Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Casesnoves

Commune d'Ille-sur-Têt, Roussillon

Texte intégral

  • 1 P. Ponsich, Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 241-243.
  • 2 B. Alart, C.M., t. Q, p. 421.
  • 3 P. Ponsich, Limits..., p. 41.

1Villarunculo de Casasnovas, 10761. Le prêtre de Casesnoves est cité en 1228. Casesnoves est appelé castrum en 13082. harectoria, église paroissiale, est citée jusqu'au xve siècle3.

Regroupement villageois :

  • 4 ADPO, 3E3/111, fol. 3 v°.

2Une maison intus locum de Casisnovis est vendue en 13634.

Seigneurs et fortification :

3Il semble que le château de Casesnoves soit cité dès 1076 sous le nom de castellare quod vocant Benevent, établi peut-être par le comte Gaufred II de Roussillon (mort vers 1074) à proximité des limites des comtés de Cerdagne-Conflent et de Besalú (incluant Vallespir et Fenouillèdes). Au treizième siècle, la seigneurie et les justices de Casesnoves furent inféodées par l'infant Jacques d'Aragon en indivis aux seigneurs d'Ille et de Caramany.

Structure du village et activités :

  • 5 ADPO, 3E1/2, fol. 31 r°-v°.

4En 1266, Guisset, fils de Bernard G (uillem ?) de Villefranche de Confient, vend au prieur de Sainte-Marie de Mailloles tout son vilare que vocatur de Casisnovis, avec les hommes et les femmes et les droits qu'il y possède5.

  • 6 ADPO, 3E3/980, 27 fol., incomplet au début (manque un folio).
  • 7 « affrontat... cum domo capellanie », ibid., fol. 4 v°.

5Le capbreu des possessions de Jeanne, veuve de Bernard Clayra de Perpignan, seigneur de Casesnoves, dressé en 1355 et complété jusqu'en 1363, comprend les déclarations d'au moins seize habitants de Casesnoves6. Certains sont hommes ou femmes propres et solides du seigneur. Les maisons, dont certaines font partie d'une mansata ou borda, y sont appelées hospicium. Elles touchent presque toutes à un patuum ou une treille, un cortal (un enclos), une aire, parfois un pigeonnier qui en dépendent. L'une de ces maisons touche au cimetière, une autre touche à la demeure du curé7.

  • 8 ADPO, 3E3/111, fol. 3 v°. Le fogatge de 1365 donne seize feux en 1365-70, et cinq en 1378.

6Une maison intus locum de Casisnovis est vendue en 13638.

  • 9 B. Alart, C.M., t. XVII, p. 201.

7En 1404, on situe une maison dans le fortalicium de Casesnoves9.

Plan et vestiges architecturaux :

8Autour de l'église, sur les côtés nord, est et ouest surtout, se dressent encore les vestiges des murs des maisons de l'ancien village.

  • 10 P. Ponsich, op. cit., vol. XIV, p. 242.

9Une puissante tour carrée de neuf mètres de côté, très bien conservée sur une hauteur de presque vingt mètres, s'élève sur le lieu de Casesnoves, à une cinquantaine de mètres au sud de l'église. Ce château se présente sous forme d'un monticule, en partie aménagé, soutenu du côté sud par un mur maçonné, face aux terres basses qui forment les rives de la Têt, alors qu'au nord, du côté de l'église un profond fossé le sépare du chemin, du village et de l'église. Les murs de la tour centrale, qui était semble-t-il entourée d'une enceinte basse, sont faits de galets de rivière, parfois dégrossis, assemblés au mortier de chaux, dont les joints sont soulignés au fer, comme ceux de la chapelle voisine. La construction daterait, selon P. Ponsich10, de la fin du xie, elle est semblable dans ses dimensions et sa construction à la tour de Pugols à Argelès et à celle dite « de l'Alexis » à Ille-sur-Têt, citées à la même époque.

Finage et occupation du territoire :

  • 11 ADPO, 3E3/980, fol. 7 r°.
  • 12 Ibid., fol. 9 v°.

10Dans le capbreu de 1355, une terre située à Casesnoves se trouve au lieu-dit Casteyl Seneyl11, une autre touche à la rivière del Callar12, au lieu-dit al bach del Callar. Un autre lieu cité dans ce capbreu est appelé la Sala.

Synthèse :

11Autour de l'église subsistent les vestiges nombreux du village médiéval de Casesnoves, auprès duquel s'est établie la tour féodale : on peut être frappé par la similitude de situation et de construction avec celle d'Ille-sur-Têt, dite « tour de l'Alexis », en bordure immédiate de l'espace consacré protégé entourant l'église Saint-Etienne. Ce village est habité et est probablement entouré d'une fortification jusqu'au xve siècle, mais il est appelé vilare, au xiiie siècle, ce qui indique qu'il n'a pas connu un grand développement, entre Montalba-le-Château et Ille-sur-Têt.

Casesnoves, Reglella

12Ille-sur-Têt.

13Sur la rive gauche de la Têt, à l'ouest d'Ille-sur-Têt, se dressent la tour de Casesnoves et son église romane ainsi que les vestiges de l'ancien village abandonné. Au nord d'Ille, au Pla de Reglella, l'emplacement des ruines est celui de l'ancien monastère de fondation carolingienne, devenu église paroissiale d'un village disparu à la fin du Moyen Age (voir les notices d'Ille et de Reglella infra).

Notes

1 P. Ponsich, Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 241-243.

2 B. Alart, C.M., t. Q, p. 421.

3 P. Ponsich, Limits..., p. 41.

4 ADPO, 3E3/111, fol. 3 v°.

5 ADPO, 3E1/2, fol. 31 r°-v°.

6 ADPO, 3E3/980, 27 fol., incomplet au début (manque un folio).

7 « affrontat... cum domo capellanie », ibid., fol. 4 v°.

8 ADPO, 3E3/111, fol. 3 v°. Le fogatge de 1365 donne seize feux en 1365-70, et cinq en 1378.

9 B. Alart, C.M., t. XVII, p. 201.

10 P. Ponsich, op. cit., vol. XIV, p. 242.

11 ADPO, 3E3/980, fol. 7 r°.

12 Ibid., fol. 9 v°.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1841/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 724k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable