Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Coustouges

Vallespir

Texte intégral

1Costogia, 936. Eglise Sainte-Marie, 979.

Regroupement villageois et cellera :

2Plusieurs des plus anciens documents relatifs au regroupement des maisons autour de l'église dans le diocèse d'Elne concernent Coustouges.

  • 1 « ipso manso que est juxta ipsa ecclesia quod Anterus presbyter tenet in sua potestate », B. Alart (...)
  • 2 « pro caliginem oculos scribere non potuit », ibid.

3En 984, les exécuteurs testamentaires de l'évêque Miro donnent à Sainte-Marie d'Arles, suivant les prescriptions du défunt, la portio qu'il possédait dans l'église appelée Sainte-Marie de Cectoia (c'est-à-dire Castoia), avec les dîmes, prémices et offrandes, et avec la maison qui est près de l'église et qu'Anterus le prêtre a en sa possession1. Cette maison proche de l'église, propriété de l'évêque et occupée par un prêtre est certainement établie sur l'espace protégé environnant le lieu de culte, son cimiterium. L'abbé dicte cet acte car lui-même, dit-il, ne peut écrire à cause du voile qui couvre ses yeux2.

  • 3 MH, n°138 et 139.
  • 4 « alaudem vocitatum nomine Costoja, cum ipsa ecclesia sanctae Mariae quae ibidem est... cum suo ci (...)

4Quelque temps plus tard, le premier jour du mois de mars 988, par deux actes successifs3, la comtesse Ermengarde donne à son mari, puis celui-ci transmet au monastère d'Arles l'alleu appelé Coustouges et l'église Sainte-Marie qui s'y trouve, avec son cimetière et les maisons qui sont autour de cette église4. Ainsi, dès avant la fin du xe siècle, des maisons se groupent autour de l'église, en relation avec cet espace sacré qui sert aussi de cimetière.

Consécrations :

  • 5 MH, n°168, voir supra Corsavy.
  • 6 « In giro vero praedia ad eundem locum pertinentia », ibid. Sur le sens de giro, voir MLLM, s.v. g (...)

5La bulle de Serge IV, datée de 1011, confirmant les droits de l'abbaye d'Arles5, mentionne parmi ses dépendances les deux églises Sainte-Marie de Coustouges et Saint-Laurent (aujourd'hui « de-Cerdans »), qui lui étaient alors soumises. Après les dîmes, prémices et offrandes, le document ajoute aux biens de ces églises les alleux qui leur appartiennent, compris dans « l'espace environnant »6.

  • 7 On en trouve un autre exemple à Serrabone, cf infra.
  • 8 Sur la mesure du dextre, voir Alcover, Diccionari.., s.v. et CM. Marugan i Vallvé, « Sant Marti de (...)

6En 1142, lors de la consécration de ces deux églises Sainte-Marie et Saint-Laurent par l'évêque d'Elne Udalgar, celui-ci donne à Sainte-Marie, ainsi qu'il est dans son habitude, dit-il, un cimetière de trente dextres, pour y ensevelir les cadavres des hommes. Cette façon de mesurer le cimetière est moins courante qu'en pas7, on peut remarquer que le nombre traditionnel de trente est conservé, la longueur du dextre est sensiblement supérieure à celle du pas, il ne faut peut-être voir ici qu'une indication de mesure maximale attachée à ce terme8. Il ne semble pas en effet par le plan du village que l'on ait eu une cellera de dimension doublée (un dextre valant à peu près deux mètres, soit soixante pas pour le cimetière).

Celliers et cellera :

  • 9 B. Alart, C.M., t. V, p. 558-570, parch, du domaine n° 467, ADPO, B 79 ; cf. Louis Roque, Document (...)

7En 1168, à l'occasion d'une convention entre l'abbé d'Arles et Bertrand de Buada est établi le capbreu, censier des droits tenus en fief par Bertand pour Raimon, abbé d'Arles, dans son honneur de Coustouges. L'abbé d'Arles y évoque les mesures qui sont faites in nostro cellario de Custodia9. Sur les redevances perçues à Buada, il aura diverses parts, selon leur nature, qui seront données in cellario Beate Marie et nichil aliud.

  • 10 ADPO, 1B 79, parchemin original.
  • 11 Il ordonne en particulier que l'on restitue à un nommé Boix des Bains (Amélie-les-Bains) « ce qu'i (...)
  • 12 MLLM, s.v. costellum.
  • 13 « Et volo et mando quod costel quod ego primus et noviter feci fieri apud Custodiam, removeatur et (...)

8Nous trouvons le terme de cellera, pour la première fois en 126710. Guillaume-Hugues de Serralongue, partant pour la croisade, laisse un testament par lequel il dote des églises du Vallespir. C'est l'occasion de nombreux repentirs qui révèlent une vie sociale bien tumultueuse et peu clémente11. Il ordonne ainsi de supprimer le costel, le pilori12, qu'il a fait installer dans la cellera de Coustouges. En effet, dit-il, il a été le premier à en faire élever un là13.

  • 14 ADPO, 1B 23, onze feuillets papier, copies de fragments du Liber Feudorum B disparu, concernant le (...)
  • 15 « in qua parrochia est vallis dicta Sanci Laurencii de Cerdanis », ibid. Cette mention n'est pas s (...)
  • 16 « realibus tamen justiciis... reservatis... in dicta villa seu cellaria de Custodia », ibid.

9En 1280, Jacques de Majorque accorde un privilège au monastère d'Arles14. Il accorde à l'abbé toutes les justices civiles et criminelles sur les hommes et femmes du monastère habitant dans la paroisse de Sainte-Marie de Coustouges, dans laquelle se trouve la vallée de Saint-Laurent-de-Cerdans15. Le roi ajoute qu'il retient cependant, avec l'accord de l'abbé, toutes les justices civiles et criminelles qui se rapportent au merum imperium, dans la cellaria ou villa de Coustouges sur les hommes et femmes habitant là et sur tous les délinquants d'où qu'ils soient. L'abbé se réserve toutefois les justices réelles (basse justice) dans la villa ou cellaria de Coustouges16.

  • 17 ADPO, 1 B 23, fragments du Liber Feudorum B disparu, fol. 6 v°.
  • 18 « retinemus... terre Rossilionis et Vallispirii peticionem et punitionem ac juridicionem plenarie (...)

10En 1307, le roi Sanche concède les justices de Serralongue et du castrum de Cabrens à Guillaume Gaucerand de Cabrens17. Il précise qu'il exclut de cette donation la justice haute et basse, criminelle et civile, in cellaria de Costoia et sur les manses, bordes, hommes et femmes de toute cette paroisse, dépendants de l'abbé et du monastère d'Arles. Le roi retient en outre, comme son père, la juridiction de paix et trêve18.

  • 19 Voir ce lieu, notice dArles-sur-Tech.
  • 20 ADPO, 1B 16, fol° LXXXV r°-v°, « Per promissa autem non intendimus habere nec nobis adquirere aliq (...)

11En 1312, Beatrix, vicomtesse de Ruppebertino, fille et héritière universelle de Bernard Hugues de Serralongue décédé, reconnaît tenir les justices des lieux de Serralongue, Cabrenç, Fontanils19, Villa Rubia (Villeroje), Villare Castellar, Montalba et la vallée du Mondony. Mais elle s'engage, reprenant les mêmes termes que l'acte de 1307 ci-dessus, à n'imposer aucune justice, haute ou basse, civile ou criminelle, dans la cellaria de Coustouges, ni sur les manses, bordes, hommes et femmes de cette paroisse dépendant de l'abbé du monastère d'Arles20.

12Les justices de la cellera sont donc l'objet d'un partage attentif entre le roi et l'abbé d'Arles, qui ne garde sur cet espace protégé d'origine ecclésiale qu'un droit de basse justice. La cellera est donc passée en partie sous l'autorité judiciaire royale, après la mainmise des seigneurs laïcs que prouvait l'établissement (même illicite et momentané) d'un pilori.

Fortification :

  • 21 « te de tintinnabulo de Costoia constituimus castellanum », ADPO, Procuration royale, reg. V, fol. (...)

13La fonction de guet et de défense de l'église est particulièrement mise en évidence par l'installation d'un « châtelain » du clocher en 133921.

14On ne relève pas de trace de fortification autour de la cellera.

Structure du village et activités :

  • 22 ADPO, 12 J 24, n° 237, p. 51, extrait des archives d'Arles, « inventaire d'Agullana », copie appar (...)

15Dans la deuxième moitié du xiie siècle, Bertrand de Buada, qui tient pour l'abbé d'Arles le fief de Coustouges, permet que soit tenu un marché en ce village22.

  • 23 « excepto sacrilegio intra januas ecclesie commisso et justiciis de clericorum personis et eorum b (...)

16Bertrand de Buada aura le tiers des leudes et justices et autres droits découlant du marché, à l'exception des sacrilèges commis à l'intérieur des portes de l'église et des justices des personnes et biens des clercs23. Ce tiers est tenu en fief par Bertrand de Buada et les siens pour l'abbé d'Arles. L'exception du sacrilège est strictement circonscrite à celui qui aurait été commis à l'intérieur de l'église.

17C'est probablement car il peut y avoir sacrilège sur un espace plus large, celui de la cellera, mais là Bertrand de Buada a droit au tiers des justices. La cellera comprend la place qui se trouve devant l'église et qui est sans doute un des espaces du marché.

Finage et occupation de l'espace :

18Deux villares existent sur le territoire de la paroisse de Coustouges au Moyen Age :

  • Vilaroja, Villa Rubea (on verra sur le plan cadastral ci-dessous qu'il s'agit probablement d'un hameau formé autour de l'église).
  • Villa Castellarii24.
  • 25 ADPO, 1 B 79, a. 1267. P. Ponsich, qui semble ignorer cette mention, situe Fontanils sur le territ (...)

19Le testament de Guillem-Hug de Serralongue en 1267 laisse à son frère Arnald de Serralongue la forcia de Fontanils et tout ce qui dépend de cette forcia dans la paroisse de Coustouges25.

20L'inventaire des biens donnés en fief par l'abbé d'Arles à Bertrand de Buada en 1168 comprend :

  • le manse de Buada et onze bordes (qui en dépendent ?),
  • in villa de Rivo perdito : sept manses (avec interdiction de pêche),
  • dans la paroisse de Sainte-Marie de Coustouges : des droits, des forêts que le tenancier du fief devra faire garder, où sont nourris les cochons et ramassés les glands26, ainsi que trente et un manses, la borde de Crémadeils, la borde de Laurencii de Villa (St-Laurent ?) et six autres bordes, plus neuf bordes ou manses ; soit en tout pour Coustouges : 46 maisons et mas27.
  • à Villa Rubea : cinq manses.

21Le tenancier du manse de Boscherong doit au titre de l'albergue le charbon utile à la fabrication des outils de fer nécessaires au mas de Buada, excepté les outils de fer des tailleurs de pierre. Le charbon devra être porté à la forge (fabrega) de Roiros.

Synthèse :

22Coustouges offre l'exemple d'une cellera typique, formée très tôt sans doute sur le modèle d'une sacraria classique, mais ayant conservé très longtemps ses caractéristiques topographiques : présence de celliers (en particulier de ceux des seigneurs ecclésiastiques) et concentration de l'habitat visible sur le plan. Comme dans la plupart des autres villages, la cellera a cependant perdu une bonne part de son caractère protecteur, en particulier face aux seigneurs laïcs, châtelains voisins puis souverains, qui contrôlent les justices et y exercent des sanctions (en étant parfois obligés de reconnaître leurs abus, qui sont encore remarqués sur cet espace autrefois protégé).

Plan cadastral de Coustouges

Plan cadastral de Coustouges

Plan cadastral du hameau de Villeroge

Plan cadastral du hameau de Villeroge

Notes

1 « ipso manso que est juxta ipsa ecclesia quod Anterus presbyter tenet in sua potestate », B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, classement chronologique, source : E. Martène, Thesaurus novarum anecdotorum, t. I, fol. 101.

2 « pro caliginem oculos scribere non potuit », ibid.

3 MH, n°138 et 139.

4 « alaudem vocitatum nomine Costoja, cum ipsa ecclesia sanctae Mariae quae ibidem est... cum suo cimiterio et cum ipsas domos quae sunt circa ipsam ecclesiam », ibid.

5 MH, n°168, voir supra Corsavy.

6 « In giro vero praedia ad eundem locum pertinentia », ibid. Sur le sens de giro, voir MLLM, s.v. giro (2), et gyrus, Alcover, Diccionari..., s.v. a l'engir : « alentour, autour de », et Coromines, Diccionari..., s.v. girar et ses dérivés. A noter que le même terme se retrouve en 1025 à propos de Perpignan, voir infra.

7 On en trouve un autre exemple à Serrabone, cf infra.

8 Sur la mesure du dextre, voir Alcover, Diccionari.., s.v. et CM. Marugan i Vallvé, « Sant Marti de Provençals el 1026, estudi de set peces de terra », Historia urbana del plà de Barcelona, vol 1, B, 1989, qui donnent respectivement des valeurs de 2,40 et 2,79 m pour un dextre. La mesure, disproportionnée par rapport au pas, prend ici une valeur plus symbolique que réelle, cf. d'autres exemples dans MLLM, s.v. dexter.

9 B. Alart, C.M., t. V, p. 558-570, parch, du domaine n° 467, ADPO, B 79 ; cf. Louis Roque, Documents sur l'histoire de Saint-Laurent de Cerdans à travers les âges, t.1, Arles-sur-Tech, 1987, p.32.

10 ADPO, 1B 79, parchemin original.

11 Il ordonne en particulier que l'on restitue à un nommé Boix des Bains (Amélie-les-Bains) « ce qu'il estimera par serment avoir perdu quand j'ai renversé son vin » (« pro vino quod ego feci sibi efundi tantum quantum ipse existimaverit per sacramentum »), ibid.

12 MLLM, s.v. costellum.

13 « Et volo et mando quod costel quod ego primus et noviter feci fieri apud Custodiam, removeatur et omnino destruatur et dirrumpatur. Recognoscens quod ego nec antecessores meos non habuimus costellum infra cellariam de Costoga », ibid.

14 ADPO, 1B 23, onze feuillets papier, copies de fragments du Liber Feudorum B disparu, concernant les justices du Vallespir (1271-1326), ici : fol. 1, (LFB, fol. 75). Voir la notice d'Arles-sur-Tech.

15 « in qua parrochia est vallis dicta Sanci Laurencii de Cerdanis », ibid. Cette mention n'est pas signalée par P. Ponsich, Limits..., p. 87.

16 « realibus tamen justiciis... reservatis... in dicta villa seu cellaria de Custodia », ibid.

17 ADPO, 1 B 23, fragments du Liber Feudorum B disparu, fol. 6 v°.

18 « retinemus... terre Rossilionis et Vallispirii peticionem et punitionem ac juridicionem plenarie pacis et treuge », ibid.

19 Voir ce lieu, notice dArles-sur-Tech.

20 ADPO, 1B 16, fol° LXXXV r°-v°, « Per promissa autem non intendimus habere nec nobis adquirere aliquam juridictionem altam vel bassam, criminalem vel civilem in cellaria de Costoia nec in mansis seu in bordis, hominibus seu feminibus ...dicte parrochie abbatis seu monasterii Arulas vel qui pro eis tenentur in parrochia de Costoia predicta ».

21 « te de tintinnabulo de Costoia constituimus castellanum », ADPO, Procuration royale, reg. V, fol. 43v°.

22 ADPO, 12 J 24, n° 237, p. 51, extrait des archives d'Arles, « inventaire d'Agullana », copie apparemment intégrale du document.

23 « excepto sacrilegio intra januas ecclesie commisso et justiciis de clericorum personis et eorum bonis », ibidem.

24 P. Ponsich, Limits..., p. 92, donne plusieurs mentions du vilare Castelar, au cours du xive siècle, sans proposer une localisation précise. Toutefois un document de 1369 semble assez clair pour permettre de le situer à Coustouges : villaribus seu mansoveriis de Vila Rubea et de Castellarii parrochie de Custodia, B. Alart, C.M., t. E, p. 637. Mais le nom est assez courant pour qu'il y ait une possibilité de confusion avec d'autres villares Castellarii mentionnés par ailleurs.

25 ADPO, 1 B 79, a. 1267. P. Ponsich, qui semble ignorer cette mention, situe Fontanils sur le territoire actuel d'Arles (cf. Limits..., p. 73), ce qui est fort possible. Certaines dépendances seules devaient se trouver sur celui de Coustouges.

26 « quem tu facias bene custodire, pascant ibi nostri porci et tui et in collectione glandium habeas terciam partem » », ADPO, 1 B 79, copie de 1187 sur parchemin.

27 En 1378, Coustouges est imposé sur la base de 21 feux.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Coustouges
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Plan cadastral du hameau de Villeroge
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1854/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable