12 et 16.
  • 4 Ibidem, déclaration n° 15.

3Le terrier de 1293 contient quatre reconnaissances qui mentionnent soit une maison dans la cellaria3, soit un cellarius (sic)4. Cette cellera est donc aussi bien habitée qu'encore occupée par des celliers, mais le nombre de reconnaissances qui la concernent, sur un total de quatre-vingt-huit déclarations, est très faible. Or, le roi obtient des reconnaissances pour trente-huit maisons (domus) dans la villa, douze dans le barri, deux situées extra villam, et dix-neuf autres dont l'emplacement n'est pas précisé. Neuf manses sont situés in villa, et un in barri. On peut en déduire que le roi, principal seigneur du village à la fin du treizième siècle, n'est cependant pas très présent dans la cellera. Cela peut être dû soit à une propriété alleutière importante qui se serait maintenue dans cet espace protégé (ce qui semble improbable), soit à une plus forte présence d'un autre seigneur, on pense à l'abbaye de Lagrasse.

  • 5 Voir L. Verdon, La terre et les hommes..., p. 274.

4Laure Verdon a dressé dans sa thèse un tableau des déclarations moyennes enregistrées par les procureurs royaux. Par rapport à ces chiffres5, ceux qui tiennent une maison ou le cellier dans la cellera sont tous très nettement au-dessus de la moyenne pour les biens déclarés. A Estagel, la moyenne par déclarant est de sept terres, une vigne et un jardin. L'un des déclarants, tenancier dans la cellera, déclare une autre maison dans le faubourg, une courette (patuum), six champs, deux terres, quatre vignes, un jardin, et une faixa (terre cultivée en terrasse), plus cinq champs sur le territoire voisin de Tautavel. Un autre tient deux vignes, trois champs, deux terres, une faixa au titre de la moitié de borde dont dépend la maison de la cellera, mais il a en outre une moitié de cabane, comprenant une autre maison, quatre champs, deux vignes et un jardin, plus quatre terres et deux artigas (terres récemment défrichées) à Tautavel. Celui qui tient le cellier dans la cellera a aussi un manse dans le barri, quatre terres, une vigne et un maillol (jeune vigne), un jardin et un champ ; il tient aussi en indivis cinq pièces de terre avec un autre villageois qui tient la dernière maison dans la cellera. Celui-ci tient en outre un casai (terrain à bâtir) et deux maisons, ainsi que sept terres, deux champs, un jardin et cinq vignes, et sa part dans l'indivision précédente. Bref, mis à part celui qui tient le cellier, et dont les biens déclarés sont à peine supérieurs à la moyenne des déclarants, les trois autres se situent nettement au-dessus. Ajoutons qu'il ne s'agit là en aucun cas d'un inventaire exhaustif de leurs biens, mais seulement de la déclaration de ce qui relève de la seigneurie royale. Tous sont des tenanciers de manses ou de fractions de manses ou de bordes, et font partie du tiers le plus riche des déclarants qu'a mis en évidence L. Verdon.

  • 6 Le terme de castrum apparaît dans le registre des procès du patrimoine royal, reg. 12, ADPO, 1B-18 (...)
  • 7 Ibidem, actes n° 1, 63 et 72. Les fossés (humides, irrigués, fumés par les rejets réguliers d'immo (...)

5Un autre cellier se trouve dans la villa, probablement hors de la cellera puisque ce n'est pas précisé, mais il touche au mur. Ce mur ne se situe probablement pas autour de la cellera, mais plus largement autour de ce qui sur le plan relève d'un castrum, village fortifié plus large6. Un fossé extérieur voisine avec des jardins7, non loin du ruisseau du moulin. Une maison du faubourg touche à la place. Une terre de columbario touche au cimetière (ce cimetière était sans doute situé à l'ouest de l'église, sur le terrain aujourd'hui occupé par un jardin).

  • 8 B. Alart, CM, t. D, p. 265, notule de Raymond Ferrer, ADPO, 1B-176, fol. 8.
  • 9 « item van al dit arrendament lo seller ab la fusta, el graner, el palier et la casa del oli e del (...)

6En 1400, le procureur royal remet au curé d'Estagel, pour toute la durée de sa vie, les redevances dues pour la maison qu'il a achetée aux maîtres de la fabrique de l'église d'Estagel (operariis tunc ecclesie de Stagello), et qui touche d'un côté à l'église, au mur de la villa et à la maison appelée « de la Rectoria »8. A plusieurs reprises les revenus de Lagrasse à Estagel sont donnés à ferme à des particuliers, à la fin du xive siècle et au début du xve siècle. Dans les contrats qui sont alors dressés, on précise toujours que le cellier, avec ses futailles, et les autres bâtiments de dépôt des récoltes, ainsi que la maison de Lagrasse, situés contre l'église, sont eux-aussi donnés à ferme9.

Seigneurs et fortifications :

  • 10 B. Alart, C.M., t. S, p. 67-68, procès anciens du patrimoine, reg. 12, 1B-18, fol. 3v°.

7En 1282, un homme originaire de Saint-Paul (de Fenouillet) est cité devant le procureur royal afin de dresser la liste des biens qu'il « tient et possède » pour le roi à Estagel. Il déclare, après de nombreuses terres, unus mansus intus dictam villam... qui touche in muro, ainsi qu'un autre manse qui touche au cimetière10.

  • 11 Respectivement en 1318 et 1320, B. Alart, C.M., t. B, p. 368, procuration royale, reg. 17, fol. 52 (...)

8Les deux seigneurs d'Estagel, le roi et Lagrasse, nomment le même balle et le même juge11.

  • 12 B. Alart, C.M., t. M, p. 339, notule de Pierre Pastor (not. 1902). Il y est dit : « locus de Stage (...)

9Le prieur de Claira, procureur du camérier de Lagrasse, en présence du bayle, constate le mauvais état de la maison de Lagrasse située dans le fortalicium d'Estagel et demande que l'on fasse une estimation des frais nécessaires à sa réfection12.

Structure du village et activités :

  • 13 B. Alart, C.M., t. M, p. 547-550.

10Une place du village est appelée, en 1416, la plassa del Olm, place de l'orme, comme à Salses et à Elne à la même époque. On y découvre un jour un homme assassiné d'un coup sur la tête. Ses ennemis sont nombreux et, malgré une enquête fort méticuleuse, le coupable reste introuvable13.

Plan et vestiges architecturaux :

11Le plan du village au xixe siècle montre bien le regroupement autour de l'église. Il semble que la position décentrée de l'église puisse s'expliquer par la présence du cimetière primitif à l'ouest de l'église, l'espace non inclus dans la fortification plus tardive. Le castrum, village fortifié, s'est développé autour de cette cellera originelle, et l'on peut encore voir aujourd'hui sa porte principale au bord de la route qui traverse Estagel, venant de Perpignan vers le Fenouillèdes.

Finage et occupation de l'espace :

Lieux-dits :

12Dans le capbreu de 1293, on cite un champ au Castelar, une terre al vilar, une terre au lieu-dit al forn, et les lieux-dits tras las casas, clauses.

  • 14 ADPO, 3E1/4950, fol. 5 r°.

13Le lieu-dit Castelar est encore cité en 1349, on y trouve une vigne14. Le même document mentionne aussi le lieu-dit al cap del pont, près de l'Agly.

Synthèse :

14Estagel présente l'aspect assez courant des gros villages roussillonnais de la plaine et des larges vallées qui y débouchent : la cellera y est certainement d'origine ancienne, et son installation comme sa survivance doit sans doute beaucoup à l'attention des abbés de Lagrasse, que nous retrouvons sur toutes leurs possessions roussillonnaises particulièrement soucieux de la protection et de la pérennité de ces espaces de paix, où ils gardent leur maison de collecte des redevances. La cellera permettait sans doute aux abbés de Lagrasse de mieux défendre leurs droits dans ce village éloigné de la maison-mère. Le plan et la morphologie du village conservent nettement la marque de cette cellera.

Plan cadastral d'Estagel

Plan cadastral d'Estagel

Notes

1 GC, t.VI, col. 425.

2 ADPO, 1 B 32, édité par Laure Verdon, La terre et les hommes..., Toulouse-Le Mirail, 1994.

3 Ibidem, déclarations n° 6, 12 et 16.

4 Ibidem, déclaration n° 15.

5 Voir L. Verdon, La terre et les hommes..., p. 274.

6 Le terme de castrum apparaît dans le registre des procès du patrimoine royal, reg. 12, ADPO, 1B-18, fol. 4, en 1282, cité par B. Alart, CM, t. S, p. 68.

7 Ibidem, actes n° 1, 63 et 72. Les fossés (humides, irrigués, fumés par les rejets réguliers d'immondices, proches du village) sont toujours un lieu privilégié d'installation des jardins (cf Mailloles).

8 B. Alart, CM, t. D, p. 265, notule de Raymond Ferrer, ADPO, 1B-176, fol. 8.

9 « item van al dit arrendament lo seller ab la fusta, el graner, el palier et la casa del oli e del ordi de la casa del dit senyor apellada La Sala, e la sala dessus lo palier apellada den Xatmar qui affronta la sglesa (sic barré), B. Alart, C.M., t. S, p. 435-436, Lagrasse.

10 B. Alart, C.M., t. S, p. 67-68, procès anciens du patrimoine, reg. 12, 1B-18, fol. 3v°.

11 Respectivement en 1318 et 1320, B. Alart, C.M., t. B, p. 368, procuration royale, reg. 17, fol. 52 v° et 51 v°.

12 B. Alart, C.M., t. M, p. 339, notule de Pierre Pastor (not. 1902). Il y est dit : « locus de Stagello... semper fuit ex et de membris camerarie de Crassa, et intus fortalicium ipsius loci sit quendam domus propria camerarie ».

13 B. Alart, C.M., t. M, p. 547-550.

14 ADPO, 3E1/4950, fol. 5 r°.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral d'Estagel
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 361k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540