Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Visage et portrait, visage ou portrait

 | 
Fabrice Flahutez
, 
Itzhak Goldberg
, 
Panayota Volti

L’évolution du portrait dans la sculpture funéraire à Chartres à la fin du Moyen Âge1

Myriam Négri

Texto completo

  • 1 Cet article est extrait de ma thèse de doctorat consacrée à la sculpture funéraire à Chartres dans (...)
  • 2 Deux articles extraits de cette recherche ont été récemment publiés : « Les Mendiants et la mort e (...)

1L’étude de la sculpture funéraire ne peut se limiter à une approche purement esthétique où le monument funéraire serait considéré uniquement dans sa valeur intrinsèque d’œuvre d’art, mais doit être envisagée dans une perspective plus générale à valeur de témoignage sur le sens de la vie et de la mort de l’homme médiéval. Aussi, au-delà d’une étude typologique des monuments, j’ai élargi ma recherche aux divers complexes ayant correspondu aux lieux d’inhumation, en m’intéressant aux emplacements privilégiés dans les édifices. La population inhumée, les usages liés à la présence des monuments funéraires, et le rôle de l’Église, ont été également envisagés2. L’évolution de la représentation du défunt à la fin du Moyen Âge est l’un des aspects de cette recherche dont je livre ici quelques réflexions illustrées par des exemples.

2Le xiiie siècle correspond à une période charnière dans le développement des villes, comme dans les réalisations culturelles et artistiques, ce qu’illustre notamment la ville de Chartres. En outre, un changement des mentalités et des croyances relatives à la mort se dessinait dans la société médiévale de l’époque. En effet, la nouvelle spiritualité mendiante mettait notamment en exergue la mise en garde par rapport au Jugement dernier et la brièveté de la vie, introduisant volontiers dans les prédications des évocations macabres. Conjointement, l’iconographie allait exploiter certains thèmes essentiels tels la Danse macabre, Le Dit des Trois morts et Des trois Vifs, le Triomphe de la Mort. Et aux portails des grands édifices prévalait désormais largement la représentation du Jugement dernier, dans un contexte où dominait la notion du Purgatoire.

  • 3 Gaignières Roger (de), collectionneur français (1642-1715).

3La majorité des monuments funéraires ont fait l’objet de destructions au moment de la Réforme ou de la Révolution. Aussi, pour la partie heuristique, ai-je travaillé essentiellement à partir de sources textuelles et d’un matériel iconographique, qui ne permettent évidemment pas de restituer la plastique de l’œuvre en question, et empêchent d’en préciser la stylistique. À ce propos, la collection Roger de Gaignières représente la principale source iconographique, mais se pose la question du degré de fidélité des dessins, selon le monument retenu et le dessinateur envoyé sur le terrain3.

4En ce qui concerne la typologie des monuments funéraires, au cours de la période envisagée trois formes de monuments sont attestées dans la ville de Chartres : le tombeau sculpté, la plate-tombe et l’épitaphe historiée.

  • 4 Ariès Philippe, L’Homme devant la mort. Le temps des gisants, I, Paris, 1975.
  • 5 Copy Jean-Yves, Art, société et politique au temps des ducs de Bretagne. Les gisants hauts bretons (...)

5Le tombeau sculpté était, en un certain sens, le successeur direct des tombeaux paléochrétiens réservés aux défunts de haut rang4. Notons cependant que cet usage avait été interrompu pendant nombre de siècles. Pour les temps qui nous concernent ce monument à plus ou moins fort relief était généralement un tombeau à représentation : car l’usage de sculpter les effigies des morts se répandit dès la seconde moitié du xiie siècle5.

  • 6 Collection Gaignières Roger (de), BNF, Cabinet des Estampes, B. 4073.

6L’effigie funéraire était alors l’élément majeur du tombeau sculpté. À Chartres, cette tendance se manifesta à partir du xiie siècle, avec l’exemple d’un évêque de Chartres, Geoffroy de Lèves, inhumé dans l’abbaye Notre-Dame de Josaphat6. Ce temps correspond, rappelons-le, à l’émergence de notions fondamentales, en particulier celle de l’individu. Les structures sociales étaient en effet redéfinies, afin de mieux situer les individus dans les groupes, et le groupe dans la société ; la société médiévale allait ériger un certain nombre de codes et de signes : c’est ainsi, entre autres, que la chevalerie s’érigea en caste, qu’apparut le nom patronymique, et que se développa la science héraldique.

  • 7 Ariès Philippe, L’Homme devant la mort, op. cit., p. 234.
  • 8 Baratte François et Duval Noël, Catalogue de smosaïques romaines et paléochrétiennes du Musée du L (...)

7La plate-tombe était une simple dalle de pierre encastrée au ras du sol, désignée à l’époque médiévale sous les termes de tumulus, monumentum, memoria, sarceu7. Ce type de monument évoque l’enfouissement du corps sous la terre. La plate-tombe faisait en effet partie du dallage, se confondant avec le sol de l’édifice dont elle était l’un des éléments, et venait ainsi signifier symboliquement la frontière entre le monde des vivants et celui des morts. On peut considérer que la plate-tombe s’apparentait en quelque sorte aux mosaïques funéraires romaines et paléochrétiennes qui, bien que relevant d’une autre technique, se confondaient également avec le pavement8.

  • 9 Lecocq Adolphe, « Dissertation historique et archéologique sur la question de l’emplacement du tom (...)

8Sur l’ensemble des périodes concernées, la plate-tombe était fréquemment choisie par les testateurs. À l’instar du tombeau sculpté, c’était généralement un tombeau à représentation, l’effigie du défunt demeurant le motif majeur de la composition ; nous trouvons à Chartres des plates-tombes à effigies dès le xie siècle, en particulier dans l’abbaye Saint-Pèreen-Vallée9. Leur production s’amplifia au cours de la période médiévale classique, dans un processus de continuité qui allait permettre l’émergence de particularités nouvelles.

  • 10 Baron Françoise, Musée du Louvre. Département des sculptures du Moyen Âge, de la Renaissance et de (...)

9Un certain nombre de monuments funéraires, que ce soit des tombeaux sculptés ou des plates-tombes, étaient gravés d’épitaphes en langue latine ou française, louant les mérites du défunt. À la fin du Moyen Âge, un nouveau monument funéraire apparut, généralement aménagé à proximité de la sépulture du défunt : l’épitaphe historiée ou le tableau mural, qui demeure toutefois exceptionnelle. En effet, à Chartres, les sources ont révélé l’existence d’épitaphes historiées seulement au cours du xvie siècle, alors que pour l’ensemble de la France leur apparition est établie dès le xve siècle10. Conçues de façon identique, elles représentaient une scène religieuse dans un paysage naturel extrêmement dépouillé, le défunt, dont les mérites étaient loués par une inscription française ou latine, représenté aux côtés du saint protecteur.

10Pour ce qui est des effigies funéraires, le modèle du gisant prévalait dans le champ de la sculpture funéraire pour l’ensemble de la période, mais ce modèle encore dominant au xive siècle, eut tendance ensuite à perdre son importance à la fin du Moyen Âge, au profit d’autres modes de représentation. Rappelons que la figure du gisant évoquait les notions de repos, de sérénité et d’apaisement, en transposant dans la pierre l’image d’un être « bienheureux » libéré de toute souffrance.

11Au cours du temps le gisant allait connaître une évolution. En effet, si au xiiie siècle l’effigie évoquait à la fois l’éveil et le sommeil, la notion du repos éternel fut définitivement abandonnée à la fin du Moyen Âge, les artistes ayant alors cherché à traduire dans la pierre l’image intemporelle et idéalisée du défunt, représenté le plus souvent dans une sorte d’espace privé. Ainsi, des jeux de lignes simulaient au registre inférieur la matérialisation du sol et induisaient, pour l’effigie, une notion de verticalité. Cette formule apparut sur les tombeaux de personnages laïcs, et cette symbolisation d’une sorte d’espace privé confortait probablement le sentiment d’appartenance du défunt à un certain rang de la société chartraine.

  • 11 Plate-tombe double de Marguerite le Vieillard et Marie du Ru, dans Négri Myriam, Les Sépultures de (...)

12Une plate-tombe double destinée à des laïques dans les dernières décennies du xvie siècle11 confirmait cette recherche esthétique, subtilement rendue par une représentation de trois-quarts qui conférait au gisant, habituellement représenté de manière frontale, une attitude moins figée.

  • 12 Plate-tombe double de Jean Cadou et son épouse Marguerite de l’Érable, xvie siècle, aménagée dans (...)
  • 13 Vovelle Michel, La Mort et l’occident de 1300 à nos jours, Paris, 1983.

13À partir du xvie siècle nous relevons à Chartres l’émergence de représentations nouvelles comme le demi-gisant et le priant. Par-delà ces nouveaux modes de représentation du défunt, ces monuments de la fin du Moyen Âge, incitaient les fidèles à multiplier les actes dévotionnels, et à pratiquer avec plus d’assiduité les sacrements. Enfin, une plate-tombe évoquait la mort sous des aspects terrifiants avec la représentation d’un transi du début du xvie siècle. Le squelette était enveloppé dans un suaire ; le corps marqué de petites scarifications, peut-être les traces d’une maladie, les yeux et la bouche pour vus d’excroissances12. Le linceul ou le suaire, selon les croyances médiévales, permettaient d’assurer un voyage sans retour13.

14Étant donné que l’on s’attachait à souligner l’identité du défunt, les personnages étaient représentés selon les normes du corps social. Ainsi les évêques apparaissaient à l’automne de leur vie, le caractère de leurs traits leur conférant une respectabilité bien affirmée.

  • 14 Tombeau double sculpté d’Henri et Étienne de Grez, aménagé dans l’église des dominicains de Chartr (...)

15Les vêtements et certains attributs participaient à cette mise en exergue. Leur parure empreinte d’élégance offrait peu de variations : les prélats étaient coiffés d’une mitre, ornée éventuellement d’un galon vertical sur la face arrière, et vêtus d’une tunique longue sous une dalmatique, que recouvrait une chasuble légèrement plus courte et échancrée sur les côtés. Les étoffes et l’amict étaient rehaussés de motifs divers – circulaires géométriques floraux – et la chasuble sur laquelle était portée l’étole, parée de somptueux orfrois. La plupart d’entre eux portaient au bras gauche le manipule, et quelques uns le pectoral sur la poitrine. Leurs mains étaient habillées de gants brodés d’un médaillon circulaire, et certains arboraient au majeur droit l’anneau épiscopal. La majorité de ces hauts dignitaires de l’Église étaient représentés dans l’attitude et avec les attributs de leur mission : de la main gauche ils tenaient la crosse épiscopale, et faisaient de la main droite le geste de la bénédiction (fig. 1)14.

Fig. 1 : Tombeau d’Henri et d’Étienne de Grez, dessin de la collection Roger de Gaignières (xviie siècle), bibliothèque nationale de France, Cabinet des estampes, B. 6715.

  • 15 Étienne de Grez, mort en 1243, était le frère de l’évêque Henri de Grez.

16Concernant les chanoines, les effigies funéraires se caractérisaient également par une certaine similitude : le visage imberbe, cerné de cheveux légèrement ondulés, les traits relativement marqués par l’âge. Le chanoine était généralement coiffé de l’aumusse, vêtu d’habits sacerdotaux, modestes chez certains, avec chez d’autres un goût prononcé pour le raffinement des étoffes souvent inhérent à leur lignage à l’exemple d’Étienne de Grez (fig. 1)15. La plupart d’entre eux avaient les mains jointes sur la poitrine en signe de prière, et certains tenaient un livre. Demeurant l’apanage des membres du clergé, le livre était apparu sur les monuments chartrains à partir du xiiie siècle.

  • 16 Plate-tombe de Philippe Des Cierges aménagée dans l’abbatiale Saint-Père-en-Vallée de Chartres. Il (...)

17Quant aux abbés, ils étaient représentés à un âge vieillissant, le visage imberbe et la tête tonsurée, parés de la crosse abbatiale. Ceux de Saint-Pierre-en-Vallée portaient souvent une parure rehaussée de broderies à l’instar des hauts dignitaires. Ces représentations témoignaient alors de l’importance considérable de l’abbaye Saint-Père-en-Vallée dans la cité chartraine dès le début du xiiie siècle ; l’abbé n’était pas un simple supérieur qui régnait sur la communauté des religieux, c’était également un seigneur. Parfois, certains d’entre eux tenaient dans leur main un petit édifice, à l’exemple de Philippe Des Cierges16 (fig. 2), dont la forme architecturale s’apparente au chevet de l’abbatiale Saint-Père-en- Vallée, où des travaux de reconstruction avaient eu lieu dans les années 1300-1310. Manifestement, le prélat voulait signifier par ce geste qu’il avait dirigé la communauté bénédictine, et surtout qu’il avait participé à ces étapes de reconstruction. Ce mode de représentation moins fréquent au xive siècle, allait disparaître les périodes suivantes.

Fig. 2 : Tombeau de Philippe Des Cierges, dessin de la collection Roger de Gaignières, (xviie siècle), Bibliothèque nationale de France, cCabinet des estampes, B. 3559.

  • 17 Plate-tombe de Gervais Wain aménagée dans l’abbatiale Notre-Dame de Josaphat à Lèves ; l’abbé en q (...)

18Dans la seconde moitié du xvie siècle, d’après mes recherches, on constate un changement : l’effigie reflétait davantage la fonction du défunt, et non plus uniquement son statut social comme l’atteste le monument d’un abbé de Notre-Dame de Josaphat (fig. 3)17. Le gisant était représenté avec les vêtements sacerdotaux propres à sa qualité d’abbé, et portait un bonnet de docteur, signe distinctif de son titre de professeur au Collège de France.

19Une partie de la population laïque se faisait inhumer aussi dans les édifices chartrains. Leurs monuments funéraires révèlent leur appartenance à une catégorie sociale disposant de moyens financiers certains et un goût prononcé pour la qualité et la préciosité des œuvres, particulièrement manifeste d’ailleurs au Bas Moyen Âge. Jeunesse et puissance caractérisaient la représentation du laïc, et du chevalier en particulier.

  • 18 Tombeau double sculpté de Goslein de Lèves et Lucia de Lèves son épouse, aménagé au début du xiiie(...)
  • 19 Tombeau double de Guillaume de Nevers et de Marie son épouse, aménagé dans l’église conventuelle d (...)

20Au xiiie siècle, le vêtement féminin demeurait sans ornement ni broderie, parfois agrémenté d’un simple objet personnel, comme l’aumônière que Lucia de Lèves porte suspendue à la courroie de sa ceinture (fig. 4)18. Les robes ajustées au buste et à la taille s’évasaient dans un effet de courbes et de contre-courbes suggérant les formes du corps, un jeu de drapés y conférant parfois une note d’élégance. Les chevelures étaient alors entièrement dissimulées sous un couvre-chef, retenu par une mentonnière, et parfois garni d’un touret. Au xive siècle, bien que la coiffure demeurât pour l’essentiel similaire à celle du siècle précédent, la disparition de la mentonnière dégageait le visage (fig. 5)19. Dès cette période, une recherche certaine de l’élégance s’affirmait alors, les drapés des étoffes épousaient la silhouette des corps féminins soulignant ainsi la finesse du buste et la rondeur des hanches.

Fig. 3 : Tombeau de Gervais Wuain, dessin de la collection Roger de Gaignières, (xviie siècle), Bibliothèque nationale de France, cabinet des estampes, B. 3582.

21L’ensemble des effigies masculines portait une chevelure mi-longue, agrémentée d’une frange légèrement bouclée (le dorelot). Dès le xive siècle, les laïcs arboraient les vêtements contemporains de leur époque, et affichaient un goût prononcé pour le raffinement des étoffes (fig. 5). Le manteau aux emmanchures larges et la tunique se portaient plus courts, découvrant ainsi les chausses collantes et montantes.

Fig. 4 : Tombeau de Lucia de Lèves [détail]. Cliché M. Négri (juillet 2005).

  • 20 Piponnier Françoise, « Une révolution dans le costume masculin au xive siècle », in Pastoureau Mic (...)

22En cette fin du Moyen Âge, le monument funéraire reflétait le souci d’affirmer le statut du défunt dans la société de l’époque. Par ailleurs, dès le xive siècle les effigies funéraires révélèrent un changement radical quant à la fonction même du vêtement. Comme l’ont souligné les travaux de Françoise Piponnier et Odile Blanc20, cela reflétait un changement des comportements et de la sensibilité au-delà des simples modes, où le vêtement n’était plus seulement destiné à protéger, mais à mettre en valeur l’image du corps.

23Le défunt qui de son vivant avait été chevalier se faisait représenter comme tel sur les monuments funéraires. Son corps semblait vigoureux, et la plénitude de sa force physique et psychique émanait du gisant. Au cours du temps le vêtement allait évoluer, et on assista progressivement à une recherche de la simplification iconographique avec la disparition de l’encombrant bouclier traditionnel et de l’épée entre les jambes ; l’épée et la dague suspendues au baudrier étaient désormais portées sur l’arrière des cuisses. Par contre les qualités chevaleresques étaient mises en exergue. La présence du heaume désormais intégré au registre architectural lui conférait, avant tout, une valeur ornementale. Associé à l’écusson, il désignait les qualités chevaleresques du défunt, et correspondait ainsi à une marque de noblesse.

  • 21 Pastoureau Michel, Traité d’héraldique, Paris, 1993.

24En outre la profusion du décor héraldique, en particulier sur les tombeaux des laïcs, ne cessa de s’amplifier au fil du temps, afin de magnifier les alliances et la lignée. Ces emblèmes étaient généralement gravés aux angles du monument funéraire, et parfois intégrés au décor architectural. Quant aux religieux, jusqu’alors réticents à ces usages, ils ne convirent de les adopter qu’à l’extrême fin du Moyen Âge. Il s’agissait en l’occurrence de hauts dignitaires, dont les compositions étaient parfois complexes associant aux armes familiales, des armes de « fonction » ou de « dignité » (fig. 4). Michel Pastoureau considère d’ailleurs que cette complexité, était à la fois un moyen d’exprimer la parenté, les ascendances et les alliances, et de mettre en valeur la possession de plusieurs fiefs, titres ou droits21.

Fig. 5 : Tombeau de Guillaume et Marie de Nevers, dessin de la collection Roger de Gaignières, (xviie siècle), Bibliothèque nationale de France, Cabinet des estampes, B. 3574.

25Au xiiie siècle, un convoi céleste accompagnait généralement l’effigie du défunt, composé essentiellement d’anges et d’animaux mythologiques (fig. 1). Au cours du temps ces créatures surnaturelles allaient disparaître, substituées par des officiants procédant aux rituels funéraires et des membres de la famille signifiant par-delà la mort les liens lignagers du défunt.

26Comme le révèle cette étude, la notion de portrait dans le contexte de la sculpture funéraire chartraine du Moyen Âge tardif est relativement ambiguë.

  • 22 Erlande-Brandenburg Alain, Le Roi, la sculpture et la mort, gisants et tombeaux de la basilique de (...)

27En effet, dès la fin du xiiie siècle, on tend à souligner à Chartres l’identité du défunt à travers le portrait social. En revanche, l’effigie funéraire demeure idéalisée sans notion de réalisme, et aucune recherche d’expressivité ni d’individualité n’émane du portrait. Précisons d’ailleurs qu’aucune source n’atteste la commande d’un monument réalisé du vivant du défunt, cela étant une coutume de l’époque comme le révèlent certains tombeaux aménagés à l’abbatiale francilienne de Saint-Denis22.

28Par ailleurs, ces tombeaux à représentation qui jusque-là étaient réservés à une population essentiellement noble et épiscopale, allaient désormais être destinés à d’autres catégories de la société médiévale. À ce propos, la sculpture funéraire chartraine présente une double physionomie : tantôt une qualité d’exécution et une richesse iconographique lui conférant un caractère somptueux, tantôt une forme beaucoup plus ordinaire. La présence à Chartres d’un certain nombre de défunts proches de l’entourage royal a probablement favorisé l’émergence des plus remarquables de ces commandes, traitées alors comme de véritables monuments d’architecture. De cette façon le tombeau acquérait une valeur sémantique, à titre de vecteur d’un message politique. La présence d’une population de notables à la fin du Moyen Âge imposa un nouveau type de monuments funéraires empreints de raffinement et à caractère profane, ce qui pouvait être une façon de s’affirmer politiquement, de manière certes subtile, à l’égard du pouvoir royal : car depuis 1286 la ville de Chartres appartenait à la couronne royale. Aussi, la sculpture funéraire pouvait-elle révéler et affirmer le profil de cette société naissante, ainsi que les éventuels enjeux de pouvoirs qui rythmaient et régissaient la réalité urbaine chartraine.

29Certes, ma recherche se limite aux derniers siècles médiévaux, et ne fait qu’effleurer l’époque de la Renaissance, au cours de laquelle la représentation du défunt allait connaître une sensible évolution.

Notas

1 Cet article est extrait de ma thèse de doctorat consacrée à la sculpture funéraire à Chartres dans les derniers temps du Moyen Âge : La Sépulture monumentale à Chartres du xiiie au xvie siècle, Thèse, Histoire de l’art du Moyen Âge, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, décembre 2005, 3 vol. (dactyl.).

2 Deux articles extraits de cette recherche ont été récemment publiés : « Les Mendiants et la mort en milieu chartrain à l’époque médiévale », in Bulletin de la Société Archéologique d’Eure-et-Loir, n° 91, janvier-mars 2007, p. 1-38 ; « Les Sépultures médiévales des deux couvents mendiants chartrains », in Bulletin de la Société Archéologique d’Eure-et-Loir, n° 92, avril-juin, 2007, p. 11-54.

3 Gaignières Roger (de), collectionneur français (1642-1715).

4 Ariès Philippe, L’Homme devant la mort. Le temps des gisants, I, Paris, 1975.

5 Copy Jean-Yves, Art, société et politique au temps des ducs de Bretagne. Les gisants hauts bretons, Paris, 1986.

6 Collection Gaignières Roger (de), BNF, Cabinet des Estampes, B. 4073.

7 Ariès Philippe, L’Homme devant la mort, op. cit., p. 234.

8 Baratte François et Duval Noël, Catalogue de smosaïques romaines et paléochrétiennes du Musée du Louvre, Paris, 1978. Certaines plates-tombes de ce type sont connues en France même pour la période médiévale comme, par exemple, à l’église abbatiale de Saint-Sever dans les Landes : voir les travaux de Barral I Altet Xavier, « Mosaïques médiévales », in Balmelle Catherine (dir.), Recueil général des mosaïques de la Gaule, IV, Province d’Aquitaine, 2, Paris, 1987, p. 289-293, Pl. CLXXXVII à CXCI.

9 Lecocq Adolphe, « Dissertation historique et archéologique sur la question de l’emplacement du tombeau de Fulbert, évêque de Chartres au xie siècle », in Mémoires de la Société Archéologique d’Eure-et-Loir, V, 1872, p. 313, 315.

10 Baron Françoise, Musée du Louvre. Département des sculptures du Moyen Âge, de la Renaissance et des temps modernes. Sculpture française, I, Moyen Âge, Paris, 1996, p. 201.

11 Plate-tombe double de Marguerite le Vieillard et Marie du Ru, dans Négri Myriam, Les Sépultures des deux couvents mendiants chartrains, op. cit., p. 23.

12 Plate-tombe double de Jean Cadou et son épouse Marguerite de l’Érable, xvie siècle, aménagée dans l’église Saint-Aignan de Chartres.

13 Vovelle Michel, La Mort et l’occident de 1300 à nos jours, Paris, 1983.

14 Tombeau double sculpté d’Henri et Étienne de Grez, aménagé dans l’église des dominicains de Chartres. Henri de Grez, Évêque de Chartres dans les années 1245, décéda le 5 décembre 1246 ; voir Négri Myriam, Les Sépultures médiévales des deux couvents mendiants chartrains, op. cit., p. 16-17.

15 Étienne de Grez, mort en 1243, était le frère de l’évêque Henri de Grez.

16 Plate-tombe de Philippe Des Cierges aménagée dans l’abbatiale Saint-Père-en-Vallée de Chartres. Il s’agit d’un abbé mort en 1329. Collection Gaignières de, BNF, Cabinet des estampes, B. 3559.

17 Plate-tombe de Gervais Wain aménagée dans l’abbatiale Notre-Dame de Josaphat à Lèves ; l’abbé en question décéda en 1540. Ibid, B. 3582.

18 Tombeau double sculpté de Goslein de Lèves et Lucia de Lèves son épouse, aménagé au début du xiiie siècle dans l’abbatiale Notre-Dame de Josaphat dont ils étaient les fondateurs. Ibid, B. 4074.

19 Tombeau double de Guillaume de Nevers et de Marie son épouse, aménagé dans l’église conventuelle des dominicains au XVe siècle, voir Négri Myriam, Les Sépultures médiévales des deux couvents mendiants chartrains, op. cit., p. 14-15.

20 Piponnier Françoise, « Une révolution dans le costume masculin au xive siècle », in Pastoureau Michel, Le Vêtement : histoire, archéologie et symbolique vestimentaires au Moyen Âge, Paris, 1989, p. 225-242 ; Blanc Odile, Vêtement féminin, vêtement masculin à la fin du Moyen Âge. Le point de vue des moralistes, op. cit., p. 243-254.

21 Pastoureau Michel, Traité d’héraldique, Paris, 1993.

22 Erlande-Brandenburg Alain, Le Roi, la sculpture et la mort, gisants et tombeaux de la basilique de Saint-Denis, Bulletin des Archives de la Seine Saint-Denis, 3, 1975 ; L’Église abbatiale de Saint- Denis, 2, Les tombeaux royaux, Paris, 1976.

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig. 1 : Tombeau d’Henri et d’Étienne de Grez, dessin de la collection Roger de Gaignières (xviie siècle), bibliothèque nationale de France, Cabinet des estampes, B. 6715.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/964/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 750k
Leyenda Fig. 2 : Tombeau de Philippe Des Cierges, dessin de la collection Roger de Gaignières, (xviie siècle), Bibliothèque nationale de France, cCabinet des estampes, B. 3559.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/964/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 872k
Leyenda Fig. 3 : Tombeau de Gervais Wuain, dessin de la collection Roger de Gaignières, (xviie siècle), Bibliothèque nationale de France, cabinet des estampes, B. 3582.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/964/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 902k
Leyenda Fig. 4 : Tombeau de Lucia de Lèves [détail]. Cliché M. Négri (juillet 2005).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/964/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 874k
Leyenda Fig. 5 : Tombeau de Guillaume et Marie de Nevers, dessin de la collection Roger de Gaignières, (xviie siècle), Bibliothèque nationale de France, Cabinet des estampes, B. 3574.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/964/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 721k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540