Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Castelnou1

Roussillon

Texte intégral

  • 1 A propos de Castelnou, on se reportera, pour une étude plus approfondie, à la notice rédigée par P (...)
  • 2 B. Alart, C.M., t. X, p. 341.

1Les habitants du village castrai relèvent de l'église paroissiale Sainte-Marie, citée en 12592. Une chapelle castrale dédiée à Saint-Pierre est établie au château.

Regroupement villageois et celliers :

  • 3 AHI, 2 B 15.
  • 4 « Item unum cellarium quod est apud Castrum Novum, affrontat ab oriente in via publica, ab occiden (...)

2Un capbreu de 1276, qui comprend les reconnaissances établies en faveur de la dame Ava de Fenouillet, sœur de l'hôpital des pauvres d'Ille pour les possessions de cet hôpital à Camelas et Castelnou, contient un intéressant document à propos de Castelnou3. Un nommé Pierre de Pous, qui se dit « homme propre et solide d'Ava de Fenouillet », déclare tenir une mansata, dont font partie une maison dans laquelle il habite, et qui en est le capfoc, ainsi qu'un cellier, qui est à Castelnou, et qui touche au cimetière de Saint-Pierre et est tenu pour le seigneur Jaubert, vicomte de Castelnou4. Le cimetière de Saint-Pierre devait se trouver auprès du prieuré, tout près du château. On aurait peut-être donc là la trace d'une de ces « celleres » d'origine castrale, où le seigneur châtelain faisait déposer sous son autorité les récoltes des paysans dépendants, au pied de son château, comme à Laroque-des-Albères par exemple, et probablement à Corbère ou à Planèzes.

Seigneurs et fortification :

  • 5 Marca Hispanica, n° 143.
  • 6 P. Ponsich, Castelnou..., Perpignan, 1990.
  • 7 Marca Hispanica, n° 177.
  • 8 Miquel Rosell, F., Liber Feudorum Major, t.II, n° 708.

3Lors d'un plaid, en 993, la comtesse Ermengarde, veuve d'Oliba Cabreta, dit résider au château de Castelnou, mentionné pour la première fois5. Parmi ses fils, Bernard Taillefer a reçu le comté de Besalú et le Vallespir. L'un des présents, le vicomte Oliba, est peut-être le premier seigneur du lieu, siège de la vicomté du Vallespir jusqu'en 1321. Le nom de Castronovo indique vraisemblablement qu'un château plus ancien s'élevait en ce lieu ou, comme l'ont proposé plusieurs auteurs6, qu'il supplanta celui de Camelas cité en 941, et sur le terminium duquel il a été bâti. En 1003, apparaît Guillem, le premier vicomte du Vallespir7. Présent à la seconde assemblée de paix de Toulouges, en 10658, Gauzbert est le premier à porter le titre de vicomte de Castelnou. Pendant dix générations, les vicomtes de Castelnou se succèdent au château, qui, après la perte du titre, ne sera plus que baronnial. Entre temps, il a été assiégé et pris en 1286 par Pierre II de Majorque, lors de la guerre qui l'oppose à son frère Jacques et à Philippe le Hardi. La place-forte est encore utilisée contre les Français, sous Louis XI, en 1473, mais, dominée par des rocs plus élevés (roc de Majorque), elle devient trop vulnérable avec l'emploi des premières pièces d'artillerie et perd toute fonction militaire à la suite d'un bombardement dévastateur en 1559.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 9 P. Ponsich, Castelnou..., 1990.

4La petite église romane dédiée à Sainte-Marie, que l'on peut dater du xiiie siècle9, se situe à cent mètres au nord du village. Elle se trouve au centre d'une parcelle d'environ soixante-dix mètres de diamètre, surplombant le chemin qui la ceinture. Un cimetière en occupe la partie sud, face au village. Plusieurs éléments de construction, conservés dans le cimetière, laissent à penser que le portail initial de cet édifice pourrait remonter au xiie, voire à la fin du xie siècle. L'appellation de Sainte-Marie del Mercadal, conduit également à supposer qu'un marché se tenait à proximité.

5Le château a la forme d'un pentagone allongé d'est en ouest, s'organisant autour d'un éperon rocheux visible au centre de la cour. Les murs, massifs et sans ouverture à l'origine, ont une hauteur de douze mètres. On accédait à la porte d'entrée, à trois mètres au-dessus du sol, par une rampe ou une échelle. Le village se développe à quelques dizaines de mètres en contrebas sur le versant nord-est, le long d'une rue orientée nord-est/sud-ouest. Il est entièrement entouré d'un rempart, sans meurtrière ni archère, de six à dix mètres de hauteur, flanqué de tours. La porte d'entrée, également flanquée de tours, est couverte en plein cintre et surmontée d'un assommoir. Sur un petit mamelon, à une centaine de mètres à l'ouest du château, se discernent encore les restes de quelques fondations de cabanes.

  • 10 L. Bayrou, G. Castellvi, « Esquisse... ».

6Le village a conservé une grande partie de ses fortifications, mais l'aspect en a été sensiblement modifié parles aménagements du siècle dernier. L'enceinte du château a été percée de plusieurs fenêtres gothiques à colonnettes, remplois de fragments architecturaux d'un village voisin. Les murs ont été nivelés et crénelés. La base des murs, en gros appareil de pierre de taille, est probablement de facture ancienne, mais sûrement pas du xe siècle comme on l'avance parfois. Le reste des murs du château est en bel ouvrage taillé, d'une épaisseur d'environ trois mètres. A l'intérieur, une cour centrale est bordée au sud par les salles du logis seigneurial. Une galerie voûtée supporte l'aula Castri Novi citée en 1203 lors d'une prestation de serment. La chapelle castrale Saint-Pierre à l'angle sud-est du château est composée d'une nef simple à quatre travées. Ces salles datent probablement de la dernière époque faste du château (xiiie-xive siècles). Au nord, plusieurs plate-formes et terrasses couvrent des logis d'importance moindre, en partie démolis. Cinq tours subsistent des remparts du bourg, sans compter celles de la porte d'entrée. L'enceinte a presque totalement disparu à l'est. La présence dans la rue basse d'une tour, aujourd'hui maison d'habitation, suggère que l'enceinte se développait, non le long de la berge10, mais sur le tracé de cette rue. Ce rempart ne paraît pas antérieur aux xiiie-xive siècles.

Finage et occupation du territoire :

7Tour :

8Sur une butte située à quelques centaines de mètres au nord-est, se dresse une tour d'un diamètre extérieur de neuf mètres, conservée sur une hauteur de sept mètres. Epais d'environ un mètre et demi, les murs sont constitués de pierres irrégulières, non apprêtées. La porte au ras du sol n'est sans doute pas d'origine. Il pourrait s'agir d'une tour de guet complétant le dispositif défensif du château et du bourg, vers la plaine du Roussillon qui s'étend à l'est.

  • 11 B. Alart, C.M., t. XV, p. 424, notaire, 1373, fol. 48.

9En 1373, Guillem Meson vend à Tristan Caldero, donzell, toute sa baylie de Castelnou ainsi que le fief de La Torr subtus Castrum Novum qui est in dictis terminis de Castro Novo, in Podio vocato de la Torr11. Ce fief est tenu pour le seigneur de Castelnou, qui est à cette époque André de Fenollet, vicomte d'Ille et de Canet.

Synthèse :

10On peut formuler l'hypothèse d'un incastellamento résultant de trois phénomènes successifs. Dans un premier temps un château s'installe sur le sommet, développant un petit habitat à l'ouest. Ce pôle tourne le dos à son symétrique du côté est : le regroupement villageois autour de l'église, sur son espace consacré environnant, délimité par le cercle de trente pas de rayon, qui est en train de se constituer. Dans un deuxième temps, certainement après 993, les vicomtes regroupent leurs dépendants au pied du château, sur le versant nord (destruction de l'habitat sur le mamelon ouest), face au village ecclésial, dont ils cherchent aussi à regrouper les habitants sous leur domination et leur protection. A cette étape, il n'est pas impossible que les châtelains aient voulu regrouper les celliers de leurs dépendants dans l'espace entourant leur château et son église Saint-Pierre.

11L'état actuel des remparts marque l'étape ultime de ce processus d'incastellamento, avec le regroupement de l'ensemble (ou de la plupart) des villageois dans le bourg fortifié, et l'abandon final du pôle ecclésial, dont le caractère de « sauveté » est encore marqué au xve siècle par sa fonction de lieu de marché.

Notes

1 A propos de Castelnou, on se reportera, pour une étude plus approfondie, à la notice rédigée par P. Sénac, avec ma collaboration, à paraître dans l'Atlas des bourgs castraux, A. Debord et M. Bourin-Derruau dir., CNRS. Cette courte notice en est largement inspirée.

2 B. Alart, C.M., t. X, p. 341.

3 AHI, 2 B 15.

4 « Item unum cellarium quod est apud Castrum Novum, affrontat ab oriente in via publica, ab occidente in ciminterio Sancti Petri et tenetur pro domino Jaubert », ibid.

5 Marca Hispanica, n° 143.

6 P. Ponsich, Castelnou..., Perpignan, 1990.

7 Marca Hispanica, n° 177.

8 Miquel Rosell, F., Liber Feudorum Major, t.II, n° 708.

9 P. Ponsich, Castelnou..., 1990.

10 L. Bayrou, G. Castellvi, « Esquisse... ».

11 B. Alart, C.M., t. XV, p. 424, notaire, 1373, fol. 48.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540