Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La figure du philosophe dans les lettres anglaises et françaises

 | 
Alexis Tadié

La posture philosophique de Hobbes

Luc Borot

Texte intégral

  • 1 Nigel Smith, Literature and Revolution in England, 1640-1660, New Haven, CT et Londres, Yale UP, 1 (...)
  • 2 Sur l’éventuelle participation de Hobbes au cercle de Lucius Cary, vicomte Falkland, dans les anné (...)
  • 3 Quentin Skinner, Reason and Rhetoric in the Philosophy of Hobbes, Cambridge, CUP, 1996 ; Veronica (...)
  • 4 Horst Bredekamp, Stratégies visuelles de Thomas Hobbes. Le Léviathan, archétype de l’État moderne. (...)

1La carrière de hobbes coïncide avec plusieurs révolutions intellectuelles et culturelles. L’« invention » de la figure de l’auteur n’est pas l’innovation la moins intéressante de cette période. La construction de la persona lyrique était un procédé que les poètes maniaient avec finesse, les jeux sur la voix narrative pénétraient la fiction anglaise sous l’influence d’auteurs français et espagnols. Dans la littérature polémique, les « Marprelate Tracts » des années 1588-1589 et leurs opposants anti-martinistes avaient impliqué des dramaturges et des poètes dans la mise au point d’un ton et de voix empruntant aussi bien à la langue populaire qu’à la littérature savante ; ils devaient avoir une influence puissante sur les écrits polémiques des années 16401. La forme de l’essai commençait à se distinguer comme un genre à part entière offrant de nouvelles occasions à d’autres personae d’émerger en prose, dans une forme d’écriture qui, un siècle plus tard, pourrait être perçue comme un genre propre au génie national anglais. Le cas de Démocrite Junior dans l’Anatomie de la Mélancolie de Robert Burton est un excellent exemple des expériences tentées par des auteurs anglais, empruntant à des voix aussi diverses que Montaigne, Rabelais ou Cervantès. À l’époque où Hobbes entamait une carrière d’auteur par la traduction de Thucydide et d’Aristote, il fut le témoin de ces expériences, il connaissait les expérimentateurs, et il prit part au jeu2. Dans les trente dernières années, la rhétorique et la dialectique de Hobbes ont reçu un surcroît d’attention bien mérité, avec un accent particulier sur les métaphores et la redescription, comme chez Quentin Skinner, ou sur la réalisation de ses idéaux stylistiques, comme chez Veronica Silver3. Le spectre des connaissances permettant de mesurer la culture de Hobbes s’est encore élargi avec l’ouvrage de Horst Bredekamp sur l’influence des arts graphiques sur ses frontispices et sur son style4.

  • 5 Thomas Hobbes, « Préface à la traduction de Thucydide », in Franck Lessay (éd.), Hérésie et histoi (...)
  • 6 Luc Borot, « Hobbes, Rhetoric, and the Art of the Dialogue », in Dorothea Heitsch, et Jean-Françoi (...)

2L’objet de cette contribution est d’observer la façon dont Hobbes agissait par son écriture pour élaborer une image de lui-même comme philosophe, ou de la philosophie comme étant le genre d’écrit qu’il produisait. Ses contemporains étaient plus perturbés par ses acrobaties verbales que par le caractère simple et direct de son style, à l’inverse de nombreux critiques des cent dernières années qui, le croyant sur parole, louent la simplicité de son écriture. Contrairement à la vie de l’homme dans l’état de nature, celle de Hobbes fut tout sauf « solitaire, malheureuse, cruelle, bestiale et brève » : au cours de sa vie il eut largement le temps de mettre au point plusieurs styles personnels et d’affecter l’esprit de ses contemporains, qu’ils l’aient ou non connu personnellement. Certains témoins ont laissé de lui des portraits correspondant à certains traits de l’image qu’il avait construite de lui-même, alors que d’autres confondirent la voix et l’homme. La carrière littéraire de Hobbes avait commencé par des traductions, or comme tout traducteur ne le sait que trop, un traducteur renonce à son droit de parler pour lui-même, comme les hommes de la politique de Hobbes renoncent chacun à se gouverner soi-même. Comme il l’explique dans l’introduction à sa traduction de l’Histoire de Thucydide, la reconstruction de l’art oratoire est l’une des plus grandes réussites de l’historien athénien5, ce qui exigeait du traducteur qu’il conçût un style oratoire en anglais susceptible de convenir à ses lecteurs. L’acte de traduire exige d’adapter sa propre voix d’auteur à celle d’un autre, or ici la traduction de discours tenus par plusieurs personnages dans le style d’un autre auteur, enchâssés pour ainsi dire dans son propre récit, demandait encore plus de renoncement de la part du traducteur. Cela étant, cet exercice fournit à Hobbes un point d’observation irremplaçable sur les variations de ton et de mode requis par les situations politiques et militaires dont parlait Thucydide. Il n’est donc guère surprenant qu’à la fin de sa carrière, Hobbes écrivît des dialogues : l’écriture dialogique ne l’accompagnai-t-elle pas depuis le commencement6 ?

  • 7 Quentin Skinner, Reason and Rhetoric in the Philosophy of Hobbes, Cambridge, Cambridge University (...)

3Comme Skinner l’a remarquablement exposé, il semble bien que Hobbes ait changé de style entre les Éléments du droit et le Léviathan. Pour Skinner cela signifie que Hobbes a adopté une posture rhétorique qu’il avait dû trouver plus persuasive que la méthode géométrique expérimentée dans les Éléments, toujours préconisée dans le Léviathan, mais effectivement remisée en partie lorsqu’il fallut démontrer la version ultime de sa philosophie politique7. La rhétorique aurait emporté la bataille de la persuasion contre la logique, bien que la logique restât le meilleur instrument pour élaborer une pensée philosophique. Malgré tout, la rhétorique devait être plus efficace pour exprimer sa pensée à ses semblables, à ses frères en sujétion. Il y a une part de vérité incontestable dans la théorie de Skinner, bien qu’il faille garder à l’esprit que dans des œuvres comme le De Corpore (latin et anglais) et le De Homine, qui devaient paraître après le Léviathan, la structure argumentative était largement plus déductive que rhétorique.

4Hobbes commença par être traducteur et adaptateur : il traduisit Thucydide, Bacon et Homère, et adapta Aristote. Je commencerai par étudier ce que ces travaux nous disent de sa lutte pour se construire une voix propre. Certains de ses correspondants français décrivent les effets d’une philosophie exprimée dans un langage qu’ils devaient apprendre pour entrer plus profondément dans cette pensée ; leur insatisfaction devant les solutions offertes par les dictionnaires bilingues de l’époque nous montrera l’effet sur l’image du philosophe produit par le choix de la langue vernaculaire. À la façon dont il se traduit, il apparaîtra bien vite que Hobbes ne visait pas le même lectorat implicite selon la langue dans laquelle il écrivait, traduisait ou se faisait traduire. On se mettra pour finir à l’écoute de l’un de ses grands contemporains, admirateurs et réfutateurs, le comte de Clarendon, pour comprendre les limites du succès de Hobbes dans sa tentative littéraire de se façonner une persona philosophique.

Traducteur, adaptateur, auteur politique

  • 8 Karl Schuhmann, Thomas Hobbes, une chronique. Cheminement de sa pensée et de sa vie, Paris, Vrin, (...)
  • 9 Thomas Hobbes, De Cive. The English Version, Howard Warrender (éd.), Oxford, Clarendon Press, « Cl (...)
  • 10 John T. Harwood (éd.), The Rhetorics of Thomas Hobbes and Bernard Lamy, « Landmarks in Rhetoric an (...)
  • 11 Thomas Hobbes, Léviathan, traduit du latin, François Tricaud et Martine Pécharman (trad.), Paris, (...)
  • 12 Martine Pécharman, dans son introduction, présente certains des changements, Léviathan, traduit du (...)

5Hobbes a traduit Thucydide et Homère en anglais, Bacon en latin, mais il se contenta d’adapter la Rhétorique d’Aristote en latin d’abord, puis en anglais – c’est cette version qui fut publiée. Dans le cadre de son travail de secrétaire pour le comte Cavendish, il traduisit les lettres de Micanzio, le secrétaire de Paolo Sarpi, critique acerbe du concile de Trente, mais elles ne furent pas publiées de son vivant8. Nous savons par son biographe John Aubrey, mais par lui seul, qu’il avait traduit la Médée d’Euripide en vers latin à l’âge de quinze ans. On peut établir par des preuves textuelles qu’il n’a pas traduit lui-même le De Cive en anglais9, mais il y a bon nombre d’arguments internes pour démontrer qu’il est bien le traducteur de l’abrégé anglais de la Rhétorique d’Aristote10. Selon des recherches récentes, il semble que Hobbes ait dicté à son secrétaire la totalité de la traduction latine du Léviathan, et qu’il ait été en mesure de relire le plus gros de la traduction anglaise du De Corpore, bien qu’il restât bon nombre d’erreurs dans le texte de 165611. Comme on le verra plus loin, le Léviathan latin comporte tellement de modifications, que ce soit sous la forme d’ajouts (les appendices), de coupes (exemples, citations, comparaisons) ou de réécritures, qu’on peut être assuré que Hobbes en est bien l’auteur. Ces éléments de composition que sont les preuves extra-techniques contribuent à la construction de l’éthos de Hobbes comme auteur, et leur modification pour correspondre à un auditoire différent altère en effet cet éthos dans la version latine internationale. Hobbes y apparaît toujours comme un penseur subversif, mais les provocations religieuses et littéraires y sont moins appuyées que dans la version anglaise12. Il n’est pas question d’examiner ici les options de traduction de Hobbes, mais de se concentrer sur les procédés qui mettent en lumière son travail de construction d’une persona d’auteur.

  • 13 On trouvera ces deux textes traduits dans Franck Lessay (éd.), Hérésie et histoire, op. cit., p. 1 (...)
  • 14 Thomas Hobbes, Béhémoth, ou le Long Parlement, Borot Luc (éd.), Paris, Vrin, « Œuvres de Hobbes en (...)
  • 15 Luc Borot, « History in Hobbes’s Thought », in Cambridge Companion to Hobbes, Tom Sorell (éd.), Ca (...)

6Quelles sont les informations culturelles et littéraires que nous pouvons tirer du projet de traduction de Thucydide et des parerga de l’ouvrage ? L’introduction de Hobbes à sa propre traduction est l’un de ses rares textes qu’on pourrait ranger dans la catégorie des essais (avec sa réponse à la dédicace du Gondibert de Davenant, et la préface à sa propre traduction d’Homère13). Il y insiste sur la proximité entre les préoccupations de Thucydide et les siennes. Avec le recul qui est le nôtre, il est certes facile de lire la présence des inquiétudes de l’auteur des Éléments de 1640 dès l’introduction aux Guerres du Péloponnèse de 1628, mais sans aller jusque là on peut y lire une sorte de prise de position inaugurale sur les mérites respectifs de la rhétorique et de l’histoire, et des monarchies et des républiques comme formes de gouvernement. Que ce soit dans l’adresse aux lecteurs ou dans l’étude de la vie et de l’œuvre de son auteur, Hobbes décrit le travail de Thucydide comme l’idéal du métier d’historien. Il commence en effet par les causes à long terme, puis il se lance dans le récit proprement dit, qu’il interrompt pour proposer des analyses critiques des événements majeurs des décennies de la guerre qu’il étudie. C’est exactement ce que Hobbes devait déclarer comme étant son programme dans la dédicace de son Béhémoth au comte d’Arlington14. Cela étant dit, le fait d’avoir choisi pour cet ouvrage une forme dialoguée plutôt qu’un récit historique devait représenter un écart par rapport à son modèle athénien, pour des raisons dont on peut penser qu’elles ont à voir avec l’efficacité didactique15.

  • 16 Thomas Hobbes, « Préface à la traduction de Thucydide », op. cit., p. 140.
  • 17 Ibid., p. 150-159.
  • 18 Ibid., p. 148.

7Hobbes écrit que les auteurs qui expriment publiquement des pensées étrangères au mode de pensée majoritaire sont toujours taxés d’athéisme, et ont toujours beaucoup de difficultés à faire passer leur message sans opposition16. Il est clair qu’une telle prise de position définit le programme de Hobbes dans la construction qu’il a entreprise d’une persona philosophique dissidente dont il ne se départira jamais tout au long de sa vie. Il brosse le portrait de ce qu’un philosophe digne de ce nom se doit de faire, mais aussi le tableau de ce que le travail philosophique sérieux se doit de ne pas être, comme lorsqu’il attaque la critique de Thucydide par Denys d’Halicarnasse, qui lui reprochait de n’être qu’un rhéteur, et d’avoir négligé l’ornementation dans son écriture17. À l’opposé, Hobbes loue son auteur pour son talent à découvrir les justes moyens d’exprimer la vérité, même si cela doit exiger l’invention des discours de ses personnages, dont le contenu est véridique et dont les paroles ne sont peut-être pas la vérité historique, mais expriment correctement l’état d’esprit et les circonstances dans lesquelles se trouvaient les orateurs18. Son rejet des simples rhétoriciens, lié à son éloge de la juste mise en œuvre des procédés rhétoriques, nous offre une première vision de ce que Hobbes pensait des buts du travail philosophique : l’alliance de la vérité et de la persuasion.

8On s’est souvent demandé si Hobbes adhérait aux doctrines rhétoriques d’Aristote qu’il présente dans l’abrégé de la Rhétorique, et si l’on pouvait y lire les bases de ses théories ultérieures sur la métaphore dans le Léviathan. Hobbes ne partage certainement pas les positions d’Aristote quand il résume l’œuvre en latin pour son élève William III Cavendish aux alentours de 1633. Hobbes n’a certainement jamais partagé les définitions aristotéliciennes des métaphores et de leur usage, mais ce que pose Hobbes en produisant ce résumé traduit pour son élève, c’est la valeur pédagogique du texte. Après avoir traduit un esprit qui lui était proche, Thucydide, il s’est contenté de résumer un ouvrage d’un auteur qu’il avait commencé à rejeter, mais dont son élève devait avoir une bonne connaissance pour ne pas passer pour un sot dans son milieu. En outre, il pouvait y apprendre l’art oratoire, technique dont il serait appelé à faire un fréquent usage dans sa vie future. On pouvait compter sur Hobbes et sur le milieu Cavendish pour que l’héritier des Devonshire soit orienté vers la science nouvelle, d’où l’idée d’un abrégé. À Thucydide l’hommage d’un essai et d’une traduction exhaustive où le talent de l’écrivain pointe sous celui du traducteur, au Stagyrite un résumé pédagogique aussi sec en anglais qu’en latin. La bride sur le cou, le style de Hobbes est copieux et ample : les choix du traducteur suivent ses inclinations intellectuelles. Plus il aime ce qu’il traduit, plus il s’exprime en traduction dans un idiome semblable au sien. Si le choix des œuvres qu’il a traduites révèlent des étapes dans la constitution de l’idiome littéraire et philosophique de Hobbes, il jette aussi un éclairage intéressant sur ses options idéologiques au temps de sa maturité. Moins influente sur Hobbes que Thucydide et sa traduction, la Rhétorique d’Aristote doit lui avoir permis de marquer sa différence et, en préparant son cours pour son disciple, de prendre des décisions rhétoriques en vue de l’œuvre à venir.

  • 19 Quentin Skinner, Reason and Rhetoric, op. cit., p. 294-375 développe dans toute sa complexité un a (...)

9On peut bien sûr objecter à cette conception d’un style hobbesien ample et copieux que le projet euclidien qui apparaît dans les Éléments du droit en 1640 renvoie à une conception du style philosophique que Spinoza devait résumer plus tard par l’expression more geometrico. La méthode définie dans les Éléments comme dans le Léviathan était censée produire ce que le Léviathan appelle une « connaissance conditionnelle », fondée sur des définitions solides de mots et de notions connectés entre eux par une chaîne de raisonnement déductive. Quentin Skinner, quand il compare le style des Éléments et celui du Léviathan, souligne les évidentes divergences de style et de méthode entre les deux textes, et en déduit que la compréhension par Hobbes de la culture politique de ses contemporains avait changé pendant les dix ans qui les séparent19. Comme on l’a déjà dit, il faut quelque peu tempérer cette lecture sur deux points précis : 1/ le De Corpore (1655) et le De Homine (1658) suivent le modèle méthodologique initial consécutif à la découverte par Hobbes des Éléments d’Euclide ; 2/ jamais Hobbes ne laisse entendre dans le Léviathan que la méthode analytico-synthétique serait caduque, bien que son approche stylistique dans cet ouvrage s’avère diverger du modèle qu’il entendait établir.

10Si l’appel à la force persuasive de la rhétorique est indéniablement plus puissant dans le Léviathan, ce n’est pas parce que Hobbes aurait changé sa théorie du raisonnement philosophique, mais parce qu’il a introduit dans sa théorie politique des changements substantiels (les théories de l’autorisation et de la représentation) qui renforcent le rôle des citoyens ou des sujets dans la fondation et la perpétuation de la république. Il devait donc les convaincre par les moyens les plus efficaces, ceux de la rhétorique et non ceux (réservés au savants) de la dialectique. C’est la mutation de l’écriture philosophique et non de sa théorie de la méthode qui amène Hobbes à se construire une persona philosophique à nulle autre pareille.

11Hobbes n’utilise cependant pas uniquement la rhétorique pour construire cette persona philosophique : l’histoire de la philosophie l’aide aussi à définir ce qu’un philosophe ne doit pas être. En critiquant Denys d’Halicarnasse dans les parerga de son Thucydide, Hobbes a commencé à peupler son monde intellectuel de personnages de savants au jugement défaillant. Cette forme de dénigrement est indissociable de son mode ultérieur de composition. Dans bon nombre de chapitres du Léviathan, mais aussi dans la Narration concernant l’hérésie, et plus encore dans les dialogues, les schoolmen, terme qu’il utilise pour désigner les scolastiques en suggérant qu’ils sont encore des écoliers, les platoniciens, les aristotéliciens, les théologiens catholiques, ou encore les démonologues, sont la cible de ses sarcasmes. Les confusions qu’ils provoquent dans les esprits proviennent d’un rapport sémantique perverti entre signifié et signifiant qui leur permet de produire des signifiants sans signifiés assignables, qu’ils savent présenter dans des discours enjôleurs qui confèrent une vraisemblance au monde verbal ainsi constitué. Le choix d’une accumulation des formules négatives ajoute à la confusion du propos cité une charge satirique d’une grande efficacité.

  • 20 Thomas Hobbes, Leviathan, with selected variants from the Latin edition of 1668, Edwin Curley (ed. (...)

No man therefore can conceive anything, but he must conceive it in some place, and endued with some determinate magnitude, and which may be divided into parts; not that anything is all in this place, and all in another place at the same time; nor that two or more things can be in one and the same place at once; for none of these things ever have, or can be, incident to sense, but are absurd speeches, taken upon credit (without any signification at all) from deceived philosophers, and deceived or deceiving schoolmen20.

12De toute évidence, comme l’explique une note de Curley, c’est une double attaque contre les scolastiques et contre la théologie catholique de la présence réelle. Hobbes ne désigne pas ici un adversaire ni une école de pensée ; il se contente de tourner en dérision un concept qu’il juge stratégique dans la méthode obscurantiste qu’il entend dénoncer, là où les adversaires mettent une philosophie dévoyée au service d’une religion contaminée par le souci d’asservir les âmes.

  • 21 C’est dans les écrits polémiques contre Bramhall que Hobbes pousse le plus loin cette pratique de (...)
  • 22 Thomas Hobbes, Leviathan, « Review and Conclusion », op. cit., p. 495-496, p. 720.

13Hobbes se souciait rarement de nommer ses cibles, mais il fait une exception à cette règle dans le chapitre 42, où il vise nommément les ouvrages théologico-politiques du cardinal Robert Bellarmin. Fau-t-il y voir un hommage à un adversaire qu’il juge à sa mesure ? Il est évident qu’il le défie personnellement parce qu’il considère que sa théorie de la relation entre les pouvoirs temporel et spirituel est à l’exact opposé de la sienne21. Avec l’ironie qui est la sienne, Hobbes ne s’explique que dans la « Révision et conclusion » finale sur la rareté des références directes aux autres auteurs22. Il est remarquablement habile de sa part de ne fournir son programme à cet égard qu’à la fin de l’ouvrage dans un catalogue de justifications de la pensée autonome. Ce maître de la rhétorique prétend que la faiblesse de son elocutio viendrait du manque d’ornement emprunté aux autres auteurs. En réalité, c’est l’auteur du Léviathan lançant un clin d’œil à l’humaniste de l’introduction à Thucydide, à un quart de siècle de distance : Hobbes avait déjà fait la preuve qu’il était capable de citer des « autorités », mais il était en train de démontrer que la philosophie était une tout autre sorte d’écrit, dans laquelle d’autres modes d’établissement de la preuve étaient requis, par des arguments autonomes, arrangés de préférence de façon déductive, mais certainement pas en illustrant son propos par des citations. Que son programme hypothéticodéductif n’ait pas toujours été rempli, on l’a évoqué plus haut.

14Il n’en reste pas moins que la démolition la plus brillante par Hobbes des autres penseurs, des mages, des poètes, des croyants crédules, des prêtres, des pasteurs et des autres manipulateurs de l’au-delà (ou plutôt des manipulateurs du discours sur l’au-delà) se trouve dans la quatrième partie du Léviathan, « Du royaume des ténèbres ». C’est le couronnement de l’édifice satirique et rhétorique de l’ouvrage, en ce qu’il a recours à tous les instruments possibles de la rhétorique. Le monde des destructeurs de la philosophie est ce royaume des ténèbres qu’il définit comme étant l’inversion de la république bien fondée et de l’Église proprement établie dans une telle république.

  • 23 Leviathan, chap. 44, p. 411, p. 625-626. Les italiques sont dans l’original.

[…] nothing else but a Confederacy of Deceivers, that to obtain dominion over men in this present world, endeavour by dark, and erroneous Doctrines, to extinguish in them the Light, both of Nature, and of the Gospell ; and so to disprepare them for the Kingdome of God to come23.

15Ce sont bel et bien les adversaires qu’il combat tout au long du Léviathan et qui, toute sa vie, se sont acharnés sur son œuvre et sa personne.

  • 24 Bien qu’il fût toujours engagé, Hobbes n’a jamais recherché de position de pouvoir. On peut trouve (...)

16On peut donc dire que pour Hobbes, en plus des critères de rigueur scientifique définis dans les Éléments et le Léviathan, un philosophe est un auteur qui ne manipule pas le langage (mais Hobbes n’étai-t-il pas un superbe manipulateur des mots ?), qui se tient à ses définitions, bâtit des argumentations déductives pour parvenir à des définitions conditionnelles établissant des vérités scientifiques, à la manière d’Euclide dans ses propres Éléments. Un philosophe n’est pas un manipulateur, il n’est pas un décepteur, et il n’investit pas d’intérêt de pouvoir dans l’expression de son message religieux, juridique, politique ou optique ; c’est déjà ce que disait une citation de Lucien dans l’introduction à Thucydide24. Un philosophe peut se permettre d’être un homme d’esprit (wit), mais jamais un décepteur. Un philosophe ne saurait être sujet du royaume des ténèbres.

  • 25 Veronica Silver, op. cit. ; Roger D. Lund, « The Bite of Leviathan : Hobbes and Philosophical Drol (...)

17Dans leurs articles, Roger Lund et Veronica Silver insistent à juste titre sur la perception qu’avaient de Hobbes ses contemporains, qui voyaient en lui un auteur à l’esprit et à l’intelligence supérieurs, qu’il mettait au service de la formulation d’un système pseudo-philosophique en contradiction avec tout ce qu’on leur avait appris à respecter et à croire25. Ce n’est pas pour la clarté de son style qu’il était apprécié, mais pour son bel esprit (wit), ce qui ne doit pas nous faire oublier qu’il reçut autant de critiques que d’éloges pour son esprit. Il est donc important de se pencher sur les réactions de ses lecteurs. Après avoir rapidement considéré le jugement de ses lecteurs français sur la possibilité d’une traduction de Hobbes, on analysera quelques différences significatives entre les versions anglaise et latine du Léviathan et on examinera le jugement d’Edward Hyde, comte de Clarendon, l’un de ses principaux critiques, sur les dangers d’une telle philosophie.

18Descartes et Hobbes s’accusaient mutuellement d’avoir usurpé les fondements de l’optique, et malgré l’entremise de Mersenne, à qui Hobbes vouait une profonde amitié, jamais les deux hommes ne furent réconciliés. Mais d’autres savants français s’intéressèrent à la pensée de Hobbes, et l’image qu’ils se faisaient de lui était diamétralement opposée à l’opinion de l’auteur de la Dioptrique. Il ne sera pas question ici de Sorbière, l’ami, éditeur et traducteur de Hobbes, surtout lié à son œuvre latine, mais de figures mineures dont les lettres interpellent notre auteur sur sa propre langue et sur la singulière expérience d’écrire une œuvre aussi puissante dans cette langue-là. Peleau, du Prat et du Verdus font l’objet de notices biographiques dans l’édition Malcolm de la Correspondence, mais c’est sur du Verdus qu’on se concentrera ici. Ces lecteurs français pressent Hobbes de donner une traduction latine du Léviathan, ce qu’il fera ou fera faire, mais jamais cette œuvre ne fut intégralement traduite en français avant la publication du travail majeur de François Tricaud en 1971. De Paris ou de Bordeaux, du Verdus envoya plusieurs lettres à Hobbes dans les années 1650 pour lui demander la façon de traduire certains termes ou expressions. Il lui avoua même qu’il avait commencé à apprendre l’anglais pour lire le Léviathan, après avoir découvert sa philosophie dans les œuvres latines :

  • 26 Noel Malcolm (éd.), The Correspondence of Thomas Hobbes, Oxford, Clarendon Press, 1994, vol. I, p. (...)

C’est en uertû de cette estime et seulement pour entendre uostre Leuiatan qu’enfin après auoir icy trouué un Docteur qui scait uostre langue je me suis mis entre ses mains, et qu’après en auoir receu les reigles de la Prononciation, la Conjuguaison des auxiliaires, les Pronoms et Particules en un mot les reigles de la Gramaire je me suis mis à écrire sous lui [>mot a mot] uostre liure dont je fais une version interlinéaire dont j’écris tous les jours ponctuellement sur la ligne ce qui m’a esté dicté, dans mon Liure le seul que j’aye trouué a acheter en tout Paris26.

19Il est intéressant de relever que du Verdus écrit à Hobbes en français alors que Sorbière, plus intime avec lui cependant, utilise le latin. Il y a de la nouveauté dans l’image du philosophe, dans cet échange sur les équivalences vernaculaires. Le défi de l’anglais, et à mesure que le lecteur progresse dans la langue anglaise, le défi du style de Hobbes, modifient la perception du philosophe.

  • 27 Par exemple, voir lettre 94 du 30 octobre 1656, Correspondence, vol. I, p. 321-323.

20Du Verdus et Peleau, tous deux bordelais, écrivent à Hobbes des lettres d’une exceptionnelle déférence. Hobbes y était loué pour la puissance de sa philosophie. Il est clair que Hobbes fascinait les Huguenots pour son analyse anticléricale des institutions ecclésiastiques, bien qu’ils fussent peu convaincus par l’orthodoxie de son exégèse biblique. Il ne reste pas de lettres de Hobbes à ces personnages, mais leurs critiques de ses réponses à leurs interrogations exégétiques prouvent qu’il leur avait bel et bien répondu27. On trouve un indice de l’influence que Hobbes exerçait sur ses lecteurs francophones dans le mimétisme stylistique qu’on peut repérer chez du Verdus dans une lettre où sa verve satirique se déchaîne contre la transsubstantiation en faisant entendre des échos hobbesiens indubitables :

  • 28 Noel Malcolm (ed.), Correspondence, op. cit., vol. I, Lettre 108, 1er janvier 1657, p. 400.

Et comme il serait très absurde de vouloir prendre à la lettre qu’on mangeât le passage, et la promenade de l’ange : il est aussi très absurde de uouloir prendre à la lettre qu’on mangeât le corps de Jésus-Christ ; Et de cette absurdité on tombe dans toutes ces autres, qu’un corps soit sans étandüe ; qu’il soit tout en tout et tout en chaque partie du tout ; que la teste et les piés le reste du corps soyent en chaque endroit du pain benit, et neanmoins n’y soyent qu’une fois ; qu’il y ait des accidents sans substançe ; et autres telles absurdités, où il a falu tomber en suitte de la premiére28.

21Non seulement Hobbes marque la pensée de du Verdus, mais en outre ce dernier cherche à se substituer à lui et lui propose l’ajout qu’on vient de voir à sa réfutation de la transsubstantiation. Le traducteur devient alterego de l’auteur, là où ce dernier rejoint par ses préoccupations celles de son lecteur huguenot. Mais quand il interroge le penseur sur son travail de traducteur, comme pour le chapitre IV du Léviathan sur le langage, c’est la déférence qui l’emporte.

  • 29 Thomas Hobbes, Les Élémens de la politique de Monsieur Hobbes. De la traduction du sieur du Verdus(...)

22Du Verdus devait publier en 1660 une traduction des deux premières parties du De Cive, sous le titre Les Élémens de la Politique de Monsieur Hobbes29, mais ce dut être un second choix après sa tentative sur le Léviathan. Du Verdus prend pour exemple de sa difficulté un terme sur lequel le « Docteur » qui lui enseignait la langue achoppa « ne scachant pas vos Principes ». On va voir que le travail philologique du savant aquitain est lié à la compréhension philosophique :

  • 30 Noel Malcolm (éd.), Correspondence, op. cit., p. 187-188.

Mon Docteur […] ne scachant pas vos Principes ne m’a sceu expliquer le terme limbs qui se trouue tout au comencement de vostre Introduction ou vous insinüés que la vie est seulement un mouuement de ce limbs. for seeing life is but a motion of limbs : Et ce qui est rare c’est que ni le mot ne se trouve dans le Dictionnaire de Robert Sheruood ; ni il ne se trouue dans le Dictionnaire de Cotgraue ni il n’est conû par cincq ou six Anglois qui sont icy gens de lettres d’ailleurs, a qui on en a demandé le sens et qui n’ont sceu en rendre raison30.

23L’honnêteté intellectuelle de l’épistolier n’est nullement en cause ici, mais la compétence linguistique de son guide semble assez limitée. L’usage des dictionnaires révèle le manque de pratique de l’anglais écrit des deux Français, car dans Cotgrave, du moins dans l’édition de 1611, on trouve bien ce mot, mais orthographié limme, comme traduction du français « membre », et comme le souligne Malcolm en note, le dictionnaire de Sherwood imprimé avec celui de Cotgrave en 1650 donne la même orthographe. Comment du Verdus et son maître ont-il prononcé ce mot courant (comme les « limbes » ?) pour que les quelques gens de lettres anglais interrogés ne puissent répondre ? C’est un autre mystère de l’apprentissage des langues étrangères au xviie siècle. Peut-être, également, si les Anglais interrogés étaient des exilés, ne voulaient-ils pas participer à la diffusion d’une doctrine libertine et athée dans leur pays d’accueil. Loin de ne concerner que la difficulté linguistique, ces propos nous montrent comment la réputation du philosophe peut se nourrir de sa spécificité linguistique. Hobbes fait l’objet d’une fascination qui pousse un hobereau savant de province à apprendre une nouvelle langue, et à se faire traducteur. Une sorte de fraternité pourrait se créer autour de lui, entre ceux qui, non contents d’être liés par une recherche libre, le seraient aussi par leur capacité à comprendre le nouveau code de cette pensée, l’anglais.

  • 31 Ibid., vol. I, Lettre 108, p. 402.
  • 32 Ibid., vol. I, Lettre 108, p. 406.
  • 33 Ibid., vol. I, Lettre 108, p. 407.

24Faute de lettres de Hobbes à du Verdus, nous possédons, grâce à Noel Malcolm, des preuves de l’attention que Hobbes prêtait à l’entreprise de son correspondant, sous la forme de corrections portées sur les lettres. Si l’on s’arrête au seul exemple de la lettre 108, qui contient entre autres choses la traduction du chapitre IV, quiconque entend évaluer la réception de Hobbes à partir de la traduction comme symptôme culturel doit envisager deux types de problèmes : les options-mêmes du traducteur, et les corrections de Hobbes. En effet, si le titre « Of Speech » est rendu par « Du Langage », la traduction de speech lorsque le terme est défini n’est autre que « le parler ». C’est en effet un choix judicieux. « Parole » eût pu faire l’affaire, mais Hobbes joue ailleurs sur ce mot à propos du Christ comme verbe de Dieu. « Mutual utility and conversation », rendu par du Verdus comme « utilité mutuëlle et conversation » est corrigé par Hobbes en « utilité et conversation mutuëlle », correction grammaticale et stylistique tout à la fois, mais il n’a pas corrigé « le parler » ni « langage31 ». Un peu plus loin, quand il traduit littéralement man is a living creature par « l’homme est une créature vivante », du Verdus corrige en « animal », mais Hobbes ne le corrige pas32. En revanche, Hobbes pallie les lacunes linguistiques de du Verdus en précisant les termes. Par exemple, là où le traducteur rend all false and senseless tenets par « tous les faux et où il n’y a point de sens », sans traduire tenets, Hobbes ajoute « doctrines » et corrige senseless en « absurdes », prouvant par là qu’il connaît bien la langue d’arrivée et le lexique français exprimant des notions sémantiques aussi importantes pour lui que l’absurdité33.

  • 34 Ibid., vol. I, Lettre 100, p. 356, 358.

25La traduction du chapitre IV est acceptable, et même remarquable selon les critères de l’époque. On mesure les progrès parcourus depuis la lettre de 1654 déjà citée, mais aussi depuis la lettre 100 du 3 décembre 1656. Cette lettre est une suite interminable de questions lexicales dont certaines révèlent l’incapacité de du Verdus, à ce stade de son apprentissage, à saisir l’humour de Hobbes, pourtant si capital dans l’image qu’il produisait de lui-même et dans celle qu’on se faisait de lui. Pour se limiter aux questions portant sur la quatrième partie, on relève que le pauvre traducteur reste paralysé par la typographie anglaise, alors que les mêmes phénomènes de substitution existaient en français (u pour v, par exemple) : que peut-il comprendre à la satire hobbesienne s’il ne reconnaît pas wives (« bonnes femmes ») dans old wiues tales (contes de bonnes femmes) ni elves (les elfes) sous la graphie elues34.

26Le cas limite de la lecture d’un traducteur nous montre que l’image de Hobbes philosophe est quasiment inséparable de celle de Hobbes écrivain, car l’affinement de la perception de ses talents par du Verdus accompagne ses progrès en anglais, mais bute aussi sur les limites desdits progrès. Pour compléter notre vision des jeux de langues dans la construction consciente ou inconsciente d’une posture d’auteur chez Hobbes, il devient intéressant de considérer certaines options de traduction qui accompagnent le passage de l’anglais au latin dans le texte du Léviathan latin publié quinze ans après l’original.

  • 35 Thomas Hobbes, Leviathan, chap. 47, p. 483, François Tricaud (éd.), Paris, Sirey, 1971, p. 708 ; L (...)

27Hobbes attendit en effet quinze ans avant d’autoriser la publication d’une traduction latine de son principal ouvrage. Cette traduction, comme l’ont remarqué ceux qui l’ont traduite en français, est aussi une adaptation. Certains passages directement rattachés à la culture ou à la situation politique anglaise ont été omis dans la version latine, et on y a ajouté des appendices singulièrement polémiques sur le Crédo, l’hérésie et sur des objections déjà formulées contre le livre. Plusieurs passages omis ou adaptés montrent clairement que Hobbes vise un lectorat international ignorant de la culture populaire anglaise, à moins qu’ils ne révèlent que Hobbes ignorait qu’en Europe continentale on parlât aussi de fées, de succubes et d’incubes. Dans le chapitre 47, le texte anglais dit « The fairies marry not, but there be amongst them incubi that have copulation with flesh and blood. The priests also marry not », chez Tricaud « les sylphes ne se marient pas, mais parmi eux il y a des incubes, qui ont des relations sexuelles avec les êtres de chair et de sang. Les prêtres, eux non plus, ne se marient pas ». « Neque Lemures, neque Clerici uxores ducunt », nous dit le latin. La traduction anglaise du latin par Curley donne « Neither fairies nor clerics take wives », ce qui donne chez Tricaud « Ni les Lémures ni les clercs ne se marient35 ». Le venin fait tristement défaut à la version latine, ce qui pourrait suggérer que Hobbes n’avait pas la même qualité de bel esprit en latin qu’en anglais. Peuton arguer que Hobbes et ses traducteurs auraient eu peur de la censure catholique à l’étranger ? Pourquoi dans ce cas traduire ce livre et lui adjoindre des appendices aussi compromettantes ? Il est intéressant de relever l’initiative d’Edwin Curley, qui choisit dans son édition du Léviathan anglais de donner la traduction du chapitre 47 latin, pour insister sur l’hétérogénéïté des deux versions. Il ne le fait que pour les chapitres 9, 46 et 47. Le chapitre 9 est un tableau des savoirs commenté, mais les stratégies rhétoriques et philologiques sont très élaborées dans les chapitres 46 et 47, ce qui semble exiger un plus fort degré d’adaptation langagière.

28Il semble maintenant établi que Hobbes visait une autre forme de public cultivé dans chaque version de son maître-livre. Les savants figuraient naturellement dans le lectorat implicite de l’auteur, mais il avait aussi en tête les gentilshommes instruits, les citadins opulents, toutes les personnes impliquées dans l’administration des affaires publiques et privées à tous les niveaux, ainsi que dans la sélection des membres du Parlement. Hobbes a commencé par s’adresser à eux dans leur langue, en renvoyant à des sources communes, classiques et bibliques, gommant la frontière entre les deux sources, et jugeant qu’il ne serait pas en mesure de les convaincre par des arguments géométriquement construits : il fit usage de rhétorique plutôt que de dialectique. Le choix de références littéraires et culturelles anglaises produit des preuves extra-techniques ad usum Anglorum, et le ton du libre bel esprit s’adresse à un public de lecteurs ouverts et instruits. Mais tous ses lecteurs, même instruits, ne firent pas preuve de l’ouverture d’esprit requise.

  • 36 G.A.J. Rogers (éd.), Leviathan. Contemporary Responses to the Political Theory of Thomas Hobbes, o (...)

29En effet, des esprits aussi éminents que le comte de Clarendon Edward Hyde et l’évêque Bramhall furent offensés par le style, le ton et les idées de Hobbes36. Le sérieux du travail philosophique manquait à son œuvre, on y repérait trop l’ironie du sceptique, et la satire conférait au texte une distance telle que ces deux esprits distingués et respectables semblèrent partagés entre deux craintes : soit Hobbes ne croyait pas à ce qu’il écrivait, et dans ce cas ce dément était dangereux pour la république, ou bien Hobbes savait parfaitement ce qu’il faisait, et il en était d’autant plus dangereux. Donc sa philosophie était à l’exact opposé de ce que la philosophie politique devrait faire pour l’État, selon Hobbes lui-même : convaincre les sujets des fondements de la souveraineté et de leur obéissance. Que ce soit sur le plan de la théologie pour Bramhall, ou sur celui de la philosophie politique pour Clarendon, Hobbes manifestait tous les signes d’une pensée dangereuse pour les fondements religieux et juridiques de l’État. Son déterminisme radical mettait en cause la morale, son contractualisme faisait reposer sur le peuple informe la fondation de la souveraineté. C’est entre cette légende noire et la légende libertine de Hobbes que la réputation de notre philosophe, jusqu’à ce jour, s’est écrite. Ce n’était pas faute, de sa part, d’avoir averti les lecteurs et les autorités de son ambition ultime.

  • 37 Clarendon, Survey, in Rogers (éd.), Contemporary Responses…, op. cit., p. 181.
  • 38 Ibid., p. 182.

30De son exil montpelliérain, dans sa Survey of Mr Hobbes His Leviathan, publiée après sa mort en 1676, le chancelier déchu reprochait à Hobbes d’avoir abusé de son bel esprit pour détourner l’attention des lecteurs de la gravité et du danger présentés par les thèses défendues par son livre. Faute d’avoir excessivement pratiqué la réflexion, au lieu de mettre ses idées à l’épreuve de la conversation, Hobbes aurait laissé se développer des thèses paradoxales liées au caractère ombrageux de sa personnalité, révélé par l’âge37. Le penseur de Malmesbury aurait préféré la posture à la rigueur : « he values himself more upon being thought a good Philosopher, and a good Geometrician, then a modest Man, or a good Christian », nous ditil de son (ex-?) ami38. Le goût de la provocation et du beau style entraîneraient le philosophe à devenir un décepteur :

  • 39 Ibid., p. 183.

And I am still of opinion, that even of those who have read his Book, and not frequented his Company, there are many, who being delighted with some new notions, and the pleasant and clear Style throughout the Book, have not taken notice of those downright Conclusions, which overthrow or undermine all those Principles of Government, which have preserv’d the Peace of this Kingdom through so many Ages…39.

31On ne sait si Clarendon joue de la prétérition lorsqu’il écrit, par exemple, qu’il ne veut pas donner l’impression de disqualifier la personne de Hobbes, et qu’il continue en écrivant :

  • 40 Ibid., p. 185.

But if he, to advance his opinion in Policy, too imperiously reproaches all men who do not consent to his Doctrine, it can hardly be avoided, to reprehend so great presumption, and to make his Doctrines appear as odious, as they ought to be esteemed : and when he shakes the Principles of Christian Religion, by his new and bold Interpretations of Scripture, a man can hardly avoid saying, He hath no Religion, or that He is no good Christian…40.

32L’ombre projetée par la persona forgée par Hobbes est donc susceptible de noircir la réputation du penseur, et Clarendon le prend au piège de son style et de son audace intellectuelle, comme ce simple florilège le laisse deviner. Dans les attaques de Clarendon, il faut lire les critiques d’un homme d’action politique qui est aussi un intellectuel en politique ; juriste de formation, compagnon et conseiller de Charles Ier, comme de son fils en exil puis sur le trône, il s’est forgé une sagesse pratique fondée sur une idéologie traditionnelle et une conception traditionaliste du rapport entre la société, le pouvoir et l’Église en Angleterre : l’inégalité entre les hommes est naturelle, la religion est plus qu’une simple loi du royaume, la nature de l’homme n’est pas mauvaise, car il fut créé par Dieu à son image, les sujets disposent de libertés garanties par des lois. Clarendon refuse de voir en Hobbes un compagnon de route absolutiste procédant par d’autres voies pour atteindre le même port. Le portrait que John Aubrey donne de Hobbes dans sa grande vieillesse, avec son attachement à l’Église anglicane et à ses rites, ne correspond pas à la posture dénoncée par Clarendon, mais attestée par les textes de Hobbes lui-même. Hobbes paie, avec l’image que lui renvoie son ancien ami, les audaces philosophiques de sa posture littéraire. De plus en plus de critiques convergent pour voir en lui un compagnon de route du courant libertin, ce qui ne peut que justifier la lecture que nous avons mise en évidence dans ce travail.

33Dans l’introduction du Léviathan, Hobbes recourt à l’allégorie rebattue du corps politique pour présenter la méthode qu’il va suivre dans son ouvrage, et cependant il n’avait pas le projet de rendre plus qu’un hommage rhétorique à ce ramassis de clichés organicistes. À la fin de l’introduction, il désigne le lecteur ultime que vise son œuvre : « He that is to govern a whole nation », celui qui doit gouverner une nation entière, et qui donc doit lire en lui-même l’humanité de tous ses sujets. Le livre Léviathan est écrit pour lui, comme il s’applique à toute l’humanité qui doit faire sienne le précepte « read thyself », « lis-toi toi-même ». C’est pour lui la source de la sagesse, bien avant la lecture des livres.

34Dans la conclusion récapitulative du livre, il écrit qu’une fois décrits les fondements de la souveraineté et de l’obéissance, il espérait qu’un État adopterait sa philosophie et l’imposerait aux universités, pour le bien du royaume et de l’humanité. Il avait ouvert l’introduction sur les platitudes de l’organicisme et il terminait la conclusion par une défense de l’innovation théorique. La philosophie, au sens où il l’entendait, était tout sauf une répétition. Le philosophe n’était ni un alchimiste, ni un perroquet d’Aristote, mais un créateur de pensers nouveaux sur des problèmes universels. Il avait écrit pour des gentilshommes, des citoyens, des savants et des magistrats. Il lui sembla, à lire les répliques à sa philosophie, qu’il avait failli dans son entreprise. C’est pourquoi il se tourna dans les dernières décennies de sa vie vers les dialogues et les narrations, dans une nouvelle entreprise de persuasion. Les talents qu’il y déploya n’étaient pas différents, et s’ils avaient été publiés de son vivant dans leur forme autorisée, son image n’en eût pas été changée.

Notes

1 Nigel Smith, Literature and Revolution in England, 1640-1660, New Haven, CT et Londres, Yale UP, 1994, p. 23-53, 297-304 ; Susan Wiseman, Drama and Politics in the English Civil War, Cambridge, CUP, 1998.

2 Sur l’éventuelle participation de Hobbes au cercle de Lucius Cary, vicomte Falkland, dans les années 1630, voir F. C. Beiser, The Sovereignty of Reason. The Defense of Rationality in the Early English Enlightenment, Princeton, Princeton UP, 1996, p. 84-86, et pour une opinion contraire l’introduction de G.A.J. Rogers (éd.), Leviathan. Contemporary Responses to the Political Theory of Thomas Hobbes, Key Issues Series, Bristol, Thoemmes Press, 1995, p. XV.

3 Quentin Skinner, Reason and Rhetoric in the Philosophy of Hobbes, Cambridge, CUP, 1996 ; Veronica Silver, « The Fiction of Self Evidence in Hobbes’s Leviathan », in English Literary History, n° 55, 2, p. 351-379.

4 Horst Bredekamp, Stratégies visuelles de Thomas Hobbes. Le Léviathan, archétype de l’État moderne. Illustrations des œuvres et portraits, Denise Modigliani (trad.), Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2003.

5 Thomas Hobbes, « Préface à la traduction de Thucydide », in Franck Lessay (éd.), Hérésie et histoire, « Œuvres de Hobbes en français », vol. 12/1, Paris, Vrin, 1993, p. 135, 148-150.

6 Luc Borot, « Hobbes, Rhetoric, and the Art of the Dialogue », in Dorothea Heitsch, et Jean-François Vallée (éd.), Printed Voices. The Renaissance Culture of Dialogue, Toronto, Toronto University Press, 2004, p. 175-189.

7 Quentin Skinner, Reason and Rhetoric in the Philosophy of Hobbes, Cambridge, Cambridge University Press, 1996. Il examine la construction par Hobbes de son éthos, p. 376-381.

8 Karl Schuhmann, Thomas Hobbes, une chronique. Cheminement de sa pensée et de sa vie, Paris, Vrin, « Hobbes Supplementa », 1998, p. 27.

9 Thomas Hobbes, De Cive. The English Version, Howard Warrender (éd.), Oxford, Clarendon Press, « Clarendon Edition of the Philosophical Works of Thomas Hobbes », vol. III, 1983, p. 48 ; Philip Milton, « Did Hobbes Translate De Cive? », in History of Political Thought. Hobbes Issue, 11 : 4, hiver 1990, p. 627-638.

10 John T. Harwood (éd.), The Rhetorics of Thomas Hobbes and Bernard Lamy, « Landmarks in Rhetoric and Public Address », Carbondale et Edwardsville, Southern Illinois UP, 1986, « Introduction », p. 22-32.

11 Thomas Hobbes, Léviathan, traduit du latin, François Tricaud et Martine Pécharman (trad.), Paris, Vrin, 2004, p. XVIII-XX. Carl Schuhmann examine l’autorité du texte de 1656 Concerning Body, dans son introduction à l’édition du texte latin du De Corpore, Paris, Vrin, « Hobbes Latinus », 1999, p. XLIV-LXXVI.

12 Martine Pécharman, dans son introduction, présente certains des changements, Léviathan, traduit du latin, p. XX-XXV.

13 On trouvera ces deux textes traduits dans Franck Lessay (éd.), Hérésie et histoire, op. cit., p. 173-186, 195-204. On a attribué à Hobbes trois essais des Horae Subsecivae de William Cavendish (1620), publiés dans Thomas Hobbes, Three Discourses. A Critical Modern Edition of Newly Identified Work of the Young Hobbes, Noel B. Reynolds et Arlene W. Saxonhouse (ed.), Chicago et Londres, University of Chicago Press, 1995.

14 Thomas Hobbes, Béhémoth, ou le Long Parlement, Borot Luc (éd.), Paris, Vrin, « Œuvres de Hobbes en français » vol. 9, p. 37.

15 Luc Borot, « History in Hobbes’s Thought », in Cambridge Companion to Hobbes, Tom Sorell (éd.), Cambridge, CUP, 1995, p. 312-315, 323-324.

16 Thomas Hobbes, « Préface à la traduction de Thucydide », op. cit., p. 140.

17 Ibid., p. 150-159.

18 Ibid., p. 148.

19 Quentin Skinner, Reason and Rhetoric, op. cit., p. 294-375 développe dans toute sa complexité un argumentaire le plus souvent imparable.

20 Thomas Hobbes, Leviathan, with selected variants from the Latin edition of 1668, Edwin Curley (ed.), Indianapolis, Cambridge, Hackett, 1994, chap. 3, p. 15 ; Thomas Hobbes, Léviathan, traité de la matière, de la forme et du pouvoir de la république ecclésiastique et civile, François Tricaud (éd.), Paris, Sirey, 1971, p. 25-26.

21 C’est dans les écrits polémiques contre Bramhall que Hobbes pousse le plus loin cette pratique de la réfutation académique.

22 Thomas Hobbes, Leviathan, « Review and Conclusion », op. cit., p. 495-496, p. 720.

23 Leviathan, chap. 44, p. 411, p. 625-626. Les italiques sont dans l’original.

24 Bien qu’il fût toujours engagé, Hobbes n’a jamais recherché de position de pouvoir. On peut trouver deux exceptions, mais où il n’agissait pas dans son intérêt personnel : William Cavendish, en tant que gouverneur du Derbyshire, tenta de faire sélectionner Hobbes pour un siège au Court Parlement du printemps 1640, et Hobbes assista souvent ses protecteurs dans leurs investissements coloniaux, au sein des compagnies impliquées, Karl Schuhmann, Thomas Hobbes, une chronique, Paris, Vrin, 1998, p. 60. Voir aussi Thomas Hobbes, « Préface à la traduction de Thucydide », op. cit., p. 153.

25 Veronica Silver, op. cit. ; Roger D. Lund, « The Bite of Leviathan : Hobbes and Philosophical Drollery », in English Literary History, n° 65 : 4 (1998), p. 825-855.

26 Noel Malcolm (éd.), The Correspondence of Thomas Hobbes, Oxford, Clarendon Press, 1994, vol. I, p. 187 (de Paris, 4 août 1654). On a respecté littéralement l’orthographe des lettres de l’édition Malcolm.

27 Par exemple, voir lettre 94 du 30 octobre 1656, Correspondence, vol. I, p. 321-323.

28 Noel Malcolm (ed.), Correspondence, op. cit., vol. I, Lettre 108, 1er janvier 1657, p. 400.

29 Thomas Hobbes, Les Élémens de la politique de Monsieur Hobbes. De la traduction du sieur du Verdus, Paris, Henri Le Gras, 1660, avec privilège du roi.

30 Noel Malcolm (éd.), Correspondence, op. cit., p. 187-188.

31 Ibid., vol. I, Lettre 108, p. 402.

32 Ibid., vol. I, Lettre 108, p. 406.

33 Ibid., vol. I, Lettre 108, p. 407.

34 Ibid., vol. I, Lettre 100, p. 356, 358.

35 Thomas Hobbes, Leviathan, chap. 47, p. 483, François Tricaud (éd.), Paris, Sirey, 1971, p. 708 ; Leviathan, sive de Materia, Forma et Potestate Civitatis Ecclesiasticae et Civilis, Authore Thoma Hobbes, Londres, Thomson, 1676, p. 326, Leviathan, chap. 47 (OL), p. 487, François Tricaud et Martine Pécharman (trad.), Paris, Vrin, 2004, p. 496.

36 G.A.J. Rogers (éd.), Leviathan. Contemporary Responses to the Political Theory of Thomas Hobbes, op. cit., donne leurs réponses. Pour des versions françaises des polémiques Hobbes-Bramhall, on se référera aux volumes 11/1 et 11/2 des Œuvres de Hobbes en français, Thomas Hobbes, De la Liberté et de la nécessité, Franck Lessay (éd.), Paris, Vrin, 1993, et Les Questions concernant la liberté, la nécessité et le hasard, Luc Foisneau (éd.), Paris, Vrin, 1999. On n’étudie ici que la critique de Clarendon.

37 Clarendon, Survey, in Rogers (éd.), Contemporary Responses…, op. cit., p. 181.

38 Ibid., p. 182.

39 Ibid., p. 183.

40 Ibid., p. 185.

Auteur

Université Paul Valéry Montpellier–Maison Française d’Oxford

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540