Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Espira-de-l'Agly

Roussillon

Texte intégral

  • 1 En 1086 le seigneur de Peyrestortes avait donné cette église à Saint-Michel de Cuxa, (P. Ponsich, (...)

1Aspirano, 1086. Eglise Sainte-Marie, même date. L'église est propriété de Saint-Michel-de-Cuxa jusqu'en 11341, où elle est échangée à l'évêque d'Elne contre celle de Ria.

Regroupement villageois et sacraria :

  • 2 MH, n° 378.
  • 3 « et sacraria in circuitu ejusdem ecclesiae triginta passuum », ibid. Il n'est peut-être pas indif (...)
  • 4 « sit libere absque jugo ullius personae praedictae ecclesiae et suis habitatoribus omni tempore » (...)
  • 5 « et omnes habitatores qui modo habitant infra jamdictam sacrariam et deinde habitaverint, per cen (...)

2Lors de la consécration de 11302, l'évêque donne à l'église fondée par des milites, en plus des dîmes, prémices et offrandes, les alleux et la sacraria de trente pas autour de cette église3. L'emploi du terme lui-même est exceptionnel chez nous, où on lui préfère celui de cellaria. La suite du document assure la liberté à toute personne y vivant4, et prévoit que tous ceux qui habitent ou habiteront dans la sacraria, donneront à titre de cens un cierge de la valeur d'un denier à l'église5. L'expression « cens de la sacraria » est révélatrice du caractère institutionnalisé de ce prélèvement, qui garantit à ses habitants la protection de cet espace sacré et un statut de liberté.

  • 6 MH, n° 389.

3En 1136, l'évêque d'Elne fait de l'église d'Espira un prieuré augustinien6.

  • 7 ADPO, 12 J 24, n° 240, analyse du cartulaire de N.-D. d'Espira.

4En 1143, un acte, malheureusement perdu, mentionnait des biens possédés « dans l'enceinte des croix d'Espira »7.

  • 8 « quantum includitur de via fanallodesa usque ad extremam ripam ultra Aglinum et quantum includitu (...)

5Une mention des croix qui limitent le territoire est contenue dans une donation faite par le seigneur Oton de Peyrestortes à Sainte-Marie d'Espira-de-l'Agly en 1154. Il offre en effet tout ce qui est compris entre la route du Fenouillèdes, la rive de l'Agly et la « croix d'en haut » de Chimino8.

Fortification :

  • 9 « dentells... valls... forsa », P. Ponsich « La charte depoblacio d'Espira-de-l'Agly (1389) », Les (...)

6La charte de poblacio d'Espira-de-l'Agly, en 1389, prévoit parmi les obligations des habitants qu'ils devront contribuer à renforcer le crénelage, les fossés et entretenir la fortification9.

Plan et vestiges architecturaux :

7Le quartier environnant l'église d'Espira a été totalement bouleversé par la construction d'un cloître au Moyen Age, détruit au début du siècle. Il n'est plus possible d'y observer les traces topographiques de la sacraria originelle.

Communauté villageoise :

  • 10 « In nomine domini notum sit quod ego Maria, soror Petri Grossi, propter necessitatem famem que no (...)

8En 1153, poussée par la faim et dans l'impossibilité de donner à manger à ses enfants (quatre dont elle donne le nom et d'autres filles encore en bas âge), une femme - sans doute une veuve - vend à Sainte-Marie d'Espira une terre qu'elle possédait en alleu, contre quatre émines et demie d'orge qui valaient en ce moment trente deniers de Roussillon10.

Finage et occupation de l'espace :

  • 11 P. Ponsich, Limits..., p. 40.

9Parmi les dons d'Ot de Peyrestortes en 1154, on trouve une fontaine, sur le chemin de Miralles, dont le prieuré pourra amener l'eau à Espira, avec l'aide du donateur. Cette fontaine correspond peut-être à celle nommée anastes ou de Nastes, aux xie et xiie siècles11. Sur les hauteurs d'Espira plusieurs sources sont encore aujourd'hui acheminées par des canaux parfois souterrains.

Synthèse :

10La sacraria d'Espira-de-l'Agly n'est connue qu'au travers d'un unique document, l'acte de consécration de 1130. Cette mention est cependant précieuse car elle permet de comprendre les raisons du succès de cette forme de regroupement en Roussillon : protection et liberté y sont garanties aux résidants contre versement d'un cens symbolique, un siècle au moins après la période de naissance de ces espaces de paix tels qu'ils sont cités au concile de Toulouges.

Plan cadastral d'Espira-de-L'Agly

Plan cadastral d'Espira-de-L'Agly

Notes

1 En 1086 le seigneur de Peyrestortes avait donné cette église à Saint-Michel de Cuxa, (P. Ponsich, Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 217) ; mais en 1098 les héritiers de ce même seigneur donnent aussi cette église au monastère d'Arles (ADPO, 12 J24, n° 187). Ils donnent en même temps les dîmes des épis (le glanage ? : decimis de spicolaturis) et les prémices du pain et du vin, ainsi que deux moulins sur l'Agly avec leur canal d'amenée et les droits de pêche (ou bassins à poissons : piscatorios). Ils s'engagent à n'y faire ni forcia ni tolta.

2 MH, n° 378.

3 « et sacraria in circuitu ejusdem ecclesiae triginta passuum », ibid. Il n'est peut-être pas indifférent que ce rare emploi du terme sacraria, avec sa connotation religieuse, se trouve dans un acte de consécration.

4 « sit libere absque jugo ullius personae praedictae ecclesiae et suis habitatoribus omni tempore », ibid.

5 « et omnes habitatores qui modo habitant infra jamdictam sacrariam et deinde habitaverint, per censum sacrariae donnent annuatim unam candelam dineralem praedictae ecclesiae », ibid.

6 MH, n° 389.

7 ADPO, 12 J 24, n° 240, analyse du cartulaire de N.-D. d'Espira.

8 « quantum includitur de via fanallodesa usque ad extremam ripam ultra Aglinum et quantum includitur de ilium sender qui fuit de Canadello usque ad crucem subiranam de Chimino et ad flumen Aglino », ADPO, 12 J 24, n° 235.

9 « dentells... valls... forsa », P. Ponsich « La charte depoblacio d'Espira-de-l'Agly (1389) », Les pays de la Méditerranée occidentale au Moyen Age, Actes du 106e congrès des sociétés savantes, (Perpignan 1981), Paris 1984, p. 113.

10 « In nomine domini notum sit quod ego Maria, soror Petri Grossi, propter necessitatem famem que non habeo panem quem donem meis infantibus, scilicet Petro et Joanne et Jacobo et Alamandina filia mea et aliae filiae mee que sunt parvulae, [vendo] domino Deo et Sanctae Mariae de Aspirano... unam terram que est alodium... propter quatuor eminas et dimmidia de ordeo qui tunc valebant XXX denarios bonos rossellos novos », ADPO, 12 J 24, n° 219.

11 P. Ponsich, Limits..., p. 40.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral d'Espira-de-L'Agly
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540