Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Corsavy

Vallespir

Texte intégral

  • 1 Cf supra Arles-sur-Tech.

1Cort Savino, 1001. Eglise Saint-Martin, qui semble être celle consacrée en 993 en même temps que Saint-Etienne d'Arles (dite de Riuferrer)1.

Regroupement villageois et celliers :

  • 2 « donamus in circuitum ipsarum ecclesiarum cimiteria secundum canonicam auctoritatem,.., in circui (...)

2Dès 993, l'église a reçu, en dotation des habitants de la paroisse, l'espace de trente pas qui l'entoure, le « cimetière », pour « les vivants et les morts »2.

  • 3 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, classement chronologique.

3En 1001, l'évêque d'Elne échange, avec l'abbé d'Arles, Corsavy et son église Saint-Martin, et Fontanils, avec l'église Saint-Etienne. Il reçoit en retour Montescot et Villeneuve-de-la-Raho en Roussillon, et Finestret en Confient3.

  • 4 MH, n° 304. L'église dont parle ce document n'avait pas encore été identifiée, cf. V. Fanas, La sa (...)
  • 5 Aujourd'hui Montferrer, en Vallespir.
  • 6 Alart, Cartulaire, p. 93, n. 3.
  • 7 MH, n°168.

4C'est à propos de Saint-Martin de Corsavy qu'intervient en 1090 un accord entre l'abbé d'Arles Guitard et un nommé Raymond Matfred4. Ce dernier est seigneur de Corsavy, en même temps que de Mollet5, Boule et Serrabonne6. La localisation de l'église en question n'est pas précisée dans le texte, mais plusieurs éléments font penser à Corsavy : d'abord le vocable de l'église, puis le fait que ses droits soient défendus par l'abbé d'Arles, qui manifeste ainsi son intérêt pour les biens de cette église et ses revenus. Il s'agit donc d'une des églises se trouvant sous la dépendance de son abbaye. Or, parmi les églises soumises à Arles, dont une bulle du pape Serge IV donne la liste, en 10117, seules deux sont dédiées à ce saint, celles de Corsavy et de Saint-Martin-de-Fenollar. Saint-Martin-de-Fenollar, dont la ravissante petite église aux superbes fresques se trouve juste au dessus du Boulou sur la route du Perthus, me semble de trop peu d'importance, du point de vue de la population, pour être concernée par l'accord de 1090. Il est vrai que la bulle évoque aussi l'alleu de Palalda, mais sans mentionner son église Saint-Martin.

  • 8 Ponsich, Limits..., p.78. Un extrait de ce document a été copié par don Jaime Agullana, docteur ès (...)

5Le document cite ensuite 22 noms de lieux qui sont des microtoponymes difficilement identifiables, les 4 connus avec certitude sont situes dans le Vallespir : Palalda, Corsavy, les deux derniers, Perdus et calm de Rodes correspondent à des lieux-dits de Corsavy : Perduds et Pla de Rodes8.

  • 9 « Recognovit ipse Raymundus toltas quas faciebat de ecclesie sancti Martini cum sacrariis XLIII, q (...)

6Si ce texte nous intéresse tant c'est que l'abbé y exige que Raymond Matfred cesse ses prélèvements abusifs, appelés malos usaticos, qu'il renonce à percevoir certaines redevances non dues et qu'il rende des terres qu'il a prises. Surtout, Raymond Matfred reconnaît exercer des « toltes » sur l'église Saint-Martin et les 43 sacrarii se trouvant dans son cimetière9.

  • 10 P. Bonnassie, La Catalogne..., t. 2, p. 590.

7Les toltes sont des prélèvements effectués par le maître du donjon sur les réserves en nourriture des habitants de la châtellenie10. Les sacrarii en question sont donc bien des celliers à provisions. Leur nombre, trop précis pour être une estimation, s'il ne provient pas d'une erreur de copiste, me semble écarter la possibilité qu'il s'agisse de Saint-Martin-de-Fenollar, qui n'a jamais dû regrouper autant de familles. Il faut en effet supposer que chaque famille possédant une terre plaçait ses provisions dans un de ces celliers, construits dans ce « cimetière » où se trouvent « vivants et morts », autour de Saint-Martin de Corsavy.

8Ce texte expliquerait de surcroît le ton méfiant, quasiment hostile, de la consécration de 1159, envers la chapelle construite au château de Corsavy, qui est fermement soumise à l'église du village. Cette consécration est d'ailleurs la seule parmi les cinq faites la même année en Vallespir à chiffrer une composition (de trois livres d'or) en cas de violation des privilèges de l'église paroissiale.

9La cellera n'est jamais mentionnée : probablement carence de textes, peut-être aussi n'a-t-elle pas vécu assez longtemps sous la concurrence du château.

  • 11 MH, n° 429, datation rétablie par Ordeig, Les dotalies...p. 1311.

10En 1159, lors de la visite de l'évêque Artallus, l'église Saint-Martin est à nouveau consacrée11. Ses limites sont fixées comme dans la consécration de 993, mais on précise en sus qu'elles touchent au sommet du Canigou d'un côté et à Saint-Etienne d'Arles de l'autre. L'évêque donne à l'église le cimetière de trente pas l'entourant. Il soumet l'ecclesiola sancti Iacobi nouvellement construite contre le château de Corsavy à l'église paroissiale Saint-Martin, celle-ci restant sous la dépendance de l'abbaye d'Arles.

  • 12 Ce document ne nous est malheureusement connu que par une succincte analyse : « Donatio... de jure (...)

11En 1207, Raymond de Termes, seigneur de Corsavy, abandonne à Bernard, abbé d'Arles, le droit de nommer un curé à l'église de Corsavy, avec la liberté pour celui-ci d'habiter où il le voudra sans être attaché au château de Corsavy12. S'agit-il du curé de l'église Saint-Jacques, chapelle castrale, ou de celui de l'église paroissiale Saint-Martin ? Celle-ci ne dépend pas du seigneur, mais de l'abbé ; le seigneur n'a pas, semble-t-il, autorité pour y nommer le curé et ne peut donc se défaire de ce droit. Pourtant on ne saurait être surpris de l'usurpation par le seigneur de ce droit ou d'une habitude prise par le seigneur de nommer le curé de l'église. Jamais l'église du château n'est appelée « église de Corsavy », et même dans une analyse postérieure, on peut douter d'une telle confusion. Ce qui est peut-être plus intéressant, du point de vue de cette étude est la liberté pour le curé de résider où il le voudra. Ceci semble marquer l'existence d'une concurrence encore active entre deux noyaux de peuplement, l'un autour du château, que le seigneur se défend implicitement de vouloir imposer au curé, et l'autre probablement autour de l'église Saint-Martin.

  • 13 B. Alart, C.M., t. B, p. 547, procuration royale V, fol. 103 v°.

12En 1340, Jacques de Majorque assigne à la capella castri nostri de Corsavino toute la part des dîmes qu'il percevait sur ce castrum et sur la baronnie de Corsavy13.

  • 14 A. Cazes, Roussillon sacré, p. 57.
  • 15 PC, t.2, et Gavin, Inventari..., t.1, Vall. 27.

13C'est cette église Saint-Jacques qui est devenue au xviie siècle l'église paroissiale du village regroupé autour du château, en reprenant le vocable de Saint-Martin14. Les ruines de l'ancienne église sont visibles à quelques centaines de mètres en contrebas du village, à l'est15.

  • 16 « confr. cum itinere quo iturad ecclesiam de Corsevi », B. Alart, C.M., t. M, p. 440-441, notule d (...)

14En 1416, une pièce de terre appelée la vigne de la Font est limitrophe du chemin qui va à l'église de Corsavy16. Il semble évident qu'il ne s'agit pas d'une rue mais d'une route. La vigne est certainement extérieure au noyau d'habitat, elle touche à un chemin qui va vers l'église, elle aussi extérieure au village. Celle-ci est donc bien l'église de l'ancien village, encore désignée comme « l'église de Corsavy ».

Seigneurs et fortifications :

  • 17 ADPO, 1 B 16, fol. 77 r°.

15En 1312, Arnaud de Corsavy, seigneur du château de Corsavy reconnaît tenir toutes les justices du castrum de Corsavy pour le roi et Nunyo Sancho17.

  • 18 B. Alart, C.M., t. A, p. 468-471, ADPO, 1 B 14.

16En 1335, le roi confirme son droit de possession de la fortitudo, du castrum et du barri de Corsavy18.

  • 19 ADPO, 12 J 24, n° 236, analyse du cartulaire d'Arles, fol. 14.

17En 1428, la reine Violante, veuve de Jacques Ier d'Aragon donne la permission de rebâtir l'église Saint-Jacques dans le château de Corsavy, un tremblement de terre l'ayant fait s'écrouler19.

Plan et vestiges architecturaux :

18A quelques centaines de mètres avant d'arriver au village, par la route qui vient d'Arles-sur-Tech, s'élèvent les ruines de l'église Saint-Martin, qui semble avoir été agrandie au cours du xiie siècle. Aujourd'hui elle est en cours de restauration-reconstruction (!). A l'entrée du village s'élève la nouvelle église Saint-Martin, celle construite au xvie siècle. Le village est bâti autour d'un piton rocheux, de forme presque circulaire, aux versants abrupts et surmonté d'un entablement presque plat, qui devait supporter le château, dont on ne distingue plus rien. Quelques murs de soutènement viennent souligner encore l'aspect de « roca » du piton. A quelques centaines de mètres au-dessus du village s'élève une tour de guet et de défense, en partie écroulée du côté de ses ouvertures qui étaient tournées vers la vallée et le village. Elle semble dater des xiie et xiiie siècles.

Communauté villageoise :

  • 20 B. Alart, C.M., t. H, p. 524, ADPO, 1B-380, fol. 203.

19Un document de 1453, émanant de la procuration royale, constate la diminutionem et depopulationem du lieu de Corsavy20.

Lieux-dits :

20Villa Alta

  • 21 ADPO, 12 J 24, n° 237, p. 63, d'après l'inventaire d'Agullana. P. Ponsich ne donne de première men (...)

21En 1250, une mansata qui se trouve au lieu de Vila alta, dans le territoire de Saint-Martin de Corsavy est vendue par Bertrand de Vila Alta à Bernard de Vila Alta21.

22Batère :

  • 22 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 330, procuration royale, reg. 8, fol. 146 v°.

23En 1344 le roi nomme un homme en charge de la castellania turris collis de Porta, dans la baronia de Cortzavino22.

  • 23 Véronique Izard, « Cartographie successive... ».

24Sur le territoire de Corsavy et sur ceux des hameaux voisins de Leca et Batera sont signalées dès le Moyen Age des mines et moulines de fer importantes23. Il n'y a pas de doute que cette industrie d'extraction et de forge est une des richesses de la seigneurie de Corsavy, et sans doute l'explication du soin attentif dont elle est l'objet tant de la part des châtelains que, plus tard, de celle des autorités royales.

Synthèse :

25Même si le terme de sacraria (ou de cellaria) n'apparaît pas dans le cas de Corsavy, on peut être certain de l'existence d'un espace consacré, appelé cimetière, sur lequel sont construits les dépôts de provisions des habitants de ce lieu, dans la deuxième moitié du xie siècle. Il semble probable aussi que ce lieu ait pu donner naissance à un habitat regroupé, au moins temporairement. Cependant, la puissance des châtelains de Corsavy, leur rapacité aussi, a fait disparaître assez vite cette sacraria originelle au profit d'un village castrai groupé autour du siège du pouvoir seigneurial. L'église paroissiale et le cimetière sont restés isolés, à l'écart du village, mais leur fonction de lieu de culte et d'ensevelissement a été conservée durant des siècles encore.

26L'exemple de Corsavy permet de comprendre les raisons du regroupement ecclésial, de saisir aussi que la protection offerte par les lieux sacrés n'était pas toujours respectée, et que l'encellulement de la population, sous la forme de l'incastellamento, a pu faire disparaître ces sagreres originelles. Sous la forme d'une étude du peuplement, c'est en fait toute une histoire des rapports sociaux et des conflits de pouvoir, entre paysans libres et aristocrates guerriers, entre seigneurs ecclésiastiques et laïques, que révèle ce dossier de documents.

Corsavy et ses environs

27Le village de Corsavy est regroupé au pied de l'ancien château, sur l'éperon rocheux qui domine directement l'église actuelle. Immédiatement à l'ouest se dresse une tour de guet partiellement conservée (lieu marqué Tour ruinée). A 800 m. vers l'est, au nord de la route d'Arles-sur-Tech, l'ancienne église Saint-Martin est celle autour de laquelle avaient été construits les quarante-trois sacrarii pillés par Matfred, seigneur de Corsavy, en 1090. Un habitat a pu s'y maintenir pendant les premiers siècles de l'époque féodale.

Plan cadastral du village castral de Corsavy

Plan cadastral du village castral de Corsavy

Plan cadastral des environs de l'ancienne église Saint-Martin

Plan cadastral des environs de l'ancienne église Saint-Martin

Notes

1 Cf supra Arles-sur-Tech.

2 « donamus in circuitum ipsarum ecclesiarum cimiteria secundum canonicam auctoritatem,.., in circuitu ecclesiae sancti Martini cimiterium triginta passuum, ibidem Christo Domino famulantes tam vivis quam etiam mortuis », M.H., n° 142, col. 947-948.

3 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, classement chronologique.

4 MH, n° 304. L'église dont parle ce document n'avait pas encore été identifiée, cf. V. Fanas, La sacraria....,p. 155. Au sujet de la famille seigneuriale de Corsavy, on voudra bien se reporter à mon rapide historique contenu dans Catalunva Romànica, vol. Vallespir, 1996.

5 Aujourd'hui Montferrer, en Vallespir.

6 Alart, Cartulaire, p. 93, n. 3.

7 MH, n°168.

8 Ponsich, Limits..., p.78. Un extrait de ce document a été copié par don Jaime Agullana, docteur ès-droit et archidiacre de Gérone, délégué du Saint-Siège pour la visite et la réforme du monastère d'Arles, qui fit l'inventaire des titres de l'abbaye. Les pièces y sont regroupées sous l'intitulé de l'étiquette des sacs qui les contenaient. La copie faite par Agullana indique que ce document était inclus dans un sac portant l'étiquette : « San Pere de Riuferrer, Montbolo, Corsavi, Cos, Montferrer, Prats », ADPO, 12 J 24, n° 237, p. 21. Parmi tous ces lieux, seul Corsavi a une église Saint-Martin, ce qui confirme la localisation que je propose.

9 « Recognovit ipse Raymundus toltas quas faciebat de ecclesie sancti Martini cum sacrariis XLIII, quae erant in ipso cimiterio », MH, loc. cit.

10 P. Bonnassie, La Catalogne..., t. 2, p. 590.

11 MH, n° 429, datation rétablie par Ordeig, Les dotalies...p. 1311.

12 Ce document ne nous est malheureusement connu que par une succincte analyse : « Donatio... de jure conferendi seu ponendi capellanum in ecclesia de Cursavino, cum facultate quod ipse capellanus posset habitare ubicumque voluerit sine vinculo castri Cursavini », inventaire d'Agullana, ADPO, 12 J 24, n° 237.

13 B. Alart, C.M., t. B, p. 547, procuration royale V, fol. 103 v°.

14 A. Cazes, Roussillon sacré, p. 57.

15 PC, t.2, et Gavin, Inventari..., t.1, Vall. 27.

16 « confr. cum itinere quo iturad ecclesiam de Corsevi », B. Alart, C.M., t. M, p. 440-441, notule d'Antoine Guitard (not. 1552).

17 ADPO, 1 B 16, fol. 77 r°.

18 B. Alart, C.M., t. A, p. 468-471, ADPO, 1 B 14.

19 ADPO, 12 J 24, n° 236, analyse du cartulaire d'Arles, fol. 14.

20 B. Alart, C.M., t. H, p. 524, ADPO, 1B-380, fol. 203.

21 ADPO, 12 J 24, n° 237, p. 63, d'après l'inventaire d'Agullana. P. Ponsich ne donne de première mention qu'en 1438, Limits..., p. 78. Ce lieu se trouverait sur le territoire de l'écart nommé Perduts.

22 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 330, procuration royale, reg. 8, fol. 146 v°.

23 Véronique Izard, « Cartographie successive... ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 726k
Titre Plan cadastral du village castral de Corsavy
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Plan cadastral des environs de l'ancienne église Saint-Martin
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540