Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Château-Roussillon

Roussillon

Texte intégral

1Ruscino est dans l'antiquité la ville principale du « Roussillon», auquel elle a donné son nom. Elle est tombée en déclin, avec le développement du « Castrum Helenae » (Elne) sur l'emplacement du vieil oppidum ibère d'Illiberis, à partir du ive siècle, puis quand cette cité devint épiscopale (premier évêque connu au vie s.).

  • 1 ADPO, F. de Fossa, 12 J 25, Cartulaire d’Espira-de-l’Agly, n°226.

2Eglise Sainte-Marie, citée en 11531.

Regroupement villageois et celliers :

  • 2 ADPO, 1 B 58.
  • 3 Le document est ici très abîmé, mais semble assez facilement reconstituable : « item quoddam c[... (...)

3Un fragment de capbreu de 13072 contient une reconnaissance de Garsendis Cavalera en faveur d'Arnaud pour une mansata dont les possessions sont les suivantes : une domus qui est le capud dicte mansate, une meule de moulin (rota molendini in casali molendinorum de Castro Rossilione), et un cellier qui se trouve dans le castrum, sur lequel Arnaud reçoit ce que ses prédécesseurs avaient coutume de recevoir, soit un cens d'une poule à Noël3. La mansata comprend en outre trois terres, une vigne et un jardin.

  • 4 « et furnum ipsius castri et falgariam necessariam ad dictum furnum », ADPO, 3E1/8, fol. 5 v°.
  • 5 « jura omnia mea racemorum que erunt in vineis sitis infra terminos dicti castri... item promitto (...)

4Dalmau de Castelnou vend à Arnaud de Codalet, en 1277, les revenus qu'il perçoit sur des moulins, la moitié d'une aire de battage du blé, son pailler, ainsi que le four du village et le bois (les fagots ?) nécessaire à son fonctionnement4. Il vend aussi tous ses droits sur les raisins des vignes du territoire de Château-Roussillon et promet de mettre à sa disposition dans le village les maisons nécessaires à rassembler les redevances, ainsi que la cuve et les récipients adéquats pour recueillir les redevances en raisins5.

  • 6 B. Alart, C.M., t. XI, p. 414, notule de Pierre Querubi, n° 4713.

5En 1283, le sacrista de l'église Sainte-Marie de Château-Roussillon laisse à son successeur dans cette même église ses propres récipients : tinam meam et omnia vasa vinaria mea6.

Fortification et seigneurie :

  • 7 B. Alan, C.M., t. D, p. 623-624.
  • 8 Cf. Peyrestortes, 1298, la fabrica comuna.

6En 1255, deux parents donnent à leur fille, avec l'accord de ses quatre frères, une maison intus villam de Castro Rossillione7. Elle touche à l'ouest in tovo, au fossé, et au nord in fabrica, c'est-à-dire probablement à une forge8.

  • 9 Ibidem, p. 103, même source.

7En 1322, un document parle du loco vocato Porta Major9. S'agissant d'un lieu-dit, on peut se demander si cette porte existe, ou si le lieu n'aurait pas conservé le souvenir d'une porte du Ruscino antique.

  • 10 quadam bestorra constructa ante dictam turrim et affrontant cum muro et a parte ante cum itinere p (...)
  • 11 Ibid, , p. 27, voir aussi Du Cange, s.v. bisturris, et Alcover, DCVB, s.v. bestorre.

8En 1412, le seigneur de Château-Roussillon, Pierre-Albert de Peyrepertuse, donne en acapte à François Julien, bayle de ce village, une tour avec le casal contigu à cette tour, casai qui est détruit, ainsi que la bestorra construite devant cette tour, et qui touche au mur, à la motte du château et sur le devant à la route publique (vers l'extérieur de la fortification donc)10. La bisturris ou bastorra, bestorra, serait d'après le glossaire du latin médiéval (GMLC) : « una torre de dimensiones màs reducidas, situada delante de la principal a manera de fortification avanzada, y unida a ella mediante dos muros »11. L'exemple qui est donné par notre document semble bien confirmer cette hypothèse.

Structure du village :

  • 12 B. Alart, C.M., t. C, p. 77, manuel du notaire Miron, n° 4714.
  • 13 B. Alart,C.M, t. B, p.101, ADPO, 1B-58.
  • 14 B. Alart, C.M., t. XV, p. 294-295, notule d'André Romei, ADPO, 1B-120, fol. 38.

9Un acte notarié de 1283 concerne la vente d'unpatuum situé in barrio ville de Castro Rossilione, qui touche d'un côté au cimiterio12. En 1295, est cédée une pièce de terre, cum area que cum ipsa se tenet ; cette parcelle est dite « costa » et touche d'un côté au cimetière13. Un document de 1369 concerne la vente d'un cens perçu sur une mansata, et super area et costis ejusdem contiguis14.

  • 15 ADPO, 1B 58, 1292 à 1307.

10Plusieurs reconnaissances féodales, et quelques fragments d'un capbreu, de la famille de Castelnou, seigneurs de Château-Roussillon (fin xiiie-début xive s.), donnent des précisions sur le village de Château-Roussillon15. Un nommé Bernard den Ferrer reconnaît tenir deux maisons sur le territoire de Château-Roussillon, dont l'une est appelée paler, qui sont voisines entre elles et voisines d'autres maisons.

11Le seigneur de Château-Roussillon, Arnaud, donne en acapte trois dénérées (deneriatas) de garrigue, afin qu'il y plante de la vigne, à un habitant de Perpignan, sous cette condition qu'il versera l'agrier de sa vendange, porté in posse meo in castrum de Castro Rossilione, ainsi que la dîme, le seigneur donnant aux porteurs trois oboles pour chaque charge. Le preneur pourra prélever chaque année pour chaque dénérée une charge de moût, et une autre pour les vendangeurs (collecturis). De nombreuses portions de bois (sur les berges de la Têt probablement) sont aussi données en acapte, de même qu'une terre de arenals, qui touche à la Têt, au lieudit in arenali, voisin de Villelongue (-de-la-Salanque). On concède aussi cinq patui de taille voisine (trois ont une monallata et mediam, deux ont duas monallatas de surface), les plus grands paient quinze sous d'acapte, les plus petits sept sous six deniers.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 16 Henry Aragon, Ruscino, 1926, « fortification englobant seulement l'église et quelques construction (...)

12Dans l'environnement de l'église, sur le même monticule, s'élève la tour (de guet), et on observe un regroupement des maisons autour de ce tertre16.

Communauté villageoise :

  • 17 B. Alart, C. M., t. H, p. 382, manuel de Gabriel Resplant (n° 1015).
  • 18 En était-il ainsi partout et de tous temps ou bien ne peut-on rien déduire de la mention d'un hosp (...)

13En 1415, Pierre Albert de Peyrepertuse donne à deux ermites un terrain in mota Castri Rossilionis, afin qu'ils construisent là une maison et un verger, et qu'ils y élisent leur domicile17. Ce seigneur évoque la possibilité, si ce village atteignait soixante feux, de déplacer les ermites et d'installer dans cette maison un hôpital des pauvres, ce qui est peut-être une indication du seuil au-dessus duquel, à cette date, on estime nécessaire d'établir un hospice dans un village18.

Finage et occupation du territoire :

Sainte-Thècle19 :

  • 19 Sur Sainte-Thècle, comme pour l'ensemble du terroir de Château-Roussillon, on consultera la maîtri (...)
  • 20 B. Alart, C.M., t. VI, p. 490.
  • 21 B. Alart, C.M., t. XVI, p. 664.

14Il est fait mention en 1288 d'un lieu-dit Plan de Santa Tecla20. Ce lieu-dit semble toucher à la voie dite de « Charles », ancienne voie domitienne. La dédicace, rare, peut-être antique, demanderait un examen plus attentif. En 1398, le lieu-dit l'estany de Rosseylo se trouve près du cenderio quo tenditur ad ecclesiam sive capellam Sce Tecle21.

  • 22 B. Alart, C.M., t. J, p. 388-390.

15En 1447, l'évêque d'Elne constate que le culte a cessé totalement dans la capellam Sancte Tecle, infra metas parrochie parrochialis ecclesie Beate Marie de Castro Rocilione... que ruralis effecta erat et que ses murs sont en ruine22.

  • 23 B. Alart, C.M., t. P, p. 183, inventaire de la famille de Peyrestortes, fol. 54v°.

16Jean Aldiarde, bourgeois, concède à un tailleur une vigne, au lieu-dit la coma de Santa Tecla qui touche à la route allant de Cabestany à Château-Roussillon, en 135623.

Notes

1 ADPO, F. de Fossa, 12 J 25, Cartulaire d’Espira-de-l’Agly, n°226.

2 ADPO, 1 B 58.

3 Le document est ici très abîmé, mais semble assez facilement reconstituable : « item quoddam c[...] castrum et affrontat ex una parte in tenencia dicti domini Amaldi et ex alia in via, in quo cellario dictus dominus Arnaldus re[..] sui predecessores receperunt et recipere consueverunt, unam gallinam censualem seu annuale in festo natalis Domini ».

4 « et furnum ipsius castri et falgariam necessariam ad dictum furnum », ADPO, 3E1/8, fol. 5 v°.

5 « jura omnia mea racemorum que erunt in vineis sitis infra terminos dicti castri... item promitto tibi tradere domos in dicto Castro vobis necessarias in [...] tenendis et congregandis... et tinam et vaxellos necessariam et necessarios ad redditus racemorum dicti castri congregandos », ibid., fol. 6 r°.

6 B. Alart, C.M., t. XI, p. 414, notule de Pierre Querubi, n° 4713.

7 B. Alan, C.M., t. D, p. 623-624.

8 Cf. Peyrestortes, 1298, la fabrica comuna.

9 Ibidem, p. 103, même source.

10 quadam bestorra constructa ante dictam turrim et affrontant cum muro et a parte ante cum itinere publico et cum mota eius castri, B. Alart, C.M., t. M, p. 416-417, manuel de Gabriel Resplant (not. 1014).

11 Ibid, , p. 27, voir aussi Du Cange, s.v. bisturris, et Alcover, DCVB, s.v. bestorre.

12 B. Alart, C.M., t. C, p. 77, manuel du notaire Miron, n° 4714.

13 B. Alart,C.M, t. B, p.101, ADPO, 1B-58.

14 B. Alart, C.M., t. XV, p. 294-295, notule d'André Romei, ADPO, 1B-120, fol. 38.

15 ADPO, 1B 58, 1292 à 1307.

16 Henry Aragon, Ruscino, 1926, « fortification englobant seulement l'église et quelques constructions ».

17 B. Alart, C. M., t. H, p. 382, manuel de Gabriel Resplant (n° 1015).

18 En était-il ainsi partout et de tous temps ou bien ne peut-on rien déduire de la mention d'un hospice dans un village quant à son niveau de développement, l'installation de celui-ci dépendant seulement du bon vouloir d'un donateur ?

19 Sur Sainte-Thècle, comme pour l'ensemble du terroir de Château-Roussillon, on consultera la maîtrise d'O. Passarrius, en cours d'achèvement (1997), Université de Provence.

20 B. Alart, C.M., t. VI, p. 490.

21 B. Alart, C.M., t. XVI, p. 664.

22 B. Alart, C.M., t. J, p. 388-390.

23 B. Alart, C.M., t. P, p. 183, inventaire de la famille de Peyrestortes, fol. 54v°.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540