Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Canomals

Commune de Bompas, Roussillon

Texte intégral

1Canomals est cité dans un diplôme de Lothaire en faveur de Saint-Génis-des-Fontaines en 981.

  • 1 Voir B. Alart, Privilèges et titres..., p. 218.

2Villa Canavals, 1031, Caramals, 1139 et 11621. Eglise Saint-Sauveur, 1081, le lieu est devenu une grange cistercienne en 1208.

Regroupement villageois et cellera :

  • 2 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, C.M., t. A, p. 168.

3Un document de 1203 évoque la « cellariam veterem de Canomalis »2. Il est intéressant de noter ce qualificatif de « vieille ». En effet, beaucoup de celleres n'apparaissent dans notre documentation que fort tard, à la fin du xiie, dans le courant du xiiie siècle, ou même dans les siècles suivants. Ce document montre que leur origine n'en est pas moins ancienne. Un manse avec son femoracio (terrain à fumier), son antuxano (passage) et tout son terrain (solum) sont situés infra villam et intus cellariam veterem de Canomalis.

  • 3 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, C.M., t. A, p. 170, a. 1203.

4Quelques mois après, un nommé Raymond Gotzbert donne à Fontfroide tout ce qu'il possède sur un jardin vel in illis casalibus subtus ecclesiam Sancti Salvatoris3. Les casales désignent souvent des terrains non bâtis, mais dans un contexte d'habitat, ici près de l'église.

  • 4 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, C.M., t. A, p. 172.
  • 5 Cf » quinta », Alcover, DCBV.
  • 6 « ad faciendum et ad edificandum aream aut quid volueritis », ibid.
  • 7 « via que currit per mediam portam mansi de Aspirano », ibid.
  • 8 « Et est hic mansus cum cellario sub manso prephato de Aspirant) », ibid.

5En 1204, Raymond de Mailloles donne un mansus avec un cellier, un quintano et un fimoracio, dans la villa de Canomals4. Nous avons là une maison peut-être extérieure à la cellera, mais qui ressemble en tout point à celle donnée en 1203, à l'intérieur de celle-ci. Le quintano désigne une terre qui entoure une maison5. Il précise que l'on pourra faire là une aire, ou ce que l'on voudra6. Cette maison voisine avec d'autres maisons, ainsi qu'avec la rue qui passe au milieu de la porte de la maison d'Espira7; il s'agit sans doute d'une propriété du prieuré de Sainte-Marie d'Espira-de-l'Agly. La maison donnée à Fontfroide se trouve dans son entourage immédiat8.

  • 9 « salam que fuit de Rocaforti », ADPO, H 277, parchemin original.

6En 1206, Arnaud Pagès de Canomals donne au monastère de Fontfroide toutes les maisons et la tenure qu'il possède infra cellariam que fuit de Canomals super ecclesiam Sancti Salvatoris, avec les confronts suivants : à l'ouest jusqu'à la rue, au sud jusqu'à la sala qui appartenait à Rocafort9, à l'est jusqu'au cimetière de cette église et au nord à une maison. Ce document permet de savoir que certains possèdent plusieurs maisons dans la cellera, d'autres familles (aristocratiques) y ont une demeure noble. La cellera est en outre clairement située en relation étroite avec l'église et son cimetière. L'emploi du passé, la « cellaria qui fuit », est à rapprocher de la désignation « cellariam veterem » de 1204. On peut supposer que le lieu de Canomals est déjà en déclin au début du xiiie siècle, du fait de la croissance de Bompas. Il faut peut-être mettre en relation ce déclin avec la mainmise des cisterciens, qui peuvent plus facilement s'installer sur ce terroir en cours de restructuration.

Seigneurie et fortification :

  • 10 ADPO, 1B 83, parchemin original.
  • 11 « cum tribus troteriis », ibid., traduction d'après le MLLM.

7En 1193, Pierre de Torreilles et son frère Hugues, avec l'accord de leur père Raoul de Malpas (Bompas), reconnaissent tenir pour l'église Sainte-Marie de Ripoll deux parts de la dîme possédée par Ste-Marie de Ripoll sur le territoire de Saint-Sauveur de Canomals, que leurs ancêtres tenaient pour Pierre de Merles10. Ils doivent une albergue de trois cavaliers, trois bêtes et trois palefreniers11, en échange de quoi le prieur de Ripoll augmente le bien des susdits d'une vigne situé à Canomals au lieudit ad Pongas.

Structure du village et activités :

  • 12 « in omni villa de Canomals et in eius terminis et in omni adjacencia Sci Salvatoris eiusdem ville (...)

8En 1191, Jourdain de Mudazonibus (Mutationes, c'est-à-dire Mudagons, sur la commune de Torreilles), vend à Pierre Albenc tout son « honneur » à Canomals et sur le territoire de Saint-Sauveur12

  • 13 Un document de 1203 fait allusion à cette donation dont on n'a pas conservé l'acte : « nam ipsam c (...)
  • 14 Cf. ADPO, H 277, en 1204 : « de meo proprio alodio »; déjà en 1175, un nommé Guillem Peleginus (pe (...)

9Il semble que Fontfroide soit entré en possession de larges propriétés dans la villa de Canomals au tout début du treizième siècle grâce à de nombreuses donations privées par les seigneurs de Mailloles, du Vernet, et certainement aussi de Château Roussillon, comme ce Raimond qui semblait posséder les droits seigneuriaux sur la cellera13. Ces donations sont suivies par de nombreuses donations pieuses de tout petits biens (sur de minuscules parchemins de quelques centimètres de côté), effectuées par de petits propriétaires qui se disent alleutiers parfois14.

  • 15 ADPO, 2HDTp 28, plech 27, n° 64, parchemin original.

10En 1207, Pierre d'Ortolanes donne à l'hôpital Saint-Jean de Perpignan tous ses droits sur un patuus qui est sur le territoire de Saint-Sauveur de Canomals, contre la maison qu'y possède déjà l'hôpital Saint-Jean15.

  • 16 Le lieu de Canomals semble désigné comme « Malpas d'avall ». Malpas est le nom d'origine de Bompas
  • 17 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, CM, t. A, p. 173, a. 1205.
  • 18 « Dimito... predisto monasterio... meum rocinum cum sella et um suo garnimento et hospitali pauper (...)

11Au début du treizième siècle, un des seigneurs du lieu est Guillaume Jordan de Vernet, qui donne à Fontfroide tout son honneur de Canomals, ainsi que les droits qu'il possède sur les lieux de la villa de Malpasso inferius16 versus Canomals et d'autres biens à Saint-Hippolyte17. Le rang social de cet homme est indiqué sans conteste par d'autres types de dons : un cheval (de guerre) avec sa selle et son équipement sont donnés au monastère ; son lit, garni de draps, ira à l'hôpital des pauvres de Fontfroide18.

  • 19 « recipimius sub garda et protectione nostra potenta domum et familias et omnes res Fontisfrigidi (...)

12En 1208 le monastère de Fontfroide confie la garde de tous les biens et hommes de Fontfroide, et tout particulièrement la grange de St-Sauveur de Canomals, aux seigneurs de Claira19. Ceux-ci donnent tous leurs droits sur les territoires de Saint-Sauveur et de Saint-Félix de St-Etienne de Pino. Un document est signé en 1224 ante januam grangie de Sancto Salvatore, c'est sans aucune doute la grange cistercienne.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 20 Information transmise par J. Kotarba, archéologue AFAN.

13Sur l'emplacement de Canomals se trouve actuellement un mas qui porte le nom de Saint-Sauveur. On n'y distingue aucun vestige du village médiéval... Une prospection ancienne et un sondage avaient toutefois permis de relever la présence de céramiques du Moyen Age20.

Communauté villageoise :

  • 21 « dono corpus meumper hominem », D'Achéry, Spicilegium, t. III, p. 536.
  • 22 P. Ponsich, Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 32-33.
  • 23 P. Bonnassie, La Catalogne..., p. 588.

14En 116221, Jean Martin se donne comme homme de corps avec toute sa postérité à Girard, comte de Roussillon conjointement avec son père Gausfred III jusqu'en 116422, et il s'engage à demeurer toute sa vie durant in villa de Malpas (Bompas), per stagem, pour le service de guet (ou de garde du château : l'estage) qui a été transformé dès le xie siècle pour les paysans en obligation de travaux aux champs23. S'il ne respecte pas cet engagement il donnera en retour tous ses alleux de la villa de Canomals, in adjacencia Sancti Salvatoris, et sur le territoire de Sainte-Eugénie de Labegan (Labeja, voir Torreilles).

15En 1172, le testament de Guinard (ou Girard), comte du Roussillon, prévoit un versement de cent sous aux hommes de Canomals.

  • 24 B. Alart, C.M., t. G, p. 573-578, copie de 1570 d'après le Liber feudorum B, fol. 74-75, perdu. Le (...)
  • 25 « carceres et furche, costella et alia instrumenta seu patibula », ibid.

16En 1312, Sanche, roi d'Aragon, confirme à l'abbé du monastère de Fontfroide les justices civiles et criminelles que celui-ci revendique sur le lieu de Canomals24. Il permet en particulier que l'abbé y établisse des prisons, fourches, carcans et autres instruments de torture25.

  • 26 B. Alart, C.M., t. V, p. 468, notice de Michel Rodo en 1614, d'après le Liber Feudorum B, fol. 69, (...)
  • 27 C'est ce que pourrait indiquer une erreur d'écriture d'un notaire en 1266, qui est peut-être plus (...)

17Le roi Jacques concède à l'abbé de Fontfroide le droit de développer le village de Canomals en 1255. Il pourra faire là une populationem et congregationem hominum ach edificare villam et habere homines et feminas in grangia Sci Salvatoris vocata de Canibus Mails26. Il n'est pas dit que cette autorisation ait été suivie de la renaissance d'un lieu de peuplement important, du fait de la concurrence des villages royaux de Claira et de Saint-Laurent27. Cependant, cette autorisation royale manifeste la volonté de Fontfroide de lutter contre la dépopulation de ce lieu.

  • 28 B. Alart, C.M., t. D, p. 400, ADPO, 1 B 185, fol. 81, a. 1403.

18Au début du xve siècle, les justices de la grange de Canomals sont tenues en paréage par le roi et le monastère de Fontfroide, qui en confient la baylie à un habitant d'Elne28.

Finage et occupation du territoire :

  • 29 ADPO, H 277, parchemin original.
  • 30 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, C.M., t. A, p. 179.

19Le finage est traversé par le cours d'un ruisseau appelé « vassa » qui a peut-être été aménagé en canal dit « du Grand Vivier » et par rapport auquel on situe au Moyen Age les différents terroirs. Ainsi, en 1204, Pierre Pella de Canomals vend à Fontfroide trois parcelles de terre qui font partie de son alleu propre, infra fines et terminos Sancti Salvatorius de Canomals, ultra (ou titra?) aquam que discurrit per ipsam ecclesiam Sancti Salvatoris per aquilone29. Le ruisseau passe donc probablement au nord de l'église. C'est sans doute ce ruisseau dont on dit qu'il va de Bompas à Canomals en 125830.

20La via domitienne (« chemin de Charlemagne ») et son environnement :

21Malpas (devenu Bompas) et Canomals sont situés sur le passage de l'ancienne voie romaine rattachant Rome à l'Espagne. On trouve de nombreuses mentions de cette route qui garde son importance au Moyen Age.

  • 31 B. Alart, C.M., t. VII, p. 176, AHP, registre Clau d'or, d'après un parchemin disparu côté : plech (...)

22Dès 1139, un document (connu seulement par une notice en catalan31) mentionne la vente de deux vignes in adjacencia de Sant Salvador de la vila ques nomena Caramals, en lo lloch anomenat Calçada.

  • 32 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, C.M., t. A, p. 169, a. 1203.
  • 33 B. Alart, C.M., t. IV, p. 470.

23Une femme, son mari et la mère de celle-ci vendent au monastère de Fontfroide un champ appelé de Grexanteriis, autrefois nommé campum rotundum, sur le territoire de Saint-Sauveur de Canomals32. Il touche à un autre champ qui est dit de mulo. Une terre située au lieu-dit Graxanteres, sur le territoire de Saint-Sauveur de Canomals, en 1451, est longée d'un côté par un sentier (senderio), de l'autre par l'itinere de Carles33. La situation de ce champ rond, près de l'ancienne voie romaine dite « chemin de Charlemagne » pourrait indiquer une ancienne motte castrale, non loin d'un lieu de passage à contrôler.

  • 34 B. Alart, C.M., t. M, p. 467, notule de Pierre Vingrau (n°344), fol. 5.

24La via de Carles, et celle de Claira sont données comme limites d'une terre au lieu-dit als maiols, qui touche aussi lo deves de Canomals (terre en herbage, devèse)34.

25La donation de Raymond Gotzbert en 1203 mentionne des terres aux lieux-dits de Molleto, apud Frumigarias, ad Pontiones (Ponthiones), Canomals ad Asperos, qui semblent tous se situer dans les environs immédiats de Canomals.

  • 35 B. Alart, C. M., t. VIII, p. 121, AHP, plech 27, n°74.
  • 36 ADPO, H 277, parchemin original.

26Un lieu-dit ad pontum est mentionné en 119435. Ce lieu-dit se situe apparemment sur le territoire de Sainte-Eugénie de Lebeiano, un nommé Jacques Bertrand recevant en 1206 de l'abbé de Fontfroide une terre in terminis Sancte Eugenie, ad Pontiones36.

  • 37 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, C.M., t. A, p. 175, a. 1205 ; pour Théza, voir ce lieu, (...)
  • 38 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, CM, t. A, p. 176.
  • 39 Villages désertés..., Paris, 1965.

27A l'occasion d'un échange de terres situées à Canomals contre une parcelle qui se trouve in terminis Sancte Eugenie (un autre document nous apprend qu'il s'agit de Sainte-Eugénie de Lebeiano ou Labeiano), on précise que cette dernière touche d'un côté in caminode Cauciata, que l'on pourrait rapprocher de la via Calcatines repérée à Théza37. En 1208, plusieurs parcelles sont données par Guillema Pelegrina et son mari Bernard Sabater. Ce sont des terres en friche qui furent autrefois des vignes, dit-on, et dont deux se trouvent au lieu nommé autrefois ad vineas de Asperis de Soleracz (ou plus tard Solaras), l'une est bordée par la via merchadera au sud et par la carrera de Calciata à l'ouest38. Ceci est peut-être le signe d'un abandon de terroirs (inondations ? déplacement d'habitat ?). Il faut évoquer là la réputation des cisterciens de transformer les lieux où ils établissent leurs granges39.

  • 40 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, copie de l'abbé Dausset, manuscrits d'Oms.
  • 41 Sur le territoire actuel de Villelongue, cf. Ponsich, Limits..., p. 65, qui semble ignorer cette m (...)
  • 42 Ce lieu-dit, plusieurs fois rencontré, n'est pas cité par P. Ponsich, Limits...

28La consécration de l'église Saint-Sauveur de Canomals, en 1143, ne nous est connue que par une copie partielle d'époque moderne40. Les limites du territoire dépendant de cette église étaient données ainsi : à l'est jusqu'au territoire de Saint-Felix de Saint-Estève de Pi41 et de Villelongue, au sud jusqu'à Château-Roussillon, à l'ouest à Covenes, au nord à Frumigarias42.

Synthèse :

29Un village ancien, une cellera, peut-être non loin d'une motte, s'était établi autour d'une église en un lieu de passage important (voie romaine, « marchande », « chaussée », gué, proximité d'un pont). Village en déclin dès le début du xiiie siècle, par la concurrence de lieux de peuplement voisins plus actifs, mieux développés : Bompas, Pia, Claira, Villelongue. On peut remarquer dans les environs immédiats les autres paroisses disparues de Sainte-Eugénie de Lebeia, de Saint-Félix ou Saint-Estève de Pi, de Saint-Pierre de Torreilles (citée dans la donation de 1175), et les lieux de Frumigarias, Covenes. La cellera, déjà vieille, « qui fuit », est semble-t-il à l'abandon partiellement, d'ailleurs les biens donnés à l'intérieur de la villa en 1206, un manse et le cellier quod erat juxta (encore le passé) pourront être transformés, au gré du monastère, en aream, espace vide de constructions.

30Malgré la volonté de Fontfroide de favoriser le repeuplement de ce lieu, on peut supposer qu'il n'y a pas eu de renouveau important dans les siècles suivants. Cette cellera est donc déjà moribonde au moment où elle apparaît dans nos sources.

Plan cadastral de Canomals

Plan cadastral de Canomals

Notes

1 Voir B. Alart, Privilèges et titres..., p. 218.

2 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, C.M., t. A, p. 168.

3 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, C.M., t. A, p. 170, a. 1203.

4 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, C.M., t. A, p. 172.

5 Cf » quinta », Alcover, DCBV.

6 « ad faciendum et ad edificandum aream aut quid volueritis », ibid.

7 « via que currit per mediam portam mansi de Aspirano », ibid.

8 « Et est hic mansus cum cellario sub manso prephato de Aspirant) », ibid.

9 « salam que fuit de Rocaforti », ADPO, H 277, parchemin original.

10 ADPO, 1B 83, parchemin original.

11 « cum tribus troteriis », ibid., traduction d'après le MLLM.

12 « in omni villa de Canomals et in eius terminis et in omni adjacencia Sci Salvatoris eiusdem ville », B. Alart, C.M., t. B, p. 70.

13 Un document de 1203 fait allusion à cette donation dont on n'a pas conservé l'acte : « nam ipsam cellariam et totum dominium et censum et servicium a domino Ramundo Castri Rossillionis vobis iam paucis elepsis diebus exquisistis et obtinetis ex dono ipsius Raimundi domini Castri Rossillionis... », B. Alart, C.M., t. A, p. 168.

14 Cf. ADPO, H 277, en 1204 : « de meo proprio alodio »; déjà en 1175, un nommé Guillem Peleginus (peut-être le père de la Guillema Pelegrina qui donne des terres à Fontfroide en 1208, voir ci-dessous), donnait à l'église Saint-Sauveur de Canomals, à Raimund Piliforti cappellano et à Stephane clerico socio tuo, une terre per alodem (ADPO, H 277, parchemin original).

15 ADPO, 2HDTp 28, plech 27, n° 64, parchemin original.

16 Le lieu de Canomals semble désigné comme « Malpas d'avall ». Malpas est le nom d'origine de Bompas.

17 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, CM, t. A, p. 173, a. 1205.

18 « Dimito... predisto monasterio... meum rocinum cum sella et um suo garnimento et hospitali pauperum Fontis frigidi unum lectum bene pannis munitum... », ibid.

19 « recipimius sub garda et protectione nostra potenta domum et familias et omnes res Fontisfrigidi monasterii et expressim grangia Sci Salvatoris de Canomals », ADPO, H 277, parchemin original ; v. DMJ Henry, Histoire de Roussillon, t. 1, p. 497, preuve n° II, voir aussi Claira.

20 Information transmise par J. Kotarba, archéologue AFAN.

21 « dono corpus meumper hominem », D'Achéry, Spicilegium, t. III, p. 536.

22 P. Ponsich, Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 32-33.

23 P. Bonnassie, La Catalogne..., p. 588.

24 B. Alart, C.M., t. G, p. 573-578, copie de 1570 d'après le Liber feudorum B, fol. 74-75, perdu. Le document confirme les mêmes droits sur les castrorum et villarum de Turano (à Rivesaltes), de Vinogradu (Vingrau), et de Villanova de... (la suite manque).

25 « carceres et furche, costella et alia instrumenta seu patibula », ibid.

26 B. Alart, C.M., t. V, p. 468, notice de Michel Rodo en 1614, d'après le Liber Feudorum B, fol. 69, disparu.

27 C'est ce que pourrait indiquer une erreur d'écriture d'un notaire en 1266, qui est peut-être plus qu'un lapsus, révélateur de la domination exercée sur ce lieu de Canomals par Bompas, le gros bourg voisin. Un champ vendu par A. Pagès de Bompas est en effet situé in terminis S. Salvatoris de Bono Passu (au-dessus : Canomalis), ADPO, 3E 1/2, fol. 44 r°, 1266.

28 B. Alart, C.M., t. D, p. 400, ADPO, 1 B 185, fol. 81, a. 1403.

29 ADPO, H 277, parchemin original.

30 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, C.M., t. A, p. 179.

31 B. Alart, C.M., t. VII, p. 176, AHP, registre Clau d'or, d'après un parchemin disparu côté : plech 27, n° 63.

32 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, C.M., t. A, p. 169, a. 1203.

33 B. Alart, C.M., t. IV, p. 470.

34 B. Alart, C.M., t. M, p. 467, notule de Pierre Vingrau (n°344), fol. 5.

35 B. Alart, C. M., t. VIII, p. 121, AHP, plech 27, n°74.

36 ADPO, H 277, parchemin original.

37 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, C.M., t. A, p. 175, a. 1205 ; pour Théza, voir ce lieu, en 1411.

38 ADPO, H 277, parchemin original, B. Alart, CM, t. A, p. 176.

39 Villages désertés..., Paris, 1965.

40 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, copie de l'abbé Dausset, manuscrits d'Oms.

41 Sur le territoire actuel de Villelongue, cf. Ponsich, Limits..., p. 65, qui semble ignorer cette mention.

42 Ce lieu-dit, plusieurs fois rencontré, n'est pas cité par P. Ponsich, Limits...

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Canomals
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1840/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540