Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les défis de la Catalogne au tournant du siècle (1996-2006)

 | 
Christian Lagarde

Le « fait différentiel ». Représentations croisées Catalogne-Espagne : l’état de l’opinion

Christian Lagarde

Texte intégral

  • 1 Catalunya i Espanya. Fets i actituds diferencials, Barcelona, Òmnium Cultural - Proa, 2001, 191 p. (...)

1Analyser le « fait différentiel » catalan constitue une nécessité, puisque c’est sur lui que se fonde le discours nationaliste, mais présente néanmoins bien des difficultés, eu égard à l’ampleur du champ auquel il s’applique. Il conviendra donc dans un premier temps, de s’interroger au plan conceptuel sur une telle dénomination et sur les usages qui en sont faits. Puis, après une présentation des deux volumes d’enquêtes analysées, Catalunya i Espanya. Fets i actituds diferencials et Cataluña y España. Miradas cruzadas ?1la confrontation des deux espaces qu’ils proposent sera abordée sous l’angle, de subjectivité maximale, des stéréotypes, puis sous celui, le plus objectif possible, des données donnant lieu à un constat de différenciation. La question de l’instrumentalisation idéologique, à la fois résultante et moteur du « fait différentiel » viendra logiquement par la suite nourrir la réflexion.

1. Qu’est-ce que le « fait différentiel » ?

A. Le « fait différentiel » chez Jordi Pujol

2Appliquée de manière exclusive à la Catalogne, l’expression « fait différentiel » relève pleinement du discours politique de l’ère pujolienne : elle pose de manière intransigeante la différence catalane et s’inscrit dans une visée d’ordre pédagogique. Il s’agit en effet d’en justifier la teneur, d’expliquer à l’Autre qu’incarne l’Espagne (ou plutôt l’État espagnol), son personnel politique et ses citoyens, cette irréductible spécificité. L’exercice présente d’autant plus d’intérêt pour l’observateur que la Catalogne et l’Espagne offrent un large éventail de similitudes, en propre ou résultant de leurs relations de voisinage et d’inclusion de l’une au sein de l’autre.

  • 2 Manuel Vázquez Montalbán, El hombre de mi vida, Barcelon, Planeta, 2001, p. 119

3On peut en effet être amené à considérer qu’au long des siècles, l’histoire de ces deux entités décline de manière diverse et plus ou moins régulièrement alternée la dialectique du Même et de l’Autre : l’Espagne, dans sa visée hégémonique, tendant à mettre en avant la mêmeté des deux espaces du fait que l’un (le sien) englobe sans discernement l’autre, tout en discriminant ce dernier (en tant qu’Autre rebelle) ; la Catalogne, dans sa visée autonomiste (qui oscille entre les couleurs du fédéralisme et de l’indépendantisme), tendant à mettre en avant sa différence, son intangible altérité face au danger de son assimilation par la sphère dominante. La boutade de Vázquez Mon-talbán selon laquelle « Hubo quien propuso colorear a los catalanes para aumentar su diferencia con respecto a los otros pueblos y sobre todo a los españoles. »2 n’en est donc que la caricature.

  • 3 « Voy a [aclar]lo siguiendo el método histórico.[…] diré que si yo personalmente soy adepto a ese (...)

4L’argumentaire récurrent de Jordi Pujol – c’est-à-dire le discours idéologique qu’il construit, dont il habille et qui fonde sa pratique politico-politicienne – se base, comme il le dit lui-même3, sur les études historiques – il est donc à ce titre fondé en science –, en particulier sur la notion de « fait catalan » proposée par l’historien français Pierre Vilar, qui la formule ainsi :

Le cas (catalan) répond, me semble-t-il, à un fait. Je veux dire que la réussite politique d’une conscience de groupe, à un moment de l’histoire, n’est jamais explicable sans fondements objectifs. On ne bâtit pas sur l’inexistant. Le fait catalan, comme réalité ethno-linguistique de longue durée, existe. Il est la condition nécessaire du "cas" politique de la Catalogne d’aujourd’hui. Il n’en était pas, bien entendu, la condition suffisante. [...] Le « fait catalan » c’est un certain rapport entre un territoire, une langue, un fonds culturel commun, et une série d’ensembles historiques plus larges et plus classiquement étudiés : 1 - les petits États féodaux et les républiques urbaines sur le pourtour de la Méditerranée médiévale ; 2 - les premiers grands États territoriaux modernes, en lutte pour leur constitution (Espagne et France) ; 3 - l’Europe de la révolution industrielle et du capitalisme inégalement développé. (Vilar, 1982 : 7-8)

5Le « fait » inscrit dans la durée historique établit donc la différence, que Jordi Pujol, mué en universitaire, explique en ces termes en 1991 à l’Université Carlos III de Madrid :

Y hay un hecho diferencial claro, que es la consecuencia de una serie de divergencias históricas. (Pujol, 1991 : 11)
Es un país que inició su proceso histórico hace más de 1000 años y que, tras una etapa de gran brillantez [...] terminó fracasando en el siglo XV. [...] 200 años más tarde [...] inició [...) un período de consolidación interna, luego de crecimiento económico, finalmente de innovación y modernización. Todo ello sin pérdida de su identidad. Es un hecho bastante excepcional, que como tal debe ser tratado. (Ibid. : 27)
Hay una realidad que es esa que el presidente (Felipe) González llama « hecho diferencial ». Y yo también. Pero yo añado dos puntos. Primero : hecho diferencial no quiere decir insolidari-dad. [...] Y, segundo y último, hecho diferencial no quiere decir creerse mejor [...] significa simplemente querer ser lo que se es. (Ibid. : 33, 34, 36)

6Trois ans plus tard, également à Madrid, mais cette fois devant le Sénat et de manière plus polémique, Pujol qui, la veille a prononcé un discours pédagogique conciliateur, répond ainsi à ses contradicteurs :

Ayer se dijo que de aquí a quince años nadie entenderá la diferencia entre las comunidades históricas y las restantes comunidades. El tiempo, se dijo, hará desaparecer las diferencias. Contra esto quiero decir que la evidencia histórica es uno de los desafíos más permanentes que definen a un pueblo. (Pujol, 1994 : 41)
También se habló, y hoy también de « las singularidades de vascos y catalanes y de las particularidades » y esto me recuerda un lenguaje que a los catalanes nos resuena muy mal, que era aquel lenguaje que hablaba de las « peculiaridades » de Cataluña. Y sabemos que. la barretina, dos versos de Maragall y beber en porrón. Y no se trata de esto, no se trata de esto. [.] debemos trabajar sobre la doble base, no sólo del hecho diferencial y de la compensación, sino también del hecho diferencial y de la mutua lealtad. Y por lo tanto yo, por si acaso, me veo obligado a decirles que Cataluña, para nosotros, es una nación. (Ibid : 43)

7Le Président alors en exercice de la Generalitat inscrit ici la différence au-delà de la folklorisation régionale dans laquelle la dictature franquiste avait enfermé l’identité catalane ; il oppose à la stéréotypisation rien moins que la nationalité.

B. La différenciation : approche théorique

8La question de la différenciation s’inscrit en effet au cœur des processus et des revendications identitaires. Elle affecte aussi bien les individus que les groupes humains. Ainsi, selon Edmond-Marc Li-piansky, l’identité personnelle

a surtout un sens subjectif : elle renvoie au sens de [l’]individualité (« je suis moi »), de [la] singularité (« je suis différent des autres et j’ai telles ou telles caractéristiques ») et d’une continuité dans l’espace et le temps (« je suis toujours la même personne »). (Lipiansky, 1998a : 21)

9termes que l’on peut transposer au plan de l’identité collective, sachant, d’autre part, que :

l’affirmation de l’identité est moins la manifestation ou le reflet de l’unité culturelle et sociale d’un groupe qu’un des moyens par lesquels ce groupe cherche à construire cette unité. Ce mythe mobilisateur propose à ses membres l’image d’une totalité unifiée au-delà des diversités réelles. (Lipiansky, 1998b : 146)

10Selon Jordi Pujol, ce qui fonde la spécificité de la Catalogne n’est autre que la conjonction d’un passé commun (en d’autres termes – nous y venons – d’une « tradition ») et d’une conscience nationale :

Cataluña no es equiparable a ninguna de las otras comunidades autónomas españolas. [.] no tienen ni el hecho diferencial de lengua y cultura propias, ni el poso de historia propia, medieval y moderna, que Cataluña tiene. Ni tienen la conciencia y el sentimiento de personalidad diferenciada que Cataluña tiene. (Pujol, 1991 : 29)

11Or, la sédimentation historique, quand bien même elle se donne pour une évidence, n’en est pas moins le fruit d’une élaboration, en d’autres termes d’une instrumentalisation, ainsi que l’a mis en évidence Eric Hobsbawm :

C’est le contraste entre le changement et l’innovation constants du monde moderne et la tentative de structurer au moins certaines parties de la vie sociale de ce monde, de sorte qu’elles paraissent invariables et inaltérables, qui fait que l’« invention de la tradition » soit si intéressante pour les historiens de ces deux derniers siècles. (Hobsbawm, [1983] 1998 : 14)

12Quant à la continuité historique revendiquée, on notera cette observation de l’historien anglais, particulièrement adaptée aux éclipses bien involontaires qu’a pu subir l’histoire de la Catalogne : « En fait, l’apparition même de mouvements en faveur de la défense ou de la résurgence des traditions, "traditionalistes" ou autres, indique qu’il y a eu interruption. » (Ibid : 18) ; observation balayée d’une certaine manière par le Molt Honorable : « Es fácil argüir que ello es debido a la voluntad simultánea de afirmación y de diferenciación o más exactamente de mantenimiento de una personalidad diferenciada ». Pujol, 1991 : 24)

13On sait bien que la montée de la conscience nationale catalane au cours du xixe siècle est essentiellement la résultante d’une surdité des gouvernements madrilènes successifs à moderniser économiquement et politiquement l’Espagne (cf de Riquer, 2000), et que dès lors pouvait apparaître légitimement fondé un « droit à la différence » avant la lettre, puisque, comme l’écrit Sélim Abou (dans des termes qui nécessitent une transposition, s’agissant du cas catalan) :

lorsque [...] la culture nationale (= espagnole) se révèle incapable de médiatiser ces opérations symboliques qui fournissent à l’individu les conditions de la reconnaissance [.], il est normal que l’individu opère un repli sur sa communauté d’origine (= catalane) pour y trouver les sources de la reconnaissance qui donne sens et valeur à son existence. (Abou, 1992 : 23)

14Et l’on voudra bien prendre en compte au passage que l’impitoyable radiographie de Hobsbawm ne s’applique pas qu’aux collectivités revendiquant de manière plus ou moins détournée l’accession au rang d’État, comme la Catalogne, mais aussi aux structures étatiques assises sur une légitimité apparemment intangible :

Nous ne devrions pas nous laisser abuser par un paradoxe curieux quoique compréhensible : les nations modernes, et tout ce qui les entoure, généralement, prétendent être tout au contraire de nouvelles, enracinées dans l’ancienneté la plus lointaine, et tout au contraire d’inventées, des communautés humaines si « naturelles » qu’elles n’ont pas besoin d’autre définition que leur propre revendication. Quelles que soient les continuités historiques ou autres incluses dans le concept de « la France » ou « les Français » – que nul ne se risquerait à nier – ces concepts incluent une composante construite ou « inventée ». Et c’est précisément parce qu’une part aussi importante de ce qui forme subjectivement la « nation » moderne est faite de ces inventions et est associée à des symboles appropriés et en général fort récents ou à un discours sur mesure – comme l’« histoire nationale » – que le phénomène national ne peut être étudié de manière adéquate sans prêter une attention toute particulière à l’« invention de la tradition ». (Hobsbawm, [1983] 1988 : 23-24)

  • 4 Le philosophe Josep Maria Terricabras écrit : « Notre identité se fait chemin faisant, et c’est do (...)
  • 5 Ainsi, selon Joan Solà, professeur de philologie catalane à l’Université de Barcelone, l’identité (...)

15Le « fait » peut donc bien relever d’un véritable constat, qui est celui d’une récurrence historique, ou sinon « inventé », du moins supputé sur la base d’indices épars, discontinus (f Marfany, 1995), dont l’établissement de la continuité relève de l’instrumentalisation. En tout état de cause, le « fait » est fixiste et tend à l’essentialisation : l’identité relève dès lors du déjà là, c’est-à-dire d’une « identité racine » (Deleuze, Guattari, 1980). Or, il est aujourd’hui amplement démontré que l’identité « apparaît [...] comme une fonction combinatoire instable et non comme une essence immuable » (Lipiansky et al., 1990 : 19), qu’elle se construit, qu’elle se reconstruit en permanence4 en interaction avec un contexte lui-même sans cesse changeant5, qu’elle est fonction de stratégies identitaires, à savoir des :

procédures mises en œuvre (de façon consciente ou inconsciente) par un acteur (individuel ou collectif) pour atteindre une, ou des, finalités (définies explicitement ou se situant au niveau de l’inconscient), procédures élaborées en fonction de la situation d’interaction, c’est-à-dire en fonction des différentes déterminations (socio-historiques, culturelles, psychologiques) de cette situation. (Lipiansky et al., 1990 : 19)

  • 6 La première d’entre elles à être perçue par l’individu étant celle de son propre corps.
  • 7 « L’identification a été définie par Freud comme un processus, tandis que l’identité est envisagée (...)

16souvent (et presque nécessairement) divergentes, qu’elle génère nécessairement des frontières6 qui ne peuvent qu’être mouvantes. Mais, contrairement à ce qui est souvent mis en avant, ce n’est pas tant l’identité qui importe que l’identification7, c’est-à-dire le processus d’assomption puis de revendication de l’identité par l’individu ou le groupe, parce qu’il lui donne une réalité au sein du corps social. Surtout pour le politique.

  • 8 C’est le propre du « rhizome » que de se présenter comme un entrelacs erratique (cf. Deleuze, Guat (...)
  • 9 Encore que, pour Terricabras, « nous ne nous identifions pas en totalité avec nos compatriotes » ((...)
  • 10 Nous abordons là l’épineuse question de la possibilité d’existence d’« identités partagées ». Cf. (...)

17L’identification suppose la reconnaissance de chacun et de la collectivité dans des éléments symboliques et mythiques certes hétéroclites8 mais avant tout pour la plupart partagés9, forgeant le nous de l’in-group et parallèlement la mise en œuvre d’un processus de stéréotypisation de l’autre, relégué dans l’out-group. Le nous se fédère, tout comme la nation, autour de deux éléments distincts et complémentaires entre lesquels le présent, par essence mobile sur le vecteur temporel, fait office de pont : le passé historique commun, conformant les racines, dont résulte l’institution du territoire ; le projet d’avenir commun, qui associe les habitants de ce territoire. En d’autres termes, aussi bien le lien herdérien du sang que le plébiscite quotidien de Renan. Or, si la fédération du nous est essentielle à la vie sociale, il n’en est pas moins vrai que le risque d’essentialisation lui est quasiment consubstantiel. En effet, comme le dit bien Terricabras, « les groupes dirigeants sont souvent plus intéressés à favoriser l’idée d’homogénéité, l’idée d’une identité nationale qui soit essentielle, forte, ineffaçable et partagée par tous » (180), et leur rôle est le plus souvent, de « constamment m[ettre] en demeure [les individus] de choisir leur camp, [de les] somm[er] de réintégrer les rangs de leur tribu », ainsi que le déplore Amin Maalouf (14)10. C’est alors, selon la pensée du géographe Jean Gottmann (1952), que le nous se fige en « iconographie », à savoir en « mécanisme d’auto-défense des sociétés face à la crainte de leur déstabilisation par la " circulation" » (N. Prevelakis, 2003 ; Lagarde, 2003).

18Ainsi, traiter du « fait différentiel », qu’il soit catalan ou autre, c’est assurément s’aventurer sur un terrain incertain, aussi mouvant que le sont les termes et concepts dont il vient d’être question. Ces éléments rappelés, nous allons voir comment de précieuses sources à notre portée permettent de les illustrer.

2. Les rapports Catalogne-Espagne à travers deux études aux points de vue bien distincts

19Il est assez exceptionnel de disposer, autour d’une même thématique – les relations complexes qu’entretiennent la Catalogne et l’Espagne – et quasi simultanément – puisque publiées à seulement quatre mois d’intervalle, respectivement en septembre et décembre 2001 –, de deux études sociologiques d’envergure, présentant un haut degré de fiabilité dans le recueil des données, et analysées de manière ouverte et très pertinente. Catalunya i Espanya. Fets i actituds diferencials d’une part, et Cataluña y España. Miradas cruzadas s’opposent et se complètent de manière tout à fait remarquable.

20Elles s’opposent tout d’abord à l’évidence par la langue de rédaction des deux ouvrages, publiés l’un et l’autre à Barcelone. Elles divergent également pour ce qui est de leurs commanditaires : le premier émane d’une initiative de caractère associatif privé, en l’occurrence Òmnium Cultural, bien connu au Principat pour son rôle moteur dans la réflexion et l’action d’orientation nationaliste depuis sa fondation en 1961 ; le second, d’une action impulsée par le gouvernement autonome de la Generalitat de Catalunya (alors dirigé par la coalitation nationaliste Convergència i Unió), à travers le programme « Cataluña hoy ».

  • 11 « La nostra feina, per tant, ha estat de buscar, ordenar, seleccionar i analitzar la informació qu (...)
  • 12 La première enquête a été soumise à 1 200 individus répartis en 91 points du territoire espagnol ; (...)
  • 13 Le sous-titre de Fets i actituds diferencials l’explicite fort bien : « Una comparació rigorosa en (...)

21Une divergence méthodologique plus profonde les sépare, et ce à plusieurs égards. En premier lieu, pour Fets i actituds diferencials, l’Institut DEP recycle des données statistiques11, alors que Miradas cruzadas se base sur deux enquêtes de terrain, « La imagen de Cataluña en España » et « La imagen de España en Cataluña »12, réalisées tout spécialement à cette intention entre la mi-décembre 1999 et le début février 2000 par deux instituts de sondage différents. Elles diffèrent ensuite dans la thématisation retenue : l’une selon les divers secteurs qui structurent les relations sociales (on y retrouve les fets)13, l’autre dans le champ des représentations sociales (directement en rapport avec les miradas). Enfin, tant dans le mode de présentation des données (contrastées, comme le reflète bien son titre, dans Fets i actituds diferencials ; plus amalgamées et consensualisées dans Miradas cruzadas) que dans la forme du commentaire (du ressort exclusif du journaliste et conseiller en communication Pedro Vega pour Miradas cruzadas ; confié à dix personnalités de l’intelligentsia catalane pour Fets i actituds diferencials).

22Davantage encore que tous ces éléments, apparaissent entre les deux études deux marques fondamentales de divergence : la première, celle des intentions présidant à l’élaboration et à la publication de chacun des ouvrages ; la seconde, ce que par commodité j’appellerai le « paratexte », à savoir les « prologue » et « introduction » de l’un, les deux « prologues » et les « conclusions » de l’autre, dont le positionnement des auteurs est véritablement significatif. Pour ce qui est des intentions, elles sont diamétralement opposées : tandis que Miradas cruzadas s’efforce de détecter les incompréhensions et points de blocage entre les deux sphères (catalane et espagnole) et de mettre en évidence les processus de remédiation, en pointant les facteurs de synergie et de paix sociales, Fets i actituds diferencials vise à profiler une singularité de destin de la Catalogne par rapport à l’Espagne, à asseoir, pacifiquement et rationnellement, son autonomie voire davantage vis-à-vis de l’État dans lequel elle se trouve incluse. Comme on va pouvoir en juger, entre Espagne et Catalogne, la différenciation est vue tantôt négativement, comme devant être résorbée, tantôt positivement, comme appelée à s’accentuer. En d’autres termes, pour les uns la bouteille de l’intégration n’est qu’à moitié pleine ; pour les autres, celle de l’autonomie de destin est à moitié vide.

  • 14 Le possessif renvoie à la conscience identitaire collective ; quant au terme « país », très usité (...)

23Le « Pròleg » de Josep Millàs i Estany, président d’Òmnium Cultural se situe dans le cadre sans ambiguïté « del nostre país »14 et pose ainsi les termes de la problématique « différentielle » :

Tout collectif possède une conscience de soi qui tend à la différenciation, et en même temps ce processus de différenciation avive l’intensité de la conscience collective propre. C’est comme un poisson qui se mord la queue. (FAD : 9)

24La différenciation s’auto-alimente donc en un cercle que d’aucuns jugent vicieux, d’autres – comme l’auteur du prologue – assurément vertueux. Ces deux points de vue antagoniques sont corroborés par le coordonnateur de la recherche, Enric Arnau i Permanyer qui les intègre dans une dynamique autrement plus large que le contexte local (aussi bien catalan qu’espagnol) de la manière suivante :

Il y en a qui voient de moins en moins de différences entre la Catalogne et l’Espagne du fait de l’intégration des deux sociétés dans le cadre européen et il y en a qui considèrent qu’existent des traits fondamentaux qui restent différents ou qui le resteront tant que les Catalans le souhaiteront. (FAD : 13)

25Arnau pose ici une triangulation Europe-Catalogne-Espagne (l’ordre à donner à ces termes, selon l’emboîtement suggéré, ne saurait être innocent) susceptible de transcender la dichotomie traditionnelle Catalogne-Espagne. Il y affirme l’existence de « deux sociétés », conçues de ce fait comme distinctes, reposant sur des consciences identitaires nationales différenciées. La catalane est explicitement liée à un « plébiscite de chaque jour » très renanien, qui vient à la surface du texte quelques paragraphes plus loin dans la phrase : « Catalunya és una nació perquè els catalans així ho volen », pour se voir réitéré sous une forme problématisée à l’issue de l’« Introducció » :

[...] Et en acceptant avec optimisme que jamais plus rien ne sera pareil, mais que si nous les Catalans le voulons, nous continuerons d’être une nation. Une nation différente. Ou non. (FAD : 19)

26Pour le secteur indépendantiste catalan auxquels s’assimilent sans fard le commanditaire et son maître d’œuvre (« el nostre ; volem, continuarem »), derrière le refus implicite de tout essentialisme herderien, c’est bien la collectivité nationale catalane qui est le moteur du devenir historique, et par delà le carcan de l’appartenance étatique à l’Espagne, l’Europe est donc bel et bien l’échappatoire, et davantage encore la planche de salut.

27Tout autre est le point de vue exprimé dans Miradas cruzadas. Le préfacier politique Antonio Garrigues Walker, chrétien-démocrate européiste convaincu, prophétise que, l’espace de référence changeant, les mentalités suivront :

Los conceptos de nación y de nación-estado van a sufrir profundos cambios en el transcurso de este siglo. [...] La globalización nos va a obligar a todos a ser precisamente más globales, más amplios, más abiertos. (MC : IV)

  • 15 Dans la relation intertextuelle que j’établis entre MC et FD, « lo nuestro » nous renvoie aux poss (...)

28Il attribue « tantos desencuentros y tantas reacciones absurdas entre unos y otros » a « los juegos mentales, los complejos y las ignorancias », autrement dit aux représentations sociales de ce qu’il dénomme, à la différence des intervenants catalanistes, « dos ciudadanías » (MC : III). Ce terme même de citoyenneté met davantage l’accent que dans le texte précédent sur le caractère individuel de l’adhésion, de l’identification à la collectivité. Et comment ne pas voir une certaine forme de condescendance derrière le propos consensuel ? L’évidence des changements de mentalités s’exprime sous la forme de l’obligation ou du devoir : outre le « nos va a obligar » déjà cité, s’il est entendu que « Cataluña y España quieren, pueden y deben entenderse mejor », on n’y parviendra qu’à la condition suivante : « habrá que racionalizar – o al menos desmitificar – la relación amorosa con lo nuestro15 », au bénéfice de la concession : « uno ciertamente tiene el derecho de pensar que su nación (y todavía más su patria chica) es la mejor del mundo » (MC : IV).

29Le propos de Garrigues Walker apparaît quelque peu ambigu : à quoi réfèrent dans son esprit les termes de « nation » et de « petite patrie » ? Avons-nous affaire à une compétition entre appartenances concurrentes, relevant d’un simple chauvinisme ?...

30Le second préfacier, José Antich, auteur entre autres d’une biographie de Jordi Pujol, et rédacteur en chef du quotidien barcelonais de langue espagnole La Vanguardia, insiste lui aussi sur la nécessité d’une connaissance réciproque qui motive du reste l’opération Miradas cruzadas. Il se pose en tant que Catalan (« la visión que los catalanes tenemos de nosotros mismos ») articulant la singularité différentielle :

  • 16 MC, p. VIII. Antich emploie ici une terminologie qui n’est ni celle de Garrigues Walker (« patria (...)

Nos quedan las diferencias, y es probable que fuera enormemente negativo que nos dispusiéramos a prescindir de ellas. Podemos, y debemos, ser iguales como ciudadanos de un mismo Estado, sin necesidad de dejar de ser distintos como ciudadanos de nuestras patrias.16

31à une double appartenance : « [...] es la mejor manera de que sigamos compartiendo un proyecto común » (MC : VIII) dont il prône la compatibilité des termes : « Nunca, salvo excepciones minoritarias [...] reclamamos la independencia ni la segregación » (MC : XII), en en appelant à l’Histoire : « El catalanismo [...] siempre ha intentado ser leal con España » (MC : XIII). Sa recherche porte donc sur les voies d’une compatibilité basée sur le respect mutuel des différences – et donc sur la tolérance d’un certain degré d’altérité.

3. Représentations croisées : la stéréotypisation à l’œuvre

32Les représentations de l’autre – qui font l’objet du premier chapitre, intitulé « Tópicos, típicos » (MC : 11-28), de Miradas cruzadas – se structurent et surtout se conditionnent sur la base de stéréotypes, dont le caractère réducteur favorise la différenciation, comme le montre Jacques Bres :

La production d’identité ethnique et sociale n’échappe pas à cette règle d’axiologisation : le même [...] tend à être positivé, l’autre négativé. Cette valorisation – comme cette dévalorisation – se conscientisent en images, construisent des portraits stéréotypés. [... Ils] sont rarement brossés dans leur totalité ; ils forment plutôt comme la toile de fond idéologique qui motive certains comportements, explique certains discours, se dessine en filigrane dans telle ou telle interaction. (Bres, 1991 : 135)

33Une autre formulation définitoire vient du reste le confirmer :

Les stéréotypes, en tant que schèmes, concourent à la production d’évaluations et de jugements particulièrement hâtifs sur autrui et, par conséquent, à la formation des préjugés et des conduites de discriminations positives ou négatives. (Seca, 2003 : 330)

34Concernant le cas étudié, à en croire José Antich – tout disposé comme nous l’avons vu à aplanir les divergences –, l’antagonisme entre Catalogne et Espagne reposerait sur le constat que ces deux univers, s’il est exagéré de prétendre qu’ils s’ignorent, du moins se méconnaissent. La pédagogie d’une meilleure intégration de la Catalogne à l’espace espagnol permettrait alors de passer « del tópico al conocimiento » (MC : VII). Or, il semblerait que le mécanisme soit en réalité autrement complexe, si l’on considère que :

La verbalisation d’un stéréotype repose, en partie, sur des indices et des pratiques sociales qui tendent à le confirmer partiellement. [...] ce qui caractérise essentiellement ce procédé cognitif est qu’il est une « prophétie qui se réalise », engendrant des comportements conformes à ses contenus chez ceux qui en sont « victimes » ou « bénéficiaires », selon sa polarité négative ou positive. (Seca, 2003 : 331)

35D’où l’idée d’une certaine permanence, d’une certaine inertie que présenteraient les stéréotypes par rapport à toute forme d’évolution. Ce phénomène peut être observé à travers les stéréotypes régionaux – que Robert Lafont dénomme « ethnotypes » (Lafont, 1973) – qui, en terres hispaniques, sont largement véhiculés par les chistes (histoires drôles). En voici trois exemples, représentatifs de l’image des Catalans chez les autres Espagnols :

En Cataluña hasta los murcianos y los andaluces trabajan, que ya es decir, y hasta los parados ganan por encima de la media nacional, que no es decir nada.
— ¿Sabes cómo meter a mil catalanes en un 600 ?
— No, ¿cómo ?
— Diciéndoles que hay un duro dentro.
— ¿Y sabes cómo sacarlos ?
— No, ¿cómo ?
— Diciéndoles que es un taxi.
Cuando estuve trabajando (es un decir) en una librería barcelonesa, un señor muy catalán me preguntó :
— ¿ Tenéis libros en catalán ?
Por supuesto.
Pues, póngame uno.
— ¿Cuál ?
— Es igual, el que sea irá bien para disimular los otros tres libros en castellano que me llevo.
(Tapia, 1993 : 123 ; 127 ; 129-130)

36Le premier chiste, qui renvoie au phénomène migratoire interne à l’État espagnol des années 1940 à 1970, met en évidence deux stéréotypes antagoniques : l’Espagnol méridional paresseux et le Catalan laborieux, l’intégration du premier à la sphère sociale du second se traduisant par une convergence mimétique. Le troisième, ironiquement intitulé « Defensa del idioma », prête aux Catalans et aux catalanistes un double jeu linguistique et culturel, leurs pratiques étant censées aller à l’encontre de la normalisation. Quant au deuxième, qui illustre la légendaire pingrerie des Catalans, il témoigne de la persistance des clichés (à l’heure où est publié le recueil – janvier 1993 – la Seat 600, véhicule populaire symbolique du franquisme, est devenu pièce de collection, le duro, une unité monétaire obsolète). Nous retrouvons cette relative invariance, à comparer les résultats des enquêtes présentés dans « Tópicos, típicos » avec ceux des études de José Luis Sangrador García, publiées en 1981 (Sangrador, 1981) (et donc menées dans le cadre de l’Espagne de la Transition), ou encore ceux d’une micro-enquête effectuée auprès d’une centaine d’étudiants de l’Université de Salamanque début 2000 (Guardiola, 2000). Dans cette dernière, par exemple, les adjectifs caractérisant les Catalans sont, par ordre décroissant :

1. radins ; 2. fiers ; 3. entreprenants ; 4. séparatistes ;
5. ambitieux ; 6. amoureux de leur région ; 7. méfiants ;
8. matérialistes ; 9. antipathiques ; 10. cultivés. (Ibid. : 34)

37Dans les enquêtes de 1999 (les termes proposés étant différents), nous pouvons observer cependant quelques divergences significatives (entre autres : apparition de « sympathiques » et disparition de « radins ») :

1. amoureux de leur région ; 2. travailleurs ; 3. fiers ;
4. entreprenants ; 5. fermés ; 6. méfiants ; 7. intelligents ;
8. sympathiques ; 9. honnêtes ; 10. hospitaliers ; (13. gais ; 14. généreux). (MC : 16)

38Dans Miradas cruzadas, les autres Espagnols se montrent plus tranchés dans leur jugement à l’égard des Catalans qu’à l’inverse : sur une échelle de ponctuation de 1 à 10 (MC : 18, 21), alors que les Catalans optent, quel que soit l’item, pour les valeurs médianes de 4 ou 5, les autres Espagnols ouvrent vis-à-vis des Catalans un éventail de 3 à 6, valorisant leur qualité de « travailleurs » mais stigmatisant leur radinerie, leur fermeture d’esprit et leur défiance. Leur manque d’hospitalité, d’amabilité et davantage encore de gaîté complète le versant négatif, tandis que le positif met en évidence l’attachement à leur terre, leur fierté et leur esprit d’entreprise.

  • 17 L’enquête a été réalisée sous le gouvernement avec majorité absolue du PP de José Maria Aznar, car (...)

39En revanche, la pondération de jugement des Catalans à l’égard du reste des Espagnols manifeste une neutralité assez voisine d’une mise à distance indifférente (la Catalogne se suffisant à elle-même) qui contraste avec les griefs de ces Autres. L’image qu’ont les Catalans de l’Espagne est, de loin, « normale » (43,7 %, contre : « bonne ou très bonne », 29,3 % ; « mauvaise ou très mauvaise », 20,3 %), mais on n’en observe pas moins qu’elle est meilleure chez les plus de 45 ans que chez les 18-44 ans et chez les électeurs du centre-droit que chez ceux de gauche et extrême-gauche. Quoi qu’il en soit, les Catalans imputent la faible conflictualité de leur région avec l’État espagnol à la sagesse (sans doute le fameux seny) de leur propre exécutif17, et par voie de conséquence, en quelque sorte à eux-mêmes.

40Un tel déséquilibre quant aux représentations de l’Autre réside selon toute vraisemblance (donnant raison à José Antich) dans une plus ou moins bonne connaissance de cet Autre. Ainsi, les Catalans, dans la mesure où ils sont plus voyageurs que leurs compatriotes (53 % d’entre eux connaissent au moins 4 autres régions d’Espagne alors que 42,8 % des autres Espagnols ne se sont jamais rendus en Catalogne, 76 % d’entre eux résidant là où ils sont nés) se sont-ils fait leur propre opinion ; de même apparaissent-ils mieux informés qu’eux :

El 75 % de los españoles se informa de lo que ocurre en Cataluña exclusivamente a través de la televisión, y tan sólo un 14 % mediante la prensa. El 32 % de los catalanes se informa de lo que ocurre en España por la prensa, y un 62 % viendo la televisión. (MC : 83)

41On pourra objecter que l’information sur l’Espagne concerne les citoyens catalans autant que le reste des Espagnols et que l’inverse n’est pas vrai, l’information sur la Catalogne étant regardée comme l’une des multiples ayant un caractère régional. Il n’en reste pas moins que cet écart dans la fréquentation des sources d’information, outre qu’il révèle un niveau socio-culturel d’ensemble plus élevé chez les Catalans, nous intéresse dans la mesure où l’information rapide et parcellaire (de la télévision) est bien plus susceptible qu’une information consommée à tête reposée, développée et plus circonstanciée (celle de la presse écrite) de perpétuer voire de nourrir les stéréotypes mis à l’index par Miradas cruzadas.

42On pourrait alors en conclure les éléments suivants : alors que la stéréotypisation, qui entretient la différenciation dans la mesure où elle fige les contours identitaires, se nourrit de l’isolement, de la fragmentation, c’est-à-dire de la méconnaissance de l’Autre, en raison de la globalisation actuelle des échanges, le devenir du monde tend à une homogénéisation de plus en plus grande en direction d’un modèle occidental dominant, se présentant comme plus évolué. Et si l’intérêt du marché global est de faire disparaître les faits différentiels, pour se préserver, les sociétés ou communautés, étatiques ou infra-étatiques, ont sans doute tout intérêt à renforcer concrètement (lorsqu’elles le peuvent) ou symboliquement leurs traits de différenciation comme autant de remparts à lui opposer.

4. Les « faits différentiels » catalano-espagnols

43Les Catalans considèrent, que, respectivement, les traits suivants les unissent (aux) ou les séparent du reste des Espagnols :

1. la géographie ; 2. l’histoire ; 3. la culture ; 4. la manière d’être ; 5. la langue.
1. la langue ; 2. la manière d’être ; 3. la culture ; 4. l’histoire ;
5. la géographie. (MC : 107)

44Il y a là, en bonne logique, une parfaite symétrie, dans laquelle la culture – ce n’est pas inintéressant – occupe une position médiane, en tant que différenciée (la catalane) et commune (l’espagnole). Le plus surprenant est sans doute le différentiel (43,5 % pour « unit » ; 27,1 % pour « sépare ») qui se voit appliquer à l’histoire, à l’encontre d’une vision nationaliste catalane (et donc différenciée) de celle-ci, telle que développée par Jordi Pujol. On ne s’étonnera pas de voir en la langue, diacritique toujours mis en avant par le catalanisme, l’élément différenciateur par excellence, tandis que l’espace géographique unitaire (sans doute péninsulaire, mentionné par 58,1 % des enquêtés) prévaut sur la logique transpyrénéenne des Pays Catalans.

45Cependant, de nombreux « faits » avérés, données fondamentales statistiquement établies, permettent d’établir la distinction entre les deux territoires, entre les deux sociétés. Et c’est sans aucun doute parce que tel est son propos, que Fets i actituds diferencials nous est plus utile que Miradas cruzadas dans cette voie ; mais c’est aussi et surtout parce que cet ouvrage va davantage dans le sens de l’explication approfondie des faits que dans celui du constat, fût-il affiné, des déclarations des enquêtés, qu’il se révèle à mon sens plus éclairant.

46Une lecture d’ensemble des dix études que regroupe Fets i actituds di-ferencials permet de dégager deux types de facteurs de différenciation, qui tiennent tous deux à l’histoire moderne et contemporaine, à la fois différente et partagée, des deux entités. Le premier remonte au xviiie siècle ; il est lié au déphasage dans l’évolution économique, sociale et politique entre la Catalogne et l’Espagne ; le second lui est sans doute contemporain quant à ses origines, mais il s’est fortement accentué pendant un bon tiers du xxe siècle, sous la dictature franquiste : il s’agit du rôle qu’a joué, aussi bien par ses interventions que par son absence d’implication, l’État espagnol dans la structuration des différentes facettes du fonctionnement économique, politique et social de la Catalogne. En un mot, aussi bien la marque répressive exercée par le pouvoir central que la « privatisation » qui est résultée de son incurie.

A. Les avancées liées à la révolution industrielle

47Le leadership économique de la Catalogne s’est révélé une arme à double tranchant, justifiant en partie le désengagement de l’État à son égard. À l’heure d’expliquer les facteurs qui ont permis ce développement original, Catalans et autres Espagnols se rejoignent pour placer en tête la tradition industrielle et d’entreprise et pour rejeter tout traitement de faveur. Mais en plaçant des données objectives, telles que la situation géographique (avec son arrimage direct à l’Europe) et la force motrice de l’immigration avant le légendaire caractère entreprenant du Catalan (MC : 205), les autochtones se montrent plus réalistes que les autres.

1. L’écart démographique

  • 18 Anna Maria Cabré i Pia, « Geografia, territori, població », FAD, p. 20-33.

48La démographe Anna Maria Cabré18 met en évidence le fort décalage entre les deux ensembles : l’un à vocation immigratoire, l’autre émigratoire. La Catalogne, chronologiquement et qualitativement plus avancée par rapport aux modèles européens que le reste de l’Espagne en matière de contrôle de la natalité, de baisse du taux de mortalité, s’est nourrie d’un tel décalage. En effet,

« Si la Catalogne a pu avoir une croissance égale à la mondiale malgré sa faible fécondité, c’est en raison de son absorption continue de flux très importants d’immigrants, très majoritairement espagnols. Ce binôme faible fécondité-forte immigration constitue la base de ce que l’on a dénommé "le système catalan de reproduction" ». (FAD : 24)

  • 19 Anna Cabré calcule que la dynamique démographique propre à la Catalogne l’aurait maintenue à un ni (...)
  • 20 MC, « Satisfechos, insatisfechos », p. 31-47.

49L’importance des flux migratoires internes à l’État espagnol en direction de la Catalogne19 a pour explication historique le différentiel économique lié à l’industrialisation précoce des terres catalanes, en particulier Barcelone et sa banlieue. Ce phénomène de double concentration du capital et du travail a contribué dans les faits à la densification (et à l’urbanisation) globale de la population (191 h/km2 en Catalogne en 1998 contre 78 h/km2 pour l’ensemble espagnol) (FAD : 27) et dans les esprits à une représentation enviable de la Catalogne chez les autres Espagnols. Au résultat, alors qu’aujourd’hui 71,6 % des habitants de Catalogne y sont nés, et qu’ils ne sont que 38 % à avoir leurs quatre grands-parents originaires de ce territoire, 91 % de ces habitants déclarent désirer y rester (5 % de plus que pour l’ensemble de l’Espagne) et 69 % des immigrants internes disent s’y être intégrés sans difficultés.20

50Cependant, les données ont changé depuis les années quatre-vingt : le différentiel de fécondité s’est réduit et les flux migratoires intra-étatiques se sont inversés. Certains indices de différenciation en rapport avec la modernité néanmoins perdurent, comme le pourcentage inférieur des mariages en Catalogne, et ceux supérieurs des mariages civils et des divorces sur ce même territoire par rapport à l’ensemble espagnol (FAD : 32-33). Les deux sociétés demeurent donc en décalage, mais celui-ci tend à s’amenuiser.

2. L’écart de structure économique et de l’emploi

  • 21 Oriol Homs i Ferret, « Treball », FAD, p. 68.

51Pour Oriol Homs, le modèle historiquement différencié de développement économique a engendré « des aménagements du territoire différents, des rythmes de vie distincts, des mentalités et une organisation de la vie sociale qui présentent leurs propres caractéristiques »21.

52Conformément au stéréotype, le taux d’activité des Catalans est supérieur à celui des Espagnols (52,7 % contre 50,4 %) et le différentiel quant au taux de l’emploi se creuse (47,6 % contre 42,6 %). La modernité catalane se lit dans le pourcentage d’activité des femmes (41,7 % contre 38,4 %) et davantage encore chez les jeunes femmes (65,1 % contre 55,5 %). La société catalane est également plus urbanisée, à preuve la destination des emprunts contractés pour l’achat de biens immobiliers.

53Selon une tradition bien ancrée, le différentiel d’activité industrielle avec le reste de l’Espagne était en 1999 de + 7,5 % (de - 4 % pour l’agriculture, et de - 2,5 % pour les services). Concernant ces derniers, et toujours dans la tradition, les services marchands sont en Catalogne de 85,6 % contre 78,9 %, les salariés un peu plus nombreux (+ 2,3 %). Les PME y emploient 47 % des actifs contre 40 % et le travail indépendant beaucoup plus généralisé (60 % contre 39,3 %), le tout souvent sous forme d’entreprise familiale. Faut-il voir là l’explication du fait que « la productivité moyenne du travailleur catalan est substantiellement plus élevée ; le risque d’encourir des accidents, supérieur et le nombre de grèves et jours non ouvrés bien inférieur » (FAD : 73) ?

3. L’écart culturel

54Tous ces éléments contribuent à dessiner des cadres culturels originaux que Jordi Busquet i Duran décrit en ces termes :

  • 22 Jordi Busquet I Duran, « Cultura I valors », FAD, p. 86

Avec une classe moyenne plus développée que dans le reste de l’Espagne, la société catalane présente un profil plus pragmatique, d’orientation vers le travail, mais également doté d’une culture ouverte qui valorise le sens de la liberté, de la responsabilité et de l’autonomie de l’individu.22

55Ainsi, les valeurs à transmettre aux enfants dans le cadre familial sont-elles celles de l’indépendance (49 % contre 36 %), du travail (35 % contre 29 %), de l’épargne (33 % contre 27 %), alors que le sens de l’obéissance (34 % contre 44 %) et la foi religieuse (20 % contre 27 %) y font moins recette que dans le reste de l’Espagne.

56La Catalogne, de par sa position géographique, est la plus européenne des régions espagnoles. C’est ce qui explique entre autres son intérêt pour la construction européenne, et sans doute également le plus grand polyglottisme de ses habitants : 38,5 % des Catalans déclarent maîtriser l’anglais contre 26,8 % des Espagnols ; 32,8 % le français contre 20,3 %.

57Les Catalans sont logiquement plus voyageurs que leurs compatriotes et d’une manière générale leur consommation culturelle est plus développée.

4. L’écart en matière de santé et de services sociaux

58Les Catalans ont des maladies (davantage de « maladies contemporaines », d’accidents de la circulation, de cas de sida) et un système de santé en rapport avec leur décalage vis-à-vis de la société espagnole. Ils sont plus ouverts en matière d’avortement, de dons d’organes et de transplantations, consomment davantage de médicaments, ont plus souvent recours à l’hospitalisation et aux services d’urgence. Un quart d’entre eux sont affiliés à une mutuelle complémentaire.

  • 23 Cristina Rimbau i Andreu, “Benestar, protecció I serveis socials” FAD, p. 144

59S’étonnera-t-on qu’il y ait en Catalogne, proportionnellement, moins de pauvres, si l’on sait que la société catalane « est bien plus égalitaire que l’espagnole pour ce qui est de la répartition des revenus »23 ?

B. Le défaut d’État et la « privatisation » de la société catalane

  • 24 Jordi Bacaria i Colom, "Estructura econômica" FAD, p. 48.
  • 25 Id.

60La dénommée « privatisation » de la société catalane se manifeste tant au plan de la collectivité qu’à celui des individus. À cet égard, nous avons vu la part importante que prend l’initiative privée dans le tissu économique et sur le plan de l’emploi. On souligne de même « le défaut d’un secteur financier à la hauteur du secteur industriel »24, les caisses d’épargne devançant largement les banques en matière de dépôts (68,8 % contre 30,9 % ; Espagne, respectivement : 45,7 % contre 49 %). On constate par ailleurs (est-ce lié ?) que « le financement de l’entreprise catalane est plus dépendant de ses ressources propres que dans le reste de l’État »25 ; la part de risque y est donc plus importante qu’ailleurs, sans doute compensée par l’esprit de prévoyance caractéristique des Catalans.

  • 26 Oriol Homs i Ferret, « Treball", FAD, p. 68.

61D’une manière générale, et pour les raisons qui ont déjà été indiquées, on observe que dans l’ensemble de l’Espagne existe « un poids plus accusé du secteur de l’administration publique et des services publics »26. Ce constat global est du reste parfaitement mesurable aussi bien en pourcentage du PIB (9 % en Catalogne contre 14 %) que pour la part de capital public investi (11 % en Catalogne contre 20-21 % pour l’Espagne) (FAD : 38). Aussi, selon Joaquim Colomi-nas i Ferran, ne devrait-on pas s’étonner de voir que

  • 27 Joaquim Colominas i Ferran, "Política I participació" FAD, p. 167.

La société catalane a tendu à s’organiser pour défendre ses propres intérêts. Il semble que la Catalogne soit un exemple de nation sans État qui survit grâce à sa capacité à générer son propre réseau institutionnel lui permettant de se déterminer elle-même dans de nombreux secteurs de la vie sociale.27

62Deux domaines sont exemplaires à cet égard : celui de l’enseignement et celui de la santé. Le traditionnel faible investissement de l’État espagnol dans le domaine éducatif associé aux choix idéologiques de la majorité des Catalans face à la dictature et à leur intérêt pour l’innovation pédagogique ont conduit à un développement particulièrement important de l’enseignement privé. L’écart qualitatif entre public et privé est aggravé par le fait que le désengagement de l’État persiste. Cependant le taux de scolarisation, surtout féminine, est le plus élevé d’Espagne. L’amélioration qualitative globale du système éducatif est depuis l’accession à l’autonomie, du ressort de la Generalitat.

63Il en est de même du système de santé, lui aussi largement transféré au pouvoir « autonomique », davantage privatisé (à hauteur de 72,7 % contre 58,1 % pour l’ensemble de l’Espagne). Il présente des caractéristiques différentes qui se traduisent par un taux de satisfaction des usagers significativement plus élevé (72,7 % contre 60,8 %). La part de contribution personnelle plus forte qu’ailleurs, sans doute en relation avec l’écart de niveau du revenu moyen, ne devrait pas y être étrangère. En revanche, la politique sociale, en deçà du niveau moyen européen, relève de l’État.

64Ce trop rapide tour d’horizon basé sur les différents articles du recueil publié par Òmnium Cultural permet de vérifier, si besoin était, qu’à la charnière des xxe et xxie siècles, le « fait différentiel catalan » n’est pas une simple vue de l’esprit, mais qu’il se manifeste largement dans tous les aspects de la vie sociale des habitants de Catalogne. Ce « fait », pour aussi inscrit dans l’histoire (millénaire ?) qu’il soit, a cependant une origine bien précise. À l’image du « poisson qui se mord la queue » (ainsi que l’affirmait le préfacier de Fets i actituds diferencials), le « fait » est aussi bien le produit d’une certaine orientation historique différenciatrice que le moteur (de la perpétuation) de la différence et de la différenciation.

5. La différenciation nationale catalane

A. Différenciation, discrimination, intégration

65La différenciation engendre-t-elle la discrimination ? Les stéréotypes, là aussi, paraissent entretenir la confusion. À la question de savoir si les allogènes qui résident en Catalogne font l’objet de discrimination, on trouve plus de la moitié des Espagnols pour répondre affirmativement (51,7 %) et seulement la moitié (25,1 %) en Catalogne. Une évaluation extrêmement grossière de la population résidente en Catalogne d’origine allogène à la moitié de la population de la communauté suffit à démontrer le peu de fondement de la discrimination. De même, parler en castillan en Catalogne paraît problématique à 31 % des Espagnols et à seulement 6 % de ceux qui y vivent. Il n’empêche que 66 %, 73 % et 70 % des Catalans pensent que, respectivement « il est plus facile de trouver du travail pour ceux qui savent le catalan », « toute personne qui travaille en Catalogne devrait savoir le catalan », et « il est raisonnable que les services publics s’expriment en catalan ». Les Espagnols sont quant à eux, respectivement, 79,8 °/o, 31,6 °/o et 28 °/o à le penser (MC : 148, 144, 140).

66Au contraire de la discrimination, à en croire les déclarations recensées par les enquêtes, la société catalane serait une société intégratrice des allogènes, en premier lieu du fait d’un brassage conséquent des populations, puisque les « couples mixtes » (autochtone/allogène) sont nombreux : parmi les résidents nés en Catalogne, respectivement 39 % et 40 % d’entre eux ont leur père ou leur mère originaires d’autres régions espagnoles. Cela permet à Pedro Vega d’en tirer la conclusion d’un « normal mestizaje » (MC : 40), d’autant que celui-ci est le fruit d’un contact prolongé. Le fait que 79 % de la population (soit près de 4 habitants sur 5) soit sinon né là (71,6 %), du moins y ait grandi, va dans le sens d’une « convivencia » de fait (malgré les indéniables clivages sociaux et topographiques) susceptible de favoriser « una socialización de valores, normas y pautas culturales o de comportamiento » (MC : 40).

67Significativement, nous retrouvons ce pourcentage élevé (79,3 %) correspondant à ceux qui déclarent que « les immigrants se sont pleinement intégrés », et ils sont même 91,7 % à estimer que « en general, la convivencia [...] es muy buena », ce qui permet à Pedro Vega d’en conclure : « Estaríamos, pues, ante [...] el mito de la discriminación » (MC : 44).

  • 28 Joaquim Colominas i Ferran, "Política i participació" FAD, p. 166.

68Pour les Catalans, l’intégration des populations allogènes n’est nullement incompatible avec le projet nationaliste, pour autant que leur soit reconnu le « fait » d’une conscience identitaire différente, inté-grable dans un État plurinational, pluriculturel et plurilingue. Ainsi, pour Colominas i Ferran, « la singularité de la Catalogne est l’inexistence de conflit interne associée au maintien d’un nationalisme de caractère revendicatif »28.

B. Des représentations et des projets politiques bien affirmés

  • 29 Josep Maria Terricabras, "Identitat i identificación FAD, p. 182.

69Parmi les citoyens du territoire catalan, Terricabras considère pour sa part que « la ligne de partage entre ceux qui veulent être catalans et ceux qui ne veulent pas l’être se situe dans le degré d’identification dont ils font montre »29. L’identification au territoire de la Communauté Autonome par rapport à l’Espagne varie considérablement : alors que 36,7 % se considèrent uniquement ou surtout catalans, ils ne sont que 21,1 % à s’identifier de la même manière à leur CA ailleurs. L’Espagne est « mon pays » pour 55,6 % des Espagnols et pour seulement 38,7 % des Catalans ; « une nation dont je me sens membre » pour 16,2 % des Espagnols et 12 % des Catalans qui considèrent à hauteur de 33,6 % que l’Espagne est « un État formé de diverses nationalités et régions » (contre 12,5 %).

70Le rapport aux symboles est également un marqueur fidèle d’identification. Sont très fiers de se sentir espagnols, 46,8 % des Espagnols, et seulement 26,9 % des Catalans. Ne ressentent rien de spécial devant l’hymne national espagnol ou le drapeau espagnol 18,3 % des Espagnols mais 40,2 % des Catalans. De même, le degré de confiance accordé par Catalans et Espagnols à leurs institutions est-il amplement divergent (l’ordre est ici décroissant) :

Catalogne : 1. Gouvernement de la Generalitat ; 2. Parlement de Catalogne ; 3. Municipalité ; 4. Monarchie ; 5. Parlement espagnol ; 6. Gouvernement espagnol.
Espagne : 1. Monarchie ; 2. Municipalité ; 3. Parlement espagnol ; 4. Gouvernement de la Communauté Autonome ; 5 Parlement de la Communauté Autonome ; 6. Gouvernement espagnol. (FAD : 174-175)

  • 30 Miquel Caminal, Nationalisme i partits politics a Catalunya, Barcelona, Empúries, 1998, p. 232.
  • 31 Joaquim Colominas i Ferran, "Política i participado" FAD, p. 161.

71La vie politique catalane présente bien des singularités. Le catalanis-me, qui revendique l’auto-gouvernement, se traduit par un système de partis politiques différencié, faute duquel, selon le politologue Miquel Caminal, « la nation catalane cesserait d’exister en tant que nation politique »30. Un tel système engendre « un comportement électoral aux caractéristiques singulières – le double vote et l’abstention différentielle – et l’existence d’un second axe selon le degré d’identification nationale, qui se superpose au classique gauche-droite. »31 En effet, les partis d’obédience nationale catalane sortent renforcés des consultations « autonomiques », tandis que ceux qui sont liés à un parti « étatique » se comportent mieux lors des élections générales.

72De même, entre Espagne et Catalogne, les projets politiques concernant l’avenir institutionnel diffèrent grandement. Si le retour à un État centralisé ne fait guère recette (9 % en Catalogne, 13 % en Espagne), le maintien de l’actuel État des Autonomies est plébiscité par 49 % des Espagnols, alors que 53 % des Catalans aspirent à plus d’émancipation, soit sous la forme d’une autonomie élargie (31,5 %), soit par l’accession à l’indépendance (21,5 %).

Epilogue : quel avenir pour le « fait différentiel » ?

  • 32 Joaquim Colominas i Ferran, "Política i participació" FAD, p. 168.

73Le « fait différentiel » est, on le voit, bien installé dans les mentalités catalanes. Toutefois, a-t-il quelque chance de pouvoir survivre dans un contexte de plus en plus globalisé ? Les différents contributeurs de Fets i actituds diferencials se sont-ils donné le mot pour être aussi unanimement alarmistes ? En accord avec une visée indépendantiste catalane, qui est celle du commanditaire, Òmnium Cultural, on peut être enclin à penser que ce pourrait être là la manifestation d’une stratégie mobilisatrice. Cela répondrait sans doute au diagnostic pondéré posé par Joaquim Colominas i Ferran sur la société catalane d’aujourd’hui, celui d’une : « société dotée d’une claire volonté de maintenir son identité nationale propre dans un cadre de coexistence, caractéristique d’un nationalisme largement partagé mais faible »32. Mais le problème n’est plus tant désormais celui de la relation conflictuelle avec l’État espagnol que celui des avancées rapides de la globalisation économique : si, à partir du socle linguis-tico-culturel, le déclencheur du nationalisme politique a bien été de nature économique, au xixe siècle, le déclencheur du xxie est d’une tout autre ampleur. Il n’est plus local mais mondial.

74L’intégration des économies, à l’Union Européenne d’abord, dans un cadre plus vaste encore par la suite, contribue à niveler les différences internes à l’État espagnol : revenus (41), structures économiques (49), organisation du travail (68, 70), enseignement (79), culture (93), protection sociale (136), tous les secteurs en témoignent. Les contributeurs de Fets i actituds diferencials ont cependant le sentiment général qu’en cela la Catalogne a « convergé » davantage avec le niveau espagnol qu’avec l’européen.

  • 33 Jordi Busquet i Duran, « Cultura i valors », FAD, p. 93.

75La réflexion que Jordi Busquet applique au secteur de l’économie culturelle, et selon laquelle la Catalogne « est une région peu significative »33 n’entrant que secondairement dans la stratégie des multinationales qui lui préfèrent Madrid comme plaque tournante de la Péninsule ibérique, peut être étendue à bien d’autres domaines. Le rapport de rivalité entre la capitale de l’Espagne et celle de la Catalogne tourne depuis ces dernières années clairement à l’avantage de la première, en matière d’édition, de cinéma, de phonographie, d’organisation de foires etc. Ce n’est donc pas sans raison que certaines opinions apparaissent teintées d’un grand pessimisme. Ainsi celle de Oriol Homs pour qui :

  • 34 Oriol Homs i Ferret, « Treball », FAD, p. 69.

La Catalogne, pour l’heure, ne s’illustre pas par son dynamisme à s’adapter aux transformations qui devront nous conduire vers la société de l’information et à maintenir une personnalité propre dans un tel processus.34

76ou encore de Jordi Busquet qui considère que

  • 35 Jordi Busquet i Duran, « Cultura i valors », FAD, p. 93.

La Catalogne vit une situation culturelle difficile et compromise, du fait que notre culture se montre faible précisément dans les secteurs qui auront au xxie siècle une importance capitale.35

77Le secteur de la culture, étroitement lié à la langue, est le fondement même de l’identité catalane, et il a toujours constitué, depuis la Renaixença jusqu’aux propos de Jordi Pujol et du nouveau gouvernement tripartite qui lui a succédé, le dernier rempart du « fait différentiel ». Ce terrain-là étant miné (il ne l’est pas que pour la Catalogne), le combat des Catalans en faveur de leur identité différenciée apparaît de plus en plus comme la lutte de David contre Goliath. Un pari sans doute à la mesure, à la fois du fort sentiment identitaire et du stéréotype d’opiniâtreté dont bénéficient les Catalans...

Bibliographie

Bibliographie

Abou, Sélim, 1992, Cultures et droits de l’homme, Paris, Hachette.

Alexandre, Victor, 1999, Jo no sóc espanyol, Barcelona, Proa.

Balcells, Albert, 1992, Història del nacionalisme català dels origins al nostre temps, Barcelona, Generalitat de Catalunya, (col. « Textos i documents »).

Bres, Jacques, 1991, Récit oral et production d’identité sociale, Montpellier, Praxiling - Université Paul-Valéry Montpellier III.

Caminal, Miquel, 1998, Nacionalisme i partits politics a Catalunya, Barcelona, Empúries.

Deleuze, Gilles, Guattari, Félix, 1980, Mille plateaux, Paris, Seuil.

De Riquer i Permanyer, Borja, 2000, Identitats contemporànies : Catalunya i Espanya, Vic, Eumo Editorial, (éd. espagnole : La cuestión catalana en la època liberal, Madrid, Marcial Pons, 2001).

Gottmann, Jean, 1952, La politique des États et leur géographie, Paris, Armand Colin.

Guardiola Sarah, 2000, Les communautés autonomes bilingues vues de Salamanque. Mémoire de maîtrise, Université de Perpignan, Département d’Études hispaniques.

Hobsbawm, Eric J., 1988, « L’invent de la tradició » in Eric J. Hobsbawm, Terence Ranger (eds.), L’invent de la tradició, Vic, Eumo Editorial, p. 13-25. (1re éd.: The Invention of Tradition, Press Syndicate of the University of Cambridge, 1983).

Lafont, Robert, 1973, « Deux types ethniques » in Le Sud et le Nord. Dialectique de la France, Toulouse, Privat.

Lagarde, Christian, 2002, « Communication et modernité : l’enjeu des média en Catalogne », in Henri Boyer, Christian Lagarde (dir.), L’Espagne et ses langues. Un modèle écolinguistique?, Paris, L’Harmatan, p. 226-239.

Lagarde, Christian, 2003, « Minorities in the Trap of Iconography », in Calogero Muscarà (ed.), In the Steps of Jean Gottmann, Ekistics, the Problems and Science of Human Settlements (Athens), vol. 70, n° 418-419, p. 52-59.

Lagarde, Christian, 2006, « Identité linguistique, identité culturelle : des relations complexes », in Nicole Fourtané, Michèle Guiraud (dirs.), L’identité culturelle dans le monde luso-hispanophone, Nancy, Presses Universitaires de Nancy II, p. 13-24.

Lipiansky, Edmond-Marc, Taboada-Leonetti, Isabelle, Vasquez, Ana, 1990, « Introduction à la problématique de l’identité » in Carmel Camilleri et al., Stratégies identitaires, Paris, PUF, p. 7-26.

Lipiansky Edmond-Marc, 1998a, « L’identité personnelle », in Jean-Claude Ruano-Borbalan (coord.), L’identité. L’individu, le groupe, la société, Paris, Sciences Humaines éditions, p. 21-29.

Lipiansky Edmond-Marc, 1998b, « Comment se forme l’identité des groupes », in Jean-Claude Ruano-Borbalan (coord.), L’identité. L’individu, le groupe, la société, Paris, Sciences Humaines éditions, p. 143-150.

Maalouf, Amin, 1998, Les identités meurtrières, Paris, Grasset.

Marfany, Joan-Luís, 1995, La cultura del catalanisme, Barcelona, Empúries. Òmnium Cultural, 2001, Catalunya i Espanya. Fets i actituds diferencials, Barcelona, – Proa.

Prevelakis, Nicolas, 2003, « Iconography: Its Historical, theological and Philosophical Background » in Calogero Muscarà (ed.), In the Steps of Jean Gottmann, Ekistics, the Problems and Science of Human Settlements (Athens), vol. 70, n° 418-419, p. 47-51.

Pujol, Jordi, 1991, La personalidad diferenciada de Cataluña. Historia y presente. Madrid, 14 de mayo de 1991, Barcelona, Generalitat de Catalunya. Departament de Presidencia (col. « Temes d’actualitat », 3).

Pujol, Jordi, 1994, « Intervención de réplica del Presidente de la Generalidad, Jordi Pujol, en el Senado. Madrid, 27 de septiembre de 1994 », in Jordi Pujol, Discursos al Senado, Barcelona, Generalitat de Catalunya. Departament de Presidencia (col. « Missatges », 4).

Ruíz Portella, Javier, 2000, España no es una cascara, Barcelona, Altera.

Sangrador García, José Luis, 1981, Estereotipos de las nacionalidades y regiones de España, Madrid, CIS.

Seca, Jean-Marie, 2003, « Stéréotype » in Georges Ferréol, Guy Jucquois (dir), Dictinnnaire de l’altérité et des relations interculturelles, Paris, Armand Colin.

Sola, Joan, 2005, « Reflexió sobre la situació de la llengua », in Josep-Lluís Carod-Rovira, Albert Rossich, Joan Solà, El futur del català, Barcelona, Empuries, p. 23-45.

Tapia, Javier, 1993, Chistes de gallegos, catalanes, madrileños, andaluces... y otras hierbas nacionales, Madrid, ed. Temas de Hoy.

Thual, François, 1995, Les conflits identitaires, Paris, Ellipses.

Vázquez Montalbán, Manuel, 2001, El hombre de mi vida, Barcelona, Planeta.

Vega, Pedro, 2001, Cataluña y España. Miradas cruzadas, Barcelona, Ediciones del Bronce – Planeta.

Vilar, Pierre, 1982, « Introduction. Le "fait catalan" » in Joaquim Nadal Farreras, Philippe Wolff (dir.), Histoire de la Catalogne, Toulouse, Privat, p. 7-32 (éd. catalane : Barcelona, Oikos Tau, 1982)

Notes

1 Catalunya i Espanya. Fets i actituds diferencials, Barcelona, Òmnium Cultural - Proa, 2001, 191 p. ; Pedro Vega, Cataluña y España. Miradas cruzadas, Barcelona, Ediciones del Bronce - Planeta, 2001, 254 p.

2 Manuel Vázquez Montalbán, El hombre de mi vida, Barcelon, Planeta, 2001, p. 119

3 « Voy a [aclar]lo siguiendo el método histórico.[…] diré que si yo personalmente soy adepto a ese método es gracias a historiadores como Vicens Vives y, sobre todo, Pierre Vilar, es decir, historiadores nada románticos » (Pujol, 1991 :11)

4 Le philosophe Josep Maria Terricabras écrit : « Notre identité se fait chemin faisant, et c’est donc une identité changeante, toujours inachevée, pleine de plis et de replis. [...] Je n’en ai pas, d’identité, dans le sens où je n’ai pas d’identité fixée de manière stable, éternelle et immuable ». (Josep Maria Terricabras, « Identitat i identificaciô » (Terricabras, 2001 175,182).

5 Ainsi, selon Joan Solà, professeur de philologie catalane à l’Université de Barcelone, l’identité linguistique en Catalogne a évolué : « Jusque dans les années 60 ou 70, la majeure partie des habitants de Catalogne étions nés ici et avions une langue normale (la catalane). [...] (Aujourd’hui) le castillan est omniprésent dans notre "pays" dans tous éléments de la vie et chacun en a une perception bien plus vive et bien plus authentique que du catalan, et les mots et surtout les phrases lui viennent plus vite en castillan qu’en catalan ». (Solà, 2005 : 29-30).

6 La première d’entre elles à être perçue par l’individu étant celle de son propre corps.

7 « L’identification a été définie par Freud comme un processus, tandis que l’identité est envisagée comme un produit. L’identité apparaît comme la résultante des différentes identifications du sujet » (Lipianski et al., 1990 11).

8 C’est le propre du « rhizome » que de se présenter comme un entrelacs erratique (cf. Deleuze, Guattari, 1980) ; en d’autres termes, « Nous sommes, surtout, un mélange d’ingrédients [...] parfois bien contradictoires » (Terricabras, 2001 :179).

9 Encore que, pour Terricabras, « nous ne nous identifions pas en totalité avec nos compatriotes » (ibid., 182) ; ce que Amin Maalouf le formule ainsi : « Je n’ai pas plusieurs identités, j’en ai une seule, faite de tous les éléments qui l’ont façonnée, selon un "dosage" particulier qui n’est jamais le même d’une personne à l’autre » (Maalouf, 1998 :10).

10 Nous abordons là l’épineuse question de la possibilité d’existence d’« identités partagées ». Cf. par ex. Víctor Alexandre, 1999 ; Javier Ruíz Portella, 2000.

11 « La nostra feina, per tant, ha estat de buscar, ordenar, seleccionar i analitzar la informació que ja hi havia, no crear-ne de nova. I aquesta és, precisament, l’originalitat de la idea », commente le sociologue Enric Arnau i Permanyer, directeur de l’institut DEP et professeur à l’Université Pompeu Fabra de Barcelone (FAD, p. 11).

12 La première enquête a été soumise à 1 200 individus répartis en 91 points du territoire espagnol ; la seconde, à 1 000 individus à partir de 68 points du territoire catalan (MC, p. 251-254).

13 Le sous-titre de Fets i actituds diferencials l’explicite fort bien : « Una comparació rigorosa ente Catalunya i Espanya des de tots els àmbits econòmics i socials ».

14 Le possessif renvoie à la conscience identitaire collective ; quant au terme « país », très usité en référence à la Catalogne, il permet de transcender la dichotomie État/Nation de la « nació sense estat ».

15 Dans la relation intertextuelle que j’établis entre MC et FD, « lo nuestro » nous renvoie aux possessifs catalans déjà cités.

16 MC, p. VIII. Antich emploie ici une terminologie qui n’est ni celle de Garrigues Walker (« patria chica »), ni celle de Fets i actituds diferencials (« nació »).

17 L’enquête a été réalisée sous le gouvernement avec majorité absolue du PP de José Maria Aznar, caractérisé par une détermination recentralisatrice ; et sous le dernier gouvernement CiU de Jordi Pujol, qui a toujours mis en avant les efforts de la Catalogne, de son parti et de lui-même en faveur de la gouvernabilité démocratique de l’Espagne.

18 Anna Maria Cabré i Pia, « Geografia, territori, població », FAD, p. 20-33.

19 Anna Cabré calcule que la dynamique démographique propre à la Catalogne l’aurait maintenue à un niveau de 2 millions d’habitants (comme en 1900) alors qu’elle en compte un peu plus de 6 millions aujourd’hui. (FAD, p. 25).

20 MC, « Satisfechos, insatisfechos », p. 31-47.

21 Oriol Homs i Ferret, « Treball », FAD, p. 68.

22 Jordi Busquet I Duran, « Cultura I valors », FAD, p. 86

23 Cristina Rimbau i Andreu, “Benestar, protecció I serveis socials” FAD, p. 144

24 Jordi Bacaria i Colom, "Estructura econômica" FAD, p. 48.

25 Id.

26 Oriol Homs i Ferret, « Treball", FAD, p. 68.

27 Joaquim Colominas i Ferran, "Política I participació" FAD, p. 167.

28 Joaquim Colominas i Ferran, "Política i participació" FAD, p. 166.

29 Josep Maria Terricabras, "Identitat i identificación FAD, p. 182.

30 Miquel Caminal, Nationalisme i partits politics a Catalunya, Barcelona, Empúries, 1998, p. 232.

31 Joaquim Colominas i Ferran, "Política i participado" FAD, p. 161.

32 Joaquim Colominas i Ferran, "Política i participació" FAD, p. 168.

33 Jordi Busquet i Duran, « Cultura i valors », FAD, p. 93.

34 Oriol Homs i Ferret, « Treball », FAD, p. 69.

35 Jordi Busquet i Duran, « Cultura i valors », FAD, p. 93.

© Presses universitaires de Perpignan, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable